saints pour le 5 mai du calendrier ecclésiastique

Les listes des saints de chaque jour sans leur biographie

Modérateur : Auteurs

Répondre
Claude le Liseur
Messages : 3976
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

saints pour le 5 mai du calendrier ecclésiastique

Message par Claude le Liseur » sam. 24 avr. 2004 16:52

Sainte IRENE, martyre sous Chapour (Ier?), chah de Perse (IIIème siècle?). (Office traduit en français par le père Denis Guillaume au tome V des Ménées.)

Sainte CRESCENTIENNE, martyre à Rome.

Saint SYLVAIN, martyr à Rome.

Saints GREGOIRE, ARCHELAÜS et FELICISSIMA, martyrs en Afrique.

Saints martyrs NEOPHYTE, GAÏUS et GAÏEN.

Saints IRENEE, IRENE et PEREGRIN, martyrs par le feu à Thessalonique sous Dioclétien.

Saint JOVINIEN, lecteur, martyr à Auxerre en Bourgogne sous Dioclétien (vers 304).

Saint NECTAIRE, métropolitain de Vienne-sur-Isère en Dauphiné (375).

Saint BRITTON (BRITO, BRITENIUS), évêque de Trèves en Rhénanie, qui confessa la foi orthodoxe face au priscillanisme, mais s'opposa (tout comme saint Martin de Tours) à l'exécution de Priscillien (386).

Saint FLORENT II, sucessseur de saint Nectaire, métropolite de Vienne-sur-Isère (392).

Saint NIZIER ou NICET, successeur de saint Florent II, archevêque de Vienne en Dauphiné (395).

Saint HYDROC, missionnaire et martyr à Lanhydroc en Bretagne (Vème siècle).

Saint HILAIRE, disciple de saint Honorat, évêque d'Arles en Provence, confesseur de la foi orthodoxe face au pélagianisme (449). (Office composé en français par le père Denis Guillaume et publié au tome V du Supplément aux Ménées.)

Commémoration de la dédicace de l'église de la Toute-Sainte Enfantrice de Dieu en l'île de Chypre.

Saint GERONCE, évêque de Milan en Lombardie (470).

Sainte HERINE, vierge, qui a donné son nom à une église de Lecce dans la Terre d'Otrante.

Sainte VENERE ou VENERANDE, vierge, suivante de sainte Hérine.

Saint LANDE, martyr à Orto en Italie (vers le VIème siècle).

Saint PETRAN, Irlandais de nation, frère de saints Gibrien et Hélain et de sainte Franche, ermite en Champagne (VIème siècle).

Saint GARAN, Irlandais de nation, ermite à Plestin, puis à Cavan en Bretagne (VIème siècle).

Saint ELIGEANT ou HERIGIN, ermite à Penvenan en Bretagne (VIème siècle).

Saint SACERDOS ou SERDON, évêque de Sagonte en Espagne (vers 530).

Saint THEODORE, évêque de Bologne en Emilie-Romagne (vers 540).

Saint JEAN, ermite à Chinon en Touraine, qui fut visité par sainte Radegonde (deuxième moitié du VIème siècle).

Saint JAGUEL, ermite près de Notre-Dame-de-Guildo en Bretagne (VIème-VIIème siècles).

Sainte VALDRADE, première abbesse de Saint-Pierre-aux-Nonnains à Metz en Lorraine (630).

Saint EPHREM, martyr à Damas par la main des Musulmans.

Saint MAURONT, fils de sainte Rictrude (et qu'une tradition dit apparenté à la maison de France), fondateur et premier higoumène de Bruel-sur-la-Lys en Artois, patron de la ville de Douai (706).

Saintes TEUTHERIE et TUSQUE, vierges, dont les corps furent retrouvés en 1161 dans une église de Vérone qui leur avait été dédiée dès l'année 750.

Saint ECHTA (ETHA), ermite à Crayke dans le Yorkshire (vers 767).

Saint EUTHYME le Thaumaturge, évêque de Madytos dans l'Hellespont, qui prophétisa à Basile II le Bulgaroctone sa victoire sur Bardas Phocas (après 989).

Saint MICHEE de Radonège, disciple de saint Serge de Radonège (Russie 1385).

Saint EPHREM le Nouvel-Apparu, moine, martyr par la main des Musulmans en 1426 après huit mois de supplices cruels, révélé en 1950 seulement, dans des circonstances similaires à celles de la révélation du saint hiéromartyr Raphaël de Mytilène (cf. 9 avril) (1426). (Acathiste traduit en français par les moines du monastère Saint-Antoine-le-Grand de Saint-Laurent-en-Royans et publié dans le livret Apparitions et miracles de Saint Ephrem le Nouvel-Apparu.)

Invention des reliques de saint Jacques de Jéliezny-Borok (cf. 11 avril) (Russie 1613).

Saint ADRIEN, fondateur du monastère de l'Annonciation sur les rives du fleuve Monza près de Kostroma (Russie 1619).

L'icône de la Mère de Dieu "DE LA COUPE INEPUISABLE" ("NIEOUPIVAÏEMAÏA TCHACHA") (1878).

Répondre