Rapprochement entre l'ERHF et le Patriarcat de Moscou

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Rapprochement entre l'ERHF et le Patriarcat de Moscou

Message par Jean-Serge » mar. 21 juin 2005 16:50

A lire impérativement, les textes des commissions conjointes Moscou-ERHF. Ils sont publics sur le site :

http://www.russianorthodoxchurch.ws/english/index.html

Je reviendrai les traduire et donner un commentaire personnel notamment au sujet du texte sur l'oecuménisme. Le texte sur le sergianisme vaut aussi son pesant d'or...
Dernière modification par Jean-Serge le mar. 21 juin 2005 20:01, modifié 1 fois.
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Sur l'oecuménisme

Message par Jean-Serge » mar. 21 juin 2005 19:26

Texte original : http://www.russianorthodoxchurch.ws/01n ... odoxy.html
On the Attitude of the Orthodox Church Towards the Heterodox and Towards Inter-Confessional Organizations

The Russian Orthodox Church strictly adheres to the teaching set forth in the Creed that the Church of Christ is one.

As the Body of Christ and the sole vessel of salvation, as the pillar and foundation of truth, the Church never divided itself nor disappeared, but always, over the entire history of Christianity, taught the pure teaching of the Gospel in the abundance of the grace-filled gifts of the Holy Spirit.

Having received the command from the Lord Jesus Christ Himself, the Church is called upon to fulfill her Apostolic mission "to preach the Gospel to every creature" (Mark 16:15). For this reason, over the course of her thousand-year history, the Russian Church illuminated with the light of the Truth of Christ both those peoples among whom she was found and those of neighboring countries. At the same time, she strove to return into the salvific bosom of the Church the separated Christians of other confessions, and with this goal, in the 19th century, created special committees for dialog with them, taking into account at the same time the various degrees of their distance from the faith and practices of the Ancient Church. Up until the 1960's, in hopes that their participation in inter-confessional meetings might encourage the study of Orthodoxy by Christians of other confessions, the Russian Orthodox Church Outside of Russia sent their representatives to such gatherings. The aims of such participation were expressed in a decision of the Council of Bishops of the Russian Orthodox Church Outside of Russia on December 18/31, 1931:

"Preserving faith in the One, Holy, Universal and Apostolic Church, the Synod of Bishops affirms that the Church never divided itself. The question lies only in who belongs to her and who does not. At the same time, the Synod of Bishops fervently welcomes all attempts of the heterodox to study Christ's teaching on the Church in the hope that through this study, especially with the participation of representatives of the Holy Orthodox Church, they will ultimately come to the conclusion that the Orthodox Church, as the pillar and ground of the truth (1 Timothy 3:15), fully and without error preserved the teaching handed down by Christ the Savior to His disciples."

Still, a significant portion of the Protestant world in the course of its development embarked upon the path of humanist liberalism and is losing its bond with the Tradition of the Holy Church more and more, changing by whim the divinely-established norms of morality and dogmatic teachings and placing itself at the service of the interests of the consumerist society, subjecting themselves to notions of earthly comfort and political goals. As "salt that lost its savor" (Matthew 5:13), such communities have lost their power to resist human passions and sins.

Such tendencies evoke profound anxiety, and have motivated the Orthodox Church to reexamine its relationship with various confessions and inter-confessional organizations.

The Inter-Orthodox Conference in Thessaloniki (1998) was convened in part to address this question. The practice of inter-confessional relationships was subjected to intense examination in the "Basic Principles of the Russian Orthodox Church's Attitude to the Non-Orthodox" adopted at the Council of Bishops of the Russian Orthodox Church (2000). It is recognized that if the aforementioned negative tendencies reign in inter-confessional organizations, the Orthodox will be obliged to withdraw from them. For this reason, a resolution must be found in the nearest future to the problem of the degree to which existing forms of inter-Christian cooperation permit Orthodox representatives to remain free of those attitudes and participation in those practices which contradict the spirit of Orthodoxy. A condition of the participation of the Orthodox Church in inter-confessional organizations, including the World Council of Churches, is the exclusion of religious syncretism. Orthodox Christians insist on their right to freely confess their faith in the Orthodox Church as the One Holy Universal and Apostolic Church without conceding the so-called "branch theory" and definitively reject any attempts to dilute Orthodox ecclesiology.

The Orthodox Church excludes any possibility of liturgical communion with the non-Orthodox. In particular, it is considered impermissible for Orthodox to participate in liturgical actions connected with so-called ecumenical or inter-confessional religious services. In general, the Church should determine the forms of interaction with the heterodox on a conciliar basis, stemming from its teachings, canonical discipline and ecclesiastical expediency.

Nonetheless, the possibility of cooperation with the heterodox is not excluded, for example, in helping the unfortunate and by defending the innocent, in joint resistance to immorality, and in participating in charitable and educational projects. It may be appropriate to participate in socially meaningful ceremonies in which other confessions are represented. In addition, dialog with the non-Orthodox remains necessary to witness Orthodoxy to them, to overcome prejudices and to disprove false opinions. Yet it is not proper to smooth over or obscure the actual differences between Orthodoxy and other confessions.
Traduction personnelle et commentaires :
De l’attitude de l’Eglise orthodoxe à l’égard des Hétérodoxes et à l’égard des organisations inter-confessionnelles
L’Eglise Orthodoxe Russe adhère strictement à l’enseignement du Symbole de Nicée : l’Eglise du Christ est une. En tant que Corps du Christ et seul Arche du salut, en tant que pilier et fondement de la Vérité , l’Eglise ne s’est jamais divisé, n’a jamais disparu, mais a toujours, dans l’histoire entière de la Chrétienté, enseigné le pure enseignement de l’Evangile dans l’abondance des dons de l’Esprit Saint.

Ayant reçu ce commandement du Seigneur Jésus Christ lui-même, l’Eglise est appelée à remplir sa mission apostolique : « Annoncer l’Evangile à toute créature » (Marc 16 :15). Pour cette raison, tout au long de ses 1000 ans d’histoires, l’Eglise russe a illuminé de la lumière de la Vérité du Christ et les peuples au milieu desquels elle se trouvait et les peuples des pays voisins. Parallèlement, elle a fait de son mieux pour ramener à l’Eglise les Chrétiens séparés des autres confessions, et dans ce but, au XIXe siècle a créé des comités pour dialoguer tout spécialement avec eux, prenant en compte les divers degrés d’éloignement de la foi et les pratiques de l’Eglise ancienne. Jusqu’aux années 60, dans l’espoir que sa participation à des rencontres inter-confessionnelles puisse encourager l’étude de l’Orthodoxie par les Chrétiens d’autres confessions, l’ERHF envoyait des représentants à ces réunions. Le but d’une telle participation fut exprimé dans une décision du Synode des évêques de l’ERHF le 18/31 décembre 1931 :

“Affirmant la foi en l’Eglise Une, Saint, Catholique et Apostolique, le Synode des Evêques affirme que l’Eglise ne s’est jamais divisée. La question est uniquement de savoir qui appartient à l’Eglise et qui n’y appartient pas. En même temps, le Synode accueille favorablement toutes les tentatives des hétérodoxes pour étudier l’enseignement du Christ sur l’Eglise. Le synode espère que par cette étude, tout particulièrement avec la participation de représentants de la Sainte Eglise Orthodoxe, ils [les hétérodoxes] parviendront à terme à la conclusion que l’Eglise orthodoxe, que pilier et colonne de la vérité (1 Timothée 3 :15) a préservé pleinement et sans erreur l’enseignement transmis par le Christ à ses disciples »
Rien à dire : entièrement orthodoxe
Cependant, un portion significative du monde protestant a emprunté les chemins du libéralisme humaniste et perd de plus en plus son lien avec la Tradition de la sainte Eglise, changeant de façon capricieuse les normes divines en matière morale et dogmatique et se plaçant au service des intérêts de la société de consommation et se faisant ami du confort terrestre et d’intérêts politiques. « Sel ayant perdu sa saveur » Matthieu (5 :13), de telles communautés ont perdu leur capacité à résister aux passions humaines et aux péchés.
Bizarre aucun mot sur les catholiques, il n'y a que les protestants qui dégustent...
De telles tendances soulèvent une anxiété profonde et ont motivé l’Eglise orthodoxe à ré-examiner ses relations avec plusieurs confessions et organisations inter-confessionnelles.

