C.O.E (World Council of Churches)

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Thomas M.
Messages : 18
Inscription : sam. 12 nov. 2005 12:08

Message par Thomas M. »

Jean-Louis Palierne a écrit :Effectivement B16 semble se réclamer de B15 (qui fut entre autres un pape pro-allemand). Mais entre ces deux papes, le contexte est totalement différent, la situation des catholiques n’est plus du tout la même, et nul ne peut dire si B16 aura l’énergie nécessaire pour imposer ses vues personnelles.
Pape pro-allemand pour les Français et pro-français pour les Allemands ; pape de la paix avant tout.

Je crois que Benoît XVI se réclame plus de saint Benoît de Nursie que de Benoît XV.
hilaire
Messages : 297
Inscription : mer. 19 janv. 2005 12:26

Message par hilaire »

qu'il soit donc pape du retour de Rome à la vraie foi, ainsi il sera chantre de la paix.
Claude le Liseur
Messages : 4227
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

Thomas M. a écrit :Pape pro-allemand pour les Français et pro-français pour les Allemands ; pape de la paix avant tout.
Benoît XV, pape de la paix! N'importe quoi! De grâce, ne confondez pas ce forum avec La Semaine de Suzette.

Votre Benoît XV "pape de la paix", que Clemenceau n'appelait pas sans raison le "pape boche", fit l'indignation des pays neutres en n'ayant pas un mot pour condamner l'invasion de la Belgique neutre (pourtant un pays catholique romain à 99%); pas un mot pour condamner les atrocités allemandes en Belgique et dans l'est de la France (atrocités qui firent pourtant basculer l'opinion italienne dans le camp des Alliés et jouèrent un rôle capital dans l'entrée en guerre de l'Italie au secours de la "soeur latine" en mai 1915) -cf. la remarquable étude universitaire étasunienne de Johne Horne et Alan Kramer, German Atrocities 1914, Yale University Press, New Haven 2001, p. 256, sur le basculement de l'opinion publique en Italie -; pas un mot pour condamner le génocide des Arméniens (il est vrai que l'ordre donné par le gouvernement turc ne condamnait à l'extermination que les Arméniens monophysites et prévoyait d'épargner les Arméniens uniates; il n'y avait donc sans doute pas de quoi émouvoir un "pape de la paix"); qu'il essaya par la suite de s'acoquiner avec les communistes une fois que ceux-ci eurent pris le pouvoir en Russie; et que, ses amis turcs ayant été écrasés par les Français et les Britanniques, il n'eut guère de plus pressé que de demander aux conférences diplomatiques qui préparaient les traités de paix de 1919-1920 que l'ancienne cathédrale orthodoxe Sainte-Sophie de Constantinople, transformée en mosquée en 1453, fût attribuée au Vatican par les Puissances alliées - projet qui suscita l'hilarité de Mgr Duchesne, qui, pour être prélat de Sa Sainteté, n'en était pas moins un esprit libre.

Pourquoi cet engagement constant du Vatican aux côtés des Puissances centrales contre l'Entente - y compris contre des pays aussi catholiques que la Belgique, l'Italie et le Portugal? Ce n'est évidemment pas l'Allemagne qui explique ce choix, mais l'Autriche-Hongrie. La maison de Habsbourg, fer de lance de la Contre-Réforme en Europe centrale, d'abord contre les protestants, ensuite contre les orthodoxes. L'armée des Habsbourg, la seule avec l'armée turque à avoir systématiquement violé les lois de la guerre pendant toute la guerre de 1914-1918 (les atrocités allemandes se limitent à l'année 1914), puisqu'il s'agissait de mener la "guerre sainte" au nom de la diplomatie vaticane contre les "schismatiques" serbes (Serbien muβ sterben!), russes et roumains (on se souvient des centaines d'églises orthodoxes profanées en Roumanie par les Centraux en 1917-18). Votre pseudo-pape de la paix, Benoît XV, ne faisait que s'inscrire dans la lignée de son prédécesseur Pie X s'écriant: Se vince la Russia, vince lo scisma! Et cette diplomatie vaticane dans les Balkans et en Europe centrale, qui a joué un rôle qu'on ne soulignera jamais assez dans le déclenchement de la grande tuerie de 1914-18, a continué à porter ses fruits empoisonnés jusqu'à ce jour; ces fruits s'appellent, entre autres, Pavelić, Stepinać, Tudjman (et Josip Frank avant eux), l'idéologie de la Mitteleuropa de Otto von Habsburg-Lothringen, les écrits délirants d'Ivo Höllhuber, l'Oustacha, etc., etc.

