30 septembre : icône de saint Grégoire l'Illuminateur

Reproductions d'icônes

Modérateur : Auteurs

Répondre
Irène
Messages : 938
Inscription : mar. 30 sept. 2003 11:46
Localisation : Genève

30 septembre : icône de saint Grégoire l'Illuminateur

Message par Irène » sam. 08 oct. 2005 14:31

Image

Saint Grégoire l'Illuminateur († 325)
Icône étasunienne contemporaine.
Les légendes sont en anglais et en arménien.

(Collection privée)

Claude le Liseur
Messages : 3910
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: 30 septembre : icône de saint Grégoire l'Illuminateur

Message par Claude le Liseur » lun. 30 nov. 2009 19:32

Traduction de la légende en anglais:

Saint Gregory the Illuminator of Armenia

Saint Grégoire l'Illuminateur de l'Arménie

(amusant, cette utilisation en anglais de mots d'origine française à des fins archaïsantes ou liturgiques: je crois que, sans la recherche de cet effet d'archaïsme et de solennité, un anglophone eût utilisé le mot d'origine germanique Enlightener)

Translittération et traduction de la légende en arménien:

Sourp * Grigor Loussavoritch Hayots


(* sur l'icône, le mot est écrit avec un badiv, équivalent, en arménien classique, du titlo slavon)

Saint Grégoire l'Illuminateur des Arméniens

car il me semble bien que le mot ՀԱՅՈՑ écrit en majuscules en bas de l'icône est un génitif pluriel du mot Հայ qui veut dire "Arménien" (personne arménienne), si j'en crois l'annexe grammaticale rédigée avec la collaboration du professeur Mahé- notre plus grand caucasologue - dans la méthode Assimil d'arménien (in Rousane et Jean Guréghian, L'arménien sans peine (arménien oriental) , Assimil, Chennevières-sur-Marne 2001, réimpression de l'édition de 1999, p. 505), qui signale que certains substantifs arméniens font leur génitif pluriel en ց (-ts).

On notera aussi que, pour exotique que soit cette langue pour un francophone, le mot arménien Լուսավորիչ que j'ai translittéré "Loussavoritch" et qui veut dire "illuminateur" contient la racine indo-européenne que l'on retrouve dans le latin lux (lumière) et, me semble-t-il, dans le grec Φλόγα (flamme).

Claude le Liseur
Messages : 3910
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: 30 septembre : icône de saint Grégoire l'Illuminateur

Message par Claude le Liseur » mar. 01 déc. 2009 23:30

Claude le Liseur a écrit :Traduction de la légende en anglais:

Saint Gregory the Illuminator of Armenia

Saint Grégoire l'Illuminateur de l'Arménie

(amusant, cette utilisation en anglais de mots d'origine française à des fins archaïsantes ou liturgiques: je crois que, sans la recherche de cet effet d'archaïsme et de solennité, un anglophone eût utilisé le mot d'origine germanique Enlightener)

Translittération et traduction de la légende en arménien:

Sourp* Grigor Loussavoritch Hayots

(*sur l'icône, le mot est écrit avec un badiv, équivalent, en arménien classique, du titlo slavon)

Saint Grégoire l'Illuminateur des Arméniens

car il me semble bien que le mot ՀԱՅՈՑ écrit en majuscules en bas de l'icône est un génitif pluriel du mot Հայ qui veut dire "Arménien" (personne arménienne), si j'en crois l'annexe grammaticale rédigée par le professeur Mahé à la méthode Assimil d'arménien (in Rousane et Jean Guréghian, L'arménien sans peine (arménien oriental) , Assimil, Chennevières-sur-Marne 2001, réimpression de l'édition de 1999, p. 505, qui signale que certains substantifs arméniens font leur génitif pluriel en ց (-ts).

On notera aussi que, pour exotique que soit cette langue, le mot arménien Լուսավորիչ
que j'ai translittéré "Loussavoritch" et qui veut dire "illuminateur" contient la racine indo-européenne que l'on retrouve dans le latin lux (lumière) et, me semble-t-il, dans le grec Φλόγα (flamme).

C'est comme souvent: j'aurais aimé que quelqu'un de supposé plus compétent que moi vînt à mon aide et cela n'a pas été le cas.

L'icône reproduite ici a été à l'origine peinte par des vieux-calendéristes des Etats-Unis (monastère de la Sainte-Transfiguration de Boston), donc plutôt de culture grecque et anglo-saxonne. Les Arméniens avec qui ils ont pu être en contact dans cette région sont -pour autant qu'ils n'aient pas complètement perdu leur langue - des locuteurs de l'arménien occidental. La légende arménienne de l'icône essaie de reprendre les conventions du grabar (arménien classique). Et pour ma part, pour la translittération et la traduction en français, je ne dispose que d'un manuel d'arménien oriental... J'aurais vraiment appprécié qu'une personne qui lise le grabar vînt confirmer ou corriger ma traduction. En revanche, si ma translittération et ma traduction contiennent la moindre erreur, là il y aura des gens pour critiquer.

