L'Art comme moyen d'expression

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Odysseus
Messages : 414
Inscription : mer. 20 juil. 2011 23:27

L'Art comme moyen d'expression

Message par Odysseus »

Cycle contemporain :

Georges de la Tour est un peintre qui manie le clair obscur avec beaucoup d'élégance et de justesse. Le tableau ci-dessous pourrait s'intituler "Cette obscure clarté qui tombe des étoiles" . Il s'appelle "la diseuse de bonne aventure.". Il décrit une situation très commune.
Que dit-elle cette diseuse de Bonne Aventure ? Elle raconte des lendemains faciles etc ... Et peine à convaincre son interlocuteur. Lui est dubitatif. Il est dans son droit, voit-on. Au second plan, règne la complicité dans une sorte de duplicité. Tout cela est très bien rendu. Une composition un peu semblable au tableau "Le tricheur".

Image

Cette oeuvre de Georges de la Tour date de 1630 environ, LA France n'était pas en république. Louis XIII, l'héritier des Bourbons, imposait sa royauté. Est-ce une allégorie qui visait Louis XIII et ses projets avec la Maison d' Espagne ? Probablement. Les oeuvres de Georges de la Tour ont été redécouvertes récemment.

LE TRICHEUR :


Ci dessous : un autre tableau du peintre de la Tour. Il date de 1636 - 1638.
C'est l'époque où le clair obscur domine en peinture.
Une pièce éclairée par une bougie renvoie des zones éclairées et des zônes d'ombre ...
Les personnages ne sont plus debouts, mais assis. Il y a de la chaleur et de la clarté mais aussi des zones d'ombre.
Tout comme les ciels des tableaux du Garnd Siècle ont toujours de nombreux nuages.

Image

Il s'agit d'une observation approfondie de la société de cette époque qui est très similaire à la nôtre..
Une tablée joue à un jeu de cartes.
Est-ce bien une tablée pourtant ? Le jeune homme est seul et tous les autres sont de connivence. Ce n'est pas un jeu, c'est un plumage organisé..

Le jeune homme de bonne famille à droite regarde son jeu avec attention et concentration. Il pense à son avenir, à ce qu'il va jouer. Aux conséquences. Tout un calcul. Tout un calcul autour de règles du jeu indécentes. Les joueurs devraient être sur le même plan ; ils ne le sont pas. Les joueurs ne doivent connaître que leur jeu propre ; ce qui n'est manifestement que le cas de celui qui se fait plumer. Bref : il n'a aucune chance. Mais néanmoins, il calcule selon les règles données ...

Qu'y a-t-il dans son jeu : du pique, que du pique et bien sûr probablement toute la série, du 3 jusqu'à l'as. Mais de carreau : bien sûr point, Comment a pu se faire la distribution ? Le tricheur aurait-il tout monpolisé tous les carreaux ?
Manifestement donc, il n'a aucun carreau.
Mais pourquoi donc cette tablée peu ordinaire ? Pourquoi ce jeune homme dont les convictions semblent se lire sur son visage joue-t-il avec un tricheur ?
Quel en est la raison ? De quelle situation ce tableau est-il le reflet ?
Il y a du mystère dans ce tableau ...

Mais que va jouer ce jeune homme ? Se demande-t-il. Que jouer ?
Il est de plus troublé par les vapeurs de vin du personnage debout ainsi que par le décolleté de la femme en face de lui.

La Femme en face de lui regarde sournoisement son vis à vis : le tricheur.
"Qu'il ne se doute de rien." semble-t-elle dire au tricheur. "On lui a tout mis sur le dos ... On va le plumer .."

Le Tricheur, lui, se prépare à jouer et à gagner.
Lui a un as de la vision et de la connaissance de la ville. Ce n'est plus du jeu. C'est plus que de la facilité, c'est du billard.
En langage commun aujourd'hui on pourrait dire qu'il a tous les fichiers dans sa poche : fiches du policier, de l'épicier, du banquier, fichiers esse du Sduc etc ... dans son PC et de plus, il connait - personnellement - tous les portiers ...qui n'ont sans doute rien à lui refuser.

"Celui-là est bien : c'est le fils de Cousudaur ; vous ouvrez ...
Cet autre : le fils de Grand'Air : ouais : des preuves ...
Mais le fils Cossard, c'est oui. Il est bien Cossard. Ouverture.
Ah ! Tiens, derrière Cossard voilà Biroteau ! Ouais ouais : ouverture.
Ce troisième : Alors là non. Vous fermez tout. Je ne veux pas le voir."


