Les anges?

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

mihaelaiacovache
Messages : 77
Inscription : lun. 15 sept. 2003 7:12
Localisation : Roumanie
Contact :

Message par mihaelaiacovache » mer. 01 juin 2005 23:02

Christ est ressuscite !
J’aime beaucoup le psaume 91( 90) Ici ,David dit : <<aucun malheur ne t’arrivera,aucun fleau n’approchera de ta tente. Car il donnera pour toi des ordres a ses anges pour te garder dans toutes tes voies >> . Ce verset confirme l’existence de l’ange gardien ,mais ,au debut de psaume on dit : << celui qui habite sous l’abri du Tres Haut>> .Donc ,on peut conclure que l’homme qui ne choisit pas vivre avec Dieu ,n’a pas un ange gardien ?
Une autre question a ete suscitee par le verset cite par Jean Serge (gal 1,8 "Mais si nous meme, ou si un ange du ciel vous annoncait un evangile different de celui que nous vous avons annonce,qu'il soit anatheme ") .Il y a quelque similitude entre ce verset et le verset d' Apocalypse 14, 6: <<je vis un autre ange qui volait au milieu du ciel ; il avait un Evangile eternel , pour l’annoncer aux habitants de la terre, a tout nation, tribu ,langue et peuple>> Est ce qu'il y a un commentaire des Peres sur ce verset?

Que la grace et la paix vous soient donnees de la part de Dieu, notre Pere, et du Seigneur Jesus Christ.

aline
Messages : 9
Inscription : dim. 29 mai 2005 23:18

verset du Psaume 90(91)"Aucun malheur ne t'arrivera , .

Message par aline » dim. 05 juin 2005 6:41

En vérité IL est réssucité !
Je pense tout simplement qu'en fonction de notre viede tous les jours et l'envie de faire la Volonté Divinne on se raproche de Dieu ou on s'en éloigne et non l'inverse.
A ce que j'ai cru comprendre jusqu'ici , chacun a été confié dès sa naissance à un ange gardien chargé de l'assister et de le conseiller dans le but bien sûr qu'il soit à l' image de Notre créateur. Il peut arriver de ne pas discerner sa presence d'une autre et donc, ses conseil, ce qui entraine une non écoute de son Ange gardien dans sa mission auprès de cette personne. Etant donné qu'un ange ne peut aller au delà de sa mission car il est sous les ordres de Dieu, il ne peut donc contraindre à l'écouter celui pour qui il est là. Celui qui n'écoute pas son Ange gardien ( ne vis pas selon les commandements de Dieu et de l'Eglise) s'en éloigne inconsciemment ou non. Et dans tous les cas Notre Dieu d'Amour et de Bonté n'attend qu'un signe de nous afin d'agir , car nous sommes libre de faire chemin avec Lui ou pas, et tout depend si au fond de nous il y'a qu'en même cette volonté de vouloir faire chemin avec lui .

Cependant celui qui a su mettre toute sa confiance en Dieu , " Celui qui se place à l'abri ... " ne sera en aucun cas deçu.

Je n'ai certainement pas les textes des Pères , c'est juste ce que je pense avoir compris

Aline

aline
Messages : 9
Inscription : dim. 29 mai 2005 23:18

Les fresques de 7 archanges au monastère de bussy

Message par aline » dim. 05 juin 2005 7:50

L'Eglise du monastère de bussy est fresquée de 7 archanges: Barachiel, Legudiel, Gabriel, Raphäel,Salaphiel , Michel et Uriel ), et personnellement j'en étais convaincu de 4 ( Gabriel, Raphäel, Michel et Uriel )

Je souhaite juste en savoir plus, car le Monastère de Bussy confirme l'existance des noms de plus de 3 Archanges dans la l' Eglise Orthodoxe.
Une chose certaine est que je n'irai jamais faire quoi que ce soit pour contraindre mon ange gardien ou un ange à se manifester ( " dialogue evec son anges gardien,et ses multiples ouvrages similaires ) car, je sais que ce sont des grâces qui peuvent être accordées en fonction de notre état de pureté, eux même étant des Êtres très proches de Dieu et donc très pur.
Notre but , je pense est de s'élever , de se rapprocher sans cesse de Dieu ; cet raprochement est progressif en fonction de notre état spirituel de départ , il n'y a donc pas de mal à prier pour ça , et non dans le but d'une recherche égoiste quelconque.
on peut prier les Saints en fonction des demandes car certains peuvent avoir des domaines differents les uns des autres , et à mon avis les anges aussi.

Etant donné que chacun a le choix de vouloir être à l'image de Notre créateur, je pense qu'on est libre de preferer prier tel saint plus qu'un autre ... et donc de vouloir aussi prier avec les Anges .
je pense aussi qu'on peut rechercher une relation forte avec Notre Père tout en vivant dans le monde (pas au monastère) , c'est pas facile mais, c'est certainement possible .

Cette possibilité de prier ou de rechercher des affinités avec les Anges autre que ( Michel, Gabriel et Raphaël ) est elle réservée uniquement à ceux qui vivent dans les monastères et non aux autres ?

Aline

Anne Geneviève
Messages : 1041
Inscription : lun. 30 mai 2005 19:41
Localisation : IdF
Contact :

Message par Anne Geneviève » lun. 06 juin 2005 19:28

Eliazar m'a gentiment essorée et j'aimerais répondre car, jusqu'à preuve du contraire, je suis orthodoxe et je ne fais pas l'apologie de Satan.
Le problème, au fond, c'est le statut du monde, de l'humanité dans son ensemble. On peut penser que Satan la domine entièrement et que seuls les chrétiens orthodoxes sont en voie de recevoir le salut, qu'il existe une séparation abrupte entre le côté ténèbres, majoritaire, le monde, et le côté lumière, minoritaire, l'Eglise. C'est un regard qui me fait peur, peur que l'exigence de perfection ne tue la charité : j'ai trop conscience de mon propre péché pour me croire du côté de la lumière sans autre perspective. Peur d'être dans la prière du pharisien. Mais il m'arrive aussi de voir la lumière divine pénétrer toute l'humanité, même si elle n'est que très mal reçue et mêlée de tout et de n'importe quoi. Les mots sont très pauvres pour dire tout cela. Je préférerais l'exprimer par l'icône de la Résurrection, le Christ descend dans les enfers pour en briser les portes et ramener Adam et Eve. Et c'est vrai que ma sensibilité personnelle me porte plutôt à voir ces "touches" de l'amour divin, dans une perspective eschatologique et à rendre grâce de leur présence plutôt que de me focaliser sur les apparents succès de l'Adversaire.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mar. 07 juin 2005 4:22

XB!

