Icône La Mère de Dieu d'Iviron

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Steve G
Messages : 50
Inscription : jeu. 12 janv. 2006 14:23
Localisation : LAON

Icône La Mère de Dieu d'Iviron

Message par Steve G »

Quelqu'un sait-il pourquoi sur cette icone la Theotokos est représentée avec
une joue entaillée ?
Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, prends pitié de moi, pêcheur.
Steve G
Messages : 50
Inscription : jeu. 12 janv. 2006 14:23
Localisation : LAON

cf

Message par Steve G »

Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, prends pitié de moi, pêcheur.
Claude le Liseur
Messages : 4231
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Icône La Mère de Dieu d'Iviron

Message par Claude le Liseur »

Steve G a écrit :Quelqu'un sait-il pourquoi sur cette icone la Theotokos est représentée avec
une joue entaillée ?
Je pense que le quatrième kondak de l'hymne acathiste à la Toute-Sainte Enfantrice de Dieu en l'honneur et mémoire de l'apparition de son icône miraculeuse d'Iviron vous donnera la réponse:

"La vénérable veuve de Nicée, agitée intérieurement par la tempête du doute, fut frappée de stupeur en voyant le soldat iconoclaste percer de sa lance l'icône sainte et très vénérée de la Mère de Dieu et aussitôt en jaillir du sang; aussi saisie de crainte et pour que ne soit pas profanée la sainte icône, versant des larmes avec une prière, elle la jete à la mer. Mais la voyant se frayer un chemin, droite, au dessus des eaux et s'éloigner vers l'occident, elle s'écria avec joie: alléluia !"

Traduit du slavon et publié in La Sainte Icône Myrrhoblyte de la Mère de Dieu Portaïtissa, 2e édition, ACORLY, Lyon 1997, p. 19. Ces événements se seraient produits au temps du dernier empereur iconoclaste, Théophile, qui règna sur les Romains de 829 à 842.

On sait par ailleurs qu'une reproduction de cette icône de la Porte du Ciel, peinte en 1981 au Mont Athos, connut une vaste renommée lorsqu'elle commença à exsuder de la myrrhe chez son gardien le moine orthodoxe chilien Joseph (Muñoz) à Montréal, Québec, le 24 novembre 1982. Le phénomène s'est poursuivi par intermittence jusqu'à l'assassinat du frère Joseph à Athènes en 1997 et à la disparition de l'icône qui, à ma connaissance, n'a toujours pas été retrouvée.
Dernière modification par Claude le Liseur le mar. 28 févr. 2006 14:06, modifié 1 fois.
Sylvie
Messages : 387
Inscription : lun. 01 août 2005 2:50

Message par Sylvie »

Lecteur Claude disait :
On sait par ailleurs qu'une reproduction de cette icône de la Porte du Ciel, peinte en 1981 au Mont Athos, connut une vaste renommée lorsqu'elle commença à exsuder de la myrrhe chez son gardien le moine orthodoxe chilien Joseph (Muñoz) à Montréal, Québec, le 24 novembre 1982. Le phénomène s'est poursuivi par intermittence jusqu'à l'assassinat du frère Joseph à Athènes en 1998 et à la disparition de l'icône qui, à ma connaissance, n'a toujours pas été retrouvée.
Je me souviens de cet frénésie autour de l'icône de la Porte du Ciel à cette époque. Beaucoup voulaient s'en procurer dans milieu charismatique.

De nos jours, elle est encore très populaire. Il semble même que certaines reproduction ont aussi des phénomènes comme cette exsudation de la myrrhe, d'autres des points brillants apparaissent sur l'Icône.

Vous dîtes que l'icône est disparue. Est-elle disparue en Grèce ?

