UACORO

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Répondre
Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mar. 08 mars 2005 11:51

le Lun 28 Fév 2005 12:10 Jean Louis Palierne a écrit:
[...] Le problème est que l’UACORO (le groupe dissident de l’ÉCOF) va être reçu dans la juridiction de l’Église serbe, que l’ÉCOF-Germain Hardy prépare sa réunification avec l’UACORO, et que l’Église serbe se retrouvera un jour avoir pris sur elle la responsabilité d’une secte ésotérique.
J'avais également eu vent de ces tristes informations. Dans ce genre de dossier il est toujours très difficile d'avoir des informations solides et étayées, les membres de l'AUCORO n'ayant eu de cesse de propager oralement de fausses nouvelles.
Mais voici aujourd'hui le dernier point sur les relations entre l'UACORO et l'Eglise Serbe et nous nous réjouissons de cette position.

Lettre avant la Pâque
de la part de la Commission du Saint-Synode de l’Église serbe
à l’intention des fidèles de l’UACORO

union des Associations Cultuelles Orthodoxes de Rit Occidental)

Chers frères et soeurs en Christ,
En tant que Président de la Commission du Saint-Synode de l’Église serbe chargée du dialogue en cours avec l’UACORO, je veux vous envoyer un bref message avant la Pâque de notre Seigneur Jésus-Christ, Sauveur de tous les hommes.
Le salut de l’homme et du monde est accompli par la Croix et la Résurrection du Fils unique de Dieu qui S’est incarné pour nous. Cela signifie que notre salut personnel commence par la Croix et s’accomplit par la Résurrection. La Croix, pour nous, signifie notre pénitence (metanoia). C’est la raison pour laquelle j’ai commencé le dialogue avec vous: l’Évangile de notre salut a commencé par les paroles de saint Jean Baptiste (Mt 3, 8 ; Mc 1, 4), puis de notre Seigneur Jésus-Christ: “Les temps sont accomplis et le Royaume de Dieu est tout proche : repentez-vous et croyez à l’Évangile” (Mc 1, 15 ; Mt 4, 17). La pénitence n’est pas seulement au commencement, mais aussi au milieu et à la fin de notre salut: elle doit être présente pendant toute notre vie terrestre. C’est pourquoi la grande période de carême avant la Pâque, dans l’Église orthodoxe, une, sainte, catholique et apostolique, est pleine de cette repentance.
Pendant cette période, je vous souhaite et vous recommande, devant la Croix et la Résurrection, de vous préparer, par la pénitence et la confession, à entrer dans la pleine communion de l’Église orthodoxe en vous rendant, chacun personnellement, dans une paroisse orthodoxe de votre choix —qu’elle se situe à Paris, en France, en Europe, en Occident ou en Orient — et en demandant à y être reçu, pour autant que vous confessiez la foi orthodoxe et soyez baptisés et chrismés. Tout cela pour ne pas perdre un temps précieux et être privés de la pleine communion à la grâce de la Croix et de la Résurrection qui se donne dans la Liturgie au sein de l’Église orthodoxe.
Notre dialogue avec 1’UACORO se poursuivra. Mais à cause de beaucoup d’obstacles venant moins de notre part que de votre part (par exemple l’enfermement dans une communauté qui n’a pas réussi, pendant des décennies, à être acceptée dans la pleine communion des Églises orthodoxes
— ce dont vous ne devez pas rejeter la responsabilité sur les autres — et aussi, une “grande idée” de votre “vocation” de construire une Église locale en pensant que les autres orthodoxes ne veulent pas la même chose, alors qu’ils le souhaitent aussi, mais par une voie ecclésiale canonique et dans la concorde de la paix, de l’amour et de la grâce), ce dialogue peut durer assez longtemps.
Pourquoi chacun de vous reste-t-il en dehors de la pleine communion ? à moins qu’il ne pense que c’est seulement dans votre communauté isolée qu’on trouve le salut et l’identité, alors que votre identité de même que la nôtre se trouve seulement dans la plénitude de l’Église des Apôtres, des Pères et des Conciles dont l’Église orthodoxe est l’héritière et la continuatrice.
Si Dieu donne — et nous espérons et nous travaillons pour cela — que les paroisses de 1’UACORO entrent un jour dans la communion de l’Église orthodoxe serbe ou d’une autre l’Église orthodoxe — ce qui n’est pas encore le cas —, vous ne perdrez rien et vous pourrez alors, si vous le souhaitez, regagner la communauté qui est la vôtre actuellement. Nous voulons dire qu’il ne faut pas s’enfermer dans une communauté comme L’UACORO ou une autre semblable, en restant en dehors de la communion des Églises orthodoxes.
Saint Grégoire le Théologien, devant la Pâque du Christ, nous dit à tous: “Crucifions-nous avec le Christ, mourons avec le Christ, et soyons ensevelis avec le Christ pour ressusciter avec le Christ.” Je vous le souhaite aussi comme chrétien et évêque orthodoxe.
Christ est crucifié pour notre salut et Il est ressuscité pour notre vie éternelle.

