Traduction complète de l'interview du métropolite du Banat

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Claude le Liseur
Messages : 4135
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Traduction complète de l'interview du métropolite du Banat

Message par Claude le Liseur » lun. 09 juin 2008 21:09

Je publie ici le texte complet de l'interview du métropolite Nicolas (Corneanu) du Banat, tel que publiée sur le site roumain http://www.razbointrucuvant.ro/2008/06/ ... -pare-rau/ , suivie de ma traduction dans l'ordre. Le fil est bloqué. Si ce texte remarquable, qui est un vrai manifeste de la sécularisation totale du christianisme, vous intéresse, vous pouvez poster vos commentaires sur le fil prévu à cet effet viewtopic.php?t=2316 .

Les lecteurs qui connaissent le roumain peuvent aussi me faire leurs suggestions pour l'amélioration de la traduction sur le même fil viewtopic.php?t=2316 . Une aussi intéressante réflexion, une pensée aussi significative et révélatrice, méritent vraiment une bonne traduction française et j'ai conscience que ma traduction est perfectible.

C'est ce que j'avais voulu faire l'année dernière quand j'avais publié ma traduction de la lettre ouverte de l'évêque russe Diomède (ici: viewtopic.php?t=2192 ), mais, à l'époque, on ne m'avait pas beaucoup aidé.

Texte original de l'interview donnée le 4 juin 2008 par Mgr Nicolas (Corneanu), métropolite du Banat, à l'association roumaine des journalistes et éditeurs chrétiens AZEC

" Razvan Bucuroiu:
- Înaltpreasfintia Voastra, este adevarat ca v-ati impartasit la Biserica Greco-Catolica din Timisoara acum doua duminici?

- Da, este perfect adevarat. Am fost invitat de catre confratii greco-catolici la sfintirea unei noi biserici de aici, din orasul Timisoara. In momentul cand s-a facut impartasirea credinciosilor, m-a impresionat multimea de credinciosi care, toti, alaturi evident de preotii care erau de fata, au cerut sa fie si ei impartasiti. Printre acei credinciosi erau nu numai greco-catolici, ci si ortodocsi, pentru ca in zona respectiva traiesc mai multi ortodocsi decat greco-catolici. Dar, sigur, solemnitatea si serviciul religios a fost [sic!] al greco-catolicilor. In momentul cand s-a impartasit toata lumea, repet din nou [sic!], am fost impresionat, emotionat de modul cum toata asistenta, toti participantii la serviciul religios s-au apropiat de preotii care cuminecau, ca sa primeasca si ei Impartasania. Am simtit un sentiment de…, daca pot spune asa, fratietate fata de obstea de credinciosi care erau nu numai greco-catolici, repet, ci si ortodocsi si printr-un gest spontan, m-am apropiat si eu de cei care se impartaseau si m-am impartasit si eu alaturi de ceilalti. Sigur ca trebuia sa reflectez la consecintele sau comentariile care erau previzibile pe aceasta tema, dar a fost un gest spontan de fratietate pe care in acel moment l-am simtit, sa zic asa, necesar sa il fac si eu, alaturi de toata obstea care se afla atunci la acel serviciul religios. Imi pare rau ca am dat in felul acesta posibilitatea unor comentarii, din cele mai, sa zic asa,.. negative, dar pentru mine, ca si om al lui Hristos si al lui Dumnezeu, a fost un gest de fratietate. Pe langa toate, in acel moment mi-am adus aminte de foarte multele intruniri ecumenice la care luam si eu parte in trecut si la care se dezbatea, pe vremea aceea, un document care se chema „Botez, Euharistie si comuniune“. Sigur ca pe plan ecumenic am fost toti de acord ca e necesar sa ne apropiem unii de altii si sa recurgem la tot ceea ce se poate pentru a manifesta fratietatea dintre marile confesiuni crestine.

- Inaltpreasfintia Voastra, dupa ce emotia a trecut, va pare rau pentru acest gest?