Voici qu'en recherchant sur le net, j'ai trouvé ceci :
José Munoz, un iconographe ermite qui habitait dans un quartier pauvre de Montréal, a reçu le 2 juillet 1981 de la part d'un moine orthodoxe du Mont Athos, une icône de Marie, Porte du Ciel. Quelques mois plus tard, soit le 21 novembre, en la Fête de la Présentation de Marie, un fait insolite se produisit sur l'icône. De manière très précise, une huile soudaine et fort parfumée s'écoulait lentement de l'étoile, symbolisant l'Esprit-Saint, sur l'épaule droite de Marie, ainsi que des deux mains de la Vierge et de la main droite de l'Enfant Jésus. Depuis ce jour, l'Icône n'a jamais cessé d'exsuder cette huile parfumée. Quelques temps après cette manifestation extraordinaire, André Rostworowski, cinéaste de Montréal, a pris une vingtaine de photos de cette Icône qui suintait abondamment. Il la posa sur le balcon dehors, afin de ne pas utiliser le flash qui aurait pu donner des reflets. Sur l'une des photos au développement, nous avons aperçu la trace d'huile qui avait la forme d'un chapelet, que Marie tenait dans sa main droite. C'est donc cette photo qui a été reproduite en centaines de milliers d'exemplaires. Elle est maintenant connue dans le monde entier. Le 31 octobre 1997, Jose Munoz, à qui appartenait l'Icône, a été assassiné à Athènes. Depuis ce temps l'Icône originale de Marie, Porte du Ciel n'a jamais été retrouvée, nous ne savons donc pas où elle se trouve actuellement. Mais par les reproductions de l'icône, Marie continue de se manifester dans le monde entier, pour nous assurer de la présence de son coeur maternel

http://www.asonimage.org/per-001.html
Sylvie
Messages : 387
Inscription : lun. 01 août 2005 2:50

Message par Sylvie »

Je vous donne un autre lien, encore une fois d'un site Catholique. Mais je pense que l'information est correcte et vous pourrez voir l'Icône reproduite avec l'exsudation de myrrhe.

http://cmpc.free.fr/l'histoire_de_l'icone.htm

Madeleine
Claude le Liseur
Messages : 4231
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

Sylvie a écrit : Je me souviens de cet frénésie autour de l'icône de la Porte du Ciel à cette époque. Beaucoup voulaient s'en procurer dans milieu charismatique.

De nos jours, elle est encore très populaire. Il semble même que certaines reproduction ont aussi des phénomènes comme cette exsudation de la myrrhe, d'autres des points brillants apparaissent sur l'Icône.

Vous dîtes que l'icône est disparue. Est-elle disparue en Grèce ?

Oui, certains milieux catholiques charismatiques avaient essayé de récupérer cette icône en cachant soigneusement le fait que l'exsudation s'était produite à l'origine en milieu orthodoxe et que le sens spirituel était lié à la canonisation des Nouveaux Martyrs assassinés par les communistes en Russie. Le miracle s'était manifesté un an après la canonisation de ces martyrs par le synode de l'Eglise russe hors frontières, et, de l'avis général, il y avait un lien entre les deux événements.
Ce qui est intéressant, c'est que certaines copies, et même des reproductions photographiques, de l'icône d'Iviron avaient à leur tour exsudé de la myrrhe. Je mentionne ce fait parce que j'ai un jour été très choqué quand j'ai lu un message de l'actuel patriarche Alexis II (Ridiger) de Moscou qui disaient que les fidèles ne devaient conserver chez eux que des icônes peintes. Nonobstant le fait que Sofrino, l'atelier du patriarcat de Moscou, diffuse en masse des icônes en sérigraphie dont certaines sont de toute beauté et d'une grande valeur iconologique (cf. l'icône de saint Alexis de Moscou sur la rubrique iconographie du présent forum), il est évident que la plupart des orthodoxes ont surtout chez eux des icônes collées, que les missions orthodoxes pauvres dans des pays pauvres (je me souviens d'une photographie de l'iconostase d'une église orthodoxe aux Philippines) ont surtout des icônes collées, et que c'est bien plus la valeur iconographique de l'image que son support qui importe. J'avais lu comme une intéressante contribution du Ciel au débat le fait que même des photographies de l'icône d'Iviron avaient exusdé de la myrrhe.
Refermons cette parenthèse. Comme une de ces reproductions s'était retrouvé en milieu catholique charismatique à Toulouse en Languedoc, les charismatiques avaient publié en 1995 un livre intitué L'icône de Toulouse , préface du père Daniel-Ange (fameux leader du pentecôtisme version romano-catholique) où la myrrhoblytie était pratiquement limitée à leur reproduction à eux, où la myrrhoblytie de l'icône de Montréal était minimisée, ou le lien entre les événements qui avaient affecté la vie de l'Eglise orthodoxe au XXe siècle, la mission du frère Joseph (Muñoz) et le miracle de Montréal étaient passés sous silence et où on inventait entre autres le personnage d'un "métropolitain de Genève" qui n'existait pas. Bref, tout pour brouiller la signification spirituelle de cette myrrhoblyitie rarissime au profit d'un surnaturel de bazar. C'est sans doute ce que l'on appelle la "redécouverte de l'icône".