Évêque Athanase (Jevtitch),
Président de la Commission du Saint-Synode.
A Paris, le 8 mars 2005.

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mar. 08 mars 2005 13:50

La lettre de Mgr Athanase contient des éléments très importants:
<<La pénitence n’est pas seulement au commencement, mais aussi au milieu et à la fin de notre salut: elle doit être présente pendant toute notre vie terrestre. >>
Un appel à la repentance adressé bien sûr à tous mais spécialement aux fidèles de l'Uacoro.Appel à la repentance qui ne doit pas être compris comme une simple démarche spirituelle individuelle mais une démarche collective de metanoïa pour rejoindre la véritable Eglise orthodoxe.


Et Mgr Athanase poursuit:
<<C’est pourquoi la grande période de carême avant la Pâque, dans l’Église orthodoxe, une, sainte, catholique et apostolique, est pleine de cette repentance.>>
C'est dans l'Eglise orthodoxe que l'on trouve cette repentance, c'est vers elle qu'il faut donc se diriger.

<<Pendant cette période, je vous souhaite et vous recommande, devant la Croix et la Résurrection, de vous préparer, par la pénitence et la confession, à entrer dans la pleine communion de l’Église orthodoxe en vous rendant, chacun personnellement, dans une paroisse orthodoxe de votre choix —qu’elle se situe à Paris, en France, en Europe, en Occident ou en Orient — et en demandant à y être reçu, pour autant que vous confessiez la foi orthodoxe et soyez baptisés et chrismés.>>
Cela dit très clairement que l'UACORO n'est pas en communion avec l'Eglise orthodoxe, qu'en tant qu'entité elle ne saurait l'être et qu'il appartient donc à chaque fidèle de quitter cette communauté para-ecclésiale pour entrer individuellement dans l'Eglise quitte à y être enfin baptisé ou Chrismé, car depuis la déposition de l'ex-évêque Germain en 93, tous les actes liturgiques de ce dernier n'ont aucune valeur. Il y a donc beaucoup de fidèles qui pensent être baptisés et chrismés et qui ne le sont pas. Il convient donc d'examiner la situation de chacun d'entre eux et les dates auxquelles ils ont intégrés l'ecof, la communauté d'où ils venaient au moment de cette intégration etc... Ceci est également un appel à toutes les juridictions canoniques à examiner chacune des demandes et à ne pas ratifier n'importe quoi.

<<Tout cela pour ne pas perdre un temps précieux et être privés de la pleine communion à la grâce de la Croix et de la Résurrection qui se donne dans la Liturgie au sein de l’Église orthodoxe. >>
Ne perdons pas de temps, il y a "le feu à la barraque" L'Uacoro n'a pas cette capacité à communiquer la grâce. C'est on ne peut plus clair.

<<Notre dialogue avec l’UACORO se poursuivra. >>
L'Eglise orthodoxe est miséricordieuse; elle ne ferme jamais ses portes aux repentants. Mais la première attitude à avoir est celle du repentant.

<<Mais à cause de beaucoup d’obstacles venant moins de notre part que de votre part >>
Cela vise les conditions inacceptables fixées par l'Uacoro et qui sont donc rejetées comme étant non orthodoxes. Il n'y a aucun obstacle à entrer dans l'orthodoxie quand on est orthodoxe.
— ce dont vous ne devez pas rejeter la responsabilité sur les autres — poursuit Mgr Athanase.

et aussi, une “grande idée” de votre “vocation” de construire une Église locale en pensant que les autres orthodoxes ne veulent pas la même chose, alors qu’ils le souhaitent aussi, mais par une voie ecclésiale canonique et dans la concorde de la paix, de l’amour et de la grâce),
La construction de l'Eglise locale ne peut se faire par la constitution de communautés para-ecclésiale dépourvues de la grâce en se coupant de l'Eglise orthodoxe.

