Dimanche ton 6

Pas de discussions dans ce forum destiné exclusivement à une mise à disposition de textes issus du cycle liturgique orthodoxe. Pour toute réflexion sur ces textes, merci de vous reporter au forum général.

Modérateur : Auteurs

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Dimanche ton 6

Message par Monique » ven. 10 mars 2006 10:07

Dimanche matines ton 6

Cathisme 1

L’Enfer déplorait l’ouverture du tombeau et Marie Madeleine criait aux Apôtres qui se cachaient : Vous, les ouvriers de la vigne, sortez, proclamez la nouvelle de la Résurrection ; car le Seigneur s’est levé, accordant au monde la grâce du salut.

Marie Madeleine se tenait près de ton sépulcre, Seigneur, et te prenant pour le jardinier, dans ses larmes elle criait : où as-tu déposé l’éternelle Vie, où as-tu caché celui qui siège sur le trône des Chérubins ? Car ses gardiens sont terrassés de frayeur ; rendez-moi donc mon Seigneur ou criez avec moi : Toi qui es sorti de tombe, ressuscites les morts, Seigneur, Gloire à Toi.

Gloire au Père…………………………….Maintenant …………………………..

Gédéon préfigure ta conception, David éclaire ton enfantement, car le Verbe est descendu dans ton sein comme la pluie sur la toison, Mère de Dieu; et sans semence, Terre sainte, Pleine de grâce, tu fis germer le salut du monde, le Christ notre Dieu.


Cathisme 2

Notre Vie gisait dans le tombeau, et sur la pierre furent mis les scellés ; les soldats montaient la garde auprès du Christ, comme pour veiller sur le sommeil du Roi ; mais frappant d’aveuglement ses ennemis , le Seigneur s’est levé du tombeau.

Jonas préfigure ta mise au tombeau, Siméon explique ta divine Résurrection, Seigneur immortel ; dans le sépulcre tu descends comme mort, toi qui brises les portes de l’Enfer ; mais, sans connaître la corruption, tu ressuscite Seigneur, pour le salut du monde, ô Christ notre Dieu, illuminant ceux qui gisaient dans les ténèbres de la mort.

Gloire au Père…………………………….Maintenant …………………………..

Mère de Dieu et Vierge bénie, prie ton fils, le Christ notre Dieu, qui s’est laissé fixer à la croix et est ressuscité d’entre les mort pour le salut de nos âmes.


Après le Polyéléos, l’es Evoghitaires de la Résurrection et la petite litanie :


HYPAKOÏ ton 6

Par ta mort volontaire et porteuse de vie, ô Christ, tu as brisé les portes de l’Enfer ; Dieu, tu nous ouvres l’antique Paradis ; ressuscité des morts, tu arraches à la fosse notre vie.



ANAVATHMI TON 6

Antienne 1

Vers le ciel je lève les yeux, vers toi, ô Verbe de Dieu : en ta miséricorde, sauve-moi afin que je vive en toi.
De nous, Seigneur, aie pitié : tant de mépris nous rassasie ; ô Verbe, restaure-nous comme vases d’élection.



Le Saint Esprit est principe de salut et, lorsqu’il souffle sur un chacun, il l’arrache bien vite aux soucis terrestres, il lui donne des ailes pour monter jusqu’aux cieux.


Antienne 2

Sans le Seigneur qui était avec nous, nul d’entre nous n’aurait su résister devant les manœuvres de l’Ennemi, mais les vainqueurs seront exaltés.

Que mon âme, ô Verbe de Dieu, ne devienne la proie de leur dent ! Hélas, comment échapperai-je aux ennemis, moi qui suis la proie du péché ?

Gloire au Père…………………………….Maintenant …………………………..

Au Saint Esprit appartient de nous bénir et sanctifier, de nous donner la connaissance et la paix : comme le Père et le Verbe, il se montre agissant.

Antienne 3

Ceux qui s’appuient sur le Seigneur inspirent l’effroi aux ennemis ; ils sont dignes d’admiration, car ils regardent vers le ciel.

La part des justes, Sauveur, favorisée de ton secours, jamais ne porte la main sur le sceptre des impies.

Gloire au Père…………………………….Maintenant …………………………..

Au Saint- Esprit appartient le pouvoir sur l’univers : c’est lui qu’adorent les Anges dans le ciel avec tout ce qui respire ici-bas.


Prokimenon ton 6
Seigneur, réveille ta puissance et viens à notre secours.
Verset : Pasteur d’Israël, prête l’oreille, toi qui mènes Joseph comme un troupeau.

Tout ce qui vit et respire loue le Seigneur.

Evangile : l’Eothinon occurrent .

