ORDINATION D’HOMOSEXUELS : SOMMET ANGLICAN EXTRAORDINAIRE EN

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

Katherine écrit:
Les pères nous mettent en garde contre le contact avec l'hérésie. Quel profit l'Église orthodoxe peut-elle tirer d'un regard quelconque sur les diverses religions ?
Mais les Pères disent aussi qu'une hérésie est permise pour mieux faire triompher la foi et la Vérité de L'Eglise.
La théologie trinitaire par exemple ne s'est pas faite brutalement à la pentecôte. Elle aura mis 4 siècles à s'élaborer cherchant sa formulation avec les outils conceptuels de son époque et répondant aux echafaudages puissants qui ne lui semblaientt pas en accord avec la révélation. Il y a révélation et intelligence de la révélation. Basile et les cappadociens auront eu beaucoup de fil à retordre face à Eunome, sans lequel il n'aurait pas écrit son traité du saint esprit.
Regarder les diverses religions est instructif d'une part pour y déceler la pédagogie divine de la révélation depuis l'antiquité, d'autre part pour faire triompher la Vérité en y redressant les erreurs qu'elles contiennent. Et enfin pour pouvoir mettre en garde les fidèles qui sont attirés par des miroirs divers et avariés.
Catherine
Messages : 213
Inscription : jeu. 19 juin 2003 14:03
Localisation : Basse-Marche, France

Message par Catherine »

Bien sûr, vous avez raison dans ce contexte, mais d'après l'enseignement que j'ai reçu, il faut être très très solidement ancré dans la vraie foi, (et encore !), pour être capable d'affronter ou de réfuter, sans dommage pour notre pensée, les hérésies. (C'était le cas des pères).
L'intellect est si subtilement et si facilement détourné de la Vérité qu'il faut pratiquement avoir eu une vie extrêmement attentive aux souffles l'Esprit, avant de s'aventurer à imiter l'œuvre des pères.
K.
christianc
Messages : 107
Inscription : lun. 07 juil. 2003 9:21

Message par christianc »

Cette "ordination " d'évêque - Ou de responsable pose des problèmes invraisemblables à bon nombre de chrétiens protestants ..

Même si ils ne croient pas à la succession apostolique ,

Je vais ressortir si vous le supportez mes notes de psycho :

(Résumé grossièrement)

- La psychanalyse et Sigmund Freud ne voit pas d'un bon oeil l'homosexualité elles y voient le produit d'un traumatisme dans le développement de l'être humain, un traumatisme profond qui amène une personne à s'identifier au parent du sexe opposé.. Et non à celui du même sexe .. Et la nature le terrain , les bases du comportement sont là.
(Les source peuvent être aussi bien d'une relation fusionnelle avec la mère que d'abus sexuels répétés)..

- Des travaux plus récents établissent la "normalité clinique de la sexualité " (DSM 4)..
La DSM4 et L'ICD10 ne classifient pas l'homosexualité comme une maladie mais affirment :

qu'Une sexualité saine ne doit être :
- ni compulsive (addictive)
- ni dangereuse pour soi même
- ni dangereuse pour les autres

- En matière de statistiques nous savons que les taux de suicides de la communauté homosexuelle sont 3 fois plus élévés que la moyenne de la population ...

Manifestement, il existe là une souffrance qu'il faut prendre en compte et comprendre,
Une souffrance, une angoisse qui pousse à un style de vie extrémement difficile à comprendre .. A soutenir, aimer quelqu'un c'est aussi accepter de lui poser des limites.. (Si un de mes amis se drogue suis je encore un ami si je l'encourage dans son penchant ?)

Je vois celà comme un comportement ou l'être humain a perdu sa route vers lui même, son destin et où il est d'abord nécessaire qu'il se retrouve ..
La normalité biblique ? Le célibat peut être fécond, le mariage est glorifié et l'union, le mariage entre un homme est une femme est célébré..

Par contre les abus y sont condamnés et spécialement les abus homosexuels..


