Une prise de position courageuse sur l'homosexualité

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Une prise de position courageuse sur l'homosexualité

Message par Jean-Louis Palierne » jeu. 22 déc. 2005 17:54

Le père Marc-Antoine Costa de Beauregard a rédigé un texte, qui n’a pour l’instant été diffusé que sur le Forum-Orthodoxie (http://www.orthodoxie.com), mais qui mériterait une diffusion encore bien plus large dans la mesure où il exprime un point de vue orthosoxe sur l’homosexualité. Comme ce point de vue tranche avec l’épais et prudent silence généralement observé par les chrétiens sur cette question, il convient de le souligner.

Le père Marc-Antoine rappelle d’abord que l’homosexualité n’est pas une véritable sexualité, et que la véritable sexualité a été donnée par le Créateur à la nature humaine :
L’hétérosexualité est joie de la différence dans l’unité ; elle est également pressentiment de l’altérité hypostatique. […] L’Esprit saint inspire de multiples fois, notamment dans le Cantique des cantiques, la révélation selon laquelle l’altérité de l’homme et de la femme symbolise conjugalement l’altérité de Dieu et de son peuple. […] Et l’amour hétérosexuel le plus digne de ce nom inclut l’amour de la différence, l’acceptation de l’incompréhensibilité d’autrui, comme sexe et comme personne.
La sexualité véritable, c’est-à-dire l’hétérosexualité, fait partie de la sainteté de la nature humaine :
L’hétérosexualité est sainte quand elle est à l’image et à la ressemblance des relations divino-humaines, symbole existentiel de l’altérité divino-humaine. La création a une structure hiérarchique qui reflète la hiérarchie du Créateur et de la créature. L’hétérosexualité est une hiérarchie, un “ordre sacré”, reflet de la hiérarchie du divin et de l’humain : dans cette hiérarchie, l’altérité est vécue réciproquement comme don total de soi, sacrifice et soumission amoureuse à l’autre sexe.
Il en résulte que
L’attitude chrétienne face à l’hétérosexualité comme face à l’homosexualité est d’abord une attitude théologique - avant d’être une attitude morale. Ou, pour mieux dire : notre morale est théologique. L’Evangile consiste dans la foi et la connaissance de Dieu ; et le comportement découle de cette foi et de cette connaissance
Le père Marc-Antoine cite l’Écriture sainte à ce sujet :
L’Esprit Saint a averti du danger de mort que comporte l’homosexualité. Dans le récit concernant la ville de Sodome (Gen 19, 1-29), ce qui est d’abord stigmatisé, c’est l’atteinte à l’hospitalité, c’est-à-dire précisément le mépris d’autrui, de l’étranger : le refus de l’altérité. Mais l’acte homosexuel apparaît comme une telle souillure, que Lot préfère livrer sa propre fille pour dissuader les Sodomites de le commettre : Non, frères, ne faites pas le mal... (19, 7). Selon la Parole de Dieu, l’homosexualité est donc pire que la prostitution. Cette faute entraîne la mort : C’est une abomination ; ils mourront » (Lev.18, 22 ; 20, 13). “Abomination” (To’Ebah) désigne dans l’Ancien Testament le comportement idolâtrique dont la conséquence est la mort. C’est également au sujet de l’idolâtrie qu’il est dit à l’être humain « vous mourrez » dès le Paradis (Gen.2, 17). L’homosexualité est avant tout une faute religieuse, une forme d’idolâtrie.
Parler “d’idolâtrie” à propos de l’homosexualité peut surprendre à notre époque où on ne pense à invoquer que des considération “psychologique” pour la justifier : il y aurait une “homosexualité génétique”. Il n’en est rien pour la foi chrétienne : C’est bien l’idolâtrie qui est à l’origine de l’homosexualité, comme l’explique clairement l’apôtre Paul :
Ils (certains païens) ont échangé la vérité de Dieu contre le mensonge, adoré et servi la créature au lieu du Créateur qui est béni éternellement : Amen ! C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions avilissantes : leurs femmes ont échangé les rapports naturels pour des rapports contre nature ; les hommes de même, abandonnant les rapports naturels avec la femme, se sont enflammés de désir les uns pour les autres, commettant l’infamie d’homme à homme et recevant en leur personne le juste salaire de leur égarement (Ro.1, 25-27).
Les Pères de l’Église aussi ont été très clairs sur ce sujet : Saint Maxime le Confesseur écrit que
le premier homme, pour avoir fait mauvais usage de ses facultés naturelles qui devaient l’amener à sa finalité, se trouva ignorer son Créateur... Il entremêla jusqu’à les confondre ses facultés intellectuelles et ses sens et fut attiré par la connaissance des choses sensibles, connaissance complexe et désastreuse, puisqu’elle déployait en lui les passions... Il était même devenu pire que les bêtes, car il avait échangé ce qu’il y avait en lui de naturel pour ce qui est contre nature » (A Thalassios 253).
Il faut donc en tirer la conclusion que
Le chrétien […] ne dispose pas de son corps ou du corps d’autrui, redevenus par le baptême temple de l’Esprit Saint. C’est le Verbe incarné Lui-même qui le dit : Vous appartenez au Christ (Mc.9, 41). L’Apôtre renchérit sur cet enseignement divin : Le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent (2 Ti.2, 19)... Ignorez-vous que vous ne vous appartenez plus ?... Ne savez-vous pas que vos membres sont les membres du Christ ?... Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous et qui vous vient de Dieu? (1 Co.6, 15 ; 19).
Le père Marc-Antoine replace ce rejet de l’homosexualité dans le cadre d’un enseignement plus général sur les passions, en rappelant comment saint Maxime le Confesseur avait défini la philautie, c’est-à-dire l’amour de soi :
Les passions en général se ramènent à l’amour idolâtre de soi, que ce soit la colère, l’amour de l’argent, l’injustice sociale, que ce soit une hétérosexualité vécue comme possession d’autrui et objectivation de sa personne et de son corps. Quand dans la relation sexuelle entre homme et femme, autrui n’est que l’instrument de mon propre plaisir, l’acquisition du Saint Esprit m’est impossible, parce que je vis dans l’idolâtrie narcissique de moi-même.
Si l’homosexualité est une infirmité de la nature, elle n’échappe pas à la thérapeutique de l’Église :
C’est la prière de l’Eglise, la foi de l’Eglise, encore plus que la prise de conscience et la résolution de la personne, qui donnent la guérison, le miracle de la santé de l’âme et du corps. Il faut croire au miracle pour chercher ainsi la guérison de son homosexualité reconnue d’abord comme une maladie de l’âme. N’oublions pas l’onction des malades, où intervient si fortement la prière de foi de la communauté des croyants. [–] Tant que l’être humain n’a pas connu la seconde naissance, la naissance selon l’Esprit, par laquelle il hérite de l’humanité sainte du Christ, il continue de porter en soi, dans son sang, tous les germes héréditaires du péché. En ce sens, l’homosexualité est génétique, mais comme le sont les autres passions. En ce sens également, nul ne peut penser à un homosexuel autrement que comme à son frère : homosexuel mon frère ; homosexuelle ma sœur - parce que l’homosexualité, comme toutes les passions, est dans la nature déchue dont j’hérite à la conception.
Il faut remercier le père Marc-Antoine d’avoir eu le courage de publier ce texte et espérer qu’il pourra enfin être publié. Le fait qu’il soit légalement interdit de critiquer publiquement l’homosexualité ne doit pas retenir l’Église de s’exprimer, et si l’Église orthodoxe est la seule à le faire, cela montrera bien que c’est elle l’Église véritable. Il faut aller lire ce texte dans son intégralité sur le blog “Orthodoxie.com”.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Jean-Mi
Messages : 126
Inscription : jeu. 24 janv. 2008 14:44
Localisation : Belgique

