Pour une réponse orthodoxe aux besoins spirituels en Europe

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Barbare du Nord
Messages : 9
Inscription : ven. 30 juil. 2004 21:49

Message par Barbare du Nord »

, mais il y a des églises gothiques (voire, pis encore, néo-gothiques) qui me paraissent poser un problème esthétique pour les orthos (même si on y met des icônes).
Bonjour
J'ai relevé cette petite remarque.
Le problème est il purement esthétique?
Je veux dire, est ce seulement une question de "goût"?
Ou y a t'il des incompatibilités entre orthodoxie et style gothique, du point de vue de la symbolique ou de la théorie architecturale?

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne »

Pourquoi aller visiter un monastère quand on est laïc ?

Jean-Serge disait :
Tu as été dans un monastère. Ma question sera simple : Qu'y fait-on? Comment cela s'organise-t-il? Quel est le but de ce type de démarche? Bref je vois beaucoup de monde qui y a été mais qu'y cherche-t-on, qu'y trouve-t-on? Et faut-il y aller si justement on n'est pas spécialement tourmenté? S'agit-il simplement de s'isoler, auquel cas on peut tout aussi bien se retirer chez soi...
Je crois que c’est surtout pour prendre part à l’effort de prière incessante qui est celui des moines. Dans certains pays orthodoxes il y a des gens “cosmiques” (c’est-à-dire des gens qui vivent normalement dans le monde) qui vont passer un petit moment dans les monastères pour y participer aux corvées quotidiennes. C’est leur manière de prier. On peut aussi aller au monastère pour parler et questionner sur des problèmes spirituels. C’est une caractéristique du développement de l’Orthodoxie en France actuellement que ce besoin apparaisse. Il n'avait pas été prévu. Mais je ne crois pas qu’on doive aller visiter un monastère pour s’isoler.

Mais bien sûr il faut aussi apprendre à mener soi-même et en soi-même la lutte spirituelle.

Liturgie de saint Jacques de Jérusalem
Autre question y a-t-il une paroisse en France qui, pour la fête de Saint Jacques le Mineur, Premier Evêque de Jérusalem, célèbre une Divine Liturgie avec la Liturgie de Saint Jacques?
La Liturgie de saint Jacques est une des antiques Liturgies qui ont été pratiquées dans l’Église orthodoxe. Elle n’a jamais été rejetée et elle est parfois célébrée. Il faudrait un spécialiste d’histoire liturgique pour parler de tout ce qu’il y a dans le trésor antique de la Liturgie orthodoxe. Je ne m’y risquerai pas. Je ne crois pas qu’elle soit célébrée en France.

L’expérience de l’Église orthodoxe s’est concentrée autour des Liturgies de saint Jean Chrysostome, de saint Basile le Grand et pour les Présanctfiés celle de saint Grégoire de Rome. Il ne faut sous-estimer ni l’expérience de l’Église. ni oublier le trésor antique.

Pourquoi célèbre-t-on si peu de liturgies quotidiennes ?

Il y a d’abord à cela des raisons pratiques qu’Antoine a rappelé. Mais il a raison d’insister sur la raison essentielle :
Il y a aussi le fait que la liturgie est essentiellement un office du dimanche; on peut s'interroger sur l'opportunité de la célébrer en semaine. Personnellement je préfère vêpres et matines en semaines, vigiles le samedi et liturgie le dimanche. Le monastère du Père Syméon près du Mans célèbre une liturgie tous les jours.
La liturgie n’a jamais été conçue pour être célébrée quotidiennement. La Liturgie est par essence une assemblée des fidèles pour le jour du Seigneur (c’est le nom du dimanche, tant en grec qu’en latin; le slave dit “résurrection” pour dimanche, ce qui est la même idée). On la célèbre aussi aux grandes fêtes et on a toujours tendance à augmenter le nombre des saints en l’honneur desquels on célèbre la Liturgie. Mais jamais le Typikon n’a prévu une célébration quotidienne.

Le mont Athos (où pourtant on prie beaucoup et où on fait beaucoup d’offices tous les jours) ne connaît pas la célébration quotidienne.