- Sincer sa spun, nu-mi pare rau, doar ca regret ca am dat prilej la comentarii din cele mai felurite si, majoritatea, destul de negative. Ar fi trebuit sa calculez foarte bine gestul care l-am facut atunci, dar a fost un gest spontan si, sa zic asa, o comuniune in Hristos pe care am simtit-o, alaturi de ceilalti crestini, pentru ca sunt cu adevarat crestini si ei. Nu ne desparte in fond nimic decat pe plan jurisdictional - acceptarea primatului papal, pe care, sigur, noi o privim cu alti ochi si din alt punct de vedere - dar incolo nu este nici un fel de deosebire intre noi, ne asemanam si ne indentificam din toate punctele de vedere.

Teologul Radu Preda de la Cluj:
- Am vorbit si eu cu cativa prieteni timisoreni, artisti, oameni ai Bisericii, chiar si teologi, unul dintre ei chiar preot, care au inteles - si inteleg marturia pe care ati depus-o aici, in fata noastra - ca a fost un gest personal, a fost, daca vreti, o “comotie” a unei persoane care in mijlocul unei comunitati rugatoare, practic nu a putut refuza invitatia de a duce pana la ultima consecinta aceasta stare de comuniune. Va inteleg foarte bine, din punct de vedere psihologic, daca vreti. Insa intrebarea este urmatoarea: Dvs erati acolo ca Mitropolit al Banatului. Practic reprezentati Biserica locala. Cum le veti raspunde timisorenilor sau banatenilor si, prin extrapolare, nu fantezista, ci foarte reala, ortodocsilor - nu numai romani (stirea aceasta a facut deja inconjurul lumii panortodoxe) - cum veti raspunde astfel incat sa ia partea buna, daca exista una, din acest gest, astfel incat sa evitam, pe cat posibil, ca acest capitol al dumneavoastra sa ramana de fapt o sminteala. In ce masura aveti la indemana criteriile teologice incat sa faceti distinctia intre un gest personal, constructiv, profetic, il numim cum vreti si, pe de alta parte, o sminteala care, pana la urma urmei, stiti ce ne costa, Inaltpresfintite? Ne costa o polarizare inutila in interiorul Bisericii intre ecumenisti si traditionalisti. Daca presa pana acuma miza pe o polarizare, de obicei miza prosteste, din lipsa de cunostinte, din graba, din superficialitate, iata ca acum eu ca teolog si om al Cetatii, vad ca practic nu mai am raspunsuri. Intr-adevar avem de a face cu o polarizare in Biserica. Deci cum raspundeti la acest tip de nu de lectura negativa, ci realmente de receptare?


- Ca raspuns la aceasta intrebare as vrea sa va relatez ca, fara a fi fost provocat, Duminica urmatoare, in Catedrala noastra Mitropolitana, la sfarsitul Sfintei Liturghii, m-am adresat credinciosilor relatandu-le cele ce s-au intamplat. Nimeni nu mi-a cerut o explicatie, dar pentru ca am aflat eu de comentariile care se faceau, sa zic asa, in afara, m-am adresat credinciosilor, relatandu-le ceea ce s-a intamplat. Si va marturisesc ca reactia crediniciosilor - catedrala a fost plina - a fost o reactie pozitiva, in sensul ca numai ca nu m-au aplaudat. Eu i-am rugat sa nu faca niciun astfel de gest, dar incepusera sa aplaude. Si le-am spus ca ii rog ca in Biserica sa nu faca asa ceva! Dar reactia lor a fost pozitiva. Si daca imi permiteti, exista un sentiment de fratietate - acuma, la ora actuala, i se zice ecumenism, eu ii zic de fratietate, care l-au simtit mereu, tot timpul credinciosii din zona in care imi desfasor eu activitatea, ca sa nu zic din Banat si au fost, permiteti-mi sa spun, incantati de gestul meu. Am primit si reactii in scris, am fost vizitat de credinciosi care toti mi-au adresat cuvinte de apreciere. Asta a fost reactia credinciosilor, pentru ca m-ati intrebat de pozitia lor.

