De la sagesse de saint Théodose le Cénobiarque

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Claude le Liseur
Messages : 3909
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

De la sagesse de saint Théodose le Cénobiarque

Message par Claude le Liseur » mar. 12 janv. 2010 3:05

Soyez donc rusés comme des serpents et candides comme des colombes. (Mt 10, 16)

Voici une application de ce précepte du Seigneur que nous raconte le Jean Chrysostome serbe, saint Nicolas Velimirović (1880-1956) .
Être corrompu, cela veut dire n'être pas chrétien. Les Pères orthodoxes de l'Église ne se sont jamais laissé ni corrompre ni intimider. La corruption dans les choses de la foi est comparable à la trahison de Judas qui livra le Christ pour de l'argent; seuls quelques hérétiques furent capables d'une corruption pareille. Quand l'empereur Anastase fut tombé dans l'hérésie d'Eutychès, il s'éleva contre les décisions du IVe Concile œcuménique de Chalcédoine, et voulut les abroger. Afin de se concilier les illustres représentants de l'Église, il commença à couvrir ces derniers de toutes sortes de présents. Saint Théodose était l'un des plus illustres dans toute la Palestine. L'empereur lui envoya trente litres d'or en guise de présent, pour les besoins du monastère prétendument. Théodose comprit immédiatement que l'empereur voulait ainsi le corrompre. Et de quelle sagesse fit-il preuve ailleurs! Il ne voulut point garder l'argent pour le monastère, bien qu'il en eût grand besoin, ni d'ailleurs le restituer à l'empereur, pour éviter que ce dernier ne devînt un adversaire de l'Orthodoxie bien plus farouche encore, mais il distribua aussitôt tout l'or aux pauvres, afin que cette aumône renforçât la prière adressée à Dieu pour que l'empereur se corrigeât et revînt sur la vraie voie. (Saint Nicolas Vélimirovitch [traduit du serbe par Lioubomir Mihailovitch et Zorica Terzić], Le Prologue d'Ohrid, tome premier, L'Âge d'Homme, Lausanne 2009, p. 48.)

Répondre