“Matthéistes” et Concile pan-orthodoxe

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Catherine
Messages : 213
Inscription : jeu. 19 juin 2003 14:03
Localisation : Basse-Marche, France

“Matthéistes” et Concile pan-orthodoxe

Message par Catherine »

J’ai reçu récemment un message privé d’un ancien lecteur de l’ancien Foorum, qui me signale la réputation dégradante que l’on fait aux “matthéistes” aux États-Unis.
Selon un certain lecteur d’un certain forum américain, qui recense toutes les formations orthodoxes (nous connaissons la “comprehensivness” et la tolérance béate et excessive des Américains en matière religieuse : tout y est respecté jusqu’aux pires sectes !!!), les “matthéistes” seraient “un culte insignifiant”, une assemblée non canonique, une soi-disant “Église”.
Il est intéressant de voir que c’est une Grecque nouveau-calendariste qui a défendu les “matthéistes” sur ce forum-là, signifiant sans ambage au lecteur mal-informé qu’oser rabaisser les “matthéistes” de cette façon était scandaleux.
Cette femme déclare connaître les VCO grecs, alors que le lecteur auquel elle a répondu n’était évidemment nourri que de la désinformation générale qui circule sur nous, aussi bien en Europe qu’aux États-Unis.
Sur notre ancien Foorum, j’ai eu l’occasion de parler des “matthéistes”.
Mais ma voix reste “insignifiante” en effet en face des calomnies sans fondement ou le silence dont les différents “faux-frères” nous entourent officiellement et qui continuent à faire leur effet partout.
Il est significatif que notre cas n’est jamais examiné : on nous juge sans nous connaître, ce qui est une démarche malhonnête.
Étant donné que même les lecteurs de notre Forum nous connaissent mal et ont des idées fausses sur nous, je leur ai demandé — comme je le fais souvent — d’aller constater de visu ce que nous sommes.
Une seule personne du Forum a bien voulu le faire.
Il y a des gens qui voyagent partout à l’étranger, mais trouvent qu’aller jusqu’aux Pyrénées Orientales serait un trop grand sacrifice.
Seule la jeune Liza a pris la peine jusqu'à présent d’aller au monastère “matthéiste” de Kératéa en Grèce, que tous les orthodoxes et “orthodoxes” bien informés et honnêtes appellent LE REMPART DE L’ORTHODOXIE, et c’est ce qu’il est.
Serions-nous trop vieux, encroûtés, engourdis dans notre confort ? L’orthodoxie ne nous intéresserait-elle même pas vraiment ? Ou tout simplement avons-nous “peur de la Vérité qui tranche comme un glaive”, comme dit Liza.
En tout cas, c’est avec émotion que je salue la démarche courageuse de Liza (20 ans) et j’attends avec impatience le récit qu’il nous fera de son voyage et son séjour chez les “matthéistes” de Grèce.
D’autres nouveau-calendaristes attendent naïvement un hypothétique concile pan-orthodoxe, qui, s’il a lieu un jour, ne sera ni pan-orthodoxe, ni même pas orthodoxe.
Comment croire que ceux qui, depuis bientôt 80 ans, ne pensent qu’à nous persécuter, calomnier ou ignorer, qui refusent tout contact avec nous, vrais orthodoxes, et nous font dédaigneusement la réputation de schismatiques, d’intégristes et que sais-je encore…, qui affirment volontiers que nous allons bientôt disparaître et qui en même temps côtoient avec enthousiasme les hétérodoxes et célèbrent des offices avec eux, nous reconnaîtront un jour comme vrais orthodoxes ? Ne rêvons pas. S’ils le faisaient, force leur serait de reconnaître qu’ils ne le sont pas eux-mêmes. Alors comment faire leur concile pan-orthodoxe ? Demandez-leur, vous qui êtes en contact avec eux, comment ils envisagent ce concile et vous verrez que c’est de la fumée.
K.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

Katherine,

Personne sur ce forum n'a prétendu que les VCO étaient une secte. Les discussions ont été vives certes et les explications des ruptures internes aux VCO houleuses. Nous nous sommes tous rendu compte déjà grâce à votre travail et celui de lecteur Claude que les Florinéens n'avaient pas eu une ligne de conduite claire et nettement définie, ce qui les mettait en contradiction avec leurs prétentions et leur rejet des juridictions patriarcales existantes. Et Romane ne pouvant plus défendre des positions plutôt confuses se retranche maintenant derrière un appel à l'unité mais on ne sait toujours pas sur quelle base "nouvelle" qui serait différente d'un retour pur et simple des Florinéens au sein du Saint Synode des Matthéistes.