Pourquoi chacun de vous reste-t-il en dehors de la pleine communion ? à moins qu’il ne pense que c’est seulement dans votre communauté isolée qu’on trouve le salut et l’identité, alors que votre identité de même que la nôtre se trouve seulement dans la plénitude de l’Église des Apôtres, des Pères et des Conciles dont l’Église orthodoxe est l’héritière et la continuatrice.
La plénitude de l'Eglise et l'Eglise c'est la même chose. Une Eglise qui n'a pas la plénitude ne peut être l'Eglise. L'Uacoro n'est pas l'Eglise des apôtres, des Pères et des conciles, elle n'est pas orthodoxe.

Si Dieu donne — et nous espérons et nous travaillons pour cela — que les paroisses de 1’UACORO entrent un jour dans la communion de l’Église orthodoxe serbe ou d’une autre l’Église orthodoxe — ce qui n’est pas encore le cas —, vous ne perdrez rien et vous pourrez alors, si vous le souhaitez, regagner la communauté qui est la vôtre actuellement. Nous voulons dire qu’il ne faut pas s’enfermer dans une communauté comme L’UACORO ou une autre semblable, en restant en dehors de la communion des Églises orthodoxes.
Dont acte.
Dernière modification par Antoine le mer. 09 mars 2005 21:31, modifié 1 fois.

Jeanne Saint Gilles
Messages : 154
Inscription : mar. 03 août 2004 18:20
Localisation : Paris 08

Que cache ce message?

Message par Jeanne Saint Gilles » mar. 08 mars 2005 14:07

Lettre avant la Pâque
de la part de la Commission du Saint-Synode de l’Église serbe
à l’intention des fidèles de l’UACORO

union des Associations Cultuelles Orthodoxes de Rit Occidental)

Chers frères et soeurs en Christ,
[...]
Pendant cette période, je vous souhaite et vous recommande, devant la Croix et la Résurrection, de vous préparer, par la pénitence et la confession, à entrer dans la pleine communion de l’Église orthodoxe en vous rendant, chacun personnellement, dans une paroisse orthodoxe de votre choix —qu’elle se situe à Paris, en France, en Europe, en Occident ou en Orient — et en demandant à y être reçu, pour autant que vous confessiez la foi orthodoxe et soyez baptisés et chrismés. Tout cela pour ne pas perdre un temps précieux et être privés de la pleine communion à la grâce de la Croix et de la Résurrection qui se donne dans la Liturgie au sein de l’Église orthodoxe.
[...]
Si Dieu donne — et nous espérons et nous travaillons pour cela — que les paroisses de 1’UACORO entrent un jour dans la communion de l’Église orthodoxe serbe ou d’une autre l’Église orthodoxe — ce qui n’est pas encore le cas —, vous ne perdrez rien et vous pourrez alors, si vous le souhaitez, regagner la communauté qui est la vôtre actuellement. Nous voulons dire qu’il ne faut pas s’enfermer dans une communauté comme L’UACORO ou une autre semblable, en restant en dehors de la communion des Églises orthodoxes.

[...]

Évêque Athanase (Jevtitch),
Président de la Commission du Saint-Synode.
A Paris, le 8 mars 2005.
A en croire les extraits que j'ai mis en italique et que j'ai soulignés, on demande aux intéressés de rejoindre des paroisses "classiques" avant de leur dire que si tout va bien, ils poourront regagner leur communauté. Mais cette communauté comment pourra-t-elle encore exister à ce moment s'ils se rejoignent tous dès à présent des paroisses normales? Ca ressemble à un appel à l'auto-dissolution... (qui est d'ailleurs la meilleure chose qui puisse arriver)
Jérusalem quand pourrai-je te voir?

