Question à propos d'une traduction en turc

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Claude le Liseur
Messages : 3905
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Question à propos d'une traduction en turc

Message par Claude le Liseur » dim. 23 déc. 2012 21:47

Maksim a écrit :Je comprends que cela ne doit pas être facile de donner des chiffres exacts ou du moins vraisemblables pour un pays qui ignore volontiers les statistiques quand ça l'arrange -ou ne l'arrange pas. Je (j'ai été traducteur juré) me souviens de l'époque où la case "religion" ne suffisait pas dans les extraits d'état civil, il y avait une sous case "confession" qui a fini par disparaître car la mention autre que "sunnite/hanéfite" -probablement déplaisant pour l'autorité- revenait trop souvent, tout comme la question posée -dans le temps- par les proposés aux recensements: "Votre langue maternelle ?".

Mais aujourd'hui, mon propos est autre:
Je souhaiterais vous parler le l'auteure Elif Shafak (poursuivie dans le temps, mais finalement acquittée, pour son livre "La bâtarde d'Istanbul" -ce fameux article 301 du code pénal, plus d'une fois mis en exergue par la Cour des droits de l'homme du Conseil de l'Europe) et de son nouveau livre "Soufi, mon amour" où je crois voir une tentative d'échappée de la part des soufis vers le christianisme et j'aimerais savoir si vous y verrez la même chose que moi.

Si vous n'avez pas beaucoup de temps à y consacrer, vous pourriez commencer par les seuls chapitres intitulés "Chams" et "Roumi" où l'approche générale est exposée en clair et ne lire le reste, la partie romancée, que si ce début vous interpelle.
Connaissez-vous la thèse développée par les démographes Courbage et Fargue, selon laquelle le christianisme s'est effondré en Anatolie tant qu'y fleurissait un soufisme prétendument syncrétique, ouvert et tolérant (mais travaillant toujours in fine pour l'Islam), et qu'il s'y est redressé dès que les Ottomans y eurent imposé un sunnisme sans concession, montrant ainsi que les deux religions étaient bien différentes et que la conversion à l'Islam était un changement bien plus grand que voulaient bien le dire les soufis?

Je ne suis pas très objectif sur le chapitre du soufisme, parce que j'y ai été confronté par des rencontres avec des disciples de Guénon, Schuon & Cie, qui m'en ont donné une image très négative - en tout cas une image d'ennemi terrible du christianisme, précisément parce qu'avançant masqué. Il s'agissait d'Occidentaux chez qui le reniement était à la fois total et inavoué. Peut-être aurais-je eu une opinion plus irénique si les soufis que j'avais rencontrés avaient été issus d'un terreau musulman un peu plus authentique?

Maksim
Messages : 129
Inscription : sam. 12 févr. 2005 13:43

Re: Question à propos d'une traduction en turc

Message par Maksim » jeu. 27 déc. 2012 19:21

Merci, Claude.

Je sais que vous êtes très occupé et je n’aurais pas osé demander votre avis directement… mais je l’espérais… pour modérer, tempérer, mettre les points sur les i !

J’avoue que ce que je sais des soufis se résume à quelques extraits par ci, par là et au livre d’Elif Shafak mais je n’ai pas entendu dire ou lu qu’ils faisaient du prosélytisme ou critiquaient ouvertement ou en en termes voilés d’autres croyances.

Ce qui m’avait plu et laissé espérer, entre autres, dans le livre c’était le passage ou Chams (de Tabriz) définit la charia (encore que..) : « c’est une lampe qui est censée éclairer votre route mais en marchant vous regardez la route et non la lampe. » (cf. le proverbe chinois « le sage indique l’étoile, l’imbécile regarde le doigt ») ; « le plus difficile pour un chrétien qui se convertit* à l’islam c’est de renoncer à la Trinité, pour un musulman, à l’unicité. » Si la citation en est une et vraie ce n’est déjà pas mal d’admettre (à l’époque) qu’un musulman peut se convertir aussi, vu les salafistes, taliban et autres mollahs d’aujourd’hui.

* Il paraît que la femme de Mawlana était chrétienne d’origine.
Dernière modification par Maksim le sam. 05 janv. 2013 18:41, modifié 1 fois.
Avec espérance et humilité...

Claude le Liseur
Messages : 3905
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Question à propos d'une traduction en turc

Message par Claude le Liseur » ven. 04 janv. 2013 21:03

Claude le Liseur a écrit : Wikipédia annonce 48% de francophones en Algérie, quand le recensement algérien en trouve 30% (proportion à peu près constante depuis l'indépendance);

Après une petite recherche, je dois reconnaître que je me suis trompé, mais que Wikipédia se trompe encore plus.

Avant l'indépendance, il y avait en Algérie 2'400'000 locuteurs du français sur environ 10 millions d'habitants: proportion de 24%.

Au moment de l'indépendance (1962), un million de chrétiens et de juifs, qui étaient tous francophones, ont été contraints au départ.

Il est donc resté 1'400'000 locuteurs du français sur environ 9 millions d'habitants: proportion de 15%.

Vers 1985, on était monté à 12'800'000 locuteurs du français sur une population d'environ 23 millions: proportion de 55%, apogée de la francophonie algérienne, effet de la scolarisation de masse (l'enseignement du français comme langue étrangère dans un système d'éducation national islamique et arabophone ayant plus de succès auprès des masses que n'en avait eu l'enseignement du français comme langue principale dans un système d'éducation colonial laïc et francophone; dans une première phase, l'arabisation augmente le nombre de locuteurs du français, et le paradoxe n'est qu'apparent).

En 2010, on était retombé à 11'200'000 locuteurs du français sur une population d'environ 36 millions: proportion de 31% (dans une deuxième phase, l'arabisation est suffisamment avancée pour commencer à éliminer le français).

Si la tendance se poursuit, on devrait arriver vers 2060, pour le centenaire de l'indépendance, à 8'500'000 locuteurs du français sur une population de 110 millions, soit une proportion de 8%. On verra.

Les statistiques de Wikipédia (48%) semblent donc indiquer la situation d'il y a vingt ans au moins. A moins que le but soit de maintenir le mythe de l'Algérie "deuxième pays francophone du monde", alors qu'il y a moins de locuteurs du français en Algérie qu'en Côte d'Ivoire, pour ne pas parler de la République démocratique du Congo?

Maksim
Messages : 129
Inscription : sam. 12 févr. 2005 13:43

Re: Question à propos d'une traduction en turc

Message par Maksim » sam. 26 janv. 2013 19:08

Est-ce que cher Claude ou quelqu'un d'autre aurait sous la main une traduction consacrée en turc du passage suivant de l'Hymne de Pâques:

"Le Christ est ressuscité des morts, par la mort il a vaincu la mort, à ceux qui sont dans les tombeaux il a donné la vie" ?

Merci vivement par avance.
Avec espérance et humilité...

Répondre