Concernant les Matthéistes, nous n'avons nullement non plus prétendu qu'ils étaient une secte. Il a été écrit qu'ils étaient pleinement l'Eglise mais qu'ils n'étaient pas les seuls à l'être.
Pour juger il est effectivement bon d'aller voir sur place. On y constatera sans aucun doute que là aussi est l'Eglise. Mais delà à y affirmer que là seulement est l'Eglise il y a un pas à franchir qui ne dépend certainement pas d'une simple visite.
La question de l'opportunité d'un schisme sur la revendication du calendrier reste un point non résolu. Un schisme est plus grave qu'une hérésie disent les Pères et je ne pense pas que l'on puisse déclarer "hérétique" le calendrier qui avait été établi en 1920 et qui n'est pas le Julien révisé actuel qui fonctionne selon le Julien pour la Pascalie et fêtes mobiles et selon le civil pour les fêtes fixes. (D'ailleurs je ne trouve pas d'historique de ce mixage. A quel moment, par qui et comment, s'est effectué ce freinage qui a abouti à ce cocktail imbuvable.)

L’ancien calendrier ne respecte pas l'ordonnance du concile de Nicée au cours duquel les Pères avaient prescrit de fêter Pâques le dimanche qui suit la pleine lune qui suit l'équinoxe. Il suffit de lever les yeux au ciel à partir du 21 mars civil pour s'apercevoir que cette disposition n'est plus respectée aujourd'hui par le calendrier Julien à cause de ce décalage de 13 jours du calendrier Julien. Il faudra donc bien revenir un jour à l'application réelle du concile de Nicée. Nous en avons déjà longuement débattu sur le forum. Cela aura eu l'intérêt d'informer le lecteur même si les protagonistes restent sur un désaccord. Un forum ne prétend pas être un mini concile.
Nous avons également dénoncé les persécutions faites aux anciens calendaristes par les patriarcats historiques, et dénoncé également toutes les intentions anti orthodoxes qui étaient sous-jacentes à cette réforme calendaire, et la façon dont des décisions touchant la tradition de l’Eglise ont été prise sans consensus conciliaire.

Concernant l'oecuménisme, il est vrai que nous traversons une crise terrible dans les juridictions patriarcales où nous voyons une praxis en décalage et souvent en opposition avec la Foi et la Tradition de l'Eglise. Les canons semblent ne plus faire autorité et le relativisme dogmatique et liturgique entraîne une pratique de l'Economie qui dépasse largement le stade de la simple Economie. Tout cela a déjà été débattu sur ce forum avec virulence. Les patriarcats n’osent plus s’affirmer face aux autres confessions chrétiennes comme étant la seule et unique Eglise du Christ, ayant seul gardé le dépôt de la foi depuis les apôtres ; et les déclarations des uns et des autres ont des relents d’apostasie. Nous comprenons et nous nous félicitons même que des évêques orthodoxes aient pris la mesure de suspendre la communion avec les patriarcats historiques.
Mais il y a aussi au sein même de ces patriarcats beaucoup d'orthodoxes qui ne sont pas adeptes de l'œcuménisme, du nouveau calendrier, et d'autres qui sont carrément en lutte contre cette ‘’panhérésie’’ sournoise qui se développe en contournant des prises de position dogmatique claires qui ne feraient qu’exposer au grand jour la fausseté et l’hétérodoxie des opinions.
L'Eglise a connu beaucoup d'hérésies qui n'ont pas donné forcément naissance à un schisme véritable. Et je m’interroge suite au cas par exemple de St Maxime face à l'hérésie monothélite qui était devenue la norme dans tout l'empire : St Maxime avait rompu la communion avec le patriarcat et subi le martyre pour cela. Mais il n’a pas créé son propre synode ni procédé à des ordinations sous prétexte qu’il était le seul à être l’Eglise. Ensuite après le dénouement de cette crise (plus grave que celle que nous traversons, car elle remettait en cause la définition de Chalcédoine sur la double nature du Christ) a-t-on réordonné ou chrismé tous les évêques et prêtres, monothélites? Assurément non. Pourtant on peut affirmer que tous ceux (c'est à dire la quasi totalité de l'Eglise) qui étaient tombés dans cette hérésie avait de fait rompu la succession apostolique. Et dans ce cas tous les évêques depuis le 7ème siècle sont de faux évêques y compris les évêques Matthéistes qui seraient bien en peine de remonter la chaîne d'une validité apostolique jusqu'à cette époque, prouvant qu'ils détiennent leur succession d'un évêque ayant combattu aux côtés de Saint Maxime le Confesseur. Il n’empêche que l’Esprit Saint soufflant, l’Eglise, (si tenté qu’on puisse encore l’appeler ainsi si l’on applique une rigueur de jugement Matthéiste) finira par donner raison à Saint Maxime et retrouvera ainsi son Orthodoxie. Mais peut-être me trompè-je dans cette analyse ;

