CONDOLEANCES POUR JEAN PAUL II

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

GIORGOS
Messages : 286
Inscription : dim. 30 mai 2004 6:02
Localisation : Argentine

CONDOLEANCES POUR JEAN PAUL II

Message par GIORGOS » lun. 04 avr. 2005 5:26

+
Mes cher amis,

C'est bien, bien, nous nous associons au deuil des latins en les exprimant notre commisération sur sa douleur par la mort de Jean Paul II.
C'est bien, bien, nous prions par le salut du défunt… Dieu est très miséricordieux et si sur son lit de mort il s’est repenti de ses plusieurs erreurs doctrinaux (hérésies) et de la maintien du schisme, malheureusement il n’a pas pu dire mot pour réparation de la chrétienté occidentale, mais toutefois le Seigneur « loue la bonne intention » comme le dit St. Jean Bouche d’Or dans son Sermon de Pâques.
C'est bien, bien, Notre Seigneur a dit que nous devons aimer même nos ennemis, et ainsi c’est notre devoir, un vrai devoir de charité prier par feu le prince théocrate du Vatican. Et dans les niveaux diplomatiques, et gouvernementaux ou de relations
internationaux il faut au moins le plus mince part de discrétion et de silence.
C'est bien, bien, que le patriarche Bartholomée exprima dans sa lettre de condoléance sa douleur personnelle et sa sympathie par les latins c’est son droit (son droit et non pas son devoir absolu)… MAIS qu’il l’appelle « BIEN AIME FRÉRE EN CHRIST » et « HOMME DE TRADITION » c’est déjà un abus de langage.
Du même, l’évêque d’Istambul dit que « les orthodoxes garderont un très bon souvenir de ce pape » parce que « sa mort est une perte non seulement pour son Église, mais pour tous les chrétiens ainsi que pour toute la communauté internationale en général, qui aspire à plus de paix et de justice »,… ¡QU’IL LE DISE AUX CHRÉTIENS ORTHODOXES DE KOSSOVO ET METOHIJA ! ceux ci oui, étant des vrai frères en Christ, et non pas l’hérésiarque du Vatican, vrai moteur des arriano-franks de l’Allemagne et de l’Autriche pour la réconnaisance de la Croatie contre la Serbie martyr, dis je...
Dans l’Amour du Christ,
Giorgos



PS. Vous pouvez voir le Message, ainsi qu'autres de deux ou trois hiérarques, dans la site du SOP.
Dernière modification par GIORGOS le ven. 10 juin 2005 6:41, modifié 4 fois.
Giorgos
SEÑOR JESUCRISTO, HIJO DE DIOS, TEN PIEDAD DE MÍ PECADOR.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » lun. 04 avr. 2005 17:17

Veuillez m'excuser. En corrigeant l'orthographe de mon message j'ai effacé par inadvertance celui de Thomas
Le voici ci-dessous:

Thomas a écrit :"Giorgos, ce n'était vraiment pas la peine de vous forcer (visiblement) à rédiger ce message de condoléances aux (rares) catholiques qui fréquentent
ce forum...

On sent dans vos propos et dans ceux de vos amis un mépris (pour ne pas dire une haine) immense pour l'Eglise romaine ; c'est votre droit.

Mais il ne faut vraiment pas vous sentir obliger d'exprimer une sympathie visiblement peu profonde envers notre défunt Saint Père...

Quant à votre signature, je crains qu'on ne puisse guère en trouver d'exemples sur ce forum, en particulier dans la conception des relations
entre l'Eglise romaine et l'Eglise orthodoxe qu'expriment fréquemment les intervenants de ce forum...

En tout cas je suis touché, en qualité de catholique, des messages de condoléances adressés par les patriarches orthodoxes ;
ils étaient très certainement plus sincères que le vôtre. Au moins vos amis ont eu la délicatesse de ne pas s'exprimer sur le sujet...

In Christo,

Thomas."

Réponse:

Pour ma part je m'associe tout à fait aux propos de Georgos.