De tout cela, il a été maintes et maintes fois question sur ce forum, et je ne peux que vous inviter à utiliser la fonction "Rechercher".
Sylvie
Messages : 387
Inscription : lun. 01 août 2005 2:50

Message par Sylvie »

Cher Jean-Louis Palierne,

Je crois que vous vous préoccupez pour pas grand chose.
Je n'y peux pas grand chose pour changer quoi que ce soit, dans ce sens je me préoccupe pour rien puisque ne je peux rien y faire.

Je ne crains pas pour l'Église Orthodoxe mais pour l'Église Catholique qui risque de s'enfoncer encore d'avantage. Mais il fallait que saint Pierre s'enfonce dans l'eau pour crier vers Jésus de le sauver. (Puisque les catholiques font le lien entre saint Pierre et le pape de Rome) Tant que saint Pierre avait les yeux fixés sur Jésus, il pouvait marcher sur l'eau, dès qu'il a pris peur à cause de la tempête, il a commencé à s'enfoncer. Ce qui lui a valu le reproche de Jésus :"Homme de peu de foi, pourquoi as tu douté ? " (Matthieu XIV, 21) Pauvre lui, il n'était pas infaillible.

Vous me demandiez la permission d'utiliser à l'occasion cette phrase que j'avais dite : "Ce n'est pas que je sois contre les autres religions. Je suis contre les OGM religieux."

Oui, bien sûr que vous avez ma permission et même de la modifier si vous voulez.

Je suis d'accord avec l'idée que nous pouvons connaître les autres, leurs cultures, leurs religions, leurs politiques, leurs cuisines etc. et ceci peut accroître le respect des autres.

Hormis les recettes de cuisines venues d'ailleurs que je peux essayer de temps à autre, sauf les recettes Mexicaine très épicés dont je dois réduire la quantité de piments pour ne pas avoir des brûlements d'estomac, je ne vois pas comment je pourrais assister à une cérémonie religieuse. Il ne s'agit plus ici d'inter communion ou concélébration entre les Églises Chrétiennes mais de célébration entre les religions.

Cela me rappelle la prière New Age qui convient à toutes les religions. Aussi à ce que me disait un proche lorsqu'il m'interrogeait sur ma raison de devenir Orthodoxe. Il me témoignait que lui, lorsqu'il priait, il appelait Dieu, Dieu, il ne le nomme pas par un nom spécifique, comme ça, il est sûr de ne pas se tromper, Lui se reconnaît. Nous sommes loin de la foi en la Très Sainte Trinité.

Sylvie
Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne »

Pour moi l’Église catholique n’est pas vraiment digne du nom d’Église. Je l’appelle ainsi et je lui donne même une majuscule parce que je n’aime pas que la discussion dérive hors des limites de la correction, mais sur le fond, je ne crois pas que ce soit une organisation digne de respect. Elle a trop industrialisé la manipulation et l’illusion. En tant que structure je crois qu’il est absolument nécessaire de s’en méfier. J’ai beaucoup de peine quand je vois que certains de nos frères orthodoxes (il s’agit presque uniquement d’orthodoxes de souche, qui n’ont pas connu la présence catholique dans leur entourage familial) parler de “rapprochement” de la part des responsables de l’Église catholique.

Je crois que c’est seulement dans la mesure où l’Église catholique aura fait l’expérience de son échec spirituel, dans la mesure aussi où elle aura fait l’expérience de profondes divisions en son sein, que certains pourront entreprendre des révisions déchirantes. C’est d’ailleurs peut-être ce qui s’amorce avec le volte-face que B16 tente d’imposer à ses fidèles. Mais dans ce cas, on constatera plus tard que ce n’aura été que le premier pas d’une série de fractures irréversibles.