Tout l' Arbitraire d'une société est là : dans ces conseils donnés aux portiers ...... Ce n'est déjà plus une société d'ailleurs.
Pourquoi le fils Cossard et pas moi ? Et Rouletabille, lui aussi ! Ben tiens ! Jusqu'à Filochard ! Alors là !
Et de Grand'Air ? Pourquoi a-t-il eu le poste ?
Mais c'est là la sélection naturelle de la société. Le savoir-faire ne compte pas plus que le faire-savoir !
C'est autre chose qui compte .... Quoi ? Ah !

Quant à ce jeune homme a l' 'esprit déjà embrumé par les vapeurs de vin et par le décollété plongeant de sa voisine. Il n'est manifestement pas intime des autres joueurs qui semblent monopoliser tous les atouts de carreaux ..

Situation difficile, dangereuse, sans issue pour ce jeune homme sans doute ...
Mais pas que pour lui : n'oublions pas que la société des bipèdes tourne et fonctionne grâce au mimétisme et à l'infusion.
Danger pour lui mais aussi pour ses semblables...

Pascal à qui le Grand Arnaud faisait écrire des fiches sur le christianisme tout en lavant ses chaussettes dans sa mansarde
sans jamais rien réclamer ni vouloir changer de conditions ou de situations
a été l'instrument de la ruine de son pays ...

Car la famille Pascal était très, très évoluée.
Et le Grand Arnaud, belle saloperie, s'est bien moqué de lui et de sa famille...
Il leur a cassé leur ascencion sociale. Ce faisant, cette casse s'est étendue à tout le pays.

Pour en revenir au tableau "le Tricheur"
Peu importent ses cartes.le jeune hommel ne peut rien gagner.
Le Tricheur avec son as de carreau tient tout le jeu (social) entre ses mains.

Tout ceci reste bien théorique et est ramené à quelques personnages autour d'une table de jeu,
dans la pratique, la peinture du Douanier Rousseau est très expressive et fait comprendre au mieux les situations.

Image

Ce tableau très parlant s'intitule "Singes dans la forêt tropicale".
Ce tableau a été peint en 1910 et est exposé à la National Gallery de Washington aux Etats-Unis. Il fait partie de la collection John Hay Whitney, un des nombreux donateurs de ce Musée.

On y voit, dans ce tableau, des jeunes singes qui s'ébattent dans les hauteurs des arbres tropicaux,
sans doute sont-ils à la recherche de nourriture et de distraction.
Plus loin, un singe plus agé semble surveiller tout ce manège, j'allais dire toutes les jacasseries, et au bas, un singe plus grand et moins habile à grimper aux arbres dans une attitude morose; Le rouge de son habit comme le feuillage rouge des plantes qui lui tiennent compagnie jettent une note colorée quoiqu'un peu chaude et tragique...

Accompagnant ce feuillage rouge, des fleurs blanches plus hautes.
Sont-ce des lys ? Les fleurs de lys sont en fait plus hautes. Ce serait plutôt des lys républicains.
De l'autre côté de ce personnage simiesque des fleurs couleur d'or.
Ces fleurs couleur d'or sont bien plus hautes, quoique paraissant bien plus frêles,
mais correspondent par leur couleur aux singes situés plus en hauteur.

Ce feuillage rouge étonnant qui occupe toute la partiegauche du tableau ne s'explique que par la proximité de l'orage qui allait survenir en 1914. Soit 4 ans plus tard. Que dit-il ce feuillage rouge ?
L'artiste voit toutes sortes de feuilles de couleur rouge et en forme de coeur; qui étaient faites pour échauffer.
Le singe plus âgé situé au dessus regarde le spectacle avec stupéfaction, sans vraiment bien comprendre, ni savoir quoi faire.

De l'autre côté de ce singe central un peu rouge également, ( est-ce le président de la république des singes rouges ? - ), les feuilles de la jungle gardent leur couleur naturelle dûe à la chlorophylle.Mais ces feuilles sont plus allongées. Plus fines. Plus étroites. Plus minces.

