Recherche de partition

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Paul2
Messages : 2
Inscription : mer. 15 mai 2013 15:48

Recherche de partition

Message par Paul2 » ven. 17 mai 2013 22:04

Bonjour,

Je suis catholique et j'aime beaucoup le chant sacré traditionnel, surtout orthodoxe.
J'ai déjà eu le plaisir de faire chanter en paroisse l'hymne acathiste à la Mère de Dieu.
Une merveille dont je suis tombé amoureux.
J'avais trouvé assez facilement la partition sur Internet.

J'ai été récemment invité par une communauté orthodoxe à une divine liturgie pour chanter l'hymne acathiste à saint Alexis d'Ugine, le 22 août, jour de sa fête.
J'ai trouvé rapidement le texte mais je cherche en vain la partition pour préparer cette liturgie.
La personne qui m'a invité m'a dit ne pas la posséder, la musique se transmettant de façon traditionnelle.
Quelqu'un peut-il me la procurer ou me donner un lien où on peut la télécharger ?
J'en serais très heureux.

Nikolas
Messages : 383
Inscription : dim. 16 mai 2010 15:19
Localisation : Poitiers

Re: Recherche de partition

Message par Nikolas » sam. 18 mai 2013 14:51

Christ est Ressuscité !
Bonjour et bienvenue à vous sur le forum !

Permettez moi quelques remarques concernant votre requête.
Je trouve tout d'abord étonnant qu'une personne ne confessant pas la foi orthodoxe puisse être amené a dirigé un choeur, ou même a y chanté, dans une église orthodoxe et encore plus durant une Divine Liturgie. La devise latine Lex orandi lex credendi semble ici négligé par la personne qui vous a invité, ce que le père archimandrite Cyprien Kern, de bienheureuse mémoire, exprimait par cette phrase devenu célébre : "le choeur de l'église est une chaire de théologie", ce qui est pour le moins inconciliable avec le fait d'adhérer à une confession de foi et dans chanter une autre.
Ensuite l'hymne acathiste étant un office qui se célèbre séparement de la Divine Liturgie, votre demande n'est pas très claire. Souhaitez-vous des partitions pour l'hymne acathiste, ou pour l'office du saint et donc les hymnes qui lui seront chantées à la Liturgie?

Ni voyez aucun irrespect pour vous et votre démarche. Juste quelques considérations orthodoxes qui j'espère vous éclairerons sur le fait qu'il convient de mieux connaître la Divine Liturgie et la Foi orthodoxe avant de prendre une part active dans les célébrations liturgique d'une communauté.

Pour information l'office à st Alexis d'Ugine a été récemment publié :
http://www.exarchat.org/spip.php?article1385

Paul2
Messages : 2
Inscription : mer. 15 mai 2013 15:48

Re: Recherche de partition

Message par Paul2 » sam. 18 mai 2013 22:41

Merci pour votre réponse, même si je la trouve un peu choquante.
Tout d'abord une correction. Je n'ai jamais dirigé de chœur dans une église orthodoxe. C'est dans notre paroisse catholique que j'ai eu la joie de faire chanter ce magnifique hymne acathiste à la Mère de Dieu.
Ensuite, je suis un peu choqué par votre intolérance. Je pensais que les Églises chrétiennes cherchaient à se rapprocher. Dans un esprit d'œcuménisme, notre paroisse a, en effet, célébré des offices qui accueillaient des prêtres protestants et orthodoxes. L'évêché catholique de Liège publie même, dans son agenda, les dates de cérémonies orthodoxes remarquables. En voici un extrait :
Célébrations à Banneux
Office de vêpres
Le 19/04/2013 à 18:30

Localisation : Sanctuaire de Banneux - chapelle orthodoxe de la Mère de Dieu de toute Protection
Dans le cadre du pèlerinage de la communauté paroissiale orthodoxe roumaine de Liège (célébration en roumain).

Célébration de la Divine Liturgie
Le 20/04/2013 à 9:00

Localisation : Sanctuaire de Banneux - chapelle orthodoxe de la Mère de Dieu de toute Protection
Dans le cadre du pèlerinage de la communauté paroissiale orthodoxe roumaine de Liège -l'office sera concélébré par le père Stefan Barbu et le père Guy Fontaine (en roumain et français).