Votre message ci-dessus est bien alarmiste. Les Matthéistes subissent la persécution de ne pas être "reconnus". Qu'est ce que ça peut bien leur faire d'être ou de n'être pas reconnus par des gens qu'ils ne considèrent pas comme étant l'Eglise?! Depuis quand l’Eglise se laisse-t-elle juger sur son orthodoxie par des hétérodoxes ?
Et qu’est-ce que cela peut bien vous faire que l’on vous « calomnie ou ignore, que l’on refuse tout contact avec vous, vrais orthodoxes, et que l’on vous fasse dédaigneusement la réputation de schismatiques, d’intégristes » à partir du moment où vous avez considéré vous -même que tous les autres étaient schismatiques et hérétiques ? En quoi le jugement de toutes ces juridictions « non orthodoxes » selon vos critères, vous touche-t-il ? Vous voulez être aimés, gratifiés, loués et que tout le monde se mette à genoux en criant : « regardez comme les Matthéistes sont plus orthodoxes que nous ?! »

Les Matthéistes vivent en paix à l'abri de toutes ces turbulences qui traversent les autres juridictions. Ils ont décrété qu'ils étaient les seuls à être l'Eglise et qu'il n'y avait plus la grâce ailleurs que chez eux. Ils n'ont à faire face aujourd'hui qu'à un nouveau schisme naissant qui les divisera et réduira encore comme une peau de chagrin la faction qui prétendra, preuves à l'appui, qu'ils sont les seuls à être l'Eglise.

Dans les juridictions patriarcales il y a aussi des gens honnêtes, pieux sincères et fidèles à la foi Orthodoxe qui vivent comme une véritable persécution interne toutes les déclarations et agissements de prélats qui passent leur temps à trahir l'Eglise pour donner plus de brillance à leur soutane; mais la validité (terme impropre) eucharistique ne dépend pas de l'iindignité du célébrant heureusement. Et on peut être fondé à penser que l'Eglise ne se limite pas aux seuls Matthéistes.

Quant aux remparts de l’Orthodoxie je pensais qu’ils étaient le Christ et l’Esprit Saint et non pas Kératea. Vous voudriez que nous y allions tous faire un tour. Personnellement j’irai certes. Mais vous même que connaissez vous des monastères orthodoxes qui sont sur le sol Français?De ceux qui sont en Roumanie, en Russie etc…
Lorsque je suis allé à Dinan dans la paroisse de Romane je n’ai pas été bien sûr reçu à la communion, tout comme je ne le serai pas en allant chez Père Cassien ou en allant à Kératéa, bien que je n’ai aucun différent dogmatique avec eux.

Alors laissez moi pleurer la tunique déchirée du Christ ! L’Eglise ne se prend pas comme on prend une carte de parti. Et je suis certain que si un concile panorthodoxe n’est pas un vrai concile œcuménique alors il aura la même fin que celui de Ferrare-Florence.

Claude le Liseur
Messages : 4201
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur »

En complément du message remarquable d'Antoine, j'aimerais ajouter une précision.
Parmi les groupes issus des Floriniens, le synode des Résistants (Synodhos ton Enistamenon) du métropolite Cyprien de Phyli a toujours eu une position claire en confessant que les Eglises orthodoxes locales ont toujours la grâce. C'est aussi la position des (peu nombreux) vieux-calendaristes de Roumanie autour du métropolite Blaise de Slatioara et du diocèse bulgare traditionaliste de Mgr Photios de Triadtza.

Les matthéistes ont aussi une position claire en affirmant que les Eglises orthodoxes locales n'ont plus la grâce.