L'asservissement est un vaste problème

L'Apotre Paul a écrit dans Tite 3:3
Car nous aussi, nous étions autrefois insensés, désobéissants, égarés, asservis à toute espèce de convoitises et de voluptés, vivant dans la méchanceté et dans l'envie, dignes d'être haïs, et nous haïssant les uns les autres.
Dans 1 Cor 7:23
1 Corinthiens 7
23 Vous avez été rachetés à un grand prix; ne devenez pas esclaves des hommes.
Pour en revenir au sujet, cet évêque les conséquences de sa nomination peuvent être :
- Il est très possible qu'ils soient rejetés par les épiscopaliens (aux états unis il est très facile de changer d'église).. Quel sera le poids de leur "enseignement ??" ..
- Le travail pastoral (le perfectionnement des "saints") ne sera vraisemblablement pas plus accompli,

Si je résume ma pensée .. un schisme se prépare.. un de plus.. Entre des conservateurs et des libéraux..
eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Évêque homosexuel anglican

Message par eliazar »

Réponses et remerciements :

1° - Décidément, cher Claude, la précision de vos informations me surprendra et me comblera toujours autant. En effet, j’ai trop facilement laissé LVF et Division Charlemagne se mélanger dans ma soupe cérébrale actuelle.
N’empêche que l’attention d’entomologistes accordée par certains Suisses aux moindres détails (oubliés parfois par les intéressés eux-mêmes) de l’histoire de leurs voisins français me ravit !

Pour l’irremplaçable président Gbagbo, j’ignorais ce touchant détail d’amour conjugal : je m’explique enfin, grâce à vous, pourquoi les USA, au lieu d’offrir 25 millions de dollars à qui leur permettra de faire tanner sa peau en descente de lit, demandent avec une telle délicatesse à ce dictateur (pourtant bien plus sanguinaire que le fut jamais Saddam Hussein) de bien vouloir daigner accepter de se retirer pour quelque temps dans sa villa somptueuse du pays d’à côté afin d'y gérer dans le luxe et la volupté la majestueuse fortune acquise – bien à l'abri de tout TPI ou assimilé, bien sûr… Ne pas le confondre avec un vulgaire Milosevitch, tout de même!


2° - Cher Antoine, merci pour votre complément de renseignements utiles. Je range soigneusement dans mes papiers de famille le droit que vous m’accordez. Note de bas de page : je suis hélas aussi gêné aux entournures cette année qu’un étudiant de Saint-Serge…
J’ai potassé en effet les Questions à Thalassos – elles m’ont été plus ardues et moins fruitives que ce texte « à enchâsser » que je vous dois.
...Et d'abord à Jean-Louis Palierne – cela va sans dire et encore mieux en le disant ! Car ce n’est pas dans le S.O.P. que j’ai lu une étude exhaustive sur ce que l’orthodoxie française lui doit – et j’espère : lui devra bien plus encore demain et après demain.

Quant à Séraphim et Maxime le Confesseur :
Bien sûr vous avez raison ! je ne parlais pas d’une quelconque comparaison de l'ordre de l’analyse critique, mais de mon enthousiasme (juvénile) pour des textes qui communiquent un aussi vif désir d’être sauvé soi-même …pour pouvoir aller embrasser leur auteur un jour – là où il jouit de la contemplation du visage du Seigneur, dans un lieu où sont la fraîcheur et l’éternelle joie, mais pas les pleurs ni les grincements de dents. Amin ! amin !

3° Chère Katterine ! Vous ne ratez jamais une occasion de me rappeler que l’irascible est une des vertus caractéristique des saints amis de Dieu…
Mais rassurez-vous : je ne taxais pas Jean Chrysostome d’antisémitisme pour mon compte personnel. Je répondais « par la bande » (ne me demandez surtout pas de quelle bande il s’agit, je ne parlerais que devant mon avocat) à votre petite phrase sibylline sur : « … saint Jean Chrysostome, qui n’est peut-être pas votre père préféré, mais dont on ne peut contester l’orthodoxie… » . Et je le faisais en écrivant (avec un humour décelable, espérais-je) que «…vous feriez erreur si vous pensiez que l’antisémitisme (ou toute autre raison) suffirait à m’empêcher d’aimer St Jean Chrysostome. S’il n’est pas mon père préféré, ce n’est que parce que j’en ai au moins cinq qui partagent ce rang avec lui, dans mon cœur... »

D’où je croyais que vous déduiriez facilement que s’il fait partie de mes « au moins six » Père préférés… c’est que mon cœur ne l’accusait de rien, et entre autres, pas d’antisémitisme non plus. Mais j’avais cru déceler quelque chose dans ce goût-là derrière la supposition gratuite de votre phrase sibylline susdite. Et cela se croisait, dans ma nébuleuse mémoire, avec les constantes répétitions recueillies jadis sur les lèvres des profs de la Kto concernant « l’antisémitisme bien connu de saint Jean Chrysostome »… Je me disais donc que si on s’y mettait aussi dans notre Forum, il n’y aurait plus qu’à tirer l’échelle ! Mon tort a été, une fois de plus, d’être trop elliptique et de ne pas écrire avec plus de précisions « … que l’antisémitisme DONT ON CHERCHE TROP SOUVENT A L’ACCUSER DANS LES MILIEUX KTO ( ou toute autre raison) suffirait… ». Mais je suis déjà si prolixe !