Il est possible que le très court pontificat de Jean-Paul Ier, dont plus personne ne se souvient aujourd’hui, aura été la dernière chance pour une évolution corporative de l’Église catholique, Une chance vite gaspillée.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr
GIORGOS
Messages : 286
Inscription : dim. 30 mai 2004 6:02
Localisation : Argentine

Message par GIORGOS »

Sans avoir été appelé je me mêle à ce fil, où J-L.P écrit :
J’ai beaucoup de peine quand je vois que certains de nos frères orthodoxes (il s’agit presque uniquement d’orthodoxes de souche, qui n’ont pas connu la présence catholique dans leur entourage familial) parler de “rapprochement” de la part des responsables de l’Église catholique.
Selon mon expérience, bien que très limitée, ce ne sont pas les
« orthodoxes de souche » locaux, et sans mêlée familiale, les plus favorables aux agissements papistes. S’agit plus bien des clercs et des membres du clergé d’importation et implanté dans les pays « d’ emigration » lesquels sont malheureusement ceux que fréquemment succombent aux attraits de l’œcuménisme le plus déconsidéré.
Cherchent ils l’estimation des officiels des autre églises ?
Ou, plus bien, ils sont très ignorants des doctrines qu’ on dissimule sous la couverture des « baisers Lamourette » œcuméniques ?
Plusieurs fois j’ai été témoin de la profonde ignorance des délégués des
« pays d’origine » des orthodoxes face à un clergé c.r. que sous le discours de l’unité et de l’amour et, pourquoi non pas le dire, mouvées de par une sincère amitié ne pouvaient pas croire le degré d’hérésie et corruption spirituel que cachaient les approches œcuméniques.
Et j’ai vu même un archevêque soutenir, en remerciant une invitation à un congrès luthérien, reconnaître a ces protestants un « ordre sacerdotal » en lequel ses hôtes mêmes ne croyaient pas !!!
Je crois qu’il faut avoir la vision claire de la réalité. Les orthodoxes de l’émigration presque n’existent plus et des nouvelles générations des descendants et des convers formeront le troupeau… ou non. Et ce non est de plus en plus forte dans la mesure où le clergé ne comprenne ce situation de nature sociologique.
Mais quelle est la mission du clergé ? Faire parler arabe, grec ou russe ?
Ou donner des éléments catéchétiques surs à ceux qui sans une éducation religieuse vernaculaire (je ne parle pas ici des Liturgies lesquelles peuvent être assurés avec l’utilisation de plusieurs langues, selon la nécessité de la paroisse) seront des membres purement nominaux de l’Eglise ?
Giorgos
SEÑOR JESUCRISTO, HIJO DE DIOS, TEN PIEDAD DE MÍ PECADOR.
Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne »

C’est vrai que les prêtres “importés” font souvent preuve d’une incroyable naïveté face à l’Église catholique. J’ai en mémoire quelques bonnes histoires franchement comiques qu'il faudra que je raconte un jour où j’en aurai le temps.

Mais nous avons en plus, à Paris une intelligentsia russe libérale qui fait preuve d’une naïveté “cultivée” tout à fait redoutable. Je crois que c’est pratiquement une exclusivité parisienne. En dehors de notre hexagone national ce groupe de “l’École de Paris” n’a guère de crédit. À Paris il a verrouillé l’expression publique de l’Orthodoxie et se réclame du titre “d’Orthodoxie locale”.

Ils se servent de l'œcuménisme en partie par naïveté, en partie pour consolider leur pouvoir.

Le plus triste est de constater que les Églises ethniques des pays de tradition orthodoxe n’ont absolument pas conscience de la crise spirituelle que vivent les occidentaux, et encore moins conscience que l’Église orthodoxe est indispensable pour eux.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr
eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

C.O.E.

Message par eliazar »

Et pourquoi ne pas dire, après tout, cette vérité (même si elle fâche) qui est loin d'être aussi anodine qu'on voudrait nous le faire croire ?

