Ecof

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

hilaire
Messages : 297
Inscription : mer. 19 janv. 2005 13:26

Message par hilaire »

si certains d'entre vous ont le courage, il y a une journée kovalevsky boulevard Blanqui.

samedi 17 décembre, j'ai vu qu'il y avait une conférence de jean françois var sur les éditions à venir des oeuvres de Mgr Jean : peut être que ça paraîtra aux éditions qui éditent les cahiers verts du GPDG? ça serait une question à poser non?

sinon j'ai regardé sur le site, et j'ai trouvé une belle image de contradiction en allant sur la page de la paroisse de Nantes:

d'un côté on peut lire une pensée hautement ethnophiletiste sur l'orthodoxie:
"La paroisse appartient à l'Eglise orthodoxe de France, ayant reçu en 1936 la bénédiction du patriarche Serge de Moscou, légalement constituée depuis 1946 selon les dispositions de la loi de 1905 (c'est vrai que la précision est utile pour se qualifier d'orthodoxe!) , et célébrant depuis de nombreuses années à Nantes la liturgie de rit occidental en français ; les autres Eglises orthodoxes qui sont implantées en France et sont présentes dans différentes villes le sont en tant que missions des Eglises orthodoxes orientales, destinées à satisfaire les besoins des immigrés des pays de l'Est non encore assimilés, et elles célèbrent le rite oriental."

et à côté de ces propos quasi racistes on voit la photo du sacre de Mgr Jean avec à sa gauche Saint Jean Maximovitch dans le plus bel ornement liturgique oriental ??? un immigré des pays de l'est non assimilé ça peut servir de temps en temps quand même!
Dernière modification par hilaire le ven. 16 déc. 2005 16:41, modifié 1 fois.

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie »

L'ECOF ne faisant pas partie de l'Eglise Orthodoxe n'a aucune légitimité pour qualifier ce que doit être l'activité de l'Eglise Orthodoxe en France.

Mais il faut croire que le prêtre de la paroisse écofienne de Nantes n'était pas bien assimilé, puisque il a claqué la porte pour se faire ordonner prêtre canonique par Mgr Gabriel rue Daru et servir la SEULE paroisse orthodoxe de Nantes, St Basile (Archevêché rue Daru)!

Au fait, Kovalevsky, c'est français, ça ?

L'Eglise locale est celle de tous les orthodoxes du lieu, la conception citée par Hilaire c'est de l'ethno-phylétisme, hérésie condamnée par l'Eglise.

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie »

hilaire a écrit :samedi 17 décembre, j'ai vu qu'il y avait une conférence de jean françois var sur les éditions à venir des oeuvres de Mgr Jean : peut être que ça paraîtra aux éditions qui éditent les cahiers verts du GPDG? ça serait une question à poser non?
http://cahiersverts.canalblog.com/ (lien sur le site gpdg.org, il s'agit de leurs éditions maçoniques)

Pensez vous qu'il y aurai un tel mélange des genres ?
Il faut prier pour les fidèles de l'écof. Puisse Dieu ouvrir les yeux de leur coeur et les conduire dans Son Eglise Orthodoxe.

hilaire
Messages : 297
Inscription : mer. 19 janv. 2005 13:26

Message par hilaire »

je pense que oui, quand on peut penser être valablement prêtre et grand aumonier d'un ordre maçonnique ! qu'on a pu à une époque envisager de faire une Loge Saint Irénée boulevard Blanqui, je ne voit pas ce qui empêcherait ce genre d'arrangement, mais je suis peut être mauvaise langue après tout.

et puis c'est le seul mythe qu'il reste à ces pauvres écofais la famille Kovalevsky...

quand je vois qu'on se rattache à Serge de Moscou pour valider se présence sur le sol de France et qu'on met une photo de Saint Jean Maximovitch de l'ERHF... qu'on oublie au passage qu'E.K a été déposé et réduit à l'état laïc, que Babar à trop tromper a réussi à énerver même les roumains, que les prêtres ne partent même plus en temps de crise mais quand tout semble bien aller, que l'on chasse le Saint Chrême jusque dans les églises fantômes,qu'on vient brigander une photo en civil à côté d'un higoumène du Mont Athos pour faire "orthodoxe" (au passage il n'y a jamais eu de publication du "pélerinage" sur la gazette écofaise cybernétique.. dommage on aurait pu voir ce bon hardy en touriste dans le jardin de la Mère de Dieu)
qu'en plus l'UACORO se dissout pour que nombres de clercs et de fidèles francophones (non assimilés?) rejoignent l'Eglise par la Serbie...on ne pourra même plus dire que les "orientaux sont des vilains pas beaux qui n'aiment pas la France"

Aie Aie Aie, les pauvres fidèles écofais déconfis, obliger de se tartiner des pseudos prêtre en tablier maçonniques, je les plains !
Dernière modification par hilaire le ven. 16 déc. 2005 18:16, modifié 1 fois.