Anne Geneviève , dans votre message Posté le: Lun 30 Mai 2005 19:51 vous écriviez:
le fait que les jeunes gens n'aient pas été les instigateurs du contact invite à lire ce texte avec un autre regard. Il ne s'agit pas alors d'ésotérisme mais d'une expérience spirituelle authentique mais "hors cadre". N'oublions pas que l'Esprit souffle où Il veut
spécialiste d'histoire des Eglises
Votre citation : « l’Esprit souffle où il veut » est très mal venue pour appuyer un livre qui est au mieux une vaste supercherie. « L’Esprit souffle où il veut » n’est certainement pas la justification de pseudos expériences "spirituelles". L’Esprit souffle pour amener tout être à l’Eglise et non pas pour lui procurer des sensations "spirituelles" superficielles et artificielles sans aucun rapport avec le Christ.
Cette citation doit être replacée dans le contexte de l’entretien du Christ avec Nicodème au chapitre 3 de l’évangile de Jean. Cet entretien porte sur la régénération par le baptême, sur le baptême comme nouvelle naissance. Tout l’entretien est éminemment christologique et christocentrique et le salut y est abordé dans ce contexte précis.
Le rôle de l’Esprit est de révéler le Christ et de ramener toute chose au Fils qui les présente au Père. L’Esprit est envoyé pour cette mission par le Fils. Cette citation ne peut être séparée de ces autres passages de l’évangile de Jean:
-6.65 Et il ajouta: C'est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père.
-14.6 Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.

Les deux mouvements sont concomittants.

Je ne vois pas comment vous pouvez justifier ce livre qui est un navet sur le plan littéraire, une supercherie sur le plan historique et une imposture sur le plan religieux, avec la mission de l’Esprit saint dans le monde. De plus vous vous autorisez du titre « spécialiste de l’histoire des Eglises » pour assurer le lecteur du bien fondé de votre propos. (Etiquette déjà bien sujette à caution car il n’y a qu’une seule Eglise.)

Les « dialogues avec l’ange » sont remplis de propos ésotériques et de formulations de type initiatique que chacun peut interpréter comme bon lui semble. Vous qui êtes historienne, où avez vous vu en guise d’expérience "spirituelle" qu’un ange se met à s’entretenir avec un humain, pardon avec un «sans ailes» , par un procédé de voix automatique comme les surréalistes pratiquaient l’écriture automatique?
Je sais bien que le livre ratisse large et qu’il se plait à préciser bien sûr qu’aucun des protagonistes n’a jamais pratiqué sa religion. Mais tout de même quand je lis p 41:
-G: Est-ce que je peux faire quelque chose pour les morts ?
-L’Ange : Il y a beaucoup de morts faibles
-G: Comment pourrais-je les aider ?
-L’ange : Avec la récolte
-G: Que faire pour avoir quelque chose à récolter
-L’ange: Lui t’a créé à mon, image

Et l'auteur précise pour noyer le lecteur dans une sentimentalité à deux sous:
Cette réponse me touche profondément ; J’existe à l’image de mon ange.

On voit que le dialogue part dans toutes les directions et nous sommes plus prêts de la cartomancienne que de l’ange. On fait un savant cocktail de royaume des morts, de surnaturel, de fausses révélations, de pseudo conduite spirituelle etc…Plus les termes sont vagues et vides plus ils ont de sens! Et nous sommes, avec l’auteur, très heureux d’apprendre que nous sommes créés à l’image des anges. Mais il est vrai que citer la genèse aurait fait perdre à l'auteur une partie du lectorat ciblé.

Un peu plus loin p 45 on trouve:

-L’Ange : C’est ton travail qui est Ta prière. La Prière est l’aile des sans Ailes. Ah, une nouvelle appellation d’origine contrôlée. Dieu s’est incarné dans un «sans ailes». Il va falloir revoir toutes nos traductions. Et les anges ont vraiment des ailes, au sens propre. Il ne s’agit pas du tout d’une représentation symbolique. Noooooooon ! Quant à la prière, elle donne des ailes. Il va falloir qu’on s’achète des pulls spéciaux pour en laisser le passage sans doute.
Mais c’est tellement beau, tellement poétique, tellement spirituel que j’en pleure. ça doit être ça le don des larmes.

Continuons le livre encore un peu. Peut-être voulez vous passer la nuit en méditation sur ces pensée hautement spirituelles de la P52

« Qui se dépêche s’approche de la mort par devant
qui tarde s’approche de la mort par derrière. Entre les deux l’éternité. »
A mon avis c’est là que Staniloae a plagié tout son développement sur Temps et Espace dans la vie trinitaire, à moins que ce ne soit dans le passage suivant, où nous apprécierons cette haute compréhension de l’eucharistie catholique romaine :

« L'hostie contient peu de farine.
Son service n'est pas d'être mangée, mais d'être sacrifice.
Celui qui sacrifie exalte la matière.
Le sacrifice n'est ni le calice, ni l'autel, ni même l'hostie.
Son Corps a été sacrifié.
Lui vous demande un nouveau sacrifice. Son Sang a été répandu pour beaucoup. Ce qu'Il demande, ce n'est plus le sang, mais le sacrifice de l'espace et du temps, c'est là qu'Il se trouve.
VOUS, NE SOYEZ PAS AVEC LUI, MAIS SOYEZ LUI! NE METTEZ PAS DANS VOTRE BOUCHE L'HOSTIE, MAIS SOYEZ L'HOSTIE! »

(La typographie est celle du livre)
Et l’auteur précise en italique :
Je suis tellement contente que les Anges puissent donner un sens nouveau même à la communion chrétienne, à l'union avec Jésus.

Tout le livre est comme ça. Un tissus d’imbécillités camouflées derrières des expressions pompeuses, ésotériques, faussement métaphysiques, phrases énigmatiques sans contenu pour faire croire qu’elles contiennent du sens. Expressions dignes des pires sectes qui hantent cette terre. Et vous avez le culot de justifier cela par une citation de l’Evangile sur l’Esprit saint ?! Vous sortez de l’Ecof ? C’est là que vous avez appris ?

