Mariage, vie de couple sexualité...

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Irène
Messages : 941
Inscription : mar. 30 sept. 2003 11:46
Localisation : Genève

Message par Irène » sam. 14 août 2004 10:56

Avec ces deux derniers message, Elisabeth et Antoine, vous avez résumé et exprimé bien mieux que moi ce que je désirais faire comprendre, et je vous en remercie pour nous tous.

Jeanne Saint Gilles
Messages : 154
Inscription : mar. 03 août 2004 18:20
Localisation : Paris 08

Orthodox dating

Message par Jeanne Saint Gilles » mer. 25 août 2004 16:21

Au sujet du mariages avec des hétérodoxes, je viens de relire les canons qui insistent bien sur la nécessité de se marier entre orthodoxes. La question est cel est-il possible dans une société qui compte peu d'orthodoxes...

Or il s'avère que la même question se pose chez les juifs. En cherchant sur internet, j'ai trouvé bien des sites de "dating" juifs mais aucun orthodxes à 100% Ce serait peut-être une bonne idée d'en construire...
Jérusalem quand pourrai-je te voir?

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mer. 25 août 2004 17:47

On ne trouvera certainement pas le sens du sacrement du mariage dans une approche sociologique des prétendants à l'union.
La question est cel est-il possible dans une société qui compte peu d'orthodoxes...
Non la question n'est pas là. Elle ne se pose pas en terme de possibilité mais en terme de sens.
Cela a-t-il un sens de célébrer à l'Eglise un mariage mixte?
Pour les possibilités il y a le mariage civil et ses lois. Dans quelques temps lorsque la loi aura autorisé le mariage civil homoxexuel on ouvrira une rubrique: "le mariage homosexuel est-il "possible" à l'Eglise. Et je vous répondrai la même chose: <<cela a-t-il un sens?>>
Il ne faut pas confondre "sens" et "possibilité", "canon" et "loi".Les loi sont des règles de vie en société les canons sont l'expression de la foi de l'Eglise et de sa vie en conformité avec cette foi.
Un(e) orthodoxe peut toujours se marier civilement avec un(e) hétérodoxe et demander l'autorisation de communier dans sa paroisse en attendant que son (sa) conjoint(e) devienne orthodoxe. Cela m'étonnerait que cette économie ne soit pas accordée. Ah bien sûr , vis à vis de l'entourage ça n'a pas la même prestance que les pompes de Daru et il faut expliquer à tout le monde pourquoi il en est ainsi. Cela oblige à réfléchir sur sa propre foi et à l'affirmer. Mais quel sens cela aurait-il de conférer le sacrement du mariage à quelqu'un qui n'est pas membre de l'Eglise? C'est ça la question et non pas celle des accomodements.
Maintenant rassurez vous, le laxisme épiscopal a déjà souvent donné l'autorisation pour de tels mariages en l'Eglise, quoique maintenant ils resserrent un peu la bride et freinent ce type d'union. Je dis "laxisme" volontairement car on n'est plus dans le domaine de l'économie. Une économie se confère en l'Eglise et pas à quelqu'un qui n'en fait pas partie.

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie » mer. 25 août 2004 18:54

Antoine,

Ce que vous écrivez revient à dire que les "Eglises" qui ne sont pas Orthodoxes n'ont pas la grâce, et n'ont pas de mystères valides, et donc ne sont pas l'Eglise.

Croyez vous que les Patriarcats, et leurs représentants en France soient prêt à dire cela ?

A moins que vous ne parliez seulement que des autres religions, judaisme, islam etc...?

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mer. 25 août 2004 21:07

Glicherie a écrit :Antoine,
Ce que vous écrivez revient à dire que les "Eglises" qui ne sont pas Orthodoxes n'ont pas la grâce, et n'ont pas de mystères valides, et donc ne sont pas l'Eglise.
Croyez vous que les Patriarcats, et leurs représentants en France soient prêt à dire cela ?
Soyez remercié de cette question.
Les oecuménistes reprochent effectivement sans cesse à ceux qui ne le sont pas un soi-disant manque d'amour et de charité envers les frères chrétiens hétérodoxes. Cette accusation repose toujours sur ce confusionisme délirant qui sépare la Vérité de l'amour et qui réduit ainsi la charité à un simple sentiment humain. Reprochera-t- on au Christ lui-même ces paroles si difficiles à entendre : "N'allez pas croire que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix mais le glaive. Oui, je suis venu dresser l'homme contre son père, la fille contre sa mère, la bru contre sa belle-mère; et l'on aura pour ennemis ceux de sa propre maison; qui aime père ou mère plus que moi n'est pas digne de moi; qui aime fils ou fille plus que moi n'est pas digne de moi. (Matt 10, 34-37)

Vous trouverez ci-dessous des extraits de deux documents:

- Le premier émane de Rome . Il est une Note récente de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi sur l'expression « Églises soeurs ».
Cette clarification montre que pour Rome (qui s'auto-proclame eglise Mère) il n'est pas question de considérer toute autre eglise que les eglises particulières catholiques romaines comme eglises soeurs. Pour Rome seules celles qui reconnaissent sa suprématie son t considérées comme soeurs. Alors qu'est-ce qu'une Eglise qui n'est pas soeur? Il est évident qu'elle n'est pas une Eglise. Il y a Eglise Mère et eglises soeurs. Ecclésiologiquement Eglise tout court n'a pas de sens sauf à globaliser Eglise Mère + Eglises soeurscatholiques romaines. Vous verrez ainsi qu'il y a un double langage permanent de JP II et que l'oecuménisme n'est qu'un leurre.

Le deuxième document est constitués d'extraits empruntés au "Document de l'Assemblée extraordinaire jubilaire de l'Église orthodoxe russe sur le dialogue oecuménique " publié en aout 2000.
J'ai mis en gras les éléments qui devraient répondre à votre question.

Je n'ai cessé de répéter sur ce forum que seule l'Eglise orthodoxe était l'Eglise et que je ne considérais pas les hétérodoxes comme appartenant à l'Eglise. Je les appelle toujours "communautés". Il y a ainsi des communautés chrétiennes qui ne sont pas dans l'Eglise et cette situation est une véritable souffrance pour tout orthodoxe. Surtout dans un pays comme le nôtre ou cette souffrance est encore accentuée par sa dimension familiale. Ne pas pouvoir communier avec le reste de sa famille qui est chrétienne hétérodoxe n'est pas quelque chose de facile à vivre.

