Les Conciles Oecuméniques Du Nouveau Testament à Chalcedoine

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

christianc
Messages : 107
Inscription : lun. 07 juil. 2003 9:21

Les Conciles Oecuméniques Du Nouveau Testament à Chalcedoine

Message par christianc » mar. 22 juil. 2003 10:26

Selon Vincent de Lerins
l'opinion d'un seul docteur ne suffit pas, mais la vérité est ce qui a été cru partout, toujours et par tous
.



Les spécialistes en histoire conciliaire corrigeront mes erreurs, je l'espère..

Le but de ce fil est d'échanger sur l'évolution de la doctrine entre
le Nouveau testament et le concile de Chalcedoine


Ou la fondation du christianisme a t'elle eu lieu ? Comment cela s'est il passé..
D'après les Evangiles et les Actes la fondation de l'Eglise de Jésus Christ a eu lieu à la Pentecôte en une année estimée à 28 de notre ère..
Dès le départ - sous l'autorité des apotres l'Eglise est amenée à légiférer,
à s'entendre
La première délibération se fait dans l'église de Jérusalem : Actes 6 : Je mentionne l'institution des diacres, diakonos destinés à soulager les Apotres des charges matérielles ..
La deuxième grande délibération est relatée dans Actes 15 - A Jerusalem , la question est : Comment agir avec les chrétiens ne viennent pas d'un milieu juif ?
Faut il qu'ils soient circoncis ? Y a t'il des prescriptions particulières ?
Certaine affirment que oui, d'autres que non..

Non sans difficultés - les débats sont rudes entre l'Apotre Paul qui repésente des églises fondées en Galatie et à Antioche (basée sur des gens qui ne sont pas issus de la religion juive)

A Jerusalem L'Universalité (Catholicité) de l'Eglise est l'enjeu du débat, comment être Universel??

Trois points sont actés
- La première prescription : de s'abstenir de l'immoralité
- La deuxième prescription : de s'abstenir des animaux étouffés et du
sang
- La troisième prescription : de se souvenir des pauvres

La deuxième prescription va rapidement disparaitre au fur et à mesure du développement de l'église ..

Mais le principe de se réunir pour délibrérer des points de doctrines et de discipline , entre les églises juives et les église grecques est déjà acté..
1 Cor 10:25
Mangez de tout ce qui se vend au marché, sans vous enquérir de rien par motif de conscience;
La doctrine est en cours de constitution , mais la proclamation de l'Apotre Paul est Christocentrique .. Jésus Christ est le chef de la foi et celui à qui s'adressent "gloire louange et honneur;.. "En lui réside corporellement la plénitude de la divinité" .. (Col 1:19 - Col 2:9)

Entre le premier siècle et le premier concile il y a 3 siècles de développement de l'Eglise :

Le premier concile Oecuménique est convoqué à Nicée 325
Il établit principalement le Symbole de Nicée
Le Fils est de même nature (homoousios) que le Père: il est Vrai Dieu
Le deuxième concile Oecuménique est convoqué à Constantinople en 381
L'Esprit-Saint procède du Père : il est de même nature que le Père et le Fils ..
Le troisème concile Oecuménique est convoqué à Ephèse en 381
Comme le Christ est une seule personne, Marie est Mère de Dieu (theotokos)

Cette affirmation, qui peut faire sursauter les protestants , ne signifie pas que Marie est Déesse, elle relève du mystère de l'incarnation, Jésus Christ étant entièrement homme et entièrement Dieu . Et Marie est mère du Fils de Dieu ,Martin Luther reconnaissait le statut de "Theotokos" à Marie..

Le quatrième concile Oecuménique est convoqué en Chalcédoine en 451
Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme : une seule personne en deux natures, divine et humaine..

Alors pour lancer la discussion je vais poser une question :
J'avais toujours appris que les Orthodoxes reconnaissent 7 conciles et les Protestants 4 .. (Ce dont ces derniers ne sont pas toujours conscients..)
Mais je me rends compte que certaines église Orthodoxes ne reconnaissent que les trois premiers ..

En dehors du fait - admis - que la Réforme est une émanation paradoxale du Catholicisme Romain.
D'après les commentateurs aucune position officielle n'a jamais été prise sur la question du Filioque.. Et très peu d'opinions théologiques ont été émises sur ce point mais nous pourrons y revenir..

Que pensez vous de cet écart et avez vous des commentaires ou des précisions à apporter?
Dernière modification par christianc le mar. 22 juil. 2003 15:40, modifié 2 fois.

totocapt
Messages : 74
Inscription : jeu. 17 juil. 2003 2:58
Localisation : Europe

Mais dites-moi...

