Baiser de Paix

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Maksim
Messages : 129
Inscription : sam. 12 févr. 2005 13:43

Message par Maksim » jeu. 24 févr. 2005 19:59

Je ne sais pas si nous parlons de la même chose et je prie les participants de m’excuser si je dis une bêtise.

J’ai connu ce baiser, sous forme d’accolade dans une église catholique.
A un moment du service, le prêtre a invité les fidèles à se … (je ne me souviens pas du mot utilisé). J’y étais allé seul, je ne savais pas de quoi il s’agissait et il n’y avait que des dames –que, évidemment, je ne connaissais pas- autour de moi. Je me suis tourné vers l’une d’entre elles, elle aussi s’était tournée vers moi mais ne faisait aucun geste qui puisse me guider (Etait-elle peut-être aussi ignorante que moi ?). Après une fraction de seconde d’hésitation, je lui ai tendu les avant-bras, horizontalement, l’ai tenue aux coudes en serrant très légèrement et en inclinant le buste vers elle, sans plus ; elle a participé aux mouvements exactement de la même manière et on a terminé avec un gentil sourire, presque d’affection.

Même chose, à droite, à gauche, devant, derrière… à chaque fois, les gestes semblaient être tout à fait coordonnés, sans contretemps bien que... et puis le service a continué.

La seconde et la dernière fois, la dernière personne était un jeune homme. Je ne sais pas si je l’avais devancé dans les gestes ou s’il les faisait comme moi mais il a terminé en disant « Que la Paix du Seigneur soit avec vous, monsieur ! » et c’est cette formule que j’avais choisie lors de mon inscription au forum.

C’est mon expérience de ce que je crois être le baiser de la paix.
Avec espérance et humilité...

Claude le Liseur
Messages : 3910
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » dim. 27 févr. 2005 20:09

milano a écrit :La liturgie de saint Jacques a conservé le baiser de paix
Il se trouve que j'ai sous les yeux l'édition de la Divine liturgie de saint Jacques en usage dans l'Eglise de Grèce, Diaconie apostolique de l'Eglise de Grèce, Athènes 1997, texte établi d'après les manuscrits anciens par l'archevêque Chrysostome Papadhopoulos en 1937.

On trouve bien mention, à la page 19 de cette édition, du baiser de paix, mais il se trouve après (et non avant) la proclamation du Credo.

Dans cette liturgie, le diacre annonce le symbole de foi par un "Dans la sagesse soyons attentifs au Seigneur" et non par un "Aimons-nous les uns les autres". La récitation du Credo est suivie d'une prière secrète du prêtre, d'une ecphonèse et d'une bénédiction, puis on trouve ce qui suit:

Ό Διάκονος

Άγαπήσωμεν αλλήλους εν φιλήματι αγίω. (και μετά το δοθήναι τον ασπασμόν) Τας κεφαλάς ήμων τω Κυρίω κλίνωμεν.


Ma traduction :

Le diacre

Aimons-nous les uns les autres dans un saint baiser. (et après l’embrassement) Inclinons nos têtes devant le Seigneur.


J'ai reproduit le texte tel que je l'ai sous les yeux, dans toute sa sécheresse. Cette édition ne donne pas de détails supplémentaires. Pour savoir comment cela se passe en pratique, il faudrait rencontrer quelqu'un qui a assisté à une liturgie de saint Jacques. Comme on ne la célèbre qu'une fois par an sur l'île de Zante et dans les patriarcats d'Alexandrie, Antioche et Jérusalem, la probabilité statistique d'une telle rencontre est faible et je n'ai jamais eu cette chance.
Cela étant, le mot que j'ai traduit par "embrassement" est celui qui figure sur la légende de l'icône des saints apôtres Pierre et Paul, l'icône "L'embrassement des Apôtres", où on les voit échanger le baiser de paix en se tenant par les épaules et pas à la manière arménienne. Je ne sais si cela est une indication ou si j'interprète de manière abusive le texte de l'édition officielle.
En tout cas ce texte n'est pas en mesure de répondre à la question posée par Jean-Serge dans son message du 24 février.