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie »

Jean-Louis Palierne en effet a écrit sur le fil "L'ECOF et la Grèce":

Effectivement, le but principal recherché est probablement de publier une photo où l’on verra « l’évêque Germain » en grande conversation avec un gerontas athonite. La photo sera utilisée après dans d’autres négociations. Ce n’est pas totalement exclu.

Et comme le confirme Hilaire, la photo existe, voir le lien:

http://orthodoxie.free.fr/j_o_i_e_.htm

on y voit la photo sous-titrée:Au monastère Vatopédi : Archimandrite Ephrem, Père Irénée, Monseigneur Germain.

Seulement, en y regardant bien, le soi-disant "évêque Germain" est en civil, en pull sombre et en polo!

sans commentaire.

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie »

Antoine a raison, le forum est lu par les membres de l'ECOF.

En effet, et c'est à leur honneur, comme suite à nos indignations par rapport à certaines de leurs tournures sur leur site internet, celles-ci ont été corrigées.

Que le Webmaster de ce site en soi remercié
.

Ainsi, les mentions farfelues de la pratique d'un rosaire orthodoxe sur le lien de la paroisse de Bordeau ont disparues,
la partie du site de Nantes déclarant que les missions des Eglises orientales ne s'occupait que des immigrés des pays de l'Est non assimilés, a été rectifiée: on ne parle plus que des immigrés des pays de l'Est.

Ouf!

Le lecteur attentif du récit du pélerinage en Grèce verra que tous à l'exeption d'un "prêtre" étaient en civil et se sont présentés comme laïcs, pour des raisons évidentes, au Mont Athos. La photo pouvant paraître abusive se voit par là temporisée dans sa portée.

Il m'a semblé correct de signaler cela.

Charlene
Messages : 28
Inscription : mar. 18 oct. 2005 6:37
Contact :

Message par Charlene »

Pour en revenir au prêtre qui a quitté l'Ecof de Nantes, je lui ai proposé l'hospitalité, car cet homme se trouve sans domicile pour avoir eu le courage de quitter sa paroisse.
Il a agit ainsi non parce qu'il n'était pas intégré ou assimilé, tout simplement parce qu'il voulait être rattaché à une Eglise canonique donc sainte et dans laquelle l'Esprit Saint agit. Mais dans la pratique les choses sont plus compliquées. Les personnes qui l'ont suivis et se retrouvent maintenant à Saint Bazille sont certainement déstabilisées. La chapelle est jolie, mais l'esthétique ce n'est pas l'essentiel. Elle est petite et nous n'avons pas de salle pour nous retrouver après la liturgie. L'intégration se fera, mais nous devons y mettre tous du coeur.
Quant à la liturgie même, beaucoup de bruit, des enfants qui bougent, rien est simple.
Je connais beaucoup d'orthodoxes qui étaient dans l'Ecof il y a dix ans et plus et qui sont partis par la force des événements, mais ils étaient tous sincères, ardents dans leur conviction, et je pense que ceux qui y sont toujours doivent certainement se poser des questions. Nous devons prier pour eux mais non les juger.
En Christ
Charlène

Anne Geneviève
Messages : 1041
Inscription : lun. 30 mai 2005 19:41
Localisation : IdF
Contact :

Vous avez dit sincère ?