On sent dans vos propos et dans ceux de vos amis un mépris (pour ne pas dire une haine) immense pour l'Eglise romaine ; c'est votre droit.
Il n'y a aucune haine envers les personnes mais envers l'idéologie catholique romaine qui est une lourde somme d'hérésies.
Ce n'est pas de la haine que d'écrire que la communauté catholique romaine n'est pas une Eglise, qu'elle n'a pas de succession apostolique et qu'elle est séparée de toute L'Eglise du Christ, et que seule l'Eglise orthodoxe a conservé intact le dépôt de la foi. Nous avons tous les arguments théologiques pour cela, les écrits des Pères et les actes des conciles oecuméniques.
Mais il ne faut vraiment pas vous sentir obliger d'exprimer une sympathie visiblement peu profonde envers notre défunt Saint Père...
On peut prier pour la personne et haïr sa fonction. C'est ce que tous les saints Pères ont toujours préconisé: <<Il faut haïr l'hérésie et aimer l'hérétique>> écrivent-ils sans cesse. Nous n'avons aucune sympathie pour la papauté, son institution, son double langage permanent, ses mensonges, ses déviances dogmatiques, sa médiatisation outrancière et sa propagande perpétuelle. On peut aussi concevoir que la personne qui accède à cette fonction et accepte d'en assumer la charge comme Jean Paul II l'a fait, est aussi très énigmatique. Un grand pape sera celui qui rectifiera toutes les hérésies dogmatiques et ecclésiologiques professées par le catholicisme romain depuis 1000 ans et qui oeuvrera ainsi à la communion dans la vérité de la foi avec l'orthodoxie. En dehors de cette voie il restera toujours un détracteur de l'Eglise. Jean Paul II aura été le pape de la division et c'est à la diffusion de l'image contraire que se seront attelées à répandre avec succès les propagandes papale et papiste.

Quant à la personne même de Jean-Paul II sa fonction ne l'obligeait pas à canoniser Stépinac par exemple. Nous pourrions citer encore beaucoup d'exemples qui montrent que l'individu est très loin de la propagande médiatique qu'il a mise en place. Mais le jour n'est pas à ce genre de bilan. Le rôle du Vatican dans l'écrasement et le démantèlement de l'Eglise aura été très important sous son pontificat. Il aura été un des pires ennemis de l'Orthodoxie.

La mise en scène de sa fin de vie est inacceptable. Elle montre à quel point la manipulation médiatique est inversement proportionnelle à l'attitude spirituelle juste. De plus elle s'appuie sur cette fausse théologie abominable de la satisfaction qui n'a jamais quitté le catholicisme romain et que le pape ratifie par une médiatisation outrancière de ses souffrances. Nous respectons ses souffrances et en dénonçons la médiatisation.
Quant à votre signature, je crains qu'on ne puisse guère en trouver d'exemples sur ce forum, en particulier dans la conception des relations entre l'Eglise romaine et l'Eglise orthodoxe qu'expriment fréquemment les intervenants de ce forum...
Cette phrase est incompréhensible.
En tout cas je suis touché, en qualité de catholique, des messages de condoléances adressés par les patriarches orthodoxes ; ils étaient très certainement plus sincères que le vôtre.
Ne nous leurrons pas. Il est de bon ton en de telles occasions de pas exacerber les situations conflictuelles. Le patriarche de Moscou a toujours refusé de recevoir Jean-Paul II en Russie de son vivant. Ceci est plus significatif dans l'histoire des relations entre l'eglise et la communauté catholique romaine qu'une simple lettre de circonstances.Dans un autre registre, force est de constater que
le président Bush n'a pas été ému par le pape au point de ne pas déclencher une guerre en Irak non plus. Il y a des émotions post mortem qui coûtent moins que celle qu'il aurait pu avoir du vivant de son interlocuteur: il peut se sentir maintenant ému par sa mort, politique et médiatisation obligent. Alors soyons sérieux et remettons les choses à leur juste place. Rendons à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.

Au moins vos amis ont eu la délicatesse de ne pas s'exprimer sur le sujet...
Et bien voilà, maintenant c'est fait. Alors indélicatement votre.
Dernière modification par Antoine le lun. 04 avr. 2005 22:17, modifié 2 fois.

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Comment cela se fait-il pratiquement?

Message par Jean-Serge » lun. 04 avr. 2005 17:30

Je lis dans le message de l'Evêque Emmanuel :

"vous assurant que dans toutes nos églises des prières seront élevées pour le repos de l'âme du défunt évêque de Rome. Que sa mémoire soit éternelle !"