Message par totocapt » mar. 22 juil. 2003 13:09

... Quelles sont les églises orthodoxes qui ne reconnaissent que les trois premiers conciles? Vous voulez parler des églises non-chalcédoniennes?
Gnôthi seauton!

christianc
Messages : 107
Inscription : lun. 07 juil. 2003 9:21

Message par christianc » mar. 22 juil. 2003 13:29

Bonjour totocapt
Vous voulez parler des églises non-chalcédoniennes..
Apparemment oui,
j'ai entendu dire que les églises non-chalcédoniennes
ne reconnaissent que les trois premiers conciles .. (Kallistos Ware L'Eglise Orthodoxe .. L'Eglise des 7 conciles)

Maintenant il y a deux possibilités d'interpréter cette information :
- un rejet total des positions et des canons des autres conciles
(ce qui serait tout à fait étonnant)
- une adoption partielle (pas complète) des canons des autres conciles..

Claude le Liseur
Messages : 3910
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » mar. 22 juil. 2003 14:17

Pour comprendre la position des Eglises non-chalcédoniennes sur les conciles postérieurs à celui de Chalcédoine, il faut garder à l'esprit que tous les conciles se sont réunis dans l'urgence, pour faire face à une crise grave qui menaçait l'Eglise, et pas pour le plaisir de dogmatiser.

Un exemple frappant est celui du septième concile (Nicée II en 787) qui a dogmatisé sur l'icône. Le concile a dû se réunir pour élaborer une défense de l'icône contre les attaques de l'iconoclasme qui menaçait ainsi une partie de la tradition de l'Eglise. Une partie de la tradition qui n'aurait jamais été formulée et mise par écrit sans la nécessité de défendre la vérité devant l'assaut des iconoclastes.
L'Eglise copte ou l'Eglise éthiopienne ne reçoivent pas les canons de Nicée II auxquelles elles n'ont pas participé. Pourtant, leur doctrine sur les images est la même que celle de Nicée II et elles connaissent aussi la vénération des icônes. Elles n'ont cependant pas eu l'occasion de dogmatiser sur la vénération des icônes, parce qu'elles n'ont pas eu à faire face à une crise iconoclaste en leur sein. Mais c'est bien la preuve que la doctrine de Nicée II sur les images faisait partie de la tradition immémoriale de l'Eglise.
On peut dire qu'en principe, les Eglises pré-chalcédoniennes reçoivent l'enseignement dogmatique des conciles auxquels elles n'ont pas participé, mais plutôt parce que cet enseignement est la formulation d'une tradition immémoriale plutôt que parce qu'elles ont vraiment connaissance des décisions prises par les quatre derniers conciles oecuméniques.

Le problème des relations avec les Eglises non-chalcédoniennes est que, à part l'Eglise de l'Inde, elles n'ont pas eu de production théologique depuis des siècles. En dehors de l'Inde, je ne connais qu'un seul théologien non-chalcédonien au XXème siècle: l'évêque arménien Terenig (Poladian). Ce sont des Eglises qu'un environnement hostile (sauf au Kérala, précisément, où les hindous ont été très tolérants) a empêché de s'extérioriser pendant longtemps. La foi se vit, souvent dans le cadre du monachisme, mais elle ne s'exprime plus, et, à la fin, il devient difficile de savoir quelle est la position de telle Eglise ou même si elle a une position.

Le cas extrême est représenté par la seule Eglise qui n'a pas reçu le concile d'Ephèse: l'Eglise assyrienne. Cette Eglise, ayant été fort malmenée au cours de son histoire, s'est réfugiée dans un groupe ethnique particulier et n'a plus guère publié ou enseigné. Il est donc très difficile de savoir quelles sont les positions exactes de cette Eglise: est-elle encore nestorienne? L'a-t-elle même vraiment été? Comment se situe-t-elle par rapport aux orthodoxes chalcédoniens et non-chalcédoniens? A vrai dire, on ne le sait pas vraiment.

En ce qui concerne la remarque pertinente sur Martin Luther qui reconnaissait à la sainte Vierge Marie le titre de Théotokos, ajoutons que le docteur Luther proclamait aussi la virginité perpétuelle de Marie et la présence réelle dans l'Eucharistie (doctrine de la consubstantiation). Calvin reconnaissait la présence spirituelle réelle dans l'Eucharistie et le fait que la virginité de Marie, à laquelle il prétendait ne pas trouver de fondement scripturaire, était une tradition antique. C'est Zwingli qui a introduit dans le protestantisme la croyance qu'il n'y a dans l'Eucharistie qu'une présence symbolique, à la grande fureur de Luther qui écrivait à son propos: "Voyez comment Satan essaie de s'emparer de cet homme!"

totocapt
Messages : 74
Inscription : jeu. 17 juil. 2003 2:58
Localisation : Europe

Ca y est j'ai compris!

Message par totocapt » mar. 22 juil. 2003 14:59

En fait, ce sont les nestoriens (donc une partie des non-chalcédoniens), qui ne reconnaissent que les trois premiers conciles, puisque le 4e, celui d'Ephèse en 431, a vu la proclamation du dogme de la "Theotokos", auquel ils se sont historiquement opposés...

