R.P. Serge-A. Heitz

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

père Iulian Nistea
Messages : 3
Inscription : sam. 24 janv. 2004 1:53
Localisation : Paris
Contact :

R.P. Serge-A. Heitz

Message par père Iulian Nistea »

Bonjour à tous.

Dans les investigations que je fais concernant l'histoire de notre église orthodoxe roumaine de Paris, je tombe sur des noms... Un de ces noms est : R.P. Serge Heitz. J'ai fait une recherche sur Google, et la seule mentionne du R.P. Serge Heitz se trouvre sur le forum-orthodoxe.com dans un message du lecteur Claude, dans le fil Iconoclasme - Adoration vs Vénération: "C'est aussi à dessein que, dans la réponse que j'avais écrite à Danilo, j'avais traduit un passage du catéchisme orthodoxe allemand de l'archiprêtre Serge Heitz,à propos de l'interdiction que l'Eglise orthodoxe maintient en ce qui concerne les statues."

Auriez-vous (lecteur Claude ou toute autre personne) plus de renseignements sur le R.P. Serge-A. Heitz?

Je vous en remercie d'avance.
En Christ,
p.iulian

P.S. En décembre 1954 le R.P. Serge Heitz participe au sacré de Mgr Théophile Ionesco, évêque dans notre église.
Claude le Liseur
Messages : 4235
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: R.P. Serge-A. Heitz

Message par Claude le Liseur »

père Iulian Nistea a écrit :Bonjour à tous.

Dans les investigations que je fais concernant l'histoire de notre église orthodoxe roumaine de Paris, je tombe sur des noms... Un de ces noms est : R.P. Serge Heitz. J'ai fait une recherche sur Google, et la seule mentionne du R.P. Serge Heitz se trouvre sur le forum-orthodoxe.com dans un message du lecteur Claude, dans le fil Iconoclasme - Adoration vs Vénération: "C'est aussi à dessein que, dans la réponse que j'avais écrite à Danilo, j'avais traduit un passage du catéchisme orthodoxe allemand de l'archiprêtre Serge Heitz,à propos de l'interdiction que l'Eglise orthodoxe maintient en ce qui concerne les statues."

Auriez-vous (lecteur Claude ou toute autre personne) plus de renseignements sur le R.P. Serge-A. Heitz?

Je vous en remercie d'avance.
En Christ,
p.iulian

P.S. En décembre 1954 le R.P. Serge Heitz participe au sacré de Mgr Théophile Ionesco, évêque dans notre église.

Cher Père Iulian,

Je vous remercie de ce message, qui va nous donner l'occasion d'évoquer cette grande figure de l'Orthodoxie en France et en Allemagne, tel un pont entre les deux rives du Rhin, que fut l'archiprêtre Serge Heitz.

Voici d'abord sa notice biographique, publiée sur le site Internet de la fraternité orthodoxe en Allemagne (http://www.orthodoxfrat.de/seite3.htm ), que je reproduis tel quel, avec une orthographe parfois inattendue:

Erzpriester
Vater SERGIUS Heitz

ist am 7. Oktober 1998, am Vorabend der Gedaechtnisfeier des Heiligen Sergius von Radonesch alten Stils, im Alter von 90 Jahren und vier Monaten aus der Muehsal dieses Aeons "vom Vater des Lichtes, bei welchem keine Veraenderung ist, noch Wechsel des Lichtes und der Finsternis " (Jak 1:17) zum Dienst im himmlischen Heiligtum abberufen worden .

Der bewegte Lebensweg, auf den ihn Gott gefuehrt hat, hat ihm weite Horizonte eroeffnet, seine Lebensaufgabe blieb aber stets, der Orthodoxie im Westen einen fuer alle Christen zugaenglichen Raum zu schaffen.Bis zuletzt hat er fuer die Festigung der deutschsprachigen Orthodoxie gekaempft, sich abgemueht und sich trotz mannigfacher Hindernisse nicht entmutigen lassen.
Auch die Wechsel zwischen verschiedenen orthodoxen Jurisdiktionen, die man ihm mancherorts oberflaechlicherweise vorgeworfen hat, entsprangen in erster Linie der Sorge um die Weiterexistenz der deutschsprachigen Orthodoxie.

Dieser seiner Sorge verdanken wir nicht nur seine Buecher "Der Orthodoxe Gottesdienst", die zuletzt unter dem Titel "Mysterium der Anbetung" in mehreren Baenden erschienen sind, sondern auch den Katechismus " Christus in euch: Hoffnung auf Herrlichkeit " wie auch einen Predigtband, unzaehlige Beitraege in Fachzeitschriften sowie die inhaltliche Planung und Gestaltung seiner eigenen Zeitschriften "Orthodoxie aktuel " , danach "Orthodoxie in der Gegenwart" und nicht zuletzt GRUENDER und GEISTLICHER VATER unserer "ORTHODOXEN FRATERNITAET in DEUTSCHLAND".
Vater Sergius hat erst in diesem Jahr seinen Lebenslauf in Stichworten diktiert, vor allem um die aus Anlass seines 90. Geburtstags veroeffentlichten Angaben zur Biographie richtigzustellen.
Als er dann mit seinem Diktat fertig war meinte er, dies sei ein Nekrolog. Er sollte recht behalten.