Ayant contemplé la résurrection…………………………………


Psaume 50

Ton 6

Gloire au Père…Par les prières des Apôtres, dans ta bonté, Seigneur, efface la multitude de nos péchés.
Maintenant…… Par les prières de la Mère de Dieu, dans ta bonté Seigneur, efface la multitude de nos péchés.
Aie pitié de moi, ô Dieu, en ta grande bonté, en ton immense miséricorde efface mon péché.
Ressuscité du tombeau comme il l’avait prédit, Jésus nous donne l’éternelle vie et la grâce du salut.



CANONS

ODE 1 (T.6)


Canon de la Résurrection

« Lorsqu’Israël eut cheminé sur l’abîme, comme en terre ferme, et vu Pharaon persécuteur englouti dans las flots, alors il s’écria : chantons une hymne de victoire en l’honneur de notre Dieu. »

Lorsque tu étendis les mains sur la croix, ô Dieu de bonté, tu accomplis le bon vouloir de ton Père; aussi d’un même cœur nous chantons l’hymne de victoire en ton honneur.

Comme une servante pleine d’effroi, la mort, Maître de la vie, s’est approchée de toi sur ton ordre; par elle tu nous a donné la résurrection et la vie qui ne finit pas.

Théotokion : Tu as reçu ton Créateur comme lui-même l’a voulu : sans semence, il prit chair de ton sein ineffablement ; Vierge pure, tu es vraiment la souveraine du monde créé.

Stavroanastasimos

« Jadis sous les flots de la mer le Seigneur ensevelit le Pharaon persécuteur ; et les fils du peuple racheté ont mis en terre leur Sauveur ; mais nous, comme les enfants d’Israël, chantons une hymne à notre Dieu : car il s’est couvert de gloire. »

Le Juge comparaît de son plein gré comme accusé au tribunal de Pilate, pour un injuste jugement, , et la main de l’impiété frappe au visage le Dieu devant qui tremblent la terre et le ciel.

Sur la Croix vivifiante et immaculée tu étendis tes divines mains, Sauveur, et tu rassemblas, pour qu’elles te connaissent, Seigneur, les nations qui se prosternent désormais devant ta glorieuse Crucifixion.

Théotokion : versant des flots de larmes, la Tout-Immaculée se tenait près de ta Croix, Sauveur ; et, voyant les gouttes de ton sang couler de ton côté, ô Christ, elle glorifiait ta suprême compassion.

Canon à la Mère de Dieu

« Lorsqu’Israël eut cheminé sur l’abîme………………… »

Ayant pris du fruit de l’arbre défendu, Eve introduit la malédiction ; mais tu l’as abolie, Vierge pure, en enfantant la Christ comme prémices de la bénédiction.

Toi qui enfantas le Christ, cette perle au divin éclat, dissipe la ténèbre de mes passions, Vierge pure, et la tourmente de mes forfaits grâce à la lumière de ta magnifique splendeur.

Par les yeux de l’esprit Jacob vit d’avance en mystère l’attente des nations : le Dieu qui pris chair de toi et nous a délivrés par ta sainte médiation.

A défaut des princes de la tribu de Juda, c’est ton Fils et ton Dieu, ô Vierge immaculée qui est venu gouverner la terre et ses confins et qui y exerce à présent sa véritable royauté.




ODE 3 (T.6)


Canon de la Résurrection


« Nul n’est saint comme toi Seigneur mon Dieu ; dans ta bonté tu as exalté la force de tes fidèles, et tu nous as fondés sur le roc inébranlable de la confession de ton nom. »

Lorsque la création vit le Dieu crucifié dans sa chair, elle chancela de frayeur, mais elle fut retenue par la main de celui qui pour nous s’est laissé crucifier.

Par la mort fut brisée la puissance e la mort ; sans force elle gît désormais, car elle n’a pu supporter la divine invasion de la Vie, et la résurrection est accordée au monde entier.

Théotokion : Vierge pure, la merveille de ton enfantement divin dépasse la nature et les lois : c’est Dieu lui-même qu’inffablement tu as conçu dans ton sein et tu restes vierge même après l’enfantement.


Stavroanastasimos

« Seigneur qui suspendis la terre sur les eaux, te voyant suspendu à la croix, la création trembla de frayeur et s’écria : nul n’est saint comme toi ô mon Dieu »

Après trois jours au sépulcre, par ta vivifiante Résurrection tu ressuscitas les morts de jadis ; délivrés de la condamnation, dans l’allégresse ils chantaient : Tu es venu Seigneur, te voici ô Rédempteur.

Gloire, Sauveur, à ta Résurrection qui nous délivre de la mort, de la tombe et de l’Enfer ; Tout-Puissant, par des cantiques nous proclamons : Seigneur ami des hommes, nul n’est saint comme toi.

Théotokion : Voyant le fruit de ton sein percé d’une lance, Vierge toute-sainte, tu en eus le cœur transperé et dans l’effroi tu disais : telle est la gratitude de ce peuple, ô mon Fils.

Répondre