Eusèbe Martyr ?

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Zachée
Messages : 10
Inscription : mer. 09 janv. 2013 11:35

Eusèbe Martyr ?

Message par Zachée » dim. 06 oct. 2013 19:00

Bonsoir,
Je viens de lire la recension, sur le site Orthodoxie.com, de l'ouvrage d'Eusèbe de Césarée : la vie de Constantin "sources chrétiennes " n° 559 par J. C. Larchet, et je suis surpris de lire ceci :
Son auteur, Eusèbe de Césarée (265-339), évêque qui est mort martyr, a écrit cette vie dans les années qui ont suivi la mort de Constantin et disposait d’une documentation de première main, ayant été non seulement un contemporain, mais un proche de l’empereur. - See more at: http://www.orthodoxie.com/#sthash.QyuRNr1M.dpuf
. Quelqu'un peut-il m'apporter des précisions sur ce point. Je croyais qu'Eusèbe avait eu des tendances arianisantes et qu'il était bien en cour auprès de l'empereur, mais je n'ai jamais avant ce jour entendu parler de lui comme martyr.
Cordialement.
Zachée.

J-Gabriel
Messages : 643
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

Re: Eusèbe Martyr ?

Message par J-Gabriel » lun. 01 déc. 2014 22:11

Zachée a écrit :Bonsoir,
Je viens de lire la recension, sur le site Orthodoxie.com, de l'ouvrage d'Eusèbe de Césarée : la vie de Constantin "sources chrétiennes " n° 559 par J. C. Larchet, et je suis surpris de lire ceci :
Son auteur, Eusèbe de Césarée (265-339), évêque qui est mort martyr, a écrit cette vie dans les années qui ont suivi la mort de Constantin et disposait d’une documentation de première main, ayant été non seulement un contemporain, mais un proche de l’empereur. - See more at: http://www.orthodoxie.com/#sthash.QyuRNr1M.dpuf
. Quelqu'un peut-il m'apporter des précisions sur ce point. Je croyais qu'Eusèbe avait eu des tendances arianisantes et qu'il était bien en cour auprès de l'empereur, mais je n'ai jamais avant ce jour entendu parler de lui comme martyr.
Cordialement.
Zachée.
Depuis que vous avez écrit ce post j’ai tenté de faire quelques recherches par-ci par-là, mais je n’ai rien trouvé concernant une persécution de notre Eusèbe. Cependant, comme vous l’indiquer il semble bien qu’Eusèbe fut un opportuniste :
[…] Eusèbe (265-340) ; esprit universel, prodigieux érudit, curieux de tout et travailleur infatigable, on a l’impression qu’il a tout lu, dans le profane et le sacré, de ce qui pouvait lui être utile. Sans doute faut-il se méfier de ses intentions théologiques, car il n’est autre que cet évêque de Césarée en Palestine qui joua, dans la grande bataille de l’arianisme, un rôle plus qu’équivoque. Mais, comme historien, compte tenu des habitudes du temps, il faut reconnaître en lui un effort sérieux de documentation et d’équité. Son œuvre maîtresse de l’Histoire ecclésiastique, en dix tomes, travail d’une portée inestimable sans lequel les trois premiers siècles de l’Eglise nous seraient bien mal accessibles ; il faut y ajouter sa Chronique ou Histoire universelle où, reprenant et parachevant l’œuvre de Jules Africain au IIIe siècle, il établit un parallélisme entre la Bible et l’histoire profane, et sa Vie de Constantin, flagorneuse, mais pleine de renseignements. « Hérodote chrétien » a-t-on affirmé ; c’est sans doute beaucoup dire. Il n’en reste pas moins qu’Eusèbe de Césarée donne le branle à tout un effort historique qui, au tournant du siècle, sera poursuivi en Occident par ce charmant Salluste chrétien qu’est Sulpice Sévère, puis par Orose, qu’aimera tant Bossuet, et en Orient, par tout une équipe : Socrate, Sozomène, Théodoret. Le goût de l’histoire est désormais implanté en terre chrétienne : Rufin d’Aquilée au début du Ve siècle (vers 402-403) va traduire et compléter l’Histoire ecclésiastique, tandis que saint Jérôme en fait autant pour l’Histoire universelle, et que saint Ambroise, au milieu de ses soucis d’évêque, met en latin Flavius Josèphe.

Daniel-Rops Histoire de l’Eglise, tome II (p.441) éd. Bernard Grasset
C’est là une courte biographie d'un auteur hétérodoxe que j’ai trouvé concernant Eusèbe. Maintenant s’il est mort en "martyr", reste à savoir quelle foi a-t-il confessé devant ses persécuteurs et d’où le site en question tient-il se titre qu’il lui attribue ? Car pour nous c’est la foi orthodoxe que le persécuté va affirmer qui va garantir la valeur du martyre et son titre.

PS: à propos de la citation, selon notre calendrier ecclésiastique c'est bienheureux Jérôme et non saint (15juin).

Nikolas
Messages : 383
Inscription : dim. 16 mai 2010 15:19
Localisation : Poitiers

Re: Eusèbe Martyr ?

Message par Nikolas » mar. 02 déc. 2014 14:41

J-Gabriel a écrit :PS: à propos de la citation, selon notre calendrier ecclésiastique c'est bienheureux Jérôme et non saint (15juin).
Notre calendrier ne connait de différence entre bienheureux et saint, comme l'église romaine le pratique.

Claude le Liseur
Messages : 3909
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Eusèbe Martyr ?

Message par Claude le Liseur » mar. 02 déc. 2014 16:45

Nikolas a écrit :
J-Gabriel a écrit :PS: à propos de la citation, selon notre calendrier ecclésiastique c'est bienheureux Jérôme et non saint (15juin).
Notre calendrier ne connait de différence entre bienheureux et saint, comme l'église romaine le pratique.

Si, si, il y a bien un usage russe de dire le "bienheureux Jérôme" et le "bienheureux Augustin" (russe блаженный), même s'il n'y a pas dans l'Orthodoxie de processus de béatification différent du processus de canonisation.

J-Gabriel
Messages : 643
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

Re: Eusèbe Martyr ?

Message par J-Gabriel » mer. 03 déc. 2014 22:47

Je ne m’attendais pas à trouver le nom d’Eusèbe de Césarée classé dans un livre intitulé "Les Pères grecs" ! Pas plus tard que hier je tombe sur ce livre de Hans von Campenhausen, dans lequel il présente une courte biographie d’Eusèbe p.81-95. Selon l’auteur, Eusèbe se serait éteint d’une mort naturelle à Césarée. Hans von Campenhausen écrit aussi qu’Eusèbe n’était pas un arien puisque qu’il ne considérait pas le Christ comme créature ni comme demi-dieu. Il aurait plutôt abrité Arius dans sa fuite chez lui à Césarée mais sans jamais succomber à l’hérésie. En fait il était meilleurs historien que théologien.
Il préférait demeurer auprès de son incomparable bibliothèque de Césarée, y conserver ses activités habituelles. C’est d’ailleurs là qu’il mourut en paix, quelques années après Constantin, en 339-340.

Les Pères grecs, Hans von Campenhausen, p.94, éd. de l’Orante

Répondre