06.06.1908
geboren in Grafenstaden bei Strassburg im Elsass

24.06.1908
r.-k. getauft im Strassburger Muenster

1919-1924
r.-k. Bischoefliches Gymnasium in Strassburg

1924-1931
Studium an der roemisch-katholischen theologischen Fakultaet der Universitaet Strassburg; befreundet mit orthodoxen Theologen wie
- Chrysostomos Koronaeos, dem letzten Direktor der Hochschule von Chalki,
- Patriarch Justin von Bukarest,
- Metropolit Philaret, Koregent des minderjaehrigen bulgarischen Zaren,
- Archimandrit Benedict Ghius, dem spaeteren Reformator des rumaenischen Moenchtums und Gruender der akademischen Gemeinschaft vom "Brennenden Dornbusch"

16.07.1931
r.-k. Lateinische Priesterweihe

1935-1945
r.-k. Pfarrer in Hartmannsweiler im Oberelsass; Gruendung eines oekumenischen Arbeitskreises zwischen Lutheranern und Katholiken; Mitarbeit an der evangelischen Zeitschrift "Kirche und Liturgie"; Mitherausgeber einer kirchlichen Wochenschrift "Der Sonntag", die 1942/43 von den Nationalsozialisten verboten wurde; Herausgabe eines Gesang- und Gebetsbuches fuer die Dioezese Strassburg: "Jubilate"; 1936 erstes Mal Gemeindefeier der Ostervigil; befreundet mit Abt Ildefons Herwegen in Maria Laach und Prof. Johannes Pinsk in Berlin.


1945-1947
r.-k. Studentenpfarrer in Paris; Vizepraesident von "Istina"; regelmaessige Besuche bei Studienfreunden in Rumaenien

1946-1948
Stellvertretender r.-k. Generalvikar fuer Auslaendische Katholiken und Auslaendische Nichtkatholiken in Frankreich

24. Juni 1948
Aufnahme in die Orthodoxie
Heirat mit Iljena Alexandrowna Gregorian


1. Maerz 1949
Weihe zum Priester fuer die franzoesischsprachigen Glaeubigen des Patriarchats Moskau in Paris; Herausgeber der orthodoxen Zeitschrift "Dans l´ Esprit et la Verite"; Dozent am Institut Orthodoxe Saint-Denis (Patriarchat Moskau); befreundet mit Vladimir Lossky, Paris und Alexej Hackel, Berlin
Herbst 1949
Hausgeistlicher in Rueschlikon/Zuerich, um die oekumenischen Beziehungen nicht zu belasten.


Mai 1950
Geburt und Tod des Sohnes Sergius

Herbst 1950
zurueck nach Paris, da die Schweiz keine Aufenthaltsgenehmigung erteilte

1952
Geburt der Tochter Olga in Paris

Oktober 1956
Auf Anraten und Empfehlung von Erzbischof Ioann (Maximovitsch) von Shanghai und spaeter San Franzisko, damals Bischof der Russischen Kirche im Ausland in Versailles und im Auftrag des rumaenischen Metropoliten Vissarion von Cernovic (Bukowina), damals im Pariser Exil: Uebersiedlung nach Deutschland mit Wohnsitz in Duesseldorf; Gruendung einer deutschsprachigen Gemeinde

1958
Erste Osternacht in der Jan-Wellem-Kapelle an der Faehrstrasse 95, Duesseldorf; Herausgabe von "Orthodoxie Heute"

1966
Ernennung zum Erzpriester anlaesslich der Herausgabe von "Der Orthodoxe Gottesdienst Bd.1: Goettliche Liturgie und Sakramente", Mainz (Matthias Gruenewald Verlag) 1966


1969
Beginn des trotz aller Enttaeuschungen und Muehen bis zu seinem Ableben engagiert durchgehaltenen orthodoxen theologischen Unterrichts an Samstagen in Duesseldorf, zunaechst in einer Privatwohnung, dann in der Trapeza der Faehrstrasse, der Ellerstrasse und im Alexianerkrankenhaus.

Die ersten Teilnehmer waren Arnold und Henk Pijnenburg (heute Erzpriester Chrysostomus),
Stephan Bakker (heute Protopresbyter Stephan) und Louis Berger (heute röm.-kath. Pfarrer in Kijkduin), spaeter Diakon Johannes Nothhaas und Heinz Becker Komuß


1970/71
Beschaffung eines geeigneten Gebaeudes als Residenz fuer den zukuenftigen Erzbischof von Duesseldorf und Nordwestdeutschland (Patriarchat Moskau) in der Ellerstrasse in Duesseldorf


Mai 1972
Nach Einfuehrung des neuen Erzbischofs von Duesseldorf und Nordwestdeutschland Alexis (van der Mensbruegghe) Teilnahme am Landeskonzil der russischen Kirche in Sagorsk (Sergiev Posad), anbei Verleihung der Mitra von Patriarch Pimen.