Office de l'acathiste à la Mère de Dieu
Le 20/04/2013 à 15:00

Localisation : Sanctuaire de Banneux - chapelle orthodoxe de la Mère de Dieu de toute Protection
C'est d'ailleurs à partir de cet agenda que j'ai pris contact avec la communauté orthodoxe qui m'a gentiment invité à partager sa liturgie dans le plus profond respect les uns des autres.
Apparemment, la personne qui m'a répondu ne voyait rien d'inconciliable à ce qu'une personne étrangère à votre Église fasse cette expérience.
Je connais très peu de choses sur la religion orthodoxe mais je croyais votre Église plus ouverte et plus facile à approcher.

Pour en venir à ma requête, j'ai reçu ce lien de l'évêché de Liège : http://www.doyenne-orthodoxe.org/page.php?73.
J'ai contacté la personne responsable qui m'a invité chaleureusement. Comme je ne connais pas cette liturgie, je pensais me procurer la partition pour y participer activement. C'est, je pense, le souhait de mon correspondant.
Je me permettrai de lui communiquer votre texte pour voir ce qu'il en pense.
Bien à vous.

FABRE
Messages : 113
Inscription : jeu. 24 juin 2010 6:35

Re: Recherche de partition

Message par FABRE » dim. 19 mai 2013 8:20

eh oui ! c'est bien cela le problème actuel des orthodoxes : enseigner dans les facultés de théologie qu'il ne faut pas prier avec les en l’occurrence les catholiques et dans le même temps ici prôner l’œcuménisme et là quand même en telle ou telle paroisse avec ou non accord de l'évêque orthodoxe, prier avec, voir célébrer avec eux....on y perd notre latin ! oups ! je veux dire notre grec ! re-oups, je veux dire notre slavon !

Nikolas
Messages : 383
Inscription : dim. 16 mai 2010 15:19
Localisation : Poitiers

Re: Recherche de partition

Message par Nikolas » dim. 19 mai 2013 21:52

Pardonnez moi mais je pense qu'il y a une incompréhension quelque part.

Vous n'avez apparement jamais participé à une Liturgie orthodoxe.
Vous indiquez comme requête vouloir les partitions de l'hymne acthatiste de st Alexis d'Ugine pour préparer cette Liturgie.
Hormis le fait qu'un hymne acathiste est un office complétement indépendant de la Divinie Liturgie, et qui en l'occurence d'après le programme indiqué sera célébré après celle-ci, vous n'avez apparement rien a préparé du tout puisque vous dites maintenant avoir été simplement invité a assister à la Liturgie.

Rien ne vous empêche d'aller assister à la Liturgie de cette communauté orthodoxe, que l'on vous y invite ou non d'ailleurs si vous le souhaitez. Les églises orthodoxes sont ouvertes à tous et chacun est libre d'y entrer.

Mais d'assister à la liturgie et de la préparer pour y chanter comme vous le disiez (ce qui suggère une place de choriste), et là se trouve l'incompréhension je pense, il y a un pas, surtout lorsque l'on est néophyte et encore plus hétérodoxe. Mais, si vous trouvez ce principe élémentaire, sans entrer dans ce que j'ai brièvement évoqué sur ce sujet précédement, et que je résumais par "adhérer à une confession de foi et dans chanter une autre", est pour vous de l'intolérance, très bien, mais cela n'en reste pas moins vrai et incohérent si telle était le cas.
Il ne me viendrai pas a l'idée en tant qu'orthodoxe (ou n'importe quoi d'autre) d'aller a un office d'une autre confession chrétienne ou religion en disant : salut, c'est la première que j'assite a votre office mais je l'ai préparé grâce a internet, je ne partage pas votre foi mais je vais chanter vos prières....
Excusez moi si les principes théologiques de l'Eglise vous paraissent choquant ou intélorant, mais cela me semble être du respect avant tout.

Que le diocèse de Liège indique les dates des offices orthodoxes de cette communauté, très bien, cela le regarde, et ce d'autant plus parceque c'est le diocèse qui héberge cette communauté dans ces locaux.

Je vous souhaite donc une belle liturgie, espérant et priant que Dieu par les prières de st Alexis d'Ugine vous illumine.

Claude le Liseur
Messages : 3909
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Recherche de partition

Message par Claude le Liseur » lun. 20 mai 2013 16:48

Paul2 a écrit :Merci pour votre réponse, même si je la trouve un peu choquante.
Tout d'abord une correction. Je n'ai jamais dirigé de chœur dans une église orthodoxe. C'est dans notre paroisse catholique que j'ai eu la joie de faire chanter ce magnifique hymne acathiste à la Mère de Dieu.
Ensuite, je suis un peu choqué par votre intolérance. (...)