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mar. 08 mars 2005 15:10

<<s'ils se rejoignent tous dès à présent des paroisses normales>>
Dans votre proposition conditionnelle, c'est justement ce "tous" qui est important. Si tous étaient prêts à le faire l'Uacoro aurait été accepté par le patriarcat serbe. Car cela aurait signifié un évident désir collectif de devenir orthodoxe. Mais le fait de maintenir des conditions non orthodoxes laisse supposer qu'une partie des membres de l'Uacoro cherchera une autre solution; d'où l'appel de Mgr Athanase aux membres de bonne volonté à quitter les irréductibles avec lesquels on ne peut pas trouver de solution acceptable par l'orthodoxie à brève échéance.
C'est une façon de ne pas claquer la porte et de ne pas fermer le dialogue avec des chrétiens dont on peut espérer qu'ils deviendront orthodoxes un jour.
La balle est dans le camps de l'Uacoro. Elle peut quitter la partie et perdre un certain nombre de fidèles, comme elle peut abandonner ses exigences non orthodoxes dans ses négociations et ramener son troupeau au bercail serbe. En restant dans le statut quo d'une interminable négociation elle prive ses ouailles de toute vie mystérique. C'est ce que l'évêque veut éviter aux fidèles. L'examen de la situation sera très long et l'historique difficile à rassembler avec précision. L'Eglise Serbe peut s'atteler à ce travail si l'Uacoro le lui demande, mais cela prendra beaucoup de temps. En attendant il faut bien "vivre".

samuel
Messages : 93
Inscription : mer. 17 nov. 2004 13:11

Message par samuel » mar. 08 mars 2005 15:22

Je crois qu'en effet, l'UACORO ce n'est rien d'autre que l'ECOF sans l'ex-évêque Germain.

Je m'explique: dans l'écof "Germain", les fidèles, ne veulent pas de contact avec l'Eglise Orthodoxe et sa tradition, mais juste vivre leur pseudo-rite occidental,

Dans L'Ecof "Pahud", on veut la même chose, mais on demande en plus d'être reconnu par les "orientaux", sans rien concéder à la tradition canonique!

L'Ecof n'a plus qu'a se réunifier ou bien à se "coptiser" à la mode Bethanie...qu'est-ce que la confession de la foi orthodoxe à coté de ce si beau et antique "Rite de St Germain" ?
Dernière modification par samuel le ven. 13 mai 2005 14:33, modifié 1 fois.

Jeanne Saint Gilles
Messages : 154
Inscription : mar. 03 août 2004 18:20
Localisation : Paris 08

La lettre aux fidèles de l'UACORO

Message par Jeanne Saint Gilles » mar. 08 mars 2005 17:10

Je trouve que cette lettre a un grand mérite : elle s'adresse directement aux fidèles de l'UACORO et elle leur indique une voie à suivre. En cela c'est un peu surprenant car je ne pense pas très courant qu'un évêque s'adressse à un troupeau qui n'est pas le sien. Elle n'est pas restée cantonnée entre les deux commissions : il reste à espérer que les fidèles de l'UACORO en prendront connaissance et sauront comprendre par la même occasion la nécessité de régulariser leur parcours....

Je me demande au passage quels sont ces fameux obstacles : le rite je suppose ou encore le calendrier... L'ordination des prêtres, j'imagine (pour la petite histoire, quand l'Eglise serbe a reçu la Fraternité Saint Jean Cassien, Lavardac, pour faire simple -ils étaient ancien calendéristes- le clergé à été ré-ordiné). A mon avis, cela devrait se pratiquer pour les ex-ECOF.
Jérusalem quand pourrai-je te voir?

samuel
Messages : 93
Inscription : mer. 17 nov. 2004 13:11

Message par samuel » mar. 08 mars 2005 17:58

Pour Lavardac le Sobor Serbe a déclaré par économie tous les actes sacramentels accomplis par les prêtres valides.

Je ne suis même pas sur qu'il y ai eu de chirotésie, et encore, la filiation de lavardac était celle des VCO roumains de Mgr Vlasié, qui provient d'une chirotonie faite par un seul évêque.

Tant les serbes que les roumains l'ont écrit, l'économie sera appliquée pour les ordinations.

Non, ce qui bloque, c'est le rite, le calendrier (la date de Pâques) la mentalité communautaire-je suis l'Eglise locale française, et la discipline canonique (ne pas donner la communion n'importe comment).

