L'orthodoxie et l'Ancien Testament

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

patrik111
Messages : 122
Inscription : dim. 03 juil. 2011 18:45

L'orthodoxie et l'Ancien Testament

Message par patrik111 »

Sur son blog du Réseau Voltaire [http://www.voltairenet.org/article198286.html] (à ne pas confondre avec le Boulevard Voltaire), Thierry Meyssan écrit:
L’expression judéo-chrétiens désignait exclusivement jusqu’aux années 90 la communauté des juifs convertis au christianisme autour de saint Jacques ; communauté qui fut dissoute après le sac de Jérusalem par les Romains. Cependant, les chrétiens occidentaux continuant à donner dans leur pratique un très grand rôle à l’Ancien testament, ils défendent souvent sans même s’en rendre compte des points de vue juifs à la place des points de vue chrétiens. Au contraire, les chrétiens d’Orient, fidèles à la tradition de leurs prédécesseurs, ne font que rarement référence aux écritures juives et refusent de les lire durant l’eucharistie.
Cette affirmation est-elle exacte?

Merci par avance de vos réponses.

Cordialement.

Patrik
Patrik111

Nikolas
Messages : 412
Inscription : dim. 16 mai 2010 15:19
Localisation : Poitiers

Re: L'orthodoxie et l'Ancien Testament

Message par Nikolas »

Ce qu'affirme l'auteur n'est pas exact. Tout d'abord l'on aimerait bien savoir ce que les chrétiens occidentaux "défendent comme point de vue juifs, sans même sans rendre compte, à la place des points de vue chrétiens" ?
Ensuite dire que "les chrétiens d'Orient ne font que rarement références aux écritures juives" "fidèles à la tradition de leurs prédécesseurs", c'est, je dirai, bien mal connaitre les chrétiens et leurs prédécesseurs.
En effet l'Eglise est le Nouvel Israël et les saints pères n'ont cessés au fil des siècles de commenter et d'étudier les livres saints de l'Ancienne Alliance, ayant appris par l'Esprit Saint a y déceler toutes les traces de l'annonce de la venue du Christ et toute l'économie du Salut. Fidèle en cela aux apôtres, qui reçurent l'enseignement du Seigneur lui-même
Jésus dit à Luc et à Cléopas sur le chemin d'Emmaüs : "O hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à croire tout ce qu'ont dit les prophètes![...] Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait." (Lc 24:25-27).

Certes nous ne lisons pas de livres des Prophètes durant la Divine Liturgie, mais c'est simplement que à ce moment là revivant toute l'économie du Salut et plus particulièrement la Nouvelle Alliance, notre attention est tournée sur celle-ci et non sur l'ancienne.
Au contraire lors des vigiles de chaque grande fête de l'année liturgique nous lisons trois lectures de l'Ancien Testament, lesquels mettent en lumière comment les prophètes avaient annoncés les évènements qui devaient arriver en vu de notre Salut.

Nikolas
Messages : 412
Inscription : dim. 16 mai 2010 15:19
Localisation : Poitiers

Re: L'orthodoxie et l'Ancien Testament

Message par Nikolas »

D'ailleurs je conseille vivement à ceux que le sujet intéresse, de se plonger dans les Commentaires bibliques (selon la Septante) édité par le Monastère de la Transfiguration, et écrit par l'archimandrite Elie.
https://www.monastere-transfiguration.f ... iques.html

J-Gabriel
Messages : 674
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

Re: L'orthodoxie et l'Ancien Testament

Message par J-Gabriel »

Sur les grands iconostases à partir des la 3ème rangée on retrouve en principe les Prophètes et plus haut les Patriarches. Et qui ne connaît pas l'image du st Prophète Elie avec le corbeau ?
L’avènement du Christ accomplit toute l’attente de l’Ancien Testament et en réalise toutes les figures. Le royaume messianique est inauguré. Mais, en même temps, cet accomplissement bouleverse toutes les perspectives du judaïsme : Israël attendait le royaume définitif de Dieu, mais il se le représentait généralement sous l’aspect d’un royaume inséparablement spirituel et temporel, qui exercerait une domination de caractère politique sur ses propres sujets et sur les nations.
Or le royaume que le Christ vient établir, son Eglise, « n’est pas de ce monde » (Jn, 18, 36). L’Eglise est bien le « véritable Israël » dont le peuple de l’Ancien Testament n’était que l’annonce et la figure ; toutes les promesses s’accomplissent en sa faveur, mais sur un plan spirituel.


Archimandrite Placide Deseille, Tous, vous êtes un dans le Christ, 1995, p.5
L’Ancien Testament a clairement manifesté le Père, obscurément le Fils. Le Nouveau Testament a révélé le Fils et institué la divinité de l’Esprit. Aujourd’hui l’Esprit vit parmi nous et se fait plus clairement connaître. Car il eût été dangereux, alors que la divinité du Père n’était point reconnue, de prêcher ouvertement le Fils, et tant que la divinité du Fils n’était pas admise, d’imposer, comme en surcharge, le Saint-Esprit.

Il convenait plutôt que, par des additions partielles, et, comme dit David, par des ascensions de gloire en gloire, la splendeur de la Trinité rayonnât progressivement.


saint Grégoire de Nazianze, 5ème Discours théologique, 31, PG 36

Répondre