Philosophes grecs et Eglise orthodoxe

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Maximilien
Messages : 5
Inscription : lun. 27 juin 2005 22:24

Philosophes grecs et Eglise orthodoxe

Message par Maximilien »

Bonjour.

J'ai appris dernièrement que les fresques extérieures de certaines églises orthodoxes (surtout en Bulgarie) représentaient les penseurs grecs antiques (Pythagore, Platon, Artistote, Sophocle). J'aimerais avoir des précisions sur le sujet (quelle est leur place dans l'Orthodoxie ?) et si possible des photos des fresques en question.

Cordialement.
Anne Geneviève
Messages : 1041
Inscription : lun. 30 mai 2005 19:41
Localisation : IdF
Contact :

Message par Anne Geneviève »

Je n’ai pas les photos de ces fresques. Mais il est vrai que très tôt dans l’histoire de l’Eglise, déjà chez les Apologètes du IIe siècle, certains philosophes dont Platon pour son monothéisme ont été considérés comme des précurseurs de l’Eglise, pas tout à fait au niveau des prophètes du judaïsme mais juste un cran en dessous, l’idée étant qu’ils avaient bénéficié d’une révélation partielle, voilée, incomplète mais reconnaissable. Comme Platon met toujours en scène Socrate dans ses dialogues, pas question de les séparer. Pour Pythagore, c’est plus compliqué. Il était revendiqué par l’orphisme et c’est le personnage d’Orphée qui apparaissait comme une préfigure païenne, là encore déformée mais reconnaissable, du Christ (apaiser les bêtes féroces, descente aux enfers, passion), en particulier dans l’école théologique d’Alexandrie. A ces philosophes, il faut adjoindre la Sybille censée (au travers de trois vers de Virgile) avoir prophétisé la naissance du Christ et le renouvellement des temps. Donc parfois Virgile s’ajoute à ces précurseurs antiques – ce qui explique qu’il soit le guide imaginaire de Dante dans sa Divine Comédie, ce qui explique aussi que ce soit dans Virgile et dans le psautier que l’on apprenait à lire le latin aux enfants dans l’antiquité chrétienne.
En fait, il n’y a jamais eu de consensus sur cette question des précurseurs païens, qu’il s’agisse de philosophes ou de figures mythiques. Certains auteurs ont relevé les parcelles de vérité, les convergences symboliques, d’autres ont tout rejeté violemment ; les premiers parlaient d’une inspiration divine au travers de voiles, les seconds affirmaient que les distorsions étaient l’œuvre de Satan. Dans la pratique, c’est resté de l’ordre des théologoumènes.
"Viens, Lumière sans crépuscule, viens, Esprit Saint qui veut sauver tous..."
Claude le Liseur
Messages : 4227
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

Platon était souvent représenté en compagnie de Cicéron, de la Sybille de Cumes, de Socrate et d'Aristote, représentant les Justes des nations païennes, aux côtés des personnages de l'Ancien Testament représentant les Justes de l'Ancienne Alliance, dans les monastères en Grèce et dans les principautés roumaines à l'époque byzantine et au XVIème siècle.

La tradition n'est pas complètement morte, puisque j'ai pu contempler à Athènes en septembre 2003 une icône contemporaine où les Trois Saints Docteurs du christianisme orthodoxe (saints Grégoire de Nazianze, saint Basile de Césarée et saint Jean Chrysostome), représentés en pied, étaient surmontés de médaillons avec les trois grands philosophes de l'Antiquité (Socrate, Platon et Aristote). Sur cette icône, les trois philosophes étaient reconnaissables, avec un certain souci d'historicité dans leur représentation (costume, etc.) En revanche, sur les "frises des philosophes" des églises de l'époque byzantine et post-byzantine, ces justes de l'Antiquité ne sont pas reconnaissables pour le visiteur contemporain, si ce n'est par l'inscription de leur nom; les iconographes les représentaient en costume médiéval, pas en toge antique.