Ab 1973
Teilnahme an Kongressen der schwedischen Sektion der Fellowship St.Alban und St.Sergius in Upsala; GRUENDUNG der "ORTHODOXEN FRATERNITAET fuer die deutschsprachigen Gemeinden"


1974/75
Voruebergehender Wechsel in die russische Dioezese des Patriarchats Konstantinopel (Paris, rue Daru), da " Erzbischof Alexis dem Gemeindeverein eine Satzungsaenderung aufzwingen wollte,
der die Gemeinde voellig entmuendigt und politischer Willkuer preisgegeben haette (drohende Registrierung und Meldung der Gemeindemitglieder nach Moskau und exklusive Verfuegungsgewalt ueber die Finanzen durch den Erzbischof) " -woertlich zitiert nach Vater Sergius Diktat;

Erscheinen der 1. Auflage von "Christus in euch: Hoffnung auf Herrlichkeit", Orthodoxes Glaubensbuch fuer erwachsene und heranwachsende Glaeubige, hrsg. von Sergius Heitz als Supplement der Zeitschrift "Orthodoxie Heute", erarbeitet von Susanne Hausammann und Sergius Heitz. Spaeter ins Niederlaendische, Franzoesische und Bulgarische uebersetzt.


1986
Erscheinen von "Mysterium der Anbetung, Bd. 1: Goettliche Liturgie und Stundengebet der Orthodoxen Kirche", hrsg von Sergius Heitz, uebersetzt und bearbeitet von Susanne Hausammann und Sergius Heitz, Luthe-Verlag, Koeln

nach dreijaehriger Unterbrechung neue Folge von "Orthodoxie Heute" (bis zum 16. Heft, 1991/ II)


1988
Erscheinen von "Mysterium der Anbetung Bd. III: Die Mysterienhandlungen der Orthodoxen Kirche und das taegliche Gebet der Orthodoxen Glaeubigen", Luthe-Verlag, Koeln


6. August 1992
Gesuch um die Wiederaufnahme in das Patriarchat Moskau mit der Begruendung, dass einerseits durch die neue politische Situation die damalige Bedrohung vorueber sei und zudem die deutschsprachige Orthodoxie im Patriarchat Moskau besser aufgehoben erscheine, da andere Jurisdiktionen mehr an der Pflege ihres eigenen kulturellen Erbes interessiert seien.


Oktober 1992
Aufnahme ins Patriarchat Moskau; Verlust der Kirche an der Faehrstrasse 95, Duesseldorf an den 2. Priester; Neugruendung mit Unterstuetzung durch Diakon Stefan Gross, den spaeteren Diakon Damian Langenscheidt und Priester Johannes Nothhaas und einen Teil der Gemeindemitglieder aus Duesseldorf der Gemeinde "zum Heiligen Michael und den Heiligen Koerperlosen Maechten" zuerst in der Korneliuskapelle und dann im Alexianer Krankenhaus in Neuss bei Duesseldorf.

1994
Verbesserte und erweiterte Neuauflage von "Christus in euch: Hoffnung auf Herrlichkeit" in Zusammenarbeit mit der serbisch-orthodoxen Moenchsskite des Heiligen Spyridon in Geilnau-Lahn, Text typographisch überarbeitet von Protodiakon Stefan Gross
erschienen in Goettingen (Vandenhoek und Rupprecht)

1996
Mitarbeit an der Nachfolgezeitschrift von "Orthodoxie Heute": "Orthodoxie in der Gegenwart" hrsg. vom Klimmeck-Verlag, Schliern (bisher 8 Hefte) (aus der auch dieses In Memoriam zum Teil uebernommen wurde - Anm.des Homepage-Herausgebers)

Vater Sergius hat ein erfuelltes Leben vollenden duerfen. Er hatte immer seine Arbeit fuer die deutschsprachigen orthodoxen Glaeubigen vor Augen. Dabei bedeutete die Aufnahme in die Orthodoxie bei ihm nie, dass der Konvertit seine eigene Kultur, Mentalitaet und sprache ablegen sollte, wenn er orthodox werden wollte.

Vater Sergius liess es nicht zu, dass der universelle Anspruch der Orthodoxen Kirche durch solche Opfer eingeengt wuerde. Auf der Suche nach dieser im geistlichen und theologischen Sinne weiten Konzeption, was Orthodoxe Kirche sei, war seine Gemeinde zu den Heiligen Erzengeln zu Duesseldorf die Anlaufstelle fuer alle in diesem Sinne Suchenden. Denn jede nationale Ausrichtung des Aufbaus einer Orthodoxen Kirche in der Diaspora - so wichtig diese im Anfang zur Sammlung und pastoralen Betreuung auch ist - verliert nach der zweiten, dritten Generation ihre geistliche Tragkraft, wenn die Kinder und Enkelkinder der eingewanderten Vaeter und Grossvaeter die Sprache ihrer Vorfahren im Gottesdienst nicht mehr verstehen. Fuer diese Situation in der Zukunft hat Vater Sergius Vorarbeitet geleistet, dass die Orthodoxe Kirche bereit ist, die in Deutschland aufgewachsene neue Generation aufzunehmen und deren Verlust fuer die Orthodoxie zu vermeiden.(letzter Abschnitt weitgehend zitiert nach Pfarrer Johannes Nothhaas, Mainz)