Il s’agit d’une pratique d’origine catholique qui a impressionné certains orthodoxes. Cela fait partie des influences inconscientes de l’Occident sur l’Orthodoxie. Mais l’adoption d’une telle pratique ne représenterait pas du tout un plus pour l’authenticité de l’Orthodoxie.

Ce qui représenterait un plus ce serait de célébrer plus fréquemment les offices des heures, mais il faut bien sûr tenir compte des possibilités des paroisses et du clergé. Non seulement les fidèles habitent loin, mais le clergé travaille pour gagner sa vie. Ça viendra peu à peu.

églises gothiques

Notre ami “Barbare du Nord” s’est étonné de la réserve que j’avais faite sur l’architecture gothique :
Le problème est il purement esthétique?
Je veux dire, est ce seulement une question de "goût"?
Ou y a t'il des incompatibilités entre orthodoxie et style gothique, du point de vue de la symbolique ou de la théorie architecturale?
Ce n’est pas en tant que Barbare de l’Ouest que je réponds. Je ne pensais en tout cas certainement pas à un problème symbolique. On peut parfaitement utiliser une église occidentale, n’importe laquelle, pour célébrer une liturgie orthodoxe (et Dieu merci, ça s’est déjà fait). Si les orthos devaient un jour durablement utiliser une église occidentale et s'y installer, je pense qu’il se poserait deux types de problèmes, des problèmes d’organisation de l’espace et des problèmes de décoration iconographique.

La question iconographique est la plus facile à comprendre. Les orthos ont besoin d’un certain nombre d’icônes, dont certaines doivent être disposées dans un certain nombre. Dans une église catholique il y a des statues, souvent de qualité douteuse, et de toute façon on n’aime pas les statues. Pour s’installer dans une église, il faudrait remplacer une décoration par une autre. Cela arrivera sûrement un jour. Mais les églises gothiques ont souvent une décoration de façade, parfois d’une grande valeur, mais qui sera difficile à effacer. Allez voir les grandes églises anciennes de Paris et imaginez qu’un jour les orthos puissent s’y installer : que fait-on de la façade ?

Organisation de l’espace : murs avec de grandes fenêtres à vitraux (qui tuent les icônes), sanctuaires ouverts et entourés d’un déambulatoire. fresques impossibles, chapelles latérales et bas-côtés. Tout cela n’est vraiment pas très orthodoxe. Une modeste église romane est beaucoup plus réutilisable.

Nous aurons un jour ce genre de problèmes. Et je m’aperçois que j’avais oublié de mentionner les églises baroques ! C'est peut-être encore pire.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Polycarpe
Messages : 5
Inscription : mer. 09 juin 2004 22:32

Message par Polycarpe »

Est-ce que quelqu'un a eu l'occasion de voir l'intérieur de l'Eglise des Saints Vincent et Anastase, à côté de la Fontaine de Trévi à Rome ? Dans cette église, sont à la fois célébrées des messes catholiques romaines et, depuis le printemps 2003, des liturgies pour la paroisse du Patriarcat bulgare à Rome. Il y a, paraît-il, une iconostase mobile. Je n'y suis jamais rentré ni après, ni avant, mais le souvenir que j'ai de la façade, c'est que c'est tout sauf du roman. Je me demande ce que ça peut bien donner à l'intérieur, avec ladite iconostase...

milano
Messages : 49
Inscription : jeu. 18 déc. 2003 15:47

Message par milano »

Concernant la Liturgie de saint Jacques, frère du Seigneur, elle n'est guère célébrée en dehors du 23 octobre fête du Saint.
En France, c'est le patriarcat de Moscou qui la célèbre annuellement, le 23 octobre/6 novembre. Il semble qu'elle ne le soit pas ailleurs.
L'ERHF l'aurait célébrée autrefois à Meudon, en témoigne le P. Troubnikoff, mais quid maintenant?
Sinon elle est célébrée un peu partout à l'étranger, mais très rarement en dehors de cette date.

La liturgie est magnifique, bien que complexe.
Elle est volontiers présentée comme la liturgie archaïque, ayant "abouti" ultérieurement aux deux autres liturgies byzantines.

