Questions

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Marie67
Messages : 3
Inscription : sam. 11 janv. 2014 21:48

Questions

Message par Marie67 » mer. 22 janv. 2014 11:41

Bonjour,

J'ai regardé il y a quelques jours un film que j'ai trouvé très intéressant. Il s'appelle Au delà des collines. Il se passe dans un monastère orthodoxe et, vu que je ne connais que très peu la religion orthodoxe, je me suis demandée si tout était vrai dans ce film.

Par exemple, à un moment, le supérieur du monastère explique à l'une des jeunes femmes que, pour un orthodoxe, le simple fait d'entrer dans une église non orthodoxe est un péché. Est-ce vrai?

A un autre moment, l'une des jeunes femmes, qui ne s'est pas confessée depuis longtemps, prépare sa confession. Elle a un guide de la confession avec tous les péchés possibles, il y en a d'ailleurs 464. Je me demandais si ce genre de guide existait vraiment.

Merci d'avance pour vos réponses.

Claude le Liseur
Messages : 3909
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Questions

Message par Claude le Liseur » mer. 22 janv. 2014 17:34

Marie67 a écrit :Bonjour,

J'ai regardé il y a quelques jours un film que j'ai trouvé très intéressant. Il s'appelle Au delà des collines. Il se passe dans un monastère orthodoxe et, vu que je ne connais que très peu la religion orthodoxe, je me suis demandée si tout était vrai dans ce film.

Par exemple, à un moment, le supérieur du monastère explique à l'une des jeunes femmes que, pour un orthodoxe, le simple fait d'entrer dans une église non orthodoxe est un péché. Est-ce vrai?

A un autre moment, l'une des jeunes femmes, qui ne s'est pas confessée depuis longtemps, prépare sa confession. Elle a un guide de la confession avec tous les péchés possibles, il y en a d'ailleurs 464. Je me demandais si ce genre de guide existait vraiment.

Merci d'avance pour vos réponses.

Je crois avoir un vague souvenir d'un film avec un titre similaire qui se passait en Roumanie et qui a été diffusé sur TV5 il y a très longtemps (2004 peut-être?).

Première question: ce qui est interdit, c'est les actes liturgiques avec des hétérodoxes.

Deuxième question: il existe des manuels pour se préparer à la confession et sans doute certains de ces manuels contiennent des listes pour aider la mémoire du pénitent. Le chiffre de 464 n'a pas valeur canonique.

Marie67
Messages : 3
Inscription : sam. 11 janv. 2014 21:48

Re: Questions

Message par Marie67 » mer. 22 janv. 2014 20:35

Le film date de 2012 donc ce n'est sans doute pas celui dont vous vous souvenez.

Quand vous parlez d'actes liturgiques, c'est à dire qu'un orthodoxe peut entrer dans une église non orthodoxe mais pas assister à une messe, c'est ça?

Nikolas
Messages : 383
Inscription : dim. 16 mai 2010 15:19
Localisation : Poitiers

Re: Questions

Message par Nikolas » lun. 27 janv. 2014 14:57

Bonjour,

Peut etre le modérateur aurait -il dut replacer cette discussion dans le fil "Orthodoxie et film".
J'avais entendu parler de ce film il y a de ça plusieurs mois et regardé la bande-annonce, qui ne m'avait guère inspiré. En effet l'atmosphère y est sombre et le réalisateur s'inspire librement d'un triste fait divers. Rien de très flatteur pour l'Eglise Orthodoxe. J'avais donc passé mon chemin.
Mais suite à votre message, poussé par la curiosité, je me suis à nouveau penché sur ce film, et voyant qu'il avait récolté quelques palmes au festival de Cannes 2012 (prix du scénario, et de l'interprétation féminine), me suit décidé à le visionner.
Je l'ai effectivement trouver bien écrit et peu flatteur pour l'Eglise orthodoxe, et plus particulièrement roumaine. Le réalisateur s'inspirant librement du fait-divers qui se produisit au monastère de Tanacu (Roumanie) en 2005, en l’occurrence une moniale décédé suite à un exorcisme trop musclé et dépassant les bornes du raisonnable. Bien entendu ce film n'est pas vraiment la meilleure approche de l'orthodoxie (c'est le moins qu'on puisse dire) pour quelqu'un ne l'a connaissant pas et qui désire en savoir plus. Il donne néanmoins un aperçu de ce qu'est la vie monastique dans une petite et pauvre communauté (si l'on exclu les scènes d'exorcisme et de superstition).