Toutes les autres juridictions du mouvement vieux-calendariste ont des positions à géométrie variable ou illogiques.

Maintenant, cela ne m'explique toujours pas pourquoi les matthéistes ont rejeté l'imposition des mains sur leurs hiérarques qu'ils avaient demandé quelques années plus tôt à l'Eglise russe hors-frontières.

A part ça, n'importe quel voyageur en Grèce peut se rendre compte que le pays n'est pas déchristianisé, que l'Eglise de Grèce est bien vivante et qu'il n'y a pas que le monastère de Kératéa qui mérite un pélerinage. La plupart des Grecs que je connais n'ont jamais entendu parler des matthéistes et ils n'en sont pas moins de fidèles orthodoxes pour autant.

Catherine
Messages : 213
Inscription : jeu. 19 juin 2003 14:03
Localisation : Basse-Marche, France

Message par Catherine »

Cher Antoine,
Pour une fois, vous m'avez très mal lue, et j'en suis sidérée. Certes, je suis nulle, inculte et ignorante (comme les "matthéistes", vous le savez bien !), très loin de vos savantes spéculations et vos connaissances à vous tous, je ne sais pas bien le français et je me suis sans doute mal exprimée.
Mais nous ne demandons pas du tout à être reconnus par les néo-calendaristes et surtout pas "gratifiés, loués et que tout le monde se mette à genoux en criant : « regardez comme les Matthéistes sont plus orthodoxes que nous »", comme vous le dites avec une méchanceté "façon Romane".
Il nous suffit, en effet, d'être reconnus de Dieu comme ses enfants.
Ce qui n'exclut pas que nous souhaitions nous faire connaître, pour aider ceux qui chercheraient la vérité sur le schisme de 1924, ainsi que l'Église comme elle a toujours été.
Si j'ai écrit les faits tels qu'ils sont, c'est d'une part pour informer certains lecteurs (qui nous ignorent) de notre existence, d'autre part pour inviter d'autres (qui veulent nonchalamment ignorer notre différence) à venir nous connaître tels que nous sommes, et enfin, et surtout, à démontrer à ceux (bienveillants et optimistes) que les rêves d'un concile pan-orthodoxe "avec la participation des matthéistes" est une illusion, et pour cause, c'est tout.
Mes propos ne visaient rien d'autre.
Et nous n'allons pas recommencer nos plaidoiries : je sais que les gens de ce forum ne nous prennent pas pour une secte, mais leurs patriarcats nous accusent bien d'être schismatiques, alors que ce sont eux qui ont fait le schisme de 1924. Soyons donc honnêtes et disons la vérité — c'est le plus grand acte de charité — comme disait saint Photios.
Je n'ignore pas non plus la situation "des gens honnêtes, pieux sincères et fidèles à la foi Orthodoxe qui vivent comme une véritable persécution interne…" j'en ai assez entendu parler sur ce forum et ailleurs, et j'ai très sincèrement de l'admiration pour ces gens, mais, sans avoir la pensée tordue qu'ils veulent "être aimés, gratifiés, loués et que tout le monde se mette à genoux" etc. ils me paraissent se fourvoyer, hélas, dans une lutte sans issue, car la tunique du Christ n'est pas déchirée, elle est indéchirable et l'Église est là où est l'unité.
Et, excusez-moi, mais vous comprenez peut-être que, dans ces conditions, entendre dire que "les matthéistes vivent en paix à l'abri de toutes ces turbulences qui traversent les autres juridictions", c'est poser la question : "Pourquoi ces gens très honnêtes ne sont-ils pas alors avec les matthéistes ?"
Enfin, je n'ai pas envie de répondre à vos propos désagréables, qui montrent que, en dépit de tout ce que nous avons passé comme temps à discuter déjà sur cette question, vous connaissez étonnamment mal (ou vous voulez ignorer ?) la position et les sentiments des matthéistes en général; si je vous ai blessé, je vous demande pardon : ce n'était pas mon intention. Et l'estime que je vous porte fait que j'attends de vous de rester cohérent en toute circonstance.
Votre phrase : "La question de l'opportunité d'un schisme sur la revendication du calendrier reste un point non résolu" n'implique-telle pas que vous nous considérez comme schismatiques, ou l'ai-je mal comprise ?
________________
K.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