On pourrait en donner plus de détails si cela intéresse quelqu'un !

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

Oui, Milano, donnez-nous plus de détails, ça intéresse beaucoup de monde, et surtout si vous en avez une traduction en Français donnez-nous les références ou mieux encore le texte.
Merci

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Texte de la liturgie de Saint Jacques

Message par Jean-Serge »

Certains sites anglais donnet un texte de la liturgie de Saint Jacques, mais j'ignore s'il est complet, correct et si le texte est d'ailleurs identique entre les deux

Voici les liens :

http://www.newadvent.org/fathers/07090100.htm

http://web.ukonline.co.uk/ephrem/lit-james.htm
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

Claude le Liseur
Messages : 4198
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

En 2003, j'ai pu acheter dans une librairie d'Athènes l'édition officielle de la liturgie de saint Jacques utilisée dans l'Eglise de Grèce:

I theia litourghia tou aghiou Iakovou tou Adhelfotheou, Diaconie Apostolique, Athènes 1997 (d'après la page de garde, la 1ère édition daterait de 1964, mais le texte contient une préface de l'archevêque Chrysostome pour une 4ème édition de 1937...)

Ce n'est pas une édition à but uniquement d'érudition: en effet, dans l'Eglise de Grèce, cette liturgie est encore en usage pour la fête de saint Jacques, le 23 octobre, sur l'île de Zante (Zakynthos). J'ignore totalement pourquoi cette liturgie s'est maintenue à Zante plutôt qu'ailleurs. Cette liturgie est aussi célébrée le 23 octobre dans les patriarcats d'Antioche et de Jérusalem.

Il paraît qu'il y aurait aussi des tentatives pour faire revivre la liturgie de saint Marc dans le cadre du patriarcat d'Alexandrie. En tout cas, il y a aussi une édition officielle de la liturgie de saint Marc par la Diaconie Apostolique de l'Eglise de Grèce.

Yvette Le Quéré
Messages : 6
Inscription : lun. 26 juil. 2004 18:20

Pour une réponse orthodoxe aux besoins spirituels en Europe

Message par Yvette Le Quéré »

En réponse aux remarques échangées à propos de
l'Eglise orthodoxe de France

En prenant connaissance des remarques échangées sur ce site, je me suis étonnée de l'acharnement pathologique des uns et des autres contre l'ECOF, alias l'Eglise catholique orthodoxe de France, alias l'Eglise orthodoxe de France. Étonnée, non pas de voir cette Eglise traînée dans la boue, car il y aura toujours des personnes qui penseront se valoriser en essayant de rabaisser leur prochain, mais étonnée de constater que ceux qui l'y traînent se prétendent des chrétiens orthodoxes ! Je me demande de quelle orthodoxie il s'agit ? Si elle se veut chrétienne, voici donc une nouvelle catégorie de chrétiens.

Pour ma part, je suis membre de Eglise orthodoxe de France depuis bientôt quarante ans, et nombreux sont ceux que j'ai vu venir et partir... Et pourquoi pas ? L'Eglise n'est pas une prison, et chaque personne - sur qui Dieu veille - n'a-t-elle pas son chemin ?

J'ai donc appris récemment sur ce site - « grâce » au prénommé Antoine - que 1'ECOF est composée de défroqués catholiques légalisant des situations de concubinage ; de divorcés remariés ; de gourous en tous genres ; de tripatouilleurs financiers ; de mystiques à bon marché ; de prophètes à la noix ; de profs en mal de reconnaissance, etc. J'étais un peu décontenancée à la lecture de cette énumération lorsque, cherchant dans quelle catégorie me classer, je vis, quelques lignes plus loin, qu'Antoine avait tranché : je fais partie d'un tas d'immondices. Je n'en suis pas troublée. L'Evangile selon saint Matthieu (22, 8-14) nous apprend, à propos des invités aux noces que le roi dit à ses serviteurs : « Rendez-vous donc aux carrefours, et tous ceux que vous trouverez, invitez-les aux noces ». Ces serviteurs s'en allèrent par les rues, rassemblèrent tous ceux qu'ils trouvèrent, mauvais comme bons, et la salle des noces se remplit de convives ». Il en est ainsi de l'Eglise. Espérant être revêtue de « l'habit de noces », l'immondice que je suis a la certitude que le Roi Qui est venu vers nous, Qui nous invite à Son Banquet et Qui est descendu jusqu'aux enfers, le Christ béni, viendra me chercher là où je suis, et aussi bas que je me trouve dans le tas d'immondices. Et Antoine n'y pourra rien. Qu'il se souvienne donc, lui, le riche, du pauvre Lazare.

