Soloviev, Florensky et Boulgakov sont hérétiques!

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Répondre
NATHANIEL
Messages : 14
Inscription : mar. 06 avr. 2004 1:06
Localisation : Tours, France

Soloviev, Florensky et Boulgakov sont hérétiques!

Message par NATHANIEL »

Tours, le 7 avril 2004


Chers Amis,


Je viens de lire l'ouvrage de Mme Ludmila Perepiolkina sur l'hérésie de l'ecumenisme, où j'ai trouvé le fait que Soloviev, Florensky et Boulgakov ont diffusé une théorie non-orthodoxe, le sophianisme, qui a été condamnée par l'Eglise (voir le décret 93 du 24 août 1935 émis par la patriarchie de Moscou et la décision du 30 octobre 1935 du Conseil des evêques de l'Eglise russe en exil). Est-il vrai ou pas?

Cordialement,
Nathaniel
Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

Monsieur,
Ce n'est pas Mme Ludmila Perepiolkina qu'il faut lire mais directement Boulgakov lui-même pour se faire une idée.

Sur ce il est vrai que la sophianité de Boulgakov a été comdamnée par Moscou sur la préparation du dossier par Vladimir Lossky. Je développerai après Pâques. Pour l'instant Sainte Semaine Sainte à tous.

Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de mon dévouement très respectueux.
Antoine
J-Gabriel
Messages : 674
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

sophianisme

Message par J-Gabriel »

Antoine a écrit : ...il est vrai que la sophianité de Boulgakov a été comdamnée par Moscou sur la préparation du dossier par Vladimir Lossky. Je développerai...
Je voudrais savoir si il y a eu un développement, peut-être sur un autre fil ?
Anne Geneviève
Messages : 1041
Inscription : lun. 30 mai 2005 19:41
Localisation : IdF
Contact :

Message par Anne Geneviève »

Dans mon souvenir, les noms de Boulgakov et celui de Soloviev sont revenus plusieurs fois dans nos débats dans des fils différents, celui de Florensky un peu moins. Le mieux est d'utiliser la fonction "rechercher" en indiquant les noms de ces théologiens. Vous aurez ainsi la liste de toutes les occurences.
"Viens, Lumière sans crépuscule, viens, Esprit Saint qui veut sauver tous..."
J-Gabriel
Messages : 674
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

En réponse

Message par J-Gabriel »

Dans la fonction "rechercher" j'ai préferé utiliser le mot "sophianisme"
résultat:
crevieauxp, le 22.12.04, a écrit :Que d'innovation depuis près d'un siècle: oecuménisme, sergianisme, sophianisme; et tout le monde orthodoxe fait mine de considérer qui si nous sommes tous d'accord pour dire que le bleu est bleu, ce n'est pas pour ça qu'il est antipathique de sourire face au vert alors que d'autres maintiennent sobrement le bleu dans leur étandard.
dans viewtopic.php?t=1032&highlight=sophianisme
le 13.01.05, Jeanne Saint Gilles, (en fait il s'agit d'une traduction d'un article anglais) a écrit :...ce groupe de la Rue Daru fabriqua même l’une des rares hérésies à être sortie de l’Eglise orthodoxe au 20e siècle. Ce fut la fantaisie philosophique connue sous le nom de Sophianisme. Une tentative de réconcilier la théologie orthodoxe avec la philosophie humaniste de l’Occident. ...
Et plus loin, toujours la même traduction.
Jeanne Saint Gilles a écrit :Il a clairement pris fait et cause pour les elements modernistes du groupe, connu sous le nom de la Fraternité orthodoxe. Ils se considèrent comme les héritiers de la tendance du Sophianisme et publient leurs vues dans un magazine rénovationniste connu sou le nom du SOP
dans viewtopic.php?t=1040&postdays=0&postord ... e&start=15
un intervenant contredit la dernière citation
Antoine,le 25.01.05, a écrit :Par ailleurs dans l'article du Père Philipps je trouve:
"le nom de la Fraternité orthodoxe. Ils se considèrent comme les héritiers de la tendance du Sophianisme et publient leurs vues dans un magazine rénovationniste connu sou le nom du SOP "

C'est beaucoup d'honneurs faits à la Frat que d'en croire les membres et les dirigeants grands lecteurs de Boulgakov. Quant au SOP j'ai fait une recherche dans les articles de ces 10 dernières années et je ne trouve aucune apologie de la sopiologie. Mais si quelqu'un peut démentir surtout qu'il ne s'en prive pas. Et si Ecole de Paris il y a, peut-on sérieusement la taxer de "sophianiste"? Qui aujourd'hui se réclame de la sopiologie? N'oublie-t-on pas un peu vite le rôle joué par Wladimir Lossky à Paris dans la condamnation de Boulgakov?