(source : http://www.orthodoxpress.com/nouvelles.php3?page=1)

-Comment cela se fait-il en pratique? Je crois que les pannychides (excusez une éventuelle faute d'orthographe) sont réservés aux seuls orthodoxes.

- Peut-on chanter Mémoire éternelle pour un hétérodoxe après la Divine liturgie?

Que s'est-il passé dans vos paroisses orthodoxes respectives?

Autre surprise : "À Bucarest, le primat de l'Église orthodoxe de Roumanie, le patriarche THÉOCTISTE, lui même âgé de 90 ans, a salué, lors d'une célébration de requiem à l'issue de la liturgie dominicale, le 3 avril, "la mémoire d'un homme merveilleux".

source : http://www.orthodoxpress.com/nouvelles.php3?page=2

Qui a célébré le requiem? Les catholiques roumains et le patriarche y a assisté? Le texte laisse à penser que ce sont les orthodoxes qui l'ont célébré...
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » lun. 04 avr. 2005 18:40

Thomas a écrit :En tout cas je suis touché, en qualité de catholique, des messages de condoléances adressés par les patriarches orthodoxes ;
ils étaient très certainement plus sincères que le vôtre.
Alors voici les lettres:

--------------------------------------------------------------------------------

Les condoléances du patriarche Alexis de Moscou et de toute la Russie à l'occasion du décès du pape Jean-Paul II

Le dimanche 3 avril 2005 le patriarche Alexis de Moscou et de toute la Russie a adressé au cardinal Joseph Ratzinger, le doyen du collège des cardinaux, le message de condoléances à l'occasion du décès du pape Jean-Paul II.

Éminence, permettez-moi d'exprimer à vous et à tout le Plérôme de l'Église catholique romaine mes condoléances sincères pour le décès de Sa Sainteté, Jean-Paul II, le pape de Rome. Nous souffrons avec vous pour cette perte qu'a subie l'Église catholique romaine.

Le primat regretté de l'antique chaire de Rome s'est distingué par sa fidélité au chemin choisi depuis l'adolescence, par sa volonté ardente de servir et de témoigner en tant que chrétien. Malgré sa grave maladie, il est resté fidèle à son devoir, en prenant courageusement soin de ses ouailles jusqu'à la fin de ses jours. Sa persévérance dans les souffrances, accompagnée de la prière et de l'espoir dans la volonté du Seigneur miséricordieux, a été un exemple inspirant pour de nombreuses personnes.

Le pontificat de Sa Sainteté Jean-Paul II a marqué une véritable époque aussi bien dans la vie de l'Église catholique romaine que dans l'histoire contemporaine. La personnalité du pape regretté, son ouvre et ses idées ont eu un grand ascendant sur le déroulement des évènements dans le monde.

J'espère que la nouvelle étape qui commence pour l'Église catholique romaine contribuera à rétablir entre nos Églises le respect mutuel et l'amour fraternel et chrétien.

J'adresse mes prières au Vainqueur de la mort et le Maître de la vie, notre Seigneur Jésus-Christ, pour le repos de l'âme de Sa Sainteté le pape Jean-Paul II dans la demeure des justes.

Que sa mémoire soit éternelle!


Le message du métropolite Kirill de Smolensk et de Kaliningrad au cardinal Joseph Ratzinger à l'occasion du décès du pape Jean-Paul II

Éminence, c'est avec une grande douleur que j'exprime à vous et à tout le Plérôme de l'Église catholique romaine mes condoléances pour le départ vers les demeures du Seigneur de Sa Sainteté le pape Jean-Paul II.

Les longues années du ministère de Sa Sainteté en tant que Primat de l'Église catholique romaine ont marqué une étape très importante dans l'histoire contemporaine. Les jugements du pape regretté sur de nombreuses questions concernant la vie de la société, l'affermissement dans la société des éternelles valeurs du christianisme, la nécessité de la renaissance du rôle éthique des chrétiens dans le contexte du monde sécularisé d'aujourd'hui ont trouvé un écho favorable dans notre Église.

Les derniers jours de Jean-Paul II ont valu au pape le respect de tout le monde. La foi ferme, la patience inébranlable dans les souffrances ont incité les millions de personnes à s'émerveiller devant le courage de cet homme.

J'espère sincèrement que dans l'avenir le souvenir du pape regretté contribuera à l'édification des bonnes relations entre nos Églises et sera un gage pour la résolution des difficultés existantes.