Message par Jean-Mi » sam. 22 nov. 2008 12:01

mon pauvre Jean-Louis, du haut du Ciel où tu te trouve assurément, tu dois regretter que ce texte n'ai pas été plus largement diffusé...

car si une agence civile (et donc sujette à caution) expliquait que chez les Orthodoxes de Finlande, certains du clergé cautionnaient d'ores et déjà la tapettocratie, jusqu'à la bénir, on pouvait se dire que c'était des cas isolés, et peut-être même des chapelles orthodoxisantes auto-proclamées, chose que les journalistes ne vérifient jamais
http://www.vantaa.fi/en/i_perusdokument ... %20Finnish

HÉLAS, voilà que Leo de Finlande semble prendre le pli et infléchir l'Église dont Dieu lui a donné la charge vers cette pente glissante :

en finnois :
http://www.hs.fi/tulosta/1135241059236

en grec & anglais :
http://theoprovlitos.blogspot.com/2008/ ... 2055992117

si ce sont bel et bien les authentiques paroles de Leo de Finlande qui sont là reproduites par le journaliste, sans traffic ni modification ni "hors contexte" (quoi que même en contexte, comment tolérer un seul instant une telle folie???), alors c'est gravissime. Et ça vaut bien Nicolas Corneanu et Bartholomeos d'Istanboul et leurs folies oecuménistes, et c'est à un niveau aussi élevé et terrible.
Si j'avais pas ma famille, je serais resté sans hésiter sur l'Athos, bon sang de bonsoir..