La conférence Inter-Orthodoxe de Thessalonique (1998) fut tenue pour traiter de la question. Les relations inter- confessionnelles furent l’objet d’un examen intense dans « Principes de base sur l’attitude de l’Eglise orthodoxe russe à l’égard des non orthodoxes » adoptés au synode des évêque de l’Eglise orthodoxe russe (2000). Il est reconnu que si les tendances négatives mentionnées précédemment règnent dans les organisations inter-confessionnelles, les Orthodoxes seront obligés de les quitter. Pour cette raison, une résolution doit être trouvée dans le futur le plus proche pour savoir jusqu’à quel degré les formes de coopération inter-chrétiennes permettent une participation de représentants orthodoxes sans contredire l’esprit de l’orthodoxie. Une condition de la participation de l’Eglise orthodoxe à ces organisations inter-confessionnelles, y compris le Conseil Œcuménique des Eglises (COE) est la mise à l’écart [au sein de ces organisations] du syncrétisme religieux. Les Chrétiens orthodoxes insistent sur leur droit à confesser librement leur conviction que l’Eglise orthodoxe est l’unique Sainte Eglise catholique et apostolique, sans souscrire à la dite « théorie des branches » ; il rejette résolument toute tentative de diluer l’ecclésiologie orthodoxe.
Alors là ça se gâte :

1° les décisions à prendre sont reportées à une date ultérieure.

2° les auteurs de ses textes et ceux qui les ont approuvés semblent ignorer que le COE est une organisation prônant le syncrétisme religieux. Pourquoi donc y rester?

3° Ils semblent ignorer que le COE a pour but de réaliser l'Unité de l'Eglise alors qu'auparavant ils affirmaient croire en l'Eglise une saint catholique et apostolique du Crédo à savoir l'Eglise Orthodoxe...

4° Pourquoi ce texte ne réaffirme-t-il pas l'anathème contre l'oecuménisme, prononcé par l'ERHF (anathème en fait contre la théorie des branches). On dénonce la dite théorie mais on juge possible de demeurer au sein du COE qui en fait un leitmotiv!
L’Eglise orthodoxe exclut toute possibilité de communion liturgique avec les non-orthodoxes. En particulier, il est interdit pour un orthodoxe de participer à des actions liturgiques en lien avec les dits offices œcuménique ou inter-confessionnels. En général, l’Eglise devrait déterminer les modes d’interaction avec les hétérodoxes sur une base conciliaire, en s’appuyant sur ses enseignements, sa discipline canonique et son ????
L'ambiguïté règne dans ce paragraphe : il aurait fallu définir la communion liturgique ("liturgical communion"). Est-ce la prière commune? On dirait à lire la deuxième phrase... La logique serait donc de ne pas participer à ces communions liturgiques mais non, on ne le dit pas et on parle de déterminer les modes d'interaction bla bla bla... Très logique...

Quelle est donc cette base conciliaire? Veulent-ils repousser la décision au concile pan-orthodoxe, ce serpent de mer dont tout le monde parle mais personne ne voit?
Cependant, la possibilité de coopérer avec les hétérodoxes n’est pas exclue, par exemple pour aider les malheureux et défendre les orphelins, pour résister conjointement à l’immoralité et pour participer à des projets caritatifs et éducatifs. Il peut être approprié de participer à des cérémonies ayant du sens alors que d’autres confessions sont représentées. De plus, le dialogue avec les non orthodoxes demeure nécessaire pour leur porter le témoignage de l’Orthodoxie, pour surmonter les préjudices et vaincre les idées fausses. Toutefois,il n’est pas correcte fermer les yeux sur les différences réelles entre l’orthodoxie et les autres confessions
.

Ah la coopération avec les hétérodoxes :ça crée un très beau flou... Est-ce accepter la proposition d'alliance contre le sécularisme du Vatican... En fait, cela ressemble à un oecuménisme à la base...

Plus scandaleux, on peut croire que le dialogue porte le témoignage de l'Orthodoxie aux autres quand il se déroule à un niveau institutionnel... même si j'ignore quel théologien hétérodoxe a été converti par une réunion oecuménique ou de dialogue interreligieux... Bon admettons!

Mais comment peut-on dans un texte consacré à l’attitude de l’Eglise orthodoxe à l’égard des Hétérodoxes , ne trouver aucune indication sur la nécessité de relancer une mission orthodoxe?

Bref un texte décevant interprétable à sa guise... On pouvait s'attendre à mieux... A lire le texte, j'ai du mal à y voir une participation russe hors frontière...
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mer. 22 juin 2005 1:19

Jean serge merci de cette traduction et de ce texte important. Je n'en fais pas la même lecture que vous et le reçois avec moins d'impatience bien que comprenant vos craintes.

Une condition de la participation de l’Eglise orthodoxe à ces organisations inter-confessionnelles, y compris le Conseil Œcuménique des Eglises (COE) est la mise à l’écart [au sein de ces organisations] du syncrétisme religieux. Les Chrétiens orthodoxes insistent sur leur droit à confesser librement leur conviction que l’Eglise orthodoxe est l’unique Sainte Eglise catholique et apostolique, sans souscrire à la dite « théorie des branches » ; il rejette résolument toute tentative de diluer l’ecclésiologie orthodoxe.
Je ne trouve pas que « les décisions à prendre sont reportées à une date ultérieure. » comme vous l'écrivez.
Le texte lance un avertissement très sérieux au COE et à toute organisation inter- confessionnelle auxquels il est reproché une propagande de syncrétisme religieux. Cela n’avait jamais été aussi clairement dénoncé. Il y a eu des mises en causes relatives à la représentativité des orthodoxes face aux autres confessions mais là on appuie sur la dogmatique.
D’autre part on est bien clair sur la frontière de l’Eglise et on rejette toute proposition de noyer l’ecclésiologie orthodoxe dans un autre type de structure non canonique. Le texte proclame que l’Eglise Orthodoxe est l’unique Eglise du Christ Sainte catholique et apostolique.
En ce qui conserne l’unité de l’Eglise il a été écrit plus haut
l’Eglise du Christ est une. En tant que Corps du Christ et seule Arche du salut, en tant que pilier et fondement de la Vérité , l’Eglise ne s’est jamais divisée, n’a jamais disparu, mais a toujours, dans l’histoire entière de la Chrétienté, enseigné le pure enseignement de l’Evangile dans l’abondance des dons de l’Esprit Saint.
Je trouve que c’est clair surtout quand je lis : « Parallèlement, elle a fait de son mieux pour ramener à l’Eglise les Chrétiens séparés des autres confessions ». Cela signifie bien qu’elle considère les hétérodoxes comme n’étant pas dans l’Eglise. Cette position est encore renforcée dans le texte un peu plus loin : « La question est uniquement de savoir qui appartient à l’Eglise et qui n’y appartient pas. En même temps, le Synode accueille favorablement toutes les tentatives des hétérodoxes pour étudier l’enseignement du Christ sur l’Eglise. Le synode espère que par cette étude, tout particulièrement avec la participation de représentants de la Sainte Eglise Orthodoxe, ils [les hétérodoxes] parviendront à terme à la conclusion que l’Eglise orthodoxe, que pilier et colonne de la vérité (1 Timothée 3 :15) a préservé pleinement et sans erreur l’enseignement transmis par le Christ à ses disciples »
Le problème n’est donc pas de savoir si l’Eglise orthodoxe est l’Eglise, ce que nie la déclaration de Ratzinger sur la dénomination Eglises sœurs, ou de savoir si elle a la plénitude de la vérité, le texte l’affirme avec force. Le problème est d’en faire prendre conscience les hétérodoxes qui devront en tirer les conséquences.

