saints pour le 31 août du calendrier ecclésiastique

Les listes des saints de chaque jour sans leur biographie

Modérateur : Auteurs

Répondre
Claude le Liseur
Messages : 3982
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

saints pour le 31 août du calendrier ecclésiastique

Message par Claude le Liseur » sam. 31 juil. 2004 20:27

Saint SYR, évêque de Padoue en Vénétie (IIIème siècle).

Saints MAURENCE, URBAIN, AVITE, MATERNIEN et VINCENT, martyrs à Fossombrone (IIIème siècle).

Saint CYPRIEN, évêque de Carthage, martyr sous Valérien (258).

Saints martyrs ANDRE, HERACLEIOS, FAUSTE et MENAS, qui trouvèrent la mort en étant traînés derrière des chevaux.

Saint martyr PHILEORTOS.

Saint martyr DIADOQUE.

SEPT VIERGES de Gaza en Palestine, mortes par le glaive.

TROIS CENT SOIXANTE-SIX martyrs de Nicomédie, morts par le glaive.

QUATRE martyrs de Pergé en Pamphylie, qu'on contraignit à courir sur des braises répandues à terre.

Saints martyrs ROBUSTIEN et MARC.

Saint PRIMIEN, martyr à Spolète en Ombrie sous Dioclétien et Maximien.

Saint CESIDE, prêtre, et ses compagnons, martyr à Transaque lors de la persécution de Maximien (entre 303 et 305).

Saint PAULIN, évêque de Trèves en Rhénanie, confesseur de la foi orthodoxe face à l'arianisme (358).

Saint OPTAT, évêque d'Auxerre en Bourgogne (vers 518).

Déposition de la précieuse ceinture de la Toute-Sainte Mère de Dieu en l'église des Chalkoprateia à Constantinople (vers 530). Une partie de cette ceinture est aujourd'hui gardée au monastère athonite de Vatopédi. (Office traduit en français par le père Denis Guillaume au tome VIII des Ménées.)

Saint AGYLE (AYE, Y, AY, AGILUS), vicomte de Voisinas près Orléans et confesseur (vers 593).

Saint EBREGESILE, évêque de Meaux en Brie (VIIème siècle).

Sainte EANSWITH, abbesse de Folkestone dans le Kent (640).

Saint AGILE (AÏLE), premier abbé de Rebois dans la Brie (vers 650).

Saint AIDAN, moine d'Iona en Ecosse, puis évêque de Northumbrie, fondateur du monastère de Lindisfarne et père spirituel de sainte Hilda de Whitby (cf. le 17 novembre); il fut assisté par les rois saint Oswald (cf. le 5 août) et Oswin (651).

Sainte CUTHBERGA, princesse du Wessex devenue abbesse (vers 725).

Sainte QUENBURGA, abbesse (735).

Dédicace de l'église de l'Enfantrice de Dieu de Néorio.

Saint GAUZLIN, évêque de Toul en Lorraine (962).

Saint JEAN, métropolite de Kiev (1089).

Saint GENNADE II (Scholarios), disciple de saint Marc d'Ephèse (cf. le 19 janvier), confesseur de la foi orthodoxe face à la fausse union de Florence, puis patriarche oecuménique de Constantinople (1454-1456, 1462 et 1464).

Saint MICHEL, prêtre, martyr par la main des Communistes (Russie 1937).

Mémoire des DIZAINES DE MILLIERS de nouveaux-martyrs orthodoxes serbes qui périrent par la main des Catholiques-Romains croates au camp de concentration de Jasenovac, commandé par le franciscain Miroslav Filipovic (1941-1945).
Dernière modification par Claude le Liseur le lun. 02 août 2004 12:31, modifié 1 fois.

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Message par eliazar » lun. 02 août 2004 10:06

Cher Claude,

Dans les saints du 31 août, tu fais mention des martyrs serbes du camp de Jasenovac.

Puis-je me permettre une courte réflexion à ce sujet ?

L'immense majorité des lecteurs - et une trop importante minorité (voire majorité ?) des lecteurs orthodoxes - n'a qu'une idée très vague de ce qu'a été ce camp d'extermination, qui serait en fait le troisième en ordre de grandeur (c'est à dire en nombre de morts) de la Seconde Guerre Mondiale.