Kyrie eleison (x 40)

Jean-Mi
Messages : 126
Inscription : jeu. 24 janv. 2008 14:44
Localisation : Belgique

Message par Jean-Mi » sam. 22 nov. 2008 16:46

Jean-Mi a écrit :HÉLAS, voilà que Leo de Finlande semble prendre le pli et infléchir l'Église dont Dieu lui a donné la charge vers cette pente glissante :
pendant ce temps, les si décriés évêques Orthodoxes en Amérique du Nord font tout le contraire. Dans le plus libéraux des États américains, la Californie, ils combattent ouvertement une décision juridique en faveur de ce qui est contre nature, et ils appellent les citoyens à voter contre!
http://southern-orthodoxy.blogspot.com/ ... shops.html

chapeau (ou mitre ;-) bas!

Doxa Si, o Theos imon!

Claude le Liseur
Messages : 4078
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » dim. 23 nov. 2008 17:46

Jean-Mi a écrit :
Jean-Mi a écrit :HÉLAS, voilà que Leo de Finlande semble prendre le pli et infléchir l'Église dont Dieu lui a donné la charge vers cette pente glissante :
pendant ce temps, les si décriés évêques Orthodoxes en Amérique du Nord font tout le contraire. Dans le plus libéraux des États américains, la Californie, ils combattent ouvertement une décision juridique en faveur de ce qui est contre nature, et ils appellent les citoyens à voter contre!
http://southern-orthodoxy.blogspot.com/ ... shops.html

chapeau (ou mitre ;-) bas!

Doxa Si, o Theos imon!
Ce qui prouve que si l'Amérique du Nord a inventé le politiquement correct comme nouvelle forme du totalitarisme, c'est bien l'Europe qui l'a mené à son dernier degré de perfection.

Jean-Mi
Messages : 126
Inscription : jeu. 24 janv. 2008 14:44
Localisation : Belgique

Message par Jean-Mi » lun. 24 nov. 2008 12:37

Jean-Mi a écrit :pendant ce temps, les si décriés évêques Orthodoxes en Amérique du Nord font tout le contraire. Dans le plus libéraux des États américains, la Californie, ils combattent ouvertement une décision juridique en faveur de ce qui est contre nature, et ils appellent les citoyens à voter contre!
http://southern-orthodoxy.blogspot.com/ ... shops.html
"Un Amendement à la Constitution pour restaurer la définition du mariage
La décision de la Court Suprême de Californie, datée du 15 mai 2008, redéfinit unilatéralement l'institution sacrée du mariage d'une manière sans précédent dans l'histoire humaine – et étrangère à notre tradition Chrétienne. Nous, évêques Chrétiens Orthodoxes de Californie, sommes affligés par cette décision qui constitue une attaque directe sur le rôle et la liberté de religion existant de longue date dans la vie américaine. Une majorité des juges de la Cour a déclaré que non seulement les couples de même sexe devaient être autorisés à être appelés des "mariages" par ces couples s'ils le souhaitent, mais que l'État de Californie n'avait pas le droit de faire référence à ces unions comme à autre chose qu'à des "mariages."

Le Christianisme Orthodoxe tient en haute considération l'institution du mariage et de la famille, ordonnées par Dieu. L'Église Orthodoxe doit et restera fidèle à sa Foi et Tradition, et affirme qu'un mariage, c'est l'union d'un homme et d'une femme, donnés l'un à l'autre par Dieu pour le soutien mutuel, l'encouragement, l'amour, et la possibilité d'avoir des enfants.

Comme membres de l'Église et citoyens de ce grand pays, nous ne pouvons pas nous retirer de la société dans laquelle nous vivons. Nos paroisses et nos fidèles sont appelés à être "sel et lumière," pour paraphraser le Christ, et en tant que tels, ils s'engagent auprès de leur prochain et voisins par des actes de charité et d'amour. Nous continueront nos oeuvres charitables, et notre engagement dans la société – y compris d'enseigner fidèlement la vérité des principes Chrétiens de vie.