Je prie le Seigneur pour le repos à l'âme de Sa Sainteté le pape Jean-Paul II.


---------------------------------------------------------------------------------

Vous voyez, Thomas, je retiens dans la lettre du patriarche ceci:
<<J'espère que la nouvelle étape qui commence pour l'Église catholique romaine contribuera à rétablir entre nos Églises le respect mutuel et l'amour fraternel et chrétien.>>
Voilà cette position tournée vers l'avenir et vers l'élection du futur pape. Cette phrase en dit plus long que tout le reste de la lettre qui lui est circonstancié. Il s'agit bien d'un rétablissement. Et rétablissement de quoi si ce n'est de l'Eglise indivise du 1er millénaire que Rome a quittée? En quoi <<le respect mutuel et l'amour fraternel et chrétien>> sont -ils détruits aujourd'hui? Et par qui? Il y a des reproches que l'on peut formuler en termes de souhaits n'est-ce pas, cela ouvre davantage la porte. Mais sans doute votre émotion vous empêche-t-elle de lire entre les lignes.
Et que le dit le Métropolite Kyrill:
<<J'espère sincèrement que dans l'avenir le souvenir du pape regretté contribuera à l'édification des bonnes relations entre nos Églises et sera un gage pour la résolution des difficultés existantes.>>N'est-ce pas la même chose autrement formulée? Dans ce souvenir du "pape regretté" ne faut il pas revenir essentiellement sur ce qu'il n'a pas voulu réaliser: le retour à une profession commune de la foi? Et s'il convient "d'édifier" de bonnes relations n'est ce pas dire qu'elles sont mauvaises aujourd'hui? N'est-ce pas ce qu'on appelle en stylistique un "euphémisme"? ( "eu" = "bien" et "phémé" = "parole") Et là encore, il y a des reproches que l'on peut formuler en termes de souhaits n'est-ce pas, cela est plus diplomatique ou "fraternel". Bien sûr l'heure n'est pas encore au bilan. Laissons les morts enterrer les morts. Mais il faut y penser sérieusement lors de l'élection du prochain pape...

GIORGOS
Messages : 286
Inscription : dim. 30 mai 2004 6:02
Localisation : Argentine

UNE CONFUSION..."SALUTAIRE"...

Message par GIORGOS » lun. 04 avr. 2005 20:11

+
Cher ami Thomas,
Je vous prie, mon ami, de m’excuser si ma lettre vous a blessé. Mais vous voyez, ce n’est pas la mienne la seule opinion sur la personnalité du défunt pape et sur son « office » qui vous choquera…
Malheureusement, et je dois vous le dire, j’ai envoyé mon message avec le titre « Condoléances pour Jean Paul II » qu’on prêtait a confusions (ou a soupçonner d’ironie), quand je aurais dû écrire « Condoléances du patriarche Batholomée » ce qui rétablirait le sens de mon courrier. Il s’agit d’un blâme au patriarche pour avoir surpassé les limites de la politesse en compromettant l’orthodoxie, et non pas d’un reproche au défunt, qui est un parfait étranger à l’Église, et c’est pourquoi il ne mérite pas d’être nommé « frère dans le Christ » étant seulement un « frère dans Adam », par son qualité d’humain.
En effet, le pape du Vatican -n’étant pas baptisé dans le sein de l’Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique- ce n’est pas aux yeux de l’orthodoxie chrétienne même un laïc !...
Les latins –par malheur- ont la coutume de croire que son pape c’est le chef de toutes les « églises », chrétiennes ou non, comme on peut le lire dans les journaux de ces jours ci, du type : « les bouddhistes prient pour J P II… », et dans ce sens il aurait beaucoup a dire, au moins comme signe d’un œcuménisme « spiritualiste » larvé.
Voyez vous? Je ne maîtrise pas votre belle langue, et une confusion à donnée lieu a qu’une lettre rédigée avec franchise et destinée aux lecteurs orthodoxes, on la prenait pour un peu sincère message de condoléance aux latins… Mais et au même temps cette confusion a permis un échange de lettres que je pense que vous sera éclaircissant.
Dans l’Amour du Christ,
Giorgos
Dernière modification par GIORGOS le ven. 10 juin 2005 6:45, modifié 1 fois.
Giorgos
SEÑOR JESUCRISTO, HIJO DE DIOS, TEN PIEDAD DE MÍ PECADOR.