L’Eglise orthodoxe exclut toute possibilité de communion liturgique avec les non-orthodoxes. En particulier, il est interdit pour un orthodoxe de participer à des actions liturgiques en lien avec les dits offices œcuménique ou inter-confessionnels. En général, l’Eglise devrait déterminer les modes d’interaction avec les hétérodoxes sur une base conciliaire, en s’appuyant sur ses enseignements, sa discipline canoniqueLà encore je trouve que c’est très clair. Seuls les textes conciliaires, disciplinaires et canoniques peuvent déterminer les modes d’interaction avec les hétérodoxes. C’est cet héritage qui sert de référence et de guide. Il n’y a rien à renier sous prétexte de contexte historique par exemple. Toute communion liturgique est exclue. On ne peut qu’avoir des activités caritatives, humanitaires, sociales communes sous réserve que ces activités ne soient pas en contradiction avec l’héritage conservé par l’Eglise orthodoxe. « une résolution doit être trouvée dans le futur le plus proche pour savoir jusqu’à quel degré les formes de coopération inter-chrétiennes permettent une participation de représentants orthodoxes sans contredire l’esprit de l’orthodoxie » Déjà les orthodoxes avaient refusé de participer aux réunions liturgiques qui suivaient les réunions de travail au sein du COE. Apparemment ces décisions se renforcent et il faut formuler un décret concernant les modalités de toute action commune. On se fait régulièrement avoir par la récupération unioniste des actions faites en commun. (l'ACAT par exemple.) Il faut donc effectivement trouver une résolution qui borde et encadre toute action qui sera menée avec des hétérodoxes.
Le texte affirme ; « il n’est pas correcte fermer les yeux sur les différences réelles entre l’orthodoxie et les autres confessions ». Les propositions d’union à la noix telles que celles faites par le groupe des Dombes aux Anglicans ne sont pas recevables.(Voir forum, rubrique Immaculée Conception, message Posté le: Mer 18 Mai 2005 2:54) Il n’y a pas de dogmatique avec un menu commun et des suppléments à la carte.

Le texte me semble dire ces choses clairement et plutôt sèchement pour une communication de ce niveau diplomatique.
Mais vous avez raison , attendons les faits. Comme disait Coluche; "c'est au pied du mur qu'on voit le ..... mur"
Dernière modification par Antoine le mer. 22 juin 2005 9:33, modifié 1 fois.

paraclésis
Messages : 133
Inscription : jeu. 09 juin 2005 20:33
Localisation : Marseille

Message par paraclésis » mer. 22 juin 2005 3:22

Je ne sais pas grand chose des multiples tentatives de rapprochement entre Moscou et ERHF. Je m'interroge devant ce texte : à qui s'adresse-t-il ? Est ce un texte donné en gage à ERHF pour démonter qu'à Moscou on pense droit ?
L'absence de mise en cause des catholiques est-ce un moment d'état de grâce (pardon pour cette expression) peu après une élection à Rome ?

Ce n'est pas seulement ce qui est dit, mais pourquoi c'est dit ce jour et vers qui, qui me parait devoir être pris en compte...
en-arké-o-logos

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mer. 22 juin 2005 9:14

L'ERHF avait lancé un anathème contre l’œcuménisme. La participation de Moscou au COE faisait partie des points qui empêchaient tout rapprochement. Il semble qu'aujourd'hui elle accepte une participation de Moscou au COE sur la seule base du dialogue inter-chrétien et rien de plus.

Il existait un nombre considérable de sectes protestantes représentées au COE, chacune ayant une voix comme les orthodoxes. Le déséquilibre n'avait donc plus de sens pour les orthodoxes. Le texte dénonce effectivement toutes ces sectes qui n'ont plus grand chose à voir avec le christianisme.

En ce qui concerne les catholiques il ne faudrait quand même pas les réduire au même niveau que ces sectes protestantes. Il faut différencier les hérésies. Le texte sait faire la part des choses. Mais face au catholicisme le texte affirme avec force que l'Eglise orthodoxe est la seule et unique véritable Eglise du Christ. De plus, les catholiques romains ne font pas partie du C.O.E. Ils préfèrent les relations bilatérales. C'est la raison il me semble pour laquelle ils ne sont pas nommément cités comme l'a relevé Jean Serge dans son qualificatif de "bizarre".

Le texte examine l'attitude à avoir vis à vis des hétérodoxes. Il est dans la continuité de celui rédigé sur le même sujet lors de l'assemblée des évêques du patriarcat de Moscou pour le jubilé. Il est proposé me semble-t-il par les commissions conjointes Moscou-ERHF pour un rétablissement de la communion. Espérons qu'il sera aussi entendu dans toute l'Orthodoxie et surtout en France et que le président de l'AEOF saura faire notres ces dispositions.

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Message par Jean-Serge » mer. 22 juin 2005 9:34

paraclésis a écrit :Je ne sais pas grand chose des multiples tentatives de rapprochement entre Moscou et ERHF. Je m'interroge devant ce texte : à qui s'adresse-t-il ? Est ce un texte donné en gage à ERHF pour démonter qu'à Moscou on pense droit ?
L'absence de mise en cause des catholiques est-ce un moment d'état de grâce (pardon pour cette expression) peu après une élection à Rome ?

Ce n'est pas seulement ce qui est dit, mais pourquoi c'est dit ce jour et vers qui, qui me parait devoir être pris en compte...
Dans le cadre des discussions entre Moscou et l'ERHF, des commissions se sont réunies et ont rédigé des documents communs approuvés par les deux églises et qui ont été publiés lundi dernier simultanément... Ils s'adressent donc à tous à fin d'information... Dès que j'ai le temps je traduirai le texte sur le sergianisme... Et les relations Eglise Etat
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

paraclésis
Messages : 133
Inscription : jeu. 09 juin 2005 20:33
Localisation : Marseille

Message par paraclésis » mer. 22 juin 2005 10:47

grand merci pur ces claires précisions.
Néanmoins, dans les négociations diplomatiques, même quand on dit s'adresser à tous, on cible souvent quelqu'un, et ce qui n'est pas dit fait partie du message : retrait d'un sujet hors des discussions ou au contraire, sujet pouvant encore faire partie de nouvelles décisions ou bien encore sujet ayant fait l'objet d'un protocole annexé au texte mais restant secret sauf pour les 2 signataires.
Incise : pour ce qui est du COE, il me semble que les nouvelles modalités de prise de décisions par consensus sont une évolution positive.
Ce n'est pas tant de faire partie du COE qui pose problème que le fait que les votes prenaient en compte un multitude de membres qui selon nos critères ne sont pas vraiment des Eglises. Là aussi c'est une déviation vue dans divers domaines qui conduit à pervertir un groupe par la modification très discutable de la liste des membres ou des droits de vote.
en-arké-o-logos

paraclésis
Messages : 133
Inscription : jeu. 09 juin 2005 20:33
Localisation : Marseille

P.S

Message par paraclésis » mer. 22 juin 2005 10:50

Merci à Jean-Serge pour ces traductions.
en-arké-o-logos

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Un texte capital sur le sergianisme

Message par Jean-Serge » mer. 22 juin 2005 20:24

Une des principales accusations adressées au Patriarcat de Moscou est celle de Sergianisme du nom du Métropolite Serge, locum tenens du Patriarcat qui signa une déclaration de fidélité au régime soviétique. Par extension, le sergianisme désigne toute collaboration de l'Eglise ou du clergé dans les ex pays communistes; la question s'est posé, je crois ou se pose aussi en Roumanie et Bulgarie. Les commissions mixtes sont arrivés au texte suivant (que je traduis avec des lourdeurs dont je m'excuse). Ce texte est lui-même un commentaire d'un autre texte commun sur les relations Eglise Etat

A noter que j'ai fait l'impasse sur les notes de bas de page... dans ma traduction

Original :

http://www.russianorthodoxchurch.ws/01n ... ntary.html
Commentary on the Joint Document of the Commissions of the Moscow Patriarchate and the Russian Orthodox Church Outside of Russia Entitled "On the Relationship Between Church and State"
One of the most important questions facing Church life in the 20th century was undoubtedly that of the relationship between the Church and state. Both Commissions deemed it necessary to speak out on one of the most tragic phenomena of recent church history, the conciliar recognition of which is necessary for the reestablishment of the unity of the Russian Church. This refers to the Declaration of the Deputy Locum Tenens of the Patriarchal Throne dated July 16/29, 1927, often called the "Declaration," and also to the ecclesiastical policies which followed under conditions of the God-battling totalitarian regime.