Katherine,
Je n'ai pas vu qu'il y ait eu une information quelconque dans votre message qui ouvre cette rubrique.
"Pourquoi ces gens très honnêtes ne sont-ils pas alors avec les matthéistes ?"
D'abord beaucoup ignorent même jusqu'à votre existence et d'autres comme moi n'acceptent pas votre prétention à être les seuls à constituer l'Eglise.
Votre phrase : "La question de l'opportunité d'un schisme sur la revendication du calendrier reste un point non résolu" n'implique-telle pas que vous nous considérez comme schismatiques, ou l'ai-je mal comprise ?
J'ai déjà écrit lors de votre sondage sur ce schisme:
1) les matthéistes sont-ils schismatiques?
- Les Matthéistes en sont les actants ils n'en sont pas les auteurs.
2) Le calendrier est-il en soi matière à schisme? Je pense que non. Il y a une confusion entre la lettre et l'esprit.
(Nous récupèrerons bientôt j'espère tous ces échanges de l'ancien forum.)


Vous ne répondez pas à l'analyse que je vous ai proposée sur Maxime et la succession apostolique.
Il conviendra d'ouvrir plusieurs rubriques afin d'étudier ;
- différences entre rupture de communion et schisme;
- succession apostolique
- Canonicité
- modes de réception dans l'Eglise
- "Validité" sacramentelle.
- Tradition et traditions
- unité et unicité

Et alors vous aurez tout loisir de faire connaître vos positions théologiques dans ces débats.
Quant au concile pan orthodoxe , est-ce une information que vous officialisez à savoir que de toute façon les matthéistes n'y prendront pas part?
Je ne pense pas avoir été méchant dans mon message précedent. J'ai été simplement étonné de ce ton plaintif car il faut assumer ses choix et les calomnies qui en découlent. Il faut répondre théologiquement point par point, un point c'est tout...

Catherine
Messages : 213
Inscription : jeu. 19 juin 2003 14:03
Localisation : Basse-Marche, France

Message par Catherine »

Antoine, vous dites :
Je n'ai pas vu qu'il y ait eu une information quelconque dans votre message qui ouvre cette rubrique.
En effet, vous avez raison, et c'était plutôt une sorte d'"introduction" à de futures informations que j'allais donner au cas où qn s'y intéresserait, mais comme j'en avais déjà donné sur l'autre forum, je pensais attendre. Il faut dire que, si je m'en souviens bien, j'ai été fortement et injustement attaquée à l'époque par vous et par Romane, pour avoir omis certains détails, comme si j'avais voulu cacher qc., alors que je n'avais tout simplement pas pensé à tout ce qu'il y avait à dire. Le souvenir de cela me rend donc un peu indécise sur ce que les gens attendent exactement comme information.
2) Le calendrier est-il en soi matière à schisme? Je pense que non. Il y a une confusion entre la lettre et l'esprit.
(Nous récupèrerons bientôt j'espère tous ces échanges de l'ancien forum.)
Est-ce pour vous que vous posez cette question ? Je trouve désolant, Antoine, d'avoir tant passé de temps à expliquer que ce n'est pas le calendrier en soi qui est en cause… enfin, je ne vous comprends vraiment plus. Je croyais que vous aviez compris la position des VCO. Et on recommence… c'est vraiment pénible.
Vous ne répondez pas à l'analyse que je vous ai proposée sur Maxime et la succession apostolique.
Non, parce que
1. je ne me souviens plus de tous les détails de la controverse monothélite, et
2. je ne crois pas qu'on puisse faire de telles analogies. Je pense que chaque situation est différente.
Il conviendra d'ouvrir plusieurs rubriques afin d'étudier ;
- différences entre rupture de communion et schisme;
- succession apostolique
- Canonicité
- modes de réception dans l'Eglise
- "Validité" sacramentelle.
- Tradition et traditions
- unité et unicité

