Canonisation de Saint Justin Popovitch

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Répondre
Jeanne Saint Gilles
Messages : 154
Inscription : mar. 03 août 2004 18:20
Localisation : Paris 08

Canonisation de Saint Justin Popovitch

Message par Jeanne Saint Gilles »

Bonjour,

Saint Justin Popovitch a-t-il été canonisé officiellement. Par une Eglise canonique? Par des synodes vieux calendéristes ou par l'ERHF? En effet, il existe des icônes de Saint Justin Popovitch mais j'ai vainement cherché sur le web une menton d'une canonisation... Peut-être son traducteur en sait-il un peu plus?
Jérusalem quand pourrai-je te voir?

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne »

Plusieurs diocèses de l'Église de Serbie et de celle de Grèce l'ont inscrite à leurs calendriers, et je dois dire à ma honte que je ne sais pas à quelle date.

Je vais essayer de trouver des informations plus précises et je vous en ferai part.

Pour ma part, le considère le père Justin, non seulement comme un grand saint et un thaumaturge, mais comme un Père de l'Église, car il a su renouer avec la plus authentique Tradition patristique de l'Église orthodoxe. Sa gloire se répand peu à peu.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Yiannis
Messages : 70
Inscription : mar. 25 mai 2004 12:03
Localisation : Athènes, Grèce

Message par Yiannis »

Autant que je sache, l'Eglise de la Grèce n'a pas inscrit le bienheureux père Justin dans son calendrier. Il est pourtant considéré comme un saint, et il l'est vraiment. Je pourrais dire que les pères Justin Popovich et Sophrony d'Essex sont deux Pères de l'Eglise du XXe siècle. Leur oeuvre, c'est une bénédiction de Dieu.
Père Damascene Christensen, qui a écrit la Vie du père Seraphim Rose, et qui appartient au Diocèse serbe de l'Amérique occidentale, se réfère publiquement au père Justin comme "saint Justin".
Notons que la plupart des saints inscrits dans le calendrier n'ont jamais été canonisés. Même des saints récents, tels deux saints du XVIIIe siècle en Cappadoce, saint Jean le Russe et saint Georges le Néapolite le nouveau hiéromartyr. Les reliques de tous les deux se conservent intacts, un vrai miracle de la Grâce.

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne »

Pour ma part je redis que je considère le père de Justin non seulement comme un grand saint, ascète et thaumaturge, mais comme un véritable Père de l’Église pour notre époque. Il a en effet montré la voie à un authentique retour aux sources de la Tradition orthodoxe. C’est pour cette raison que j’ai tenu à traduire en français (pour cela j’ai dû apprendre le serbe !) sa monumentale Dogmetique ainsi que plusieurs autres de ses œuvres

C’est lors d’un séjour sur le mont Athos que j’ai entendu parler pour la première fois du père Justin et de son œuvre, dont certains volumes avaient été traduits en grec. Les moines en parlaient avec admiration, mais ceux qui pouvaient la lire en serbe (ils étaient peu nombreux) et les quelques amis français qui le connaissaient considéraient qu’elle étaient intraduisible (c'est également sur le mont Athos qu'on m'a montré le IIIème volume de la Dogmatique serbe qui venait juste de paraître).

J’ai commencé par traduire le plus petit de ses ouvrages : le Commentaire des Épîtres de Jean, et lorsque j’ai constaté que c’était traduisible, je me suis attaqué à d’autres ouvrages, et d’abord à celui qui s’appelle L’homme et le Dieu-homme.

Il est hors de doute que l’œuvre du père Justin suscite des réserves de divers côtés, tant de la part des modernistes-œcuménistes (en particulier de “l’École de Paris”) que de la part des tenants de la théologie académique-fondamentaliste (cependant ennemis jurés des précédents). Alors même que, jeune professeur de séminaire, il enseignait dans un séminaire serbe tout en préparant la thèse qu’il devait présenter (en grec) devant l’université d’Athènes, son manuscrit (à l’époque on travaillait à la main, et c’était donc l’unique exemplaire) lui fut volé dans sa chambre ! Il dut tout re-rédiger. Elle portait sur Le Problème de la personne et de la connaissance selon saint Macaire d’Égypte. (je l’ai également traduite dans le volume qui s’appelle Les voies de la connaissance de Dieu.

