confusion au sujet des prières pour la pluie

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Claude le Liseur
Messages : 4201
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

confusion au sujet des prières pour la pluie

Message par Claude le Liseur »

Extraits commentés d'un article de Patricia BRIEL, "Quand Dieu fait tomber la pluie", in Le Temps ("quotidien suisse édité à Genève"), n° du 13 août 2003, p. 25.

On verra dans cet article la confusion de certaines déclarations de clercs des confessions hétérodoxes.


"Vendredi, la Mosquée de Paris célébrera une prière invocatoire à Dieu pour accorder la pluie à la France. Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée, a invité tous les musulmans du pays à faire de même."

Commentaire: Cela laisse supposer que M. Dalil Boubakeur se sent concerné par ce qui se passe dans son pays de résidence et n'y est pas complètement indifférent. Comparaison cruelle: je ne sache pas qu'aucun des évêques orthodoxes résidant en France ait mandé des prières pour la pluie... (Je serais heureux si je me trompais!)

"Dimanche dernier, le pape Jean Paul II a prié Dieu de faire tomber la pluie sur l'Europe pour apaiser la canicule et les feux de forêt. Dans un passé très récent, des célébrations ont eu lieu dans différents pays de différentes traditions religieuses pour demander l'ouverture des vannes du ciel. Au Moyen Age, les chrétiens étaient persuadés que Dieu faisait la pluie et le beau temps au gré de ses humeurs. Mais nous sommes au XXIème siècle. Assiste-t-on à la résurgence de superstitions obsolètes?"

Commentaire: Article assez caractéristique du style de la presse politiquement correcte quand elle traite de sujets religieux. Inutile de préciser que Le Temps est très oecuméniste et n'aborde l'Orthodoxie qu'à travers des interviews de Georges Lemopoulos du WCC ou du très anti-serbe Jean-Arnault Dérens.
Dans son édition française du Grand Euchologe basée sur le texte en usage dans l'Eglise de Grèce, le père Denis (Guillaume) fait figurer aux pages 467-475 un très bel office d'intercession en temps de sécheresse. Cet office figure aux pages 512-516 de l'édition grecque que j'ai en ma possession, Evkhologhion To Megha, Editions Astir, Athènes 1992.
On pourrait donc en déduire que, dans la pensée de Madame Briel, l'Eglise orthodoxe fait ainsi figurer dans ses textes liturgiques des "superstitions obsolètes". Mais la suite de l'article est intéressante, car les porte-parole des confessions hétérodoxes semblent aussi soucieux d'être à la page que le respectable "quotidien suisse édité à Genève".

"Le père jésuite Albert Longchamp, rédacteur en chef de l'Echo Magazine, ne le pense pas: "Il ne faut pas prendre ces prières au pied de la lettre. Je doute que le pape croie à leur effet. (Souligné par nous, NdL.) Mais elles permettent aux hommes de retrouver une relation avec le cosmos et la création, ainsi qu'un peu d'humilité. L'homme comprend ainsi qu'il ne domine pas la nature et qu'il n'en est que le gérant.""

Commentaire: Le père Longchamp appartient à une espèce rare: le jésuite suisse. En effet, les Constitutions fédérales de 1848 et de 1874 interdisaient la Compagnie de Jésus sur le sol suisse, et c'est sous la pression du Conseil de l'Europe que la Suisse a dû abolir l'article constitutionnel anti-jésuites en 1973.
Je croyais que les Jésuites avaient un voeu spécial d'obéissance au Pape; je ne savais pas que cela leur donnait un pouvoir magique d'interpréter les pensées du Pape. On notera aussi que ce que le père Longchamp écrit à propos de ces prières peut naturellement être appliqué à toutes les prières, et puis aux sacrements tant qu'on y est. Pourquoi prendre tout cela au pied de la lettre, mon père?
Je pensais aussi naïvement que la prière permettait de rétablir la relation personnelle avec la Toute-Sainte Trinité plutôt qu'avec le cosmos. Je n'ai encore jamais vu de prières adressées au cosmos. Cela viendra sans doute un jour.

L'article se poursuit avec les réflexions de Hafid Ouardiri, porte-parole de la mosquée de Genève, qui a le bon sens de parler de la sincérité exigée de ceux qui prient, et du rabbin genevois François Garaï, qui ne s'engage pas trop. Naturellement, Le Temps a choisi de s'adresser à celui des rabbins genevois qui appartient à la synagogue libérale. Le journal n'a sans doute pas pu trouver une "mosquée libérale" dont le porte-parole aurait pu lui répondre à la manière du père Longchamp. Mais le sublime est atteint avec un point de vue protestant.