La représentation iconographique des philosophes de l'Antiquité relève d'une vieille tradition qui les présente comme des justes qui, avant et dans l'attente de la Révélation (comme "en cette veille et dans l'attente du matin"), ont préparé leur peuple à recevoir l'illumination.

Il y a quelques décennies, Photios Kontoglou avait peint une fort belle fresque de Pythagore, aussi dans le style iconographique.
GIORGOS
Messages : 286
Inscription : dim. 30 mai 2004 6:02
Localisation : Argentine

REVELATION AUX PEUPLES

Message par GIORGOS »

La pensée chrétienne -au sens large, et autant plus la pensée orthodoxe- est ou bien hellène-chrétienne ou bien nous la devrions reconnaître (erronément) comme judéo-chrétienne.
L'intelligence orthodoxe, bien que n'étant pas liée à peuple aucun, a tranché il y a de long temps. Et précisément à cause de n'être liée à peuple aucun, elle ne pouvait pas se trouver en lien à un seul peuple en particulier. Moins encore si ce peuple en s’appelant lui même d’élu, ignore l’abolition définitive de son élection et de ses prétentions.
Il y a lieu ici a rappeler que l’Eglise est le Nouveau Israël, mais un Israël spirituel ouvert a à tous les hommes au delà de la sang, la race, la langue, le lieu.

L ‘idée, selon laquelle l’Image de Dieu est elle dedans de chaque homme, quoique seulement les saints ont ils devenu « comme Dieu », des dieux par grâce, c’est la notion que permet à St. Justin Philosophe et Martyr, faire le déploiement intellectuel de lier « revelatio ad gentes » et « revelatio ad hebreos ».
La Révélation aux peuples païens, Ancienne Alliance naturelle, s’est donnée aux gens par moyen des signes, des philosophes et des poètes. Incomplète et imparfaite, mais étendue et durable, elle subsiste jusque dans les plus lointains coins de la terre on fisse ouïr la voix de l ‘Evangile.
Pendant que l’Ancienne Alliance surnaturelle, révélation aux hébreux, incomplète et sans faille, mais limitée a un seul peuple et réduite dans le temps parce qu’ elle a cessée avec l’Incarnation du Logos qui a été sa culmination. C’est dans ce sens que le Seigneur a dit (Mt.5,17) qu’Il n’a pas venu a abolir la Loi et les Prophètes mais a les accomplir.
C’est la culture grecque laquelle a donné le cadre conceptuel pour l’intelligence de la Théantropie (Deohumanité) et la Sainte Trinité que le judaïsme rabbinique du temps de Christ n’acceptait pas. Et autant le Seigneur que ses Disciples font utilisation de la version des Septante et les Evangiles mêmes ont été rédigés en grec.
Il ne s’agit pas d’une question ethnique. Il s’agit d’une question culturelle. Et de l’élection que fait le Saint Esprit, comme on peut voir dans les Actes des Apôtres…
Plusieurs siècles après, St. Séraphin de Sarov -le simple paysan russe, qui n'est pas un universitaire ou un intéllo- dans sa conversation avec Motovilov dit que « La Grâce de l'Esprit Saint agissant de l'extérieur se refléta dans tous les prophètes et les saints d'Israël. Les Juifs installèrent par la suite des écoles spéciales prophétiques; on y entraînait à discerner des signes d'apparition de Dieu et des Anges et les différences entre les manifestations du Saint Esprit et les manifestations naturelles du monde créé.
Saint Siméon, les ancêtres Joachim et Anne, et d'innombrables serviteurs de Dieu eurent fréquemment des révélations diverses, des voix, des apparitions divines suivies de miracles évidents les affirmant.
Avec une force moins grande que dans le peuple de Dieu, la présence de l'Esprit Saint se manifestait aussi parmi les païens ignorant le Dieu véritable, puisque dans leur milieu Dieu trouva des hommes de son choix. Telles étaient par exemple les sibylles-vierges prophétisantes ; elles gardaient leur virginité pour un Dieu inconnu, mais Tout Puissant et Créateur de l'Univers et Ordonnateur comme le reconnaissaient les païens.
De même, les philosophes païens, quoique errant dans les ténèbres de la non-connaissance de Dieu, à la recherche de la Vérité, chère à Dieu, pouvaient, à cause de cette recherche qui lui est agréable, être dans une certaine communion avec l'Esprit Saint, puisqu'il est dit : « Les peuples ignorant Dieu, faisant naturellement le bien, agissent d'une manière agréable à Dieu».
Dieu aime tellement la Vérité que, par le Saint Esprit, Lui-même annonce : "L'Esprit de Vérité brille en s'élevant sur la terre et la Vérité descend des cieux ».
Ainsi, dans le peuple hébreu. sacré et aimé de Dieu. et parmi les païens ignorant Dieu, s'est conservé une connaissance de Dieu. c'est à dire la compréhension intelligente et claire de l'action du Saint Esprit dans l'homme.

