Critique de la pensée du RP Romanidès par J-C Larchet

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Claude le Liseur
Messages : 4138
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Critique de la pensée du RP Romanidès par J-C Larchet

Message par Claude le Liseur » jeu. 22 août 2019 16:57

Dans la mesure où j'ai recopié sur ce forum (ici : viewtopic.php?f=1&t=2872 ) quelques pensées frappantes, quelques perles de théologie extraites d'œuvres de Romanidès traduites en français sous le titre de Théologie empirique aux éditions L'Harmattan, il me semble aussi intéressant de citer une appréciation critique de l'apport de Romanidès et de ses limites par Jean-Claude Larchet dans un livre très récent consacré au théologien russe Florovsky qui, dans une certaine mesure, a été un des inspirateurs de Romanidès :

Dans le monde grec, c'est sans aucun doute le père Jean Romanidis (1928-2001) qui fut le plus influencé par Florovsky. Il fut son étudiant à Harvard dans les années 1960, et Florovksy voyait en lui un théologien très prometteur. Romanidis a en plusieurs points une démarche analogue de celle de Florovsky. Dans sa thèse Le péché ancestral, soutenue en 1957 à Athènes, il critique la pseudomorphose de la théologie grecque de cette époque, dominée par la Dogmatique de type scolastique de P.N. Trembelas, son directeur de thèse, qui se situe dans la ligne de la Dogmatique de C. Androustos, publiée en 1905, qui faisait massivement autorité dans les premières décennies du XXe siècle. A cette occasion, Romanidis fait retour aux Pères grecs. De la même façon et ne vertu des mêmes références, il critique par la suite les pseudomorphoses de la théologie occidentale, dues selon lui à trois influences majeures : celle de saint Augustin, celle de la théologie franque (promue par Charlemagne), et celle de la scolastique, qui est préparée par les deux précédentes. Alors que Florovksy incluait Augustin parmi les Pères latins se rattachant à la sphère de l'hellénisme chrétien, Romanidis se sépare nettement de lui, considérant que l'évêque d'Hippone est sous l'influence du platonisme, et donc se situe dans la sphère de l'hellénisme païen. D'autre part, selon Romanidis, Augustin est à la source d'une caractéristique de la théologie catholique romaine : le remplacement de la Révélation et de l'expérience spirituelle par une spéculation de type philosophique. Romanidis rejoint ici de nouveau la thématique de Florovsky, selon laquelle la théologie doit se fonder exclusivement sur la Révélation et sur l'expérience ecclésiale et spirituelle qui permet d'accéder à son contenu. Romanidis partage aussi le projet de Florovsky d'une ré-hellénisation de la théologie, avec comme référence absolue les Pères grecs. Sur la base de ces principes, Romanidis a répondu au vœu de Florovsky d'élaborer une synthèse néo-patristique. Romanidis a construit à cet égard une oeuvre forte, impressionnante par sa rigueur et sa cohérence, à la fois très appuyée sur les Pères et originale, mais qui n'est cependant pas exempte de défauts. D'une part, elle est basée trop systématiquement sur le schéma, que l'on trouve chez certains Pères, des degrés de la vie spirituelle: purification - illumination - glorification (ou déification). D'autre part, le thème de la ré-hellénisation, en corrélation avec la critique de la théologie franque (et de la politique qui l'appuyait), a pris dans cette oeuvre, sous la forme d'une exaltation de la Romanité (représentée par l'empire byzantin), une dimension ethnocentrique, qui va jusqu'à exclure de la Romanité, identifiée à l'Orthodoxie, les Slaves eux-mêmes, et une dimension fortement politique, deux dimensions que Florovsky n'aurait certainement pas approuvées: 1) son attachement à l'hellénisme concernait avant tout les concepts et le vocabulaire théologiques ; 2) il manifesta toute sa vie une réticence marquée par rapport à toute implication politique de la théologie ; 3) dans Les voies de la théologie russe, il affirme clairement que son programme ne doit pas être interprété comme une justification du phylétisme grec.
Jean-Claude Larchet, En suivant les Pères... La vie et l'oeuvre du Père Georges Florovsky, Editions des Syrtes, Genève 2019, pp. 123-125

J-Gabriel
Messages : 659
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

Re: Critique de la pensée du RP Romanidès par J-C Larchet

Message par J-Gabriel » mer. 27 nov. 2019 20:56

Moi j'aime le schéma proposé par le RP Romanidis(†) : purification - illumination - glorification ! C'est, pour ainsi dire, rentrer dans la fameuse formule patristique : Dieu s’est fait homme pour que l’homme se fasse Dieu !

En ce qui concerne une certaine "exaltation de la Romanité", personnellement je l'ai toujours compris comme "voilà ce que notre foi produit lorsqu'elle est quasiment libre de ses mouvements, c'est-à-dire, St Sophie, des églises, monastères, des conversions (notamment de peuples), des Pères et leurs écrits etc...

Répondre