1. Although the publication of the "Declaration" was not the only reason for the church divisions arising in the 1920's, it is undoubtedly this document which in fact served to hasten the establishment of an administrative rift between the Church in Russia and its emigre part outside of her borders. It became for many the beginning of a spiritual separation.

2. The "Declaration" was written under unprecedented pressure from the militantly atheistic state, which threatened to completely eliminate all legal forms of church life. His Holiness Patriarch Alexy II of Moscow and All Russia said the following as early as 1991:

"Today we can say that there is untruth mixed into... the Declaration. The Declaration placed for itself the goal of placing the Church in the proper relationship with the Soviet state. But this relationship—and in the Declaration it was clearly defined as the subjugation of the Church to the interests of government politics—is incorrect from the point of view of the Church." [1].

3. The ecclesiastical policies of Metropolitan Sergius were doubtless aimed towards the preservation of the church hierarchy, which was the target of destruction by the militant atheists, and also aimed towards the possibility of administering the Mysteries.

The passage of time showed that communities refusing communion with the church hierarchy headed by Metropolitan Sergius were deprived of the possibility of survival under persecution, and those remnants that did survive could not openly confess Christ's teachings and influence the spiritual life of the people. After the Church Council of 1945, a significant portion of the "non-commemorating" clergy and laity entered the jurisdiction of the Moscow Patriarchate. Among those who remained separated from communion with the Moscow Patriarchate, the danger arose of veering into sectarianism.

4. The policies of Metropolitan Sergius enabled the reestablishment of church life during and after the Second World War.

The patriotic stance expressed in part in the "Declaration" resonated in the hearts of many members of the Russian Orthodox during the years of the Great Patriotic War. Orthodox Christians fought and struggled for the good of their homeland, as did Great Martyr George the Victory-bearer, St Theodore Stratilatos, and many holy warriors in the first centuries of Christianity, who fought to defend their pagan countries, as did St John the Damascene, who labored to benefit his country, then under Muslim control.

The activity of the bishops and pastors of the Russian Orthodox Church during the years of World War II, blessing the people in their self-sacrifice in the battle against fascism, became a shining example of the fulfillment of Christian and patriotic duty. Also recognizing the terrible danger of German Nazism were the bishops of the Russian Orthodox Church Outside of Russia, who also suffered grief from the tragic fate that befell the Russian people. It is known that Archbishop John (Maximovich), who was included among the host of saints by the Russian Church Abroad, while beyond the reach of the godless regime, performed services of supplication for the victory of his Fatherland, and made monetary collections for the needs of the troops in action.

5. The publication of the "Declaration" did not mean that the Church was of one mind with the ideology of the atheist state. An attempt was made in the document to express what the Church had stated since the first centuries of her history, from the time of the Apostles and her apologists: Christians are not enemies of the state. Still, for the godless state, Orthodox Christians remained unreliable and alien even after the publication of the "Declaration."

At the same time, the "Declaration" introduced a sharp rift within the people of the Church. There are known instances when during the interrogation of the "non-commemorating" clergymen, the persecutors of the Church referred to the "Declaration." It was then, and is to this day, a temptation for many children of the Russian Orthodox Church.

6. Over the course of the two-thousand-year history of the Church, such compromises under conditions of persecution are known. But never did those people who made compromises for the sake of preserving the legal existence of the Church, nor, of course, those who disagreed with such a policy, ever deem the path of compromise as normal, as the only path or the as natural path of the Church of Christ.

7. The martyrs and confessors who gave their lives for Christ and His Church were numerous, both among those who accepted the "Declaration" and among those who rejected it. From among one group and another, many are now among the host of saints. The actions of Metropolitan Sergius, which spurred and continue to spur so many arguments, were without a doubt dictated by the search for a way to preserve church life in the coming crucial epoch, in difficult circumstances theretofore unsee.

"The tragedy of Metropolitan Sergius lies in the fact that he attempted in earnest to reach an agreement with criminals who had wrested power." [2]

8. Both in the part of the Russian Church found abroad, and, what is very important, inside Russia as well, the "Declaration" was viewed by the people of the Church as a morbid, tragic compromise, but not as the free voice of the Church of Christ.

9. Certain chapters of a document adopted at the Council of Bishops of the Russian Orthodox Church of the Moscow Patriarchate (August 2000), formulated in complete agreement with the teachings of the Church and the Holy Fathers on the relationship of the Church and the civil authorities, were soon afterwards given a positive evaluation by the Council of Bishops of the Russian Orthodox Church Outside of Russia (October 2000).

"The Basic Social Concept of the Russian Orthodox Church," in a series of theses [3], clearly defines the principles of the ecclesiastical approach to the relationship of the Church and state. In part, it says that the Church under certain circumstances must call for civil disobedience. The "Concept" contains ideas which differ in principle from those expressed in the "Declaration."

In comparing the "Declaration" and the "Basic Social Concept," Metropolitan Kirill of Smolensk and Kaliningrad noted at the Council of Bishops of October 2004:

"The free voice of the Church, speaking with particular clarity in this conciliar document ['Concept'], gives us the opportunity to look upon the 'Declaration' in a new way. While understanding that the path chosen in 1927 on the relationship towards the state was motivated by the desire to preserve the possibility for the Church to exist legally, this path was authoritatively deemed inconsistent with the genuine norms of Church-state relations by the Council of the Russian Orthodox Church. The epoch of the imprisonment of the Church has come to an end."

In this way, the "Declaration" was seen as a coerced document which did not express the free will of the Church.

At the same time, a critical view of the above document does not equate to a condemnation of His Holiness Patriarch Sergius, and does not express an effort to besmirch his person and mitigate his First-Hierarchical service in the difficult years of the Church's life in the Soviet Union.

As His Holiness Patriarch Alexy II said in 1991, "The Declaration of Metropolitan Sergius has departed into the past, and we are not guided by it." [4].

The rejection of the course of the Russian Church in her relations with the state as reflected in the "Declaration" opens the path to the fullness of brotherly communion.
Notes de bas de page :
[1] His Holiness Patriarch Alexy II, "I Take Upon Myself the Responsibility for All That Happened," Journal of the Moscow Patriarchate, 1991, No 10, pp. 5-6.

[2] Ibid, p. 6.

[3] See, in part:

"III.V. [T]he persecuted Church is also called to endure the persecution with patience, without refusing to be loyal to the state persecuting her. Legal sovereignty in the territory of a state belongs to its authorities. Therefore, it is they who determine the legal status of a Local Church or her part, either giving her an opportunity for the unhampered fulfilment of church mission or restricting this opportunity. Thus, state power makes judgement on itself and eventually foretells its fate. The Church remains loyal to the state, but God's commandment to fulfil the task of salvation in any situation and under any circumstances is above this loyalty.

If the authority forces Orthodox believers to apostatise from Christ and His Church and to commit sinful and spiritually harmful actions, the Church should refuse to obey the state."

"III.6. ...The Church... should point out to the state that it is inadmissible to propagate such convictions or actions which may result in total control over a person's life, convictions and relations with other people, as well as erosion in personal, family or public morality, insult of religious feelings, damage to the cultural and spiritual identity of the people and threats to the sacred gift of life."

"III.8. ...[T]here are areas in which the clergy and canonical church structures cannot support the state or cooperate with it. They are as follows: a) political struggle, election agitation, campaigns in support of particular political parties and public and political leaders; b) waging civil war or aggressive external war; c) direct participation in intelligence and any other activity that demands secrecy by law even in making one's confession or reporting to the church authorities."

"IV.3. ...n the cases where the human law completely rejects the absolute divine norm, replacing it by an opposite one, it ceases to be law and becomes lawlessness, in whatever legal garments it may dress itself."

"IV.9. [W]hen compliance with legal requirements threatens his eternal salvation and involves an apostasy or commitment of another doubtless sin before God and his neighbor, the Christian is called to perform the feat of confession for the sake of God's truth and the salvation of his soul for eternal life. He must speak out lawfully against an indisputable violation committed by society or state against the statutes and commandments of God. If this lawful action is impossible or ineffective, he must take up the position of civil disobedience."