Da Vater Sergius mit ganzem Herzen und bis zuletzt mit vollem Einsatz Liturg und Priester war, geziemt es sich, mit einem auch an seinem Grabe gesprochenen Priestergebet zu schliessen:


"...Und wie Du ihn auf Erden zum Liturgen Deiner Kirche bestellt hast, so lass ihn auch in Deinem himmlischen Altarraum stehen, Herr !
Nimm ihn auf unter Deine Seligen und Engel !Und wie Du auf Erden sein Leben verherrlicht hast, so mache auch den Ausgang seines Lebens zum Eingang in Dein Heiligtum!

Sein Geist werde denen beigezaehlt, die Dir von Anbeginn gefallen haben ! "
AMEN.
Claude le Liseur
Messages : 4235
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

Voici ensuite ma traduction, dont j'assume seul l'entière responsabilité.

Cum grano salis, j'ai mis entre crochets [] et en italiques mes commentaires, qui peuvent aider à la compréhension du contexte dans lequel s'est déroulé la vie de l'archiprêtre Serge Heitz.

TRADUCTION NON OFFICIELLE

L'archiprêtre
RP SERGE Heitz

a été rappelé de cette vallée de larmes pour servir dans la sainteté céleste par le "Père des lumières, chez lequel il n'y a ni changement ni ombre de variation" (Jc 1,17) le 7 octobre 1998, la veille de la commémoration de saint Serge de Radonège selon l'ancien calendrier, à l'âge de 90 ans et 4 mois.

La vie mouvementée dans laquelle Dieu l'a conduit lui a ouvert de larges horizons, mais la tâche de toute sa vie est restée de donner à l'Orthodoxie en Occident un espace accessible pour tous les chrétiens. Jusqu'à la fin, il a combattu pour l'affermissement de l'Orthodoxie germanophone, il a peiné et il ne s'est pas découragé malgré de nombreux obstacles.

Ses transferts d'une juridiction orthodoxe à l'autre, que des esprits superficiels lui ont reprochés plus d'une fois, découlaient aussi avant tout de son souci d'assurer la préservation de l'Orthodoxie germanophone.

C'est grâce à ce souci que nous lui sommes redevables non seulement de ses livres de la série Der Orthodoxe Gottesdienst, qui ont été récemment réédités en plusieurs volumes sous le titre Mysterium der Anbetung, mais aussi du catéchisme Christus in euch: Hoffnung auf Herrlichkeit, ainsi que d'un recueil d'homélies, d'innombrables contributions dans des revues spécialisées, et de la conception et la réalisation de sa propre revue Orthodoxie aktuel, par la suite Orthodoxie in der Gegenwart, et surtout de son rôle de FONDATEUR et PERE SPIRITUEL de notre "FRATERNITE ORTHODOXE EN ALLEMAGNE".

Ce n'est que cette année [1998 – NdT] que le Père Serge a dicté sa biographie en quelques mots-clés, avant tout pour mettre au point les indications biographiques publiées à l'occasion de son 90e anniversaire. Quand il a terminé sa dictée, il estimait qu'il s'agissait là de sa notice nécrologique. La suite des événements lui a donné raison.

6 juin 1908 [jour de la Saint-Claude! –NdT]
naissance à Grafenstaden [aujourd'hui Illkirch-Graffenstaten dans le Bas-Rhin –NdT] près de Strasbourg en Alsace

24 juin 1908
baptême catholique romain à la cathédrale de Strasbourg [passée du culte luthérien au culte tridentin par décision de Louis XIV lors de la réunion de Strasbourg à la France en 1681 –NdT]

1919-1924
lycée épiscopal catholique romain à Strasbourg [en 1918, avec le retour de l'Alsace à la France, le français a remplacé l'allemand comme langue principale de l'enseignement; mais de même que le IIe Reich n'avait pas pu faire disparaître le français de l'enseignement en Alsace pendant l'annexion, la IIIe République ne parviendra pas à y faire disparaître l'allemand, qui restera langue étrangère obligatoire; cette situation scolaire est importante pour comprendre la suite de la carrière du Père Serge, qui sera tantôt recteur de paroisse francophone, et tantôt recteur de paroisse germanophone –NdT]

1924-1931
études à la faculté de théologie catholique romaine de Strasbourg; se lie d'amitié avec des théologiens orthodoxes comme Chrysostome Koronaeos, dernier directeur de l'Institut supérieur de Halki [fermé par le gouvernement turc en 1971 –NdT], le patriarche Justin de Bucarest [futur patriarche de 1977 à 1986 –NdT], le métropolite Philarète, membre du conseil de régence du tsar bulgare [en 1943-1944; rappelons qu'à cette époque, l'Eglise de Bulgarie s'était séparée de l'Eglise orthodoxe, qu'elle n'allait réintégrer qu'en 1945 – NdT], l'archimandrite Benoît Ghiuş, par la suite réformateur du monachisme roumain et fondateur de la communauté universitaire du "Buisson ardent" [et, à ma connaissance, le seul théologien roumain qui ait écrit sur l'Orthodoxie de rit occidental – NdT]