« Quoi de moins orthodoxe que l'ECOF ? », demande-t-il ? L'on peut répondre : « Antoine, apparemment ! » En effet, où dans les Evangiles, chez les Pères de l'Eglise, dans quelle Eglise orthodoxe en France ou dans le monde recommande-t-on de mépriser son prochain, de l'injurier, de médire, de calomnier, de propager des on-dit malveillants ? « Où est le Christ dans tout ça ? » L'infaillible Antoine répond à cette question posée par un internaute en faisant l'apologie du travail matériel de certaines personnes ! Mais, comme disait Maître Eckhart qui était chrétien, mais pas « orthodoxe » au sens où Antoine l'entend : « Ne t'imagine pas mettre la sainteté en tes œuvres ; il faut mettre la sainteté en ton être ».

Ainsi, certains internautes semblent avoir remplacé notre Dieu Vivant par une idole : « la vraie orthodoxie ! » Ils ont élaboré un système (orthodoxe ?) dont il résulte que l'Esprit Saint ne souffle plus où Il veut, mais où, quand et comme le veulent ces « savants » que leur érudition égare. Ils collectionnent les connaissances des autres, font état d'expériences qui ne sont pas les leurs, qui ne leur appartiennent pas, mais dont cependant ils se glorifient. Or, « Se croire quelque chose alors qu'on n'est rien, c'est s'abuser soi-même » (Galates 6, 3). Et l'on retrouve dans leurs diatribes contre l'ECOF tous les défauts contre lesquels les Pères de l'Eglise mettent en garde : la colère, la haine, l'agressivité, la dureté de cœur, le jugement du prochain, la médisance et la calomnie, etc. Et l'un d'eux - pourtant au soir de sa vie - a ce cri tragique : « Nous avons besoin d'évêques qui nous aident à nous battre contre nous-mêmes ». Mais, des évêques, qu'en pense-t-il ? « La plupart n'ont été que des évêques médiocres », dit-il ici. Là, il évoque « leurs compromissions et leurs lâchetés » ; ailleurs « leurs complaisances pour les shows œcuméniques », etc. En bref, les évêques posent problème... Mais si ces internautes étaient des saints, ils pourraient les aider... Car, d'une part, les évêques sont des hommes comme nous, pécheurs, et, d'autre part, qui a vraiment conscience de ce que portent les évêques, ces pasteurs qui sont à la tête d'un troupeau et d'une Eglise ?