Claude le Liseur
Messages : 4133
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » lun. 04 avr. 2005 20:51

Thomas a écrit :"Giorgos, ce n'était vraiment pas la peine de vous forcer (visiblement) à rédiger ce message de condoléances aux (rares) catholiques qui fréquentent
ce forum...

On sent dans vos propos et dans ceux de vos amis un mépris (pour ne pas dire une haine) immense pour l'Eglise romaine ; c'est votre droit.

Mais il ne faut vraiment pas vous sentir obliger d'exprimer une sympathie visiblement peu profonde envers notre défunt Saint Père...

Quant à votre signature, je crains qu'on ne puisse guère en trouver d'exemples sur ce forum, en particulier dans la conception des relations
entre l'Eglise romaine et l'Eglise orthodoxe qu'expriment fréquemment les intervenants de ce forum...

En tout cas je suis touché, en qualité de catholique, des messages de condoléances adressés par les patriarches orthodoxes ;
ils étaient très certainement plus sincères que le vôtre. Au moins vos amis ont eu la délicatesse de ne pas s'exprimer sur le sujet...

In Christo,

Thomas."

Thomas, en un seul message vous avez franchi plusieurs fois la ligne rouge de ce qui est admissible dans une discussion et vous me forcez à me départir de l'irénisme dont je tente toujours de faire preuve ici. Mais, que voulez-vous, il y a des limites à ce que l'on peut se permettre d'aller faire chez les autres.

Dans votre message du 8 novembre 2004 à 14 heures 18, vous nous écriviez: "Je suis catholique de coeur et de traduction, quoique à vrai dire je ne sois pas (encore) baptisé et par conséquent non pratiquant." Vous avez peut-être été baptisé ou êtes entré en catéchuménat depuis, mais, autrement, vous n'êtes pas catholique romain au sens religieux du terme (puisqu'il semble aussi y avoir un sens politique, au moins chez Maurras et Me Eric Delcroix) et je ne comprends pas pourquoi vous parlez ici au nom des catholiques. Ou alors, ce serait la vénération du Saint-Père et non plus le baptême qui ferait l'appartenance à l'Eglise catholique romaine.
Vous pourriez au moins avoir un peu de curiosité - je ne dis pas de compréhension, ce serait sans doute trop vous demander au vu de l'extrême agressivité, voire haine, de votre message de cet après-midi - de vous intéresser à la démarche de ce qui ont un jour expérimenté que la fidélité à Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, à son Eglise, à son Baptême et à la Parole de Dieu passait précisément avant la fidélité à votre Saint-Père. Je ne juge pas vos priorités; alors ne jugez pas celles des autres.

Mais de toute façon, il n'est pas besoin d'être chrétien pour garder à l'esprit le principe de politesse élémentaire que l'on ne va pas dans la maison des autres pour les agresser. Ce forum orthodoxe n'a pas été conçu pour vous permettre de casser de l'orthodoxe. Ni Giorgos, ni moi, ni aucun orthodoxe n'est responsable du rappel à Dieu de votre Saint-Père; alors ne venez pas ici pour chercher des boucs émissaires.

Je dois dire que je suis surpris qu'un étudiant en histoire comme vous ne cherche pas plus à s'informer et réponde par des invectives au rappel douloureux, mais fondé, que Giorgos a fait de la responsabilité écrasante de Jean-Paul II dans le déclenchement du conflit yougoslave, dont il fut tout de même l'un des principaux responsables avec Helmut Kohl. Votre douleur d'avoir perdu votre Saint-Père ne vous rend peut-être pas, à l'heure actuelle, ouvert à la souffrance endurée par les autres, mais force est de constater que Giorgos a rappelé une responsabilité personnelle du défunt pape, et ne l'a pas accusé de choses dans lesquelles il n'avait pas joué de rôle (comme par exemple, le génocide rwandais et sa préparation, où il est bien évident que Jean-Paul II ne pouvait avoir de responsabilité dans les agissments de Mgr Perraudin et de ses successeurs). Il est dommage qu'un homme comme Jean-Paul II, qui avait de grands mérites, ait joué un rôle aussi néfaste dans la destruction d'un pays. Mais, au moins, Giorgos ne se comporte pas comme Michel Onfray qui, dans son récent Traité d'athéologie, essaie d'impliquer Jean-Paul II dans le génocide rwandais, comme si le pape avait été responsable de la politique de l'épiscopat rwandais, comme si les supérieurs savaient toujours ce que font leurs subordonnés. En toute équité, vous devriez vous en prendre à Michel Onfray plutôt qu'à notre ami Giorgos.