"Ces invocations métérorolgiques rendent la pasteure (sic) Francine Carrillo, qui écrit elle-même des prières, "extrêmement sceptique". Elle y voit une forme d'autoritarisme et d'abus de pouvoir: "Utiliser Dieu pour réparer ce que l'homme a abîmé me paraît contestable. Nous ferions mieux de lui demander de nous rendre attentifs à nos responsabilités écologiques.""

Commentaire: Magnifique! Cette "pasteure" appartient sans doute à l'Eglise nationale protestante de Genève, et l'on ne s'étonnera plus qu'il ne se trouvait en 2000 que 16,12% de fidèles de l'ENPG dans le canton de Calvin. On voit simplement comment, après avoir surfé sur la vague du féminisme (d'où des "pasteures"), on se raccroche maintenant au train de l'écologie. Pourtant, il devait bien y avoir des sécheresses avant la Révolution industrielle, non?
En outre, il y a aussi dans le protestantisme, en tout cas luthérien, une tradition de prières associées aux cycles agraires: en Alsace, l'Eglise luthérienne participait aux fêtes des moissons et des vendanges.
C'est la première fois que je lis que quelqu'un puisse qualifier une prière d'abus de pouvoir.
Dans ce cas, le Grand Euchologe n'est qu'une suite d'abus de pouvoir. Mais ses splendides offices témoignent d'une tradition ininterrompue, bien plus ancienne que les modes du féminisme ou de l'écologie, et qui leur survivra.

Catherine
Messages : 213
Inscription : jeu. 19 juin 2003 14:03
Localisation : Basse-Marche, France

il tonne

Message par Catherine »

C'est extraordinaire, la "foi" débordante de ces braves gens…
Quant à moi, je connais un hiéromoine qui n'hésite pas à sortir son Evchologhion pour des occasions moins catastrophiques. Un jour, j'étais présente quand il disait la prière pour le retour de son troupeau de chèvres qui s'était égaré dans la montagne (à l'époque, il assurait sa subsistance et ses frais de restauration de la chapelle avec la vente du fromage de sa propre fabrication). Évidemment, elles étaient revenues aussitôt.
Comme, depuis un quart d'heure, j'entends tonner de loin, je me dis que s'il se mettait à pleuvoir, ce serait plutôt grâce à son abus de pouvoir qu'aux différentes prières de gens qui n'y croient pas.
K.

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Prières pour la pluie

Message par eliazar »

Cher Claude,
Vous citez une phrase du P. Longchamp, jésuite, au sujet des prières papales pour la pluie, qui me rappelle étrangement deux autres utilisations de la même méfiance envers ceux qui « prennent la religion au pied de la lettre ».

Lors de mon séjour sur les bancs de la KTO de la rue d’Assas, j’avais été estomaqué par l’obstination de certains des profs (dans des matières assez différentes) à relativiser le récit évangélique de la Transfiguration, que nous allons bientôt célébrer. L’explication (ils semblaient s’être donné le mot) était que la présence de Moïse et d’Élie ne signifiait que le rappel « en image » de la Thora et des Prophètes, et les « vêtements radieux » qu’une clause de style de l’époque littéraire juive précédent le Christ (donc, sous-entendue déjà bien démodée ?) où toute belle histoire devait avoir son apparition angélique, en vêtements étincelants.
J’avais protesté vivement auprès de mon Jésuite personnel (qui était censé me suivre dans mes études – de peur sans doute que je ne m’égare dans des superstitions d’un autre âge ?) et devant ses atermoiements habiles, et son emploi répété de faux-fuyants comme le fameux « .. faut pas tout prendre au pied de la lettre », j’avais fini par lui poser brutalement la question : « Mon Père, croyez-vous que ce soit un archange qui soit venu annoncer l’incarnation du Christ à Marie ? ».
Il m’avait répondu, agacé sans doute : « Que voulez-vous que je vous réponde ? Je n’y étais pas, je ne peux donc rien affirmer ».

Des années plus tard, je racontais cela à une excellente amie kto, mère de famille et dame catéchiste. Elle me raconta sa propre expérience : à l’occasion du départ à la retraite du vieux prêtre qui était chargé du secteur des catéchistes, le nouvel abbé nommé à ce poste par l’évêque était venu faire un tour dans son propre groupe de catéchisme. Il avait fait un petit speech débonnaire aux enfants, leur expliquant textuellement : « Vous savez, il ne faut pas prendre tout ce qui est écrit dans l’évangile au pied de la lettre ».
Les deux épisodes avaient du reste eu le même dénouement : j’ai quitté la Kto le lendemain, et elle, des années plus tard, a rendu son tablier de dame catéchiste.

Mais votre citation montre au moins que cette manière de penser a gagné en puissance, avec le P. Longchamp : aucun des deux autres prêtres que je viens de citer n’avait pensé à préciser que le Pape lui-même n’y croyait pas.

Courage et patience : on finira par tout savoir !

Éliazar

Répondre