Selon le savant prêtre Henri Paprocki de l'Eglise orthodoxe de Pologne:

"Le baiser de paix est l'un des premiers rites de la liturgie chrétienne et les documents disent qu'après l'ecphonèse du diacre, on se donnait effectivement le baiser de paix, auquel participait toute la communauté. Saint Justin le Martyr (+ 163 ou 167) atteste cet usage à Rome, saint Clément (+ vers 200) et Origène (+ 254) dans l'Eglise d'Alexandrie, et, du reste, Origène attribue cette tradition à saint Paul, tandis que saint Cyrille atteste l'existence de cette tradition à Jérusalem et que saint Jean Chrysostome, la liturgie des Constitutions apostoliques VIII, le Testamentum Domini nostri Jesu Christi, et la liturgie syrienne de l'apôtre Jacques attestent l'existence du baiser de paix en Syrie. Ce rite subsiste aujourd'hui encore dans la pratique liturgique des Nestoriens, des Coptes, des Arméniens, dans l'Eglise orthodoxe syrienne de l'Inde, et il a été rétabli dans la liturgie romaine. Dans l'Antiquité, il faisait partie intégrante de la liturgie et par exemple, l'évêque donnait le baiser de paix aux nouveaux baptisés, et tous les fidèles présents le donnaient à l'évêque nouvellement consacré. D'acte liturgique, le baiser de paix a fini par devenir une ecphonèse, quoique les anciens manuscrits parlent de "se saluer l'un l'autre". L'Histoire ecclésiastique de saint Germain dit que tous échangeaient le baiser de paix, le Codex Johannisberg (Xe siècle) mentionne dans la Liturgie de saint Basile le Grand la rubrique "et ils se donnent tous la paix". Encore au Xe siècle, le patriarche, l'empereur, les évêques et les dignitaires échangeaient le baiser de paix lors des grandes fêtes. A partir du XIe siècle, seuls les clercs concélébrants échangeaient le baiser de paix. " (Henryk Paprocki, traduit du polonais par Françoise Lhoest, Le mystère de l'eucharistie, Le Cerf, Paris 1993, pp. 294 s.) Le père Paprocki indique plus loin que le baiser de paix se trouvait avant l'anaphore dans les liturgies orientales, gallicane et espagnole, et avant la communion dans les liturgies romaine et nord-africaine.

Nikolas
Messages : 383
Inscription : dim. 16 mai 2010 15:19
Localisation : Poitiers

Re: Baiser de Paix

Message par Nikolas » dim. 28 oct. 2012 12:45

Bonjour,

je fais remonter ce fil sur le Baiser de paix, car à la lecture d'un passage de st Grégoire le Dialogue une question m'est venue, non pas concernant l'usage liturgique mais sur la manière dont il était donné.
Je cite le passage et poserai ma question ensuite:
8. On trouve également dans la Vie de sainte Matrone un passage sur le baiser de paix. Celle-ci se rendit au monastère du vénérable Basanios, feignant d'être eunuque. Elle y fut reçue et pratiqua longtemps l'ascèse avec les moines. Plus tard, par une divine révélation, Basanios le Grand fut informé de la vérité à son sujet.
9. Il la convoqua donc et, la fixant d'un regard perçant, il lui dit : "Qu'est qui t'a portée, femme, à avoir l'extraordinaire audace de t'infiltrer parmi nous, sans prendre garde le moins du monde au risque de nous tenter et de faire de nous un objet de moquerie. Qu'est qui t'a portée à t'appliquer à cacher ta véritable identité pendant si longtemps ?"
10. Comprenant cette monition, Matrone se prosterna sur le sol, saisit les pieds du saint homme et laissa échapper très humblement des mots presque inaudibles : "Maître, je me suis enrôlée dans ton troupeau, non parce que je souhaitais y apporter la tentation, mais parce que je voulais fuir les tentations des démons et me détourner des pièges que l'on rencontre dans la vie du monde."
11. A quoi Basanios répondit : "Comment alors, étant une femme, as-tu osé approcher des saints Mystères tête nue ? Et comment, de surcroît, as-tu présenté, sans honte, ta bouche aux frères pour le baiser de paix ?"
12. A son tour, elle déclara : "Maître, pour ce qui est des saints Dons, je feignais la maladie et ne retirais pas le voile de ma tête. C'est ainsi que je communiais. Quant au moyen d'exprimer la charité fraternelle, je ne l'ai jamais omis car je considérais que j'embrassais non des bouches seulement humaines, mais des lèvres d'hommes rivalisant d'impassibilité avec les anges."

Evergetinos, Tome IV, Proposition 35, [1] De Grégoire le Dialogue, p.303-304, Ed. Monastère st Antoine le grand, Monastère de Solan.
La question qui me vient à la lecture de ce passage est, pratiquai t-on le baiser de paix en s'embrassant sur la bouche ?
Merci de tout éclaircissement, car je n'ai rien de trouvé de sérieux à ce sujet pour le moment.

Répondre