Alors après ces foutaises vous venez maintenant dans votre dernier message nous parler du salut. Car pour le reste de votre message, vous vous exprimez en termes aussi vagues que ceux des "dialogues avec l’ange" que vous prenez pour un ouvrage de haute spiritualité à mettre sans doute au rang de la philocalie. Votre barratin sur lumière et ténèbres est indigeste. Je ne sais si le monde est « le côté ténèbres » et l’Eglise « le côté lumière » mais ce que je sais c’est que le Christ dans sa prière sacerdotale nous dit que si nous sommes dans le monde nous ne sommes pas du monde. Mais ceci est aussi sans doute « un regard qui vous fait peur, peur que l'exigence de perfection ne tue la charité »Je ne vois pas en quoi penser que seule l’Eglise orthodoxe est l’Eglise est une exigence de perfection qui tue la charité. C’est une vérité et la vérité n'est pas ennemi de la charité. La charité sans la vérité n'est pas non plus la charité. Verité et charité sont insécables. Et s’il y a exigence de perfection ce n’est pas de l’autre mais de soi même. Et comme l’écrit le starets Serge : «la perfection , ce n’est pas la perfection de soi-même, c’est la perfection de Dieu en soi »

« j'ai trop conscience de mon propre péché pour me croire du côté de la lumière sans autre perspective »dites vous encore. On se demande perspective de quoi, mais passons. En tout cas ce qui est sûr c’est que sans «la lumière» vous n’auriez même pas conscience de votre péché. C’est l’Esprit saint qui nous montre chacune des parcelles de notre âme. Alors je ne comprends toujours ce que vous visez. Et vous continuez : «Mais il m'arrive aussi de voir la lumière divine pénétrer toute l'humanité, même si elle n'est que très mal reçue et mêlée de tout et de n'importe quoi.» Là encore vous vous abusez vous même par les mots et vous ne formulez rien. Sans doute exprimez vous quelque chose de l'ordre du sentiment, mais les termes ne correspondent à rien. Si vous voulez signifier « qu’il n’y a pas de déterminisme dans le péché et que Dieu est plus fort que le péché » alors dîtes-le et vous aurez formulé une pensée du starets Serge. Et dans ce cas il y a un contenu théologique très profond sur lequel méditer: la création malgré le mal.

Revenons au salut :
« On peut penser seuls les chrétiens orthodoxes sont en voie de recevoir le salut, »Personne ne vous a dit cela sur le forum. Le salut est une espérance et non pas une certitude. Mais la voie qui y mène est l’Eglise. L’entretien avec Nicodème dans le 3ème chapitre de Jean est très clair :
- 3.5 Jésus répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu.

Vous m'indiquerez où l’on peut se faire baptiser en dehors de l’Eglise. Le baptême et la foi sont des conditions essentielles au salut. Mais vous avez le droit de mettre en doute la véracité de ces paroles du Christ.
Il ne nous appartient pas de juger ni même de penser qui sera ou ne sera pas sauvé. Le Christ est venu apporter le salut à tous mais tous ne le reçoivent pas ; et nous ne pouvons préjuger de l’ attitude qu'auront, face au Christ, ceux qui ne le reçoivent pas ici sur terre. Cela ne nous appartient pas.
Isaac le syrien dit que « le péché est une goutte d’eau dans l’océan de la miséricorde divine. » Ceci n’est pas l’expression d’une permissivité au péché mais l'injonction qu'il faut se préparer à cette miséricorde. Accepter la miséricorde divine face à ses péchés exige une pratique permanente qu’il ne sera plus possible de faire après la mort. Les Pères enseignent que sans le corps il n’y a pas de repentir possible.
L’Eglise prie pour tous. L’Eglise est la seule voie d’acceptation de ce salut. La proclamation de la foi se fait dans la vérité et il se trouve que seule l’Eglise orthodoxe enseigne cette Vérité.

<<Le Christ descend dans les enfers pour en briser les portes et ramener Adam et Eve,>> rappelez -vous. Certes, mais encore faut-il rajouter qu’Adam et Eve n’avaient aucun moyen de se libérer de l’enfer. Ils n’en avaient que l’espérance. Tous ceux que le Christ a libéré des enfers en sont sortis librement. Encore faut il avoir cette espérance et ce désir d’en sortir par le Christ, il faut savoir accepter le Christ. L’enfer est l’état de ceux qui refusent le Christ.

Relisons le chapitre 16 de Luc. , Le riche et le pauvre Lazare. Lazare s’écrie : « Père Abraham aie pitié de moi car je suis à la torture dans ces flammes » Lazare ne dit pas aie pitié de moi car j’ai péché. Non, il ne sait toujours pas ce qu’est le repentir car il n’a plus le corps pour la metanoïa. Il ne peut que plaider pour ses souffrances actuelles. Demander que l’on s’apitoie sur ses souffrances est bien différent de l’attitude du repentir qui est intégration de la miséricorde divine. Le salut est à la mesure du repentir; celui du bon larron était profond et sincère.
Dernière modification par Antoine le mar. 07 juin 2005 21:33, modifié 2 fois.

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Message par Jean-Serge » mar. 07 juin 2005 17:32

Je remercie Antoine pour cette étude de texte du livre Dialogue avec l'Ange. Je souhaite signaler à l'attention d'Anne Geneviève que je n'ai guère lu ce livre Dialogue avec l'Ange mais que je faisais allusion à d'autres livres du même acabit que j'ai lus... (ceux s'inspirant de la kabbale).

A l'attention d'Aline, je voudrais aborder un point que j'aurais aimé ne pas avoir à aborder. On peut trouver dans un monastère des fresques d'anges autres que Raphaël, Gabriel et Michel, notamment le dénommé Uriel que vous citez... Cela ne légitime pas pour autant l'usage de ces noms autres. Vous savez on trouve aussi des icônes et fresques hérétiques avec le Père représenté en vieux barbu, ou encore la Trinité par un homme à trois tête. Ces icônes et fresques sont dans des églises orthodoxes mais ne sont pas orthodoxes. Il peut s'agir d'un usage qui s'est implanté par ignorance ou de contaminations d'hérésies. Ainsi il semble que la représentation du Père vienne des Bogomiles...

Il en est de même en matière d'anges. La tradition retient ses trois noms Gabriel, Michel, Raphaël tout comme la Bible... Il me semble que règne d'ailleurs un très grand secret quant au nom des anges qui demeure voilé et le plus souvent inconnu. Ce doit être pour quelque chose...

La tradition qui elle, développe l'angéologie est la kabballe. A mon avis, les noms d'anges en sus viennent de là, notamment Uriel (je suis certain pour celui-là). Il faut réaliser qu'il s'agit vraisemblablment d'une contamination de l'orthodoxie par un enseignement à nouveau hétérodoxe. La kabballe comme j'ai eu l'occasion de le dire est un ésotérisme, d'origine hébraïque, avec vraisemblablement des contaminations babyloniennes (les Babyloniens étaient païens et avaient des mages), et aussi des techniques qui relèvent de la magie : numérologie et autre. C'est notamment par ses techniques que sont produits les noms d'anges, techniques peu orthodoxes et même peu chrétiennes... au fond. La Bible condamne la magie, que la kabballe pratique en prétendant se baser sur la Bible.