Ça fait un peu propagande cet article...
Enfin, un grand merci à Jeanne de l'avoir traduit.
toujours dans la même rubrique:
Jeanne Saint Gille, en réponse à Antoine a écrit :Pour Boulgakov, je n'ai jamais entendu condamner son sophianisme de façon claire et aussi Une brève recherche dans les titres de la Revue Contact indique qu'il a été question de la sophiologie :

Dans le numero 205 (Janvier mars 2004) : Le Père Serge Boulgakov, visionnaire de la Sagesse

Dans ce même numéro, Histoire et métahistoire de la Pensée de Berdiaev

Et dabs le numéro 191 (3e trimestre 2000) : La sophiologie de Boulgakov
Et toujours sous la même rubrique
Hilaire, 01.02.05, a écrit :quelqu'un pourrait-il me dire ce que sont le sophianisme et l'école de Paris? ça a l'air d'être quasiment une maladie honteuse!
Antoine, dans une autre rubrique, a écrit :Notons qu'en 70 années, le sophianisme est devenu l'une des doctrines dominantes au sein du Patriarcat de Moscou et des autres Eglises oecuméniques "orthodoxes" et hétérodoxes...
dans viewtopic.php?t=915&highlight=sophianisme
Toujours dans le même fil, J-L Palierne (paix à son âme)
Cela dit les choses ont évolué. De nouvelles personnes viennent à l’Orthodoxie. De nouvelles paroisses se regroupent. Des monastères se créent (ce qui ne correspond pas du tout à l’ecclésiologie de l’École de Paris) des fidèles s’efforcent d’approfondir l’Orthodoxie et de connaître la Tradition patristique (et ignorent le sophianisme), et l’Archevêque de la rue Daru dit qu’il s’intéresse à la mission de l’Église locale. Tous les espoirs sont donc permis.
Bref, vous remarquer comme il est difficile de se faire un avis sur le "sophianisme" via les sujets. Néanmoins j'ai quand même appris que le sophianisme est consisidré comme une philosophie (ça m'aide pas). Je vais faire une nouvelle recherche avec "sophiologie". Je serai content quand même si quelqu'un en 2 mots peut me dire ce qu'elle est la signification de sophianisme, en essentiel. Pour l'instant je traduis ça par saggesse.
Anne Geneviève
Messages : 1041
Inscription : lun. 30 mai 2005 19:41
Localisation : IdF
Contact :

Message par Anne Geneviève »

Je vous conseille encore d'utiliser la fonction avec les noms propres Boulgakov, etc. Vous aurez sans doute plus de résultats qu'avec sophi-, quel que soit le suffixe.

Sophia = sagesse, du moins dans la lignée du platonisme. Mais sophiaNISME signifie une doctrine autour de la sophia, assimilée à l'Esprit-Saint, à la "sagesse" selon Qohélet ou à toute autre entité assez floue et supposée un aspect du divin. Sophia étant l'une des entités du gnosticisme des premiers siècles, le sophianisme est souvent aussi une gnose.

Quelques liens externes pourraient également aider à cerner la question. Les supports sont parfois insolites mais bon !

http://www.innovation-democratique.org/ ... t-les.html
http://www.inst.at/trans/16Nr/05_6/serbanescu16.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sophiologie
http://www.ucu.edu.ua/fr/seminars/2003/ ... rjakovsky/
http://www.webzinemaker.net/sombreval/L ... _a673.html
http://www.cairn.info/revue-cahiers-du- ... ge-169.htm
http://www.icp.fr/icp/pdf/th_zust.pdf
"Viens, Lumière sans crépuscule, viens, Esprit Saint qui veut sauver tous..."
Claude le Liseur
Messages : 4202
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

J'essaie de vous écrire d'ici la semaine prochaine un petit résumé de l'hérésie de la sophiologie telle que le RP Florensky l'a exposée dans un chapitre de la Colonne et le Fondement de la Vérité . Soit dit en passant, il paraît qu'il aurait ensuite exprimé publiquement ses regrets pour avoir écrit ce chapitre qui dépare un livre par ailleurs spirituel.
J-Gabriel
Messages : 674
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

En réponse à Anne-Geneviève

Message par J-Gabriel »