Mais là où vous m'avez franchement choqué, et ce n'est de nouveau pas une question d'être orthodoxe ou catholique, c'est le mépris que vous manifestez pour Giorgos en l'accusant d'être peu intervenu sur ce forum. D'abord, la simple statistique des messages montre qu'il en a écrit près de trois fois plus que vous. Ensuite, même si cela avait été vrai, vous savez bien que, pour quelqu'un comme Giorgos qui vit en Argentine, la minute de connexion sur Internet revient autrement plus cher, au vu de la différence des niveaux de vie, que pour quelqu'un comme vous qui vit en France. En êtes-vous à lui reprocher de vivre dans un pays ruiné par la crise économique? Et ensuite, ui reprocherez-vous de ne pas parler le français, qui n'est pas sa langue maternelle, aussi bien que vous? Et vous, que feriez-vous, si vous viviez dans un pays pauvre?

Bref, le principal conseil que je peux vous donner, c'est de ne pas voir dans votre deuil une raison de mettre le feu à la maison de votre voisin.
Voyez dans ce deuil une occasion pour vous d'approfondir votre relation avec votre Saint-Père et de méditer sur sa personne et sur son oeuvre, et pas une raison de vous prendre aux chrétiens orthodoxes, car, je vous l'assure, nous n'avons aucune responsabilité dans le fait que vous ayez été séparé, ne fût-ce que l'espace d'un instant, de votre Saint-Père.

Nous vous avons accueilli sur ce forum et nous avons répondu à vos questions; cela ne vous donne aucun droit d'en faire un instrument contre l'Eglise orthodoxe voulue et fondée par Notre Seigneur Jésus-Christ.


Pour répondre à la question de Jean-Serge: oui, il est possible de dire un office pour le repos de l'âme d'un hétérodoxe. C'est le service des funérailles qui est réservé aux orthodoxes. Dans les Eglises de Grèce et de Constantinople, il existe cependant, depuis le XIXème siècle, un office de funérailles simplifié pour les hétérodoxes qui n'ont pu ou voulu être accompagnés en terre par un ministre de leur confession et ont demandé les prières d'un prêtre orthodoxe; ce service est de moins en moins pratiqué, semble-t-il.

Jeanne Saint Gilles
Messages : 154
Inscription : mar. 03 août 2004 18:20
Localisation : Paris 08

Message par Jeanne Saint Gilles » mer. 06 avr. 2005 16:23

lecteur Claude a écrit : Pour répondre à la question de Jean-Serge: oui, il est possible de dire un office pour le repos de l'âme d'un hétérodoxe. C'est le service des funérailles qui est réservé aux orthodoxes. Dans les Eglises de Grèce et de Constantinople, il existe cependant, depuis le XIXème siècle, un office de funérailles simplifié pour les hétérodoxes qui n'ont pu ou voulu être accompagnés en terre par un ministre de leur confession et ont demandé les prières d'un prêtre orthodoxe; ce service est de moins en moins pratiqué, semble-t-il.
Etait-il possible de commémorer Jean-Paul II lors d'une Divine liturgie? Par exemple lors de la Grande entrée? Je serais tentée de répondre non mais en certains endroits (aux Etats-Unis) cela s'est fait : je l'ai lu sur un forum américain. Si cela est possible quoiqu'il en soit, ça ne fait que générer de la confusion dans l'esprit des gens... d'autant que logiquement cet homme ne pouvait être considéré comm évêque légitime tout court...
Jérusalem quand pourrai-je te voir?

