saints pour le 21 janvier du calendrier ecclésiastique

Les listes des saints de chaque jour sans leur biographie

Modérateur : Auteurs

Répondre
Claude le Liseur
Messages : 3982
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

saints pour le 21 janvier du calendrier ecclésiastique

Message par Claude le Liseur » lun. 05 janv. 2004 2:30

Mémoire de tous les MARTYRS qui sont morts pour la foi orthodoxe depuis le temps du premier-martyr Etienne jusqu'à nos jours (synaxe prévue par le calendrier hiérosolymitain et qui était célébrée à l'église Saint-Etienne de Jérusalem construite par l'impératrice Eudoxie, épouse de Théodose le Jeune; cf. Tsolakidhis p. 84).

Saint PUBLIUS, premier évêque de Malte (?), puis évêque d'Athènes (?), martyr sous Trajan (vers 112).

Saints HERMES et SOLUTEUR, martyrs en Afrique.

Saints FRUCTUEUX, évêque, AUGURE et EULOGE, diacres, martyrs à Tarragone (Espagne) sous Valérien (259).

Saint PATROCLE, martyr à Langres en Bourgogne (vers 259 ou vers 275).

Saints EUGENE, VALERIEN, CANDIDE, et AQUILAS, martyrs à Trébizonde lors de la persécution de Dioclétien (vers 303). (Canon des complies traduit en français par le père Denis Guillaume au tome I du Supplément aux Ménées.)

Sainte AGNES, vierge, martyre à Rome sous Dioclétien (vers 304).

Saint NEOPHYTE, martyr à Nicée (vers 305). (Office traduit en français par le père Denis Guillaume au tome I des Ménées.)

QUATRE MARTYRS de Tyr (Liban).

Saint APOLLONIOS l'Anachorète (IVème siècle).

L'icône de la Mère de Dieu "DU FONDATEUR" ("KTITORSKAÏA" ) ou "DE L'AUTEL" ("ALTARNITSA") (IVème siècle).

Synaxe de la sainte Irène dont l'église, construite par saint Marcien (cf. 10 janvier) se trouvait au bord de la mer (cf. Tsolakidhis p. 83).

Saint EPIPHANE, évêque de Pavie (496).

Sainte BRIGITTE de Kilbride (Irlande, VIème siècle).

Saint LAWDOG (Pays de Galles, VIème siècle).

Saint VIMIN, évêque en Ecosse (VIème siècle).

Saint APTAT, évêque de Metz (VIIème siècle).

Saint MAXIME le Confesseur, moine qui souffrit les pires tourments pour avoir défendu l'Orthodoxie contre le monothélisme (662). (Office traduit en français par le père Denis Guillaume au tome I des Ménées.)

Saint ZOSIME, évêque de Syracuse en Sicile (662).

Sainte MILDGITHE, vierge en Angleterre (vers 676).

Saint AVIT II, évêque de Clermont, qui eut saint Bonnet pour coadjuteur (vers 689).

L'icône de la Mère de Dieu de Vatopédi, "DE LA JOIE" ("OTRADA") ou "DE LA CONSOLATION" ("OUTIECHENIE") (807).

Saint MEINRAD, issu de la famille de Hohenzollern (dont une branche donna les rois de Roumanie de 1866 à 1947 et une autre branche les empereurs d'Allemagne de 1871 à 1918), admirateur des écrits de saint Jean Cassien, fondateur du monastère de Notre-Dame-des-Ermites (Einsiedeln) en Suisse, assassiné par des brigands (861 ou 863).

Saint NEOPHYTE du monastère de Vatopédi au Mont Athos.

Saint MAXIME le Grec, originaire d'Arta, ancien compagnon de Savonarole à Florence, puis moine de Vatopédi au Mont Athos, puis traducteur et confesseur en Russie (Sergiev Possad, 1556). (Office traduit en français par le père Denis Guillaume au tome I du Supplément aux Ménées.)

Saint ELIE, prêtre, martyr par la main des Communistes (Russie 1938).

(Mémoire de Louis XVI, roi de France (1793), et de tous les rois martyrs; je fais cette unique exception à la règle de ne pas inscrire de catholiques-romains au calendrier ecclésiastique, du fait qu'une icône le représentant était vénérée au skite de Gethsémani à Sergiev Possad avant 1917, aussi du fait que sa mort préfigura celle de saint Nicolas II, tsar de Russie, en 1918, et celle de l'empereur d'Ethiopie Haïlé Sélassié en 1975.)

Répondre