L'Église Orthodoxe aux États-Unis se développe et grandit, à plusieurs égards, du fait des principes stables sur lesquels ce grand pays a été fondé. Nos définitions des institutions de base telle que le mariage, façonné par les insondables forces de l'amour et de la nature couplées avec l'expérience de toute l'histoire humaine connue, découle effectivement de ce que les Pères Fondateurs de notre pays connaissaient comme la "loi naturelle" ou "la nature et la nature de Dieu."

C'est à la lumière de ceci que les évêques Chrétiens Orthodoxes de Californie rejettent la décision de la Cour Suprême de Californie au sujet de ces unions. L'institution du mariage émane de quelque chose qui transcende nos institutions politiques passagères, et ne peut pas être unilatéralement modifiée de cette manière-ci. Dès lors, nous devons agir quand cette promulgation contredit directement notre Foi – et menace les fondements même de la vie florissante de l'Orthodoxie en Amérique.

Dès lors, nous, évêques Orthodoxes de Californie, nous appelons les fidèles, en tant que citoyens responsables et concernés de Californie, à renverser cette décision de la Cour Suprême de Californie en votant en faveur de la Proposition 8 qui sera présentée en novembre. Cette proposition est une mesure regrettable mais nécessaire pour restaurer la véritable définition du mariage aux yeux de notre État. Un État qui croit implicitement que les unions de même sexe constituent un "mariage" – et tôt ou tard, explicitement – dénie le rôle de l'Église et de toutes les religions qui adhèrent aux valeurs traditionnelles dans la vie publique. Nous vous demandons s'il vous plaît d'exercer votre rôle de citoyen et de voter en novembre. L'adoption de la Proposition 8 est impérative.

Avec nos bénédictions archipastorales,"

et leur signature en ligne :
http://stmaterne.blogspot.com/2008/11/m ... e-usa.html

Jean-Mi
Messages : 126
Inscription : jeu. 24 janv. 2008 14:44
Localisation : Belgique

Message par Jean-Mi » lun. 24 nov. 2008 13:44

Jean-Mi a écrit :HÉLAS, voilà que Leo de Finlande semble prendre le pli et infléchir l'Église dont Dieu lui a donné la charge vers cette pente glissante :
la situation en Finlande semble au plus pourrie - texte complet en anglais, avec références des auteurs - hallucinant :
http://theoprovlitos.blogspot.com/2008/ ... ds-of.html

et rien au niveau des Primats des autres Églises locales, aussi hallucinant

Kyrie eleison (x 40)

J-Gabriel
Messages : 644
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

mon avis

Message par J-Gabriel » mar. 25 nov. 2008 0:27

"Bien aimés, ne vous fiez pas à tout esprit, mais éprouvez les esprit pour voir s'ils viennent de Dieu, car beaucoup de faux prophètes sont venus dans le monde." 1 Jean IV, 1

Concernant les homo, c'est vrai c'est un problème. Même si l'état de leur conscience "paralyse" leur esprit de discernement. . Nous hommes de ce monde ne devons pas juger et surtout il faut se rappeler qu'ils possèdent eux aussi une âme et sont appelés à la divinisation de tout leur être. On leur doit des égards particuliers, comme aux membres les plus faibles et les plus démunis du Corps du Christ.

L'Eglise Orthodoxes ne devraient pas entrer dans le débat sur le statut politique des homosexuels car on se mettrai à juger et juger c’est ce mettre à la place de Dieu. Et le Christ à bien dit "Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu" (Matthieu 22,21)
Un frère dit à abba Pœme: " Si je suis témoin d'une chose, veux-tu que je la rapporte ? "L'ancien lui dit: "Il est écrit: «Pour qui répond avant d'écouter, sottise et honte !» Si tu es interrogé, parle; sinon, tai-toi."

Anne Geneviève
Messages : 1041
Inscription : lun. 30 mai 2005 19:41
Localisation : IdF
Contact :

Message par Anne Geneviève » jeu. 27 nov. 2008 10:54

J'aimerais élargir le débat, Jean Gabriel. Notre époque voit s'inscrire dans la loi beaucoup de choses qui relèvent d'une idéologie, au demeurant assez floue, mais largement antichrétienne. Quand je dis antichrétienne, il ne s'agit pas que des railleries médiatiques assez pauvres et qui, en ce qui concerne l'orthodoxie, tombent régulièrement à côté, mais de l'anthropologie qui s'en dégage et qui s'oppose frontalement à ce que la révélation chrétienne dit de l'homme.