V.2. "[T]he Church preaches peace and co-operation among people holding various political views. She also acknowledges the presence of various political convictions among her episcopate, clergy and laity, except for such as to lead clearly to actions contradicting the faith and moral norms of the church Tradition." [http://www.mospat.ru]

[4] His Holiness Patriarch Alexy I, "I Take Upon Myself the Responsibility for All That Happened," Journal of the Moscow Patriarchate, 1991, No 10, p 6.



Traduction et commentaires (tous deux personnels)

Commentaire sur le Document conjoint des Commission du Patriarcat de Moscou et de l’ERHF intitulé : “De la relation entre l’Eglise et l’Etat »

L’une des plus importantes questions à laquelle dut faire face l’Eglise au 20e siècle fut sans aucun doute celle des relations entre l’Eglise et l’Etat. Les deux commissions ont considéré nécessaire de parler d’un des phénomènes les plus dramatiques de l’histoire récente de l’Eglise ; sa reconnaissance conciliaire [NDT : je ne comprends pas très bien du phénomène ou de l’histoire] est nécessaire au rétablissement de l’unité de l’Eglise russe. Nous faisons référence à la Déclaration du Locum Tenens du Patriarcat de Moscou en date du 16/29 juillet 1927, souvent appelée la « Déclaration » mais aussi aux politiques ecclésiastiques qui en ont résulté sous le régime totalitaire opposé à Dieu.


1. Bien que la publication de la “Déclaration” ne fut pas la seule cause des divisions de l’Eglise dans les années 20, il est indéniable que c’est ce document qui a en fait hâté la coupure administrative entre l’Eglise en Russie et sa partie émigrée hors des frontières. Elle [la Déclaration] est devenue aux yeux de beaucoup le début de la séparation spirituelle.


Etrange de parler de coupure administrative : il faudrait dire spirituelle avec absence de communion et parfois même non reconnaissance réciproque des mystères

2.La Déclaration fut écrite dans un contexte de pression sans précédent de la part de l’Etat athée; qui menaçait d’éliminer toute forme légale de vie religieuse. Sa Sainteté le Patriarche Alexis II de Moscou et de toutes les Russie déclara dès 1991 :

"Aujourd’hui nous pouvons dire qu’il y a des choses fausses dans la Déclaration. La déclaration se donnait comme but de définir la relation adéquate entre l’Eglise et l’Etat soviétique. Mais cette relation –et dans la Déclaration elle était clairement définie en tant que soumission de l’Eglise aux intérêts du pouvoir politique- est incorrecte du point de vue de l’Eglise."


Rien à signaler mais attendons la suite...

3.Les politiques ecclésiales du Métropolite Serge furent sans aucun doute destinées à préserver la hiérarchie de l’Eglise, qui était la cible des militants athées et aussi à rendre possible l’administration des Mystères.

Le cours du temps a montré que les communautés refusant la communion avec la hiérarchie menée par le Métropolite Serge furent privée de la possibilité de survivre à la persécution, et le reste qui survécut ne pouvait diffuser les enseignements du Christ et influencer la vie spirituelle du peuple. Après le Concile de 1945, une portion significative du clergé et du peuple refusant de commémorer le Métropolite Serge se joignit au Patriarcat de Moscou. Parmi ceux qui demeurèrent séparés de la communion avec le Patriarcat de Moscou, crût le danger de sombrer dans des attitudes sectaires.


Je suis un rien supris : les premiers chrétiens eurent à subir la persécution rude de l'Empire romain, qui saisissait les livres liturgiques, voulait empêcher le culte et de ce fait l'administration de mystères. Ils n'ont pas recourru à des manoeuvres de ce genre alors même qu'il suffisait parfois de brûler une pincée d'encens en l'honneur de l'empereur...

En gros ensuite on dit à l'Eglise des Catacombes, vous avez eu tout faux, il ne fallait pas suivre l'exemple des premiers chrétiens.

Par ailleurs, pourquoi n'évoque-t-on pas la possibilité que le Métropolite Serge aie suivi cette politique non pour le bien de l'Eglise mais simplemen pour "sauver sa peau"?

4.Les politiques du Métropolite Serge permirent le rétablissement d’une vie ecclésiale durant et après la Deuxième Guerre Mondiale.

La prise de position patriotique exprimée partiellement dans la « Déclaration » résonna dans le cœur de nombreux membre de l’Eglise orthodoxe russe durant les années de la Grande Guerre Patriotique. Les Chrétiens orthodoxes combattirent et luttèrent pour le bien de leurs pays, comme le firent le Mégalomartyr Georges, Saint Théodore Stratilatos et maints saint guerriers dans les premiers siècles du Christianisme qui combattirent pour défendre leur pays païens comme le fit Saint Jean Damascène qui oeuvra pour le bien de son pays alors sous contrôle musulman.

L’activité des évêques et pasteurs de l’Eglise Orthodoxe Russe durant la Deuxième Guerre Mondiale, bénissant le peuple dans son combat contre le fascisme, devint un exemple lumineux de l’accomplissement du devoir chrétien et patriotique. Les évêques de l’ERHF avaient conscience du terrible danger que représentaient le nazisme et l’ERHF elle-même éprouvaient une peine profonde à la vue du destin tragique qui s’abattit sur le peuple russe. Il est connu que l’Archevêque Jean (Maximovitch), qui fut canonisé par l’ERHF, célébra des moleben pour la victoire de son pays d’origine et organisa des collectes pour subevenir aux besoins des troupes du front ; il [l’archevêque] se trouvait alors à l’abri du régime athée.


Quel fin tacticien, ce métropolite Serge!

5.La publication de la “Déclaration” ne signifia pas que l’Eglise adhérait à l’idéologie de l’Etat athée. Une tentative fut faite dans ce document d’exprimer ce que l’Eglise a affirmé depuis les premiers siècles de son histoire, depuis le temps des Apôtres à celui des ses apologistes : les Chrétiens ne sont pas l’ennemi de l’Etat. Néanmoins, pour l’Etat athée, les chrétiens orthodoxes furent considérés comme « indignes de confiance » et comme des « étrangers » même après la publication de la « Déclaration ».

Au même moment, la « Déclaration » introduisit une fracture profonde au sein du peuple de l’Eglise. Il y a des cas connus où, durant l’interrogatoire de membres du clergé refusant de commémorer le Métropolite « Serge », les bourreaux faisaient référence à la « Déclaration ». C’était alors, et cela le demeure, une tentation pour bien des enfants de l’Eglise orthodoxe russe


Etrange pour une déclaration disant, de mémoire, au régime communiste : "Vos peines sont nos peines et vos joies nos joies"...

6.Tout au long des 2000 ans d’histoire de l’Eglise, de tels compromis en tant de persécution sont connus. Mais ni ces gens qui ont passé ces compromis pour préserver l’existence légale de l’Eglise, ni bien sûr ceux qui désavouaient une telle politique de compromis n’ont considéré ce chemin comme étant normal, comme étant le seul chemin ou le chemin naturel de l’Eglise du Christ.


Faut-il parler de compromis ou de compromission ou encore de trahison. Le seul chemin normal en cas de persécution est de fuir si possible, de se cacher et si on est pris le martyr. Pas de faire cette sorte de dissimulation comme les chiites qui ont la taqyia (dissimulation de leur condition de chiite en cas de persécution). Certes des gens peuvent faillir et ne pas accepter la couronne du martyr préférant la compromission. On ne va pas les rejeter en enfer pour autant, ils ont pu être réintégré dans l'Eglise mais après pénitence... Mais jusque là je ne vois aucun signe de pénitence dans ce document.

On croit même voir le contraire de ce qu'on exige lors de la confession : confesser vos péchés et ne chercher pas d'excuses à ces péchés, ne cherchez pas de justifications... A quand une confession publique et individuelle des hiérarques qui ont été impliqués dans ces compromissions et qui sont toujours en vie? A lire la suite du document elle ne viendra jamais...