Que conclure sinon que la république a distillé du suc rouge pour les plantes de droite
mais le suc des plantes de gauche a fourni des feuilles plus fines, plus minces et plus allongées.
Comme quoi l'Egalité ne serait qu'un rêve invalidée même par les artistes.
Surtout pour ce qui concerne l'Egalité dans le jeu social.
Ce tableau semble dire qu' en 1910, toutes les décisions essentielles de l'affrontement impossible de 14 18 avaient déjà été prises.

On peut également penser, au vu des tableaux ci-dessous, que cet affriontement ne fut finalement
qu'une révolution de toutes les couleurs comme d'autres, quoique sa couleur à elle tirât très fortement sur le rouge sang.

a+

Odysseus
Dernière modification par Odysseus le sam. 08 mai 2021 0:12, modifié 71 fois.
Odysseus
Messages : 414
Inscription : mer. 20 juil. 2011 23:27

Re: L'Art comme moyen d'expression : cycle contemporain.

Message par Odysseus »

Le Douanier Rousseau a peint "La charmeuse de serpents". Une oeuvre qui date de 1907.
Wikipedia : Cette toile représente une femme nue qui charme les serpents, vue à contre-jour au clair de lune, dont on ne distingue que la silhouette et les deux yeux lumineux et qui peut être noire. Elle se trouve dans une jungle, au bord [du fleuve] (de l'eau).
Selon le site : rivagedeboheme.fr : Le peintre a choisi « une Eve noire, dans un Eden inquiétant, charmeuse d'un serpent aussi effrayant que celui de la Genèse était séducteur. »
https://www.rivagedeboheme.fr/pages/art ... -1907.html

Image

Un tableau plein de mystères. Qui est cette sauvage ? Pourquoi est-elle au bord d'un fleuve ? Et dans l'ombre ? Pourquoi joue-t-elle de la flute ?
la jungle est l'univers du Douanier Rousseau qui exprime sa perception qu'il en a au travers de sa peinture.

Un monde mystérieux remplis d'animaux fantastiques et dangereux, au bord du fleuve. Le rouge est présent en bien des endroits.
Un tableau où la vie, la famille (papa, maman et enfants) est absente, ignorée.
Un tableau de chasseurs à l'affût. De gens qui cherchent à tuer. La sauvagerie de cette femme, ce monde de la jungle, le fleuve ...
Deux yeux qui vous regardent et qui brillent dans l'obscurité, des formes que l'on devine très voluptueuses dans un environnement dangereux :
une mélopée s'échappe de la flûte, sans doute envoûtante ... Qu'est-ce ?
Une chatte ? Non, sûrement pas. C' est la jungle. Les chats ne vont pas dans la jungle.
Alors ? qu'est-ce ?
C'est une femme-fakir, souple, féline, féminine, dissimulée, dangereuse ...Une tigresse !
Une vraie tigresse. Et ces félins sont d'ailleurs un des thèmes favoris du douanier Rousseau.
Et que fait-elle ? Elle charme des serpents. Avec sa flute. Comme les fakirs aux Indes,
Mais qui sont ces serpents qui sifflent autour d'elle ? Et pourquoi cette femme-fakir est-elle dissimulée ?

Un tableau étonnant, qui a probablement rapport avec la guerre qui allait venir 7 ans plus tard.
C'est le "Père la Victoire" appelé aussi "le Tigre" parqu'il avait de belles moustaches,
qui mettra fin à cette guerre-boucherie en faisant la guerre partout et dans tous les azimuths.
C'était il y a plus de 100 ans ! C'est à dire plus d'un siècle !
Mais peut-être les passions ne sont-elles pas encore calmées ou éteintes, alors le commentaire sur ce tableau s'arrête là.

Image
La Jungle par Henri Rousseau dit "le Douanier Rousseau"

La jungle impénétrable est d'une nature universelle dans la société des hommes.
Ne serait-ce qu'aujourd'hui : obtenir un rendez-vous, savoir une heure précise, demander un délai,
trouver la bonne personne, la personne compétente, celle qui connaît, qui sait faire etc ... tout cela relève d'un parcours dans une jungle aussi impénétrable que celle que représente le Douanier Rousseau.
Des arbres nous arrêtent, des feuilles distraient notre attention, nous cachent le sentier ....
De temps à autres, un bruit, un mouvement, un souffle ... Ah ! Attention ! Qu'est-ce : un insecte ? Plus ?
Des sons retentissent... Qui parle ? ...Ah ! On répète un plan de vente : c'est un perroquet.
Des feuilles s'agitent ... Un grognement : un animal...
C'est la jungle. La jungle des hommes vivant en société. La jungle de la société de défiance.
DAns ce tableau les plantes dorées sur tranche sont au premier plan.
Juste après au deusième plan, les plantes avec gousses ....
Mais plus loin, plus discrètes, les plantes feuillues comme ces arbres avec parfois des animaux perchés dessus : singes, perroquets ...
Il y a des fruits : sont-ce des oranges ?
C'est la société de défiance vu par Henri Rousseau.