Les Pères nous incitent d'abord à nous mettre à l'écoute du Verbe de Dieu, à invoquer l'Esprit Saint et à nous approcher des Saints Mystères. C'est ce que l'Eglise orthodoxe de France propose en mettant l'accent sur la sainte Liturgie et les Sacrements. Mais, voici qu'intervient Jean-Louis Palierne, que j'ai connu jadis à la cathédrale Saint-Irénée, et dont j'apprécie les traductions. Cependant, il raconte l'histoire de l'ECOF à sa manière et critique tout sans bienveillance, dont notre Sainte Liturgie. En voici deux exemples (entre autres). « Ces textes ne sont pas le fruit d'une longue tradition orthodoxe, mais la création de quelques individus pressés par le besoin d'alimenter une opération ecclésiastique ». Il est indéniable que l'on juge les autres d'après soi-même, car ceux qui ont connu Monseigneur Jean de Saint-Denis et Maxime Kovalevsky ne les reconnaissent pas dans cette description : ils n'étaient pas des hommes politiques, cette politique fut-elle ecclésiastique. Ils étaient de vrais chrétiens orthodoxes, fervents, ardents et généreux, des théologiens, des artistes et des liturgistes. Or, n'est pas liturgiste qui veut, et je me permets de douter que Jean-Louis Palierne possède les qualités requises. Il ne lui reste donc que la critique : « Ces textes sont accompagnés d'un ensemble d'usages et de pratiques exaltant unilatéralement l'esprit communautaire ». Ainsi, certains mouvements de l'assemblée et certains répons seraient « excessifs », tels « le baiser de paix transmis depuis l'autel à l'ensemble de la communauté, c'est excessif ; le triple Amen lancé par la communauté à l'anaphore, c'est excessif, mais l'ensemble de ces excès avec quelques autres finit par créer une participationnite obsédante, etc. Voici donc une opinion personnelle qui, comme telle, aurait pu être exprimée plus modestement. Pourquoi se placer au-dessus de tous, absolutisant, jugeant et condamnant avec des arguments qui n'en sont pas ? Chaque personne ne peut-elle avoir sur le sujet une opinion différente ? Ainsi, pour ma part j'apprécie ce rituel. Les mouvements de l'assemblée - si symboliques - m'ont beaucoup apporté et m'ont aidée à m'approcher des Saints Mystères. Dieu ne nous a-t-il pas donné « la vie, le mouvement et l'être ? ». De même, le triple « Amen ! » à l'anaphore - qui témoigne de l'adhésion et de la Foi de toute l'assemblée - n'est pas pour moi excessif, mais très important et beau. Jean-Louis Palierne souhaiterait-il le retour des messes basses de l'Eglise de Rome ? Aurait-il la nostalgie de l'immobilité de l'assemblée au temps de l'Eglise enseignante et de l'Eglise enseignée ? Pourquoi pas ? Mais, ceci est un problème qui lui est personnel. Pour sa part, le Père Justin Popovitch dit que l'Européen est individualiste.

Peut-être cette participationnite pourrait-elle l'aider à briser son enfermement et à le sortir de son quant-à-soi pour peu qu'il veuille bien participer de bon gré et simplement au rituel en s'abstenant d'un perpétuel jugement ? Qui sait ? Pourquoi pas ? Et pourquoi toutes ces critiques incessantes et subjectives ? A qui, à quoi et en quoi sont-elles utiles ?

Et qu'en est-il des premiers chrétiens qui n'avaient pas autant de « savoirs » livresques que certains internautes et qui ne bénéficiaient pas d'une longue tradition liturgique ? Les saints et les martyrs qui ont confessé la Foi dans les supplices et dans l'arène - comme à Lyon, en 177, Blandine dont l'atroce martyre fait frémir - étaient-ils donc des imposteurs ? Ces internautes qui - dans l'anonymat et confortablement installés devant leur ordinateur - affirment avec tant de fougue et de hauteur leur « orthodoxie » et pourfendent l'orthodoxie des autres, pourrait-on de nos jours (ce qu'à Dieu ne plaise) les mener dans l'arène pour y être livrés aux bêtes ? Bah ! Il faudrait d'abord savoir qui ils sont, puis les attraper, car ils auraient tôt fait d'abandonner témoignages et critiques pour fuir à toutes jambes se cacher au fond des bois. Ne se cachent-ils pas déjà sur ce site sous des prénoms ou des pseudonymes ? Si l'on pouvait se hasarder à avoir d'eux une opinion, l'on pourrait les soupçonner d'avoir une érudition bien superficielle, car apparemment elle ne leur sert à rien, ni à eux ni à personne. Sans charité ni rien qui lui ressemble, leurs discours enflammés qui vilipendent leur prochain n'édifient pas, ils détruisent et les détruisent eux-mêmes, ce dont ils semblent ne pas avoir conscience. Mais, ne jugeons point... Par le Baptême nous avons revêtu le Christ et se livrer à l'ascèse selon les Pères est plus difficile que de s'abandonner aux bavardages malveillants pour « refaire le monde et l'Eglise », ce qui engraisse le vieil homme dont, au contraire, il conviendrait de se dépouiller.
En conclusion de ces quelques lignes, je me permets d'informer les participants à ce Forum qu'ils peuvent avoir un aperçu de la vie et de l'Histoire de l'Eglise orthodoxe de France en prenant connaissance de nos sites :

http://orthodoxie.free.fr
http://orthodoxie-france.ifrance.com
http: //pagesperso.laposte.net/orthodoxie

Ils y trouveront, entre autres, des extraits de l'ouvrage de Maxime Kovalevsky : « Orthodoxie et Occident - Renaissance d'une Eglise locale » ; des documents officiels sur notre Eglise ; des textes relatifs à notre Sainte Liturgie, etc.