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Message par Jean-Serge » mar. 08 mars 2005 18:12

samuel a écrit : Je ne suis même pas sur qu'il y ai eu de chirotésie,
Concernant Lavardac, il y a bien eu réordination : c'est raconté dans une revue de la Fraternité Saint Jean Cassien que j'ai chez moi...
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

samuel
Messages : 93
Inscription : mer. 17 nov. 2004 13:11

Message par samuel » mar. 08 mars 2005 18:19

Oui leur filiation était fragile à cause de cette défaillence chez les VCO roumains. L'Eglise Roumaine par contre considère comme valide la succession des VCO Vlasié. Donc les économies peuvent varier.

Je pense que les serbes sont plus durs que les roumains ou les russes.

Georges Papathanassios
Messages : 74
Inscription : ven. 28 janv. 2005 12:12

Message par Georges Papathanassios » mer. 09 mars 2005 11:11

Voilà à quoi me fait penser la situation de l’UACORO comme celle de l’ECOF, à cet épisode de l’Evangile (Luc 9, 59-62) :

"Jésus dit à un homme : suis-moi ! Et il répondit : permets moi d’aller d’abord ensevelir mon père. Mais Jésus lui dit : laisse les morts ensevelir leur morts, et toi, va annoncer le Royaume de Dieu.

Un autre dit : je te suivrai Seigneur, mais permets moi d’aller d’abord prendre congé de ceux de ma maison. Jésus lui répondit : quiconque met la main à la charrue et regarde en arrière n’est pas bon pour le Royaume de Dieu. »


Ce sont ces deux hommes, de bonne volonté, mais dont la résolution n’est pas affermie.
Le père mort ou les parents c’est le défunt « rite des gaules ».
Le plus important n’est-il pas de suivre le Christ et d’annoncer le Royaume de Dieu ?
Il est bien difficile de renoncer à soi-même, a son héritage, pour l’amour du Christ et de prendre sa croix pour le suivre.
Pour l’occidental, la tentation peut être grande d’être aussi comme le jeune homme riche, qui ne peut donner tous ses biens aux pauvres pour suivre le Christ, car il ne peut se déposséder de ses richesses.
Que Dieu inspire les chrétiens pieux et orthodoxe de suivre le bon Chemin, Lui, et donne la force de tout sacrifier à la Vérité et la Vie pour l’amour de Son Nom.
Dernière modification par Georges Papathanassios le mar. 22 mars 2005 11:43, modifié 1 fois.

Georges Papathanassios
Messages : 74
Inscription : ven. 28 janv. 2005 12:12

Message par Georges Papathanassios » lun. 21 mars 2005 13:34

Je vous propose mon opinion sur la 2nde lettre à l'UACORO, en fait une lecture entre les lignes...

L'Eglise Serbe par le biais de l'évêque Athanase Ievtic vient d'adresser une deuxième lettre aux fidèles de l'UACORO.

Reprenant les même termes que dans la prédente, il réaffirme qu'une solution ne sera pas trouvée avant au moins un an, et une révision des prétentions de l'UACORO.

Il dit qu'il faut intégrer l'Eglise Orthodoxe, car l'UACORO n'est, comme la défunte écof, qu'une ILLUSION, sans la communion au Corps du Christ qu'est l'Eglise Orthodoxe véritable.

Parlant de Pâques, il confirme que la "célébration" par les écofiens de l'UACORO à la date romaine n'est en rien la fête orthodoxe de la Résurrection.

Il souligne l'importance de se préocuper du salut de son âme et de quitter ce groupe pour intégrer l'Eglise véritable, en attendant un accord incertain sur le statut de l'ECOF-UACORO.

La lettre est sur le site orthodoxie.com
Dernière modification par Georges Papathanassios le mar. 22 mars 2005 11:45, modifié 1 fois.

hilaire
Messages : 297
Inscription : mer. 19 janv. 2005 13:26

Message par hilaire » lun. 21 mars 2005 13:57

Deuxième Lettre avant la Pâque de la part de la Commission du Saint-Synode de l’Église serbe à l’intention des fidèles de l’UACORO.