Ce fut la première manifestation de l’hostilité à l’égard du retour aux sources que prônait le père Justin. Il y en eut beaucoup d’autres. Je me permettrai d’indiquer que jamais aucune recensions des livres du père Justin que j’ai traduits en français n’a jamais paru ni dans le SOP, ni dans Contacts, ni dans Le Messager orthodoxe bien que plusieurs fois des recensions aient été proposées aux rédactions. Je crois qu’à l’heure actuelle il s’est vendu environ 500 exemplaires de la Dogmatique !

Cependant récemment un français qui l’avait lue me disait quel choc cette lecture avait été pour lui, et combien à côté lui paraissait dérisoire la Dogmatique orthodoxe de Trembelas qui est traduite depuis longtemps.

Inversement je suis entièrement d’accord avec ce que dit Yannis qui constate que “l’École de Paris", non seulement est indigne de monopoliser pour son compte l’appellation “orthodoxe” et de présenter comme telle au public, mais qu’elle jouit d’une très mauvaise réputation dans l’ensemble du monde orthodoxe.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Saint Justin Popovitch

Message par Jean-Serge »

Votre commentaire de l'oeuvre de Saint Justin m'inspire quelques questions et des commentaires (moins éclairés que les vôtres).

[quote="Jean-Louis Palierne"]Pour ma part je redis que je considère le père de Justin non seulement comme un grand saint, ascète et thaumaturge, mais comme un véritable Père de l’Église pour notre époque. Il a en effet montré la voie à un authentique retour aux sources de la Tradition orthodoxe. C’est pour cette raison que j’ai tenu à traduire en français (pour cela j’ai dû apprendre le serbe !) sa monumentale Dogmetique ainsi que plusieurs autres de ses œuvres


Je vous rejoins sur ces points : j'ignorais en revanche tout de l'aspect de "thaumaturge". Pourriez-vous en dire plus. A-t-il réalisé des miracles de son vivant? J'y pense a-t-on déjà des vies de Saint Justin Popovitch?

Pourquoi y a-t-il intraduisibilité de certains de ses écrits?

Je ne comprends pas les réserves qui viennent des "tenants de la théologie académique-fondamentaliste". Quelle est-elle? Cela dit Saint Justin semble particulièrement cité chez les orthodoxes attachés à la Tradition. Dans un autre sens, je ne crois pas que Saint Justin puisse être qualifié de traditionnaliste : il me semble qu'il avait une vue de la pentarchie assez particulière. Pensait-il qu'elle était désuète?

Cela dit, lisant actuellement Philosophie orthodoxe de la Vérité, je souscris à cette éloge faite de cette oeuvre (j'ignore qui est Trembelas). Il est vrai qu'elle contient une force que personnellement, je n'ai retrouvée que dans les écrits des Pères...et la Bible. La même qui parcourt L'Homme et le Dieu-Homme.

Une petite "critique" qui n'en est pas une : par moment l'écriture de Saint Justin paraît difficile, peu classique, peu académique. Ses deux premiers volumes de Philosophie orthodoxe de la Vérité sont des cours bâtis, structurés et académiques. En ravanche par la suite, et notamment dans le volume IV consacré à l'Ecclesiologie, j'avoue avoir du mal (d'ailleurs je suis passé au V, je reviendrai au IV ultérieurement) avec la forme : ce n'est pas un cours, pas un exposé. Par moment ça m'a l'air un peu "désordonné".

Finalement, citant son nom, j'ai remarqué qu'il est quelque peu ignoré en France (parmi les quelques personnes auxquelles je l'ai mentionné). C'est assez dommage car il me semble que les Orthodoxes anglophones le connaissent bien. Peut-être est-ce un problème de taille de marché? Pour 200 000 orthodoxes francophones va-t-on traduire massivement du serbe ou du russe (je pense à Florovsky)? L'Edition est un business...
Dernière modification par Jean-Serge le lun. 18 oct. 2004 18:02, modifié 1 fois.
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

Jeanne Saint Gilles
Messages : 154
Inscription : mar. 03 août 2004 18:20
Localisation : Paris 08

Merci

Message par Jeanne Saint Gilles »

Merci à tous pour ces renseignements sur Saint Justin. Et un grand merci à Yannis qui m'apprend que Saint Jean le Russe n'avait pas été canonisé officiellement... Si j'ai bien compris, la canonisation est d'abord populaire...