- Si credinciosii care vor continua sa va intrebe cum vedeti pastoral situatia? Pentru ca daca acei credinciosi care vad in asta o sminteala, cum le raspundeti acelora? Nu celor care, sa zicem asa, sunt fani ai intercomuniunii, ci celor care au nelamuriri teologice? Pentru ca inteleg ca Dvs aveti o viziune foarte coerenta, o inteleg, fara sa o pot accepta, bineinteles, integralitatea ei, dar raspundeti acestora, pastoral? Ii puteti sfatui pe credinicosii Dvs. sa mearga la orice biserica, nu conteaza la care, pentru ca oricum Euharistia este peste tot aceeasi? Pastoral, ca pastor, ca Mitropolit al locului…

- …. nici nu le voi interzice, dar exista acest sentiment de comuniune intre credinciosii pe care eu ii pastoresc, sentiment (pe) care l-am imprumutat si eu de la ei, care ni l-am comunicat unii altora de ani de zile si acest sentiment il au si ei. N-am avut, sa zic asa, niciun cuvant de repros din partea nimanui, ci dimpotriva, cand unii dintre cei care au urmarit presa sau care au mai aflat cate ceva din comentariile care s-au facut, au venit la mine sa imi spuna: „Va laudam, va apreciem pentru tot ceea ce ati facut, va admiram!” Am ramas, va marturisesc, foarte emotionat de reactia aceasta a credinciosilor.

Parintele Visarion Alexa, de la Radio Romania Actualitati:
- Am rugamintea sa ne spuneti, va rog, daca puteti, cu ce v-ati impartasit cand ati facut gestul acesta, IPS Voastra?

- M-am impartasit cu ceea ce aveau confratii de acolo pregatit in potir. N-am cerut altceva. Nu atat Impartasania m-am dus sa o primesc de acolo, ci am voit sa demonstrez un gest de comuniune, nimic altceva. Oamenii au apreciat ca atare acest gest.

- Ce considerati Inaltpresfintia Voastra ca se afla in potirul, de pe altarul de acolo?

- Din punctul lor de vedere…

- Nu, nu, din punctul Inaltpreasfintiei Voastre de vedere… Ei stim ce cred, ce credeti Inaltpresfintia Voastra?

- Din punctul nostru de vedere daca imi permiteti sa spun teologic… Din punct de vedere teologic, intre Preotia, Tainele, Liturghia confratilor nu numai greco-catolici, (ci) si romano-catolici, noi recunoastem Taina Euharistica pe care o au si ei. N-am negat-o. A fost totdeauna privita aceasta o unitate de pareri, in ceea ce priveste romano-catolicii si greco-catolicii. Si, daca imi permiteti, as aduce aminte de un document care a fost adoptat inainte cu mai multi ani - e adevarat, prin intermediul Consiliului Ecumenic al Bisericilor - care se numea „Botez, Euharistie si Preotie” si din punct de vedere teologic si ecumenic, noi am recunoscut aceste taine ale confratilor nostri. Asta este din ce stiu eu, din punct de vedere teologic.

Danion Vasile:
- Deci Sfintia Voastra, considerati ca v-ati impartasit cu Trupul si Sangele lui Hristos…?

- Da, da!

- …conform documentului pe care l-ati invocat…

- Da.