Les paragraphes 1-14, 1-15, 1-16, 1-17 répondent également à votre question sur la grâce.

Vous remarquerez que ce document parlent de "l'unité des Chrétiens" mais jamais de "l'unité des Eglises" car cette terminologie n'a aucun sens.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------
Premier Document

Sur l'usage approprié de l'expression « Églises soeurs »
Note de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi sur l'expression « Églises soeurs »


Avant la publication du document Dominus Iesus, le 5 septembre dernier, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi avait fait parvenir, fin juin, une note aux évêques du monde entier sur l'usage approprié de l'expression « Églises soeurs ». Ce document devait rester confidentiel et de fait n'a pas été rendu public par le Saint-Siège. Cependant, dans plusieurs pays, à partir d'une version anglaise publiée fin août par l'agence américaine CNS, cette note, signée par le cardinal Joseph Ratzinger, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, et Mgr Tarcisio Bertone, Secrétaire, a été l'objet de nombreux commentaires.
Cette introduction ci-dessus n'est pas de moi mais de la Documentation Catholique

10. En effet, au sens propre, les Églises soeurs sont uniquement les Églises particulières entre elles (ou les regroupements d'Églises particulières, par exemple les Patriarcats entre eux ou les Provinces ecclésiastiques entre elles) (7). Il doit toujours rester clair, même quand l'expression Églises soeurs est utilisée dans ce sens propre, que l'Église universelle, une, sainte, catholique et apostolique, n'est pas la soeur, mais la mère de toutes les Églises particulières (8).

11. On peut aussi parler d'Églises soeurs, au sens figuré, en référence à des Églises particulières catholiques et non catholiques ; et donc même l'Église particulière de Rome peut être dite soeur de toutes les Églises particulières. Mais, comme rappelé ci-dessus, on ne peut dire, au sens propre, que l'Église catholique soit soeur d'une Église particulière ou d'un groupe d'Églises. Il ne s'agit pas seulement d'une question de terminologie, mais surtout du respect d'une vérité fondamentale de la foi catholique : celle de l'unicité de l'Église du Christ. Il existe, en effet, une unique Église (9), et le pluriel Églises ne peut se référer qu'aux Églises particulières.
Par conséquent, il faut éviter l'usage de formules comme « nos deux Églises », parce qu'elles sont sources de malentendus et de confusion théologique : elles insinuent, si elles sont appliquées à l'Église catholique et à l'ensemble de l'Église orthodoxe (ou à une Église orthodoxe), une pluralité non seulement au niveau des Églises particulières, mais à celui de l'Église une, sainte, catholique et apostolique, proclamée dans le Credo, dont l'existence est ainsi offusquée.
Joseph cardinal RATZINGER
--------------------------------------------------------------------------------------------------

Deuxième document



PRINCIPES FONDAMENTAUX RÉGISSANT LES RELATIONS
DE L'ÉGLISE ORTHODOXE RUSSE AVEC L'HÉTÉRODOXIE

Document de l'Assemblée extraordinaire jubilaire de l'Église orthodoxe russe sur le dialogue oecuménique

Sur convocation du Patriarche Alexis II, les 148 évêques, avec le responsable de l'Église autonome du Japon, se sont retrouvés à Moscou, du 13 au 16 août 2000, pour un Synode exceptionnel de l'Église orthodoxe russe. Ils représentaient les pasteurs de millions de fidèles, membres des 19 417 paroisses, et les 545 monastères.[…]. Lors du Synode, un très important document a été approuvé et publié pour énoncer " les fondements de la conception sociale de l'Église orthodoxe russe " qui définit ainsi le nouveau statut de l'Église vis-à-vis de l'État (DC 2000, n. 2233, p. 848). La Commission théologique a rédigé un deuxième document sur l'unité des chrétiens et sur les relations que l'Église orthodoxe russe établit et entretient avec les autres Églises et communautés chrétiennes : " Principes fondamentaux régissant les relations de l'Église orthodoxe russe avec l'hétérodoxie " :


1. L'unité de l'Église et le péché des divisions humaines

1.1. L'Église orthodoxe est la véritable Église du Christ, fondée par notre Seigneur et Sauveur lui-même, l'Église que l'Esprit Saint a établie et qu'il remplit, l'Église dont le Sauveur lui-même a dit : " Je bâtirai mon Église et les portes de l'Enfer ne prévaudront pas contre elle " (Mt 16, 18). Elle est l'Église Une, Sainte, Catholique (2) et Apostolique, gardienne et dispensatrice des Sacrements saints dans le monde entier, " colonne et fondement de la vérité " (1 Tm 3, 15). Elle porte en plénitude la responsabilité de diffuser la Vérité de l'Évangile du Christ, de même que la plénitude du pouvoir de témoigner de la " foi, transmise aux saints une fois pour toutes " (Jd 3).

1.2. L'Église du Christ est une et unique (s. Cyprien de Carthage, De l'unité de l'Église). L'unité de l'Église - corps du Christ - consiste en ceci qu'en elle il y a une seule Tête - le Seigneur Jésus-Christ (Ep 5, 3) et qu'agit un seul Esprit Saint, vivifiant le Corps de l'Église et unissant tous ses membres au Christ comme à sa Tête.

1.3. L'Église est l'unité de " l'homme nouveau dans le Christ ". Par son incarnation, le Fils de Dieu fait homme " a de nouveau ouvert une longue lignée d'êtres humains " (s. Irénée de Lyon), en fondant un peuple nouveau, un peuple comblé de grâce, descendance spirituelle du Second Adam. L'unité de l'Église surpasse toute unité humaine et terrestre, elle est donnée d'en haut, comme un don parfait et divin. Les membres de l'Église sont unis dans le Christ, par Lui-même, unis comme les sarments de la vigne, enracinés en lui et rassemblés dans l'unité de la vie éternelle et spirituelle.

1.4. L'unité de l'Église surmonte les barrières et les frontières, y compris celles que mettent les races, les langues, les classes sociales. La bonne nouvelle du salut doit être annoncée à tous les peuples, afin de les amener en un seul tout, de les unir par la force de la foi, par la grâce du Saint Esprit (Mt 28, 19-20 ; Mc 16, 15 ; Ac 1, 8).