Que Dieu voit et nous sauve tous !


Anne-Yvette Le Quéré
14è dimanche après la Pentecôte
Le lys des champs 5 septembre 2004


P.S. : J'espère que cette mise au point ne disparaîtra pas de ce site, comme en a disparu ma première lettre en réponse à Antoine au sujet du film La Passion du Christ de Mel Gibson.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

P.S. : J'espère que cette mise au point ne disparaîtra pas de ce site, comme en a disparu ma première lettre en réponse à Antoine au sujet du film La Passion du Christ de Mel Gibson.
Votre message n'a pas disparu. il se trouve à la rubrique "Crucifixion; Homicide ou déicide en page 2 sous le message de Nicole."
D'ailleurs quel dommage que vous n'ayez pas tout dit et rendu public un document émanant de vous , daté du jour de "Sainte Agnesse, abesse de Ste croix, Sainte Disciole, vierge, Disciples de sainte Radegonde" et qui commence ainsi:

<<Cher Père XXX
Le dernier numéro de Joie vient de me parvenir. ainsi tu as publié l'article du père Jean-rançois Var sur la passion du Christ sans les corrections sur lesquelles nous étions pourtant tous deux d'accord. Alors que tout était pour l'essentiel , si simple à rectifier, Père Jean-François Var a refusé, m'as tu dit , de modifier quoi que ce soit, et ce pour une raison qui m'échappe, car personne n'est infaillible[...] Dans ce cas pourquoi n'as-tu pas pris tes responsabilités et refusé de publier cet article en l'état?[...]
Ce texte comporte des appréciations [...]qui ne sont pas en accord avec la Foi et engagent notre evêque et notre Eglise, car ces lignes rédigées par un prêtre sont publiées dans notre journal écclésial etc... [...]

et vous terminez:
[...] tu m'as dit que tu présenterais mon article comme Une opinion différente. Mais ceci ne peut convenir,[...] car l'expression de la foi par saint Maxime le confesseur ne peut être appelée "une opinion différente" etc...>>

Oh comme je suis d'accord avec vous!! Sauf que si l'article de Var a été malgré vous publié, vous n'en tirez pas les bonnes conséquences.

Alors reconnaissez vous ce document?

C'est curieux il ne donne pas le même son de cloche que celui de votre message que nous n'avons pas du tout censuré comme vous le laissez penser, tout comme il n'est pas question de censurer celui ci- dessus qui témoigne de votre désarroi à découvrir, après 40 ans de pratique à l'Ecof, que vous avez été trompée par ceux-mêmes qui sont censés être vos "pasteurs" et vos "gardiens dans la foi".
Vous oubliez qu'il n'est pas de mon ressort qu' aucune Eglise Orthodoxe ne soit en communion avec l'ECOF. Il est dommage qu'en 40 ans vous n'en ayez pas trouvé les vraies causes et n'ayez jamais analysé pourquoi vos évêques vous ont tant menti et ont tant menti à leur(s) synode(s).
Mais d'autres que vous (et ils sont très nombreux) auront compris finalement dans quelle pétaudière et quelle arnaque spirituelle on avait voulu les embarquer. Voyez vous il y a deux ECOF. Celle qui était née dans la pensée de fondateurs,(Jean Maximovitch, V.Lossky) noble et parée comme une véritable épouse pour le Christ, et celle qui a finalement vu le jour pour s'enlaidir et se prostituer au fil des années.
Il y a eu un foisonnement théologique spirituel magnifique, des articles de grande valeur et de grande profondeur, des gens formidables et un gâchis écoeurant laissant derrière lui ce tas d'immondices que vous avez rappelé.