16.07.1931
Ordination sacerdotale catholique romaine selon le rit latin

1935-1945
Curé catholique romain à Hartmanswiller dans le Haut-Rhin [non loin de la nécropole nationale de Vieil-Armand – NdT]; fondation d'un cercle œcuménique de travail entre luthériens et catholiques; collaboration à la revue protestante Kirche und Liturgie; co-éditeur de l'hebdomadaire ecclésiastique Der Sonntag, qui fut interdit en 1942/43 par les nationaux-socialistes [l'Alsace ayant été annexée de fait par le IIIe Reich en juin 1940, au mépris des dispositions de la convention d'armistice – NdT]; publication d'un livre de chants et de prières pour le diocèse de Strasbourg: Jubilate; en 1936, première célébration paroissiale de la veillée pascale; se lie d'amitié avec l'abbé Ildefons Herwegen à Maria Laach [célèbre abbaye bénédictine et basilique dans l'Eifel, non loin de Coblence en Rhénanie-Palatinat –NdT] et le professeur Johannes Pinsk à Berlin.

1945-1947
Aumônier catholique romain d'étudiants à Paris; vice-président d'Istina; visites régulières à d'anciens camarades d'études en Roumanie

1946-1948
Vicaire général adjoint catholique romain pour les catholiques étrangers et les non catholiques étrangers en France

24 juin 1948
Réception dans l'Orthodoxie; mariage avec Iljena Alexandrovna Gregorian

1er mars 1949
Ordination comme prêtre pour les fidèles francophones du patriarcat de Moscou à Paris; éditeur du périodique orthodoxe Dans l'Esprit et la Vérité; enseignant à l'Institut Orthodoxe Saint-Denys (patriarcat de Moscou); se lie d'amitié avec Vladimir Lossky à Paris et Alexis Hackel à Berlin.

Automne 1949
Chapelain à Rueschlikon dans le canton de Zurich, pour ne pas gêner les relations œcuméniques. [Œcuménisme, que de violations de la liberté de conscience et de croyance l'on commet en ton nom! –NdT]

Mai 1950

Naissance et décès de son fils Serge

Automne 1950
Retour à Paris, la Suisse ayant refusé de lui accorder un permis de séjour.

1952
Naissance de sa fille Olga à Paris

Octobre 1956
Sur les conseils et la recommandation de l'archevêque Jean (Maximovitch) de Changhaï et plus tard de San Francisco [1896-1966; mémoire le 19 juin du calendrier ecclésiastique; pour une icône, cf. viewtopic.php?t=1392 – NdT], alors évêque de l'Eglise russe hors frontières à Versailles et sur ordre du métropolite roumain Bessarion [Puiu, 1879-1964 –NdT] de Tchernowitz (Bucovine) [Cernauţi en roumain; capitale de la Bucovine, rattachée à l'Ukraine en 1940 à la suite du pacte germano-soviétique - NdT], alors en exil à Paris: émigration en Allemagne et installation à Düsseldorf; fondation d'une paroisse germanophone. [C'est ce point qui est intéressant par rapport à la question posée par le Père Iulian; si le RP Heitz était présent lors de la consécration épiscopale de Mgr Théophile dans l'église des Saints-Archanges, rue Jean-de-Beauvais en 1954, c'est donc qu'il avait rejoint l'Eglise russe hors frontières, via le diocèse roumain hors frontières, au plus tard en 1954 – NdT.]

1958
Première veillée pascale à la chapelle Jan-Wellem, 95, rue Fähr, à Düsseldorf; publication de Orthodoxie Heute

1966
Promotion comme archiprêtre suite à la publication du tome 1 de Der Orthodoxe Gottesdienst, consacré à la divine liturgie et aux sacrements (Editions Matthias Grünewald, Mayence 1966)

1969
Début de l'enseignement théologique orthodoxe du samedi à Düsseldorf, enseignement qu'il allait poursuivre avec engagement jusqu'à la fin de sa vie en dépit de toutes les déceptions et de toutes les peines, d'abord dans un appartement privé, ensuite au réfectoire de la rue Fähr, puis de la rue Eller, et à l'hôpital Saint-Alexis.

Les premiers participants furent Arnold et Henk Pijnenburg (aujourd'hui archiprêtre Chrysostome), Stephan Bakker (aujourd'hui protopresbytre Stephan) et Louis Berger (aujourd'hui curé catholique romain à Kijkduin), ensuite le diacre Johannes Nothhaas et Heinz Becker Komuß.