7.Les martyrs et confesseurs qui donnèrent leur vie pour le Christ et son Eglise furent nombreux aussi bien au sein de ceux qui acceptèrent la « Déclaration » que parmi ceux qui la rejetèrent. Dans les deux groupes, nombre d’entre eux figurent parmi les saints. Les actions du Métropolite Serge, qui suscitèrent et continuent de susciter tant de controverses étaient sans aucun doute dictée par la recherche d’un moyen de préserver la vie de l’église en prévision des jours à venir et dans des circonstances difficiles sans précédent.

« La tragédie du Métropolite Serge consiste dans le fait qu’il tenta sérieusement de parvenir à un accord avec les criminels qui s’étaient emparés du pouvoir. » (Sa Sainteté le Patriarche Alexis II)


A nouveau, on cherche des excuses...

8.Aussi bien au sein de l’ERHF qu’en Russie, ce qui est très important, la « Déclaration » fut considérée par le peuple de l’Eglise comme un compromis morbide, tragique mais pas comme la voix libre de l’Eglise du Christ.


La question est de savoir où se trouvait l'Eglise russe libre (et où se trouve-t-elle?).

9.Certains chapitres d’un document adopté par le Synode des Evêques de l’Eglise Orthodoxe Russe du Patriarcat de Moscou (août 200), formulés en accord parfait avec l’enseignement de l’Eglise et des Saints Pères sur la relation entre l’Eglise et le pouvoir civil furent d’emblée jugées favorablement par le Synode des Evêques de l’ERHF (octobre 2000)

Le “ Concept social fondamental de l’Eglise orthodoxe russe”, dans une série de thèses, définit clairement les principes de l’approche ecclésiale en ce qui concerne la relation entre l’Eglise et l’Etat. Elle dit en partie que l’Eglise dans certaines circonstances doit appeler à la désobéissance civile. Le « Concept » contient des idées qui diffèrent en principe de celles exprimées dans la « Déclaration ».

Comparant la “Déclaration” et le “Concept Social de Base”, le Métropolite Kirill de Smolensk et de Kaliningrad fit remarquer au Synode des Evêques d’octobre 2004 :

« La voix libre de l’Eglise s’exprimant avec une clarté particulière dans ce document conciliaire [le Concept] nous donne l’opportunité de regarder la « Déclaration » d’une façon nouvelle. Nous comprenons que le chemin choisi en 1927 au sujet des relations avec l’Etat était motivé par le désir de préserver l’existence légale de l’Eglise. Cependant le synode de l’Eglise orthodoxe russe a, de façon faisant autorité, jugé ce chemin contradictoire avec les normes authentiques de la Relation Eglise Etat. La période de la captivité de l’Eglise est arrivée à son terme ».

Ainsi, la Déclaration fut considérée comme un document rédigé sous la contrainte et n’exprimant pas la libre volonté de l’Eglise.

En même temps, un regard critique porté sur ce document n’équivaut pas à une condamnation de sa sainteté le Patriarche Serge et n’exprime pas une tentative de s’attaquer à sa personne ou de relativiser son action en tant que Premier Hiérarque durant les années difficiles de l’Eglise en Union soviétique.


Oui bien sûr, canonisons-le tant qu'on y est :le Sauveur de l'Eglise russe... "C'est bizarre moi je croyais que c'était l'Eglise qui sauvait"

Comme l’a déclaré sa Sainteté le Patriarche Alexis II en 1991 : « La Déclaration du Métropolite Serge appartient au passé et nous ne la suivons pas »

Le rejet de la ligne de conduite de l’Eglise russe dans ses relations avec l’Etat tel qu’exprimée dan la « Déclaration » ouvre la voie à la plénitude de la communion fraternelle.


Une des conditions posées par l'ERHF pour la pleine réconciliation était une pénitence publique et individuelle de tous les hiérarques impliqués dans une collaboration avec le régime athée. Je crois même que le sergianisme fait l'objet d'un anathème dans l'ERHF. A présent une telle collaboration passe pour une manoeuvre destinée à préserver l'Eglise... C'est assez choquant quand on sait que certains sont morts en refusant d'apostasier et ce depuis les premiers temps de l'Eglise. On peut comprendre que les gens aient renié sous l'effet des persécutions, nul ne peut dire comment il réagirait dans un tel cas... Mais une fois la liberté revenue ne pas se repentir publiquement est un comble!

Cela ne vaut pas que pour la Russie mais pour tous les hiérarques de l'ex bloc de l'Est "qui n'ont pas trahi, qui n'ont pas fait de compromis etc". Qui cela abuse-t-il?
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

GIORGOS
Messages : 286
Inscription : dim. 30 mai 2004 6:02
Localisation : Argentine

L'ERHF

Message par GIORGOS » mer. 22 juin 2005 21:26

Je comprends très bien les craintes de Jean-Serge, craintes les plus légitimes pour ceux qui comme nous sommes membres des paroisses de l’Eglise Orthodoxe Russe (synodal), craintes lesquelles, par ailleurs, sont exacerbées par plusieurs extrémistes religieux qui sont en état de schisme non pas seulement avec l’ERHF, mais avec la totalité de l’Eglise.
En effet, nous ne pouvons pas ignorer que, au delà de la bonne ( ?) intention que ces personnages peuvent avoir de:
1.« sauver l’Eglise »,
2.« chercher une Eglise digne de moi »,
3. « plus orthodoxe que moi, tu meurs ».
4. etc., etc., etc.,

...ils , si par hasard ont une bonne théologie dogmatique [orthodoxie], ils n’ont (et apparemment ils ne peuvent pas avoir) une bonne théologie pastoral [orthopraxie]. De ici découlent une série de schismes à répétition les quels ont donné à l'aile gauche l’Ecole de Paris, l’ECOF, et à l'aile droite l’ HOCNA, la ROAC (V [alentin]) la ROCiE, la ROAC (G[régoire]) …
Ne parlons pas de la mauvaise intention de chercher sans cesse la cinquième patte au chat et de soupçonner las plus funestes motivations pour tous les agissements des membres de l’ERHF qui ne vont pas dans le même sens que ces « hyper orthodoxes » désirent.
Feu le père Séraphin de Platina a châtié pour toujours cette clase des «convers fous ».

Mais voyons, l’Eglise Orthodoxe Russe à l’Étranger et le Patriarcat de Moscou signent une déclaration commun sur la position de l’Eglise Russe face à l’œcuménisme. La déclaration exprime une position orthodoxe bien inhabituelle pour le patriarcat moscovite a propos de l’œcuménisme.
Alors, quoi ? L’éléphant s’alignant aux ordres de la fourmi ?
Est impossible de croire que Moscou cede aux exigences de l’Eglise synodal de par le pouvoir de celle-ci.
Donc il faut reconnaître que c'est bien le prestige du Synode qui fait rentrer en raisons les hiérarques moscovites.
Mais, comme joue ce prestige parmi les desseins de ces hiérarques ? Sur le plan théologique, sur le plan juridictionnel ou sur le plan politique?
Je suis bien d’accord que la appellation de « à l’étranger » est malheureuse, et bien pire la de « hors frontières ».
L’unique nom que clame justice et fait canonicité est celui de Eglise « en exil ». Comme l’a été pour l’Eglise de Chypre dans le passé.
Certes, tout n’est pas blanche comme la neige dans l’ERHF, mais elle a son faveur la plus stricte fidélité a la doctrine orthodoxe reçue de l’Eglise Russe du XIXème. siècle, ainsi qu’ aux traditions, canons et coutumes.
Mais les patriarcats historiques ainsi que quelques Eglises autonomes, ont eu préférence pour la reconnaissance de l’ « église soviétique ». Ainsi, et en premier lieu celui de Constantinople que a vu menacé son lieu d’honneur de par l’influence d’une Eglise bien épaulée par la URSS, alors première ou seconde puissance mondiale.
Et la pauvre Eglise de l’Exil a du changer son nom pour maintenir quelques petites reconnaissances et ou inter-communions, lesquelles peu à peu sont chaque fois plus discrètes.
La mission de l’Eglise synodal a ainsi été la de maintenir une petite lumière de fidélité en témoignage, préserver son troupeau, et recevoir dans son sein a plusieurs membres des autres Eglises locales en fuite face à un œcuménisme déconsidéré. Par ailleurs ce humble conduite a eu le mérite de la récolte d’un grand nombre de convers à l’orthodoxie où elle a puisé des membres du clergé.
Dans les rangs de l’ERHF l’approche du Synode avec le Patriarcat est cause de remous, et ils ne manquent de raisons.
Nous n’ignorons pas que la restauration stalinienne du Patriarcat de Moscou, bien que se basant sur l’élection du saint Patriarche Tikhon, a été teinté du sang des martyrs, de la souffrance des confesseurs et des pires compromissions de la part du métropolite Serge.
On pourrait alors légitiment demander aux hiérarques moscovites : Mais vous, vous de qui étiez les héritiers ?
Et si sincérité il y a, aura aussi reconnaissance et pénitence canoniques.
On verra a la suite.
Dernière modification par GIORGOS le ven. 24 juin 2005 4:37, modifié 1 fois.
Giorgos
SEÑOR JESUCRISTO, HIJO DE DIOS, TEN PIEDAD DE MÍ PECADOR.