Et si l'on excepte les morts de la grande persécution bolchévique en URSS (morts qui ont été tués en de nombreux lieux différents et à de très diverses dates), Jasenovac est sans conteste possible le plus grand de tous les camps où nos frères et sœurs (orthodoxes) ont été systématiquement assassinés pour leur foi orthodoxe.

Cette immense foule de martyrs pour l'orthodoxie n'a pas été martyrisée par des inconnus. Ce camp était un camp officiellement fasciste, le massacre était organisé sous la direction politique du gouvernement oustachi d'Ante Pavelitch, allié de Hitler et protégé de Mussolini - et dans les camps d'entraînement de qui l'Oustacha avait été réunie et entraînée en Italie avant de se saisir du pouvoir en Yougoslavie - et l'exécution méthodique du plan d'extermination et d'abjuration de la foi orthodoxe avait été confiée par le fascisme croate oustachi à un moine-prêtre catholique romain, sous la direction (je n'arrive pas à écrire "sous l'omophore" tant cela me semblerait blasphématoire en l'occurrence) d'un des plus importants cardinaux de la communauté catholique romaine, le cardinal Aloys Stepinac - si important dans la hiérarchie de cette communauté (jadis orthodoxe et devenue hérétique autour du Xème siècle) qu'elle a décidé de l'inscrire au catalogue de ses saints.

Ma question est :

Ne devons-nous pas, en raison de cette importance (et de cette ignorance), déroger à la règle que tu t'es imposée (de ne pas mettre de notices "biographiques" dans ce calendrier) et spécifier, fût-ce de manière laconique : le nombre estimé des martyrs, leur qualité spécifique (il y a eu de nombreux prêtres et plusieurs évêques), les noms du bourreau en chef (prêtre, moine et directeur de ce camp, et qui fut félicité officiellement par le Vatican, sous la signature du nonce apostolique envoyé par Rome pour inspecter le camp) et de son supérieur le cardinal Stepinac, initiateur et complice de la méthode qui consistait à essayer de faire abjurer les futures victimes avant de les exécuter - et enfin de signaler (comme tu le fais si justement lorsqu'il s'agit de morts "de la main des Musulmans" ou "de la main des communistes") qu'ils sont morts "de la main des fascistes oustachis croates" ?

Je crois que c'est notre devoir. Non pour dénoncer, mais pour faire connaître une vérité que trop de gens, même haut placés, cherchent à cacher.

Je crois que nous devons la révéler, par exception à la règle chrétienne générale qui veut que nous cachions miséricordieusement le péché de notre frère : d'abord parce que ces assassins et ces persécuteurs de l'Église ne sont pas nos frères, mais des ennemis du Christ, et ensuite parce que le danger qu'ils représentent est encore vivant et présent, au Kosovo certes, mais partout ailleurs en Europe (et notoirement aux USA) de manière plus discrète mais tout aussi organisée.

Je crois même que nous devrions faire campagne pour qu’une icône générale de ces martyrs soit écrite et officiellement bénie par l’Église Orthodoxe.
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

Claude le Liseur
Messages : 3982
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » lun. 02 août 2004 12:29

Bien, je vais essayer de me renseigner plus avant sur le camp de Jasenovac.

Cependant, je ne peux pas travestir la vérité en écrivant "mort par la main des fascistes oustachis". Les oustachis n'étaient pas fascistes, ils étaient catholiques-romains, et les vrais fascistes (les Italiens) avaient d'ailleurs envoyé des troupes en Dalmatie pour protéger les églises orthodoxes contre les Croates. Rivelli publie même, dans Le génocide occulté, p. 60, une mise en garde allemande contre les agissements de l'Etat oustachi!

Les oustachis n'avaient pas d'autre idéologie que celle qui leur avait été inculquée par leur Eglise (cf. Novak, Un demi-siècle de cléricalisme en Croatie, ou, traduit en français, Krestic, La Grande Croatie. Le génocide comme projet politique). Il n'y a pas eu d'influence de Mussolini ou Hitler sur l'idéologie oustachie. Le fait que les Croates aient été les alliés de l'Allemagne nazie ou de l'Italie fasciste ne fait pas pour autant d'eux des nazis ou des fascistes. Ils étaient des cléricaux catholiques-romains, et le génocide a été mis en place avec la bénédiction, la complicité et la participation active de l'Eglise catholique-romaine en Croatie et en Bosnie-Herzégovine, dans des camps où des moines et des religieuses fonctionnaient comme bourreaux.