Mais qui sait ce que Dieu est capable de faire fleurir sur un tas de fumier?

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

En vous répondant je n'avais pas pris connaissance des messages de la rubrique Ecof et plus particulièrement de celui de Philarethe Posté le Mar 24 Aoû 2004 15:41 .
Il cite l'Evêque Germain qui déclarait dans un document daté du 14/18 mars 1988 et reproduit sur le sirte de l'ECOF:
"Je veillerai au contenu des éditions et des revues pour qu'elles contiennent les thèmes de la pensée orthodoxe traditionnelle"
Suite à votre correspondance sur le texte de Var relatif au Film Passion du Christ de Mel Gibson , ça ne vous fait pas sourire?

Vous parlez d'un "acharnement pathologique" que nous aurions à détruire l'Ecof.
Je me pose deux questions:
1) Cet acharnement vient-il de nous ou de ceux qui ont la garde de l'Ecof?
2) Ce qui est pathologique, ne serait-ce pas plutôt votre entêtement à prolonger vos quarante ans de pratique écofienne en refusant de voir tout ce qui se passe autour de vous?

Jeanne Saint Gilles
Messages : 154
Inscription : mar. 03 août 2004 18:20
Localisation : Paris 08

Défense des juridictions ethniques

Message par Jeanne Saint Gilles »

Je suis surpris de la vigueur avec laquelle on s'en prend aux juridictions ethniques pour les raisons suivantes :

- c'est un peu trop jouer la différence français d'une part et immigré d'autre part avec notamment la question des langues. On peut appartenir à une église ethnique et avoir une partie des offices en français voire dans une autre langue

- certes le comportement de ces juridictions est parfois critiquable mais bon je préfère ça à me retrouver à Constantinople

- mais surtout la pratique liturgique de ces communautés est pure. Vous ne verrez jamais dans l'Eglise roumaine ou serbe telle fête décalée en week end car elle tombe en semaine alors que cela se pratique dans certaines communautés francophones, patique qui, à mon avis indique que l'homme passe avant Dieu. Vous ne verrez pas non plus des ecténies zappées, des raccourcissements pour faire plus court car le Français ne veut pas passer plus d'une heure à l'Eglise

-enfin en sortant du cadre, l'Eglise locale est notre affaire à tous et pas qu'aux évêques...
Jérusalem quand pourrai-je te voir?

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

Jeanne les raisons pour lesquelles certaines critiques envers les "juridictions ethniques" ont été émises n'ont rien à voir avec ce que vous évoquez pour leur défense. Il ne faut pas mélanger les dossiers.

Posez vous simplement la question suivante:
Qu'est-ce qui empêche aujourdhui nos évêques de se constituer en un véritable synode?

Jeanne Saint Gilles
Messages : 154
Inscription : mar. 03 août 2004 18:20
Localisation : Paris 08

Synode, pas synode

Message par Jeanne Saint Gilles »

Antoine a écrit :Posez vous simplement la question suivante:
Qu'est-ce qui empêche aujourdhui nos évêques de se constituer en un véritable synode?
Constituer un véritable synode peut-il se faire sans concile panorthodoxe? Je ne crois pas. Constituer ce synode voudrait dire autonomiser les orthodoxes en France. Or à mon avis, la manque la maturité...

Dans ma réponse, je voulais signaler qua malgré la pêche aux orthodoxes au dénomination douteuses, on peut trouver du bon dans les juridictions ethniques, un bon que j'ai du mal à trouver dans les paroisses francophones.
Jérusalem quand pourrai-je te voir?

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne »

C’est effectivement un concile œcuménique qui a reconnu l’autocéphalie de l’Église de Chypre, montrant ainsi que la voie de l'Orthodoxie est celle de l'autonomisation progressive des Églises locales.

C'est sur cet exemple que toutes les autres autonomies et autocéphalies locales se sont constituées, assurant la croissance de l'Église orthodoxe.

C’est le patriarcat œcuménique qui a consacré saint Sava pour la Serbie.