1.5. Dans l'Église l'hostilité et l'ostracisme sont surmontés et l'unité dans l'amour de l'humanité divisée par le péché s'accomplit, à l'image de la Trinité Unisubstantielle.

1.6. L'Église est l'unité de l'Esprit par le lien de la paix (Ep 4, 3), la plénitude et le règne sans fin de la vie de la grâce et de l'expérience spirituelle. " Là où est l'Église, là est l'Esprit de Dieu, et là où est l'Esprit de Dieu, là est l'Église et toute grâce " (s. Irénée de Lyon, Contre les hérésies, L. 3, ch. 24). Dans l'unité de la vie de la grâce réside la base de l'unité et l'invariabilité de la foi ecclésiale. Toujours et invariablement " l'Esprit Saint enseigne l'Église par la médiation des saints Pères et Docteurs. L'Église universelle ne peut pécher, ni errer et confesser le mensonge au lieu de la vérité : car le Saint Esprit, qui agit sans cesse à travers les fidèles Pères et Docteurs de l'Église, la protège de tous errements (Encyclique des Patriarches Orientaux).

1.7. L'Église a un caractère universel. Elle existe dans le monde sous la forme d'Églises locales distinctes, mais l'unité de l'Église n'en subit aucune diminution ; éclairée par la lumière du Seigneur, elle diffuse ses rayons par le monde entier ; mais la lumière partout répandue est une et l'unité du corps reste indivis. " Par toute la terre elle étend ses branches chargées de fruits, ses eaux abondantes courent vers des espaces lointains, et néanmoins la tête reste unique, unique le principe, unique la mère, riche de la profusion de sa fécondité " (s. Cyprien de Carthage, De l'unité de l'Église).

1.8. L'unité ecclésiale se trouve en lien indissoluble avec le sacrement de l'Eucharistie, dans lequel les fidèles, par la communion à l'unique Corps du Christ, sont rassemblés authentiquement et effectivement en un corps un et universel, dans le sacrement de l'amour du Christ et la force transfigurante de l'Esprit. " Car si "nous avons part à un seul pain", alors tous nous formons un seul corps (1 Co 10, 17), car le Christ ne peut être divisé. C'est pourquoi l'Église est appelée Corps du Christ et nous des membres distincts, selon la conception de l'apôtre Paul (1 Co 12, 27) " (s. Cyrille d'Alexandrie).

1.9. L'Église Une, Sainte et Catholique est l'Église Apostolique. Par le sacerdoce divinement institué les dons du Saint Esprit sont communiqués aux fidèles. La succession Apostolique de la hiérarchie depuis les saints Apôtres est la base de la communion et de l'unité de la vie de grâce. Se séparer de la sainte hiérarchie c'est se séparer du Saint Esprit, du Christ lui-même. "Suivez tous l'évêque comme Jésus-Christ suit son Père et suivez les prêtres comme les Apôtres. Les diacres, honorez-les comme les commandements de Dieu. Sans l'évêque, que personne ne fasse rien touchant l'Église. [...] Où sera l'évêque, là doit être le peuple, de même que là où est le Christ, là aussi est l'Église universelle " (s. Ignace d'Antioche. Smyrn. 8).

1.13. Au long de l'histoire chrétienne se sont séparés de l'Église orthodoxe non seulement des chrétiens individuels, mais des groupes chrétiens entiers. Certains d'entre eux ont disparu au fil de l'histoire, d'autres se sont conservés au long des siècles. Les scissions les plus substantielles du premier millénaire, qui se sont maintenues jusqu'ici, se sont produites par suite du refus d'une partie des communautés chrétiennes de recevoir les décisions des IIIe et IVe Conciles oecuméniques. Il en résulte que se sont trouvées en état de séparations des Églises qui subsistent jusqu'à ce jour : l'Église assyrienne orientale, les Églises préchalcédoniennes copte, arménienne, syro-jacobite, éthiopienne, malabare. Au second millénaire, à la sécession de l'Église romaine ont fait suite les divisions internes du christianisme occidental liées à la Réforme et aboutissant à un processus incessant de formation d'une multitude de dénominations chrétiennes qui ne sont pas en communion avec le siège de Rome. Sont apparues aussi des ruptures d'unité avec les Églises orthodoxes locales et entre autres avec l'Église orthodoxe russe.

1.14. Les erreurs et les hérésies apparaissent comme la suite d'une auto-affirmation et d'un isolement égoïstes. Toute scission, tout schisme conduisent à un degré ou à un autre à déchoir de la plénitude ecclésiale. La division, même si elle ne provient pas pour des raisons de nature doctrinale, est une atteinte à la doctrine de l'Église et en fin de compte conduit à des altérations dans la foi.

1.15. L'Église orthodoxe affirme par la bouche des saints Pères, que le salut ne peut être atteint que dans l'Église du Christ. Mais en même temps, les communautés déchues de l'unité avec l'Orthodoxie, n'ont jamais été considérées comme totalement privées de la grâce divine. La rupture de la communion ecclésiale conduit inéluctablement à la dégradation de la vie de grâce, mais pas toujours à sa complète disparition dans les communautés séparées. C'est à cela que se rattache la pratique de la réception dans l'Église orthodoxe de personnes venant de communautés hétérodoxes, pas uniquement par le sacrement du baptême. Malgré la rupture de l'unité, il reste une certaine communion incomplète, qui agit comme le gage de la possibilité du retour à l'unité dans l'Église dans la plénitude et l'unité catholique.

(Note d'Antoine: C'est pour cela que plusieurs fois j'ai commenté la citation "L'Esprit saint souffle où il veut" non pas comme étant une affirmation scripturaire de la façon dont s'exerce la grâce mais comme signifiant que "l'Esprit souffle où il veut" pour amener tout homme à l'Eglise, seul lieu en lequel il recevra la grâce. Dire qu'il n ya plus de grâce dans telle ou telle communauté revient à dire que Dieu aurait abandonné les personnes qui constituent cette communauté. Cela est impossible; mais en aucun cas ce souffle de l'Esprit-qui-ramène-le-troupeau au sein de l'Orthodoxie n'est à confondre avec la grâce sacramentelle.)

1.16. La situation ecclésiale des séparés ne se prête pas à une définition univoque. Dans le monde chrétien divisé, il y a un certain nombre de signes qui l'unissent : ce sont la Parole de Dieu, la foi au Christ comme Dieu et Sauveur venu dans la chair (1 Jn 1, 1-2 ; 4, 2, 9) et une piété sincère.

