Pour une réponse orthodoxe aux besoins spirituels en Europe

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Claude le Liseur
Messages : 4200
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

L'Eglise orthodoxe roumaine se compose des métropoles suivantes:

1. Valachie et Dobroudja
2. Moldavie et Bucovine
3. Transylvanie
4. Olténie
5. Banat
6. Bessarabie
7. Europe occidentale et méridionale
8. Europe centrale et septentrionale

Il existe en outre un archevêché (Amérique et Canada) et deux évêchés (Gyula en Hongrie et Vârset en Serbie) qui ne relèvent d'aucune métropole.

Les métropoles regroupent des évêchés suffragants dont certains portent le titre d'archevêché. Plusieurs diocèses ont en outre des évêques auxiliaires qui portent le titre d'une ville du diocèse autre que celle où réside l'évêque. Par exemple, dans l'archevêché de Vad, Feleac et Cluj, suffragant de la métropole de Transylvanie, l'évêque diocésain, qui a le titre d'archevêque et sa résidence à Cluj-Napoca, a deux évêques auxiliaires, avec les titres de Bistrita et de Somes. Cela ne veut pas dire que l'évêque auxiliaire Irénée de Bistrita a une résidence permanente à Bistrita, mais indique qu'il a une responsabilité pastorale particulière pour cette région.

La métropole d'Europe occidentale et méridionale étant encore petite, elle n'a pas été organisée en diocèses suffragants et le métropolite n'a qu'un seul auxiliaire à qui on a donné le titre de Marseille. Non point qu'il ait une résidence permanente à Marseille (sa résidence principale est au monastère de la Malvialle près de Clermont-Ferrand), mais parce qu'il a une responsabilité pastorale particulière pour le sud de la France. Mgr Sylvain est à ma connaissance le seul évêque orthodoxe présent en France à avoir le nom d'une ville française dans sa titulature.

La vérité, c'est que comme il y a à l'heure actuelle sept évêques orthodoxes qui ont leur résidence à Paris, aucune Eglise ne peut raisonnablement donner le titre de Paris. Ce qui est plus intéressant, c'est que le Saint-Synode de Roumanie ait découvert en 2001 qu'il y a en France d'autres villes que Paris... et Nice.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

Ayant en vue ce qui précède, nous, évêques orthodoxes roumains d'Europe occidentale et d'Amérique, en communion et en coopération avec toutes les autres juridictions orthodoxes locales, nous soutenons et promouvons la création naturelle d'Eglises locales partout où existent des Orthodoxes, conformément à l'esprit de l'Orthodoxie et aux décisions panorthodoxes.

Cette déclaration est effectivement intéressante.

Mais que signifie l'expression "création naturelle" ?

Et en quoi consiste cette coopération dans la création naturelle avec les autres juridictions orthodoxes sur un pays comme la France?

De quelles décisions panorthodoxes s'agit-il?

Pourquoi les évêques de France ne se mettent-ils pas d'accord entre eux avnt toute ordination et avant toute création de paroisse?

Claude le Liseur
Messages : 4200
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

Antoine a écrit : De quelles décisions panorthodoxes s'agit-il?
La réponse se retrouve dans la réaction de la Métropole orthodoxe roumaine d'Europe occidentale et méridionale à la déclaration de S.B. le patriarche Alexis II de Moscou, publiée in Feuillet Saint-Jean Cassien n° 107, Paris, 13 avril 2003, p. 4.

"La proposition arrive un mois avant la date de l'élection du nouvel archevêque russe (Patriarcat de Constantinople) pour Paris, le successeur de l'archevêque Serge. Les éparchies orthodoxes de la Dispersion ont connu en général un développement difficile et une histoire marquée par le régime communiste de leur pays d'origine. Certaines se sont organisées indépendamment de leur Eglise-mère, selon des juridictions différentes (Constantinople, etc.) tandis que d'autres demeuraient dépendantes d'elles (c'est le cas de tous les diocèses du Patriarcat de Constantinople dans la Dispersion, y compris de celui qui vient d'être fondé en Espagne le 20.01.03). Il s'est formé toutefois également quelques éparchies autonomes. Elles jouissent du droit de se conduire suivant leur propre statut et leur propre organisation et d'élire leur évêque. C'est le cas par exemple de l'Eglise orthodoxe d'Amérique(Orthodox Church in America), métropole autonome qui réunit la majorité des diocèses de tradition russe, ainsi que des diocèses d'origine différente (par exemple l'Evêché roumain conduit par S.E. Nathanaël), et qui se trouve en voie d'obtenir l'autocéphalie. On trouve ensuite l'Archevêché Orthodoxe Roumain en Amérique et au Canada, qui réunit tous les Roumains orthodoxes du continent nord-américain, l'Archevêché Orthodoxe Antiochien d'Amérique, récemment déclaré autonome par le patriarche d'Antioche, ainsi que notre propre Métropole, qui rassemble tous les fidèles orthodoxes roumains d'Europe occidentale et méridionale, ainsi que des fidèles de souche (notamment des Français): elle jouit de l'autonomie, tout en se trouvant en communion avec l'Eglise-mère.