Je vous mets donc en garde contre ces aspects angéologiques exacerbés (notamment tous les noms d'anges en sus de Gabriel, Michel et Raphaël) en connaissance de cause. Contrairement à ce que disait Anne Geneviève, mes réserves ne sont pas douteuses ou intégristes, car j'ai une petite expérience du sujet... On croit que XXXXX-el est un ange mais en fait c'est l'opposé d'un ange...
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

mihaelaiacovache
Messages : 77
Inscription : lun. 15 sept. 2003 7:12
Localisation : Roumanie
Contact :

Message par mihaelaiacovache » mar. 07 juin 2005 19:36

Je remercie a Antoine de mettre ensemble les deux sugets avec le meme theme. Le suget “Anges “ peut devenir inepuisable ,en l’abordant du point de vue philosophique ,theologique ,litteraire .Andrei Plesu ,dans le livre qui m’a suscite l’interet pour les anges,dit ; ,,ce n’est pas bien quand le theme des anges cesse d’avoir pour les hommes une semnification consistente,quand il est seulement un conte avec des fees ou quand ce theme s’eteint tout simplement. Mais ce n’est pas tres bien quand elle devienne une metaphore gracieuse, un jeu speculatif ,une abile finasserie philosophique''. Il nomme comme exemple le livre de Michel Serres '' La legende des Anges'' .

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Les anges

Message par eliazar » mar. 07 juin 2005 23:01

Pour reprendre la citation de Mihaela, je pense que le pire est atteint quand la nature angélique devient l'objet d'une spéculation purement humaine - je veux dire : volontairement aussi éloignée que possible de l'enseignement de l'Écriture. Un "sujet de réflexion" comme il y a des "sujets de conversation" - qui aident à passer le temps au cours d'une soirée entre amis, quand on s'ennuie et qu'on ne sait pas de quoi parler.

La nature des Incorporels n'est pas (comme nous le disons trop souvent par une sorte de réduction facile) à mi-chemin entre la nature divine et la nature humaine. Dieu est Dieu et tout le reste de la Création est Son oeuvre. C'est là que se trouve le clivage : non entre Dieu et les hommes, mais entre le Créateur et l'ensemble de sa création : minérale, végétale, humaine, incorporelle.

Dans ce sens, les anges sont beaucoup plus près de nous (ils sont des créatures, eux aussi) qu'ils ne peuvent l'être de Dieu. "QUI EST COMME DIEU ?" dit l'archange Michel !

La spéculation sur les anges, telle que j'ai cru la sentir chez Geneviève, est celle qui s'est répandue (au moins en Occident) dans la mouvance de ce que j'appellerai de manière globale le "New Age". Dans ce sens, elle est une tromperie odieuse, une tentative satanique d'éloigner les Baptisés du Christ et de Son enseignement. D'abord en les éloignant de l'enseignement de l'Église, ensuite en leur laissant entendre qu'on va leur apprendre des choses que l'Église n'enseigne pas, et sans doute ne sait même pas - et en conséquence, qu'"on va les faire enfin entrer dans une super Église auprès de laquelle l'Église Corps mystique du Christ n'est qu'une petite affaire de boutique pour illettrés.

Plutôt que toutes ces comparaisons qui ne sont pas parfaites, je ferais mieux de résumer ma pensée en deux mots qui disent la même chose, plus court et mieux : la Gnose au nom menteur.

La séduction de cette Gnose-là est d'autant plus grande que depuis trois siècles bientôt que le pseudo-siècle des Lumières a fait ses ravages en Occident, les soi-disant "chrétiens" ne connaissent même plus la Bible, et presque plus le Nouveau Testament. Alors le vin coupé d'eau trouble qu'on leur présente comme un nectar divin les enivre d'autant plus facilement qu'ils ne savaient même plus que le vin existât.

Au niveau des anges, cette séduction bat son plein : au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. Au royaume des analphabètes, ceux qui savent épeler le journal sont professeurs de hautes études.

Et comme un journal médiocre qui supplée à la vacuité de ses articles par une abondance de photos ou de publicités alléchantes, on nous bourre le crâne de "noms des anges" - pendant qu'on efface de notre mémoire ce que Dieu lui-même a révélé de la nature angélique.

Talmud ou New Age, hindouïsme ou soufisme, vaudou ou traditions amérindiennes, et j'en passe - tout est bon pour attirer les petits enfants de Hammeln dans les souterrains de la montagne de la mort - et le joueur de flûte qui les charme est toujours le même, sous tous ses déguisements : c'est le "malin" - l'ennemi des hommes.

C'est pourquoi je me suis permis de demander à Geneviève à quelle église (orthodoxe?) elle se rattachait. J'attends encore sa réponse, mais j'ai déjà mis un point d'interrogation à "orthodoxe". Il n'est pas possible qu'elle n'ait pas bondi devant les blasphèmes du "Dialogue avec l'Ange". Si elle est vraiment orthodoxe, ou simplement chrétienne.

Merci à Antoine d'avoir mis les points sur les "i" avec sa rudesse sarcastique habituelle. C'est un peu dur, à mon avis, mais au moins c'est clair et documenté. Antoine a le terrible don de mettre les gens au pied du mur ! Merci, Antoine, de ne pas faire de ronds-de-jambes quand il s'agit de Dieu et de l'Église.

Nous crevons tous de ces petits abbés de ruelles qui se sont remis à pulluler en Occident depuis Vatican II. Et de ces évêques catholiques qui confient la formation de leurs catéchistes à des membres de la "Fraternité Blanche" du trop fameux Frère Michael, devenu Mikhael Aivanov - comme ce fut le cas dans un diocèse des bords de Loire, il y a peu d'années.

Si Geneviève est vraiment écofienne, alors qu'elle le dise. Et qu'elle nous parle franchement de ce en quoi elle croit, et des sujets qui lui tiennent VRAIMENT à coeur. Alors nous pourrons parler franchement, des deux côtés. En ce moment, le dialogue n'est pas possible. Le seul combat qui vaille la peine est le combat des idées vraies contre les idées fausses,de la vérité contre le mensonge. Or, on ne se bat pas avec une "historienne des églises" (!) ... masquée, de surcroît.

C'est malheureux, parce qu'elle est intelligente et que le combat en vaudrait la peine. Mais je crains qu'elle ne nous prenne pour des idiots.
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

mihaelaiacovache
Messages : 77
Inscription : lun. 15 sept. 2003 7:12
Localisation : Roumanie
Contact :

Message par mihaelaiacovache » mer. 08 juin 2005 0:17

Je vous embrasse ,Eliazar!

Et je le fais deux fois parce que, dans mon message antérieur, j’ai voulus mettre une question sur le nom d’Aivanov. Je ne sait rien de lui mais ,il y a quelque semaines ,un pretre et sa femme, qui racontaient de cet écrivain( ?) en mots tres elogieux, ont été tres étonnés quand je les ai dit que je n’ai lu rien .Mon instinct me disait que s’est perdre le temps. Eliazare m’a donne une réponse. Ils me reste une autre question ...

