Mariage de Franck (rubrique oecuménisme de l'ancien forum)

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Mariage de Franck (rubrique oecuménisme de l'ancien forum)

Message par Antoine » lun. 23 juin 2003 23:24

Date : 23.06 12h31
auteur : Franck

Bonjour à vous tous, je suis français de religion chrétienne catholique. Et je
souhaite me marier avec la femme que j'aime qui, elle, est russe de religion
chrétienne orthodoxe.
Selon vous, devrions-nous tous deux nous convertir, elle au catholicisme, et moi
à l'ortothoxie afin de nous marier deux fois selon les rites des obédiences
orthodoxe , et catholique.
Ou bien est-il possible de réaliser une seule et même cérémonie oecuménique ?
Je vous remercie sincèrement de votre tolérance et du temps que vous voudrez
bien prendre pour me répondre.
Bien cordialement,
Franck.
Mon cher Franck
Tous nos voeux de bonheur et nous vous souhaitons une sainte union;Nous
apprécions l'humour de votre question.
Vous savez bien qu'on ne se convertit pas pour se marier, mais uniquement parce
que l'on partage la même foi que celle de l'Eglise dans laquelle on souhaite
entrer. Sinon cela n'a aucun intérêt. La mariée n'est pas une récompense à la
conversion...

Il y a une différence énorme entre le mariage dans une perpective catholique
romaine et le mariage dans la théologie orthodoxe: dans le premier cas ce sont
les époux qui se donnent le sacrement et le prêtre n'est qu'un témoin. Dans le
deuxième cas c'est l'Eglise qui vous couronne. Les orthodoxes portent leur
alliance à la main droite parce que ils font une seule chair en Christ qui siège
à la droite du Père. Les catholiques à la main gauche parce que c'est la main du
coeur. Il y a là déjà dans la simple symbolique de l'anneau une façon différente
de vivre le mystère.



Mais je suppose qu'aimant votre future épouse vous avez le temps d'approfondir
la signification orthodoxe de ce mystère avec le prêtre auquel vous vous
adressez. Ensuite vous verrez avec lui quelle est la meilleure façon de procéder.
Et parallèlement vous ferez découvrir à votre épouse ce que la théologie
catholique a à vous dire sur le mariage puis vous verrez ce qu'il convient de
faire.

Voici l'épître du mariage orthodoxe qui vous indique la portée de ce mystère:
------------------------------------------
Epître du Saint apôtre Paul aux Ephésiens. (V, 20-33)

Frères, en tous temps et pour toutes choses rendez grâces à Dieu le Père, au
nom de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Soyez soumis les uns aux autres dans la crainte de Dieu. Que les femmes le
soient à leurs maris comme au Seigneur : car le mari est le chef de la femme
comme le Christ est le chef de l'Église, ce Corps dont Il est le Sauveur. Et,
comme l'Église est soumise au Christ, les femmes le soient aussi en tout à leurs
maris !

Maris, aimez vos femmes comme le Christ a aimé l'Église : Il s'est livré pour
elle afin de la sanctifier en la purifiant par le bain d'eau et par la parole,
afin de se la présenter à Lui-même toute resplendissante, sans tache ni ride, ni
rien de tel, mais sainte et immaculée. De la même façon les maris doivent aimer
leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui-même.
Or, nul n'a jamais haï sa propre chair : on la nourrit au contraire et on en
prend soin ; et c'est ainsi que fait le Christ pour Son Église.

Car nous sommes les membres de Son Corps, formés de Sa chair et de Ses os. C'est
pourquoi l'homme quittera son père et sa mère et tous deux ne feront qu'une
seule chair.

Ce mystère est grand : je veux dire qu'il s'applique au Christ et à l'Église.

Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme soi-même et que la femme
respecte son mari.

-------------------------------------------

Il vous sera profitable de lire "Le mariage dans la perspective orthodoxe" de
Jean Meyendorff ed Ymca-Press,et un choix de textes de différents auteurs
patristiques que tout prêtre orthodoxe saura vous remettre, ainsi que le livret
de l'office avec les différents rites liturgiques qu'il comporte.

Si vous cherchez un prêtre en région parisienne nous vous en adresserons un.