1.17. L'existence de divers modes de réception (par le Baptême, par la Chrismation, par la Pénitence) montre que l'Église orthodoxe a une approche différenciée des autres confessions. Le critère est la mesure dans laquelle ont été conservées la foi et les institutions ecclésiastiques, ainsi que les normes de la vie spirituelle chrétienne. Mais en établissant divers modes de réception, l'Église orthodoxe ne porte pas de jugement sur le degré de conservation ou d'altération de la vie de grâce dans l'hétérodoxie, estimant que c'est le secret de la Providence et du jugement divin.

1.18. L'Église orthodoxe est la véritable Église, dans laquelle sont conservées inaltérées la Sainte Tradition et la plénitude de la grâce salvatrice de Dieu. Elle a conservé dans leur totalité et dans leur pureté l'héritage des Apôtres et des saints Pères. Elle reconnaît l'identité de sa doctrine, de sa structure liturgique et de sa pratique avec la prédication apostolique et la Tradition de l'Église Ancienne.

1.19. L'Orthodoxie n'est pas un " attribut national et culturel " de l'Église d'Orient. L'Orthodoxie est une qualité interne de l'Église, la conservation de la vérité doctrinale, de la structure liturgique et hiérarchique et des principes de la vie spirituelle demeurant sans interruption ni changement dans l'Église depuis les temps apostoliques.



2. Efforts pour rétablir l'unité


2.1. Le but le plus important des relations que l'Église orthodoxe entretient avec l'hétérodoxie est le rétablissement de l'unité des chrétiens (Jn 17, 21), qui entre dans le dessein divin et appartient à l'essence même du christianisme. C'est une tâche d'importance primordiale pour l'Église orthodoxe à tous les niveaux de son existence.

2.2. L'indifférence face à cette tâche ou son rejet constitue un péché contre le commandement divin de l'unité. Selon les paroles de saint Basile le Grand " ceux qui travaillent en sincérité et vérité pour le Seigneur doivent uniquement appliquer leurs efforts à ramener à l'unité de l'Église ceux qui sont divisés entre eux en tant de fractions ".

2.3. Néanmoins, tout en reconnaissant la nécessité de rétablir l'unité chrétienne détruite, l'Église orthodoxe affirme que l'unité authentique n'est possible que dans le sein de l'Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique. Tous les autres " modèles " de l'unité sont irrecevables.

2.4. L'Église orthodoxe ne peut admettre la thèse selon laquelle, en dépit des divisions historiques, l'unité de principe, l'unité de fond des chrétiens n'aurait soi disant pas été détruite et que l'Église doit être comprise comme coïncidant avec l'ensemble du " monde chrétien ", que l'unité chrétienne existerait par dessus les barrières dénominationnelles et que la division des Églises n'affecte que le niveau imparfait des relations humaines. Selon cette conception, l'Église demeure une, mais cette unité se manifeste insuffisamment dans des formes visibles. Dans ce modèle d'unité la tâche des chrétiens est comprise non comme le rétablissement d'une unité perdue, mais comme la manifestation d'une unité subsistant d'une manière inamissible. Dans ce modèle se répète la doctrine apparue dans la Réforme de " l'Église invisible ".

2.5. Absolument inacceptable et liée avec celle qui vient d'être exposée est la théorie dite " des branches ", qui affirme comme normale et providentielle l'existence d'un christianisme en forme de " branches " distinctes.

2.6. Pour l'Orthodoxie est inacceptable l'affirmation selon laquelle les divisions des chrétiens sont une imperfection inévitable de l'histoire chrétienne, qu'elles n'existent qu'à la surface de l'histoire et qu'elles peuvent être guéries ou maîtrisées moyennant des accords de compromis entre dénominations.

2.7. L'Église orthodoxe ne peut reconnaître l'" égalité des dénominations ". Ceux qui ont déchu de l'Église ne peuvent lui être à nouveau unis dans l'état où ils se trouvent actuellement ; les divergences dogmatiques existantes doivent être surmontées et pas seulement contournées. Cela signifie que le chemin de l'unité est un chemin de repentance, de conversion et de renouveau.

2.8. Elle est inacceptable, la pensée que toutes les divisions sont des malentendus tragiques, que les désaccords ne paraissent inconciliables que par manque d'amour mutuel, par refus de comprendre, qu'en dépit de toute la différence et de toute la dissemblance il y a une unité et un accord suffisants " dans l'essentiel ". Les séparations ne peuvent pas être ramenées à des passions humaines, à l'égoïsme, ni à plus forte raison aux circonstances culturelles, sociales ou politiques. Est également inacceptable l'affirmation selon laquelle ce qui distingue l'Église orthodoxe des communautés chrétiennes avec lesquelles elle n'est pas en communion sont des questions d'un caractère secondaire. On n'a pas le droit de réduire toutes les divisions et les désaccords à divers facteurs non théologiques.

2.9. L'Église orthodoxe rejette également la thèse selon laquelle l'on ne peut restaurer l'unité du monde chrétien que par la voie d'un service du monde accompli en commun par les chrétiens. L'unité chrétienne ne peut pas être rétablie par une entente sur des questions séculières, grâce à laquelle les chrétiens apparaîtront unis sur le secondaire et continueront comme devant à diverger sur l'essentiel.

2.10. Il est inadmissible de limiter l'accord dans la foi à un cercle étroit de vérités nécessaires, pour concéder au delà la " liberté dans les choses douteuses ". L'attitude de tolérance à l'égard des divergences en matière de foi est de soi inacceptable. Ceci dit, il ne faut pas confondre l'unité de la foi et les modes de l'exprimer.

2.11. La division du monde chrétien est une division dans l'expérience de la foi et pas seulement dans les formules doctrinales. Il faut atteindre l'accord plein et sincère dans l'expérience même de la foi et non seulement dans son expression formelle. L'unité formellement confessée dans le credo n'épuise pas l'unité de l'Église, encore qu'elle en constitue l'une des conditions nécessaires.

2.12. L'unité de l'Église est avant tout unité et communion dans les sacrements. Mais l'authentique communion dans les sacrements n'a rien de commun avec la pratique appelée " intercommunion ". L'unité ne peut se réaliser que dans l'identité de l'expérience et de la vie dans la grâce, dans la foi de l'Église, dans la plénitude de la vie sacramentelle dans l'Esprit Saint.