Le problème de la réorganisation de la Dispersion orthodoxe en Europe occidentale ressurgit alors que, depuis environ 10 ans, s'est réunie la deuxième Conférence panorthodoxe préparatoire au Saint et Grand Concile (Chambésy, 7-13.11.1993). Cette conférence avait décidé la formation des 8 régions de la Diaspora (1. Amérique du nord et du centre; 2. Amérique du sud; 3. Australie; 4. Grande-Bretagne; 5. France; 6. Belgique et Hollande; 7. Autriche et Italie; 8. Allemagne); dans ces régions, on devait créer des assemblées épiscopales: celles-ci réuniraient tous les évêques orthodoxes qui ont respectivement juridiction dans ces régions (art. 1), sous la présidence de l'évêque de la Dispersion relevant du Patriarcat de Constantinople.

Dans le même temps, il est mentionné dans les textes signés à Chambésy que: "Les Eglises orthodoxes s'engagent à ne procéder à aucun acte qui pourrait entraver le processus mentionné pour régler de façon canonique le problème de la Dispersion, notamment la création de nouveaux diocèses dans la Dispersion, en plus de ceux qui existent" (art. 5).

Le principe d'assemblées épiscopales a été accepté à Chambésy comme compromis entre la perspective du patriarcat de Constantinople sur la Dispersion ("interprétant à sa manière le 28ème canon du IVème Concile oecuménique, il prétend que toutes les communautés de la Dispersion doivent appartenir à sa juridiction", Antoine, Métropolite de Translyvanie, La dispersion orthodoxe et son organisation canonique, "Revista Teologica", Sibiu, n° 4/1993, pp. 99) et la perspective des autres Eglises ("chaque Eglise prend soin de sa propre dispersion, et tous les évêques des différentes dispersions forment ensemble des Conférences épiscopales, par pays ou par région, sur le modèle - déjà entrepris à l'époque, n.r. - des Conférences épiscopales de France et d'Amérique" (ibid, pp. 100-101))."

Irène
Messages : 941
Inscription : mar. 30 sept. 2003 11:46
Localisation : Genève

Message par Irène »

Il y a une question que j'aimerais poser à Jean Louis Palierne : vous dites qu'il n'y a que de la rue Daru que l'on puisse espérer "un travail pastoral débarassé de tout attachement etnique ...".

A l'appui de cette opinion, auriez-vous un document à proposer ou des faits tangibles à indiquer ?

Merci d'avance.

Volodimir
Messages : 35
Inscription : mar. 18 mai 2004 13:52

Message par Volodimir »

Mon message est un peu en marge de la discussion, mais j'ai personnellement lu, en français, et en russe le document d'étude, de correction et d'approbation de la Divine Liturgie des Gaules par le Saint Archevêque Jean Maximovitch, qui je pense n'était pas un novice en ce genre de matières qu'on aurait pu abuser.

Je partage le sentiment de déchirement et d'exaspération face à l'attitude des diasporas orthodoxes vis à vis des papistes.

Peut-on être vraiment évêque de diocèses fantômes ?

Parfois, je doute de la volonté des hiérarques d'être évêques DE France.
L'Eglise locale, l'ecclésiologie est LE problème de notre siècle en Occident!

Claude le Liseur
Messages : 4200
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

Volodimir,

Ce que vous écrivez attire d'autant plus mon attention qu'un ami breton, prêtre orthodoxe en Grèce (et oui! cela existe!) m'a affirmé que saint Jean Maximovitch ne lisait pas le français et que, s'il a approuvé le rite écofien, c'est sans l'avoir lu lui-même. Vrai ou faux? Qu'en pensez-vous?

