Histoire de l’éternité de l’enfer

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

patrik111
Messages : 107
Inscription : dim. 03 juil. 2011 18:45

Histoire de l’éternité de l’enfer

Message par patrik111 » dim. 25 mai 2014 3:30

Christ est ressuscité! Bonjour à tous.

Qui pourrait me dire à quel moment, dans l’histoire de l’Église, le dogme de l’éternité de l’enfer a été défini, s’il l’a été, ou s’il ne s’agit que d’un théologoumène?

Merci par avance pour toute piste de lecture ou autre information utile.

Cordialement.

Patrik111

patrik111
Messages : 107
Inscription : dim. 03 juil. 2011 18:45

Re: Histoire de l’éternité de l’enfer

Message par patrik111 » sam. 19 juil. 2014 19:02

Comment comprendre que ma question soit restée sans réponse? Je l’ai certainement mal formulée.

L’éternité des peines de l’enfer est-elle un dogme? Si oui, quand ce dogme a-t-il été défini? Sinon, est-ce juste une opinion théologique?

Toute indication à ce sujet me sera très utile dans ma vie quotidienne. Ce n’est pas une question théorique.

Merci par avance.

Cordialement.

Patrick111

Claude le Liseur
Messages : 3909
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Histoire de l’éternité de l’enfer

Message par Claude le Liseur » sam. 19 juil. 2014 20:17

Lisez peut-être d'abord le texte d'Alexandre Kalomiros qui se trouve juste au-dessus de votre message, "Le Fleuve de Feu".

Nikolas
Messages : 383
Inscription : dim. 16 mai 2010 15:19
Localisation : Poitiers

Re: Histoire de l’éternité de l’enfer

Message par Nikolas » dim. 20 juil. 2014 14:59

Pour ma part je n'avais pas vu passer votre question.
Comme lecture je vous conseillerai l'Evangile. Car cette doctrine nous vient du Seigneur lui-même et l'Eglise n'a pas eu besoin de la définir dogmatiquement.

Pour ne donner que deux exemples :
- Jean le Baptiste dit : "celui qui vient après moi [...] nettoiera son aire, et il amassera son blé dans le grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteint point." (Mt 3:12)
- Jésus dit : "[...] mieux vaut pour toi entrer dans la vie boiteux ou manchot, que d'avoir deux pieds ou deux mains et d'être jeté dans le feu éternel".
Vous trouverez beaucoup d'autres passages.

Claude le Liseur
Messages : 3909
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Histoire de l’éternité de l’enfer

Message par Claude le Liseur » lun. 21 juil. 2014 10:52

L'éternité de l'enfer est une chose, mais ce qui me faisait réagir,c 'est la question de l'éternité des peines de l'enfer, qui me semble pertinente dans un contexte catholique romain avec une vision judiciaire du christianisme, et moins dans un contexte orthodoxe, raison pour laquelle je renvoyais Patrick au texte d'Alexandre Kalomiros et en particulier à ce passage suivant:
Saint Isaac le Syrien écrit que «le Paradis est l'amour de Dieu, qui renferme le bonheur de toutes les béatitudes» et que «l'arbre de vie est l'amour de Dieu» (Homélie 72).
«Ne vous y trompez pas, dit saint Syméon le Nouveau Théologien, Dieu est feu et, lorsqu'Il est venu dans le monde et s'est fait homme, Il a apporté le feu sur la terre, comme Il le dit Lui-même ; ce feu tourne à la recherche de matériaux - c'est-à-dire une bonne disposition et une bonne intention pour s'y loger et l'embraser ; chez ceux qu'il embrase, ce feu devient une haute flamme qui monte au ciel... cette flamme commence par nous purifier entièrement de la souillure de nos passions, puis elle se fait, pour nous, nourriture et boisson, lumière et joie, et nous fait devenir lumière nous-même puisque nous participons à Sa lumière» (Discours 78).
Dieu est un feu d'amour, et Il l'est pour les bons comme pour les méchants. Il y a toutefois une grande différence dans la façon dont les êtres reçoivent ce feu aimant. Saint Basile dit que «l'épée de feu fut placée à la porte du paradis pour garder l'approche de l'arbre de vie ; elle était terrible et brûlante pour les infidèles, mais douce et accessible pour les fidèles, leur apportant la lumière du jour(46)». Le même feu d'amour apporte la clarté à ceux qui répondent à l'amour par l'amour et brûle ceux qui répondent par la haine.
Le Paradis et l'enfer sont le même et unique Fleuve de Dieu, un feu d'amour qui embrasse et enveloppe tout de la même volonté bienveillante, sans différence ni discrimination. La même eau vivifiante est vie éternelle pour les fidèles et mort éternelle pour les infidèles ; elle est l'élément vital des premiers et l'instrument de suffocation éternelle des seconds ; le paradis des uns et l'enfer des autres. Ne vous étonnez pas. Le fils qui aime son père est heureux dans ses bras, alors que l'accolade aimante du père sera un tourment pour son fils qui ne l'aime pas. C'est aussi pourquoi ceux qui nous détestent ressentent comme des charbons ardents sur leurs têtes l'amour que nous leur portons.
Saint Isaac le Syrien dit que «ceux qui souffrent en enfer souffrent d'être fouettés par l'amour... Il est tout à fait erroné de penser que les pécheurs en enfer sont privés de l'amour de Dieu.
L'amour est un enfant de la connaissance de la vérité, et est indubitablement donné à tous de la même façon. Mais la puissance de l'amour agit de deux façons : il tourmente les pécheurs alors qu'il fait les délices de ceux qui ont vécu en accord avec lui» (Homélie 84). Dieu est amour. Si nous croyons vraiment à cette vérité, nous savons que Dieu ne déteste jamais, ne punit jamais, ne se venge jamais. Comme le dit l'abba Ammonas : «L'amour ne déteste personne, ne fait de reproche à personne, ne condamne personne, ne fait de peine à personne, n'exècre personne, ni les fidèles ni les infidèles, ni les étrangers ni les pécheurs ni les fornicateurs, ni les impurs, mais ce sont précisément les pécheurs, les faibles et les négligents qu'il aime davantage, pour lesquels il ressent de la peine, s'attriste et se lamente, et il a plus de sympathie pour les méchants et les pécheurs que pour les bons imitant le Christ qui a appelé les pécheurs et a mangé et bu avec eux. Pour cette raison, nous montrant ce qu'est le véritable amour, Il nous a enseigné «devenez bons et miséricordieux comme votre Père qui est aux cieux», et comme Il fait pleuvoir sur les bons et les mauvais et fait lever le soleil sur les justes et les injustes, ainsi fait celui qui aime vraiment, qui a compassion et qui prie pour tous».

Répondre