Je vous lis le résumé du livre L'Icône de Toulouse telle que vous pouvez le trouver encore aujourd'hui sur les sites de vente de livres d'occasion sur Internet: "Miracle à Toulouse : une icône de la Vierge se met soudain à produire de l'huile... Les pèlerins affluent, attestent du prodige... Récits et témoignages." Etrange façon d'écrire l'Histoire. Pas de mention qu'il s'agissait d'une reproduction de l'icône myrrhoblyte de Montréal peinte au mont Athos sur le modèle traditionnel de l'icône de la Porte du Ciel du monastère athonite d'Iviron (c'est-à-dire celui qui fut autrefois le monastère de la nation géorgienne sur la sainte Montagne). Pas de mention des conditions dans lesquelles ces exsudations avaient commencé à Montréal en 1982, de leur signification spirituelle, du lien avec la vie du frère Joseph qui dut pratiquement renoncer à son gagne-pain de professeur parce qu'il était devenu le gardien de l'icône, etc., etc.

Je pense qu'il n'entrait pas dans le plan divin qu'une telle manifestation surnaturelle durât plus longtemps (elle avait tout de même duré près de quinze ans), car où serait notre lutte si notre foi pouvait être en permanence confirmée par des miracles. Aussi, la disparition mystérieuse de cette icône, qui pense pour avoir été "oubliée" dans le coffre d'une banque au Canada ou ailleurs, n'est pas faite pour me surprendre. Mais je n'en sais pas plus. Sur l'endroit où se trouverait cette icône depuis 1997, je n'ai jamais entendu que des rumeurs.
Sylvie
Messages : 387
Inscription : lun. 01 août 2005 2:50

Message par Sylvie »

Cher Lecteur Claude,

Merci pour la richesse des informations que vous apportez sur ce forum.

Est-ce que le nom de "Porte du Ciel" est une bonne traduction ? Car dans le milieu charismatique, cette icône est associée au Salut. Elle ouvre la porte du Ciel à ceux qui meurent, s'ils sont purifiés et délivre les âmes du Purgatoire.

Il me semble que c'est encore une preuve que nous ne pouvons pas puiser dans la foi Orthodoxe et demeurer catholique. Tout est déformé.

Madeleine
Claude le Liseur
Messages : 4231
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

Sylvie a écrit :Cher Lecteur Claude,

Merci pour la richesse des informations que vous apportez sur ce forum.

Est-ce que le nom de "Porte du Ciel" est une bonne traduction ? Car dans le milieu charismatique, cette icône est associée au Salut. Elle ouvre la porte du Ciel à ceux qui meurent, s'ils sont purifiés et délivre les âmes du Purgatoire.

Il me semble que c'est encore une preuve que nous ne pouvons pas puiser dans la foi Orthodoxe et demeurer catholique. Tout est déformé.

Madeleine
Oui, tout est déformé. La "Porte du Ciel" est un nom poétique qui rappelle la vérité que c'est par l'Incarnation du Verbe du Saint-Esprit et de la Théotokos que le salut nous a été donné. Il n'y a bien sûr aucun rapport avec le purgatoire. On l'appelle l'icône Portaïtissa ou d'Iviron (Iverskaïa en russe). Le nom d'Iviron vient du monastère d'Iviron au mont Athos, dont le nom rappelle qu'il était sur la sainte Montagne le monastère des "Ibères", ancien nom des Géorgiens.
Répondre