Pour tout le reste, je ne gloserai, je le jure, que lorsqu’il ne fera plus entre 38° et 41° dans mon jardin.

Éliazar
Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

Christian vous dîtes:
Manifestement, il existe là une souffrance qu'il faut prendre en compte et comprendre
Vous avez raison , mais prendre en compte une souffrance n'est pas la ratifier.
On n'imagine pas ordonner un alccolique qui arriverait bourré à l'autel le dimanche matin. Et pourtant le pauvre est-il responsable et n'a-t-il pas lui aussi une souffrance?
Le prêtre hétérosexuel qui pratique le libertinage est en contradiction avec les canons de même l'évêque qui lui se doit de respecter une abstinence sexuelle totale. Et le laïc doit se contenter d'une seule femme avec également des périodes d'abstinences bien marquées par l'Eglise.
Il est exigé de tous une maîtrise de la sexualité à différents niveaux. Et les homos sont tenus de ne pas mettre en pratique leurs penchants aussi difficile que cela puisse être.

Dans les différentes convoitises humaines la sexualité n'est pas la seule de ces convoitises qui soit à maîtriser mais comme par hasard c'est celle là qu'on lie toujours à la liberté d'agir. Le sempiternel "Je fais ce que je veux de mon corps" autorise tous les abus y compris le meurtre qu'est l'avortement.
On oublie trop que c'est l'image de Dieu en l'homme qui est la proie du malin et quelle meilleure cible pour lui que l'usage de notre propre corps. Car le corps est l'affirmation du "je" à laquelle s'assujettit l'âme qui devient ainsi soumise au prince de ce monde. .Et en croyant affirmer sa liberté c'est le contraire qui se passe. Le récit de la chute n'est pas autre chose."Celui qui n'est pas spirituel jusque dans son corps devient charnel jusque dans son âme" écrira Augustin. Êve vit que l'arbre au milieu du jardin était bon à manger. Arbre qui n'a jamais été "au milieu" du jardin autrement que par le décentrement qu'opèrent la convoitise et le désir. L'arbre du milieu c'était l'arbre de Vie. Le péché dans l'orthodoxie est un manquement de cible. Il faut réajuster son tir.
L'ascèse est un combat difficile qui concerne tout chrétien et tout homme et qui ne porte pas "uniquement" sur la sexualité mais "aussi" sur la sexualité.
christianc
Messages : 107
Inscription : lun. 07 juil. 2003 9:21

Message par christianc »

Vous avez raison , mais prendre en compte une souffrance n'est pas la ratifier.
Cher Antoine, je suis en accord avec vous vous sur la notion de l'ascèse qui est un signe de maitrise de soi ..

Et c'est dans ce sens là que je citais l'Apotre Paul .. Qu'il est donc difficile d'aborder la question de l'équilibre.. Ni débauche ni légalisme ..

L'homme/la femme est plus que l'ensemble de ses organes et de ses comportements.. Réduire un homme à une caractéristique est de l'idolatrie..

Nous parlons d'Eden , au commencement l'homme (sens générique) est la seule image de Dieu autorisée.. Et celà s'adresse à tous..

Mais le problème du mal se pose et de cette séparation d'avec Dieu, et nous attendons tous la restauration (apocastase) de toutes choses..
Claude le Liseur
Messages : 4202
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

C'est fait!

Hier, dimanche 2 novembre 2003, le chanoine Eugene Robinson a été consacré évêque en présence de 4'000 fidèles et de 55 évêques (!) venus lui apporter leur soutien au premier évêque ouvertement homosexuel pratiquant à l'université de Durham (New Hampshire).

Un autre ministre épiscopalien a fait part de la désapprobation de 38 évêques épiscopaliens étasuniens, ainsi que de celle de l'Eglise anglicane du Canada.

L'Eglise épiscopalienne des Etats-Unis a ainsi 94 évêques pour 2 millions de fidèles: qui dit mieux?

Les Eglises anglicanes du Kenya et d'Ouganda ont menacé de rompre la communion avec tous les évêques qui seraient en communion avec Mgr Robinson.
Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

Et si on arrêtait de qualifier "d'Eglises" toutes ces assemblées hétérodoxes, pour ne réserver ce terme qu'aux seules Eglises soeurs orthodoxes.
Parlons de "Communauté Anglicane" par exemple ou "Communauté épiscopalienne" etc...
eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

ordinations d'homosexuels "pratiquants"

Message par eliazar »

On pourrait aussi (et peut-être serait-ce mieux) garder le mot église, mais pour ce qu’il est à l’origine : un mot commun, en grec « ekklisìa », signifiant « assemblée des fidèles »… et en tant que mot commun, nous l'écririons alors sans majuscule - réservant la majuscule à l’Église du Christ (l'orthodoxe): l’unique Église ayant comme Tête le Christ Jésus – seul capable de lui assurer la présence et l’assistance du Saint Esprit.