Ayant reçu une copie de la « Communication aux fidèles, du 9 mars 2005 », signée par le « Conseil du Vicaire général » de l’UACORO, son contenu nous amène à préciser certains points de notre première lettre qui semblent avoir été mal compris.
Notre précédente lettre n’anticipe pas la réponse à l’Appel de l’UACORO qui sera donnée par l’Assemblée plénière des évêques serbes. Cette réponse sera, effectivement, donnée par cette Assemblée après que la Commission qui a été chargée par le Saint Synode d’examiner la demande de l’UACORO — et qui est seule habilitée à le faire — aura terminé son rapport et rendu son avis.
Cependant, après un examen attentif des nombreux documents que nous avons rassemblés concernant l’histoire et la situation récente et actuelle de l’UACORO, après nos rencontres avec des anciens membres de l’ECOF et de l’UACORO, de nombreux représentants des Églises orthodoxes présentes en France et après plusieurs rencontres avec les responsables et les fidèles de l’UACORO, il nous est apparu que, vu le nombre important d’obstacles qui existent, du côté de l’UACORO, à son entrée dans la pleine communion de l’Église orthodoxe, il ne sera pas possible à la Commission de présenter un avis positif à l’Assemblée plénière des évêques de l’Église serbe dans le délai qui avait été initialement prévu, à savoir la mi-mai 2005.
Nous avons même lieu de supposer que le dialogue avec l’UACORO sera long, voire très long, et pourra prendre six mois, un ans, deux ans..., et cela sans que l’on puisse préjuger d’une solution positive, dont nous gardons cependant le ferme espoir.
En tant que chrétien et pasteur, nous souffrons à l’idée que des fidèles qui ont la volonté sincère d’être unis à l’Église orthodoxe puissent rester encore beaucoup de temps en dehors de la pleine communion de l’Église orthodoxe, c’est-à-dire du corps — qui nous est donné dans la Divine Liturgie — du Christ Lui même, qui est la source de notre salut et de notre vraie vie. Avec cela nous voulons dire aussi qu’avoir la foi orthodoxe signifie pratiquer l’Orthodoxie dans la vie. C’est pourquoi nous avons demandé — et nous demandons de nouveau — aux fidèles de l’UACORO, en cette période du Grand Carême — qui est une période particulièrement consacrée au repentir (c’est-à-dire, selon le sens du mot grec metanoia, de changement d’état d’esprit, de mentalité et d’attitude) — et à l’approche de Pâques* (où le Christ Ressuscité manifeste Sa victoire définitive sur le royaume des ténèbres et de la mort et vient nous donner la vraie Vie divino-humaine), de se tourner sans tarder vers l’Église véritable du Christ plutôt que de continuer à s’enfermer dans une fiction qui s’est toujours révélée être une impasse et qui n’a jamais réussi, dans l’état qu’elle veut aujourd’hui encore préserver, à se faire reconnaître durablement par aucune Église orthodoxe.
Fidèles d’origine française, légitimement attachés à votre langue et à votre culture, il vous sera possible de trouver, comme l’ont fait beaucoup d’autres français d’origine, pareillement attachés à leur langue, à leur culture et aux racines orthodoxes de la France, des paroisses francophones appartenant aux diverses juridictions présentes en France (peu importe lesquelles : ce qui compte, ce n’est pas leur origine ethnique,
mais leur appartenance à l’Église unique du Christ) qui pourront vous accueillir et vous recevoir et dans lesquelles, après tant d’années de privation de la pleine communion au corps du Christ, vous pourrez enfin et
sans délai trouver cette communion. Si nous vous disons cela, c’est parce que notre salut n’attend pas et qu’il est à chaque instant urgent pour chacun de nous de vivre la vraie foi, dans la vraie Vie en Christ Crucifié et Ressuscité, dans Son Église. Ce conseil que nous avons, en conscience et dans l’amour, le devoir spirituel de vous donner en tant que chrétien et pasteur, ne nous empêche pas de garder l’espoir que les conditions soient un jour réunies de la part de l’UACORO pour que ses paroisses entrent dans la pleine communion avec l’Église orthodoxe, et que vous puissiez alors les réintégrer dans la joie de la communion retrouvée.
Que Notre Seigneur, la Mère de Dieu et tous les saints vous aident à trouver, sans tarder et coûte que coûte, la Voie, la Vérité et la Vie du Christ Crucifié et Ressuscité.

Évêque Athanase (Jevtitch),
Président de la Commission du Saint-Synode.
À Belgrade, le 20 mars 2005, Dimanche de l’Orthodoxie.
* Nous parlons de la Pâque orthodoxe, qui sera célébrée cette année le dimanche 1er mai, date fixée conformément à la Tradition selon le mode de calcul défini par les Pères du saint concile de Nicée, que nous, en tant qu’orthodoxes, gardons ensemble avec le Credo de Nicée.