1970/1971
Obtention d'un bâtiment approprié comme résidence pour le futur archevêque de Düsseldorf et d'Allemagne du nord-ouest (Patriarcat de Moscou) rue Eller à Düsseldorf. [Ceci indique que le RP Heitz avait, à ce moment, quitté la juridiction de l'ERHF pour celle du patriarcat de Moscou–NdT. ]

Mai 1972
Après l'intronisation du nouvel archevêque de Düsseldorf et de l'Allemagne du nord-ouest Alexis (van der Mensbrugghe) [il s'agit du célèbre pionnier belge de l'Orthodoxie francophone et spécialiste du rit italique, Mgr Alexis van der Mensbrugghe, ancien professeur au séminaire orthodoxe francophone de Villemoisson-sur-Orge dans l'Essonne, 1899-1980 – NdT], participation au concile local de l'Eglise russe à Zagorsk (Sergiev Possad); à cette occasion, la mitre lui est conférée par le patriarche Pimène.

A partir de 1973
Participation aux congrès de la section suédoise de la fraternité des saints Alban et Serge [une association œcuménique qui regroupe orthodoxes et anglicans; l'archimandrite Lev Gillet fut très lié à cette association – NdT] à Uppsala; FONDATION DE LA "FRATERNITE ORTHODOXE POUR LES PAROISSES DE LANGUE ALLEMANDE"

1974/1975
Transfert provisoire dans le diocèse russe du patriarcat de Constantinople (rue Daru, Paris), car "l'archevêque Alexis cherchait à imposer à l'association paroissiale une modification statutaire qui aurait mis la paroisse sous tutelle et l'aurait abandonnée à l'arbitraire politique (menace d'enregistrer les noms des paroissiens et de les annoncer à Moscou, droit de disposer des finances comme prérogative exclusive de l'archevêque)" – citation mot à mot d'après la dictée du Père Serge

Parution de la première édition de Christus in euch: Hoffnung auf Herrlichkeit, catéchisme orthodoxe pour les fidèles adultes et adolescents, édité par Serge Heitz comme supplément de la revue Orthodoxie Heute, revu et corrigé par Susanne Hausammann et Serge Heitz. Plus tard traduit en néerlandais, français et bulgare.

1986

Parution du tome 1 de Mysterium der Anbetung, consacré à la divine Liturgie et aux heures canoniales; édité par Serge Heitz, traduction et correction par Susanne Hausammann et Serge Heitz, Editions Luthe, Cologne. Après trois ans d'interruption, nouvelle série de Orthodoxie Heute (jusqu'au 16e fascicule, 1991 / II).

1988

Parution du tome 3 de Mysterium der Anbetung, consacré aux mystères de l'Eglise orthodoxe et à la prière quotidienne des fidèles orthodoxes, Editions Luthe, Cologne.

6 août 1992
Requête pour être réintégré dans le patriarcat de Moscou, et ce pour deux motifs, à savoir que la nouvelle situation politique mettait fin aux menaces d'autrefois, et en outre que l'Orthodoxie germanophone paraissait mieux considérée au sein du patriarcat de Moscou, car les autres juridictions étaient plus intéressées à la préservation de leur propre héritage culturel. [Cette dernière remarque ne me surprend pas; la foi est une chose commune à tous les orthodoxes, mais il y a aussi des affinités culturelles et historiques qui font que, souvent, les orthodoxes d'origine francophone se sentent le plus à l'aise dans les diocèses d'origine arabe ou grecque et les orthodoxes d'origine germanophone dans les diocèses d'origine russe; bien qu'il y ait de nos jours une paroisse orthodoxe germanophone à Munich au sein de la métropole allemande d'origine grecque du patriarcat de Constantinople, le développement de l'Orthodoxie de langue allemande a toujours été lié à des diocèses d'origine russe. –NdT]

Octobre 1992
Admission dans le patriarcat de Moscou; perte de l'église du 95, rue Fähr, à Düsseldorf, au profit du 2e prêtre de cette paroisse; fondation, avec le soutien du diacre Stefan Gross, du futur diacre Damian Langenscheidt et du prêtre Johannes Nothhaas, ainsi que d'une partie des paroissiens de Düsseldorf, d'une paroisse "de l'Archange Michel et des saintes Puissances incorporelles", d'abord à la chapelle Saint-Corneille et ensuite dans l'Hôpital Saint-Alexis à Neuss près de Düsseldorf.

1994
Réédition corrigée et augmentée de Christus in euch: Hoffnung auf Herrlichkeit, en coopération avec le skite de moines serbes orthodoxes Saint-Spyridon à Geilnau-Lahn, typographie améliorée par le protodiacre Stefan Gross, parution à Gottingue (Vandenhoek & Rupprecht) [C'est cette édition que j'ai citée sur le présent forum orthodoxe francophone – NdT.]

1996
Collaboration à la revue qui a pris la suite de Orthodoxie Heute: Orthodoxie in der Gegenwart éditée par les Editions Klimmeck à Schliern (8 fascicules jusqu'à présent)
(a aussi été utilisée pour la rédaction de cette notice nécrologique – communication de l'éditeur de la page Internet de la fraternité orthodoxe en Allemagne)

Le Père Serge a pu mener jusqu'à son achèvement une vie bien remplie. Il a toujours gardé à l'esprit son travail pour les fidèles orthodoxes germanophones. Pour lui, la réception dans l'Orthodoxie n'a jamais signifié que le converti devait abandonner sa propre culture, sa mentalité et sa langue quand il voulait devenir orthodoxe.