Message par Anne Geneviève »

Les enfants qui bougent, qui pleurent et qui parlent en même temps que le prêtre, c’est de toutes les juridictions ! Et orthodoxes comme hérétiques, en plus. Au moins, cela montre qu’il y a de jeunes couples en âge d’en avoir.
Bien entendu, les paroissiens de base et souvent une partie du clergé, à l’ECOF, sont sincères et ardents dans leur foi. A partir du lâchage par la Roumanie – dont je ne mets pas en doute le bien-fondé mais dont je regrette les ambiguïtés – on a vu une lutte sourde pour le pouvoir dans le bocal et, à Paris, l’ambiance s’est dégradée de plus en plus vite après 1993. Se poser des questions n’était pas vraiment encouragé. Pas découragé non plus, d’ailleurs. Tout dépendait des questions. Du moment que le dogme essentiel n’était pas touché (= on est les meilleurs dans le meilleur bocal), tout pouvait se dire.
Mais Jean François Var est un homme sincère. Guy Barandon est un homme sincère. Leur foi n’est pas orthodoxe, c’est un fait objectif et ils m’en veulent beaucoup, je crois, de le dire avec quelque humour, mais je ne mets pas en doute une minute leur sincérité. Je préfèrerais qu’ils aient choisi entre leur foi maçonnique et les 7 conciles au lieu d’essayer de rabouter des dogmes inconciliables et de se fâcher lorsqu’on leur dit que ça ne tient qu’avec du scotch et de la ficelle et que ça va leur claquer entre les doigts un de ces jours. C’est hélas sincèrement qu’ils ne peuvent pas opérer de choix et qu’ils vivent en porte-à-faux. Avec les maçons qui sont clairement maçons et pas autre chose, je n’ai aucun problème d’œcuménisme mal pensé et l’estime mutuelle est humainement possible parce que les choses sont claires.
Les simples paroissiens de St-Irénée sont, pour ceux que je connais encore, des gens très sincères. Le père Paul Pidancet est un homme sincère. Sœur Ielena est une femme d’une grande sincérité et d’une vraie profondeur de prière. Toute cette sincérité ne rend pas l’ECOF un poil plus canonique ni ne rend son épiscopat à Gilles Bertrand-Hardy. C’est de la sincérité détournée, gaspillée, bafouée, un gâchis à pleurer.
Il m’arrive souvent de penser aux schismes du passé, arc-boutés sur des querelles théologiques avant qu’un concile œcuménique n’ait tranché et surtout après, quand la crise devient extrême. A ce que cela pouvait signifier d’amitiés brisées, de paroisses déchirées, de sincérités dévoyées. De souffrance. Pour ma part, je peux rentrer dans une polémique si je le crois utile, je peux condamner des idées, des positions prises publiquement, mais je sais jusqu’au plus profond de ma chair pour en avoir vécu trois qu’un schisme est toujours une déchirure. Une nécessité sans doute mais une douleur toujours. Et qu’à de rares exceptions, les acteurs de ces schismes sont tous sincères.
Le débat actuel, général, est ecclésiologique. Entre deux pièges, comme d’habitude, celui de l’ethnophylétisme dont l’ECOF est un des fruits amers et celui de l’œcuménisme qui dilue tous les dogmes, sans parler de variantes plus fines que nous n’avons pas encore distinguées et dont nous sommes peut-être nous-mêmes porteurs, les uns et les autres, nous cherchons à dégager la théologie de l’Eglise. Ce n’est pas plus évident pour nous que la christologie pour nos ancêtres, ou cela l’est autant, l’Esprit Saint aidant. C’est l’étape actuelle de la pédagogie divine.
"Viens, Lumière sans crépuscule, viens, Esprit Saint qui veut sauver tous..."

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

Anne Geneviève a écrit :l’œcuménisme qui dilue tous les dogmes, sans parler de variantes plus fines que nous n’avons pas encore distinguées et dont nous sommes peut-être nous-mêmes porteurs, les uns et les autres, nous cherchons à dégager la théologie de l’Eglise. Ce n’est pas plus évident pour nous que la christologie pour nos ancêtres, ou cela l’est autant, l’Esprit Saint aidant. C’est l’étape actuelle de la pédagogie divine.
1) Je ne sais à quoi vous faites allusion, ni de quoi nous sommes porteurs. Vous voudrez bien nous préciser la nature de ce fardeau énigmatique.