...Que quelques uns des plus grands esprits de cette "école" ont fait leurs humanités dans des collèges de l'ordre jésuite ? Et que ce n'est pas par le seul effet du hasard qu'ils poussent par tous les moyens - les plus "softs", mais aussi les plus avoués lorsqu'ils sont en petit comité - à nous faire reconnaître un jour la papauté comme étant toujours le véritable patriarcat d'Occident ?

...Qu'ils sont de ce fait extrêmement bien vus par l'épiscopat latin, qu'ils invitent même à siéger à côté d'eux pour certaines célébrations, jusque dans des églises orthodoxes ? A charge de revanche, lorsqu'ils se précipitent pour aller célébrer dans des églises hétérodoxes, au plus grand bonheur de la presse et des médias qui autrement ne parleraient guère d'eux ?

Les hasards, les "compromissions naïves", les "timidités" ou les "illusions" ont bon dos. En tout cas, le peuple orthodoxe n'a que faire de hiérarques compromis, timides, illusionnés ou navigant au hasard au milieu des icebergs. L'Eglise n'a pas vocation de jouer les "Titanic" : elle a le plus urgent besoin d'Évêques et de hiérarques qui enseignent la Foi, qui prennent au sérieux leur unique mission dans cette terre presque entièrement à reconvertir qu'est aujourd'hui la France.

Dans un autre fil, un de nos correspondants s'extasiait sur ces assemblées chantantes, dansantes et extatiques de musulmans "devenus chrétiens" dans de véritables sectes issues du protestantisme. Il s'agissait de Kabyles - c'est à dire historiquement d'anciens orthodoxes qui ont fini, d'hérésie en hérésie, par perdre complètement le lien avec l'Église et qui sont tombés comme des fruits mûrs dans les paniers des envahisseurs conquérants de l'Islam. Un de nos amis m'a même écrit à ce sujet: qu'ils se tournent vers le Christ en entrant chez les Témoins de Jéhova ou les Pentecôtistes, après tout, c'est un moindre mal ... (?!)

Or nous avons en France des hiérarques qui ont tous les charismes nécessaires pour aller re chercher ces brebis perdues. Celles-là. Et bien d'autres, de surcroît. Au Nom du Christ, et de l'Église Orthodoxe - qui fut dès l'origine celle de leurs ancêtres, comme c'est aussi le cas pour les Français. Pensent-ils eux aussi que c'est un moindre mal ...que ce soient des hérétiques fassent leur travail à leur place ? Sont-ils assez naïfs (vraiment ?) pour s'imaginer que c'est leur travail qu'ils ont l'intention de faire, à leur place ?!!

Combien de temps faudra-t-il encore que nous admirions béatement les propagandistes de ces sectes venues d'outre Atlantique, quand ils font ce que nous sommes trop paresseux pour faire, au Nom du Christ ? Et ce que nos propres Évêques ne lèvent pas le petit doigt pour faire ?
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >
Sylvie
Messages : 387
Inscription : lun. 01 août 2005 2:50

Message par Sylvie »

Et ce que nos propres Évêques ne lèvent pas le petit doigt pour faire ?
Peut-être ne font ils rien pour convertir les gens pour ne pas être accusés de faire du prosélytisme.

Participer aux réunions œcuméniques est peut-être la seule façon pour se faire connaître sans en subir les reproches et du même coup essayer d'apporter la Vérité.

Sylvie
Sylvie
Messages : 387
Inscription : lun. 01 août 2005 2:50

Message par Sylvie »

Chers amis,

La lecture de la catéchèse de Benoît XVI à ROME, Mercredi 18 janvier 2006 pour l'occasion de la grande semaine de prière pour l’unité des chrétiens, du 18 au 25 janvier m'a rassuré sur la position actuelle du pape face à l'œcuménisme.