‘’Car il viendra un temps ou les hommes ne supporteront plus la saine doctrine ; mais au gré de leur propres désirs ,avec la démangeaison d’écouter,ils donnerons maitres sur maitres ; ils détourneront leurs oreilles de la vérité et se tourneront vers les fables’’( 2 Tim.4 :3,4)

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Les Anges

Message par eliazar » mer. 08 juin 2005 10:07

Chère Mihaela, merci : vous m'avez beaucoup manqué pendant ces mois "sans ordinateur et sans Forum", et je suis très heureux de lire vos interventions, depuis mon retour !

A l'origine de l'affaire Mikaël "Aivanov", il y a une "Fraternité Blanche Universelle" fondée en Bulgarie avant la Seconde Guerre Mondiale par un "maître spirituel" du nom de Peter Deunov. Il est mort vers la fin de la guerre, et aurait été en privé une sorte de gourou de l'ex-roi de Bulgarie - selon ce qu'en disent ses disciples. En tout cas, ils ont construit tout un quartier dans la banlieue de Sofia, des petites maisons avec des jardins "mystiques", où ils se réunissent pour chanter des cantiques assez beaux, au soleil levant - et les jeunes gens et jeunes filles de la secte dansent nus pendant ces chants : l'idée de base de ces cérémonies est que la beauté humaine soit consacrée à saluer la Beauté du monde créé, par des chants de beauté musicale, sur des paroles de fraternité universelle, etc. etc.

Le végétarisme absolu fait naturellement partie de l'enseignement de la Fraternité, avec plusieurs pratiques proches du Yoga, de l'Hindouisme, etc... Curieusement, le régime communiste ne semble pas les avoir considérés comme une secte, ni les avoir persécutés après le changement de régime de 1946. Du reste, comme en France, ils sont assez discrets, même s'il se dit qu'ils auraient des membres bien placés dans un certain nombre d'administrations et d'associations - privées ou publiques.

Dans les années 30, le disciple favori de Peter Deunov , le Frère Michaël Ivanov, est arrivé de Bulgarie en France pour fonder la Fraternité ici. Il donnait des conférences initiatiques, sur l'ésotérisme et en général sur tous les sujets racoleurs de cette époque - où on ne connaissait pas encore les OVNIs. Il avait été invité à faire des émissions régulières à la radio d'état française, sous le gouvernement de Front Populaire (en 1936, je crois) sur le thème de la devise sacrée de la République: "Liberté, Égalité, Fraternité". Il parlait un français impeccable, et dans les réunions de ses premiers disciples (qui ont enregistré ses interminables séances d'enseignement ésotérique et les ont publiées dans plus d'une centaine de volumes), il pouvait parler 6 heures sans s'interrompre . Ces réunions avaient généralement lieu à la suite de la cérémonie sacrée du lever du soleil, où tous les assistants, vêtus de blanc, saluaient l'aurore par des chants (très beaux) en bulgare ou en slavon, je ne sais exactement - et les plus jeunes dansaient nus : 100 à 200 disciples réunis soit au sommet d'une montagne, soit sur les rives d'un lac (pour célébrer et renforcer par leurs ondes mystiques la pureté de l'eau, de l'air et de la lumière - et aussi pour s'unir aux "envoyés du ciel" qui dirigent le monde invisiblement, et envoient l'un des leurs sur la terre, à chaque génération, pour que ce monde ne périsse pas malgré ses fautes sans cesse renouvelées contre la pureté et malgré l'oubli de l'enseignement des "maîtres" etc.

Pendant l'Occupation de la France par les Allemands, la "Fraternité Blanche Universelle" s'était concentrée à Paris; leurs réunions de l'aube se faisaient dans des parcs publics, et vers la fin de la guerre, dans des jardins de villas des membres, à cause des interdictions de se réunir. Je n'ai jamais su exactement pourquoi le Frère Michaël Ivanov a été condamné à plusieurs années de prison ; ses disciples ont répandu à l'époque une sorte de fable, accusant des vieilles dames de leur propre secte (jalouses parce qu'elles n'auraient pas été choisies pour danser nues au soleil levant) d'avoir dénoncé le Maître aux Allemands en inventant de toutes pièces une histoire d'abus de mineures et même d'escroqueries à l'héritage, etc... Cette version ne me semble pas crédible - et en tout cas, cela n'aurait pas entraîné une si longue détention. Quand il est sorti de prison, il a légèrement modifié son nom et s'est fait appeler "Omraam Mikaël Aïvanov". Ses oeuvres sont donc désormais classées à la lettre A - alors qu'avant cette aventure judiciaire, on les trouvait à la lettre I. Ses disciples ne cachent pas (dans le privé) qu'il est le Christ revenu sur cette terre, envoyé par les "Maîtres célestes" pour diriger les "élus" du XXème siècle.

A sa mort, l'Omraam Mikaël a laissé une Fraternité Blanche Universelle assez riche, possèdant des domaines sur la Côte méditerranéenne et animant entre autres une puissante maison d'éditions ésotériques. La secte recrute de préférence dans le milieu "artiste" (musiciens, poètes, acteurs et actrices de cinéma, écrivains, etc.) et universitaire.

Je ne sais pas quel est le nouvel "envoyé" qui l'a remplacé depuis son retour là haut, mais un évêque catholique romain dont le diocèse était au sud de Paris avait même chargé (dans les années '80) une dame membre de cette secte de diriger la formation des dames catéchistes de tout son diocèse. Il savait qu'elle appartenait à la Fraternité Blanche Universelle, et cela ne semblait pas être un empêchement.
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mer. 08 juin 2005 18:34

XB!

Gitta Mallasz, l’émerveillement ordinaire
Propos recueillis par Jeanne Grusson


(En italiques quelques remarques du lecteur)


Gitta Mallasz : Mais oui, je suis quelqu'un de très ordinaire, et si l'Ange s'est adressé à 4 personnes aussi ordinaires que nous, c'est bien pour montrer que maintenant l'union avec son Ange est possible à tout le monde. En 1943, Hanna, Joseph, Lilli et Gitta, 4 amis artistes, vivent dans un village proche de Budapest où ils ont installé leur atelier. Les 3 premiers sont juifs, Gitta chrétienne, mais aucun d'entre eux ne pratique sa religion. Tous cependant sont à la recherche de quelque chose d'autre, d'une vérité qu'ils pressentent mais qu'ils ne savent où trouver. Leur questionnement est intense et un jour, le 25 juin exactement, par la voix de Hanna en toute conscience éveillée, (c'est l'écriture orale automatique dont je parlais ci-dessus) les Anges ont commencé un dialogue hebdomadaire qui s'est terminé le 24 novembre 1944. Hanna, Lilli et Joseph sont morts en camps de concentration peu de temps après. Seule Gitta a survécu, et sa tache a été de faire connaître au monde ces 88 entretiens. Actuellement, Dialogues avec l'Ange est traduit en 12 langues. Cet enseignement est individuel et dynamique. Il s'adresse à tous ceux qui ont le désir de devenir responsables de leur propre évolution. (C'est à dire tout le monde; mais je croyais que c’était le Christ qui était la mesure de tout. Qu’il fallait s’en remettre totalement au Christ. Mais vous voyez que ce style de langage permet toutes les interprétations et surtout celle de lever l’objection du Christ si jamais elle se présentait comme controverse) Gitta est peut-être ordinaire, mais d'un ordinaire d'où jaillit en permanence la vie, et dialoguer avec elle est un véritable cadeau. (Merci Anne Geneviève de ce cadeau)

Nouvelles Clés : Dans ma culture, l'Ange a une image romantique, désuète, pour ne pas dire kitsch. Mais dans les Dialogues, j'ai été surprise, l'Ange est tellement différent !