Jeanne Saint Gilles
Messages : 154
Inscription : mar. 03 août 2004 18:20
Localisation : Paris 08

Message par Jeanne Saint Gilles » lun. 21 mars 2005 15:23

Je regrette de ne pas avoir à disposition cette "Communication aux fidèles" du vicaire de l'UACORO à ses ouailles. Qu'y disait-il? C'est bizarre, on a un échange de lettre mais il est impossible de connaître celles de l'UACORO. Il faut deviner leur contenu d'après les réponses.

Mis à part cela, cette lettre a le mérite de dire la vérité appelant l'UACORO "une fiction" (terme pouvant s'appliquer à l'ECOF).

Reste à savoir si l'ensemble de ces deux lettres seront suivis d'effets : les fidèles UACORiens en ont-ils pris connaissance? Et suivront-ils l'appel? Autre mérite de la lettre : rappeler l'existence de paroisses francophones et rappeler que la composante ethnique n'a pas d'importance. Cela je crois demande que nous prions pour ces personnes qui demeurent prisonnières de l'illusion spirituelle UACORO-ECOFienne mais aussi pour ceux qui seraient chargés de les recevoir dans la véritable Eglise afin qu' un accueil convenable leur soit réservé.
Jérusalem quand pourrai-je te voir?

Jean-Serge
Messages : 340
Inscription : mer. 14 juil. 2004 12:19
Localisation : Ile de France

Des nouvelles de l'UACORO

Message par Jean-Serge » ven. 06 mai 2005 17:27

Le site orthodoxie.com publie la dépêche suivante que je fragmente pour insérer mes petits commentaires:
Une nouvelle étape des discussions de l’Église serbe avec l’UACORO

Mgr Athanase (Jevtitch), en tant que président de la Commission chargée par le Saint-Synode de l’église orthodoxe serbe, d’examiner la demande de l’UACORO d’être intégrée à l’Église orthodoxe dans le cadre de diocèse de France et d’Europe occidentale de l’Église serbe, a effectué, à cet effet, un quatrième séjour à Paris du 21 au 25 avril, accompagné de Mgr Maxime, évêque de Hume. Avec Mgr Luka et Mgr Maxime, qui sont aussi membres de la Commission, il a rencontré les responsables de l’UACORO et d’autres personnes pour approfondir encore cette question. Tous trois ont également eu une réunion de travail sur ce sujet avec l’Assemblée des Évêques Orthodoxes de France le jeudi 21 avril.
Les choses me semblent fonctionner correctement : pour ceux qui dénonçaient la conciliaraté, on voit qu'une renconte a eu lieu avec des représentants des autres églises orthodoxes en France. Par ailleurs, il n'est pas désagréable d'informer le public orthodoxe.

À l’issue de ces rencontres, Mgr Athanase a fait savoir qu’il termine actuellement la rédaction d’une étude substantielle, d’une soixantaine de pages, qu’il remettra prochainement au Saint-Synode de l’Église serbe avec les conclusions de la Commission. Dans cette étude, l’histoire de l’ECOF et de l’UACORO est étudiée avec soin sur la base de nombreux documents, dont certains, bien que capitaux, sont très peu connus ; ladite liturgie « de saint Germain de Paris » ou « des Gaules » y fait également l’objet d’un examen attentif.
Ces documents capitaux mais quasiment inconnus... De quoi s'agit-il? On nous met l'eau à la bouche... on se croirait dans X-files.
Sans entrer dans le détail des propositions précises et concrètes qui seront faites, Mgr Athanase a indiqué les deux grands axes autour desquels elles s’articulent.