- Mitropolitul Hierotheos Vlachos, ca multi alti ierarhi de seama ortodocsi contesta documentul respectiv. Mitropolitul Hierotheos Vlachos afirma: „Papistasii nu au preotie, nici taine. Vaticanul nu este biserica, ci un sistem politico-economic situat in afara Bisericii. Iar Papa, cu toti clericii Vaticanului, nu sunt urmasi ai apostolilor. Nu au predania si succesiunea apostolica.” Preasfintia Voastra, ati afirmat despre greco-catolicism, in interviul pe care l-ati dat”Formulei As”: „Crearea Bisericii Greco-catolice a fost o necesitatede ordin istoric pentru romani”. Sfintia Voastra considerati ca a fost necesitate, in timp ce Sfintii Bisericii Ortodoxe au spus cu totul altceva. De exemplu, Sfantul…

- Eu pun problema din punctul de vedere al Ardealului si al romanilor ardeleni, care aflandu-se sub ocupatie straina au vazut in Roma un fel de salvare a originii noastre latine si latino-dacice.

- Perspectiva Sfintiei Voastre, ma iertati, e diferita de perspectiva traditionalista, ortodoxa. Sf Paisie Velicicovski spunea asa: „Uniatia e o aschie desprinsa de la Sfanta Biserica a Rasaritului si unire cu necredincioasa, ca sa nu-i zic biserica, rimeneasca. Uniatia este inselaciunea diavolului si-i vaneaza pe cei nesocotiti intru pierzanie…“. Intrebarea: Cum va raportati la invatatura Sfintilor care sunt foarte categorici? Tocmai a fost canonizat Sfantul Atanasie Todoran, care l-a oprit pe fiul sau sa primeasca Impartasania apostata, intrucat Sfintii Parinti spun ca impartasirea de la eretici este partasie cu diavolul?

- Aceasta a fost, sa zicem, pozitia unora din credinciosii ardeleni care identificau catolicismul, nu atat greco-catolicismul, ci catolicismul cu maghiarismul. Si pentru ca exista ocupatia maghiara care, cunoastem, a avut consecinte negative in constiinta romanilor ardeleni, ei au identificat catolicismul, la vremea respectiva, cu maghiarismul. Dar lumea a evoluat si la ora actuala, iata noi avem relatii foarte bune si cu Ungaria si cu alte comunitati care nu sunt, sa zicem,… romanesti. Lumea a evoluat, istoria a evoluat si cred ca la ora actuala nu ne mai putem intoarce la, sa zicem, perceptiile care le-au avut oamenii in momentul cand istoria era cu totul alta decat cea de astazi.

Remus Radulescu, de la Radio:
- Parinte Mitropolit, vi s-a intamplat in activitatea dumneavoastra liturgica, sa acordati Sfanta Impartasanie unui alt credincios decat ortodox: adica unui greco-catolic sau unui catolic?

- Va marturisesc ca atunci cand slujesc, si puterile fizice ma ajuta, impartasesc si eu pe toti credinciosii.

- Fara sa-i intrebati…

- Nu l-am intrebat pe niciunul nici macar daca s-a spovedit. Pentru ca daca a venit sa ceara Sfanta Impartasanie, am considerat ca aceasta dorinta de a fi impartasit cu Trupul si Sangele Mantuitorului… e bine s-o satisfac.

- Dar vreun cleric din Mitropolia dumneavoastra de alta confesiune - greco-catolic sau romano-catolic - participand sau asistand la o Liturghie ortodoxa s-a impartasit vreodata?

- Nu, nici nu i-am cerut nimanui…

- Nu neaparat, zic, nu s-a intamplat?

- Nu s-a impartasit, pentru ca… nu se punea problema, n-au cerut oamenii, n-au simtit nevoia… Fiecare si-a urmat drumul lui… Asa cum si eu imi urmez drumul meu, n-am facut nicio concesie nimanui din punct de vedere dogmatic sau din alte puncte de vedere… Sunt ortodox, raman ortodox pana la moarte si nu pot sa fiu altceva.

