saints pour le 21 février du calendrier ecclésiastique

Les listes des saints de chaque jour sans leur biographie

Modérateur : Auteurs

Répondre
Claude le Liseur
Messages : 3975
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

saints pour le 21 février du calendrier ecclésiastique

Message par Claude le Liseur » mer. 11 févr. 2004 0:56

Saint ANTHIME, évêque de Terni et de Spolète, invoqué contre la grêle (vers 176).

SEPTANTE-NEUF martyrs crucifiés en Sicile sous Dioclétien (303).

Saints CLAUDE, SABIA et MAXIME, martyrs en Sicile (303).

Saint EUSTATHE, évêque d'Antioche, qui prit part au Ier concile oecuménique (Nicée 325) et fut injustement déposé par les Ariens. (Office traduit en français par le père Denis Guillaume au tome II des Ménées. Canon slavon traduit en français par le père Denis Guillaume au tome II du Supplément aux Ménées.)

Sainte IRENE, vierge à Rome, soeur du pape Damase (379).

Sainte VITALINE, vierge à Artonne près de Riom en Auvergne (390).

Saints ANDRE et ANATOLE, ascètes palestiniens, disciples de saint Euthyme le Grand (Vème siècle).

Sainte BLANCHE (GWENN, TEIRBRONN), "reine" en Bretagne, épouse de saint Frakan et mère des saints Gwenolé, Klervie, Jacut et Guézennec (Vème siècle).

Saints VERULE, SECONDIN, SIRICE, FELIX, SERVULE, SATURNIN, FORTUNAT et SEIZE autres, martyrs en Afrique, probalement par la main des Vandales ariens (vers 434).

Saint FELIX III, évêque de Metz en Lorraine (vers 500).

Saint MAXIMIEN, évêque de Ravenne (556).

Saint JEAN III le Scholastique, ancien avocat devenu patriarche de Constantinople (565-577), qui rédigea un Nomocanon et fit introduire dans la divine Liturgie l'hymne "Tou Dheipnou sou tou mystikou" ("A Ta cène mystique"/ "Cinei Tale celei de Taina" ) (577).

Saint BRI, ermite en Bretagne (VIème-VIIème siècles).

Saint PATERE, évêque de Brescia en Lombardie (606).

Saint ZACHARIE, patriarche de Jérusalem, déporté en Perse sous Chosroès II avec la Vraie Croix dont il était le gardien, puis libéré par Héraclius (632 ou 633).

Saint PEPIN de Landen, maire du palais (= premier ministre) de la maison de France sous Clotaire II, Dagobert II et Siegbert II et mari de sainte Itte; remarquable par sa foi, sa moralité et son équité, il est l'ancêtre, par sa fille sainte Begghe, des Carolingiens qui ne restèrent malheureusement pas dans les mêmes dispositions d'orthodoxie que leur glorieux ancêtre; son autre fille fut sainte Gertrude de Nivelles (640).

Sainte ERCOGONTHA, Anglaise de nation, moniale à Faremoutier-en-Brie (660).

Saints GERMAIN, fondateur de l'abbaye de Grandval près de Moutier dans l'actuel Jura bernois (Suisse), et RANDANT (RANDOALD), son disciple, martyrs sur l'ordre du duc d'Alsace Adalric (675). (Adalric, qui aurait été le père de sainte Odile, se serait plus tard repenti et "à cette fin apaisée se mesure l'efficacité de la prière des martyrs, laquelle est semence d'oubli et de miséricorde", comme écrit Walzer in Vie des Saints du Jura, p. 174).

Saint GOMBERT ou GONDELBERT, évêque de Sens en Bourgogne, puis fondateur du monastère de Senones et solitaire (vers 675).

Saint VALERE, higoumène de San Pedro de Montes en Espagne (vers 695).

Saint EMEBERT, évêque de Cambrai et d'Arras réunis (vers 715).

Saint TIMOTHEE, ascète du monastère des Symboles à l'Olympe de Bithynie (vers 795). (Office traduit en français par le père Denis Guillaume au tome II des Ménées.)

Saint DINAN, fondateur de monastère à Dinan en Bretagne (IXème siècle).

Saint GEORGES, évêque d'Amastris en Paphlagonie (vers 805).

L'icône de la Mère de Dieu du village de Kozielchtchina dans la région de Poltava ("KOZIELCHTCHANSKAÏA") (Ukraine 1881).

Saints ALEXANDRE et DANIEL, prêtres, martyrs par la main des Communistes (Russie 1930).

Répondre