Charles de Foucauld

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Claude le Liseur
Messages : 3905
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Charles de Foucauld

Message par Claude le Liseur » sam. 03 déc. 2005 16:27

eliazar a écrit : Si je me suis bien gardé de développer ce second sujet, c'est que l'orthodoxie ni la politique des "canonisations exquises" suivie par le Vatican n'ont grand chose à faire avec la décolonisation : même JP2 n'aurait pas eu l'idée de canoniser tel prêtre catholique romain à soutanes bleu ciel ou rose taillées chez les grands couturiers parisiens - et devenu chef d'un état africain décolonisé.
Ah, ce cher Fulbert, toute une époque, lui aussi...

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » dim. 04 déc. 2005 0:59

Vous êtes sûrs que cette discussion ne s'écarte pas de la raison d'être de ce forum?

Jean-Louis Palierne
Messages : 1044
Inscription : ven. 20 juin 2003 11:02

Message par Jean-Louis Palierne » dim. 04 déc. 2005 11:47

C'est moi qui ai fourni le prétexte à ce dérapage. C'était une imprudence tout à fait involontaire. Au sujet de Charles de Foucauld je voudrais faire remarquer qu'il a su retourner à la vie érémitique dans des conditions tout à fait héroïques. Or l'Eglise catholique avait jadis (dans le même temps qu'elle rompait avec la Tradition orthodoxe) interdit cette forme d'ascèse, si florissante jadis dans l'Eglise des Gaules.
Jean-Louis Palierne
paliernejl@wanadoo.fr

Claude le Liseur
Messages : 3905
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Charles de Foucauld

Message par Claude le Liseur » ven. 18 mai 2012 2:53

Antoine a écrit :La béatification de Charles de Foucauld (1858-1916), prévue en avril 2005 a été reportée au moment de la mort du pape, le 2 avril 2005. La célébration s’est déroule le 13 novembre à Rome. Elle est présidée par le cardinal José Martins, préfet de la congrégation pour la cause des saints.

La même semaine je trouve dans un lot de vieilles partitions, cette hymne ci-dessous. Elle est en Fa Majeur et je tiens à la disposition des amateurs la partition. Toute une époque !

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A monsieur le Maréchal PETAIN
Camarade de promotion de Charles de Foucauld, à Saint Cyr (1876-1878)

LA TARGUIA
Hymne au Père de Foucauld
Marche Chantée

Paroles du Père Georges Gorrée
Lauréat de l’Académie française

Musique de Henri Milan
Maître de Chapelle de la Cathédrale de Rabat
Editions Felix Moncho – Rabat

Pour l’exécution avec orchestre s’adresser
A la Cathédrale St Pierre à Rabat.


REFRAIN

O Foucauld, Tous, fervents Chrétiens,
Nous voulons que la France entière,
Dont tu fus un des purs soutiens,
Daigne prendre à notre prière,
La fière devise des tiens :
«Jamais, Jamais arrière »


1er COUPLET

Avec Pétain, le Maréchal,
Pour être un des chefs de l'armée,
Tu vins de ton pays natal,
De cette Alsace bien aimée,
Où retentit ta renommée.
Puis, par ton aspect martial
Dans notre Algérie alarmée,
Tu parus un preux ancestral.


2ème COUPLET

Pour être utile à ton pays,
Tu voulus faire davantage
Dans le Maroc tu te rendis.
Tu vins marquer par ton passage
La noble ardeur de ton courage.
Ce sol interdit aux roumis
Où tu voilas ton beau visage,
Nous donna de loyaux amis.


3ème COUPLET

Après le drapeau, c'est à Dieu
Que tu vouas ton existence ;
Ayant parcouru les Saints Lieux,
Où tu fis l'humble pénitence
Ton cœur s'ouvrit à l'espérance.
Tu livras combat au milieu
Du désert et de la souffrance,
En vrai missionnaire des cieux.


4ème COUPLET

O toi, le " Premier Marocain ",
Comme Lyautey sut t'élire,
Tel Laperrine, Saharien,
L’âme du Hoggar, doit-on dire,
Tout l'univers t'aime et t'admire.
Tu te dévouas pour le bien,
Et tu servis jusqu'au martyre,
Mourant pour la France, en Chrétien.

Pour datée, dépassée et grandiloquente que soit la chanson ci-dessus, la référence à Laperrine n'est pas si déplacée qu'on voudrait bien nous le faire croire.
On l'a accusé de plusieurs manques de parole. A Nazareth, il avait pris l'engagement écrit de ne jamais avoir d'armes dans sa cellule d'ermite. Et à Tamanrasset, il transforma, les derniers mois de 1916, son "borj" en arsenal d'armes à la demande de Laperrine. Pour défendre les Haratin, les esclaves nègres de Tamanrasset, contre les rezzous? Je crois plutôt que ce manque à la parole allégea devant Dieu la responsabilité de ses "assassins" et parfit ce pauvre et humble genre de mort qu'il rêvait, ce martyre manqué. Les drames de patronage sur les "traîtres" qui assassinèrent l'ermite sans défense sont absurdes. Madani lui dit le mot de passe pour lui faire ouvrir la porte, ruse de guerre classique pour s'emparer des armes et d'un otage, qui ne fut tué que par hasard. Et le procédé terroriste de vengeance appliqué par Laperrine, cochant dans son carnet rouge au fur et à mesure les noms des "assassins" liquidés, rappelle l'extermination exhaustive, par Mukhtâr, des assassins de Hoceïn; ce n'est pas plus louable pour un musulman sain que pour un chrétien sensé. Cela confine au sacrilège.