Pour les autres non-chalcédoniens, à savoir les monophysites, ils en reconnaissent quatre! Car ce n'est que le 5e, celui de Chalcédoine en 451, qui a affirmé deux natures en une seule personne, ce qu'ont nié les monophysites, d'où leur condamnation au concile... Il faut aussi savoir que ce n'est qu'une partie des protestants, au moins ceux qui admettent la notion d'épiscopat, qui reconnaissent que les quatre premiers, à l'égal des monophysites. C'est le cas des anglicans; peut-être aussi de l'église luthérienne de Suède, vu qu'ils reconnaissent la succession apostolique?

Pour finir, Calvin a en fait adopté une position intermédiaire entre Luther et Zwingli, ses deux prédecesseurs... Mais qu'elle est la position de l'Eglise Orthodoxe vis-à-vis de la présence spirituelle calvinienne dans l'ostie? Y a-t-il aussi une différence vis-à-vis de l'eucharistie catholique?
Gnôthi seauton!

christianc
Messages : 107
Inscription : lun. 07 juil. 2003 9:21

Message par christianc » mar. 22 juil. 2003 15:00

Merci Claude pour ces précisions..

La croyance en la virginité perpétuelle est ancienne, antique et s'est établie dès le premiers temps de l'Eglise..

A l'intérieur de la Réforme Martin Luther et plus tard John Wesley y adhéraient..

Excursus :
Le verset d'Ezechiel 44:2 est cité par les Pères, à l'appui de cette croyance..
2 Et l'Éternel me dit: Cette porte sera fermée, elle ne s'ouvrira point, et personne n'y passera; car l'Éternel, le Dieu d'Israël est entré par là. Elle restera fermée.
Marie est présentée comme la porte par laquelle le Seigneur passe (par le biais de la naissance)..

Quand on la ramène à ce qui nous concerne le mystère de l'incarnation, nous avons à tenir compte de la divinité du Christ..

Reconnue apparemment dès le départ:
Luc 1:43 - La mention de la visite à Elizabeth
43 Comment m'est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne auprès de moi?
Dans l'attente de cette époque il y a deux possibilités d'interpréter : Soit Dieu, soit le Messie attendu..

Il est mentionné dans les écrits de L'Evangéliste Luc (datés aux environ de 90 et postérieurs aux épitres )

Affirmations anciennes de la foi avec laquelle il faut bien faire quelque chose..
L'Evangéliste Luc est un compagnon de l'Apotre Paul on peut supposer qu'il connait ses écrits et son message - Jésus Christ est Le Seigneur -

On ne parle pas encore de double nature humaine et divine, mais l'affirmation est là , multipliée de nombreuses fois dans les textes du Nouveau Testament (la liste des citations pourrait être absolument fastidieuse)..

Certaines questions comme la question de l'Eucharistie ou de la Sainte Cène mériteraient un fil de discussion à part..

Claude le Liseur
Messages : 3910
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » mar. 22 juil. 2003 18:01

Bien d'accord avec vous que la question de l'Eucharistie devrait faire l'objet d'un autre fil.

Pour en finir (provisoirement ?) avec les Eglises pré-chalcédoniennes, voici l'exposé de la christologie de l'Eglise copte, Eglise-mère de la prestigieuse Eglise d'Ethiopie. Il s'agit du canon de la communion de l'autel récité pendant la divine liturgie:

"Nous croyons, nous croyons, nous croyons, et nous confesserons jusqu'à notre dernier soupir que ceci est le Corps et le Sang de Notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus-Christ, ce Corps et ce Sang qu'Il a pris de notre Dame à tous, sainte Marie, trois fois Vierge. Ce Corps et ce Sang qu'Il a faits un avec sa Divinité, sans mélange ni confusion, sans division ni altération. Lui qui a fait la vraie confession avec un bon témoignage au temps de Ponce Pilate; ce Corps qu'Il a offert pour notre salut et pour la vie éternelle de chacun d'entre nous.

Nous croyons, nous croyons, nous croyons et nous confessons que Sa divinité n'a pas été séparée de Son humanité, fût-ce une seule heure, ou même fût-ce le temps d'un clignement d'oeil: ce Corps qu'Il a donné pour notre salut, pour la vie éternelle, pour le salut et pour la rémission des péchés de ceux qui le reçoivent avec foi.

Nous croyons, nous croyons, nous croyons et nous confessons que ceci est le Corps et le Sang de Notre Dieu et Notre Sauveur Jésus-Christ à qui sont vraiment dus l'honneur, la gloire et l'adoration, avec son Père céleste et le Saint-Esprit donateur de vie, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amin!"

Ainsi se trouvent affirmés dans cette courte prière des élements centraux de la foi de l'Eglise copte: la présence réelle, l'incarnation, la virginité perpétuelle de Notre-Dame, la divinité et l'humanité "sans confusion, sans division et sans altération" de NSJC, les effets de l'eucharistie et le dogme trinitaire.

Répondre