Cas d'école: l'interlocuteur (Nikolas) qui a pris la peine d'accueillir le visiteur (Paul2) et a passé un certain temps à lui donner des informations est évidemment catalogué comme «intolérant» et sa réponse est «choquante».

Faut-il comprendre que Nikolas «choque» parce que, en répondant, il a exprimé une opinion qui n'est pas celle du visiteur et rappelé des règles ecclésiales qui n'ont pas l'air de plaire à celui-ci?
Il semble bien que «l'intolérance» consiste à ne pas penser comme notre visiteur, à un tel point que même l'Église n'a pas le droit de ne pas penser comme lui et d'édicter des règles qu'il n'a pas approuvées. Je ne vois guère où est le «profond respect des uns des autres» dans une telle attitude.

On nage en pleine logomachie, dans une espèce de jeu qui consiste à dire «je suis plus tolérant que toi». Cette logomachie me paraît condamnable du point de vue éthique, et, surtout, elle tue toute possibilité de dialogue, puisque les positions d'un interlocuteur sont d'emblée, et sans examen ni discussion, frappées de la condamnation absolue en nos temps politiquement corrects. Il y a donc un interlocuteur qui a automatiquement raison, qui est juge du bien et du mal, qui a le droit de frapper l'autre d'exclusion, de réactions épidermiques et de jugements de valeur («vous êtes intolérant», «vous me choquez»), et un autre interlocuteur qui a automatiquement tort et qui doit se taire même s'il peut, lui, argumenter, expliquer et justifier chaque point de ce qu'il avance. Mais, voilà, Nikolas a ontologiquement tort puisqu'il ne pense pas comme Paul2 - point final. C'est très fort du point de vue de l'agit-prop, mais cela ne cache-t-il pas l'absence d'arguments rationnels?

Poser la question, c'est déjà y répondre et, en vérité, la violence de la réponse qui est adressée à Nikolas ne me surprend guère parce que j'ai retenu l'avertissement de Paul Valéry:
Rappelez-vous tout simplement qu'entre les hommes il n'existe que deux relations: la logique ou la guerre. Demandez toujours des preuves, la preuve est la politesse élémentaire qu'on se doit. Si l'on refuse, souvenez-vous que vous êtes attaqué et qu'on va vous faire obéir par tous les moyens.
(Paul Valéry, Monsieur Teste, in Œuvres, tome II, La Pléiade, Gallimard, Paris 1960, page 61.)
Nikolas doit se taire parce que Nikolas a produit une réponse argumentée et qu'on n'a rien à lui opposer. Alors, puisqu'on ne peut pas lui répondre par la logique, on va lui faire la guerre, la guerre des mots, la logomachie, et on va lui lancer à la figure l'accusation d' «intolérance», une forme de mise à mort médiatique qui n'a rien à faire dans une discussion qui était supposée porter sur des faits.

De tels propos, de telles attitudes sont inacceptables.

Je suis renforcé dans cette opinion par cette phrase surprenante que je relève:
Paul2 a écrit :C'est, je pense, le souhait de mon correspondant.
Je me permettrai de lui communiquer votre texte pour voir ce qu'il en pense.
Ah bon? On vient demander un renseignement ou faire passer un examen? Il y a donc un censeur qui doit examiner les textes de Nikolas? Est-ce si insupportable de penser par soi-même?

On aurait pu avoir des explications de Paul2 sur le fait que, par exemple, la communauté juive de Genève a été «intolérante» lorsque la majorité de ses membres a protesté, voici quelques années, parce qu'une minorité avait imposé une présence de non-juifs chantant dans le chœur de la synagogue, ce qui est, mutatis mutanda, la situation évoquée par le texte de Nikolas. Pour ma part, je trouve que les Juifs en question n'ont pas été «intolérants», mais logiques. Mais de démonstration on n'aura pas. On aura droit qu'à l'accusation d' «intolérance» lancée à la figure de Nikolas, que l'affirmation gratuite que sa position est «choquante» (sans doute parce qu'on ne peut y opposer une argumentation en sens contraire), et à la référence au super-censeur qui va examiner le message de Nikolas. C'est vraiment courtois et «tolérant» envers quelqu'un qui s'est donné la peine de répondre et d'expliquer.