Razvan Bucuroiu:
- Multumim foarte mult, IPS voastra. Acestea au fost cele cateva intrebari pe care ziaristii si cei prezenti voiau sa vi le adreseze… Eu as vrea sa va mai intreb un lucru, daca ingaduiti:

- Va rog…

- Va asumati pana la capat toate consecintele acestui gest? Si in plan personal si…

- Evident ca da… N-am incotro, l-am facut si nu pot sa-l reneg. E o realitate pe care o recunosc si.. daca va fi sa trag niste consecinte negative, cu voia lui Dumnezeu, le voi trage acele consecinte“.



Ma traduction:

Razvan Bucuroiu:

- Votre Éminence, est-il vrai que vous avez communié à l'église gréco-catholique de Timişoara voici deux dimanches?

- Oui, c'est parfaitement vrai. J'ai été invité par des confrères gréco-catholiques à la consécration d'une église d'ici, de la ville de Timişoara. Au moment de la communion des fidèles, j'ai été impressionné par la multitude des fidèles qui, tous, entourés de manière évidente de prêtres qui étaient de face, ont demandé à communier. Parmi ces fidèles, il n'y avait pas seulement des gréco-catholiques, mais aussi des orthodoxes, parce que dans cette région, il y a beaucoup plus d'orthodoxes que de gréco-catholiques. Mais, assurément, cette solennité et ce service religieux étaient gréco-catholiques. Au moment où tout le monde a pris la communion, je le répète de nouveau, j'ai été impressionné, ému par la manière dont toute l'assistance, tous les participants au service religieux se sont approchés des prêtres qui communiaient, afin de recevoir eux aussi l'eucharistie. J'ai éprouvé un sentiment de…, si l'on peut dire ainsi, fraternité face à ce public de fidèles qui n'étaient pas seulement gréco-catholiques, je le répète, mais aussi orthodoxes, et, dans un geste spontané, je me suis approché et j'ai demandé à communier et j'ai communié entouré par les autres. Certes, il fallait réfléchir aux conséquences ou aux commentaires qui étaient prévisibles à ce sujet, mais cela a été un geste spontané de fraternité dont j'ai ressenti à ce moment, pour ainsi dire, qu'il était nécessaire que je le fisse aussi, entouré de tout ce public qui se trouvait alors à ce service religieux. Je regrette que j'ai donné lieu de cette manière à la possibilité de commentaires, pour le moins, disons,… négatifs, mais pour moi, en tant qu'homme du Christ et de Dieu, cela a été un geste de fraternité. Par-dessus tout, à ce moment, je me suis souvenu de très nombreuses rencontres œcuméniques auxquelles j'ai moi aussi pris part dans le passé et dans lesquelles on débattait, à cette époque, d'un document qui s'appelait "Baptême, Eucharistie, et communion." Il est certain que sur le plan œcuménique nous avons tous été d'accord qu'il est nécessaire de se rapprocher les uns des autres et que nous nous référions à tout ce que nous pouvons faire pour manifester la fraternité entre les grandes confessions chrétiennes.

Votre Éminence, maintenant que l'émotion est passée, regrettez-vous ce geste?
- À dire vrai, je ne le regrette pas, mais je regrette d'avoir donné l'occasion de commentaires de toute sorte, assez négatifs en majorité. J'aurais dû calculer très bien le geste que j'ai fait, mais c'était un geste spontané, et, pour ainsi dire, une communion que j'ai éprouvé en Christ, entouré par d'autres chrétiens, parce que ce sont eux aussi de vrais chrétiens. Au fond, rien ne nous sépare en dehors de l'aspect juridictionnel – l'acceptation de la primauté pontificale, que nous, nous regardons assurément avec d'autres yeux et un autre point de vue – mais, au-delà, il n'y a aucune différence entre nous, nous nous ressemblons et sommes identiques à tous points de vue.


