Intéressante statistique genevoise

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Claude le Liseur
Messages : 4065
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Intéressante statistique genevoise

Message par Claude le Liseur » mer. 26 juin 2019 15:16

Un tableau intéressant trouvé sur le site de l'Office cantonal de la statistique du canton de Genève, ayant donné lieu à un communiqué de presse du 2 mai 2019 sous le titre "L’appartenance religieuse diffère fortement selon la nationalité de la personne" :

https://www.ge.ch/statistique/actualite ... aaaa2=2019

Rappelons qu'en Suisse, comme au Canada, on tient des statistiques sur l'appartenance religieuse, ce qui est considéré comme un crimepensée en France où de telles statistiques ont été relevées pour la dernière fois en ... 1876. (Une fois de plus, les Grands Principes Républicains se ramènent en fait à une raison de pure opportunité, à savoir que le ministère Waddington de janvier 1879 était composé d'une majorité de ministres protestants, ce qui ne correspondait pas vraiment à la place du protestantisme dans la population totale ; il fut désormais interdit d'évoquer ce genre de questions.)

L'intérêt de ces statistiques est que, pour la première fois, j'y vois apparaître trois pays supposés à majorité orthodoxe, à savoir la Roumanie, la Russie et la Serbie, ce qui permet de se faire une idée de l'impact de la migration sur la perte de l'appartenance confessionnelle... ou du degré d'imprécision des statistiques des pays concernés (tout en rappelant que, si la Roumanie pose la question de la religion au recensement, la Russie ne le fait pas, et je ne crois pas non plus que la Serbie le fasse).

Ces tableaux ne sont pas très faciles à lire, aussi ne donnerai-je que des approximations.

Ces statistiques concernent la population résidente du canton de Genève, âgée de plus de 15 ans, en moyenne de la période 2013-2017.

La population totale se diviserait en 39% de sans religion, 34% de catholiques romains, 12% de protestants (pauvre Cité de Calvin!), 6% de musulmans, 6% d'autres communautés chrétiennes (c'est là que se situent les orthodoxes), 3% d'autres religions (les juifs représentant le tiers de cette catégorie - c'est dire le peu d'impact réel de la mode du bouddhisme en Occident, puisque hindouistes, bouddhistes, sikhs, shintoïstes et taoïstes ne représentent donc au total que 2% de la population, qu'on peut supposer d'origine asiatique dans leur écrasante majorité) et 3% de réponses manquantes.

On notera que, contrairement aux anciennes statistiques fédérales, les statistiques cantonales ne décomptent pas une rubrique "Orthodoxes et autres Eglises d'Orient" à part des "autres communautés chrétiennes". Je ne pense pas que les orthodoxes représentent plus du tiers de la rubrique "autres communautés chrétiennes".

Voici le commentaire de l'OCSAT:
Parmi les nationalités comptant plus de 1 000 résidants [sic]dans le canton, la part des personnes se déclarant sans appartenance religieuse oscille entre 19 % pour les Marocains et 68 % pour les ressortissants des Pays-Bas. Les ressortissants du Royaume-Uni, les Belges, les Français et les Etatsuniens se déclarent aussi majoritairement sans appartenance religieuse.

La religion catholique romaine est prédominante pour les résidants colombiens, boliviens, espagnols, polonais, portugais et italiens. Les résidants marocains, tunisiens, kosovars et turcs sont, pour leur part, essentiellement musulmans.

A noter que la part de protestants est la plus élevée parmi les Allemands et les Suisses, respectivement 17 % et 13 %.

Parmi les résidants de nationalité serbe, brésilienne et allemande, aucune religion n’est prédominante.
On connaît la structure de population totalement déséquilibrée de ce canton où les étrangers représentent officiellement 41% de la population, proportion maintenue en dessous de la moitié de la population totale par un recours massif à la naturalisation, parfois en violation du droit fédéral (passeport offert à des gens n'ayant aucune connaissance du français, par exemple...). On est heureux d'apprendre que vingt communautés étrangères dépassent les 1'000 résidents (pour mémoire, en 2014, il y avait 37'388 Portugais, 29'361 Français, 21'059 Italiens, 14'969 Espagnols et 7'393 Britanniques pour [encore] 283'091 Suisses ; source: https://www.ge.ch/statistique/tel/publi ... 017-55.pdf ). Je me demande par quelle aberration le statisticien arrive à trouver moins de 1'000 résidents philippins, mais bon...