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Message par Jean-Serge » jeu. 23 juin 2005 9:31

Merci GioRgios pour vos interventions qui ne manquent pas de sagesse et de modération. Votre recommandation finale, "attendons la suite" est exacte. Un concile ERHF est prévu en 2006. Entretemps, nous aurons eu le temps d'observer l'éventuelle repentance ou l'éventuelle rupture avec l'oecuménisme du Patriarcat de Moscou...

Toutefois, ces premiers documents ne me réjouissent guère... Ce serait vraiment une grande peine que l'ERHF, après avoir été la juridiction orthodoxe dans laquelle on trouvait l'expression la plus pure de l'orthodoxie, devienne progressivement "comme les autres", ce que nos amis de "l'extrême-droite" appelle une "World Orthodox jurisdiction".

Pour moi, l'appellation "Russe hors Frontière" est prestigieuse, un peu comme un bon vin; ce serait dommage que ça redescende au niveau disons d'une piquette (mauvais vin) fait d'un mélange de vins originaires de l'Union Européenne (oui ça existe c'est en vente)
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Message par Jean-Serge » jeu. 23 juin 2005 13:12

Pourquoi la publication de ces documents suscite-t-elle si peu de réactions sur le forum?
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Rapprochement entre l'ERHF et le Patriarcat de Moscou

Message par eliazar » jeu. 23 juin 2005 16:29

Jean-Serge a posé une question à laquelle il n'est jamais aisé de répondre:
Pourquoi la publication de ces documents suscite-t-elle si peu de réactions sur le forum?
Pour ma part, j'ai suivi avec intérêt la publication de ces documents, et je l'en remercie vivement. Mais je ne suis pas entièrement d'accord avec ses regrets. Tout cela me semble bien théorique. Et c'est pourquoi en ce qui me concerne, je ne voyais aucun motif à répondre. Pour dire quoi ?!

J'ai vécu l'Occupation (j'avais 12 ans) jusqu'à la Libération du territoire français (j'en avais 17). J'ai vécu ces années au sein d'une communauté formée au deux tiers de Russes Blancs. Certains de mes camarades d'enfance se sont engagés dans l'armée Vlassov et ont combattu sous l'uniforme nazi "pour aider Hitler à remettre le Tzar sur le trône de la Sainte Russie". Je préfère ne pas dire ce qu'ils ont payé pour cette énorme naïveté.

L'année du suicide de Hitler, qui était celle de l'entrée en masse des armées US en Europe, des molieben ont encore été célébrés pour Hitler dans des églises russes, en France.

Ensuite sont arrivées des délégations soviétiques incitant les Russes émigrés sur la Côte d'Azur à revenir enfin dans la Mère Patrie. Les plus intelligents ont pris le bateau pour les USA - et quelques autres se sont laissés piéger. Je préfère ne pas dire ce qu'ils ont payé pour cette énorme naïveté.

Certains des saints prêtres russes de mon enfance ont célébré ces molieben pour Hitler, et parfois les mêmes en ont célébré ensuite pour Staline. Et ils sont tous, aujourd'hui, là où sont leurs pères...

Mes 17 ans en ont tiré une conclusion dont je ne me suis pas encore entièrement défait : l'idéal, le patriotisme, la fidélité à un régime ou à une terre natale, tout cela est affaire d'enthousiasme et non de sagesse. "Mourir pour la Patrie est le sort le plus beau" a écrit un poète bien de chez nous, mais il s'est bien gardé de le faire en ce qui le concernait.

De toute manière, on peut humainement pleurer les amis de jeunesse trop tôt disparus, bêtement sacrifiés sur l'autel de ces idoles passagères - cela ne change rien à la véritable finalité de la vie. Pour un Chrétien, elle est de rejoindre, à travers le désert de ce monde-ci, le Royaume du Christ. Tout le reste, ce sont finalement des accidents de parcours, et il est trop facile de stigmatiser ceux qui ont fait ce dont nous ne sommes pas tellement certains de ne pas en avoir fait autant - si nous avions été dans les mêmes situations. Comment dit-on pharisiens, en serbe, ou en russe ?

N'étant pas Russe, j'observe avec amitié les efforts du Patriarcat de Moscou pour créer un grand diocèse de tradition russe qui regrouperait toutes les églises (de l'ERHF, du Patrairacat, ou de Constantinople) actuellement éparses. Mais ce n'est pas mon affaire personnelle : je me garde donc de prendre part à ce débat, malgré l'excellent ami qui s'efforce de m'en tenir au courant.

Je conçois pourtant que si cette grande union européenne de l'orthodoxie d'origine russe réussissait, elle pourrait être le germe d'une orthodoxie locale où nous nous retrouverions tous, à terme, sous un seul évêque par diocèse local ! Russe, Sénégalais, Chinois, Français ou Moldo-Valaque, cela ne m'intéresse que peu - il serait le très bienvenu !

Mais je sais aussi que ce "elle pourrait" ne veut rien dire (que le désir que j'en ai), car cela dépendra de bien d 'autres paramètres ; notamment de la quasi claustrophilie nationaliste de bien des paroisses orthodoxes d'origine russe ou grecque ou etc. actuellement répandues sur le petit territoire du petit pays qu'est devenue la France. Je les vois (partout où je suis allé) bien décidées à rester russes, grecques ou etc. Et je me défie de mon espoir de voir cela changer avant ma mort terrestre ! Vanité des vanités, tout n'est que vanité, disait déjà l'Ecclésiaste.

Alors, je trouve bien à côté de la plaque cette jolie remarque de Jean-Serge :
" ...Mais comment peut-on dans un texte consacré à l’attitude de l’Eglise orthodoxe à l’égard des Hétérodoxes , ne trouver aucune indication sur la nécessité de relancer une mission orthodoxe? "
Cher Jean-Serge, je crois depuis de longues années que la première mission orthodoxe serait bien venue pour enseigner la foi orthodoxe aux orthodoxes d'abord - avant de faire entrer les hétérodoxes dans notre pétrin actuel.

Et surtout, je ne trouve aucun passage dans les quatre Évangile qui me permette de penser que le Christ aurait pris pour argent comptant toutes ces discussions diplomatico-doctrinales pour ou contre le Patriarche Serge.

Qui était vraisemblablement un pauvre pécheur comme nous tous. Et pas plus enclin que nous tous à trouver du premier coup la réponse parfaite à cette situation inextricable qui était la sienne et celle de l'Église en Union Soviétique en ces années-là.

Qui sommes-nous donc devenus (de très grands saints ???) pour exiger avec tant d'aplomb que tous les hiérarques qui ont pactisé avec le pouvoir athée fassent pénitence publique ? Que faisons-nous, avec nos pouvoirs actuels ?!

Il y avait au désert d'Égypte un moine qui cachait dans sa cellule une femme. Son père spirituel l'apprit, car tous les autres moines, peut-être jaloux de la sainteté de leur monastère, mais peut-être aussi jaloux tout court, clabaudaient à qui mieux mieux. Derrière le dos de l'accusé, bien sûr.