Je prends donc acte du fait que notre visiteur a fermé toute possibilité de dialogue. Dommage, il aurait peut-être pu apprendre quelque chose sur l'Église. Est-ce si insupportable de s'informer, de s'instruire, de s'abstraire des préjugés?

Toutefois, à côté de l'attaque ad hominem contre Nikolas, il y avait tout de même dans ce pseudo-échange un élément de fait de valeur générale sur lequel j'aimerais exprimer une opinion avant de me taire, ne voulant pas répondre plus avant à la provocation.

L'hymne acathiste à la Mère de Dieu a sans doute sa place dans une paroisse uniate de rit byzantin ou d'inspiration byzantine. Je pense qu'il n'a pas sa place dans une paroisse de rit romain, sauf à sacrifier les richesses propres de chaque rit et, en particulier, à mépriser le rit romain. À force de mettre partout et n'importe comment des icônes détachées de leur contexte liturgique, on finira par jeter au rebut les peintures d'autel et les statues qui sont consubstantielles à l'architecture d'une église romaine et qui sont le produit de formes de piété et de liturgie qui marchent de conserve avec cette architecture. Il en va de même pour les formes de la vie liturgique. En dehors de strates anciennes et profondes communes à toutes les liturgies chrétiennes, la compénétration des rites ne peut se faire qu'à dose homéopathique, dans un contexte qui la produit naturellement, et non pas sous des formes qui ressemblent par trop à un effet de mode et qui risquent de conduire à des offices désarticulés, déséquilibrés et coupés de leur environnement culturel et spirituel. Et oui, comme l'a dit Nikolas, lex orandi, lex credendi: des offices coupés de leur contexte risquent d'aboutir à une foi coupée de son contexte.

Dans le cas particulier de l'hymne acathiste à la Mère de Dieu, il s'agit tout de même d'une composition qui célèbre un événement bien précis: la délivrance de Constantinople lors du siège de la ville par les Avars et les Perses en 626. Qu'est-ce que cet événement a à voir avec l'histoire du rit romain?

Cela vaut naturellement dans les deux sens. Mettons de côté les paroisses orthodoxes de rit tridentin ou de rit anglican, nombreuses dans les pays anglo-saxons, mais inexistantes en Europe, et pour lesquelles le travail de compénétration a été mené à bien depuis longtemps et avec l'approbation des autorités ecclésiales compétentes: c'est là un environnement dans lequel on a pris en compte tout ce qui, d'un point de vue liturgique, devait être conservé de l'héritage récent. Concentrons-nous sur les paroisses orthodoxes de rit byzantin ou de rit gallican qui sont seules présentes chez nous. L'envie est grande d'utiliser des éléments liturgiques du rit romain, du rit réformé ou du rit luthérien - à condition qu'ils ne soient pas incompatibles avec la foi orthodoxe -, ne serait-ce que pour tenir compte du contexte historique des siècles qui ont suivi la disparition de l'Orthodoxie dans nos contrées. Mais quels éléments pouvons-nous utiliser? Un cantique romain, un choral luthérien, peuvent sans doute (toujours sous réserve d'être compatibles avec la foi orthodoxe) être chantés dans une procession. Mais, en toute honnêteté, je ne vois pas où on pourrait les insérer dans un office: chez les orthodoxes, le rit byzantin et le rit gallican (comme, chez les catholiques romains, le rit romain ordinaire) ont une cohérence interne dans laquelle il paraît difficile d'apporter des éléments externes sans que cette addition, bien loin d'être un enrichissement, ne soit un appauvrissement de l'ensemble. Il faut donc être extrêmement prudent et mesuré dans ce genre de démarche.

Nikolas
Messages : 383
Inscription : dim. 16 mai 2010 15:19
Localisation : Poitiers

Re: Recherche de partition

Message par Nikolas » mar. 28 mai 2013 18:28

J'en profite préciser à Paul si il désir approfondir sa connaissance de l'Eglise orthodoxe, qu'il trouvera exposé dans l'excellent ouvrage de Jean-Claude Larchet L'Eglise Corps du Christ, Tome 1, Nature et structure, ed. Cerf, au chapitre 6 : La Hiérarchie ecclésiastique, IV Les ordres mineurs, 2. Les ordres actifs, c. Les chantres, p.217-220, les fondements théologique et canonique qui font que des non orthodoxes ne sont pas autoriséS à chanter durant les services liturgiques.

Répondre