G.M. : Mais oui, dans mon vécu, "l'Ange est autre, tout à fait autre". C'est d'ailleurs le titre de mon prochain livre qui sera édité chez Aubier. L'Ange, je l'ai ressenti comme notre complément essentiel, comme notre pareil de lumière. Il est notre moitié vivante, et nous sommes sa moitié vivifiée. Il est notre préfiguration invisible, et nous, sa figuration dans le visible. Il est notre pareil intemporel, nous sommes son pareil limité par le temps. Il est notre moitié intuitive dans l'esprit, et nous sommes sa moitié exécutive dans la matière. Un jour, lorsque nous serons consciemment unis à lui, nous vivrons ces deux moitiés de vie simultanément. Ce sera la vie UNE.
(C’est effectivement ce qui nous est promis dans la résurrection : l’union consubstantielle avec notre ange !)

N.C. : Un jour... mais combien de siècles faudra-t-il encore attendre ?

G.M. : Selon l'Ange, cette transformation est imminente. Mais comme Il n'est pas dans notre espace-temps, il m'est difficile de donner des précisions. Ce qui est certain c'est que maintenant le processus évolutif de l'humanité fait un bond en avant. Un grand Printemps inconnu commence, le Printemps d'une humanité qui n'a encore jamais existé.
( Bien entendu il faut un rôle prophétique sinon l’ésotérisme ne fonctionne pas. Seule l’initiée sait. Et le mythe de l’humanité nouvelle fait toujours recette. La science fiction en est truffée.)

N.C. : Avez-vous le pressentiment de ce que pourrait être ce Printemps inconnu ?

G.M. :

Dans la nature, le printemps est là chaque année. Ses forces éveillent et font croître les germes en attente. Pour l'humanité, le printemps est là pour la première fois. Maintenant vont croître les germes d'une humanité nouvelle. (Ce n’est toujours pas éventuellement incompatible avec le fait que l’humanité nouvelle est l’humanité re-nouvelée en Christ n’est-ce pas. Mais ce qui est habile c’est que l’on n’a pas besoin de croire en ce Christ. Le printemps nous suffit dixit l’ange. Et il s’agit d’un processus universel indépendant. Nous allons être transformés naturellement . La metanoïa n’est donc pas essentielle. )

"Le printemps est là.
" Là, où se cache la vie, là, cela doit pousser.
"Le temps est court :
"Rêve éternel ou vie éternelle ?
"L'arbre va porter ses fruits pour la première fois.
"Bourgeons, promesse de fruits, ne tardez pas !
"Percez l'ancien !
"Tout se décide maintenant.

Quelquefois, dans un instant de perception fulgurante, il m'est donné de percevoir la chance considérable de l'homme d'aujourd'hui. Nous allons bientôt évoluer vers un corps Matière-Lumière. Bientôt un dégagement formidable d'Énergie printanière va se déverser sur notre planète tel un torrent de lumière, éveillant ainsi une Nouvelle Conscience. ( Après tous St Séraphin n’avait –il pas déjà ce corps de lumière…La nouvelle conscience ne se fait toujours pas dans la metanoïa. Non elle est reçue directement en fonction de votre aptitude à l’initiation)Chacun de nous recevra ce qu'il est capable de supporter et surtout de transmettre. (ben oui quoi, c'est ça la grâce; Mais on se trompe, il faut dépasser cette conception. C'est la force naturelle, cosmique, universelle qui allie matière et esprit)

N.C. : Il est en effet souvent question dans les Dialogues de l'Homme Nouveau. Vous n'avez pas l'impression que ce concept est un peu rabâché ?

G.M. : Rabâché ? Trouvez-vous que la race humaine soit si parfaite qu'elle n'ait plus besoin d'évoluer ? L'homme d'aujourd'hui me semble n'être encore que l'esquisse confuse d'un chef-d'œuvre possible. (C’est vrai la création n’est qu’une esquisse ; pas de chute, pas de régression, pas de créateur, un devenir vers l’auto-perfection). Tout est déjà là, en état de germe, mais n'a pas encore pris sa juste place.

"Il n'y a pas de connaissance juste de l'homme
"Car l'homme n'est pas encore.
"L'homme est tellement grand,
"Que moi non plus, je ne le vois pas encore.

Ce qui est formidable, c'est que nous sommes simultanément l'artiste et œuvre. Nous sommes nos propres créateurs. Le grand plan divin seul ne suffit pas. Chacun de nous en est responsable et participe par son libre choix de chaque instant à la création nouvelle. L'homme est le pont entre le monde créé et le monde créateur, entre la matière et la lumière. (C’est l’homme qui est la mesure de tout. Il contient en lui à la fois le principe du créé et celui du créant. Dieu c’est nous)

N.C. : Et nous, les hommes d'aujourd'hui, où en sommes-nous ?

G.M. : Nous sommes encore des enfants, déjà presque des adolescents. Et de même qu'après une certaine maturité du corps on devient capable de vivre l'acte d'amour corporel, après une certaine maturité de l'âme, on devient capable de vivre l'acte d'amour universel. Cela commence par une recherche sans répit. Recherche de quoi ? peut-être d'un amour qui ne déçoit plus, d'une tâche passionnante, ou du sens de sa vie. Lorsque cette recherche atteint l'intensité maximum dont on est capable, là seulement l'étincelle peut jaillir, et le premier courant avec son "pareil de lumière" s'installe. Là commence notre histoire d'amour universel. L'être humain est le seul être au monde qui puisse vivre simultanément et consciemment l'union des forces du ciel et des forces de la matière dans l'ivresse de leur interpénétration. De cet acte d'amour naît l'enfant nouveau, l'enfant immortel dont le corps est matière pénétrée par la lumière. Ainsi naît le chef-d'œuvre de la création, et c'est
nous-même. (Le monde co-éternel à Dieu avec ce polythéisme des Dieux de la matière et ceux de l’esprit dont les forces doivent se conjuguer. On est très loin de laTrinité)

N.C. : Ces perspectives sont séduisantes, mais ne sont-elles pas tout simplement des fantasmes ? Est-ce que l'Ange peut m'aider aujourd'hui concrètement dans toutes les difficultés de la vie quotidienne ?