Merci pour les liens que vous me proposer, je suis entrain de les consulter. J'utilserai aussi "Boulgakov" dans la fonction recherche ainsi que vous me le proposez pour la 2ème fois (pardon et promis).
Je dois aussi vous dire que je n'ai aucune connaissance de ce que suppose le platonisme, ou de Platon, à part que ce dernier est philosophe. Mais l'année dernière j'ai quand même été soulagé, concernant le manque de lacunes que j'ai à propos des philosophes, en lisant dans 1 livre*, une lettre qu'avait écrit le futur staretz Païssius Velitchkovky, alors appellé Pierre à l'époque (XVIIIsiècle) au préfet de l'école, sur sommation de ce dernier lui demandant des explications quand à son manque d'assiduité pour les études ( parce que Pierre faisait souvent des escapade dans les skites aux alentours de Kiev).
Adolescent, le futur staretz répondu ainsi au préfet:
La première raison est la suivante: comme je veux être moine et que je suis conscient que la mort peut intervenir à tout moment, je voudrais me rendre le plus tôt possible là où, grace à Dieu, je pourrai être tonsuré. Une autre raison est que je ne trouve rien de bon pour l'âme dans ces études: à entendre sans cesse les noms des dieux grecs et de leur poètes, j'en suis venu à detester ces études du plus profond de mon âme (...). Comme on n'apprend pas aux étudiants à raisonner avec la sagesse spirituelle inspirée du Saint-Esprit mais avec Aristote, Cicéron, Platon et les autres philosophes païens, ils deviennent aveugles et s'écartent du chemin du salut. Ils apprennent à faire de beaux discours, mais au fond d'eux-mêmes il n'y a que ténèbre et mélancolie. Ainsi donc, comme je ne vois aucun bénéfice à ces études et que je crains qu'elles ne me corrompent, j'ai décidé de les abandonner. Enfin, quand j'observe l'effet de cet enseignement chez certains moines, je m'aperçois qu'ils ne se comportent pas autrement que les hommes du monde, dans la gloire et les honneurs, parés des vêtements les plus chers, paradant sur de magnifiques montures ou dans les plus beaux équipages. Je ne porte pas de jugement en disant cela. Je crains en tremblant que quand je serai moine une même science ne me fasse tomber dans une infirmité encore pire, ayant une âme très faible.
Néamoins, au vu du nombre de fois que Platon (pour ne prendre que lui) ou le platonisme est mis en avant dans les livres concernant le christianisme; je fais donc des efforts pour avoir une connaissance de base en n'ayant acquis 1 livre de B.Vergely "la philosophie" ou "les philosophes" au éd. Milan (je cite de mémoire, car je suis en déménagement et pas ce bouquin sous la main).
Je me réjouis aussi du résumé proposé par Lecteur Claude concernant la sophiologie.

*Saint Païssius Vélichkovsky, Michel Aubry, éd. L'Age D'Homme
Claude le Liseur
Messages : 4202
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

lecteur Claude a écrit :J'essaie de vous écrire d'ici la semaine prochaine un petit résumé de l'hérésie de la sophiologie telle que le RP Florensky l'a exposée dans un chapitre de la Colonne et le Fondement de la Vérité . Soit dit en passant, il paraît qu'il aurait ensuite exprimé publiquement ses regrets pour avoir écrit ce chapitre qui dépare un livre par ailleurs spirituel.
Chose promise, chose due.

J'ai sous les yeux mon exemplaire du livre du RP Paul Florensky, La colonne et le fondement de la vérité, traduit du russe par le prince Constantin Andronikoff, L'Âge d'Homme, Lausanne 1975 (édition originale Столп и утверждение истины, Moscou 1914).

Le chapitre XI est consacré à cette molle hérésie sophianique dont le RP Florensky fut un des promoteurs avant de, semble-t-il, s'en désinteresser complètement.

J'ai lu et annoté ce livre il y a quatre ans et cela va m'aider à retrouver les passages de ce chapitre qui résument le mieux cet enseignement tarabiscoté, tiré par les cheveux et erroné. D'emblée, je dois souligner que le chapitre XI de La colonne et le fondement de la vérité fait pas moins de 46 pages dans l'édition française et que tout choix de citation que je ferai prêtera le flanc à l'accusation d'être trop succinct. Comment choisir dans 46 pages de texte?