Radu Preda, théologien, Cluj-Napoca

- J'ai parlé moi aussi avec quelques amis de Timişoara, des artistes, des hommes d'Église, même des théologiens, même un prêtre parmi eux, qui ont compris – et je comprends le témoignage que vous avez donné ici, en face de nous – que cela a été un geste personnel, que cela a été, si vous voulez, une "commotion" d'une personne qui, au milieu d'une communauté en prière, n'a pu refuser en pratique l'invitation de mener jusqu'à son ultime conséquence cet état de communion. Je vous comprends très bien, du point de vue psychologique, si vous voulez. La question est la suivante: Vous étiez là-bas comme métropolite du Banat. En pratique, vous représentez l'Église locale. Comment répondrez-vous aux habitants de Timişoara ou du Banat, et par une extrapolation, non pas fantaisiste, mais très réelle, aux orthodoxes – pas seulement roumains (cette nouvelle a déjà fait le tour du monde panorthodoxe) – comment répondrez-vous comment voir le bon côté, s'il y en a un, de ce geste, de telle sorte que nous évitions, autant que possible, que ce chapitre demeure de fait une erreur. Dans quelle mesure avez-vous saisi des critères théologiques afin de faire la distinction entre d'une part un geste personnel, constructif, prophétique, nommez-le comme vous voulez, et d'autre part, une erreur, dont vous savez ce qu'elle nous coûte à la fin, votre Éminence? Cela nous coûte une polarisation inutile à l'intérieur de l'Église entre œcuménistes et traditionnalistes. Si jusqu'à présent la presse joue sur une polarisation, d'habitude elle joue bêtement, par manque de connaissances, par hâte, par superficialité, voici que maintenant, en tant que théologien et homme de la Cité, je vois qu'en pratique je n'ai plus de réponses. En fait nous avons affaire à une polarisation dans l'Église. Donc, comment répondez-vous à ce genre, non de lecture négative, mais réellement de réception?

- Comme réponse à cette question je voudrais vous rapporter, que, sans que cela ait été provoqué, le dimanche suivant, dans notre cathédrale métropolitaine, à la fin de la sainte Liturgie, je me suis adressé aux fidèles en leur racontant ce qui s'était passé. Personne ne m'a demandé d'explications, mais comme j'étais au courant des commentaires que l'on faisait, disons, à l'extérieur, je me suis adressé aux fidèles, en leur racontant ce qui s'était passé. Et je vous assure que la réaction des fidèles – la cathédrale était pleine – a été une réaction positive, en ce sens qu'ils m'ont applaudi. Et moi je les ai prisé de ne faire aucun geste de la sorte, mais ils avaient commencé à applaudir. Et je leur ai dit de prier à l'église et de ne rien y faire d'autre! Mais leur réaction a été positive. Et, si vous me permettez, il existe un sentiment de fraternité – maintenant, à l'heure actuelle, on dit œcuménisme, moi je parle de fraternité, que j'ai toujours ressenti, tout le temps les fidèles de la zone dans laquelle je déploie mon activité, pour ne pas dire du Banat, ont été aussi, permettez-moi de le dire, enchantés de mon geste. J'ai aussi reçu des réactions par écrit, j'ai été visité par des fidèles qui m'ont tous adressé des paroles d'estime. Telle a été la réaction des fidèles, puisque vous m'avez demandé leur position.
- Et les fidèles qui vont continuer à vous demander comment vous voyez la situation pastorale? Parce que s'il y a ces fidèles qui voient dans cela une faute, comment leur répondez-vous? Pas à ceux qui, pour ainsi dire, sont des fans de l'intercommunion, mais à ceux qui ont des questions théologiques? Parce que je comprends que vous avez une vision très cohérente, je la comprends, sans pouvoir l'accepter, bien entendu, dans son intégralité, mais que répondez-vous à ceux-là, sur le plan pastoral? Pouvez-vous conseiller à vos fidèles d'aller à n'importe quelle église, peu importe laquelle, parce que de toute façon l'Eucharistie est partout la même? D'un point de vue pastoral, comme pasteur, comme métropolite de l'endroit…
- … je ne le leur interdirai pas, car il existe ce sentiment de communion entre les fidèles dont je suis le pasteur, sentiment que je leur ai aussi emprunté, que nous nous sommes communiqué les uns aux autres depuis des années et ce sentiment je l'ai aussi. Je n'ai pas eu, pour ainsi dire, aucun mot de reproche de la part de personne, mais au contraire, quand certains de ceux qui ont suivi la presse et qui ont entendu les commentaires qui ont été faits, sont venus me voir pour me dire: "Nous vous louons, nous vous apprécions beaucoup pour tout ce que vous avez fait, nous vous admirons!" Je suis resté, je vous l'assure, très ému par cette réaction des fidèles.