Même à l'échelle modeste de la deuxième agglomération d'un petit pays, on constate le déclin irrésistible du protestantisme historique dans ses terres d'origine (17% de protestants parmi les Allemands, 13% parmi les Suisses, et cela dans la Rome du protestantisme) et sa montée tout aussi inexorable, sous la forme du pentecôtisme, dans le Tiers Monde (tout de même 30% de protestants et "autres chrétiens" qui, en l'occurrence, ne sont pas orthodoxes, parmi les Brésiliens). On constate aussi la déchristianisation plus marquée chez les Néerlandais et les Britanniques que partout ailleurs. En revanche, le profil des Etasuniens (50% de sans religion pour seulement 10% de protestants) ne reflète pas la ferveur religieuse du pays d'origine et doit correspondre à l'influence délétère du milieu genevois ou aux miasmes des organisations internationales dans lesquelles beaucoup d'eux sont fonctionnaires. Les Français sont sans religion à 52% environ et catholiques romains à 33% environ, mais l'Islam est sous-représenté ; cela tient à un profil sociologique particulier de cette population.

S'agissant maintenant des trois communautés issues de pays considérés comme à majorité orthodoxe:

- les Roumains appartiennent aux "autres communautés chrétiennes" à 66% (il doit s'agir en écrasante majorité d'orthodoxes avec 5 ou 6% de pentecôtistes et autres néo-protestants) et sans religion à 22%; cette proportion de sans religion est beaucoup plus élevée qu'en Roumanie même, la proportion d'orthodoxes est plus faible, mais la communauté est installée depuis trop peu de temps (2009 environ) pour avoir subi l'influence débilitante du milieu ambiant; on peut aussi supposer que le conformisme pousse des personnes sans religion à se déclarer orthodoxes en Roumanie, et des orthodoxes à se déclarer sans religion à Genève;

-les Russes sont sans religion à 42% et orthodoxes (car ici, il y a équivalence entre "autres communautés chrétiennes" et "orthodoxes") à 50%; ces statistiques ne sont sans doute pas très différentes de celles que l'on rencontrerait en Russie (il y a même plus d'orthodoxes); bien que la communauté soit arrivée une dizaine d'années avant les Roumains, elle semble avoir subi encore moins qu'eux l'influence du milieu;

- énorme surprise chez les Serbes: 28% de sans religion (probablement beaucoup moins qu'en Serbie!), 32% d'orthodoxes, mais 30% de musulmans... ce qui est aberrant, compte tenu du fait que les statistiques cantonales décomptent les Kosovars à part des Serbes. Il n'y a évidemment pas 30% de musulmans en Serbie sans le Kosovo et personne ne le croit. On peut dès lors expliquer ces deux surprises statistiques (peu de sans religion, et énorme proportion de musulmans) par le fait qu'une partie très importante de cette population serbe recensée par l'OCSAT doit en fait être constituée de musulmans albanophones du Kosovo qui ont gardé le passeport serbe et n'ont jamais pris le passeport kosovar, soit par conviction politique, soit par opportunisme (les Serbes ne sont pas soumis à l'obligation de visa dans l'espace Schengen, tandis que les Kosovars le sont, sans même parler des pays qui ne reconnaissent pas la nationalité kosovare).

On notera que les Italiens, Espagnols, Portugais et Polonais se déclarent catholiques romains à peu près dans la même proportion que les Roumains se déclarent orthodoxes, ce qui confirme encore une fois que la politique de déchristianisation menée par les communistes n'a pas eu de résultats notables en Pologne et en Roumanie (contrairement à l'Estonie, à la République tchèque ou même à la Russie, bien que celle-ci, au contraire de celles-là, ait connu une reprise importante de la vie religieuse au cours des trente dernières années).

Il est dommage que les statistiques ne prennent pas en compte la pratique religieuse plutôt que l'appartenance religieuse déclarée. Si les 60% de Roumains qui se déclarent orthodoxes, les 50% de Russes qui se déclarent orthodoxes et les 32% de Serbes qui se déclarent orthodoxes fréquentaient tous les églises, et si la ferveur était la même parmi les Suisses d'origine roumaine, russe ou serbe (alors qu'elle est grande parmi les Suisses d'origine convertis à l'Orthodoxie), nos paroisses auraient sans doute moins de mal à joindre les deux bouts...

Répondre