Aussi les peuples savaient-ils comment et selon quels signes extérieurs et quels sentiments intérieurs on pouvait être assuré que c'était vraiment l'action du Saint -Esprit et non l'envoûtement de l'ennemi. Cela se passait ainsi dans le monde, à partir d'Adam et jusqu'à l'incarnation du Seigneur Jésus-Christ. "

Et c’est pourquoi, dans les églises orthodoxes on représentent iconiquement les anciens savants.

----------------------------------
(J'ai edité les premiers deux paragraphes de ce message pour plus de clarté)
Giorgos
SEÑOR JESUCRISTO, HIJO DE DIOS, TEN PIEDAD DE MÍ PECADOR.
Claude le Liseur
Messages : 4227
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

J'ai sous les yeux la traduction anglaise du manuel classique d'iconographie de Denys de Fourna (né vers 1670, mort vers 1745):
The "Painter's Manual" of Dionyisus of Fourna, traduit du grec en anglais par Paul Hetherington d'après le manuscrit cod. gr. 708 de la Bibilothèque Saltykov-Tchédrine de Saint-Pétersbourg, Oakwood Publications, Torrance CA 1996 (1ère édition 1974). Page 31 de l'édition anglaise, on trouve les instructions pour peindre de manière iconique les personnages suivants de l'Antiquité païenne:

-Apollonius de Tyane
-Solon d'Athènes
-Thucydide d'Athènes
-Plutarque
-Platon
-Aristote de Stagire
-Philon d'Alexandrie
-Sophocle
-"Thoulès, roi d'Egypte" (en fait le pharaon Touthmosis)
-Balaam (Nombr 22,5)
-la Sybille de Cumes


avec à chaque fois la prophétie qui leur est attribuée.

Une note renevoie à une étude d'un érudit que je suppose autrichien, A. von Premerstein, "Griechisch-heidnische Weise als Verkünder christlicher Lehre in Handschriften und Kirchenmalerei" (je rétablis le titre allemand correct, l'orthographe étant massacrée dans le livre anglais que j'ai entre les mains, in Festschrift der Nationalbibliothek in Wien, 1926, pp. 647-666, qui a démontré la très grande ancienneté de cette représentation iconographique des sages qui préparèrent leur peuple à recevoir l'Illumination. Premerstein a recensé sept autres personnages qui ne figurent pas sur la liste de Denys de Fourna. (Je sais que c'est, entre autres, le cas de Cicéron.)
GIORGOS
Messages : 286
Inscription : dim. 30 mai 2004 6:02
Localisation : Argentine

Message par GIORGOS »

(Je sais que c'est, entre autres, le cas de Cicéron.)
Et très sûrement celui de Virgile.
Giorgos
SEÑOR JESUCRISTO, HIJO DE DIOS, TEN PIEDAD DE MÍ PECADOR.
Anne Geneviève
Messages : 1041
Inscription : lun. 30 mai 2005 19:41
Localisation : IdF
Contact :