Henri Rousseau : un peintre admirable qui a peint des mystères, qu'il faut deviner et comprendre.
C'est dans ce genre-là que donnait probablement toutes les religions à mystères de l'Antiquité.
Il est probable que la religion à mystères d'Eleusis fut dans ce style.
Mais ne rabaissons pas les artistes : Henri Rousseau est un peintre qui a une personnalité et un style digne d' admiration et bien plus encore.

Le douanier Rousseau a également peint ce tableau intitulé "la Guerre" en 1894.
Ce tableau fut exposé au Salon des Indépendants en 1894. Il aurait pu s'intituler "la chasse à courre",
car dans cette poursuite dans une forêt où la branche cassée indique la voie de l'animal chassé est en fait,
un spectacle de chasse à courre.


Image


Le tableau date de 1894. Soit vingt quatre ans après la guerre de 1870 et un peu de temps avant la guerre 14-18.
Le douanier Rousseau, comme Van Gogh en Provence avec ses tableaux de 1888 représentant le semeur et la moisson,
avaient vu venir l' orage de très loin.
Le douanier Rousseau imagine ce que sera cette guerre
et on peut croire que toutes les guerres, y compris la guerre contre les virus, ressemble à celle-ci.

Ce tableau original est l'antithèse de l'icône de saint Georges terrassant le dragon.
Le cheval de Saint Georges est blanc, celui-là est noir.

Dans une campagne qui n'est pas une campagne de printemps ou d' 'été, sous un ciel bleu un petit bois. De la terre noire monte un brouillard rouge qui forme de gros nuages de même couleur plus haut dans le ciel ...

Dans ce petit bois se déroule un étrange spectacle. Un cheval galope dans les airs à côté d'une curieuse femme vétu de blanc ...
Ce cheval-là vole dans les airs et est de couleur sombre pour ne pas apparaître.
On ne voit pas son regard. Que pense-t-il ? Que dit-il ? On ne sait pas.
Mais ce que l'on voit, c'est qu'il a un air des apaches parisiens. Bref un parfait abruti.
Il court à grandes enjambées, comme s'il sautait l'obstacle d'une rivière, dans l'intérieur de ce petit bois. Où les arbres sont dénudés.
Selon Wikipedia en espagnol, le Douanier Rousseau s'est inspiré pour dessiner le cheval d'une oeuvre de Géricault : "le Derby d'Epsom".
Mais les chevaux de Géricault ont la tête bien formée et grande. celui-là a la tête petite et la crinière longue et sur les yeux pour ne pas être reconnu.
De plus, il a l'air poilu comme un singe et sa queue ressemble à celle d'un loup.
Bref : un drôle de cheval !
En regardant bien : le cheval court, galope même et, bizarrement, il tire la langue. Puéril. Pour dire : "Na. Bien fait".
A côté : une femme en blanc qui court également dans les airs.

Elle brandit une épée en suivant le chemain indiqué par la branche coupée de l'arbre blanc-gris au premier plan.
Près de sa tête une feuille de l'arbre noir du secont plan. Elle a un air déterminé. Et de grandes dents très blanches.

Mais elle a une épée ! Et comment tient-elle son épée ? Sa personne avec ce cheval à côté fait penser à une charge de cavalerie.
Mais la charge de cavalerie est un peu différente : en voici une montrant des cosaques qui chargent : la façon de se tenir, de brandir son épée signifient bien des choses : le bon Droit, l'Autorité.

https://www.youtube.com/watch?v=TfWYsM1vzOo&t=233s.