Car il n'existe pas vraiment de "Communauté Anglicane" ; d’abord parce qu’elle ne se nomme pas ainsi, elle-même ; ensuite parce que ses fidèles ne vivent pas en "communauté". Cet autre mot commun a une signification courante qui désigne, plutôt que la réunion en assemblée, la vie quotidienne en commun - par exemple dans un
monastère.

Dans le sens proposé par Antoine, "communauté" s’appliquerait aussi bien aux musulmans et aux bouddhistes qu’aux Chrétiens. Je ne referai pas ici l’analyse ecclésiologique de ce qui nous sépare des papistes, des anglicans et des diverses branches du Protestantisme – mais tout en étant des "cousins" un peu éloignés, ils partagent tout de même avec l'Église (et avec nous) le principal - qui est l’Amour du Christ. Nous ne pouvons pas omettre cela « par principe d’ordre théologique ».
Dans le sens que je suggère, nous écririons l’Église serbe, l’Église grecque, l’Église russe etc… et d’autre part l’église anglicane, l’église épiscopalienne, l’église réformée etc…
Et dans ce second cas nous réserverions alors aux non-chrétiens, et de manière inconfondable, l’autre mot de "communauté" : communauté musulmane, communauté bouddhiste, communauté juive, etc….
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >
Claude le Liseur
Messages : 4202
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

Au niveau mondial, on parle de la Communion anglicane, qui rassemble un certain nombre d'Eglises territoriales dont l'Eglise épiscopalienne des Etats-Unis (entre 2,5 et 3% des anglicans du monde, selon les estimations retenues), l'Eglise d'Angleterre (qui ne représente plus que de 25 à 40% des anglicans du monde, selon les estimations retenues), l'Eglise en Ecosse (parce que le nom Eglise d'Ecosse est réservé à la Kirk of Scotland, presbytérienne, c'est-à-dire calviniste), et bien d'autres, unies autour du Quadrilatère de Lambeth.
L'estimation du nombre total d'anglicans dans le monde varie de 60 à 81 millions, et l'estimation des baptisés dans l'Eglise d'Angleterre de 20 à 25 millions. L'estimation des pratiquants dans l'Eglise d'Angleterre varie de 750'000 à 960'000 (une pratique de 3 à 4,8%, selon les chiffres retenus pour le nombre des fidèles d'une part, et pour le nombre des pratiquants d'autre part).

En dehors de la Communion anglicane, il y a des évêques anglicans conservateurs des Etats-Unis qui ont rompu tout lien avec l'Eglise épiscopalienne dans les années 1970 à cause de l'ordination des femmes, et qui se veulent l'Eglise anglicane "maintenue", d'où le nom que se donne cette mouvance fragmentée en de multiples synodes: Continuing Anglican Movement.

L'usage français veut que l'on attribue la majuscule à "Eglise" quand il s'agit d'une organisation religieuse chrétienne, la minuscule étant réservée pour le bâtiment. Notre langue, pas plus que l'allemand ou l'anglais d'ailleurs, ne fait la différence entre ekklisia et naos comme en grec. Le fait de suivre l'usage français ne préjuge pas de notre opinion sur le caractère réellement ecclésial de l'organisme ainsi désigné et je ne vois pas de raison d'agir autrement.

Quand j'écris à un curé kto, je lui donne du "Monsieur l'Abbé", bien que je ne reconnaisse pas sa succession apostolique. Simple question d'usage et de politesse.

En ce qui concerne les dernières évolutions dans la Communion anglicane, ce sont les Eglises du Kenya et de Tanzanie qui menacent de rompre la communion avec tous ceux qui entreraient en communion avec Mgr Robinson. L'Eglise d'Ouganda se contente de rompre la communion avec le diocèse du New Hampshire (illogisme, car, ainis, ils seront en communion avec des gens qui sont en communion avec un diocèse avec lequel ils ne sont pas en communion!). Le primat de l'Eglise anglicane du Nigéria a tonné, mais je ne sais pas s'il a annoncé des décisions concrètes.