G.M. : Bien sûr ! Le premier pas est de prendre conscience que je peux créer un dialogue avec mon "pareil de lumière", mon Ange, ou encore mon Maître Intérieur, le nom qu'on lui donne n'a aucune importance. (Il faut ratisser large pour récupérer toutes les croyances. Le nom n’a aucune importance surtout dans la pensée sémitique n’est pas ?Dieu n’étant pas une personne mais au mieux un principe et en réalité la totalité de nos énergies humaines que l’humanité nouvelle saura rassembler et unir aux forces cosmiques etc…, il est donc normal que ce qui n’est pas une personne puisse être nommé de différentes façons., selon différentes sensibilités en fonction du degré d’initiation que nous sommes aptes à recevoir.) Et cette rencontre est une rencontre naturelle.

"Qu'y a-t-il de plus naturel "Que de parler ensemble ? Il me suffit de La seule exigence de l'Ange est une attention immense.

"Soyez attentifs !...
"Le mot est créateur
"Car il concentre tout
"Il centre.
"Tu as mis en mots tes manques
"Ainsi l'étincelle a pu venir.
(La question est peut-être <<formulée en mots simples, précis, concis, et la demande nécessaire.>> mais la réponse elle est formulée en termes bien compliqués, imprécis vagues, sans concision ni lien entre eux, et elle est totalement superflue. Ce style est fait pour gonfler l'interlocuteur d'orgueil en lui laissant croire que ces questions sont d'une grande profondeur spirituelle. Il s'ignorait lui-même le pauvre! )

C'est seulement au sommet de ma question que je peux trouver la réponse ,(Phrase type qui ne veut rien dire. Mais ça a son petit effet. Ça s’appelle un oracle. Je peux vous en pondre à la pelle : Ne cherche pas l’avenir dans le passé - unis la pensée à l’acte et tu trouveras la force- - tu trouveras le chemin quand tu ne le chercheras plus- Ne désire rien et tu seras comblé- mange ta pizza elle va être froide) ,.
et cette réponse n'est jamais une recette. L'Ange nous ouvre des perspectives nouvelles qui nous permettent de trouver nous-mêmes nos propres solutions. (On est non seulement très loin de St Paul et du christianisme : Ce n’est plus moi qui vit c’est le Christ qui vit en moi°. On est même dans l'anti-christianisme.)

N.C. : Ce serait donc si simple que ça ? (Comme il n’y a rien à comprendre ça ne peut pas être plus simple. C'est le propre même de l'illusion.

G.M. : Oui, mais le dialogue seul ne suffit pas. L'Ange revient sans cesse sur l'importance de l'acte. Depuis mon accident de voiture, il y a environ un an, je vis auprès de mes amis Bernard et Patricia Montaud. J'observe avec un grand intérêt la pratique qui se fait dans Art' As, association créée par Bernard, et dans laquelle on apprend l'art de "l'acte juste".
Ce qui me plaît, c'est qu'il ne s'agit pas d'une technique de plus pour s'élever dans les hautes sphères de la spiritualité. Il s'agit d'apprendre à bien vivre concrètement son quotidien. (N'oublions pas, soyons sérieux, c'est le quotidien qui nourrit son homme ...) Ils utilisent comme outil le langage du corps dans "l'assise immobile". Les inconforts du corps et la façon dont on les traite sont toujours à l'image de l'attitude que l'on a dans la vie. (Ben c’est vrai quoi. Le mal de dos est le mal le plus répandu...Il faut apprendre à se tenir en découvrant en soi l'alliance de ses propres énergies) A partir de chaque prise de conscience, il ne reste plus qu'à trouver l'acte concret, simple, individuel par lequel chacun va avancer sur son propre chemin et ainsi se rapprocher de sa Préfiguration, son Ange.
Je ne pratique pas du tout l'assise immobile, mais lorsque je rencontre des membres d'Art' As, je suis étonnée de constater à quel point un enseignement rigoureux, basé sur la responsabilité de l'acte au quotidien, éveille l'individualité et la joie de vivre. Et sur cette base sûre, l'Ange peut poser son pied.

N.C. : Est-ce que vous pratiquez une autre discipline spirituelle ?

G.M. : Non, l'Ange m'a dit au contraire :
"Je te dispense de toute forme.
"Marche sur ton propre chemin
"Tout le reste est égarement.


(Vous êtres tous dispensés de liturgie, prière, vie sacramentelle, études des conciles, dogmes, lectures des Pères etc… . Vous trouverez l'acte concret simple, individuel par lequel chacun va avancer sur son propre chemin et ainsi se rapprocher de sa Préfiguration. ).

C'est ma voie individuelle. Il se peut cependant que pour d'autres la forme soit "chemin", à condition qu'elle contienne la possibilité d'être dépassée. ‘(Gitta a été initiée à la Voie ; la voie c’est le chemin dont la forme a été dépassée. C’éti pas beau ça ? elle a dépassé toutes les formes de chemins, toutes les religions qui ne sont que des chemins qui mène à la voie. Il faut que le christianisme dépasse sa propre forme ; C’est qui la « forme » du Christianisme ? Le Christ lui même dit d’ailleurs « je suis le chemin ; mais Gitta transforme l’essai en « il n’est que le chemin qui doit être dépassé.)

N.C. : Vous n'avez aucun disciple, n'avez créée aucune école, aucun ashram, est-il possible tout de même d'avoir un contact direct avec vous?

G.M. : Bien sûr. Je donne 6 "conférences-rencontres" par an à Lyon. Elles sont sous forme de questions/réponses. J'adore jouer au ping-pong avec les lecteurs des Dialogues. (C’est le jeu du concret contre l’abstrait. : Papa j’peux aller au cinoche ce soir ? – Ton désir de cinéma n’est il pas la manifestation d’un désir plus profond en toi que tu n’as pas élucidé ?)

N. C. : Si je devais vous définir en un mot, je dirais que vous êtes contagieuse, contagieuse de vie.

G. M. : Vous avez à la fois tort et raison : tort parce que ce n est pas moi qui suis contagieuse, c'est le message des Anges ; raison parce que la vie peut et va devenir maintenant plus contagieuse que la maladie. (Rrroh! les réponses de duupes!: Ce n’est pas moi c’est la vie qui est en moi )

N.C. : Est-ce que vous avez l'impression de déranger ?

