Alexander Svirsky

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Prealudium
Messages : 4
Inscription : lun. 02 janv. 2012 18:06

Alexander Svirsky

Message par Prealudium » jeu. 05 janv. 2012 22:51

Le monastère de la la Sainte Trinité Alexander Svirsky se trouve en Carélie ( Свято-Троицкий Александра Свирского мужской монастырь ) où la relique du Saint fondateur qui a vécu il y a cinq siècles est exposée sous une plaque de verre et semble presque intacte ( seuls les pieds sont visibles) .
Le phénomène de momification semble être qualifié d'exceptionnel et d'incompréhensible par les scientifiques, mais semble être répandu en Russie sous le nom de "Moché", nom que je n'ai pas compris étant donné que je ne parle pas Russe.

L'anecdote:
Nous nous sommes rendu là-bas après 5 ou 6 heures de bus depuis Saint Petersbourg car mes amies voulaient me faire découvrir cet endroit. Nous devions dormir dans un autre monastère, mais la navette était passé plus tôt que prévue. Ainsi "perdus" au fin fond de la Russie par une nuit froide sous une pluie battante il y a de cela deux mois, j'ai "su" tout de suite qu'une solution "magique" nous serait présentée. Une de mes amies s'est alors adressé à des automobilistes qui n'allaient pas dans la direction que nous cherchions, mais qui nous ont invités dans une minuscule maison en rondins où nous avons partagé notre émerveillement, notre nourriture, et l'espace de ces 20m2 pour cinq personnes. Je pense que la qualité du sommeil que j'ai vécu cette nuit là dépasse de loin mes nuits les plus paisibles de ces 20 dernières années.

Ces personnes nous ont montré un petit film sur le monastère et sur des recherches effectuées sur le sujet de la relique, mais j'ai très peu compris. Une amie m'a expliqué qu'un nombre important de phénomènes similaires avaient étés découverts particulièrement en Russie.

Auriez-vous des connaissances à ce sujet?
J'aimerais en connaître le sens, la signification.

Merci à vous

Emmanuel

Claude le Liseur
Messages : 3909
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Alexander Svirsky

Message par Claude le Liseur » ven. 06 janv. 2012 10:43

Prealudium a écrit :Le monastère de la la Sainte Trinité Alexander Svirsky se trouve en Carélie ( Свято-Троицкий Александра Свирского мужской монастырь ) où la relique du Saint fondateur qui a vécu il y a cinq siècles est exposée sous une plaque de verre et semble presque intacte ( seuls les pieds sont visibles) .
Le phénomène de momification semble être qualifié d'exceptionnel et d'incompréhensible par les scientifiques, mais semble être répandu en Russie sous le nom de "Moché", nom que je n'ai pas compris étant donné que je ne parle pas Russe.

L'anecdote:
Nous nous sommes rendu là-bas après 5 ou 6 heures de bus depuis Saint Petersbourg car mes amies voulaient me faire découvrir cet endroit. Nous devions dormir dans un autre monastère, mais la navette était passé plus tôt que prévue. Ainsi "perdus" au fin fond de la Russie par une nuit froide sous une pluie battante il y a de cela deux mois, j'ai "su" tout de suite qu'une solution "magique" nous serait présentée. Une de mes amies s'est alors adressé à des automobilistes qui n'allaient pas dans la direction que nous cherchions, mais qui nous ont invités dans une minuscule maison en rondins où nous avons partagé notre émerveillement, notre nourriture, et l'espace de ces 20m2 pour cinq personnes. Je pense que la qualité du sommeil que j'ai vécu cette nuit là dépasse de loin mes nuits les plus paisibles de ces 20 dernières années.

Ces personnes nous ont montré un petit film sur le monastère et sur des recherches effectuées sur le sujet de la relique, mais j'ai très peu compris. Une amie m'a expliqué qu'un nombre important de phénomènes similaires avaient étés découverts particulièrement en Russie.

Auriez-vous des connaissances à ce sujet?
J'aimerais en connaître le sens, la signification.

Merci à vous

Emmanuel

Il y a en effet des cas où le corps d'un saint échappe à la corruption.
Toutefois, il existait en Russie, à l'époque synodale (1721-1917), une erreur très généralement répandue selon laquelle ce phénomène d'incorruptibilité du corps était une condition sine qua non à une canonisation, ce qui n'est pas juste, et a contribué à ce que le nombre de canonisations prononcées en Russie à cette époque fût très réduit. Il y a aussi eu des scandales quand, en 1918 et dans les années suivantes, les communistes ont montré que certaines reliques étaient des corps momifiés par la main de l'homme.
Il convient toutefois d'être extrêmement circonspect par rapport à ces phénomènes où le corps ne se décompose pas, car, parfois, cela peut aussi être un signe d'un état contraire à la sainteté. Je vous renvoie à ce que j'avais écrit à ce sujet dans un message du 18 octobre 2004 sur le présent forum (viewtopic.php?f=1&t=987&p=5011 ):
L'incorruptibilité des corps, comme la plupart des phénomènes qui échappent aux règles ordinaires de la nature, peut avoir trois causes: cela peut venir d'en haut (= de Dieu), cela peut venir d'en bas et cela peut être naturel (dans le cas des corps incorrompus, de la composition chimique de la terre du cimetière ou d'une momification).

En ce qui concerne les corps incorrompus de saints de l'Eglise orthodoxe (des cas où l'incorruptibilité du corps n'est que la confirmation d'une vie par ailleurs connue pour ses vertus), le cas le plus fameux dans les pays francophones est celui de saint Claude de Besançon (+ 699). Son corps resté incorrompu pendant plus de mille ans fut brûlé à Saint-Claude en 1794 par les Républicains, au moment de la grande terreur anti-religieuse.
Un des cas les plus récents est, paraît-il, celui de saint Jean Maximovitch, archevêque de San Francisco (+ 1966).