Claude le Liseur
Messages : 4133
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » jeu. 07 avr. 2005 22:00

Jeanne Saint Gilles a écrit :
lecteur Claude a écrit : Pour répondre à la question de Jean-Serge: oui, il est possible de dire un office pour le repos de l'âme d'un hétérodoxe. C'est le service des funérailles qui est réservé aux orthodoxes. Dans les Eglises de Grèce et de Constantinople, il existe cependant, depuis le XIXème siècle, un office de funérailles simplifié pour les hétérodoxes qui n'ont pu ou voulu être accompagnés en terre par un ministre de leur confession et ont demandé les prières d'un prêtre orthodoxe; ce service est de moins en moins pratiqué, semble-t-il.
Etait-il possible de commémorer Jean-Paul II lors d'une Divine liturgie? Par exemple lors de la Grande entrée? Je serais tentée de répondre non mais en certains endroits (aux Etats-Unis) cela s'est fait : je l'ai lu sur un forum américain. Si cela est possible quoiqu'il en soit, ça ne fait que générer de la confusion dans l'esprit des gens... d'autant que logiquement cet homme ne pouvait être considéré comm évêque légitime tout court...
Non, il n'y a aucun sens à commémorer un évêque hétérodoxe lors de la Grande entrée. D'abord on ne commémore pas n'importe quel hiérarque, mais l'évêque diocésain (et le métropolitain le cas échéant) lorsqu'un prêtre célèbre, le primat (patriarche, catholicos, archevêque...) lorsqu'un évêque diocésain célèbre, et enfin les primats des Eglises orthodoxes autocéphales et autonomes lorsqu'un primat célèbre.
De même, l'usage orthodoxe le plus strict veut que l'on commémore le chef de l'Etat dans lequel on se trouve lors de la liturgie. Toutes les paroisses orthodoxes en Suisse, par exemple, devraient commémorer le Conseil fédéral (puisque celui-ci a fait reconnaître lors du sommet de Rio en 1992 que chacun de ses membres était le chef de l'Etat), mais aucune, à ma connaissance ne le fait. Cependant, on ne doit commémorer le chef de l'Etat par son prénom que si celui-ci est orthodoxe; autrement, on doit le commémorer par sa fonction: "pour le Conseil fédéral, prions le Seigneur" ou "pour Sa Majesté le Roi des Belges, prions le Seigneur".

Je parlais seulement du fait qu'il est possible de faire dire à l'église des prières pour le repos de l'âme d'un hétérodoxe, et qu'il existe - ou plutôt a existé, car l'usage semble être tombé en désuétude - dans les Eglises de Constantinople (encyclique du saint Synode du Patriarcat oecuménique du 20 octobre 1869) et de Grèce (encyclique du saint Synode de l'Eglise de Grèce du 15 mars 1891) un office de funérailles simplifié pour des hétérodoxes qui n'ont pu ou voulu être accompagnés en terre par un ministre de leur confession et qui ont demandé que ce dernier devoir leur soit rendu par un prêtre orthodoxe.

Cela n'a rien à voir avec la communion hiérarchique.

Claude le Liseur
Messages : 4133
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » dim. 10 avr. 2005 21:42

lecteur Claude a écrit :
Non, il n'y a aucun sens à commémorer un évêque hétérodoxe lors de la Grande entrée. D'abord on ne commémore pas n'importe quel hiérarque, mais l'évêque diocésain (et le métropolitain le cas échéant) lorsqu'un prêtre célèbre, le primat (patriarche, catholicos, archevêque...) lorsqu'un évêque diocésain célèbre, et enfin les primats des Eglises orthodoxes autocéphales et autonomes lorsqu'un primat célèbre.
Un intéressant petit rappel de l'archimandrite Grégoire Papathomas, professeur de droit canon, à propos de cette pratique de la commémoration (ici, il parle de la commémoration du patriarche de Constantinople par les évêques de son patriarcat):

"(...) Lorsqu'un évêque, dans la liturgie, fait mémoire du patriarche, il ne le fait pas pour mentionner son "autorité ecclésiastique suprême"; il n'en a pas. Mais il le fait pour indiquer le synode d'une Eglise locale auquel il appartient et dont le protos est le patriarche, et pour sauvegarder ainsi l'unité ecclésiale. (...)"

("Différentes modalités canoniques d'exercice de la juridiction du Patriarcat oecuménique de Constantinople", in Le Messager orthodoxe, n° 141, Paris 2005, pp.42-72; le texte cité se trouve page 64.)

En commémorant son évêque à la liturgie, le prêtre fait mémoire de son appartenance à l'Eglise locale qu'est le diocèse. En commémorant son primat à la liturgie, l'évêque fait mémoire de son appartenance à une Eglise territoriale, autocéphale ou autonome. En commémorant les autres primats à la liturgie, le primat fait mémoire de son appartenance à l'Eglise orthodoxe universelle.

Répondre