Court extrait
"Ce qui distingue le mouvement œcuménique de tout autre initiative
Le pape insistait sur les éléments qui constituent la base de la communion entre les chrétiens : « Les éléments qui, malgré la division permanente, rassemblent encore les chrétiens, permettent la possibilité d'élever une prière commune à Dieu. Cette communion dans le Christ soutient tout le mouvement œcuménique et indique le but même de la recherche de l'unité de tous les chrétiens dans l'Eglise de Dieu. Cela distingue le mouvement œcuménique de tout autre initiative de dialogue et de relations avec les autres religions et idéologies. L'enseignement du décret sur l'œcuménisme du Concile Vatican II avait également été précis à ce propos: «A ce mouvement vers l'unité, qu'on appelle le mouvement œcuménique, prennent part ceux qui invoquent le Dieu Trinité et confessent Jésus pour Seigneur et Sauveur» (ibid., n. 1) ». "
J'avais perçu à un moment donné que tout les religions y compris les non-Chrétiennes étaient incluses, dans ce dialogue œcuménique. Je m'étais peut-être trompée, car il fait bien la distinction entre le dialogue inter religieux et l'œcuménisme entre les Églises Chrétiennes.

Madeleine
Dorian
Messages : 137
Inscription : ven. 05 juin 2009 4:17

Re: C.O.E (World Council of Churches)

Message par Dorian »

Je recopies quelques extraits des textes présents sur le site du C.O.E.

Semaine de prière pour l'unité des chrétiens

"...de nombreux chrétiens prennent conscience qu'il existe des manières très diverses d'adorer Dieu." (bonnes, moins bonnes, voire mauvaises)
"...les gens constatent que les usages de leurs prochains ne sont pas si étranges." (étrange ou pas, elles doivent être conformes à la foi)
"...on procède à des échanges de chaires et on organise des cultes oecuméniques spéciaux." (et si c'est interdit ?)
"...l’appel à l’unité peut aller bien au-delà des mots et nous orienter vraiment vers un avenir qui nous fasse anticiper la Jérusalem céleste et contribuer à sa construction." (elle n'existe pas l'Eglise du Christ?)
"La responsabilité de nos divisions nous incombe ; elles résultent de nos propres actes." (tentative de culpabilisation sans parler des vraies raisons essentielles)
"Se peut-il que nous entravions nous-mêmes l’Esprit Saint en faisant obstacle à l’unité ; que notre propre orgueil empêche l’unité?" (culpabilisation, sans savoir quelle unité, avec quelle foi, avec qui etc..)
"C’est de Jérusalem, l’Église mère, que l’appel à l’unité parvient cette année aux Églises du monde entier." (toutes les Eglises seraient apostoliques)
"les Églises à Jérusalem appellent tous les chrétiens à redécouvrir les valeurs qui constituaient l’unité de la première communauté chrétienne de Jérusalem, lorsqu’elle était assidue à l’enseignement des Apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières." (il y avait des hérétiques en ces temps-là, comme aujourd'hui, il me semble)
"...il appelle à la réflexion et au renouveau, à un retour aux fondements de la foi" (comme si on pouvait retourner dans le passé, pour quelle foi ?)
"se remémorer l’époque où l’Église était encore indivise." (faire croire que c'était mieux avant)
etc...

Pas convaincant, car on veut nous faire croire que :
- les apôtres n'avaient pas à faire face à des hérétiques,
- les enseignements des apôtres ont totalement disparus de nos jours,
- l'Eglise est (dé)composée en différentes "Eglises" à travers le monde,
- les Eglises se valent entre elles - foi, apostolicité,
- l' "unité visible" est dicté par Dieu et non (certains) hommes,
- les non-oecuménistes seraient orgueilleux et contre l'Esprit Saint,
Dorian
Messages : 137
Inscription : ven. 05 juin 2009 4:17

Re: C.O.E (World Council of Churches)

Message par Dorian »

Boris BoBrinskoy, FONDEMENTS THÉOLOGIQUES DE LA PRIÈRE POUR L’UNITÉ. Perspective orthodoxe
- http://www.unitechretienne.org/index.ph ... view&id=54

L'Eglise Orthodoxe et l'Unité des Chrétiens
- http://www.mixcloud.com/orthobel/rtbf-l ... ns/player/

LES ORTHODOXES DANS LA VOIE DE L'UNITE (1967)
- http://www.ina.fr/video/CAF86014817/les ... te.fr.html