Il est intéressant de constater que la Communion anglicane, après avoir toléré toutes les déviations en matière de foi (comme les théologoumènes de Mgr Montefiore, par exemple), rencontre son premier écueil sur des questions de morale.
eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Ordinations d'homosexuels pratiquants

Message par eliazar »

Moi, je trouverais plutôt çà digne d’éloge…

Après tout, cette Communion anglicane n’est qu’un avatar tardif du papisme – et je vois en France (et alentour) tellement de papistes qui ont balancé non seulement la foi, mais même la morale qui était encore leur dernière roue de secours, au début du siècle dernier !
Claude le Liseur
Messages : 4202
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

Le chiffre de 70 millions d'anglicans dans le monde constamment annoncé par les media depuis dimanche me laisse sceptique, sans parler des 81 millions indiqués par je ne sais quel site de statistiques religieuses.

Je suis allé chercher dans le seul ouvrage de référence sur l'anglicanisme en langue française, Les Anglicans, par Suzanne Martineau, Brepols, Tournai 1996, dans la merveilleuse collection Fils d'Abraham. Pages 183 s., l'auteur nous donne une estimation des effectifs des Eglises de la Communion anglicane qui doit refléter les chiffres de 1993, puisque toutes les autres données statistiques du livre se réfèrent à 1993.

Eglise d'Angleterre 25 millions de fidèles
Eglise d'Irlande 410'000
Eglise en Ecosse 60'000
Eglise au Pays de Galles 116'000

Eglise du Brésil 70'000
Eglise du Cône Sud des Amériques 30'000
Eglise épiscopalienne des Etats-Unis 2'500'000 (surévalué)
Eglise anglicane du Canada 2'600'000 (surévalué: on n'a trouvé que 2'035'500 anglicans au recensement canadien de 2001)
Eglise de la Province des West Indies (Antilles) 770'000

Eglise de la Province du Burundi, Rwanda, Zaïre 740'000
Eglise d'Ouganda 5 millions
Eglise de la Province d'Afrique centrale 600'000
Eglise de la Province de l'Océan indien 83'000
Eglise de la Province du Nigéria 4'700'000
Eglise de la Province d'Afrique du Sud 2'400'000
Eglise épiscopalienne du Soudan entre 400'000 et 1 million
Eglise de la Province d'Afrique occidentale 135'000
Eglise de la Province de Tanzanie 1 million
Eglise de la Province du Kenya 1'500'000

Eglise de la Province de Birmanie 42'000
Eglise au Sri Lanka 55'000
Sainte Eglise catholique du Japon 60'000
Eglise épiscopalienne à Jérusalem et au Moyen-Orient 35'000

Eglise anglicane en Australie 3'724'000
Eglise de la Province de Mélanésie 120'000
Eglise de la Province de Nouvelle-Zélande 200'000
Eglise de Papouasie Nouvelle-Guinée 210'000
Eglise épiscopalienne des Philippines 86'000

On arrivait ainsi à un total de 53'246'000 anglicans dans le monde vers 1993. Soyons généreux et posons 54 millions.

Pour arriver à la situation actuelle, supposons des effectifs stables dans le monde développé (ce qui est faux, parce que la natalité n'arrive pas à couvrir les départs; en Angleterre, on doit tourner chaque année autour de 200'000 baptêmes anglicans, adultes compris, pour 250'000 enterrements, et Martineau nous apprend qu'il y avait en moyenne 19'000 départs de l'Eglise chaque année au début des années 1990), tout en corrigeant à la baisse les estimations pour les Etats-Unis et le Canada (2 millions chaque).
En revanche, supposons qu'en Afrique, dans la Caraïbe, en Mélanésie, en Papouasie et aux Philippines, les anglicans auraient un taux de natalité aussi important que la moyenne subsaharienne et qu'ils fassent en plus beaucoup de conversions (ce qui n'est que pure supposition) et attribuons-leur un taux de croissance annuelle énorme de 4%. Et, je répète, ce taux de 4% est une supposition optimiste.
Les fidèles anglicans de ces parties du monde seraient donc passés de 18'261'000 en 1993 à 27'030'741 aujourd'hui (18'261'000 x 1,04 puissance 10).

Si nous ajoutons les effectifs stables (moins corrections pour l'Amérique du Nord) pour le reste du monde, soit environ 35 millions, on voit que les effectifs de la Communion anglicane ne sauraient dépasser 62 millions de fidèles à travers le monde.
On est loin des 70 millions annoncés depuis dimanche. En particulier, j'aimerais savoir comment l'Eglise de la Province du Nigéria aurait pu passer de moins de 5 millions il y a 10 ans à 17 millions aujourd'hui.
Répondre