Le Père Serge ne tolérait pas que l'ambition universelle de l'Orthodoxie soit réduite par de tels sacrifices. Dans la recherche de cette conception, large au sens spirituel et théologique, de ce qu'est l'Eglise orthodoxe, sa paroisse des Saints-Archanges à Düsseldorf fut le point d'envol pour tous ceux qui allaient dans cette direction. Car toute orientation ethnique de la construction d'une Eglise orthodoxe dans la diaspora – aussi importante que cette orientation soit au début pour le rassemblement des fidèles et pour la pastorale – perd sa solidité après la deuxième ou la troisième génération, quand les enfants et les petits-enfants des parents et des grands-parents immigrés ne comprennent plus la langue de leurs ancêtres dans les services religieux.
En ce qui concerne cette situation dans l'avenir, le Père Serge a accompli les travaux préparatoires grâce auxquels l'Eglise orthodoxe est prête à accueillir la nouvelle génération grandie en Allemagne et à éviter qu'elle ne soit perdue pour l'Orthodoxie.
(Le dernier paragraphe est largement cité d'après le recteur Johannes Nothhaas de Mayence.)

Comme le Père Serge a été jusqu'au bout, de tout son cœur et avec un engagement entier, un liturge et un prêtre, il convient de conclure avec la prière du prêtre qui a aussi été dite sur sa tombe:

"… Et de même que Tu l'as appelé sur terre pour servir dans Ton Eglise, Seigneur, permets-lui aussi de se tenir à Ton autel céleste.

Reçois-le parmi Tes saints et Tes anges, et de même que Tu as glorifié sa vie terrestre, fais de son départ de cette vie une entrée dans Ta sainteté.

Que son esprit soit compté au nombre de ceux qui t'ont plu depuis le commencement des siècles.

Amen!"
père Iulian Nistea
Messages : 3
Inscription : sam. 24 janv. 2004 1:53
Localisation : Paris
Contact :

complément d'infos p. Serge Heitz

Message par père Iulian Nistea »

Cher Claude,
Grand merci pour ces informations et pour l'effort de la traduction.

*

i. Trois dates:

- en décembre 1950 il célèbre le Noël en tant que prêtre pour les orthodoxes roumains à l'église roumaine de Paris (9 bis, rue Jean de Beauvais)

- le 26 décembre 1954 le P. Serge Heitz a été présent à la chirotonie épiscopale de Mgr Théophile Ionesco par Mgr Vissarion Puiu "en l'église orthodoxe russe Saint-Nicolas, à Versailles, 8, avenue Douglas-Haig, ayant comme me coconsécrateurs les révérendissimes Seigneurs Jean, archevêque de Bruxelles et d'Europe occidentale et Nathanael, évêque de Carthage et Tunis"

- en novembre 1955 Mgr Vissarion donne au R.P. Serge Heitz "de notre diocèse" une délégation "de se fixer dans le Land Nord-Rheim-Westfalen, avec la mission de s'occuper des besoins spirituels des Roumains orthodoxes [...]"

*

ii. Pour la revue Dans l'Esprit et la Vérité - "bulletin pour les chrétiens orthodoxes des pays de langue française (périodique mensuel)". J'ai devant moi le n° 5 / 1952, puis le n°19 /septembre 1953. Cela me fais penser que le bulletin a été fondé en 1952, et non pas en 1949. Mais bon, il faut voir la collection - qqun aura une idée où la trouver, complète?

Le P. Serge Heitz est "gérant", "directeur-gérant", "éditeur" ou "secrétaire de la rédaction". "La Rédaction du bulletin est assurée par un groupe de prêtres orthodoxes". Pour l'administration du bulletin: R.P. Alexandre Troubnikoff.

Le P. Al. troubnikoff a été le fondateur du "Centre orthodoxe d'études et d'informations" (1949 ? 1950 ?) - v. http://perso.orange.fr/stranitchka/VO22 ... ikoff.html Ils ont du être des proches collaborateurs.

En 1954 le bulletin "Dans l'Esprit et la Vérité" fusionne avec le bulletin orthodoxe allemand "Orthodoxie und Christenheit". Depuis, pour les abonnement en Allemagne est donnée comme personne de contact : Pfarrer J. Chrysostomus Elser. Etait ce dernier l'ancien éditeur de "Orthodoxie und Christenheit"? - Je ne sais pas ; si qqun pourrait aider...

En Christ,
p.iulian
Claude le Liseur
Messages : 4235
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: complément d'infos p. Serge Heitz

Message par Claude le Liseur »

père Iulian Nistea a écrit :Cher Claude,
Grand merci pour ces informations et pour l'effort de la traduction.