En voici encore une, où les cavaliers cosques sont plus détendus .
Image

C'est cette femme qui attire tous les regards des spectateurs. Le cheval qui galope comme un fou furieux, lui, est dans son ombre.
Il y a une ambiguïté : au premier regard, on croit voir que la femme chevauche ce cheval. Il n'est est rien.
La femme ne chevauche pas ce cheval, elle est à côté. C'est une illusion d'optique.
Mais tous les deux, l'un à côté de l'autre, courrent et galopent dans la même direction pour semer la destruction et imposer la domination.
Ce curieux cheval n'a pas de jockey et galope pour son compte, à côté de la femme en blanc...
Sans doute cherche-t-il à imiter un des chevaux que Géricault a peint dans son Derby d'Epsom...
C'est du moins ce qu'en pense le douanier Rousseau.

La femme paraît être une sauvage au regard noir brandissant une épée et une sorte de tison qui, avec sa fumée, fait croire à une faux ....
Attirant si ostensiblement les regards, cette femme pourrait avoir le soleil pour manteau
Pourtant son manteau est très blanc mais déchiqueté et en lambeaux dans le bas.
Sa chevelure fait d'elle une sauvage, mal coiffée. Est-ce une perruque ?
La chevelure ébouriffée sur sa tête ressemble davantage à un nuage de fumée noire...Pourtant, son habit est blanc.

Image
"Le derby d'Epsom" de Géricault.


Mais revenons au tableau du douanier Rousseau : "la guerre". D'où sort cette étrange femme ?

Elle court dans les airs avec son cheval marron à son côté gauche semant la peur et attirant les corbeaux.
La cause de cette terreur : ce tison dont on ne voit pas le rougeoiement mais qui, curieusement, fume ...
Des hommes étendues à terre, dépouillés et nus, (sont-ce des soldats ?) à l'exception d'un personnage étendu au premier plan (qui doit être le peintre lui-même), on n' en voit pas les traits. Ce sont tous des anonymes.

Celui dont on voit les traits au premier plan est très présentable mais a un air anonyme, innocent et inexpressif.
C'est le peintre lui-même qui s'est représenté.
Il est à terre, étendu, quoiqu' encore avec ses habits. Mais manifestement, à son air, il est étranger à cette guerre et il n'a pas compris ce qui lui est arrivé.
Il ne voit même pas l'assaut que mène cette femme et son cheval dans ce bois.
Les causes, les raisons : "Pas vu. où ?" semble-t-il dire.

Dans ce spectacle de désolation, les hommes sont dépouillés et à terre, les corbeaux sont présents et les arbres sont dénudés et n'ont pas de feuilles.
Ici un corbeau a dévoré un bras, là un autre s'est posé sur la tête d'un autre. Singulier spectacle que ces corbeaux qui s'attaquent à des hommes ruinés et à terre ! Qui sont ces hommes ? Le barbu pourrait bien être Vincent van Gogh, dont les derniers tableaux de 1888 furent :"le semeur" et "la moisson" et "Champ avec corbeaux" en 1890. Les autres sont probablement des confrères désargentés du Salon des Indépendants. Peut-être ont-ils vu venir l'orage ? Beaucoup de peintres impressionistes sont morts dans la misère.

Le douanier Rousseau a intitulé son tableau : "La Guerre."
Mais est-ce la guerre qui passe ? Non, c'est un massacre qui se prépare ! Le massacre de 14 - 18. Qui sera une hécatombe cruelle....

Concernant la chasse à courre qui est une pratique d'un autre âge :

De nombreux pays ont banni la chasse à courre qui est une pratique cruelle à connotation dépassée,
puisque la chasse à courre jouait un rôle considérable dans le système monarchique.Mais c'était les forêts étaient giboyeuses et non pas envahies de produits chimiques. Dans une république où le principe régissant les citoyens entre eux est l'égalité, et non pas la sujétion, cette chasse, par sa signification, n'a plus de raison d'être.

Image

Le 15 mai 2013 est déposée en France une proposition de loi35 visant à interdire la pratique, à l'image d'autres pays européens (Allemagne en 1936/52, Belgique en 1995, Écosse en 2002, Angleterre et Pays de Galles en 2004). Cette proposition de loi, conduite par Barbara Pompili et dix autres députés verts, est renvoyée à la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire. Elle n'est finalement pas débattue. wikipedia :


Pour autant demeure la question des chiens, qui le plus souvent vivent des existences recluses, misérables, enfermés dans des chenils étroits.
Sont-ils toujours bien nourris ?
Une pratique d'un autre âge...

a+

Odysseus
Dernière modification par Odysseus le dim. 25 avr. 2021 18:24, modifié 130 fois.
Odysseus
Messages : 414
Inscription : mer. 20 juil. 2011 23:27

Re: L'Art comme moyen d'expression : cycle contemporain.