Message par Anne Geneviève »

La liste que vous donnez, Claude, est étonnante et mérite un commentaire. Solon d’Athènes, on peut penser que c’est sa réputation de sagesse, répercutée de plus par Platon. Platon lui même, son monothéisme sans doute est ainsi reconnu. Aristote étonne davantage mais me ravit car c’est au fond le premier philosophe des sciences ! Sophocle, l’essence même du tragique, là encore je le comprends : Antigone opposant les lois divines non écrites aux lois humaines, trop humaines de Créon. Balaam a pour lui d’être cité dans l’Ecriture. La Sybille, à cause de sa prophétie, même interpolée.
Les autres m’étonnent vraiment.
Plutarque (ca 45-125) : historien contemporain des débuts de l’Eglise qu’il ignore allègrement. Pourquoi en faire une sorte de prophète ? A cause de sa sévérité à l’égard de certains empereurs ?
Philon d’Alexandrie (ca -20-54) : contemporain du Christ dont il n’a, semble-t-il, jamais entendu parler. A tenté une synthèse du platonisme et du judaïsme. Il est vrai que son œuvre a probablement influencé l’école théologique chrétienne d’Alexandrie, très néo-platonicienne et axée sur la symbolique.
Apollonius de Tyane : mage païen du Ier siècle de notre ère, contemporain du Christ et de Philon si je ne m’abuse, à qui l’on attribue de tels prodiges que des francs-maçons du XIXe siècle ont pensé qu’il avait servi de modèle pour la rédaction que l’on pensait alors tardive des Evangiles. Que fait-il dans cette liste ? Il ne s’agit ni d’un précurseur ni d’un philosophe !
"Viens, Lumière sans crépuscule, viens, Esprit Saint qui veut sauver tous..."
Claude le Liseur
Messages : 4227
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

Anne Geneviève a écrit :La liste que vous donnez, Claude, est étonnante et mérite un commentaire. Solon d’Athènes, on peut penser que c’est sa réputation de sagesse, répercutée de plus par Platon. Platon lui même, son monothéisme sans doute est ainsi reconnu. Aristote étonne davantage mais me ravit car c’est au fond le premier philosophe des sciences ! Sophocle, l’essence même du tragique, là encore je le comprends : Antigone opposant les lois divines non écrites aux lois humaines, trop humaines de Créon. Balaam a pour lui d’être cité dans l’Ecriture. La Sybille, à cause de sa prophétie, même interpolée.
Les autres m’étonnent vraiment.
Plutarque (ca 45-125) : historien contemporain des débuts de l’Eglise qu’il ignore allègrement. Pourquoi en faire une sorte de prophète ? A cause de sa sévérité à l’égard de certains empereurs ?
Philon d’Alexandrie (ca -20-54) : contemporain du Christ dont il n’a, semble-t-il, jamais entendu parler. A tenté une synthèse du platonisme et du judaïsme. Il est vrai que son œuvre a probablement influencé l’école théologique chrétienne d’Alexandrie, très néo-platonicienne et axée sur la symbolique.
Apollonius de Tyane : mage païen du Ier siècle de notre ère, contemporain du Christ et de Philon si je ne m’abuse, à qui l’on attribue de tels prodiges que des francs-maçons du XIXe siècle ont pensé qu’il avait servi de modèle pour la rédaction que l’on pensait alors tardive des Evangiles. Que fait-il dans cette liste ? Il ne s’agit ni d’un précurseur ni d’un philosophe !
Chère Anne-Geneviève,

Je partage votre étonnement. Notez toutefois que la liste de Denys de Fourna n'est pas complète (il manque notamment Cicéron et Virgile) et qu'elle ne donne pas les lieux d'origine des personnages à représenter.

C'est donc moi qui ai rétabli "d'Alexandrie" pour Philon et "de Tyane" pour Apollonios, mais voyez-vous un autre Philon et un autre Apollonios qui se soient occupés de philosophie?