La question des homosexuels n'est qu'une des incidentes de cette anthropologie. A mon sens, elle nous interpelle quand même quand il s'agit d'autoriser ou non l'adoption par un couple homo. Le reste, mariage civil, héritage, etc., est surtout une question fiscale et, tant qu'on n'essaie pas de forcer les Eglises à célébrer des mariages religieux d'homosexuels, je comprends qu'on ait autre chose à faire que de combattre les moulins à vent. Mais l'adoption, l'éducation des enfants, c'est une autre paire de manches et je crois que les évêques ont un mot à dire, même s'il n'est pas écouté par les autorités civiles.

Il en va de même d'un certain nombre de ces lois, tout ce qui tourne autour de la bioéthique, des manipulations génétiques en particulier des chimères homme/animal, de l'avortement, de l'euthanasie. Dire simplement "rendrez à César..." et se retirer dans la liturgie en écartant le monde, c'est peut-être la vocation particulière des moines, de certains monastères, mais si ça devait se généraliser à tous les théologiens et aux évêques, gare à la schizophrénie ! Les Pères ont répondu aux idées folles de leur temps. Je crois que nous avons le même devoir avec les questions que génère le nôtre, y compris lorsqu'elles ont une incidence politique. L'amour du prochain, je ne le conçois pas sous la forme lénifiante du bisounours dans la brume de l'éloignement du monde. On trouve aussi dans l'Ecriture "Voici, je t'ai établi comme sentinelle sur la maison d'Israel..." Nous sommes redevables du sang ou de l'âme de ceux que nous aurions négligé d'avertir.
"Viens, Lumière sans crépuscule, viens, Esprit Saint qui veut sauver tous..."

Jean-Mi
Messages : 126
Inscription : jeu. 24 janv. 2008 14:44
Localisation : Belgique

Message par Jean-Mi » jeu. 27 nov. 2008 12:18

Anne Geneviève a écrit :L'amour du prochain, je ne le conçois pas sous la forme lénifiante du bisounours dans la brume de l'éloignement du monde. On trouve aussi dans l'Ecriture "Voici, je t'ai établi comme sentinelle sur la maison d'Israel..." Nous sommes redevables du sang ou de l'âme de ceux que nous aurions négligé d'avertir.
voilà des paroles du feu de Dieu!

ne vous choquez pas, mais je croirais lire mère Gavrilia

merci, vraiment

Anne Geneviève
Messages : 1041
Inscription : lun. 30 mai 2005 19:41
Localisation : IdF
Contact :

Message par Anne Geneviève » dim. 30 nov. 2008 8:26

Je me choque d'autant moins que je ne sais pas qui est mère Gavrilia.
"Viens, Lumière sans crépuscule, viens, Esprit Saint qui veut sauver tous..."

J-Gabriel
Messages : 644
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

élargissement du débat

Message par J-Gabriel » mar. 02 déc. 2008 2:24

"Ne soit pas jaloux des méchants, n'envie pas ceux qui commettent l'iniquité" Psaume 36,1 (LXX, R.P. Deseille)


Oui, Anne-Geneviève, le débat vaut la peine d'être élargie. Et vous avez raison quand vous dite que l'Eglise n'a pas à se laisser imposer de nouvelles doctrines; le mariage religieux d'homosexuels en l'occurrence.

Le fameux, voir l'axiome "Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu" est simple oui, mais simple parce qu'il est clair. On ne peut pas faire mieux. Je suggère que, ce que le Christ veut nous dire par là est que "ou tu choisis les mains tendues des démons ou tu choisis la main tendu de Dieu" (même "éternellement tendu" à ceux qui ont choisi la première option). Et si nous avons choisi la seconde option; alors pourquoi se retirer dans la liturgie en écartant le monde en partant dans certains monastères ? Non tout au contraire. J'ai appris que nous chrétiens devons pas seulement célébrer la liturgie à l'église mais aussi avec le monde extérieur afin de transmettre le mystère pascal aux brebis égarés "Ainsi votre lumière doit-elle briller devant les hommes afin qu'ils voient vos bonnes oeuvres et glorifient votre Père qui est dans les cieux." Matt.5,16 Dans le même sens saint Séraphin dit "acquiers la paix intérieure et une multitude d'hommes trouveront leur salut auprès de toi"
Pour cela je conserve mon opinion que l'Eglise n'a pas à se mêler des affaires de ce monde, parce que nous chrétiens en tant que tel, ne somme pas de ce monde et que ces manipulations politique ne sont qu'un piège tendu. La politique n'a aucune estimes de la dimension spirituelle de l'existence.
Quand à ce prêtre finlandais, si j'ai bien compris, qui tolérerait le mariage homosexuel dans son église; il semble oublier que si nous chrétiens somme pas de ce monde, l'Ennemi lui n'a eu aucun mal à l'attirer dedans.