Message par Odysseus »

Manet était un ami de Beaudelaire.
Tous deux était un peu des rebelles à la (bonne ?) société.
Beaudelaire avait été refusé à l'Académie française et Manet était un peintre impressionniste que le Salon regardait avec suspicion.
Néanmoins, le joueur de fifre de Manet est un tableau fort connu.

Image

Ce tableau date de 1866.
Dernière modification par Odysseus le dim. 28 févr. 2021 19:04, modifié 2 fois.
Odysseus
Messages : 414
Inscription : mer. 20 juil. 2011 23:27

Re: L'Art comme moyen d'expression

Message par Odysseus »

L'hiver est un sujet que beaucoup de peintres ont développé. Edgar Degas, dont le père était napolitain, s'étonnait toujours de ces froideurs inhérentes aux hommes habitant au nord de Milan. Il a pour ainsi dire traqué dans toute son oeuvre les solitudes de ses contemporains. Claude Monet, lui, a été droit au but avec son tableau de meules de foin sous la neige :

Image


Encore un tableau remarquable de Claude Monet : 'Train sous la neige Argenteuil".

Image

Tableau peint vers 1862. Vraiment une belle oeuvre.

L'hiver a toujours été un sujet pour l'Art des peintres. Vers 1565 un petit âge glaciaire arrive en Europe. C'est vers cette année que Brueghel l'Ancien peint des tableaux de paysages dans la neige qui sont restés célèbres comme : "le retour des chasseurs".
On note une grande activité sur l'étang gelé ..

Image


Bruehel l'Ancien : un peintre !


a+

Odysseus
Dernière modification par Odysseus le lun. 11 janv. 2021 14:15, modifié 10 fois.
Odysseus
Messages : 414
Inscription : mer. 20 juil. 2011 23:27

Re: L'Art comme moyen d'expression

Message par Odysseus »

Monet a peint un très beau tableau sur le bord de mer au Havre inttulé : "la terrasse à Sainte Adresse". Sainte Adresse qui est le quartier du Havre situé sur la hauteur où sont situées les maisons bourgeoises de la ville. Au loin on aperçoit des navires car le HAvre est un port de commerce important.

Image



Blanchard est un peintre de la ville. C'est un peintre né en 1908 qui a peint la ville de Paris et ses principaux monuments. Beaucoup de se stableaux figurent chez des magazins pour les étrangers à la ville de Paris.

Image
Image
Image
Image


Que font donc les gens des villes dans des environnements aussi glacé ? Ils écrivent parfois. Certains chanceux écrivent dans des cafés où règne une atmosphère particulière. Et qu'écrivent-ils ? des lettres ou des fiches ? On ne sait trop.

Image

Marc Chagall a peint le cirque, le cirque de toujours et de toutes les époques, de tous les temps et de toutes les températures. Le cirque d'hiver comme le cirque d' été.
Un tableau sans doute aussi très connu :

Image


Claude Monet est un peintre impressioniste. Un tableau étonnant : la route de Versailles à Louveciennes rend bien l'atmosphère de l'hiver :

Image

Claude Monet, peintre impressionniste, s'est-il intéressé au pointillisme ? Cette technique de peinture originale où le rendu est donné par des points de couleur juxtaposés procède de l' intuition que les composés de base de la Nature sont simples. Le champ de coquelicots près de Vétheuil montre que ce peintre avait le regard de l'être humain car 'il avait su voir ce que hurlaient les spectacles de la Nature..

Image

Edgar Degas est un peintre impressionniste. Il a visité ses cousins qui étaient établis aux Etats-Unis. Il en a rapporté quelques toiles dont celle-ci : "Le Bureau du Coton" qui montre un univers masculin dont chaque membre s'active chacun dans son coin. Que font-ils , Ils examinent le coton. C'est coton ? Oui ! C'est bien du coton ! Nous allons récolter beaucoup de nègres cette année ...L'activité des négriers est discrète ...
Edgar Degas était d'origine napolitaine, aussi son oeil d' artiste a su saisir tous les manques de communication. Les grands absents de cette toile sont, bien sûr, les travailleurs des champs, qui ne figurent même pas sur le tableau. Mais d'ailleurs pourquoi y figureraient-ils ?