Et alors vous aurez tout loisir de faire connaître vos positions théologiques dans ces débats.
Oui, je veux bien faire connaître les positions des matthéistes, mais je ne crois pas pouvoir participer à des débats, car votre théologie me dépasse.
Quant au concile pan orthodoxe , est-ce une information que vous officialisez à savoir que de toute façon les matthéistes n'y prendront pas part?
Antoine, qu'est-ce qui se passe ? Suis-je devenue complètement incompréhensible ? Il me semble que j'ai dit et redit que la non-reconnaissance, l'ignorance crasse des matthéistes par les nouveau-calendaristes suffisait pour que nous n'y soyons pas invités. C'est uniquement pour cela que j'ai parlé des calomnies etc. des "faux-frères" et pas du tout pour pleurnicher.
J'ai été simplement étonné de ce ton plaintif car il faut assumer ses choix et les calomnies qui en découlent.
Le ton n'avait donc rien de plaintif, vous l'avez imaginé. Relisez le texte comme le ferait Éliazar, comme autant de coups de sabre, et vous aurez le ton. Vous savez très bien que nous assumons…
Il faut répondre théologiquement point par point, un point c'est tout...
Posez donc les questions, mais simplement, de grâce : cela me faciliterait les choses. Je ne suis pas théologienne, vous le savez bien.

Catherine
Messages : 213
Inscription : jeu. 19 juin 2003 14:03
Localisation : Basse-Marche, France

Au lecteur Claude

Message par Catherine »

Cher lecteur Claude, vous dites :
Maintenant, cela ne m'explique toujours pas pourquoi les matthéistes ont rejeté l'imposition des mains sur leurs hiérarques qu'ils avaient demandé quelques années plus tôt à l'Eglise russe hors-frontières.
Je vous ai déjà répondu sur l'autre forum concernant cette question, mais je me répète.
D'abord, les matthéistes n'avaient pas demandé l'imposition des mains aux Russes hors frontières, mais seulement une prière d'absolution pour le cas où Mgr Matthieu aurait fait la faute de ne pas assez chercher un autre évêque en communion avec lui, en vue d'en sacrer un autre avec lui.
Ensuite, il y a eu un autre "malentendu", où les matthéistes reconnaissent avoir été imprudents : les Russes hors frontières, se déclarant, en tant qu'ancien-calendaristes et anti-œcuménistes, en communion avec les matthéistes, ceux-ci pensaient qu'ils avaient une profession de foi identique à la leur.
Or il s'est avéré plus tard que ce n'était pas du tout le cas, que pour eux le changement du calendrier était simplement une "grande erreur" et de ce fait, ils n'avaient pas du tout la même position que les matthéistes quant à leurs relations avec les néo-calendaristes.
A part ça, n'importe quel voyageur en Grèce peut se rendre compte que le pays n'est pas déchristianisé, que l'Eglise de Grèce est bien vivante et qu'il n'y a pas que le monastère de Kératéa qui mérite un pélerinage.
Cher lecteur Claude, je n'ai pas du tout dit que seul le monastère de Kératéa méritait un pélerinage, mais je peux vous dire qu'il en mérite bien un, même si vos amis grecs l'ignorent, d'abord, parce que c'est le monastère le plus grand et le plus florissant non seulement des matthéistes, mais de toute la Grèce, ce qui est, avouez-le, assez paradoxal quand on pense qu'il appartient à une Église déclarée par ses adversaires
"un culte en voie de disparition" (!).
De plus, ce n'est pas moi, c'est un théologien nouveau-calendariste qui l'a appelé "le rempart de l'orthodoxie" ce qui est assez étonnant, non ?
K.

Catherine
Messages : 213
Inscription : jeu. 19 juin 2003 14:03
Localisation : Basse-Marche, France

Encore un mot au redoutable théologien

Message par Catherine »

Cher Antoine, vous dites :
Un schisme est plus grave qu'une hérésie disent les Pères et je ne pense pas que l'on puisse déclarer "hérétique" le calendrier qui avait été établi en 1920 et qui n'est pas le Julien révisé actuel qui fonctionne selon le Julien pour la Pascalie et fêtes mobiles et selon le civil pour les fêtes fixes.
Cela me paraît plutôt confus, votre histoire. Un schisme est plus grave qu'une hérésie ?????
De plus, ce n'est pas le calendrier qui est hérétique, c'est le changement sans l'approbation de l'Église et dans un but anti-orthodoxe (œcuméniste) qui est hérétique.