2) Ce qui a été difficile pour nos Pères c'est de répondre au hérésies. Le Christ leur était évident, la christologie en tant que discours sur cette évidence n'en était d'autant plus complexe qu' elle n'épuise pas le mystère et que l'hérésie n'a de cesse de chercher les brèches du discours, réduisant la foi à une simple dialectique. Lorsque vous avez le Christ pour mesure du mot il devient difficile de communiquer avec celui qui a le mot pour mesure du Christ. C'est ainsi que le moine Raithou écrit dans sa préface à l'Echelle Sainte de St Jean Climaque: "l'orgueil de la philosophie est incompatible avec l'humilité en Christ."
Retrouver au niveau du langage l’évidence vécue posera toujours des problèmes. Les concepts sont des universels et n’atteignent jamais leur objet. L'art prend une part de cette tâche.
Nous savons, nous chrétiens, que la Vérité est une personne et non un ensemble de déductions et le passage de la théologie apophatique à l'énoncé dogmatique garde toujours la trace de Babel.
C'est par l'exemplarité de la vie sainte de nos Pères que les vérités dogmatiques se sont imposées en concile, c'est par le martyre que le Christianisme s'est développé, puis par son relai qu' est le monachisme. L'argument théologique n'aurait eu aucune puissance s'il n'avait été soutenu de cette façon. L'argument théologique n'est autre que la manière dont on vit le Christ. Ainsi Paul ouvre le chapitre 9 de son Epître aux Romains: "Je dis la vérité dans le Christ, je ne mens pas, ma conscience m'en rend témoignage dans l'Esprit Saint."

Anne Geneviève
Messages : 1041
Inscription : lun. 30 mai 2005 19:41
Localisation : IdF
Contact :

Message par Anne Geneviève »

Antoine,

Apparemment, vous étiez pressé ou endormi quand vous avez lu mon post : vous n’avez pas compris que je répondais à Charlène, en ce qui concerne la sincérité, sur un mode entre colère, douleur et… ironie ! Et pas avec le recul du discours philosophique ni dans le jugement moral. Ce n’était sûrement pas un panégyrique de la sincérité. Et je n’ai nommé que des personnages publics.

Vous avez pris aussi avec une « kolossale finesse » ma petite phrase sur… – je détache bien les mots pour que cette fois tout le monde comprenne :

Les variantes plus fines [des hérésies en cours que nous ne cessons de dénoncer ici, les uns et les autres, à savoir l’ethnophylétisme et l’œcuménisme] que NOUS N’AVONS PAS ENCORE DISTINGUEES…
Alors comment voulez-vous que je vous en fasse la liste ?
C’est juste une réserve due à l’expérience historique : chaque fois qu’on a rejeté une hérésie grosse comme un immeuble, il en a surgi 5 ou 6 plus subtiles simplement à cause de l’imperfection du langage. Et l’expérience montre qu’elles ont surgies non chez les adversaires du dernier concile œcuménique d’époque mais chez ses partisans. D’où mon autre réserve :
Et dont nous sommes PEUT-ETRE porteurs, les uns et les autres.
Je ne pensais qu’aux théologoumènes que nous avançons, quel que soit le sujet. Quand ils sont contradictoires entre eux, il faut bien que quelque chose cloche. Et je ne dis même pas que quelqu’un aurait raison et l’autre tort, mais que se pose la question du point de vue d’où l’on parle et du langage employé.
Parce que nous ne sommes pas parfaits. En tout cas, moi, je suis payée (en emmerdements) pour savoir que je ne le suis pas.

Ma phrase n’avait que ce sens là.