Image

August Macke avait fait lla guerre 14 18. Ausi savait-il que le courage donne du relief aux personnes. A-t-il été surpris de retrouver à son retour de l'Armée "ceux de l'arrière" dans des positions confortables et enviables ? Probablement puisqu'il a peint des tableaux où la société toute entière est sans visage. Société de gens qui, du haut en bas, ont pour le parapluie et la navigation une véritable dévotion. Cela donne ces sortes de société où l'on ne sait mettre un nom sur rien. Pour qui habite ces sociétés, il n' y a que des écrans ou du papier qui ne veulent rien dire. Sinon la lâcheté de ceux qui se cachent derrière. Et qui prennent des décisions qu'ils n'osent même pas assumer. Ici, une petite compagnie de bourgeois sans relief. Les deux hommes au premier plan parlent sans doute d'une grosse affaire, les autres regardent des objets : "C'est intéressant" dit l'une ... "Peut-être" répond l'autre.. "Cela n'a pas de valeur marchande " répond l'homme sans visage en gilet noir, .

Image


Après l'année et ses différents cirques, la bonne société est généralement fatiguée et part se reposer au bord de la Méditerranée.
August Macke, un peintre allemand du dix neuvième siècle a peint une société de personnages sans relief ni visage regardant le dépaysement crée par le spectacle charmant du port d'une petite ville du bord de mer. Une petite ville remplie d'anonymes.
"Arches et voiles" est le titre de cette oeuvre à l'harmonie colorée fort bien trouvée.

Image

Vincent Van Gogh a peint ce paysage où perce une nuance étonnante. "Le ciel est devenu fou" semble dire Vincent Van Gogh : en fait il n'y a plus que des nombrils et leur traine qui occupent toute la place du ciel. Ce paysage, la nuit, un petit village et son église sous un ciel rempli de nombrils : le peintre s'inquiète : nous sommes en 1888, c'est à dire avant 14 ... Un tableau qui, manifestement, pourrait bien être d'actualité.

Image

Autre tableau qui devrait et qui devait être d'actualité, "les marchands du Temple". tableau très connu de Domenikos Theotokopoulos. Affreux marchands du Temple : ils pillent, volent, se servent sans scrupules, sont amis de la facilité et de la pensée facile, du copinage et des copains, du Bien vivre et de la tranquillité, de la tricherie et du couvercle, du trouble, du flou et de l'équivoque, de l'anonymat et du silence, de la négation des uns et de la profitation des copains, Du système torchons et serviettes, du système deux poids deux mesures et de l'hypocrisie comme crédo . Ils ronronnaient dans le système ... De la mécanique bien huilée. Parfois, la brutalité est compréhensible : on en a trop marre !

Image

Odysseus
Dernière modification par Odysseus le jeu. 04 févr. 2021 21:02, modifié 39 fois.
Odysseus
Messages : 414
Inscription : mer. 20 juil. 2011 23:27

Re: L'Art comme moyen d'expression

Message par Odysseus »

Dans un autre registre, l'impressionnsite Van Gogh a peint un tableau également remarquable :
"Olive trees under yellow sky and under the sun".

Image.

Tout l'art et la technique inoubliable de Vincent Van Gogh ..

a+

Odysseus
Odysseus
Messages : 414
Inscription : mer. 20 juil. 2011 23:27

Re: L'Art comme moyen d'expression

Message par Odysseus »

Un peintre, un vrai, décrit son époque :

Image

Jungle avec lion par Henri Rousseau (le Douanier Rousseau)

a+

Odysseus
Odysseus
Messages : 414
Inscription : mer. 20 juil. 2011 23:27

Re: L'Art comme moyen d'expression

Message par Odysseus »

La Jungle est un thème qui revient souvent :

Image..

Un tableau à détailler attentivement ...

a+

Odysseus...
Odysseus
Messages : 414
Inscription : mer. 20 juil. 2011 23:27

Re: L'Art comme moyen d'expression

Message par Odysseus »


Claude Monet, un très grand de la peinture, a peint la gare Saint Lazare ...
On peut s'étonner de voir la puissance d'une machine à vapeur faire l'objet d'un tableau.
Un drôle de sujet ! La machine crache de la fumée : le monstre d'acier semble souffler et cracher de la vapeur partout ...
C'est normal : nous sommes dans l'intérieur d'un abri de gare ...