Ceci étant, cette icône - il faut quand même le souligner - représente, à ma connaissance, pratiquement la seule tentative faite par des orthodoxes depuis des siècles pour rappeler aux Arméniens qu'avant le "grand schisme d'Orient" (Nina Garsoïan), leurs ancêtres furent orthodoxes, et que l'Orthodoxie a joué un rôle dans la genèse de leur prestigieuse civilisation. Si nos hiérarques se préoccupaient un peu plus d'éduquer le peuple et un peu moins de politique - n'ai-je pas été confronté récemment à une orthodoxe qui imaginait l'existence d'une Eglise orthodoxe autocéphale d'Arménie et s'étonnait dès lors que les Arméniens eussent leur propre patriarche à Constantinople ?- , ils feraient peut-être un peu plus souvent
ce genre de rappels.

Claude le Liseur
Messages : 3910
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: 30 septembre : icône de saint Grégoire l'Illuminateur

Message par Claude le Liseur » mer. 02 déc. 2009 22:33

Claude le Liseur a écrit :
Translittération et traduction de la légende en arménien:

Sourp* Grigor Loussavoritch Hayots

(*sur l'icône, le mot est écrit avec un badiv, équivalent, en arménien classique, du titlo slavon)

Saint Grégoire l'Illuminateur des Arméniens

car il me semble bien que le mot ՀԱՅՈՑ écrit en majuscules en bas de l'icône est un génitif pluriel du mot Հայ qui veut dire "Arménien" (personne arménienne), si j'en crois l'annexe grammaticale rédigée avec la collaboration du professeur Mahé- notre plus grand caucasologue - dans la méthode Assimil d'arménien (in Rousane et Jean Guréghian, L'arménien sans peine (arménien oriental) , Assimil, Chennevières-sur-Marne 2001, réimpression de l'édition de 1999, p. 505), qui signale que certains substantifs arméniens font leur génitif pluriel en ց (-ts).
En arménien oriental moderne, le génitif pluriel de Հայ (Hay) n'est pas Հայոց (Hayots) comme dans la légende de l'icône, mais Հայերի (Haytiri), si j'en crois le manuel cité plus haut (i.e. L'arménien sans peine), p. 305. Mais peut-être que la légende de l'icône de Boston est correcte et que le génitif pluriel se construisait de cette manière en arménien classique. Ainsi que je l'ai déjà écrit, je serais heureux d'avoir l'opinion de quelqu'un qui connaisse le sujet.

Dans tous les cas, j'estimais qu'il était nécessaire, après quatre ans, de translittérer en français la seule inscription en alphabet arménien qui se trouvait sur notre forum - alphabet qui, contrairement aux alphabets arabe, grec ou cyrillique, n'est à ma connaissance familier qu'à un seul des inscrits de notre forum. Oui, après tant d'années, il me semblait nécessaire de translittérer cette légende. D'autant plus que, l'Eglise apostolique arménienne ayant perdu la tradition de l'icône après sa séparation d'avec l'Orthodoxie, cette icône - d'ailleurs peinte, je le répète, par des orthodoxes et non par des antichalcédoniens, saint Grégoire l'Illuminateur étant un saint commun aux deux traditions- est la seule que j'aie jamais vue à être légendée en arménien.

Claude le Liseur
Messages : 3910
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: 30 septembre : icône de saint Grégoire l'Illuminateur

Message par Claude le Liseur » sam. 19 déc. 2009 21:14

On sait qu'en 301, saint Grégoire l'Illuminateur baptisa le roi Tiridate III et fit de l'Arménie le premier pays chrétien.

Auparavant, Tiridate, farouchement attaché au paganisme, avait fait jeter Grégoire dans une fosse profonde où il le maintint en détention pendant treize ans parce que Grégoire avait refusé d'honorer la déesse Anahit.

L'Eglise apostolique arménienne continue, chaque année, à célébrer la sortie de la fosse de saint Grégoire l'Illuminateur.

Dans leur manuel d'arménien, Rousane et Jean Guréghian indiquent ce qui suit (L'arménien sans peine, Assimil, Chennevières-sur-Marne 2001, note 6 p. 304):

"Cette fosse, en forme de puits, profonde de sept mètres, peut encore être visitée de nos jours. Elle se trouve à côté de l'église principale du monastère de "Khor Virap" (Fosse-profonde) qui fut construite sur le site d'Artachat, tout près du Mont Ararat, au sud d'Erevan."


Khor Virap = Խոր Վիրապ (Xor Virap en translittération scientifique)

Il y a quelques jours, une chaîne de télévision a diffusé un film de Robert Guédiguian intitulé Voyage en Arménie (tourné en 2006). Dans une des scènes, les protagonistes descendent au fond de la fosse par une échelle métallique. Un des personnages dit à un autre: "Tu connais beaucoup de pays qui ont conservé leur berceau?", tandis qu'un jeune homme et une jeune fille décident, au fond de la fosse, de se fiancer sous le patronage de saint Grégoire l'Illuminateur. Une scène poignante. Je voyais pour la première fois cet endroit que j'avais vu si souvent mentionné dans les livres d'Histoire, et qui avait pris des proportions quasi-légendaires dans mon esprit. Et de le voir, c'était très impressionnant, et très apaisant à la fois.

Répondre