Je rejoins Jean-Serge : Saint Justin est vraiment mal connu en France. Bien sûr tous les Serbes le connaissent, mais dans le grand public non serbe... ce n'est hélas guère le cas. FAITES EN LA PUBLICITE!! Les bibliothèques orthodoxes sont remplies de livres d'Olivier Clément. Ces livres ne sont pas forcément mauvais; néanmoins, ces écrivains ne dépassent pas notre petite France nationale ou très peu. En revanche, elles ignorent, nos chers bibliothèques, Saint Justin Popovitch, ne connaissent que très vaguement Georges Florovsky ou encore le Père Seraphim Rose de l'ERHF...(qui lui a cartonné hors des Etats-Unis). BREF L'ORTHODOXIE EN FRANCE MARCHE SUR LA TÊTE.

Je crois que cela tient certes au marché potentiel assez réduit (d'accord avec Jean-Serge) mais aussi à des raisons politiques : je vois mal le Cerf publier Justin Popovitch vu qu'il pourfend l'oecuménisme. Heureusement il existe l'Age d'Homme.
Jérusalem quand pourrai-je te voir?

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne »

Pour les miracles, je ne peux dire qu’un seule chose : il y en a eu, mais j’en suis pas informé (et donc je n’en n’ai pas été bénéficiaire).

Le “grand débat” de l’Église orthodoxe contemporaine n’est pas d’abord un débat entre œcuménistes et anti-œcuménistes : certains anti-œcuménistes défendent les positions et les méthodes de la théologie la plus académique.

La théologie académique est celle qui se présente comme une théologie “savante” et “scientifique”, exposant d’abord les vérités métaphysiques sue le Dieu unique, puis sur la Trinité, présentant la chute et le péché originel comme la cause de l’Incarnation du Fils de Dieu, énumérant les “sept sacrements” etc.

Les deux premiers tomes de la Dogmatique du père Justin ont effectivement une présentation académique, mais il y affirme que la Révélation, telle qu’elle nous est transmise par la Tradition de l’Église orthodoxe, est la seule source de la théologie. Le père Justin aurait voulu réécrire, surtout le tome Ier.

Je crois que le sommet de cette Dogmatique se trouve dans les deux chapitres qui ouvrent les tomes IV et V de l’édition française. Je pense qu’ils sont d’une élévation insurpassable.

Si le père Justin est presque inconnu en France, ce n’est pas à cause du petit nombre d’orthodoxes en France. Les livres orthodoxes, quels qu’ils soient, sont avant tout lus par des non-orthodoxes “en recherche”, qui sont beaucoup plus nombreux. D’ailleurs il y a une grande différence entre la lecture des livres “religieux” et la lecture des livres de “l’édition générale”. Ces derniers sont lus pendant une durée très courte (un “succès” = 18 mois !), les livres religieux sont lus pendant une durée très longue. Le petit livre de Hiérotheos Vlachos que j’ai publié il y a vingt ans au Seuil (Conversations avec un ermite de la sainte Montagne) est toujours en vente et toujours lu. On peut donc espérer que le père Justin sera lu très longtemps (d’ailleurs une bonne partie de ses 500 acheteurs doivent être des bibliothèques institutionnelles).

Mais le problème est le barrage qui est fait à l’œuvre du père Justin (et d’ailleurs à un certain nombre d’autres livres) par ce que j’ai appelé dans mon livre “le Club”, ce que certains appellent “la bande des quatre”, et qui préférerait être reconnu comme “l’École de Paris”.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Yiannis
Messages : 70
Inscription : mar. 25 mai 2004 12:03
Localisation : Athènes, Grèce

ECOLE DE PARIS

Message par Yiannis »