Père Visarion Alexa, de Radio Roumanie Actualités

- J'ai cette demande que vous nous disiez, s'il vous plaît, si vous pouvez, avec quoi vous avez communié quand vous avez fait ce geste, votre Éminence?
-J'ai communié à ce que mes confrères de là-bas avaient préparé dans le calice. Je n'ai rien demandé d'autre. Ce n'est pas tant la communion qui m'a conduit à la recevoir là-bas, que le fait que j'ai voulu démontrer un geste de communion, rien d'autre. Les gens ont apprécié ce geste comme démonstration.
-Votre Éminence, que considérez-vous qu'il y avait dans le calice sur l'autel là-bas?
-De leur point de vue…
-Non, non, du point de vue de votre Éminence… Eux, ils savent ce qu'ils croient, vous, que croyez-vous, votre Éminence?
-De notre point de vue, si vous me permettez de parler d'une manière théologique… Du point de vue théologique, entre le sacerdoce, les sacrements, la liturgie des confrères non seulement gréco-catholiques, mais aussi catholiques de rit latin, nous reconnaissons le sacrement de l'Eucharistie qu'ils ont eux aussi. Nous ne l'avons pas nié. Il y a toujours eu à cet égard une unité d'opinion, en ce qui concerne les catholiques de rit latin et les gréco-catholiques. Et, si vous me permettez, je voudrais vous rappeler un document qui a été adopté il y a de nombreuses années – il est vrai, par l'intermédiaire du Conseil œcuménique des Églises (NdT: World Council of Churches), qui s'appelle "Baptême, eucharistie et ministère", et, du point de vue théologique et œcuménique, nous avons reconnu ces sacrements de nos confrères. Voici ce que je sais, quant à moi, du point de vue théologique.

Danion Vasile:
- Donc, Votre Éminence, vous considérez que vous avez communié au Corps et au Sang du Christ ?

-Oui, oui !

-… conformément au document que vous avez invoqué…

- Oui.

- Le métropolite Hiérothée Vlachos, comme de nombreux autres hiérarques orthodoxes contestent le document en question. Le métropolite Hiérothée Vlachos affirme : « Les papistes n’ont ni sacerdoce, ni sacrements. Le Vatican n’est pas l’Église, mais un système politico-économique situé en dehors de l’Église. Mais le Pape, avec tous les clercs du Vatican, ne sont pas les successeurs des Apôtres. Ils n’ont pas la tradition ni la succession apostolique. » Votre Éminence, vous avez affirmé à propos de l’uniatisme, dans l’entretien que vous avez accordé à « Formula As » : « La création de l’Église gréco-catholique a été une nécessité d’ordre historique pour les Roumains. » Votre Éminence, vous considérez que cela a été une nécessité, alors que les saints de l’Église orthodoxe ont dit tout autre chose. Par exemple, saint…

- Moi, je pose le problème du point de vue de la Transylvanie et des Roumains de Transylvanie, qui, se trouvant sous occupation étrangère, ont vu en Rome une sorte de salut de notre origine latine et latino-dace.