En ce qui concerne les cas naturels, on peut se reporter au chapitre VIII de l'ouvrage du libraire et historien anticlérical Pierre Saintyves (de son vrai nom Emile Nourry, 1870-1935) En marge de la légende dorée (Paris 1930), repris avec d'autres de ses oeuvres dans un volume de la collection Bouquins (Robert Laffont, Paris 1987). Comme de bien entendu, dans sa volonté de démystification et de démolition, Saintyves finit par être aussi illogique, contradictoire et irrationnel que les "crédules" à qui il prétend ouvrir les yeux (il en arrive à développer une théorie selon laquelle les jeûnes répétés de certains ascètes donnerait à leur organisme des propriétés chimiques leur permettant d'échapper à la décomposition!). Il est de fait, cependant, que dans certains cas la conservation d'un corps peut n'être due qu'au climat, à la terre dans laquelle il a été enterré ou à un embaumement, et il conviendrait toujours d'examiner ces circonstances naturelles avant de crier au miracle.

C'est d'un appendice à cet ouvrage (page 894 de l'édition Bouquins) que j'extrais l'intéressant texte que voici. Il s'agit d'un décret du concile de Moscou de 1677, signé par les patriarches Païssios d'Alexandrie, Macaire d'Antioche et Joachim de Moscou:

"Pour les corps qui, à notre époque, seraient trouvés exempts de corruption, gardez-vous de les considérer comme sacrés avant un examen compétent et sans l'approbation du concile; attendu que beaucoup de corps trouvés intacts et sans corruption ne sont point tels pour cause de sainteté, mais appartiennent à des défunts morts en état d'excommunication et sous l'anathème de leurs archevêques et évêques, ou bien sont demeurés intacts et inaltérés après leur violation des lois et préceptes de Dieu et de ses ministres. Que si vous voulez honorer quelqu'un comme saint, il faut, au préalable, même si son corps a été trouvé dans le dit état, que l'affaire soit examinée à fond, sur des témoignages dignes de foi, par devant le grand et souverain synode de l'archevêque." (Traduction française de P. Peeters, publiée à l'origine dans son article "La Canonisation des Saints dans l'Eglise russe", in Analecta Bollandiana, 1914, XXXIII, 416.)

Il semble en effet que parfois, le corps des excommuniés ou des ennemis de l'Eglise ne se décompose pas. Il est sans doute intéressant de rappeler que le père Denis Guillaume a traduit, dans son livre Confession et communion, Diaconie apostolique, Rome 1983, pp. 55-57, les prières d'absolution lues par l'évêque, ou en son absence, par le père spirituel, pour délivrer un défunt de toute malédiction ou excommunication. Je pense qu'il est intéressant, dans la perspective du décret de 1677 traduit par Peeters et cité par Saintyves, de citer un passage de ces prières:

"Oui, Seigneur notre Dieu, que triomphent ta miséricorde sans limites et l'amour sans pareil dont tu aimes les hommes; et si ton serviteur N. est tombé sous la malédiction paternelle ou maternelle ou sous son propre anathème, s'il a exaspéré un prêtre et reçu de lui une censure qui ne peut être levée, s'il a été frappé d'excommunication par l'Evêque et, par insouciance ou paresse, n'a pas obtenu son pardon, pardonne-lui par l'intermédiaire du pécheur que je suis, moi ton indigne serviteur; dissous donc son corps en les éléments dont il est composé et place son âme dans les demeures des Justes."

Voilà qui pourrait expliquer l' "incorruptibilité" des corps des bourreaux anti-orthodoxes Josaphat Kunciewicz et André Bobola...
Pour tout le reste, je vous renvoie à la discussion dont j'extrais ce message (lien: viewtopic.php?f=1&t=987&p=5011 ), car il y a ensuite des interventions de personnes beaucoup plus qualifiées que moi pour parler du phénomène.

Prealudium
Messages : 4
Inscription : lun. 02 janv. 2012 18:06

Re: Alexander Svirsky

Message par Prealudium » sam. 07 janv. 2012 13:07

Intéressant ...

Merci pour votre message.

Claude le Liseur
Messages : 3909
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Alexander Svirsky

Message par Claude le Liseur » sam. 07 janv. 2012 17:27

Prealudium a écrit :Le monastère de la la Sainte Trinité Alexander Svirsky se trouve en Carélie ( Свято-Троицкий Александра Свирского мужской монастырь ) où la relique du Saint fondateur qui a vécu il y a cinq siècles est exposée sous une plaque de verre et semble presque intacte ( seuls les pieds sont visibles) .
Le phénomène de momification semble être qualifié d'exceptionnel et d'incompréhensible par les scientifiques, mais semble être répandu en Russie sous le nom de "Moché", nom que je n'ai pas compris étant donné que je ne parle pas Russe.
l

Encore une petite précision: le terme que vous avez entendu en Russie, мощи, veut simplement dire "reliques", même si vous avez peut-être été confronté à des gens qui sont encore dans la vieille erreur répandue à l'époque synodale que les seules reliques véritables seraient des corps incorrompus. Mais, en réalité, мощи, ça a exactement le sens de "reliques" en français et c'est l'équivalent de λείψανα en grec ou de moaște en roumain. D'ailleurs,en bonne terminologie, il existe un terme russe pour désigner les reliques incorrompues: нетленные мощи.

Répondre