3. Le témoignage orthodoxe face au monde hétérodoxe


3.1. L'Église orthodoxe est la gardienne de la Tradition et des dons de grâce de l'Église ancienne ; aussi considère-t-elle comme sa tâche principale dans ses relations avec l'hétérodoxie de porter un témoignage permanent et insistant qui amène à découvrir et à accueillir la vérité exprimée dans cette Tradition. Comme il est dit dans la décision de la Troisième Conférence préconciliaire panorthodoxe (1986) : " L'Église orthodoxe dans sa conviction profonde et sa conscience ecclésiale d'être la porteuse et le témoin de la foi et de la Tradition de l'Église une, sainte, catholique et apostolique, croit fermement qu'elle occupe la place centrale dans l'oeuvre de promotion des chrétiens vers l'unité dans le monde contemporain... La mission et le devoir de l'Église orthodoxe est d'enseigner dans toute sa plénitude la vérité contenue dans la Sainte Écriture et la Sainte Tradition, et qui confère à l'Église son caractère universel... Cette responsabilité de l'Église orthodoxe, de même que sa mission oecuménique touchant l'unité de l'Église, ont été exprimées par les Conciles oecuméniques. Ils ont particulièrement souligné le lien entre la droiture de la foi et la communion dans les sacrements. L'Église orthodoxe s'est toujours efforcée d'attirer les diverses Églises et confessions chrétiennes à la recherche en commun de l'unité perdue des chrétiens, afin que tous parviennent à l'union dans la foi... ".


4. Dialogue avec l'hétérodoxie


4.4. Du point de vue des orthodoxes, pour l'hétérodoxie le chemin du retour à l'unité est un chemin de guérison et de transfiguration de la conscience dogmatique. Sur ce chemin doivent être de nouveau pris en compte les thèmes qui ont été examinés à l'époque des Conciles oecuméniques. Dans le dialogue avec l'hétérodoxie apparaît comme importante l'étude de l'héritage spirituel et théologique des saints Pères, interprètes de la foi de l'Église.



5. Dialogues multilatéraux et participation au travail des organisations inter-chrétiennes


5.2. Sur la question d'appartenance aux diverses organisations chrétiennes en qualité de membre, il convient de se tenir aux critères suivants : l'Église orthodoxe russe ne peut prendre part à des organisations chrétiennes internationales (régionales ou nationales) dans lesquelles
a) la charte, les règles ou la procédure exigent que l'on s'écarte de la doctrine ou des traditions de l'Église orthodoxe,
b) l'Église orthodoxe n'a pas la possibilité de témoigner d'elle-même comme de l'Église Une Sainte Catholique et Apostolique,
c) le mode de prise de décision ne prend pas en compte la conscience ecclésiologique que l'Église orthodoxe a d'elle-même,
d) les règles et la procédure présupposent le caractère obligatoire de l'" opinion de la majorité".


5.5. Tout en soulignant la priorité du dialogue théologique, l'étude des normes de la foi, de l'institution ecclésiale et des principes de la vie spirituelle, l'Église orthodoxe russe, de même que d'autres Églises locales orthodoxes, estime possible et utile de prendre part au travail de diverses organisations internationales dans le domaine du service du monde - la diaconie, l'action sociale, l'action en faveur de la paix. L'Église orthodoxe russe collabore avec diverses dénominations chrétiennes et diverses organisations chrétiennes internationales pour la cause d'un témoignage commun face à une société sécularisée.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » jeu. 26 août 2004 10:41

On peut aussi rajouter ces extraits de l'encyclique de 1895 qui montrent quelle conscience l'Eglise orthodoxe a d'être la seule Eglise face au schisme et à l'hérésie catholique romaine.
Il faut ainsi tirer les conséquences de ce que "schisme "et "hérésie" impliquent et que vous formulez très bien: les catholiques romains <<n'ont pas de mystères valides, et donc ne sont pas l'Eglise.>>

Cette encyclique se trouve intégralement à la rubrique " 1848 toujours d'actualité ?"


TEXTE

C'est pourquoi notre Eglise, dans ses offices, prie chaque jour le Seigneur de rassembler les dispersés et de réunir ceux qui sont égarés hors du chemin de vérité, de la seule voie conduisant au salut de tous, le Fils Unique et Verbe de Dieu, Notre Seigneur Jésus-Christ. C'est dans cette espérance que notre Eglise orthodoxe du Christ est toujours prête à accueillir toute proposition d'union à la condition expresse que l'Evêque de Rome abandonne définitivement et totalement toutes les nombreuses et diverses innovations contraires à l'Evangile que de sa seule autorité il a imposé à son église et qui ont provoqué la triste division des Eglises d'Orient et d'Occident; ainsi qu'il revienne à l'enseignement fondamental des sept saints conciles œcuméniques dont l'autorité est universelle et perpétuelle dans l'Eglise du Christ parce qu'ils y ont été assemblés dans l'Esprit Saint, en présence des représentants de toutes les saintes Eglises de Dieu, pour affirmer la règle de la foi orthodoxe contre les hérétiques.C'est ce que l'Eglise Orthodoxe, par ses actes et ses lettres encycliques, n'a cessé de demander à l'Eglise papale, lui donnant à entendre clairement et fermement que toute discussion sur l'union serait vaine et vide tant que cette église persévérerait dans ses innovations et aussi tant que l'Eglise orthodoxe serait fidèle aux traditions divines et apostoliques du Christianisme que l'Occident suivait lui aussi à l'époque où il était uni dans un même esprit avec les Eglises Orthodoxe d'Orient.


4°- Comme nous l'avons déjà proclamé, l'Eglise Orthodoxe du Christ, Une, Sainte, Catholique et Apostolique, souhaite vivement la réunion sainte, dans une même foi, des Eglises qui se sont séparées d'elle; mais sans cette unité dans la foi, l'union des églises est quelque chose d'impossible.