Pour le reste, n'en déplaise à certains, je note que c'est une paroisse des "ethno-phylétistes" roumains qui a été la seule de toute la Suisse à célébrer hier un office de matines en l'honneur de saint Claude de Condate et de Besançon, le saint le plus "thaumaturgique", et autrefois le plus populaire (un tiers des enfants de Genève recevaient ce prénom au baptême avant que Calvin n'imposât les prénoms vétéro-testamentaires!), de la Suisse romande et de la Franche-Comté.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

Claude,
Jean Maximovitch a célébréla liturgie dominicale écofienne plusieurs fois.

Volodimir,
La liturgie dominicale n'est pas dissociable de la totalité du cycle liturgique. Il faut examiner l'ensemble sur toute l'année.Les heures, vêpres , matines, Ménées et toutes les fêtes.
Qu'est-ce que Saint Jean Maximovitch aurait pensé si le jour de la St Jean on lui avait fait allumer un feu dans l'Eglise pour l'exorciser après?
De plus le problème n'est pas tant de savoir si elle contient ou non des éléments douteux que de savoir à quelle Tradition elle se réfère; là commence le gros mensonge de référence à l'ancienne liturgie des Gaules et à Saint Irénée et St Jean Maximovitch a été abusé.

Volodimir
Messages : 35
Inscription : mar. 18 mai 2004 13:52

Message par Volodimir »

Je ne sais pas ce que St Jean Maximovich a pensé. Mais ce sont, je crois, n'étant pas un spécialiste de l'occident, des éléments de tradition religieuse française.
Dans la mesure où ces éléments n'enfreignent pas les saints canons des 7 Conciles Oecuméniques, ni ne sont anathémisés ou interdits par les Pères de la Sainte Eglise Orthodoxe, mais sont un usage local, sont ils condamnables quant à lOrthopraxis ?

Je m'interroge, je n'affirme rien.

Quand au mensonge sur les sources de la Tradition des Gaules, je ne le connais pas. St Irenée et les lettres de St Germain de Paris n'auraient rien à voir avec la Tradition française ?

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

Allumer un feu pour l'exorciser n'est pas une tradition religieuse mais paIenne. Et cela n'a aucun sens et aucune place dans l'Eglise.

Quand à la liturgie des Gaules et Saint Irénée c'est bien sûr une Tradition des Gaules mais perdue. On n'a pour ainsi dire rien retrouvé et la liturgie ecofienne s'est constituée sur un mensonge de sources que l'on ne possède pas.
Elle a été inventée de toute pièce, et forme un patchWork qui n'appartient à aucune Tradition.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique »

En ce qui concerne la Pentecôte écofienne, elle a été fabriquée de toute pièce :

- on ne retrouve presque rien de la liturgie byzantine
- on ne retrouve presque rien des coutumes occidentales : Veni creator + plus quelques versés ;
- par contre deux rites ont été introduits :
1. une prosternation après les chants d’entrée avec invocation de l’Esprit-Saint (je ne connais pas l’origine de ce chant)
2. après l’Epiclèse, un rite d’agenouillement où le prêtre se met à genoux face aux fidèles et récite la prière au Saint-Esprit de saint Siméon le nouveau théologien

La cérémonie écofienne est très belle et séduisante ; la première fois que j’ai fêté la Pentecôte dans une paroisse orthodoxe, j’ai été dépaysée et déçue.
Tout a été fait pour qu’il n’y ai pas de possibilité de communion avec les orthodoxes.

Je trouve la démarche de ceux qui ont fabriqué la liturgie écofienne démoniaque, car il y a assez d’orthodoxie pour tromper (saint Siméon le nouveau théologien est orthodoxe), et aucun respect de la tradition, des Pères et des canons, il ne peut donc pas y avoir certitude du respect de la foi orthodoxe.

Volodimir
Messages : 35
Inscription : mar. 18 mai 2004 13:52

Message par Volodimir »

Je ne me ferai pas l'avocat de l'Ecof.