- La perspective de votre Éminence est différente de la perspective traditionaliste, orthodoxe. Saint Païssios Vélitchkovsky disait : « L’Union est une séparation de la sainte Église d’Orient et une union avec l’incroyance – je ne dis pas l’église – romaine. L’Union est la tromperie du diable pour conduire les transgresseurs à leur perdition… » Ma question : comment vous situez-vous par rapport à l’enseignement des saints qui sont très catégoriques ? On a précisément canonisé saint Athanase Todoran, qui a retenu son fils de recevoir la communion apostate, et les saints Pères disent que la communion des hérétiques est la communion avec le diable ?
- Cela a été, disons, la position de certains fidèles transylvains qui identifiaient le catholicisme, pas seulement l’uniatisme, mais le catholicisme, avec le magyarisme. Et parce qu’il y a eu l’occupation hongroise qui a eu, nous le savons, des conséquences négatives dans la conscience des Roumains transylvains, ils ont identifié le catholicisme, à cette époque, avec le magyarisme. Mais le monde a évolué et, à l’heure actuelle, voici que nous avons des relations très bonnes et avec la Hongrie, et avec d’autres communautés qui ne sont pas, disons, … roumaines. Le monde a évolué, l’histoire a évolué, et je crois qu’à l’heure actuelle nous ne pouvons plus revenir à, disons, des perceptions que les gens ont eu à un moment où l’histoire était toute autre que celle de nos jours.

Remus Radulescu, de la radio:

- Père Métropolite, vous est-il arrivé dans votre activité liturgique d’accorder la sainte communion à un fidèle d’une autre confession qu’orthodoxe, c’est-à-dire à un gréco-catholique ou un catholique?
- Je vous affirme que quand je célèbre, et que mes forces physiques m’aident, je donne moi aussi la communion à tous les fidèles.
- Sans leur demander...
- Je n’ai même demandé à personne s’il s’était confessé. Parce que s’il est venu pour demander la sainte Communion, j’ai considéré que ce désir de recevoir la communion au Corps et au Sang du Sauveur… il est bon que je le satisfasse.
- Mais un clerc de votre Métropole d’une autre confession – gréco-catholique ou catholique romain – participant ou assistant à la Liturgie orthodoxe a-t-il communié ?
- Non, je ne l’ai demandé à personne…
- Mais, disons, dans l’absolu, ça n’a pas eu lieu?
- Il n’a pas communié, parce que… le problème ne se posait pas, les gens n’ont pas demandé, ils n’ont pas ressenti le besoin… Chacun a suivi son chemin… De même que moi aussi je suis mon chemin, je n’ai fait aucune concession à personne du point de vue dogmatique ou d’un autre point de vue… Je suis orthodoxe, je le demeure jusqu’à la mort et je ne peux rien être d’autre.

Razvan Bucuroiu:
-Merci beaucoup, votre Éminence. C'était les quelques questions que les journalistes et les personnes présentes souhaitaient vous poser… Quant à moi, je voudrais encore vous demander une chose, si vous permettez.
-Je vous en prie…
-Assumez-vous toutes les conséquences de ce geste? Et sur le plan personnel et…
-Bien sûr que si… Je n'ai pas le choix, je l'ai fait et je ne peux le renier. C'est une réalité que je reconnais et… s'il y avait des conséquences négatives, avec la permission de Dieu, je supporterai ces conséquences.

Claude le Liseur
Messages : 4135
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » mar. 10 juin 2008 18:47

Je remercie "Théophylactère", qui, sur son blog http://orthodoxie-libre.over-blog.com/ , a été le seul à faire écho à cette traduction complète.

Claude le Liseur
Messages : 4135
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » mer. 11 juin 2008 18:13

Je remercie aussi Jean-Mi qui a mis sur son blog http://stmaterne.blogspot.com/2008/06/c ... saint.html le lien vers cette traduction, avec la traduction d'une homélie de saint Jean Chryosostome sur les applaudissements à l'église, qui montre - ô surprise ! - que le saint archevêque de Constantinople n'avait pas la même perception des applaudissements dans les lieux de culte que Mgr Nicolas Corneanu.

Verrouillé