Père Damascène Christensen, né aux Etats-Unis, est un bon théologien orthodoxe, fidèle à la tradition; il traite aussi de nouveaux sujets sous la lumière de la théologie orthodoxe (=patristique), comme il le fait dans "Christ the Eternal Tao" (en anglais, disponible chez Amazon, très bon livre). Alors, dans son livre sur le père Seraphim Rose, "Not of this World", il se réfère de façon critique à ladite "Ecole de Paris", en nommant ses représentants principaux, surtout ceux du passé. Ce livre est lu beaucoup et il est bien positif que les choses soient dises par leur nom. Père Damascène n'hésite même pas de critiquer le feu père Alexandre Schmemann, qu'il considère également comme représentant de l'Orthodoxie parisienne. Ceci dit, je ne réfuse les mérites du feu père Alexandre.
Ce qui s'est passé et qui se passe à Paris n'est qu'un aspect du sécularisme, qui n'est pas proprement français (il se trouve même en Grèce). La différence est qu'à Paris, le relativisme et le sécularisme se sont révêtus un habit théologique, bien soigné. Aux Etats-Unis, il s'agit d'un sécularisme de l'acte, introduit par le fait même que les immigrés des pays orthodoxes regardaient l'Eglise avant tout comme un lieu de rencontre, une institution qui les lie à la communauté ethnique, à la patrie. En plus, le rôle de l'archévêque Iakovos (démissionné), de l'archévêché Grec-Orthodoxe, a été très négatif, car il incarnait l'indifférence totale envers la tradition patristique et l'écumenisme ouvert. Il suffit de lire un long interview de lui, publié il y a deux ans comme livre (en grec: Moi, Iakovos). Heureusement qu'il y a actuellement aux Etats-Unis un retour aux sources, grâce au père Ephrem du Mont-Athos, actuellement à Arizona, fondateur de 17 monastères aux Etats-Unis et au Canada, aux pères roumains Georges Calciu et Roman Braga et à quelques autres figures spirituelles (parmi eux un petit nombre d'évêques de différents nationalités). Mais à Paris, le développement de ce sécularisme est différent, car ici, dès le début, le cercle de Bulgakov et de Saint-Serge - quelle ironie de donner à l'Institut le nom d'un grand ascète-hésychaste - a cherché à éloigner l'Eglise de ses racines. Il faut le dire, il y eu une tentative de réforme de l'Eglise Orthodoxe, de Réforme au sens protestant. Malheureusement, la bienheureuse soeur Marie Skobtsova a pris partie dans ce mouvement réformiste (par ignorance et par enthousiasme, j'en suis sûr), mais, en fin de compte, elle a terminé sa vie de façon admirable, comme martyr, et ceci pardonne tout erreur.
Cependant, peut-on justifier ceux qui continuent dans cette voie? J'ai peur que Monsieur Olivier Clément, avec ses interventions, ses articles et ses livres, ait fait, jusqu'à maintenant, plus de mal que de bien à l'Orthodoxie en France. Il faut ajouter que cet esprit de relativisme n'est pas limité aux paroisses qui dépendent de l'Exarcat de Constantinople de tradition russe. Je me souviens que je me suis trouvé, il y a plus de 10 ans, dans une réunion de la jeuneusse d'une paroisse orthodoxe francophone; un évêque - qui est maintenant à la tête d'une Eglise autonome - y était présent et y a donné une lecture "édifiante" (d'une spiritualité très "décaféinée, il est d'ailleurs lui aussi descendant spirituel du cercle mentionné ci-dessus). Alors, c'était vendredi, et on mangaient tous de la viande dans la salle de la conférence, à la présence de l'évêque, qui semblait d'ailleurs bien à l'aise. Je ne juge personne, chacun est libre de jeûner ou non. Le problème commence quand on abolit le jeûne officiellement, au sein d'une assemblée ecclésiastique.
Pardonnez-moi, au nom du Christ, si je fais une faute.

Jeanne Saint Gilles
Messages : 154
Inscription : mar. 03 août 2004 18:20
Localisation : Paris 08

Message par Jeanne Saint Gilles »

Pour un grec, vous êtes singulièrement bien informé des affaires françaises...
Jérusalem quand pourrai-je te voir?

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

Beaucoup d'orthodoxes dans le monde sont bien informés des "affaires françaises".
Il n'y a qu'en France que la communication est verrouillée dans l'Orthodoxie par les serruriers de l'Edition... Il faut un passe partout oecuménicomoderniste et ça , ça exige beaucoup de compromissions.

Répondre