saints pour le 6 décembre du calendrier ecclésiastique

Les listes des saints de chaque jour sans leur biographie

Modérateur : Auteurs

Répondre
Claude le Liseur
Messages : 3878
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

saints pour le 6 décembre du calendrier ecclésiastique

Message par Claude le Liseur » jeu. 25 nov. 2004 23:56

Saint THEOPHILE, septième évêque d'Antioche, mort en paix (185).

Sainte FLORENTINE, vierge et martyre à Cologne en Rhénanie.

Le saint martyr NISER, mort par le feu, attaché à une colonne, pendant la persécution de Maximien (304).

Saint NICOLAS, archevêque de Myre en Lycie, le Thaumaturge, un des saints Pères du Ier concile oecuménique. Il est un patron des marins, des enfants et des écoliers et un protecteur des récoltes (vers 345). (Office traduit en français par le père Denis Guillaume au tome XII des Ménées. Canon et stichères traduits en français par le même au tome XII du Supplément aux Ménées.)

Saint AEROS, évêque.

Saint ABRAAMIOS, évêque de Cratéa (aujourd'hui Gérédé) en Bithynie (Vème siècle).

Saints AUXILIUS, ISSERNINUS et SECUNDINUS, auxiliaires de saint Patrick dans l'évangélisation de l'Irlande (Vème siècle).

Sainte ASELLE (ASELLA), moniale puis abbesse à Rome, surnommée "une fleur du Seigneur" (vers 406).

Saints DENISE, DATIVE, LEONTIA, TERTIUS, EMILIEN, médecin de profession, BONIFACE, MAJORIC, fils de sainte Denise, et TROIS autres, martyrs en Afrique par la main des Vandales ariens sous Hunéric (484).

Saint SOURON, ermite à Plougouver en Bretagne (VIème-VIIème siècles).

Sainte GERTRUDE aux Câts, veuve, fondatrice et abbesse d'Hamage près de Douai en Hainaut (vers 649).

Saint MAXIME, Grec de nation, confesseur de la foi orthodoxe face à la fausse union de Lyon (1274), métropolite de Kiev (1285-1305), siège qu'il transféra à Vladimir en 1300 (1305).

Saint NICOLAS CARAMOS (ou CASSETIS), martyr à Smyrne par la main des Musulmans (1657).

Saint GREGOIRE (Péradzé), archimandrite, premier recteur de la paroisse orthodoxe géorgienne Sainte-Nino de Paris, martyr à Auschwitz / Oswiecim en Pologne par la main des Nationaux-Socialistes (1942).

Répondre