Aucun discours ne peut épuiser le mystère et je suis en plein accord avec vous sur ce point, Antoine. Je pourrais signer quand vous écrivez :
Nous savons, nous chrétiens, que la Vérité est une personne et non un ensemble de déductions et que le passage de la théologie apophatique à l’énoncé dogmatique garde toujours la trace de Babel.
Peut-être moins quand vous dites que
C’est par l’exemplarité de la vie sainte de nos Pères que les vérités dogmatiques se sont imposées en concile.
si sous-entendez par là que la vie des orthodoxes était irréprochable, pas celle des hérétiques. Ce qui m’a toujours semblé tragique dans la façon dont les hérésies ont surgi et furent combattues, c’est qu’elle ne venaient pas d’hommes dépravés ou sans zèle spirituel mais au départ de prêtres, d’évêques confrontés aux besoins de la catéchèse et qui essayaient de mettre des mots sur leur foi. Ou de moines, même, qui se sentaient une responsabilité théologienne. Pélage et Augustin, deux ascètes et hommes de prière. Ils auraient du avoir intérieurement ce que vous appelez bellement « l’évidence du Christ » et pourtant leurs formules sont des casse-gueule de première grandeur.
Et vous savez ce qui me pose le plus de questions : c’est que tous ces hérétiques n’aient jamais reconnu qu’ils avaient erré, sauf peut-être Augustin et Thomas d’Aquin sur leur lit de mort. Au contraire, ils se sont crispés sur leurs formules. Est-ce parce que l’histoire n’a retenu que les noms de ceux qui s’étaient raidis ? Est-ce parce qu’à un moment, dans les aléas du débat, le diable a profité d’une faille intérieure ?
Et qui peut se dire sans faille ?
Quant aux orthodoxes… Il y eut pendant un temps, lors des suites de Nicée, deux évêques parfaitement orthodoxes à Antioche. Simplement parce qu’une partie des Antiochiens ne supportait plus que le grand saint Athanase, patriarche d’Alexandrie, vienne s’occuper de leurs affaires comme si Antioche n’était pas autocéphale et cela aux mépris des canons déjà existants sur la localité de l’Eglise. Un autre dont l’orthodoxie est patente et qui fit tout, avec zèle, pour qu’elle triomphe, c’est saint Epiphane de Salamine. Ce qui ne l’empêcha pas d’avoir le plus sale caractère de toute la chrétienté.
Attention : je ne tape pas sur les orthodoxes, loin de là. Je dis simplement qu’il y eut de tout, y compris chez les saints : des parangons de douceur et des ronchons, des ascètes et des évêques à l’ascèse plus modérée, des hommes du désert et des hommes de la ville. Bref, autant de type de bonshommes que dans l'Eglise aujourd'hui.
"Viens, Lumière sans crépuscule, viens, Esprit Saint qui veut sauver tous..."

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

rions un peu

Message par Glicherie »

vu sur le site du groupe ECOF (orthodoxie.free.fr)

Un peu d'histoire

MESSAGE PASCAL 1958

Au Révérend Archiprêtre Eugraph Kovalevsky, grâce et paix de la part de Dieu.

En son temps nous avons reçu la lettre datée du 11 avril de votre bien-aimée Révérence, et c'est avec joie que nous avons accueilli vos voeux à l'occasion de la lumineuse Résurrection du Seigneur.

Nous vous en remercions chaleureusement, souhaitant à notre tour et de toute notre âme que Celui qui par Sa Résurrection a transformé en joie les larmes de Ses disciples et qui a changé en manifestation d'enthousiasme et de triomphe les gémissements de ceux qui étaient enchaînés, que le Seigneur notre Sauveur donne à votre bien-aimée Révérence de toujours briller dans la lumière de la Résurrection et de s'enrichir dans Sa grâce pour de longues années salutaires et pleines de santé.

Patriarche de Constantinople

ATHENAGORAS

Au Révérend Archiprêtre Eugraph Kovalevsky, Président de l'Eglise Orthodoxe de France



N'est-ce pas merveilleux ? Un Patriarche de Constantinople bien élevé a répondu aux voeux de pâques du père Kovalevsky en 1958!
N'est-ce pas une haute preuve de canonicité ?
Où sont donc les voeux 2005 du Patriarche Bartholomé ?

hilaire
Messages : 297
Inscription : mer. 19 janv. 2005 13:26

Message par hilaire »

vous ne saviez pas Glicherie?

il y a les cartes de voeux canonisantes,
les bouquets de fleurs canonisants,
les visites en civil sur la Sainte Montagne au Monastère Simonos Petra sont canonisantes...

remarquez qu'en procédant comme ça le Prince d'Angleterre est orthodoxe, puisqu'il va tous les ans en retraite à la Sainte Montagne...

Honni soit qui mal y pense !

hilaire
Messages : 297
Inscription : mer. 19 janv. 2005 13:26

Message par hilaire »

le plus curieux, enfin si on peut dire, parce que quand on fréquente un peu l'ECOF dans ces sphères supérieures on se rend compte que tout est tordu... donc le plus curieux c'est qu'on continue de se targuer de ces échanges épistolaires pour faire croire qu'on est reconnu (alors que ça ne fait que montrer que dans l'orthodoxie on est poli) et canonique alors qu'à échanger sur les canons avec l'un ou l'autre, comme j'ai pu le faire a une époque, on vous rétorque boh, les canons il y en a 90 % qui correespondent à une époque lointaien et 10% d'inapplicable.

mais bon ça n'est que la conséquence in fine d'une conception tordue dès le début : lorsqu'on recrée une liturgie incomplète car totalement passée dans l'oubli tous documents complets ayant été systématiquement détruitd, qu'on la recompose, d'éléments épars (lesquels pris séparément sont justes, mais artificiellement accolés l'un l'autre deviennent faux), qu'on recrée donc ex-nihilo quelque chose sur la base d'une inspiration fondamentalement vraie celle là (revenir à l'orthodoxie en France), comment voulez vous qu'à la fin les fruits soient valables ? car on juge un arbre à ses fruits non ?