En tout cas, il y a consensus pour Platon, Aristote, Balaam, la Sybille et Virgile.

A ma connaissance, Pythagore aussi a été considéré comme précurseur.
Anne Geneviève
Messages : 1041
Inscription : lun. 30 mai 2005 19:41
Localisation : IdF
Contact :

Message par Anne Geneviève »

Philon, je ne vois pas et, de plus, il est relativement à sa place, mais il y a plusieurs autres Apollonios :
Apollonios de Rhodes, grammairien et auteur d'une épopée, IIIe siècle avant le Christ
Apollonios de Perge, mathématicien, astronome et philosophe stoîcien du IIe siècle avant le Christ.
Tous deux ont vécu à Alexandrie une partie de leur vie.
Apollonius Molon, rhéteur et orateur, ami de Cicéron, né au Ier siècle avant le Christ, a vécu à Rhodes
Apollonius le sophiste, disciple et peut-être nègre d'Apion, époque de Tibère.
Ce sont les principaux, mais pas les seuls. Voir le site
http://www.cosmovisions.com/Apollonius.htm
où ils sont tous listés avec un peu plus de détails biographiques.
"Viens, Lumière sans crépuscule, viens, Esprit Saint qui veut sauver tous..."
J-Gabriel
Messages : 674
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

Re: Philosophes grecs et Eglise orthodoxe

Message par J-Gabriel »

Reconnait-on des protagonistes sur cette fresque ?
Image
Dorian
Messages : 137
Inscription : ven. 05 juin 2009 4:17

Re: Philosophes grecs et Eglise orthodoxe

Message par Dorian »

Je crois lire Diogène (deuxième à partir de droite), Socrate (tout à droite).
Claude le Liseur
Messages : 4227
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Philosophes grecs et Eglise orthodoxe

Message par Claude le Liseur »

Dorian a écrit :Je crois lire Diogène (deuxième à partir de droite), Socrate (tout à droite).
A gauche de Socrate, je crois reconnaître Cléomède, philosophe stoïcien.

Merci à Jean-Gabriel pour la belle reproduction de cette fresque.
Nikolas
Messages : 412
Inscription : dim. 16 mai 2010 15:19
Localisation : Poitiers

Re: Philosophes grecs et Eglise orthodoxe

Message par Nikolas »

Maximilien a écrit :Bonjour.

J'ai appris dernièrement que les fresques extérieures de certaines églises orthodoxes (surtout en Bulgarie) représentaient les penseurs grecs antiques (Pythagore, Platon, Artistote, Sophocle). J'aimerais avoir des précisions sur le sujet (quelle est leur place dans l'Orthodoxie ?) et si possible des photos des fresques en question.

Cordialement.
http://www.johnsanidopoulos.com/2011/03 ... cient.html
Dans cette article vous trouverez de nombreuses photos des fresques en question, ainsi que quelques explications.
Nikolas
Messages : 412
Inscription : dim. 16 mai 2010 15:19
Localisation : Poitiers

Re: Philosophes grecs et Eglise orthodoxe

Message par Nikolas »

Nikolas
Messages : 412
Inscription : dim. 16 mai 2010 15:19
Localisation : Poitiers

Re: Philosophes grecs et Eglise orthodoxe

Message par Nikolas »

Bonjour,

en revoyant l'image ci dessous posté par Jean Gabriel et les photos du lien que j'avais cité précédemment, dont j'ai retrouvé une vue d'ensemble (ci dessous), je remarque que les prophètes sont représentés au dessus des philosophes.

Mais plus simplement quelle est la place des prophètes dans le programme iconographique d'une église ?

J-Gabriel a écrit :Image
Nikolas a écrit :Encore quelques fresques ici:
http://www.johnsanidopoulos.com/2011/09 ... hodox.html
Image
http://bxl1.free.fr/meteores/P1160844.JPG Je rajoute le lien direct car l'image est trop grande pour le forum.
Répondre