Mais je parlais surtout de St Jean Maximovitch et posait une question sur l'origine gauloise de la Liturgie qu'il a approuvé et célebrée, et qui pour cela à mes yeux ne peut qu'être conforme à l'Orthodoxie. D'autant qu'elle fut acceptée par le Saint Synode ROCOR (et le Saint Synode de l'Eglise de Roumanie).

Les lettres de St Germain de Paris sur la Liturgie existent à Autun, et des Liturges ont travaillé le sujet. Que cette tradition fut perdue, interrompue, certe, c'est un fait historique indéniable.

Je comprend qu'Irene Monique ait mal vécue son appartenance à une paroisse de l'Ecof, mes propos ne visent pas au débat sur ce sujet.

J'ai personnellement une grande vénération pour Saint Jean Maximovitch, et je n'aime pas voir l'épisode "Ecof" de sa vie amputé pour X raisons.

Cette opinion m'est personnelle, je ne veux pas l'imposer.

Volodimir
Messages : 35
Inscription : mar. 18 mai 2004 13:52

Message par Volodimir »

...et pour clore, pour ma part sur ce sujet, je ne vois pas ce qu'il ya de contraires aux Saints Canons de l'Eglise et aux Pères, et encore moins de démoniaque, à se prosterner en invoquant l'Esprit Saint!


La Tradition Byzantine de l'Eglise Orthodoxe à travers les Divines Liturgies de St Jean Chrysostome et St Basile, et l'usage du typikon est ininterrompue et donc sure et acceptable pleinemenent et sans réserve, la résurgence d'une tradition locale qui fut interrompue est certe très nettement moins sécurisante et d'une grande fragilité.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

la résurgence d'une tradition locale qui fut interrompue est certe très nettement moins sécurisante et d'une grande fragilité.
Ce que vous semblez avoir du mal à comprendre c'est qu'il ne s'agit pas d'une résurgence mais d'une invention de toute pièce. Les pièces originales n'ont jamais ete fournies! Autun est une légende.
l'origine gauloise de la Liturgie qu'il a approuvé et célebrée, et qui pour cela à mes yeux ne peut qu'être conforme à l'Orthodoxie. D'autant qu'elle fut acceptée par le Saint Synode ROCOR (et le Saint Synode de l'Eglise de Roumanie).
Il n'y a aucune raison de ratifier une liturgie sous prétexte que tel saint l'a célébrée à tort.
La sainteté de Jean Maximovitch ne réside pas dans le fait qu'il ait célébré cette liturgie et cette liturgie ne saurait trouvé sa justification dans le fait qu'il l'a célébrée. Ce n'est certainement pas suffisant.
Quant au rôle de la Roumanie il est très ambigu et n'a été ratifiée que la liturgie dominicale mais pas la totalité du cycle qui demande à être analysé scrupuleusement ce qui n'a encore jamais été fait.

Monique
Messages : 788
Inscription : mer. 31 mars 2004 10:19

Message par Monique »

Cher Volodomir

je n'ai malheureusement pas si mal vécu mon passage à l'ECOF et c'est le réveil qui est difficile.

La liturgie selon st Germain telle que la célèbre les écofiens est rès belle, les chants sont très beaux et quand je suis entrée à l'ECOF j'ai cru que toutes les coutumes qu'on vivait étaient t orthodoxes.
J'ai beaucoup aimé cette période.

Puis j'ai évolué et comme la liturgie au sens large de l'ECOF est très pauvre, j'ai commencé à prier avec les textes de la liturgie byzantine, j'ai fréquenté paroisses et monastères orthodoxes et j'ai réalisé peu à peu que cette liturgie n'enseignait pas toute l'orthodoxie.

Actuellement j'essaie d'étudier les différences pour aider des amis qui ont beaucoup de mal à faire le deuil de cette liturgie.

Et j'ai aussi compris que cette liturgie se refermait comme un piège et empêchait les fidèles de devenir orthodoxes.

Je n'ai pas fait ces remarques pour vous contrer, et je pense qui si la liturgie selon st Germain avait était restaurée en l'intégrant dans l'ensemble liturgique elle aurait peut-être pu trouvé une place.

Volodimir
Messages : 35
Inscription : mar. 18 mai 2004 13:52

Message par Volodimir »

Antoine ne vous fachez pas.
J'exprime juste le fait que je rejette personnellement l'idée que St Jean Maximovitch ait pu célébrer une Divine Liturgie hétérodoxe, c'est tout.

Répondre