Claude le Liseur
Messages : 4078
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re:

Message par Claude le Liseur » sam. 19 déc. 2009 18:33

Jean-Mi a écrit :mon pauvre Jean-Louis, du haut du Ciel où tu te trouve assurément, tu dois regretter que ce texte n'ai pas été plus largement diffusé...

car si une agence civile (et donc sujette à caution) expliquait que chez les Orthodoxes de Finlande, certains du clergé cautionnaient d'ores et déjà la tapettocratie, jusqu'à la bénir, on pouvait se dire que c'était des cas isolés, et peut-être même des chapelles orthodoxisantes auto-proclamées, chose que les journalistes ne vérifient jamais
http://www.vantaa.fi/en/i_perusdokument ... %20Finnish

HÉLAS, voilà que Leo de Finlande semble prendre le pli et infléchir l'Église dont Dieu lui a donné la charge vers cette pente glissante :

en finnois :
http://www.hs.fi/tulosta/1135241059236

en grec & anglais :
http://theoprovlitos.blogspot.com/2008/ ... 2055992117

si ce sont bel et bien les authentiques paroles de Leo de Finlande qui sont là reproduites par le journaliste, sans traffic ni modification ni "hors contexte" (quoi que même en contexte, comment tolérer un seul instant une telle folie???), alors c'est gravissime. Et ça vaut bien Nicolas Corneanu et Bartholomeos d'Istanboul et leurs folies oecuménistes, et c'est à un niveau aussi élevé et terrible.
Si j'avais pas ma famille, je serais resté sans hésiter sur l'Athos, bon sang de bonsoir..

Kyrie eleison (x 40)

Lae fraternité orthodoxe finlandaise Pyhän Kosmas Aitolialaisen Veljestö (Fraternité orthodoxe saint Côme l'Etolien) a publié sur Internet la version anglaise d'un rapport circonstancié sur la montée du mouvement homosexuel au sein de l'Eglise de Finlande (ici: http://www.kosmas.fi/PDF-files-veljesto ... Autumn.pdf ). On y retrouvera, dans un contexte orthodoxe, toutes les déviations des Eglises luthériennes scandinaves, puisque, comme on pouvait s'y attendre, le groupe de clercs qui approuve le mariage homosexuel est en même temps partisan de l'ordination des femmes. Le but des clercs libéraux semble décidément être de plaire à César plutôt qu'à Dieu, et l'on sait que dans la Scandinavie contemporaine César est ultra-féministe, partisan du mariage homosexuel, adogmatique et profondément amoral. Le document publié par cette fraternité, qui a été fondée en 2001 avec la bénédiction du saint Synode de l'Eglise orthodoxe de Finlande, aborde bien d'autres aspects de la décadence spirituelle de l'Orthodoxie finlandaise.

Claude le Liseur
Messages : 4078
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Une prise de position courageuse sur l'homosexualité

Message par Claude le Liseur » dim. 20 déc. 2009 3:27

Je me permets d'insister sur le fait que le texte publié en anglais par la Pyhän Kosmas Aitolialaisen Veljestö est d'une extrême importance. Plus je le lis, plus je tire matière à réflexion, bien au-delà du sujet en apparence relativement secondaire de l'homosexualité. En effet, l'étude montre comment un certain nombre de mécanismes sont à l'oeuvre:

- L'homosexualité existe depuis très longtemps. On peut se poser des questions dès lors qu'elle devient un sujet constamment évoqué dans les bulletins paroissiaux et les journaux ecclésiastiques, que sa promotion est assurée par des organisations fondées dans ce but et dont l'une comptait quatre prêtres orthodoxes parmi ses fondateurs, et que l'un des dirigeants de ce groupe de pression en arrive à demander que l'on supprime le financement étatique de l'Eglise orthodoxe de Finlande si celle-ci persiste à s'opposer aux unions homosexuelles légalisées par le Parlement finlandais. Il y a quand même quelque part une ficelle qui est un peu grosse. Il y a des homosexuels depuis que l'Eglise existe; dans son rôle de mère, l'Eglise a porté une condamnation morale sur cette forme de sexualité comme sur un certain nombre d'autres; les gens ont continué à vivre comme ils l'entendaient, sur ce point là comme sur beaucoup d'autres, et on n'en faisait pas tant de foin. Il est clair que l'homosexualité n'est qu'un prétexte, comme on le verra dans les paragraphes suivants.


- On constate une fois de plus que, comme le disait dans un autre contexte Mgr Marcel Lefebvre, "il n'y a pas plus intolérant qu'un libéral". Le discours est sirupeux, empreint de sentimentalisme et de fausse compassion. La pratique est le recours à la pression médiatique, la logomachie (avec l'utilisation bien connue des "mots sidérants" comme "fondamentaliste", "intégriste", etc.) et finalement au bras séculier (sous la forme de menaces de rétorsion financière - ils n'en sont pas encore à réclamer le bûcher pour les orthodoxes traditionnels, mais ça viendra). L'argumentation implicite que les lois de l'Etat, fussent-elles non seulement contraires au christianisme, mais même au simple bon sens, sont supérieures à la conscience de l'Eglise, est des plus intéressantes: on se doute bien de ce qu'auraient été les conséquences d'une telle argumentation au temps où les empereurs romains exigeaient que l'on sacrifiât aux dieux de l'empire. Si tous les chrétiens du temps de Dioclétien avaient suivi des raisonnements aussi tordus, nous ne serions pas là pour parler de christianisme.

- Bien sûr, les leaders du mouvement érigent leur propre subjectivité en critère unique de la Vérité, et la lecture de leurs textes est très révélatrice: apparition de l'idée du développement continu des dogmes; contestation de l'inspiration divine des Ecritures (qu'ils ne peuvent certes pas invoquer à l'appui de leur idéologie); démolition de la Tradition écrite et non écrite.

- On retrouve évidemment la connexion avec l'oecuménisme et le phylétisme: les promoteurs de l'homosexualité au sein de l'Eglise de Finlande s'entendent fort bien avec les luthériens de même obédience, mais n'attachent aucune importance aux réactions des autres Eglises orthodoxes locales, et risquent de causer, en Finlande même, un schisme sur une base linguistique - il est clair que la majorité des orthodoxes russophones ne suivraient pas l'Eglise de Finlande si les vues protestantes libérales étaient adoptées par celle-ci et préféreraient rester en communion avec le plérôme de l'Orthodoxie. (L'Eglise de Finlande a pour le moment des paroisses d'expression finnoise, slavonne et suédoise; les paroisses slaves semblent avoir été pour l'essentiel constituées par des immigrants récents, qui ne veulent pas perdre le lien avec l'Orthodoxie universelle au nom d'une curieuse idéologie qui mêle protestantisme libéral et sentiment de supériorité ethnique, les promoteurs du relativisme au sein de l'Eglise de Finlande se voulant "en avance" sur les Eglises "arriérées" des autres pays.)

- On ne s'étonnera pas non plus de voir des groupes de pression aussi bien organisés commencer à relativiser la condamnation de la franc-maçonnerie.

- Enfin, selon un schéma connu, les réactions nombreuses de fidèles, de clercs et de théologiens qui s'opposent au mouvement relativiste ne trouvent aucun soutien au sein d'un épiscopat singulièrement passif. De ce point de vue, les choses semblent s'être aggravées depuis le départ en retraite de l'ancien primat de Finlande, Mgr Jean (Rinne). Mgr Jean, aujourd'hui âgé de 86 ans, est un ancien luthérien, converti à l'Orthodoxie en 1966, qui fut métropolite d'Helsinki de 1972 à 1987, puis archevêque de Carélie et de Finlande de 1987 à 2001; à la retraite depuis 2001 avec le titre de l'ancienne Nicée, il est tout de même le huitième hiérarque du Trône par ordre de dignité. Or, à l'époque où il présidait aux destinées de l'Eglise de Finlande, en 1992, le saint Synode de Finlande avait opposé une réponse ferme aux premières attaques du mouvement relativiste, qui se basait à l'époque sur la reconnaissance juridique des unions de même sexe en Suède pour exiger la même chose de l'Etat finlandais et de l'Eglise orthodoxe de Finlande. Tel n'est plus le cas aujourd'hui et les évêques en place n'apportent aucun soutien aux fidèles qui ont soif de la vérité.