Pour répondre à votre dernière question, un orthodoxe peut évidemment entrer dans une église non orthodoxe ce n'est pas interdit. Ce que voulait signifier la phrase de Claude, c'est qu'il n'y a pas de concélébration possible entre orthodoxe et hérétodoxe. De même qu'un orthodoxe n'a pas à participer à la vie sacramentel et liturgique d'une église hétérodoxe puisque l'Eglise orthodoxe n'est pas en communion de foi et donc sacramentel avec les hétérodoxes.

jeremy
Messages : 17
Inscription : sam. 11 mai 2013 8:36

Re: Questions

Message par jeremy » mer. 29 janv. 2014 13:29

j'avoue ne pas comprendre pourquoi on ne peut concelebrer ensemble.... je suppose qu'il y a des raisons qui m'echappent, mais je trouve ça tellement dommage... le Christ ne valide t'il pas la sainte cene des protestants et l'eucharistie catholique ? leur tourne t'il le dos quand ils vivent cet evenement ? je pose la question sans animosité, je ne comprends vraiment pas....

j'ai rendez vous avec un pretre orthodoxe d'ici une dizaine de jours, apres une liturgie à laquelle je vais participer (pour la premiere fois) hormis bien sur les sacrements, je vais lui poser la question car j'ai toujours autant envie de devenir orthodoxe tant j'adhere aux dogmes, à la vie spirituelle personnelle qui y est conseillée, à l'enseignement de ses saints Pères etc.... Mais ça me deprime à l'avance de devoir decliner le pain et le vin quand je serai avec mes amis protestants ou l'eucharistie avec mes amis catholiques...

désolé si je suis hors sujet mais puisque c'etait abordé...

Claude le Liseur
Messages : 3909
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Questions

Message par Claude le Liseur » mer. 29 janv. 2014 17:07

jeremy a écrit :j'avoue ne pas comprendre pourquoi on ne peut concelebrer ensemble.... je suppose qu'il y a des raisons qui m'echappent, mais je trouve ça tellement dommage... le Christ ne valide t'il pas la sainte cene des protestants et l'eucharistie catholique ? leur tourne t'il le dos quand ils vivent cet evenement ? je pose la question sans animosité, je ne comprends vraiment pas....

j'ai rendez vous avec un pretre orthodoxe d'ici une dizaine de jours, apres une liturgie à laquelle je vais participer (pour la premiere fois) hormis bien sur les sacrements, je vais lui poser la question car j'ai toujours autant envie de devenir orthodoxe tant j'adhere aux dogmes, à la vie spirituelle personnelle qui y est conseillée, à l'enseignement de ses saints Pères etc.... Mais ça me deprime à l'avance de devoir decliner le pain et le vin quand je serai avec mes amis protestants ou l'eucharistie avec mes amis catholiques...

désolé si je suis hors sujet mais puisque c'etait abordé...
J'avoue ne pas comprendre votre désarroi, ne pas voir où est le problème.

D'emblée, je dois vous avouer que je ne savais pas que les catholiques romains distribuaient l'eucharistie, et les protestants la cène, de manière aussi libérale, sans préparation et sans unité de foi. Par exemple, il me semble que chez les protestants, c'est un symbole et que chez les catholiques romains, il y aurait un certaine doctrine de la transsubstantiation. Est-ce vraiment la même chose? Hors de toute considération religieuse, n'y a-t-il pas un certain illogisme à distribuer le sacrement de l'unité à des gens qui ne sont même pas unis sur la nature dudit sacrement?

Quoiqu'il en soit, le problème est ailleurs. Je ne vois pas quelle obligation vous auriez de devoir communier quand on vous le propose et où est la faute à ne pas le faire.

Les catholiques romains ont un commandement selon lequel il faut communier au moins une fois par an à Pâques; je ne sais pas s'ils l'appliquent encore ou s'il est tombé en désuétude comme tout le reste. A cette seule exception, qui ne concerne ou ne concernait que les catholiques romains, personne à ma connaissance n'a une obligation morale de communier.

Dans le passé, il y a eu des Etats qui ont prétendu imposer une obligation juridique de communier afin de démasquer les dissidents.

A Pâques 1686, en France, on avait imposé aux protestants la communion obligatoire dans les églises catholiques (puisque l'Etat avait décidé qu'il n'y avait plus de protestantisme en dehors de l'Alsace). Je ne sais pas combien d'entre eux ont cru de leur devoir de "décliner" l'eucharistie qu'on prétendait leur imposer. La seule chose que je sais, c'est que le professeur Chaunu disait que cela avait réveillé le protestantisme en France, les "nouveaux catholiques" ayant commencé à douter de la bonne foi d'une Eglise qui prétendait que l'hostie était le corps du Christ et voulait en même temps imposer la manducation obligatoire de ce corps. Pour ma part, je pense que cela a surtout montré aux convertis de force de 1685 que l'article 12 de l'édit de Fontainebleau, qui garantissait la liberté de conscience malgré la suppression de la liberté de culte, n'était qu'une duperie et qu'il ne leur restait plus qu'à se battre.