Par ailleurs si vous avez besoin de continuer cet échange alors nous sommes en
train de migrer sur:
http://www.forum-orthodoxe.com
Merci de nous y rejoindre.
Antoine

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Message par eliazar » mar. 24 juin 2003 13:47

Désolé que vous ayez pu trouver que ma réponse suait la haine. Il est vrai que par ces températures, tout sue… Pourtant je puis vous assurer qu’il n’y avait pas la moindre haine de ma part. Mystère réservé sans doute à ceux qui ne savent pas s’exprimer correctement, dont je suis le premier.
Je ne vois qu’une explication qui puisse vous intéresser : cette réponse ne vous était pas adressée (d’où son adresse : « Cher Franck … inconnu »), mais à quelqu’un d’autre, que j’aime bien mais qui m’horripile par son esprit de provocation continuel, et les masques qu’il emprunte sans cesse pour qu’on ne le reconnaisse pas. Je croyais qu’il s’était cette fois déguisé en « Franck », pour relancer une fois de plus des problèmes d’ordre marital dont il m’a entretenu tant de fois que c’en est presque devenu un dialogue de sourds.
C’est à lui que je répondais ; si j’avais pensé un seul instant que votre demande était sincère, j’aurais eu une autre tournure d’esprit, mais je vous aurais sans doute dit les mêmes choses, d’une autre manière. En découvrant il y a une heure votre réponse en colère, j’ai aussi découvert celle que vous avait faite Antoine, qui convenait en effet bien mieux à votre personnalité que la mienne, qui, je le répète, s’adressait à un autre. Ce dont je vous prie de m’excuser.

Pour le reste, je crois en effet qu’il existe bien des frontières dans notre monde tel qu’il subsiste au XXIème siècle - et des dogmes pour expliciter et garder la Foi des Apôtres. Et que les deux « barrières » sont d’utiles garde-fous.
Je crois aussi qu’il est impossible de se convertir comme vous sembliez l’envisager : le catholique à l’orthodoxie de sa femme pour en partager la cérémonie, puis la femme au catholicisme de son époux, pour le seul et même motif.
C’est ce qui me semblerait, en effet, sacrilège. Et c’est pour cela que, sans aucune haine (et pourquoi en aurais-je eu ?) je pensais très sincèrement qu’il vaut mieux se marier civilement que d’adopter des dogmes auxquels je constate du reste que vous ne croyez pas.
Avec mes regrets sincères pour ce malentendu,

Éliazar

P.S. - Pour le Rit ou Rite, j’ai suivi votre conseil. Voici ce que m’a appris Pierre Larousse :

« RIT ou RITE s. m. (ritt ou ri-te - du latin ritus, qui représente exactement le sanscrit ritu, ordre, coutume et aussi saison, temps déterminé, moment fixé pour les cérémonies et les fêtes. Il est possible que le latin ritus se rattache à ritu dans l'acception d'ordre, coutume, manière, mode, mais il est plus probable qu'il se rapporte à la signification de temps déterminé pour les cérémonies et les fêtes ; ritu est également représenté dans celte acception par l'irlandais Util, litheas, fête, armoricain lit, lîd, usage réglé pour les cérémonies religieuses ou politiques, réjouissance, d'où lita, lida, célébrer).

« I - Ordre ou ensemble des cérémonies religieuses déterminé par l'autorité compétente : La religion des païens était fondée sur les réponses des oracles : c'est de là que dérivaient toutes leurs cérémonies, leurs sacrifices, leurs RITES (Machiavel.)
« Le peuple a été amené à penser qu'un RIT pieux ne dédiait personne au trône. Chateaub.) Dans les âges les plus fervents, les chrétiens pratiquaient encore quelques RITES du culte des faux dieux. (Chateaub.)

« Dans la plupart des religions, la vertu des RITES a été plus exaltée que la puissance de la divinité. (A. Maury.) Dés que le culte a un cérémonial et des RITES, il coûte quelque chose à la liberté. (J. Simon.)

« Il - Se dit particulièrement des cérémonies religieuses différemment réglées selon les diverses communions ou les diverses Eglises chrétiennes : Le RIT catholique, grec, luthérien. Le RIT romain, espagnol. Le RIT parisien. Il n'y a point de religion russe; il y a une religion grecque, dans laquelle existe un RIT slavon. (H. Martin.)
« Ordre ou ensemble de cérémonies quelconques : Les RITES maçonniques…/ … »
(Pierre Larousse, Grand Dictionnaire Uniuversel du XIXème siècle)

Répondre