A propos d'un concours télévisé

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Claude le Liseur
Messages : 3898
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

A propos d'un concours télévisé

Message par Claude le Liseur » lun. 13 juil. 2015 10:19

Au début de ce troisième millénaire, la mode, dans un grand nombre de pays, a été d'organiser à la télévision des sortes de sondages géants par lequel le public était invité à désigner quels avaient été les plus grands personnages de l'Histoire du pays en question. Les résultats de ces concours télévisés sont assez intéressants quant au degré d'amnésie et de décomposition, ou au contraire de conscience nationale, des différents pays.

Ainsi, en France, on ne trouvait quasiment que des personnalités du XXe siècle parmi les 10 plus grands Français de tous les temps. L'abbé Pierre se retrouvait en troisième position, Coluche en cinquième... Heureusement que Louis Pasteur (probablement le Français le plus connu dans le monde entier) se trouvait en deuxième position derrière le général de Gaulle. Indice d'une nation en déliquescence, les pères fondateurs du pays (dont, en l'occurrence, une mère) se retrouvaient loin derrière: Napoléon Bonaparte au 16e rang, Jeanne d'Arc au 31e, Louis XIV au 50e (14 places derrière Claude François - sic transit gloria mundi!). Adieu Philippe II Auguste et Louis IX. Et du siècle de Louis XIV n'émergeait que Jean de la Fontaine au 14e rang.

En revanche, les résultats du concours en Finlande soulignaient l'importance de la guerre d'Hiver de 1939-1940 et de la guerre de Continuation de 1941-1944 comme fondement de la nation, puisque la première place revenait au maréchal Mannerheim, commandant en chef en 1939-1944 et président de la République en 1944-1946, la deuxième au président Rysto Ryti (président de la République de 1940 à 1944), la quatrième au général Ehrnrooth (héros de la défense de la Carélie contre les communistes) et la huitième à Jean Sibelius dont on sait que la musique était jouée sur les ondes pour galvaniser les troupes finlandaises. Un pays qui n'a pas la mémoire qui flanche.

D'une manière surprenante, il semble qu'aux Pays-Bas, le public ne soit pas aussi amnésique qu'en France, puisque l'amiral Michiel de Ruyter (1607-1676) arrive encore en huitième position. Ce qui rappelle l'épitaphe composée par le fils de l'amiral Duquesne, frappé par la révocation de l'Edit de Nantes, à la mémoire de son père:

Du Quesne fils à son père:
Ce tombeau attend les restes de Duquesne
Son nom est connu sur toutes les mers
Passant, si tu demandes pourquoi les Hollandais
Ont élevé un monument superbe à Ruyter vaincu,
et pourquoi les Français
Ont refusé une sépulture au vainqueur de Ruyter
Ce qui est dû de respect et de crainte à un monarque,
Dont s'étend au loin la puissance,
M'interdit toute réponse.



Il est intéressant de voir que les résultats de ces concours dans les pays à majorité sociologique orthodoxe montrent, malgré la sécularisation, malgré le communisme, malgré tout, une imprégnation religieuse qui reste sans commune mesure avec les pays à majorité sociologique hétérodoxe. Ainsi:
- en Bulgarie, pas moins de quatre saints de l'Eglise orthodoxe sur les onze premiers du sondage, soit saints Boris Ier, Cyrille, Méthode, et Païssios de Chilandar;
- en Grèce, qui a tout de même deux mille ans d'Histoire en plus par rapport aux autres pays concernés * et où il y avait la forte concurrence de Platon, Aristote, Socrate et Périclès, l'archevêque Christodoulos d'Athènes, primat de Grèce au moment du concours (2008-2009), est arrivé en 46e position, saint Côme d'Etolie en 54e, Alexandre Papadiamantis en 64e, saint Constantin l'empereur égal-aux-Apôtres en 71e, saint Justinien en 82e; les héros de la guerre d'Indépendance ne sont pas oubliés, puisque le général Kolokotronis est arrivé en 3e position, Capo d'Istria en 8e et la Bouboulina en 98e;
- en Roumanie (le pays le plus fervent parmi tous les pays à majorité sociologique orthodoxe), la première place revient à un saint de l'Eglise orthodoxe (saint Etienne le Grand, voïvode de Moldavie); saint Constantin Brâncoveanu, voïvode de Valachie, martyr par la main des musulmans, arrive en 18e position; Démètre Stăniloae,théologien orthodoxe, est 74e; l'archimandrite Cléopas (Ilie) et l'higoumène Arsène (Boca) - dont la canonisation apparaît de plus en plus probable - sont 78e et 79e;
- en Russie, la première place revient aussi à un saint de l'Eglise orthodoxe (saint Alexandre Nevsky, grand-prince de Novgorod);
- en Ukraine, saint Vladimir l'égal-aux-Apôtres est arrivé en 16e position, sainte Olga en 43e, le métropolite de Kiev saint Pierre Moguila en 52e.
D'une manière générale, le public a désigné, en Roumanie, beaucoup de héros roumains et magyars de la résistance à l'Islam (y compris Vlad l'Empaleur, voïvode de Valachie, et Mathias Corvin, roi de Hongrie); en Ukraine, beaucoup de Cosaques héros de la résistance à l'uniatisme (y compris Bohdan Khmelnytsky).

On notera aussi que, dans beaucoup de pays, le soldat inconnu figure parmi les 100 plus grands compatriotes désignés par le sondage. Ce qui n'a rien de ridicule ni d'absurde, dans la mesure où, dans chaque pays, le soldat inconnu est bel et bien le symbole de ceux qui ont perdu leur vie pour "conserver une patrie à leurs parents" (selon une formule cryptique qui était utilisée en Moselle annexée, en 1941-1944, dans les avis de décès des Malgré-Nous tombés sous l'uniforme allemand, formule pas si cryptique d'ailleurs, puisque l'occupant allemand avait fini par en interdire l'usage).

* Jusqu'à plus ample informé, il n'y a que quatre peuples qui peuvent faire remonter leur langue et leur littérature au-delà de l'ère chrétienne, et qui, de ce fait, sont les seules civilisations classiques survivantes: les Chinois, les Juifs, les Grecs et les Tamouls...

Répondre