5°- Quoiqu'il en soit, si l'on veut réaliser concrètement le pieux désir de l'union des Eglises, il faut poser un principe et un fondement commun qui ne saurait être plus solide que l'enseignement de l'Evangile et des sept Conciles Œcuméniques. Revenant à l'enseignement qui était commun aux Eglises d'Orient et d'Occident jusqu'au schisme, il faut rechercher avec un désir sincère de vérité quelle était la foi de l'Eglise Une, Sainte, Catholique et Apostolique, qui formait alors en Orient et en Occident un seul corps, afin de garder cette foi intacte et inaltérée. Celui qui préfère la gloire de Dieu à sa propre gloire n'a-t-il pas le devoir absolu et sacré de corriger avec piété ce qui a pu être ajouté et retranché à la foi et ne doit-il pas songer qu'il devra répondre devant le juste tribunal du Christ d'avoir, avec arrogance, perpétué la déformation de la vérité? Nous ne parlons absolument pas ici des différences d'usage dans les saints offices ou dans la musique religieuse, ou dans les vêtements liturgiques, toutes choses qui ont toujours existé et qui ne portent pas atteinte à la substance et à l'unité de la foi; mais il s'agit ici des divergences fondamentales qui engagent le divin dépôt de la foi et les canons transmis par Dieu pour le gouvernement des Eglises. En effet saint Photios nous dit que "lorsque les divergences ne sont pas de foi et ne contredisent pas des règles universellement admises dans l'Eglise, les rites et les usages peuvent varier parmi les peuples et sont laissés au jugement de ceux qui ont le discernement pour apprécier leur justesse et leur conformité aux canons."

I4.- Le pape a passé sous silence 'dans son Encyclique ces différences considérables et fondamentales en matière de foi qui séparent les deux Eglises et dont l'Occident fut pourtant l'inventeur; et il nous présente la question de la primauté du Souverain Pontife pour la principale et même pour la seule cause de la division;

Ainsi l'Eglise Orthodoxe d'Orient se glorifie justement dans le Christ d'être l'Eglise des sept Conciles Œcuméniques et des neuf premiers siècles du Christianisme et donc d'être l'Eglise du Christ, Une, Sainte, Catholique et Apostolique, "la colonne et le fondement de la vérité." Quant à l'Eglise Romaine moderne, elle est l'église des innovations, de la falsification des écrits des Pères de l'Eglise, de l'interprétation erronée de la Sainte Ecriture et des décisions des saints Conciles. Ce pourquoi elle a été condamnée et le demeure tant qu'elle persiste dans son erreur, car, comme le disait saint Grégoire le Théologien, "une guerre louable vaut mieux qu'une paix qui sépare de Dieu."


23.- Tels sont les faits, ils sont prouvés indubitablement par l'histoire de l'Eglise; et c'est guidés par le souci d'accomplir tout notre devoir que nous nous adressons maintenant aux peuples d'Occident qui avec crédulité, par ignorance de la véritable et impartiale histoire de l'Eglise, se sont laissés entraîner loin de nous et ont adhéré aux innovations anti-évangéliques et illégitimes de la Papauté schismatique et délaissé l'Eglise Orthodoxe du Christ, Une, Sainte, Catholique et Apostolique, qui est "l'Eglise du Dieu Vivant, la colonne et le fondement de la vérité", dans laquelle leurs glorieux ancêtres ont brillé par leur piété et l'orthodoxie de leur foi et dont ils ont été les membres fidèles et précieux pendant neuf siècles, suivant avec obéissance ses décisions et marchant sur les traces des Pères et des Conciles Œcuméniques.

24.- Peuples amis du Christ des glorieux pays d'Occident : d'une part nous nous réjouissons de voir que vous avez un zèle réel pour le Christ et que vous êtes guidés par cette juste conviction "que sans la foi du Christ on ne peut plaire à Dieu;" Hebr.11,6 mais d'autre part il est évident pour tout homme de bon sens que la foi salutaire dans le Christ doit être en tout point conforme à l'Ecriture Sainte et aux Traditions Apostoliques, sur lesquelles reposent l'enseignement des Pères divins et celui des sept Conciles Œcuméniques divinement assemblés. Il est tout aussi manifeste que l'Eglise universelle qui seule garde en son sein, intégralement et sans changement, la foi une, le divin dépôt prêché et transmis par les Pères théophores guidés par le Saint-Esprit, est une et identique pour l'éternité et non multiple et changeante au gré des temps. Car les vérités évangéliques ne sont pas susceptibles de modification ou de progrès selon les époques, comme le sont les divers systèmes philosophiques : "Jésus Christ est le même hier, aujourd'hui et pour l'éternité." Hebr.I3,I8.
Mais, comme nous l'avons dit, l'Eglise Occidentale, depuis le X° siècle et jusqu'à nos jours, a introduit du fait de la Papauté, des doctrines nouvelles, étrangères et hérétiques et s'est ainsi trouvée séparée et éloignée de la véritable et orthodoxe Eglise du Christ. Combien donc, il vous est nécessaire de revenir et de retourner aux doctrines anciennes et inaltérées de l'Eglise afin d'obtenir le salut en Christ que vous désirez tant, vous le comprendrez facilement en lisant avec attention le commandement donné par l'Apôtre Paul qui fut ravi aux cieux, écrivant aux Thessaloniciens : "Frères, demeurez fermes et retenez les instructions que vous avez reçues, soit par notre parole, soit par notre lettre" 2Thes.2.15. Le même Apôtre saint dit aussi aux Galates: "Je m'étonne que vous vous détourniez si promptement de Celui qui vous a appelés par la grâce du Christ pour passer à un autre évangile. Non pas qu'il y ait un autre Evangile, mais il y a des gens qui vous troublent et qui veulent renverser l'Evangile du Christ" Gal.I,6. Evitez cependant ces pervertisseurs de la vérité évangélique : "Eloignez-vous d'eux, car de tels hommes ne servent point ;le Christ Notre Seigneur, mais leur propre ventre; et, par des paroles douces et flatteuses, ils séduisent les cœurs des simples." Dom.16,I8.
Revenez donc maintenant dans le sein de l'Eglise Une, Sainte, Catholique et Apostolique de Dieu, qui comprend toutes les saintes Eglises plantées par Dieu comme de riches vignes dans l'ensemble du monde orthodoxe et qui sont inséparablement unies les unes aux autres par la même. foi salvatrice en Christ, dans la paix et dans l'Esprit Saint, afin que le Nom tout honorable et magnifique de Notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ, qui a souffert pour le salut du monde, soit aussi glorifié parmi vous.