c'est bien pour cela que dans le paysage orthodoxe aujourd'hui on retrouve de nombreuses personnes qui ont fait un passage par l'ECOF, pour s'en extraire avec plus ou moins de bonne fortune d'ailleurs, quand le grain de l'orthodoxie est semé dans le coeur de l'homme, que cette appétance n'est pas découragée par les faits des hommes, et que malgré les épreuves et la confusion, ce grain aspire à germer (pas germain, germer si l'on peut dire) il ne pourra que s'extraire de cette gangue, grâce à la prière, à l'action miséricordieuse de certains, bref, il vivra en s'affranchissant de toutes ces illusions, de gauloiseries et autres visions un peu romantiques il faut bien le dire de la France orthodoxe du temps jadis.

l'orthodoxie est atemporelle, elle dépasse les frontières et les questions relatives.

d'ailleur son trouve quelques germes semés dans le discours de personnages écofiens modernes figurez vous, j'en veut pour preuve des fractions de discours du doyen de l'Institut Saint Denys, lorsqu'il écrit (ça se retrouve sur le site de leur Insitut de théologie): je met en gras dans l'extrait de sa conclusion les éléments qui vont dans le sens de mon propos

C'est aussi un tempérament de chef et de dominateur que ce Charlemagne, et son désir viscéral de lutter contre l'anarchie, contre "les païens qui entourent les Gaules et la Germanie" et toutes sortes de désordre, incompatible avec la belle ordonnance d'un royaume paisible, l'amène à se conduire en responsable chrétien d'une "Europe" à construi­re, d'un continent à sanctifier. De ce fait, il se montre extrêmement atten­tif à tout ce qui peut créer unité et cohésion, prenant en charge autant les domaines profanes que religieux quand ceux-ci ont des interférences visibles avec l'unité envisagée. C'est pour cette raison que "la base poli­tique carolingienne était une étroite union avec Rome" conclut Bishop. Mais là aussi, il y a toujours des éléments déclencheurs. Nous avons cité la venue du pape Etienne en Gaule et son impossibilité de célébrer avec les prêtres gallicans ; réciproquement on rapporte que Charlemagne entendit un jour des moines grecs qui accompagnaient une ambassade à la cour de l'empereur, chanter en grec lors de l'octave de l'Epiphanie. L'empereur, charmé, imposa que les mélodies latines fussent incontinent transformées en mélodies grecques. Or, si les Grecs chantent dans les Gaules lors de leur déplacement, c'est qu'ils le trouvent naturel ! mais d'un autre côté on peut penser que Charlemagne voit, célébrée à l'orien­tale, une fête, l'Epiphanie, qui en Occident commence à paraître secon­daire. Il comprend alors que l'Occident a quelque chose à apprendre ou à retrouver, que ni le rite romain, ni le rite des Gaules n'offre (c'est peut être pour cela que le rite des Gaules a disparu (note d'Hilaire); une réforme s'imposait alors, que l'empereur prend à bras-le-corps. Il y parviendra grâce à ces trois savants dont nous avons évoqué rapidement les travaux. Des édits (capitulaires) s'emploieront à imposer ce "pur rite romain", qui ne l'était pas.

le problème c'est la conclusion qu'il en tire mais bon...

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie »

Hilaire, je ne suis pas si sur que le rite soit le problème dans l'ECOF.
C'est justement ce que celle ci dit à qui veut l'entendre.
Le problème c'est la désobéissance et l'éloignement de l'ecclésiologie orthodoxe qui s'en suit, avec la rupture de la Communion, si essentielle à l'Eglise.

La restauration d'un tel rite aurait du être faite en communion avec tous les orthodoxes présents en France, avec les pays de Tradition orthodoxe ininterrompue, dans une confiance fraternelle et dans le respect des saints canons.

La liste des désobéissances et des violations de la tradition orthodoxe ayant conduit, après la rupture de communion avec trois synodes canoniques à la déposition de M.Gilles Bertrand Hardy parle d'elle même.

Pourtant, le fameux rite restauré avait à chaque fois été autorisé, alors en quoi l'Ecof fut brimée ?