Alors, en assumant seul l'entière responsabilité de mon choix de citations, voici quelques passages que j'avais soulignés en 2004 comme résumant le mieux cette étrange hérésie:

"La Sophie est la Grande Racine de l'ensemble du créé (cf. pasa hè ktisis: Rom VIII: 22, c'est-à-dire la création intégrale et non pas simplement toute la création), par laquelle il polonge dans la vie intra-trinitaire et par laquelle il reçoit la vie éternelle de la Source unique de la Vie; la Sophie est l'essence originelle du créé, l'amour créateur de Dieu "qui a été répandu dans nos coeurs par l'Esprit-Saint qui nous a été donné" (Rom. V: 5)." (page 213)

"La Sophie participe à la vie de la Divinité Tri-Hypostatique, elle entre dans les profondeurs de la Trinité et elle communie avec l'Amour divin. Toutefois, étant une personne quaternaire, créée et donc non consubstantielle, elle ne "forme pas l'Unité divine, elle n'est pas l'Amour, elle ne fait qu'entrer dans la communion d'Amour, elle y est admise par l'humilité de Dieu, indicible, inaccessible, inconcevable.
En tant que quatrième personne, par condescendance divine (mais nullement par sa substance), elle introduit une distinction par rapport à elle-même dans l'activité providentielle des Hypostases Trinitaires; étant une et même pour la Divinité Tri-Unique, elle est en elle-même disticnte par rapport aux Trois Hypostases. L'idée de la Sophie prend une coloration différente suiviant l'Hypostase que vise plus particulièrement notre contemplation." (page 227)

"Création véritable ou création dans la vérité, la Sophie se manifeste préalablement comme une allusion au monde transfiguré, spiritualisé, comme une vision, imperceptible à d'autres, du Royaume d'en-haut dans celui d'ici-bas. Cette révélation s'accomplit dans l'amour personnel et sincère de deux personnes, dans l'amitié, lorsqu'il est donné à celui qui aime, préalablement et sans ascèse, de dépasser son aséité, d'abolir les frontières du moi, de sortir de lui-même et de trouver son moi dans celui d'autrui, de l'Autre, de l'Ami (droug). L'Amitié, cette naissance mystérieuse du Toi, est le milieu où commence la révélation de la Vérité."
(page 254)

Avant que ne prenne naissance cette curieuse et éphémère hérésie du sophianisme qui voyait dans la Sagesse une quatrième personne de la Trinité, admise et non consubstantielle (comme tout ceci est à mon sens bizarre et vain), le consensus des orthodoxes était que la Sagesse était un autre nom du Fils.

On notera aussi que 46 pages dans un livre qui en compte 501 ne font pas de la sophiologie le thème majeur de la théodicée rédigée par le RP Florensky. L'éditeur californien de la traduction anglaise de son livre Le sel de la terre sur l'ancien Isidore du skite de Gethsémani à Sergiev Possad (là-même où fut conservée jusqu'à la révolution de 1917 la première icône du dernier roi de la France traditionnelle, le juste Louis XVI), Salt of the Earth, St. Herman of Alaska Brotherhood, 2e édition, Platina (CA) 1999 [édition originale Соль Земли, Sergiev Possad 1908], prétend (pp. 24 s.) que le RP Florensky, qui devait mourir martyr par la main des communistes en 1937, avait par la suite complètement renoncé aux idées exprimées dans le chapitre consacré à la Sophia dans son livre de 1914:

"Another thing to remember is that, after the publication of The Pillar and Foundation of Truth, Florensky of his own accord changed some of his earlier conceptions which were potentially dangerous to the purity of the Church's teaching, and moved away from his original "sophiology". Later in life, when he was asked about his book as a whole, he replied, "Oh, I grew out of that!" This, of course, is not to say that the book is then to be dismissed as a mere juvenile attempt, but rather than Florensky's mature philosophy should not be judged solely on the basis of this book's merits or shortcomings."

Ma traduction:

"Il faut aussi se rappeler qu'après la publication de La colonne et le fondement de la Vérité, Florensky, de son propre chef, changea certaines de ses conceptions antérieures qui présentaient un danger potentiel pour la pureté de l'enseignement de l'Eglise et s'éloigna de sa "sophiologie" d'origine. Plus tard dans sa vie, quand on l'interrogeait sur son livre dans son ensemble, il répondait, "Oh, je me suis éloigné de ça en murissant!" Bien sûr, cela ne veut pas dire que le livre doit être rejeté comme un simple essai de jeunesse, mais plutôt que la philosophie de Florensky, arrivée à sa maturité, ne doit pas être jugée seulement sur la base des mérites ou des défauts de ce livre."

Les éditeurs de l'édition en langue anglaise - qui ne signent pas, puisque l'édition est assumée par la Fraternité Saint Germain de l'Alaska - soulignent par ailleurs que c'est bien le RP Serge Boulgakov, et non le RP Paul Florensky, qui tenta de crééer un "système" sophiologique.
J-Gabriel
Messages : 674
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

En réponse

Message par J-Gabriel »

Merci Lecteur Claude pour votre réponse, je vais l'étudier et je donnerai mes conclusions. Ainsi j'espère aller plus loin dans le livre de Boulgakov (je me suis arrêté à la page 89).
Répondre