G.M. : Déranger est un bien grand mot, mais je sais que je déçois certaines âmes, car je ne suis pas un nouveau spécimen ailé facile à classer dans le jardin zoologique de l'ésotérisme. (Ah là tu te gourres mémère. Y a pas mieux que le zootérisme pour te parquer)J'ai simplement à témoigner de ceci : la rencontre naturelle avec l'Ange détruit toute attente du sensationnel. Fini le grand frisson mystérieux et romantique. La rencontre avec l'Ange se fait dans les petits actes du quotidien. Par la simple acceptation de notre imperfection nous attirons le parfait. Attention : fausse metanoïa. Il ne s’agit pas de se repentir de ses imperfections mais simplement de les accepter. Et c’est dans cette acceptation qu’elles se guérissent toute seules. Ne comptez surtout pas sur le Christ pour vous guérir ; il n’est qu’un chemin qu’il faut dépasser pour trouver la voie) Seul le vide sans attente attire le divin inattendu. (vierges folles et vierges sages? Foutaises!Attente de l’époux en veillant ? Foutaises! Grotesque ce passage évangélique. D’ailleurs tout l’évangile n’est qu’un passage dépassé et qu’il faut dépasser. C’est ça la voie) N’attendez rien et Seule la soif attire la boisson enivrante. Et il n'y a plus besoin de miraculeux lorsqu'on vit l'émerveillement au quotidien.

"Le miracle est déjà en bas, sous vos pieds.
"Le monde nouveau ne connaît pas le miracle.
"L'ancien miracle est le marchepied du nouveau!
"Là sont blottis les petits.
"Ce qui vient est l'insaisissable cause des causes.

(ça y est j’ai tout compris ! Je résume:La cause des causes est une cause. Seule l’absence de cause est la connaissance de la Totalité. La Totalité dépasse la connaissance. La connaissance se limite à la cause. La cause t’enferme en elle même. Le chemin est dans la cause. Il engendre le chemin. Tu dois dépasser le chemin. C’est la Totalité qui reste l’ouvert. La voie est l’ouvert. Laisse l’ouvert venir à toi. L’illimité est en toi ; unis en lui la force de la matière à la puissance de l’Esprit .
Pour vos cotisations, adressez vos chèques à Gittantoine : compte illimité°)


http://www.nouvellescles.com/dossier/Na ... /Gitta.htm
Dernière modification par Antoine le mer. 08 juin 2005 19:33, modifié 5 fois.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mer. 08 juin 2005 23:48

Anne Geneviève,

à la lecture de cet entretien ci dessus qui comporte des citations de l'Ange, vos propos sont pour le moins plus que surprenants. Et j'ai peine à penser que vous avez fait une lecture si superficielle de cette oeuvre que vous n'en ayez vu le contenu réel. Car dans ce cas pourquoi feriez vous sur notre forum l'apologie d'un livre lu superficiellement. Vos titres ne vous le permettent pas.
Vous avez écrit le: Lun 30 Mai 2005 19:51 :
Une petite remarque.[...] le contexte [...]et le fait que les jeunes gens n'aient pas été les instigateurs du contact invite à lire ce texte avec un autre regard. Il ne s'agit pas alors d'ésotérisme mais d'une expérience spirituelle authentique mais "hors cadre". N'oublions pas que l'Esprit souffle où Il veut, [...]
_________________
spécialiste d'histoire des Eglises
Dans ce livre et l'interview ci dessus, ce sont la foi orthodoxe, l'Eglise et le Christ qui sont bafoués!

Or le: Lun 06 Juin 2005 19:28 vous persistez encore:
jusqu'à preuve du contraire, je suis orthodoxe et je ne fais pas l'apologie de Satan.
Je n'ai pas pour habitude de mettre du Satan à toutes les sauces, pourtant à la lecture de cet entretien on a bien l'impression que si ange il y a , il s'agit alors bien du prince des démons ou d'un de ses sbires. Et vous en faites l'apologie. Quant à votre orthodoxie affichée, en cela, vous nous prouvez bien le contraire. Réfléchissez deux secondes: peut-il y avoir une expérience "spirituelle" (dans laquelle souffle l'Esprit selon vous) dont le contenu soit anti-Christique? Qu'est-ce qu'une expérience "spirituelle" dans laquelle l'Esprit s'oppose au Fils? Un orthodoxe peut-il soutenir la présentation d'une Trinité divisée?!

Anne Geneviève
Messages : 1041
Inscription : lun. 30 mai 2005 19:41
Localisation : IdF
Contact :

Anges

Message par Anne Geneviève » jeu. 09 juin 2005 17:11

Comme je l'ai écrit dans un mail à Eliazar, en fait, j’ai lu le livre de Gitta Mallasz il y a des années. Je n’étais pas encore orthodoxe à l’époque. J’ai réagi à partir d’un souvenir ancien, d’une sorte de… comment dire cela ? Permettez-moi de prendre une image. Quand on a mis des pétales de rose dans une boîte ou entre les pages d’un livre et qu’on l’ouvre longtemps après, un parfum ténu s’exhale mais ce n’est pas exactement le parfum de la fleur fraîche. Je ne sais pas du tout comment je réagirais si je le relisais aujourd’hui. Les quelques citations qu'Eliazar et d'autres ont rappelées m'ont fait un certain choc car, de fait, je ne peux pas avaliser ça.
Merci à vous, Eliazar, pour ces longues citations du synaxaire et d'autres textes essentiels.
Je ne regrette pas d'avoir déclenché l'orage si c'était pour recevoir une telle pluie de grâce.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » jeu. 09 juin 2005 22:24

XB!
de fait, je ne peux pas avaliser ça.
Dans ce cas, Anne Geneviève, vous êtes très chaleureusement pardonnée .
Puisse cet échange éviter à d'autres lecteurs de se faire avoir par ce genre de bouquin.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique » ven. 10 juin 2005 11:16

Je remercie Antoine pour cette étude.
Comme Anne Geneviève j’ai lu le livre de Gitta quand j’étais encore catholique ; il m’avait été recommandé par un prêtre catholique qui ne voyait pas d’incompatibilité avec sa foi.
Pour ma part, j’ai vu cette incompatibilité quand l’ange parle de la messe en la désignant comme l’ancien culte.

Antoine vous avez dit :
« Ce style est fait pour gonfler l'interlocuteur d'orgueil en lui laissant croire que ces questions sont d'une grande profondeur spirituelle. Il s'ignorait lui-même le pauvre! »
Cette impression gonflement comme si je devenais plus intelligente et supérieure au reste de l’humanité resté dans les ténèbres, je l’ai ressenti (je ne m’en rendais pas compte sur le moment car j’étais dans l’exaltation de la découverte) en lisant ou écoutant :
Gitta Malash
Annick de Souzenelle
Jean Eugraph Kovalesky
Ex-évêque Germain
Les Goettman de Béthanie
Jean-Yves Leloup.

Je crois que ce gonflement d’orgueil est le signe le plus important que produisent toutes ces gnoses.

La foi orthodoxe est tellement simple et dépouillée. « Je te remercie, Père, d’avoir révélé cela aux petits et de l’avoir caché aux puissants » (je cite de mémoire)

Répondre