Alors le vieux moine prit le parti d'y aller voir et de demander à son fils spirituel si c'était vrai. Le jeune moine avoua que oui, et le vieil ascète dit à la femme de sortir de derrière le rideau qui la cachait depuis son entrée dans la cabane. Elle sortit, plus morte que vive, et le vieillard la fit entrer dans une jarre d'eau qui était vide; il remit le couvercle sur la jarre et s'assit dessus. Quand la foule des autres moines en colère entra, elle ne trouva aucune femme et s'en alla comme elle était venue.

Le père fit sortir la femme nuitamment, et lui recommanda de retourner chez elle et de ne plus revenir troubler le monastère. Et il confessa le jeune moine.

Je ne sais plus comment il s'appelait. Peut-être Jean ou Paul ou Jacques - peu importe. Aurait-il fallu qu'au lieu d'agir ainsi, le vieux père spirituel nous transmette son nom sous la forme de jeannisme, de paulisme ou de jacquisme ? Et que nous en fassions une hérésie de plus ?

J'aime beaucoup la vielle formule : Va et ne pèche plus...

Bon. Et si on parlait d'autre chose que des pailles dans l'oeil du voisin ?
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Re: Rapprochement entre l'ERHF et le Patriarcat de Moscou

Message par Jean-Serge » jeu. 23 juin 2005 18:10

Tout le monde m'a l'air bien désabusé... Je pense à Giorgios et Eliazar. C'est peut-être leur long vécu orthodoxe ou vécu tout court qui leur a appris que cela ne sert à rien de s'agiter dans tous les sens... Vous avez peut-être raison...
eliazar a écrit : Qui sommes-nous donc devenus (de très grands saints ???) pour exiger avec tant d'aplomb que tous les hiérarques qui ont pactisé avec le pouvoir athée fassent pénitence publique ? Que faisons-nous, avec nos pouvoirs actuels ?
A une époque, la confession était publique : pour une personne ayant une charge publique ce n'est pas illogique. Je dois dire que la question du clergé qui avait apostasié en cas de persécution s'est toujours posée une fois le calme revenu... Depuis les premiers siècles du christianisme...

Moi aussi j'aime la formule "va et ne pèche plus" : mais elle est conditionnée par une repentance préalable...

Je précise auprès d'Eliazar (mais je n'ai pas encore traduit le document), que l'intégration de l'ERHF dans le Patriarcat de Moscou se fera sous la forme d'une métropole autonome au niveau mondial recevant le chrême du Patriarcat de Moscou... L'ERHF n'est donc pas concernée par ce projet d'une métropole unique en Europe occidentale...

Je tiens à préciser que je ne suis pas russe, je n'appartiens pas juridictionnellement à une Eglise russe ou de tradition russe... mais que je m'interroge simplement sur certaines évolutions... L'Eglise orthodoxe est le Corps du Christ, il n'est pas inintéressant de se préoccuper de ce qui se passe dans les autres membres. Je considérais et considère encore l'ERHF comme un des membres les plus sain(t)s, une sorte de modèle à suivre pour bien d'autres juridictions... Ce serait dommage qu'un tel luminaire s'éteigne de là mes réactions d'inquiétude (voire de panique?)
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

eliazar
Messages : 806
Inscription : jeu. 19 juin 2003 11:02
Localisation : NICE

Rap^prochement entre l'ERHF et le Patriarcat de Moscou

Message par eliazar » jeu. 23 juin 2005 20:53

Cher Jean-Serge, rien d'étonnant à ce que mon long vécu te semble m'avoir rendu blasé. C'est une tarte à la crème. Mais revenons à l'Église Orthodoxe. Je vais te paraître un affreux contempteur des organisations terrestres, fut-ce les plus saintes - mais sans le moindre mépris pour elles (j'admire plutôt que les hommes qui la composent ne se prennent pas davantage au sérieux, devant les flagorneries dont nous les encensons ) je ne crois pas que ni les Église nationales les plus anciennes et les plus doctrinalement sûres, ni l'ERHF elle-même, toute auréolée qu'elle soit du sang des néo-martyrs (comme furent avant elle les Églises grecque et arménienne) soient vraiment capables de s'élever suffisamment au-dessus des désirs de pouvoir et de gloriole.

Je veux dire par là que ce rapprochement entre ERHF et Patriarcat de Moscou, tout comme à l'inverse les tiraillements entre Patriarcat de Constantinople et Église de Grèce, ne m'inspirent pas suffisamment de confiance pour que je chante : "Cocorico, les héros de l'Orthodoxie sont là".

Pour moi l'Église Orthodoxe est l'Église des Hésychastes, et des Martyrs, et des Pauvres de Dieu - de tous ces saints anonymes que nous découvrirons avec effarement, au grand Jour du Jugement - et pas des Monsignori, toute l'année couverts de titres ronflants comme les académiciens français le sont de broderies dorées, lrosqu'ils vont en séance solennelle.

Dieu veuille tourner en Bien toutes les petites astuces humaines de ceux qui font diplomatie dans les couloirs des Patriarcats ! Mais je ne puis qu'admirer la belle juvénilité d'une exclamation comme ton :
" ...Je considérais et considère encore l'ERHF comme un des membres les plus sain(t)s, une sorte de modèle à suivre pour bien d'autres juridictions... Ce serait dommage qu'un tel luminaire s'éteigne..."
Même dans d'aussi saintes Églises (saintes de la sainteté de Dieu, mais aussi de quelques-uns des plus proches de Dieu parmi leurs membres), les dessous des actes posés ou projetés tournent vite à l'aigre. Et même dans l'ERHF, on a vu des manoeuvres assez écoeurantes encore récemment. Nous sommes tous pécheurs, et l'oublier n'est pas de mise si nous voulons vraiment:
1° nous rapprocher un peu du Royaume avant la fin de l'épreuve
2° aider aussi (fraternellement, et plus encore filialement) nos hiérarques à en faire autant.

Car nous avons le double devoir de faire notre salut (pour autant que nos oeuvres y aient leur petite place à l'ombre lumineuse de notre foi orthodoxe), et d'aider nos frères à faire le leur aussi. Ce en quoi la flatterie ne sert à rien, bien au contraire. C'est avec un baiser que Judas a livré son Maître.

Je ne crois pas qu'il y ait là quelque chose comme un désabusement. C'est plus souvent un amour brûlant que celui qui refuse d'admirer ce qui ne doit pas l'être. Et en tout cas, le petit enfant qui dans la foule a osé crier que le Roi était nu (c'est H.C. Andersen qui l'a entendu et nous l'a redit) a plus fait pour ce royaume terrestre-là que ceux qui l'appelaient Sire, Monseigneur, Vladika ou que sais-je encore ... moi qui ne parle pas danois.

C'est hélas en ceci que je risque bien de te scandaliser : que je ne vois pas plus de faute (de faute profonde, de faute indélébile devant Dieu) dans le Métropolite Serge du soi-disant sergianisme, que dans les Bartholoméos, Christodoulos ou autres qui font ce qu'il leur est possible de faire - et cela, même quand il me semble évident (à moi, la nullité) qu'ils ne font pas ce qui leur serait un devoir de faire.

Et au risque de me répéter : "Sommes-nous donc devenus de si grands saints que nous puissions jeter la première pierre à nos propres morts ?"

Ne vaut-il pas mieux laisser les morts enterrer les morts ? Et laisser à ceux qui aiment à se frapper la poitrine en public pour se faire admirer, le soin de faire des mea culpa médiatiques pour leurs "compromissions" passées ?

Les Juifs qui voulaient lapider la femme adultère furent plus avisés, qui se retirèrent un par un - en commençant ... par les plus âgés, Jean-Serge !

Tu as écrit :
"...Moi aussi j'aime la formule "va et ne pèche plus" : mais elle est conditionnée par une repentance préalable... "
C'est bien ici qu'il faut éviter tout jésuitisme. Que savons-nous de la repentance des autres ???!!!
< Demeurons dans la Joie. Prions sans cesse. Rendons grâce en tout... N'éteignons pas l'Esprit ! >

Répondre