Image

Toujours Henri Rousseau (le douanier Rousseau) mais dans un genre différent:




Monet a peint ausi de semblables paysages, quoique plus riant selon la technique dite des impressionnistes :
La Seine est en contrebas du village de Vetheuil. Monet a peint Vetheuil plusieurs fois.
On ne voit pas la Seine sur ce tableau-ci. Sur d'autres tableaux, elle apparaît au premier plan ...
Image


a+
Odysseus
Dernière modification par Odysseus le mar. 26 janv. 2021 15:42, modifié 17 fois.
Odysseus
Messages : 414
Inscription : mer. 20 juil. 2011 23:27

Re: L'Art comme moyen d'expression : Cycle du Moyen-Age

Message par Odysseus »



Cycle du Moyen-Âge :

La naissance d'Aphrodite : La chute de Constantinople en 1453 traumatisa le monde chrétien.
Les pélerins de la chrétienté ont ressenti durement cette catastrophe et, de plus, leurs protecteurs ne furent transformés en un tissu de méchants insectes !

Image


a+

Odysseus
Odysseus
Messages : 414
Inscription : mer. 20 juil. 2011 23:27

Re: L'Art comme moyen d'expression

Message par Odysseus »

Au Moyen -Âge, les façons de pensée étaient extrèment différentes de celles d'aujourd'hui.
Néanmoins, ces oeuvres sont toujours lisibles et l'on peut encore discerner l'intention.
Le Greco (Domenico Théotocopoulos) a peint l'enterrement du Comte d'Orgas vers 1586 1589.
Le Comte d'Orgas etait, dirions-nous aujourd'hui, un philanthrope (issu de la chrétienté) qui vivait près de Tolède vers 1363.
A ces époques, la Sécu n'existait pas.
Le dernier philanthrope de l'Espagne, semble dire l'Oeuvre du Greco.

Image

a+

Odysseus
Dernière modification par Odysseus le mer. 16 janv. 2019 14:43, modifié 1 fois.
Odysseus
Messages : 414
Inscription : mer. 20 juil. 2011 23:27

Re: L'Art comme moyen d'expression

Message par Odysseus »

Vers ces époques (1700), les techniques d'impression évoluent très vite...
La lecture se répand dans toutes les classes de la société, à commencer par les classes élevées :
Un tableau de Fragonard. daté de 1772. Soit peu de temps avant 1789.
Le tableau est conservé à la National Gallery of Art à Washington.

Image

a+

Odysseus
Odysseus
Messages : 414
Inscription : mer. 20 juil. 2011 23:27

Re: L'Art comme moyen d'expression

Message par Odysseus »

a+

Odysseus[/color]
Odysseus
Messages : 414
Inscription : mer. 20 juil. 2011 23:27

Re: L'Art comme moyen d'expression

Message par Odysseus »

Après la Renaissance, apparut bientôt un nouveau style en peinture : le clair obscur.
La société s'étant organisée différemment, s'y développe un jeu subtils de clair et d'obscurs, de dits et de non-dits, de lumière et d'ombres ...
résultant probablement d'interactions ou de résistances, de luttes cachées ou autres ..

Les peintres ont bien su rendre ce jeu subtil.

Ici, la diva devrait mener le jeu de ce petit orchestre : hélas ! Elle suit l'harmonie émise par e flutiste et son acolyte ...

Image

École caravagesque d Utrecht Hendrick Ter Brugghen

a+

Odysseus
Odysseus
Messages : 414
Inscription : mer. 20 juil. 2011 23:27

Re: L'Art comme moyen d'expression

Message par Odysseus »

Delacroix a peint un tableau très très connue : "la liberté guidant le peuple" :

Image

Le tableau est à considérer avec quelque peu de hauteur. La Marianne dépoitraillée est la nouvelle déesse Mère de la fécondité. Peut-être la réponse à un débat sur les perspectives du changement de régime. Le bonnet phrygien de Marianne indique toute l'irritation que lui inspire l'Ordre ancien. Le Gavroche et les hommes en armes signifient la volonté farouche d'imposer ce changement.
Si le thème de la liberté est très porteur, il semble que la Révolution française, la première de toutes les révolutions qui se succédèrent en Europe et ailleurs, ont eu (probablement) les mêmes causes.
Une majorité d'individus démotivés et une minorité agissante combattant pour le bien et la liberté de tous.
Ce qui est un peu suspect, car en général les minorités agissantes agissent surtout pour le Bien de quelques uns.

a+

Odysseus
Répondre