25.- Quant à nous qui, par la grâce et la volonté miséricordieuse de Dieu, sommes les membres précieux du Corps du Christ, c'est-à-dire de Son Eglise Une, Sainte, Catholique. et Apostolique, gardons fermement la piété de nos Pères telle qu'elle nous a été transmise depuis les temps apostoliques. Méfions-nous des faux-apôtres déguisés en brebis qui tentent de séduire les plus simples d'entre les nôtres par de fausses promesses, autorisant tout pour obtenir l'union à la seule condition toutefois qu'ils reconnaissent le pape de Rome comme chef suprême et infaillible et souverain absolu de l'Eglise universelle, comme seul représentant du Christ sur la terre et source de toute grâce. Nous, au contraire, qui avons été par la grâce et la bonté de Dieu, établis évêques, pasteurs et docteurs des Saintes Eglises de Dieu, "veillons sur nous-mêmes et sur tout le troupeau dont l'Esprit Saint nous a institués les surveillants pour paître l'Eglise de Dieu qu'Il s'est acquise par Son propre Sang" Act.20,28, et conscients que nous devrons en rendre compte, "exhortons-nous réciproque-ment les uns les autres" IThes.5, l l . "Et que le Dieu de toute grâce, qui nous a appelés dans le Christ Jésus à Sa gloire éternelle, nous rende parfaits, forts et inébranlables" IPet.5,10 et qu'Il fasse que tous ceux qui errent loin du troupeau un, saint, catholique et orthodoxe de ses brebis raisonnables, soient illuminés de la lumière de Sa grâce et de la connaissance de la Vérité.

A Lui la gloire et le règne aux siècles des siècles. Amen:
Fait dans le Palais Patriarcal de Constantinople, au Mois d'Août de l'an de grâce I895
ANTHIME de Constantinople, frère bien-aimé et intercesseur dans le Christ Notre Dieu.
NICODEME de Cyzique, frère bien-aimé
PHILOTHEE de Nicomédie
JEROME de Nicée
NATHANAEL de Pruse
BASILE de Smyrne
STEPHANE de Philadelphie
ATHANASE de Lemnos
BESSARION de Durazzo
DOROTHEE de Belgrade
NICODEME d'Elasson
SOPHRONIOS de Carpathe et Cassus
DENYS d'Eleuthéropolis

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » jeu. 26 août 2004 23:44

Report du Message de Philippe Crévieaux

Chers Amis,

Il est fort dommage que Georges, et tant d'autres (moi compris), réagissions de manière émotionnelle. Que le lecteur Claude ou d'autres prodiguent des conseils conformes à ce que recommande l'Eglise devrait nous réjouir. Que cela satisfasse nos égos et passions ou non est secondaire.

J'aimerais que Georges fasse preuve de davantage d'humilité, quoiqu'il lui en coûte; et s'il lui en coûte, c'est sans doute le signe ou l'occasion pour lui d'apprendre à mettre sa susceptibilité en veilleuse et d'accepter en toute humilité et modestie ce qui peut contribuer à son édification.

Concernant le mariage mixte, j'ai éprouvé durant 4 ans un "pré-mariage" mixte qui a abouti à un immense fiasco.

Il faut beaucoup apprendre, prier, lire les saints Pères pour se rapprocher de notre Seigneur et ce n'est pas les avis épidermiques personnels basés sur une expérience intellectuelle personnelle ou soufflés par les diktats pseudos circonstanciés des médias et faux spécialistes qui devraient nous éclairés.

Si vous faites confiance à ceux-là dont l'opinion n'est en rien orthodoxe, vous n'êtes pas du Christ. On ne peut pas prendre ce qui plaît et rejetter ce qui ne plaît pas dans l'Eglise. On ne peut pas croire "comme je veux", mais comme le Seigneur veut, une fois de plus, que cela plaise ou non.

Il nous faut à tous retrouver le mieux possible notre filiation reçue à notre baptême avec le Père, et ce travail est celui de chaque jour,
"donne-nous notre pain de chaque jour", eh oui.

En Christ,
Philippe Crévieaux

Jeanne Saint Gilles
Messages : 154
Inscription : mar. 03 août 2004 18:20
Localisation : Paris 08

Homesexualité et masturbation

Message par Jeanne Saint Gilles » lun. 30 août 2004 13:37

J'ai appris par Radio Courtoisie dans l'émission dominicale qui, hier était consacrée à l'église en détresse qu'un pasteur dans un pays nordique a été arrêté et condamné je crois à un mois de prison (avec ou sans sursis je l'ignore pour avoir dit en chaire que l'homsexualité était anormale). Une loi prochaine arrivant à ce sujet en France, il faudra tenir sa langue et ses doigts qui écrivent sur le clavier... Peut-être censurera-t-on aussi Saint Paul pour homophobie...

Autre question, Antoine a bien répondu à la question de la fornication. J'en cherche une sur celle de la masturbation. Je n'ai trouvé ce mot nul part dans la Bible, le cas d'Onan correspondant plus à un refus du mariage léviratique... Est-elle condamné? Est-ce un péché? Si oui pourquoi
Jérusalem quand pourrai-je te voir?

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Re: Homesexualité et masturbation

Message par Jean-Serge » mar. 31 août 2004 15:40

Jeanne Saint Gilles a écrit : Autre question, Antoine a bien répondu à la question de la fornication. J'en cherche une sur celle de la masturbation. Je n'ai trouvé ce mot nul part dans la Bible, le cas d'Onan correspondant plus à un refus du mariage léviratique... Est-elle condamné? Est-ce un péché? Si oui pourquoi
Je pense qu'à mon avis il ne faut pas oublier qu'on peut pécher en pensée également. Dès lors la pratique à laquelle vous faites allusion pourrait revenir à commettre l'adultère ou la fornication en pensée...
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

crevieauxp
Messages : 48
Inscription : sam. 10 juil. 2004 19:46

Fornication, masturbation etc

Message par crevieauxp » jeu. 02 sept. 2004 19:43

Cher Jean-Serge,

J'avoue mon embarras devant les questions posées afin de déterminer ce qui permis ou pas.

Je ne suis ni canoniste ni catholique romain. Par conséquent, s'il est juste de connaître ce que permet ou interdit l'Eglise, ne tombons pas dans ce juridisme plat et superficiel qui n'a rien à voir avec l'esprit de vérité qu'incarne l'Orthodoxie. L'Orthodoxie ne recherche aucun suffrage ni nombre d'adhésion: ce serait là choses de ce monde.