*

i. Trois dates:

- en décembre 1950 il célèbre le Noël en tant que prêtre pour les orthodoxes roumains à l'église roumaine de Paris (9 bis, rue Jean de Beauvais)

- le 26 décembre 1954 le P. Serge Heitz a été présent à la chirotonie épiscopale de Mgr Théophile Ionesco par Mgr Vissarion Puiu "en l'église orthodoxe russe Saint-Nicolas, à Versailles, 8, avenue Douglas-Haig, ayant comme me coconsécrateurs les révérendissimes Seigneurs Jean, archevêque de Bruxelles et d'Europe occidentale et Nathanael, évêque de Carthage et Tunis"

- en novembre 1955 Mgr Vissarion donne au R.P. Serge Heitz "de notre diocèse" une délégation "de se fixer dans le Land Nord-Rheim-Westfalen, avec la mission de s'occuper des besoins spirituels des Roumains orthodoxes [...]"

*

ii. Pour la revue Dans l'Esprit et la Vérité - "bulletin pour les chrétiens orthodoxes des pays de langue française (périodique mensuel)". J'ai devant moi le n° 5 / 1952, puis le n°19 /septembre 1953. Cela me fais penser que le bulletin a été fondé en 1952, et non pas en 1949. Mais bon, il faut voir la collection - qqun aura une idée où la trouver, complète?

Le P. Serge Heitz est "gérant", "directeur-gérant", "éditeur" ou "secrétaire de la rédaction". "La Rédaction du bulletin est assurée par un groupe de prêtres orthodoxes". Pour l'administration du bulletin: R.P. Alexandre Troubnikoff.

Le P. Al. troubnikoff a été le fondateur du "Centre orthodoxe d'études et d'informations" (1949 ? 1950 ?) - v. http://perso.orange.fr/stranitchka/VO22 ... ikoff.html Ils ont du être des proches collaborateurs.

En 1954 le bulletin "Dans l'Esprit et la Vérité" fusionne avec le bulletin orthodoxe allemand "Orthodoxie und Christenheit". Depuis, pour les abonnement en Allemagne est donnée comme personne de contact : Pfarrer J. Chrysostomus Elser. Etait ce dernier l'ancien éditeur de "Orthodoxie und Christenheit"? - Je ne sais pas ; si qqun pourrait aider...

En Christ,
p.iulian

Cher Père Iulian,

Les informations que vous donnez ici tendent à montrer que le RP Heitz avait quitté le patriarcat de Moscou pour l'Eglise russe hors frontières dès son retour de Suisse, en 1950.

En ce qui concerne la délégation donnée par le métropolite Bessarion (Puiu) de se fixer dans le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie (de toute façon le plus peuplé des Länder, ancienne citadelle du charbon et de la sidérurgie ayant brillamment réussi sa reconversion dans les industries de pointe), cela ne m'étonne pas, puisque le diocèse roumain hors frontières aurait eu une paroisse à Cologne (la plus grande ville de Rhénanie du Nord-Westphalie) encore au début des années 1990:

Eglise Saint-Georges
Machabärstrasse 41
Cologne

(source: Jean-Paul Besse, L'église orthodoxe roumaine de Paris, D.U.C., Paris 1994, p. 159)

Il est donc probable que le diocèse fondé par le métropolite Bessarion avait déjà des fidèles dans cette région en 1955.

Cette incardination d'un prêtre non roumain dans un diocèse roumain est toutefois étonnante, surtout pour cette époque.

En ce qui concerne le RP Chrysostome Elser, je n'en trouve trace nulle part. Rien trouvé sur Internet. Rien trouvé non plus dans le livre de Gernot Seide Die Russische Orthodoxe Kirche im Ausland, Editions du monastère Saint-Job-de-Potchaïev, Munich 1983, qui ne mentionne comme prêtres allemands au sein de l'ERHF de cette époque que les RRPP Ambroise Backhaus, de Hambourg, Anastase Drekopf, de Munich, Constantin Järisch, de Hambourg, Séraphin Korff, de Hanovre, Benoît Lohmann, de Hambourg, Paul Sohnle, de Stuttgart, Jean Thon, de Coblence et Nicolas Wiese, de Cologne; les autres clercs non russes de ce diocèse étaient l'évêque Marc (Arndt), Allemand natif de Chemniz, et le diacre Etienne Weerts, qui, à ma connaissance, est Flamand et aujourd'hui prêtre en Belgique. Rien trouvé enfin dans le classique Orthodoxe Kirchen in Deutschland, Vandenhoeck & Ruprecht, Gottingue 1997, du pasteur Reinhard Thöle de l'EKD, qui mentionne pourtant les RRPP Serge Heitz et Pierre Sonntag (son successeur à la paroisse des Saints-Archanges à Düsseldorf) (p. 19), l'archevêque belge Alexis de Düsseldorf (p. 31) ou le hiéromoine Gabriel Bultmann (p. 103) qui tenta de maintenir le rit byzantin en allemand au sein de la branche allemande de l'ECOF. Voilà, ce message m'aura au moins donné l'occasion de rappeler quelques noms des pionniers de l'Orthodoxie germanophone, mais j'ai bien conscience qu'il n'apporte rien à votre moulin. Aucune trace du RP Elser.
Répondre