Par ailleurs, si j'étais méchante, je pourrais dire aussi que vous devez assumer vos choix, — vous vous plaignez bien souvent des désordres et de "la persécution interne" dans votre patriarcat. Mais vous trouvez sans doute qu'il est plus rassurant d'être dans la majorité…
Pourtant, saint Maxime a dit : "Une seule personne plus Dieu, voilà l'Église", et il n'avait même pas à constituer un synode : à ce moment-là, il était, tout seul avec Dieu : l'Église.
Et les matthéistes n'ont pas commencé par constituer un synode; c'est le peuple de Dieu, et au début sans évêque, sans prêtre, qui a résisté à l'innovation, comme plusieurs fois dans l'histoire de l'Église.
Quant à moi, je ne me plains de rien du tout : je suis heureuse d'être matthéiste, parce qu'il n'y a ni désordre, ni hérésie, ni contradiction chez nous, mais la paix, l'unité et l'harmonie, et je ne changerais pour rien au monde. Notre lutte est contre nos propres péchés et cela nous donne bien assez de travail, sans devoir nous occuper de prélats traîtres ou hérétiques. Puis, il faut dire aussi que je n'ai pas tellement "choisi" — l'évidence m'a frappée en plein cœur il y a 23 ans, comme la lumière a frappé saint Paul sur le chemin de Damas, et je n'ai jamais été déçue EN RIEN depuis ce temps-là.
Les calomnies ne me font donc rien; si j'en parlais, c'était pour bien faire comprendre que si les patriarcats décidaient d'un concile pan-orthodoxe, ce ne sera pas avec les matthéistes, puisqu'ils ont l'impudence de ne pas nous reconnaître comme orthodoxes.
L’ancien calendrier ne respecte pas l'ordonnance du concile de Nicée au cours duquel les Pères avaient prescrit de fêter Pâques le dimanche qui suit la pleine lune qui suit l'équinoxe. Il suffit de lever les yeux au ciel à partir du 21 mars civil pour s'apercevoir que cette disposition n'est plus respectée aujourd'hui par le calendrier Julien à cause de ce décalage de 13 jours du calendrier Julien. Il faudra donc bien revenir un jour à l'application réelle du concile de Nicée. Nous en avons déjà longuement débattu sur le forum. Cela aura eu l'intérêt d'informer le lecteur même si les protagonistes restent sur un désaccord.
À mon humble avis, et sans vouloir vous contrarier, cela aura eu surtout l'intérêt d'user nos claviers pour rien, car, comme l'exactitude du calendrier, c'est un faux-problème qui ne sert qu'à défigurer l'orthodoxie en soumettant l'Église à des considérations humaines ou scientifiques dont elle n'a que faire.
Ils n'ont à faire face aujourd'hui qu'à un nouveau schisme naissant qui les divisera et réduira encore comme une peau de chagrin la faction qui prétendra, preuves à l'appui, qu'ils sont les seuls à être l'Eglise.
Qu'est-ce que c'est que cette histoire tirée par les cheveux ? Un schisme a eu lieu chez nous il y a 8 ans peut-être, et quelques évêques "sont sortis du milieu de nous, mais ils n'étaient pas des nôtres; car s'ils avaient été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu'il soit manifeste que tous ne sont pas des nôtres." (1 Jn 2,19)
Et il vaut mieux cela, que des évêques qui enseignent l'erreur, et même si un schisme est toujours triste et réduit le nombre, il a toujours existé et a servi à garder la vraie foi et l'unité de l'Église. Mais il n'y a pas de schisme naissant chez nous, vous êtes mal informé. Et personne ne peut apporter de preuves tangibles des limites de l'Église : cela ne se voit qu'avec les yeux de la foi, la théologie abstraite peut aider, mais ne suffit pas.
Dans les juridictions patriarcales il y a aussi des gens honnêtes, pieux sincères et fidèles à la foi Orthodoxe qui vivent comme une véritable persécution interne toutes les déclarations et agissements de prélats qui passent leur temps à trahir l'Eglise pour donner plus de brillance à leur soutane; mais la validité (terme impropre) eucharistique ne dépend pas de l'indignité du célébrant heureusement. Et on peut être fondé à penser que l'Eglise ne se limite pas aux seuls Matthéistes.
Eh bien, si l'Église doit être désunie comme l'est celle du pape, d'accord, les patriarcats sont aussi l'Église. Il ne s'agit pas de personnes plus ou moins dignes : nous matthéistes nous sommes aussi des pécheurs de différentes sortes, mais nous n'avons pas de "conducteurs" qui nous mènent vers l'apostasie, ni de fidèles qui pensent chacun différemment de la foi. Et l'Église orthodoxe est unique en ce qu'elle rend chaque fidèle responsable de la garde du dépôt, de sorte que les canons l'obligent à quitter un évêque apostat ou hérétique. Sinon, on est fidèle à quoi, à qui ? On ne doit être fidèle qu'à la Vérité.