Aujourd'hui le débat est je pense caduc. Les français, les francophones trouvant dans le rite orthodoxe byzantin en plénitude toute la nourriture spirituelle dont ils ont besoin, celui-ci étant d'ailleur bien traduit, avec des chants liturgiques en français, que se soit sur les tons slaves, les modes byzantins, ou les tons latins restaurés dans l'Ecof par Maxime Kovalevsky.

Les nostalgiques du rite restauré par l'Ecof peuvent toujours le pratiquer par exemple au sein de la Métropole roumaine dans la paroisse du père Noel Tanazaq.

Certes, la conclusion citée du doyen de l'institut interne à l'Ecof n'est finalement pas si fausse: le rite des gaules n'a pas disparu pour rien!Mais que penser aujourd'hui du sérieux d'un tel institut où enseigne M.Var, dont j'aimerai bien connaitre les diplômes théologiques ?

Le formidable élan missionaire des frères Kovalevsky (et au nombre d'ex-écofien aujourd'hui dans l'Eglise Orthodoxe, on est en droit de penser qu'il fut fructueux) hélas se crispe aujourd'hui au sein des restes de l'Ecof en des vitupérations ethnophylétistes comme celle que l'on trouve sur leur site dans la partie concernant leur groupe de Nantes, où l'on veut faire croire au lecteur que non seulement l'Ecof est canonique, mais qu'en plus l'Eglise Orthodoxe en France ne s'occupe que des immigrés de l'Est, dans un rite exotique "oriental".

On est toujours à l'orient de quelqu'un...ainsi les écofais sont des orientaux pour les américains du Far West! Ridicule...

Pourquoi feindre d'ignorer le nombre de paroisses canoniques francophones, et même françaises d'origines (la plupart venant d'ailleurs de ladite Ecof !!!) ?
D'autant plus amusant que le prêtre du groupe écofais de Nantes, un américain (donc plus à l'occident que les français) à quitté avec nombre de fidèles ce groupe pour se faire ré-ordonner par Mgr Gabriel et intégrer au sein de la paroisse (qualifiée de "russe" sur le site, pourtant francophone...) Saint Basile de Nantes...

Qu'était Saint Irénée ? Un oriental en Gaules établissant des missions pour les orthodoxes grecs de passage ? Et Saint Martin....? Pourquoi s'obstiner à méconnaitre l'ecclésiologie orthodoxe et rejetter la communion?

Est-il plus important d'utiliser un texte mozarabique du 4eme siècle et de dépenser toute son énergie à s'en justifier...ou invoquer le Saint Esprit de Dieu pour le salut des fidèles et s'y dévouer ?

Mais on peut se sentir plus motivé par un projet de restauration, de recherche, d'indépendance, que par le soin des âmes et l'amour en Christ.
Pour moi, il est là, le vrai problème.

Glicherie
Messages : 365
Inscription : ven. 18 juin 2004 14:41

Message par Glicherie »

http://orthodoxie.free.fr/documents_officiels.htm

Je ne fini pas de m'étonner de la façon de ce groupe Ecof présente ses soi-disants documents officiels.

Figurent bien sur chaque document montrant l'appartenance aux Synodes de l'Eglise Russe, puis Hors Frontières, puis Roumaine. Mais jamais les documents explicitant le renvoi de ces mêmes Synodes, les dépositions et réductions à l'état laïc qui s'ensuivirent.

Figure une "réponse aux détracteurs", c'est à dire aux théologiens de St Serge qui avaient publié un texte très documenté dans le SOP sur l'Ecof, à l'époque où celle-ci était un diocèse roumain. La réponse y est, le texte original non. Si bien qu'un lecteur en 2006 aura bien du mal comprendre de quoi il s'agit.

A "Avis d'expertise canonique", ne figure qu'une réponse de l'ECOF, mais pas l'avis officiel de 2001 portant déposition et réduction à l'état laic de Gilles Bertrand Hardy. Ni ne figure la décision du Saint Synode Roumain de 93!

Ce qui revient à ne présenter que l'opinion de l'ECOF , et que les documents positifs la concernant, c'est a dire lui ayant en son temps conféré la canonicité, mais pas les documents correspondants qui lui retirent cette même canonicité!

Si ceux ci sont si erronné, douteux ou dépourvus de légitimité, pourquoi ne figurent ils pas sur le site, pour que chacun se fasse une opinion librement ?

Répondre