Ne recherchez aucun modus vivendi, sur quelle que matière ou sujet que ce soit, avec l'Orthodoxie. L'Orthodoxie est bien plus que cela, en faire partie, c'est s'intégrer corps, coeur et âme à l'Eglise, celle de toujours: des morts et des vivants, sans discontinuité depuis les temps apostoliques.

Quelle peut être la motivation de quelqu'un qui désire connaître la réponse à "peut-on se masturber?", pourquoi poser cette question? Est-ce cela que l'on veut savoir ou faire savoir de l'Orthodoxie?

Je suis un grand pécheur, débauché attavique et incorrigible mais je ne demanderai jamais si mes envies "érotico-visqueuses" ou celles de mes semblables font partie des choses condamnables ou permises: nul besoin d'avoir de réponse extérieure à son propre coeur et de sa propre âme pour répondre, ou plutôt se répondre à cette question.

Sans rancune, j'espère, même si j'avoue mon exaspération.

En Christ,

Philippe Crévieaux

Claude le Liseur
Messages : 4138
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » ven. 03 sept. 2004 0:51

Pour répondre à la question de Jeanne, il y a tout de même un site américain des vieux-calendaristes cyprianistes qui reproduit quelques articles (en anglais) de l'archevêque cyprianiste Chrysostome (Gonzalez-Alexopoulos) d'Etna en Californie sur (et contre) la masturbation:

http://www.orthodoxinfo.com/praxis/selfabuse.aspx .

L'article a été publié en traduction roumaine dans un recueil d'articles de l'archevêque Chrysostome d'Etna, Elemente de psihologie pastorala ortodoxa, publié en 2003 aux éditions Buna Vestire à Galati avec la bénédiction de Mgr Galaction, évêque d'Alexandria et de Teleorman (par quoi l'on peut constater que les évêques du patriarcat de Roumanie ne sont pas forcément fanatiquement hostiles aux vieux-calendaristes!).

Jeanne Saint Gilles
Messages : 154
Inscription : mar. 03 août 2004 18:20
Localisation : Paris 08

Epouser un(e) divorcé(e)

Message par Jeanne Saint Gilles » ven. 10 sept. 2004 9:53

Bonjour,

Quelqu'un peut-il répondre aux questions suivantes?

- quand un célibataire épouse une ou un divorcé, quelle est l'ofice du mariage utilisé : le pénitentiel ou l'habituel? Cela dépend-il ou non du fait que le/la divorcée ait été mariée avec un orthodoxe ou un hétérodoxe, civilement ou religieusement

- un homme célibataire ayant épousé une divorcée peut-il devenir prêtre. Cela dépend-il ou non du fait que la divorcée ait été mariée avec un orthodoxe ou un hétérodoxe, civilement ou religieusement
Jérusalem quand pourrai-je te voir?

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie » ven. 10 sept. 2004 13:52

Le canon apostolique 18 répond à la deuxième question:

18. De celui qui a épousé une veuve ou une femme de mauvaise réputation.
Celui qui a épousé une veuve, une divorcée, une femme publique, une esclave ou une actrice, ne saurait devenir évêque ou prêtre ou diacre ou en général quelqu'un du clergé.

Quant à la 1ere question, tout va dépendre de la manière dont l'évêque responsable dans son diocèse va considérer la situation:
-il considère le mariage dans l'hétérodoxie comme non-valide, le célibataire orthodoxe poura épouser avec le rituel complet le conjoint divorcé, qui sera passé sous l'étole au préalable confession+déliement.

-il considère le mariage hétérodoxe comme valable, le rituel sera celui de seconde noces avec office pénitentiel;

si les deux sont orthodoxes, le rituel sera le pénitentiel de 2nde noces.

Pour la question 2, si la divorcée était unie par un mariage hétérodoxe, pourrait-on considérer qu'il n'y avait rien et que le mari de 2nde noces, pourrait devenir clerc ?
Et de plus si il n'y a que mariage civil ?

Pour appliquer l'économie il faudrait voir ce que vise le canon: est-ce une union sacramentelle, ou bien une conduite de vie.
Si l'on considère que le futur prêtre ne peut s'unir à une femme ayant vécue avec un autre homme, l'acribie l'emporte.
Si l'on considère que l'union sacramentelle dans l'Eglise est seule visée, un évêque pourrait par économie autoriser un tel mariage suivi d'une ordination sous-diaconale, diaconale ou sacerdotale.

Je ne sais si des usages sont fixés dans certaines juridictions, je pense que non car il n'y a pas de jursiprudence canonique, en tout cas c'est une décision de la responsabilité d'un évêque orthodoxe.

Vasso
Messages : 12
Inscription : mer. 15 sept. 2004 17:26

Re: La fornication

Message par Vasso » ven. 17 sept. 2004 0:20

Jean-Serge a écrit :Bonjour,

Quelqu'un pourrait-il me définir exactement la fornication? Apparemment, le mot grec correspondant serait "porneia".

Mais que recoupe-t-il exactement. Je m'interroge si certains actes entrent dans cette catégorie :

-le fait pour des fiancés qui ont prévu de se marier de "fêter Pâques avant les Rameaux"

- existe-t-il divers degrés de gravité?

- quelle est la pratique actuelle. Je crois que Saint Basile préconisait une excommunication de 9 ans et aujourd'hui?
"Porneia" désigne tout usage non-naturel de la sexualité, et il est l'antonyme de "sophrosyni" qui se traduit par "virginité", "pureté", mais surtout "intégrité". Sur l'usage de ce mot dans la vie orthodoxe, je renvoie au livre du bienheureux p. Sophrony "Voir Dieu tel qu'Il est", tome 2.

Pour les gens mariés, il renvoie à toute forme de sexualité extra-conjugale et à la sexualité active durant les jours de jeûne.

Chez les fiancés, le fait de mettre la charrue avant les bœufs ou de tromper son/sa promis(e), même en pensées.

Chez les célibataires, le fait de ne pas laisser la grâce et la nature faire tous seuls leur travail à tour de rôle (sainte Photinie l'érémitesse du Jourdain utilisait l'expression "Rendre à César ce qui est à César" dans ce contexte).

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » ven. 17 sept. 2004 23:32

Chez les célibataires, le fait de ne pas laisser la grâce et la nature faire tous seuls leur travail à tour de rôle (sainte Photinie l'érémitesse du Jourdain utilisait l'expression "Rendre à César ce qui est à César" dans ce contexte).
Vasso je ne comprends pas cette phrase . Pourriez vous développer?

Répondre