Voilà notre "théologie", elle est simple, elle n'égalera jamais la vôtre, mais du moins, tout le monde la comprend et elle rend responsable chaque fidèle jusqu'aux moins instruits et empêche de les transformer en moutons.
Les premiers disciples du Seigneur n'étaient-ils pas des pêcheurs illettrés ?
Et pourtant…
K.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine »

En Français quand vous dîtes « votre théologie me dépasse »
1) Soit cela signifie réellement que vous ne vous sentez pas théologienne pour conversez avec nous
2) Soit que notre théologie ne vaut rien. Et le « ça me dépasse est à prendre dans le sens de « les bras m’en tombent »

Dans le premier cas , cela est infirmé par votre présence appréciée sur ce forum et les très belles interventions que vous y avez faites
Reste donc la deuxième solution qui est renforcée par ce « votre » de « votre théologie » qui laisse supposer que les argument théologiques que j’ai pu développer ne sont pas ceux de l’Eglise mais de simples élucubrations ou autres facéties toutes personnelles.

Ne croyant
- ni à la première solution pour vous avoir lue et relue et conservé des analyses pertinentes, dénotant une vie spirituelle intense et profonde
- ni à la deuxième de ces solutions pour avoir toujours étayé mes propos par les positions des Pères, des canons, des conciles, de la Tradition et avoir toujours été prêt à reconnaître une erreur dont je ne suis jamais à l’abri,
j’en resterai donc à une erreur de formulation…et nous allons clore là-dessus car ce genre de discussion n’a aucun intérêt sur un forum et nous pouvons réaccorder nos violons sur nos mails privés respectifs.

Concernant le concile panorthodoxe, je n’ai aune information sur la participation des uns et des autres.
- Je peux supputer par exemple que les Matthéistes ayant établi qu’ils étaient seuls l’Eglise, n’iraient pas à une assemblée à laquelle ils dénigreront la dénomination même de « concile », d’où ma question ;
- Je peux également supposer qu’ils ne seraient pas invités, mais je n’ai aucune information et ne suis en rien décideur hélas car sinon j’userais de ce pouvoir pour qu’ils lsoient bel et- bien là
Au regard des conciles précédents on peut simplement constater qu’ Arius par exemple a participé au concile, idem pour Nestorius il me semble, ainsi que d’autres hérésiarques. Non pas que je considère les Matthéistes comme des hérésiarques mais simplement pour rappeler que l’Eglise a admis au sein de ses discussions ses détracteurs. Et il me semble évident que la question du calendrier ou de l’œcuménisme ne pourra pas être traitée sans les opposants au nouveau calendrier ou à l’œcuménisme et que tout ce qui touche l’ecclésiologie ne pourra trouver de solution sans la participation active des VCO.
Quand vous affirmez :
« la non-reconnaissance, l'ignorance crasse des matthéistes par les nouveau-calendaristes suffisait pour que nous n'y soyons pas invités »
vous n’êtes pas sérieuse.
Que les simples fidèles nouveaux calendaristes ou appartenant à d’autres juridictions VCO ignorent votre existence, c’est vrai, mais il n’en est certainement pas de même des patriarches et métropolites pour lesquels l’existence de vos synodes ne peut passer inaperçue. Et ce n’est pas le peuple qui organise un concile!

Pour le reste je vous ai proposé de présenter la position des Matthéistes par l’intermédiaire de thèmes qui intéressent tout chrétien. C’est de cette façon que vous réussirez le mieux à faire connaître cette juridiction et certainement pas par des questions du style pour ou contre les Matthéistes, ou des débats sur l’Eglise c’est nous et pas vous.
Rien qu’à travers un sujet comme la canonicité ou la succession apostolique vous aurez tout loisir de rappeler un certain nombre de données historiques. Mais avant de savoir qui est canonique ou qui a la succession apostolique il serait peut-être sage d’essayer de réfléchir à ce qu’elles sont et quelle est leur importance pour notre salut.

Quant au schisme naissant chez les Matthéistes c’est à priori une information qui émane d’un certain séjour à Keratea. Mais je laisse le soin à l’intéressée d’en dire plus si elle le souhaite car elle n’aime pas étaler en public sa vie de foi. Sinon écrivez lui en particulier.

Répondre