Grande Figure de l'Orthodoxie : Patriarche Athénagoras 1er, (1886-1972)
- http://www.aeof.fr/site/533/patriarche- ... 972%29.htm
Dorian
Messages : 137
Inscription : ven. 05 juin 2009 4:17

Re: C.O.E (World Council of Churches)

Message par Dorian »

Les Étapes Vers Une Église Réunifée : Esquisse d’une Vision Orthodoxe-Catholique de L’avenir

La Consultation théologique entre orthodoxes et catholiques d’Amérique du Nord
Université Georgetown, Washington, DC
Le 2 octobre 2010

1. Prologue. Depuis près de quarante-cinq ans, la Consultation théologique entre orthodoxes et catholiques d’Amérique du Nord se réunit régulièrement pour discuter des principaux problèmes [on ne parle plus d'hérésie ou d'erreur] pastoraux et doctrinaux qui empêchent nos Églises de partager la même vie de foi, les mêmes sacrements et un unique témoignage aux yeux du monde [visibilité extérieure]. Nous avons cherché à paver la voie à la pleine communion eucharistique en nous reconnaissant et en nous acceptant les uns les autres comme faisant partie intégrante de l’Église fondée par Jésus Christ [Une, Sainte, Catholique, Apostolique ?!].

[...]

4. Ce que nous avons en commun. [...] Nos deux Églises soulignent que la continuité de l’enseignement apostolique est le noyau de notre foi, foi reçue dans le contexte d’interprétation de la communauté chrétienne historique [symbole de foi de Nicée-Constantinople avec l'hérésie du Filioque ?]. [...] toutes deux honorent une troupe nombreuse de saints et de saintes de toutes les époques, dont plusieurs sont communs à nos deux traditions [nouvelle hérésie = nouvelle tradition chrétienne].

[...]

5. Une question urgente. Étant donné les dons divins que nous partageons, il nous semble donc d’autant plus urgent de voir nos Églises se rapprocher d’une manière visible pour les hommes et les femmes de notre temps [visibilité extérieure]. La division de nos deux familles chrétiennes depuis près de mille ans sur des questions importantes de théologie et de discipline ecclésiastique et le fait, par conséquent, qu’elles ne partagent plus la communion sacramentelle qui nous unissait pendant le premier millénaire ne contreviennent pas seulement à la volonté de Dieu, telle qu’elle s’exprime dans la prière de Jésus à la Dernière Cène quand il demande que ses disciples « soient un » (Jean 17,21) [pourquoi ne pas citer Jean 15,26 ou Matthieu 18,17], mais constituent aussi un grave obstacle à l’engagement chrétien concret dans le monde et à la réalisation effective de notre mission de prêcher l’Évangile [visibilité extérieure].
[...] Autant de facteurs qui appellent de façon urgente nos Églises à surmonter leur division [Dieu n'est peut-être pas pressé ?]. [...] il est urgent que les chrétiens orthodoxes et catholiques trouvent le moyen d’actualiser [?] ensemble leur tradition de foi commune [orthodoxe ?] et d’offrir au monde un témoignage commun de la Seigneurie de Jésus [les différences orthodoxes-catholiques ne se reposent pas sur Jésus-Christ].

[Après, on fantasme un peu]

6. La forme de la Communion. [...]

a) La reconnaissance mutuelle : les grandes unités du christianisme orthodoxe et catholique, notamment les patriarcats et les autres Églises autocéphales, se reconnaîtraient mutuellement comme incarnant de manière authentique la seule et unique Église du Christ, fondée sur les apôtres. Ce qui inclurait la reconnaissance de notre accord fondamental sur les dogmes chrétiens centraux, révélés dans l’Écriture et articulés par des conciles œcuméniques reconnus de part et d’autre, en dépit de variantes dans nos traditions théologiques et liturgiques.

[...]

8. Des étapes préparatoires. Pour préparer la restauration éventuelle de la pleine communion au sein d’une Église réunifiée, formée par les traditions orthodoxe et catholique [uniatisme 2.0 ?], un certain nombre d’étapes pourraient s’avérer utiles.

[...]


http://www.scoba.us/resources/orthodox- ... hurch.html
Répondre