Le synode de l’Église russe a été créé lorsque l’Église de Constantinople, à l’appel des grands princes de Kiev, a envoyé un métropolite pour donner une structure synodale aux chrétiens de Russie. Plus tard ce siège métropolitain a été transféré à Moscou. Il s’est auto-proclamé auto-céphale en rejetant le pseudo-concile d’union de Florence, puis le métropolite s’est proclamé patriarche, puis il a été reconnu peu à peu par les autres patriarches. etc.

Je ne sais à quelle époque on a proclamé l’autocéphalie de l’Église de Géorgie, mais c’est une autocéphalie très antique.

Constituer un synode est un acte missionnaire, et l’Église orthodoxe est missionnaire par définition.

Les autocéphalies que l’on peut qualifier de balkaniques ont été proclamées lors des indépendances des États-Nations au XIXème siècle.

L’Église russe a accordé (vers 1960 ???) l’autocéphalie de ses diocèses aux USA. Les autres Églises orthodoxes considèrent l’OCA comme autonome.

Il y a quelques jours l’exarcat du patriarcat d’Antioche aux USA vient de se diviser en plusieurs diocèses de plein droit, et le patriarcat l’a transformé en une métropole autonome

Quant à l’exactitude liturgique, il suffit de voir les discussions sur le Forum “Chant liturgique” pour voir avec quelle opiniâtreté les chefs de chœur des paroisses francophone travaillent aux traductions et adaptations musicales en français, et pour comprendre que naît une orthodoxie francophone bien plus vivante et bien plus spirituelle que les groupes ethnico-linguistiques repliés sur eux-mêmes. C’est cette orthodoxie-là qui fait preuve de maturité.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Yiannis
Messages : 70
Inscription : mar. 25 mai 2004 12:03
Localisation : Athènes, Grèce

liturgie quoditienne

Message par Yiannis »

Le mont Athos (où pourtant on prie beaucoup et où on fait beaucoup d’offices tous les jours) ne connaît pas la célébration quotidienne.
Si, à Mont-Athos on célèbre la liturgie tous les jours et ceci n'est pas quelque chose de récent. Le grand ascète Ancien Joseph l'Hésychaste, mort en 1959, alors qu'il était jeune moine au Mont-Athos, vers les années 1930 peut-être, allait à la liturgie chez père Daniel, dans la grotte de Saint-Pierre l'Athonite. Ce vieux prêtre célébrait la liturgie tous les jours, une liturgie qui duraient durant des heures, même 3 heures. La cause en était que cet hiéromoine pleurait autant durant la liturgie qu'il n'arrivait pas à lire les prières! Pour cette raison, il ne voulait pas qu'il y ait des moines présents, par humilité, pour que l'on ne le considère pas comme un saint. Père Daniel permettait seulement au père Joseph avec son compagnon, père Arsène, et un troisième moine qui était son disciple d'y être présents. D'autres moines, des alentours, pensaient qu'il était tombé dans l'illusion spirituelle à cause de cet inderdit. Il y a un témoignage qu'il célébrait tous les jours la liturgie de saint Basil et non celle de saint Jean Chrysostome, pour que la liturgie dure encore plus!!! Après la liturgie père Daniel se cachait durant 1-2 heures dans sa cellule, ne voulant parler à personne. Il s'agit d'un vrai saint inconnu. L'ancien Joseph l'Hésychaste dit que le sol de la grotte devenait de la boue à cause de ses larmes.
Disons à propos que la célébration quoditienne de la liturgie est une coutûme même dans les monastères qui émanent de la vraie tradition athonite, sans influences de lq part des fraternités orthodoxes Zoé ou Soter. Je parle notamment des monastères de Philotheou, Kostamonitou, Xéropotamou et Karakallou, qui sont dans la lignée du père Ephraim, disciple de l'Ancien Joseph l'Hésychaste, actuellement au monastère Saint-Antoine à Arizona, aux Etats-Unis. On peut y ajouter le monastère de Vatopédi et la skite Saint-André, où les moines sont des fils spirituels du père Joseph de Vatopédi, un autre disciple de l'Ancien Joseph l'Hésychaste.

Répondre