Ce n'est pas la peine de faire retomber sur Hitler et Mussolini ce qui est de la responsabilité de Pie XII et du "bienheureux" Stepinac. Ce serait trop facile et ce serait entrer dans le jeu du Vatican.

Crois-moi, les Croates n'avaient rien à apprendre de personne en matière d'extermination. La vérité est même plus probablement que l'idéologie génocidaire du catholicisme croate, théorisée par le parti du droit croate de Josip Frank à la fin des années 1890, s'est répandue dans toute l'Autriche-Hongrie, expliquant les atrocités commises par les armées austro-hongroises en Serbie et en Roumanie dans la "croisade contre les schismatiques" que la Première Guerre mondiale était aux yeux des milieux catholiques-romains ("saint" Pie X: "Se vince la Russia, vince lo scisma!"), alors que les armées allemandes se sont comportées à peu près correctement pendant la guerre de 1914-1918. Dans la mentalité austro-hongroise cléricale de l'Empire habsbourgeois agonisant, tout était permis contre les "schismatiques" enferrés dans leur "erreur".

En clair, il faut arrêter de faire le jeu de l'adversaire: ce n'est pas Pavelic et Stepinac qui sont les fils de Hitler, c'est Hitler qui est le fils de l'idéologie génocidaire croate théorisée par Josip Frank et propagée de Zagreb à Vienne et Budapest par les milieux dominants de l'Eglise catholique-romaine. Reconnaissons à la Croatie, cette belliqueuse nation tant aimée de Jean-Paul II, l'antériorité qui lui revient.
Dernière modification par Claude le Liseur le sam. 16 avr. 2005 0:36, modifié 2 fois.

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Message par eliazar » lun. 02 août 2004 13:12

Tes explications me semblent en effet solidement documentées. Du reste, elles le sont généralement aussi dans tant d'autres domaines que je m'incline volontiers.

Reste ... le reste de ma demande.

Le Livre Blanc publié par les rescapés serbes du camp de Jasenovac ayant été retiré de la vente par Tito, presque à sa parution, et sur la demande très ferme du Vatican, on ne peut je crois le trouver qu'à Londres et à Washington (à la remarquable bibliothèque du Congrès).

Mais si le nombre des victimes oscille en effet entre 70 000 et plusieurs centaines de mille selon les articles, tu pourrais peut-être parler de "plus de 70 000".

Nous célébrons des saints martyrs connus au nom desquels l'Église ajoute: "et leurs cinq cents compagnons martyrs"... nous ne pouvons pas laisser dans un silence total le fait que Jasenovac ait été l'Auschwitz du massacre des orthodoxes...
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

Claude le Liseur
Messages : 3982
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » lun. 02 août 2004 16:59

Mon cher Eliazar,

J'ai un livre, traduit du serbo-croate vers l'allemand, qui traîne dans ma bibliothèque depuis des années: Das jugoslawische Auschwitz und der Vatikan, de Vladimir Dedijer (un titiste, probablement mis sur la touche à un moment ou à un autre, comme Djilas). Je pars pour deux semaines de voyage en terre orthodoxe. A mon retour, j'essaierai de voir si Dedijer donne des chiffres précis pour Jasenovac.

La seule chose que je sais, c'est que les disciples de Pavelic ou Stepinac ont fait périr entre 750'000 et 1 million d'orthodoxes entre 1941 et 1945, à mon avis plus près de 1 million que de 750'000. Je suis incapable, pour le moment, de te dire combien ont péri à Jasenovac (peut-être 70'000, peut-être plus, peut-être moins, mais en tout cas des dizaines de milliers) et dans les autres camps de concentration. Mais la grande majorité ont été massacrés sur place, dans tous les villages et toutes les villes de l'Etat indépendant de Croatie.

Il y a une commémoration liturgique le 15 juin (fêté le 28 juin civil en Serbie) pour l'ensemble de ces martyrs, dont l'icône a été peinte voici plusieurs années, et une commémoration le 31 août pour ceux qui périrent à Jasenovac.

Pour l'instant, j'écris "des dizaines de milliers" en attendant d'en savoir plus.

Répondre