Bref, et c'est l'un des intérêts de l'étude publiée par la Pyhän Kosmas Aitolialaisen Veljestö, on voit qu'une question relativement secondaire peut être le prétexte d'une destruction systématique et planifiée des bases mêmes de la foi orthodoxe.

Claude le Liseur
Messages : 4078
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Une prise de position courageuse sur l'homosexualité

Message par Claude le Liseur » mer. 23 déc. 2009 2:25

L'Orthodoxie a ses propres fautes - le phylétisme condamné en paroles et protégé en actes; la justification par les plus hautes autorités du manque de zèle missionnaire; l'incapacité à prendre en considération les nouvelles circonstances. Mais, d'une manière générale, elle échappe au reproche souvent fait aux catholiques romains et surtout aux protestants d'avoir voulu en tout point régenter la vie de ses fidèles.

Il sera donc facile, du fait que l'Orthodoxie n'a pas le même passé de pression sociale et de terrorisme moral - en clair, qu'elle a plutôt laissé les homosexuels en paix au lieu de les envoyer au bûcher -, de dire qu'elle n'a pas porté de jugement moral sur les actes eux-mêmes. Autrement dit, la manoeuvre constate à dire que, parce que l'on a, moins qu'ailleurs, tourmenté le fidèle homosexuel (ou d'une manière générale, le fidèle dont la sexualité n'était pas conforme au modèle du mariage monogame, hétérosexuel et exempt d'adultère), on n'a pas porté de jugement de valeur en ce qui concernait l'homosexualité (ou d'autres actes sexuels non conformes au modèle proclamé).

Certes, je suis parfois effrayé par la lecture des oeuvres du métropolite Chrysostome d'Etna - par exemple - dans lesquelles je retrouve le même terrorisme spirituel dont nous sommes dégoûtés en Occident pour l'avoir trop connu. Mais on ne peut pas non plus proclamer que tout se vaut.

Certes, je suis pécheur, conscient que je ne peux pas donner de leçons aux autres et mendiant l'indulgence de Dieu. Mais je ne comprendrais non plus rien à une Eglise qui dirait qu'il n'y a pas de péché. Comment redresser la barre, comment se purifier, si l'exemple n'est plus proclamé?

On conçoit dès lors que, là encore, la mise sur pied d'égalité l'homosexualité et du mariage chrétien prônée par un groupe de pression terriblement actif au sein de l'Eglise orthodoxe de Finlande n'est qu'un angle d'attaque parmi d'autres. L'homosexualité n'est ici qu'un cheval de Troie, un sujet instrumentalisé pour une véritable offensive moderniste visant à saper les fondements mêmes de l'Eglise. Peu importe d'ailleurs que les membres du groupe de pression aient ou n'aient pas conscience de ces faits. Objectivement, leur comportement aboutit à cela: la disparition de l'enseignement, du modèle à suivre, de l'espoir, et donc la disparition de toute possibilité de purification, d'ascèse et de déification. L'Eglise cesse d'être l'hôpital où l'on nous soigne de nos passions pour devenir une espèce de mouroir où l'on aura certes manifesté beaucoup de complaisance... mais donné aucun médicament.

Et ceci dit, sans vouloir abuser de la moraline (comme disait Camus), ni tomber dans la névrose chrétienne évoquée en son temps par le docteur Solignac.

adam
Messages : 68
Inscription : sam. 02 janv. 2010 14:38

Re: Une prise de position courageuse sur l'homosexualité

Message par adam » mar. 12 janv. 2010 21:51

Pourquoi donc tous les forums à caractère religieux ont-ils ce problème avec les homosexuels?

Par ailleurs, j'ai lu cette prise de position qui a au moins le mérite d'être argumentée, ne se limitant pas à des clichés du type "contre nature, ...".

Elle a surtout le mérite de ne pas condamner ces personnes, leur laissant ainsi la porte ouverte vers le Seigneur.

Cela étant dit, je ne suis pas persuadé que l'orientation sexuelle d'un individu doive être la principale préoccupation d'un prêtre.

Répondre