Louis Massignon, "Foucauld au désert devant le Dieu d'Abraham, Agar et Ismaël" in Louis Massignon, Ecrits mémorables, Bouquins, Robert Laffont, Paris 2009, tome I, p. 114.
Comme d'habitude, j'ai beaucoup de peine à comprendre certaines indulgences et les références islamo-chrétiennes parfois confuses du grand orientaliste Massignon. Mais je conclus du texte que le général Laperrine et le RP de Foucauld s'étaient suffisamment croisés de leur vivant pour qu'une chanson ait pu ainsi les réunir. Il n'y a rien d'extravagant. De même qu'il n'y avait rien d'extravagant à dédier une chanson évoquant l'épopée saharienne de la France au maréchal Pétain, qui avait commandé dans le Rif - bon, je sais, ce n'est pas le Sahara, mais c'est quand même l'Afrique du Nord. Mais il s'agit sans doute là de références incompréhensibles pour les coucous prosélytes toujours en quête d'un oeuf à poser dans le nid des autres.

Claude le Liseur
Messages : 3905
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Charles de Foucauld

Message par Claude le Liseur » ven. 18 mai 2012 11:32

Les coucous prosélytes ont d'autant plus intérêt à lire ce que Massignon écrivait sur le sujet que le même Massignon - pour originale que soit sa pensée en bien des domaines - m'apparaît comme un représentant prépondérant de leur idéologie (à ce stade, j'hésite à parler encore de religion): extrême sympathie envers l'Islam, extrême antipathie envers l'Orthodoxie (cf. sa conférence du 13 décembre 1947, où comme d'habitude, le relativisme sert d'appui au mépris et à l'offensive anti-orthodoxe; chose surprenante de la part d'un auteur si érudit, l'ironie agressive et le relativisme ne s'accompagnent d'aucun argument, comme si c'était une chose admissible et ne souffrant aucune discussion que l'on peut taper sur les orthodoxes et que l'on n'a pas à prendre avec eux les gants que l'on prend avec les musulmans ou les protestants - illustration des constatations que le protodiacre Germain Ivanoff-Tridnatzaty faisait à cet égard; in Massignon, Ecrits mémorables, tome II, Bouquins, Robert Laffont, Paris 2009, p. 22). C'est en lisant cette conférence que je me suis dit que l'on ne devient pas prêtre uniate par hasard (ce qui fut le cas de Massignon en 1950).

Mais encore faudrait-il que leurs diverses polémiques non argumentées laissent encore aux coucous le temps de lire - fût-ce les auteurs de leur propre boutique.

J-Gabriel
Messages : 643
Inscription : ven. 08 sept. 2006 23:29
Localisation : Suisse
Contact :

Re: Charles de Foucauld

Message par J-Gabriel » mar. 29 mai 2012 23:04

Le même Massignon dans un livre écrit ceci :
[…] l’Islam a des mosquées pour tous ses fidèles et ignore le scandale judéo-chrétien des « colourchurches » parquant les convertis de seconde zone (prosélytes).

L. Massignon Sur l’Islam, éd. de l’Herme, p.19.
Et les femmes dans ces fameuses mosquées, il en fait quoi ? Et l’arabe coranique, langue fondamentale pour pratiquer, il en dit quoi ? Et les "no-muslims" interdits d’accès à la mosquée de La Mecque ?

Claude le Liseur
Messages : 3905
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Charles de Foucauld

Message par Claude le Liseur » ven. 07 sept. 2012 16:47

Claude le Liseur a écrit :Les coucous prosélytes ont d'autant plus intérêt à lire ce que Massignon écrivait sur le sujet que le même Massignon - pour originale que soit sa pensée en bien des domaines - m'apparaît comme un représentant prépondérant de leur idéologie (à ce stade, j'hésite à parler encore de religion): extrême sympathie envers l'Islam, extrême antipathie envers l'Orthodoxie (cf. sa conférence du 13 décembre 1947, où comme d'habitude, le relativisme sert d'appui au mépris et à l'offensive anti-orthodoxe; chose surprenante de la part d'un auteur si érudit, l'ironie agressive et le relativisme ne s'accompagnent d'aucun argument, comme si c'était une chose admissible et ne souffrant aucune discussion que l'on peut taper sur les orthodoxes et que l'on n'a pas à prendre avec eux les gants que l'on prend avec les musulmans ou les protestants - illustration des constatations que le protodiacre Germain Ivanoff-Tridnatzaty faisait à cet égard; in Massignon, Ecrits mémorables, tome II, Bouquins, Robert Laffont, Paris 2009, p. 22). C'est en lisant cette conférence que je me suis dit que l'on ne devient pas prêtre uniate par hasard (ce qui fut le cas de Massignon en 1950).

(...)
Autre attaque de Massignon contre l'Orthodoxie dans un de ses derniers textes en 1962: alors qu'il niait l'importance du filioque en 1947, il reproche en 1962 aux orthodoxes de ne pas avoir constitué une "théologie dogmatique scolastique"*. Etonnant de voir un esprit original s'aligner sur les arguments les plus éculés du prosélytisme anti-orthodoxe (on trouve aussi chez Leroy-Beaulieu le reproche fait à l'Eglise orthodoxe de ne pas avoir dogmatisé sur tous les sujets comme le Vatican avait si bien su le faire !). Et probablement une des dernières apparitions de cet argument: la "théologie dogmatique scolastique" catholique romaine s'étant effondrée d'elle-même très peu de temps après, le reproche maintenant fait aux orthodoxes est d'être "dogmatiques"...

*Cf. Massignon, Ecrits mémorables, tome II, Bouquins, Robert Laffont, Paris 2009, pp. 723 s.

Répondre