En Russie, pendant les décennies où les Romanov sciaient la branche sur laquelle ils étaient assis en abaissant l'Eglise orthodoxe par tous les moyens possibles, on avait voulu (du temps de Nicolas Ier, me semble-t-il) rendre la communion pascale obligatoire pour les orthodoxes, ceci afin de débusquer les Vieux-Croyants qui ne voulaient bien entendu pas recevoir les sacrements de l'Eglise officielle. En général, pour éviter le scandale qu'aurait entraîné l'application de la loi ou contre espèces sonnantes et trébuchantes, le clergé inscrivait comme ayant communié des gens qui ne l'avaient pas fait, et Saint-Pétersbourg n'y voyait que du feu. Toutefois, le gouvernement impérial n'avait pas poussé l'outrecuidance jusqu'à vouloir imposer la communion obligatoire aux hétérodoxes, ce qui, au demeurant, aurait été totalement dépourvu de sens.

Mais voilà, ces pressions politiques n'ont plus cours de nos jours (surtout pas en Europe francophone), et je ne vois pas qui, et au nom de quoi, pourrait vous obliger à communier.

En outre, si vous vous intéressez un peu à l'histoire du christianisme, vous verrez qu'avant les années 1960, on était beaucoup plus circonspect sur la communion et que la plupart des gens auraient eu des scrupules inverses des vôtres: ils auraient plutôt eu un trouble de conscience à communier dans une confession dont ils ne professaient pas les croyances. Par exemple, le calendrier des saints de l'Eglise orthodoxe est rempli de gens qui ont préféré mourir plutôt que de recevoir l'eucharistie uniate ou catholique romaine (voyez le cas de saint Athanase Todoran ou des martyrs de Tartou). Je ne parle que de ce que je connais, mais je suis sûr que les uniates ou les catholiques romains refusaient aussi les sacrements des orthodoxes.

Par ailleurs, j'ai peur que vous ne soyez surpris lorsque vous découvrirez les exigences de la préparation à la communion chez les orthodoxes (jeûne, canon de prières, confession). En milieu orthodoxe traditionnel, la mentalité est plutôt de ne pas communier du tout que de communier en état d'impréparation; c'est un peu le contraire de l'état d'esprit que vous décrivez dans votre message.

jeremy
Messages : 17
Inscription : sam. 11 mai 2013 8:36

Re: Questions

Message par jeremy » mer. 29 janv. 2014 21:06

non, je ne serai pas surpris et je trouve ça plutot tres bien qu'on demande au communiant de s'etre preparé.

Henri
Messages : 59
Inscription : mar. 25 oct. 2005 11:19
Localisation : Aude, France

Re: Questions

Message par Henri » jeu. 30 janv. 2014 11:18

Lors de la communion dans l'Église Orthodoxe, le prêtre proclame : "Avec crainte de Dieu, foi, et amour approchez !" Nous avons là, dans ces paroles, si nous voulons bien les approfondir, le "cadre" d'une préparation à la Sainte Communion, tout en sachant que nous ne serons jamais prêts à recevoir le Corps Très-Pur et le Précieux Sang de notre Grand Dieu et Sauveur Jésus Christ offerts par la grande miséricorde...
Avec crainte de Dieu : et non par crainte des hommes, ou par un désir de ne pas choquer, ou pour faire comme tout le monde... Suis-je pénétré du sentiment que je m'approche du Dieu Vivant et Vrai qui s'abaisse dans sa grande miséricorde ?
Avec foi, et là je rejoins Claude : quelle foi est-ce que je confesse au sujet de ces réalités des Saints et Vivifiants mystères, réalité devenues telles par la vertu de l'Esprit-Saint ? Il y a un fossé entre la doctrine catholique de la transsubstantiation et du prêtre agissant "in personna Christi" et la foi orthodoxe, et un gouffre entre l'usage protestant et la vie eucharistique orthodoxe.
Et amour... lisez tous les passages de l'Évangile ou des personnes s'approchent du Christ avec amour, en particulier celui de la pécheresse à qui beaucoup a été pardonné et qui aime tellement le Seigneur Jésus, qu'au mépris de tous ceux qui l'entourent (la scène se passe dans la maison d'un pharisien hostile au Seigneur Jésus), pleure sur les pieds du Seigneur, les embrasse et les essuie de ses cheveux...
Seigneur Jésus Christ, Fils du Dieu Vivant, fais-moi miséricorde.

Répondre