D’une part, en ce qui concerne le rite (c’est-à-dire la liturgie et les diverses célébrations sur l’ensemble de l’année) en usage dans les paroisses de l’UACORO, Mgr Athanase a constaté son caractère composite. Il a observé que l’on ne peut pas le qualifier d’ « occidental » à proprement parler, étant donné que des éléments de diverses origines le constituent, et que ladite « liturgie de Saint Germain de Paris » est plutôt une « liturgie d’Evgraf Kovalevsky ». En conséquence, il propose, à cet égard, l’adoption de la Tradition orthodoxe ininterrompue pendant des siècles, à savoir, concrètement, la Liturgie de l’Église orthodoxe, qui n’est pas « un rite byzantin » mais la Liturgie de l’Église catholique et apostolique. Au passage, il distingue le rite de la liturgie, pour la raison que la Liturgie orthodoxe n’est pas un rite, à la différence de celle dite « de saint Germain de Paris » qui n’exprime pas la plénitude de l’Orthodoxie.
Lisant la biographie de Saint Jean de Shangaï publiée dans l'avant dernier numéro de la Lumière du Thabor, j'avais retrouvé exactement la même remarque sur le caractère composite de la Liturgie... qui n'avait pas échappé au Saint Evêque. Semble-t-il l'anaphore (à en croire la biographie) serait empruntée à la Liturgie de Saint Jacques le Frère du Seigneur.

Quelqu'un pourrait-il m'expliquer cette distinction faite entre liturgie et rite?

D’autre part, en ce qui concerne l’intégration ecclésiale de l’UACORO, Mgr Athanase et la Commission synodale proposent qu’elle se fasse au niveau de chaque paroisse (chaque fidèle étant reçu personnellement, et le statut de chaque prêtre étant examiné au cas par cas). En effet, soucieux d’une bonne intégration, en interrelation avec tous les orthodoxes, ils ne souhaitent pas que le groupe prolonge sa structure actuelle par une autre, spécifique, à l’intérieur d’un diocèse, car cela perpétuerait la coupure qui a engendré, dans le passé, des effets négatifs (notamment : repli sur soi, indépendantisme, volonté affirmée de constituer l’Église locale sans les autres orthodoxes…). Après l’expérience douloureuse et abusive des décennies passées, il convient non pas de donner une occasion d’expérimentation supplémentaire, mais d’offrir la possibilité d’entrer dans la pleine communion eucharistique avec les Églises orthodoxes.
Cela me semble moins clair : l'UACORO ne serait donc pas reçue en tant que groupe ce qui est fort bien... et de ce fait cesserait d'exister... même en tant qu'entité autonome au sein d'un des diocèses existant. Toutefois, quelles juridictions rejoindraient les anciennes paroisses uacoriennes? Celles de leur choix? Ce court message ne mentionne pas non plus s'il serait prévu des sessions de formations liturgiques et autres pour les fidèles et prêtres. Car j'imagine qu'après des années d'isolement, la pratique de la liturgie orthodoxe ne doit pas être au top, sans compter qu'étant issue de l'ECOF, l'UACORO pourrait porter "quelques maux" transmis par sa bien douteuse "mère".

Autre détail : quand tout le monde aura été reçu dans l'orthodoxie, rien ne garantit qu'on ne retrouve certaines paroisses avec un pourcentage élevé d'ex-UACORIens ce qui serait une façon de maintenir un isolement...

Dernière question : le statut des prêtres. A mon humble avis, en sus des conditions d'ordination (je suis favorable à de nouvelles ordinations comme cela au moins les choses seront claires et après tout on a bien procédé de la sorte avec la Fraternité Saint Jean Cassien pour la recevoir dans l'Eglise serbe), il faudrait s'interroger sur le contenu de l'enseignement reçu au sein de l'Institut de l'ECOF où ils ont tous dû passer. Pour l'occasion, je me dis qu'un petit séjour à Saint Serge ne leur ferait aucun mal...

Question subsidiaire : le calendrier. Manifestement la pascalie catholique est exclue (ouf) mais le nouveau calendrier sera-t-il accepté? Au sein du Patriarcat de Serbie, j'en doute un peu...

En conclusion, Mgr Athanase a réaffirmé son désir profond et sincère, dans la vérité et l’amour du Christ, d’aider les membres de l’UACORO à entrer en communion avec l’Église orthodoxe.

De leur côté, les responsables de l’UACORO ont demandé un délai pour répondre aux deux grands axes de la proposition qui leur a été soumise par la Commission synodale.
Espérons que l'Esrit Saint soit écouté et suivi...

.
Priidite, poklonimsja i pripadem ko Hristu.

Georges Papathanassios
Messages : 74
Inscription : ven. 28 janv. 2005 12:12

Message par Georges Papathanassios » lun. 09 mai 2005 14:03

x
Dernière modification par Georges Papathanassios le ven. 13 mai 2005 13:56, modifié 2 fois.

Répondre