DES NOUVELLES DE L'EGLISE-MEMORIAL A BRUXELLES

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Répondre
crevieauxp
Messages : 48
Inscription : sam. 10 juil. 2004 19:46

DES NOUVELLES DE L'EGLISE-MEMORIAL A BRUXELLES

Message par crevieauxp » jeu. 18 nov. 2004 17:36

APPEL DE FONDS
DES PAROISSIENS DE L'EGLISE-MEMORIAL DE BRUXELLES

L'Eglise-Mémorial bien connue du Tsar-Martyr Nicolas à Bruxelles, symbole de la diaspora russe à travers le monde, érigée avec l’amour de son tsar et de la Russie par l'émigration toute entière, a eu durant les 16 dernières années un recteur dévoué en la personne du père Nicolas Semenoff.

Après le schisme au sein de l'Eglise Orthodoxe Russe Hors Frontières en l'an 2000, le père Nicolas est resté fidèle au Métropolite Vitaly, mais il fut écarté de ses fonctions par la hiérarchie de l'Archevêque Laure, engagée vers l'union avec la Patriarcat de Moscou. Nous apprenons aujourd'hui que nous avons perdu l'action en justice menée depuis trois ans, et que l'archiprêtre Nicolas Semenoff doit être expulsé de la maison qu'il occupe avec sa famille et où, ces dernières années, il assurait les offices religieux au rez-de-chaussée, aménagé en chapelle, qui rassemblait en moyenne 50 personnes aux offices.

La situation actuelle est critique car la maison doit être libérée le 5 janvier 2005, deux jours avant la fête de Noël orthodoxe russe.

Nous vous adressons une prière instante de nous aider à acquérir un local dans lequel le père Nicolas pourrait aménager à nouveau une chapelle, en continuant à desservir notre paroisse et y habiter avec sa famille.

Notre banque en Belgique est : FORTIS BANQUE, compte n° 210-0893098-71. Il faut en plus mentionner : IBAN BE 49 2100 8930 9871 BIC GEBABEBB pour les paiements depuis l'étranger, avec le communiqué « maison ». Les chèques bancaires doivent être libellés à : COM.CULT.ORTHODOXE et adressés sous enveloppe au : 30, Rue Henri van Zuylen
1180 Bruxelles - Belgique

Nous vous remercions d'avance pour votre assistance possible à cette œuvre d'Eglise.

Que le Seigneur vous vienne en aide.

Bruxelles, le 10 novembre 2004.

Au nom du Conseil paroissial
Pierre Kotschoubey- Staroste

Yiannis
Messages : 70
Inscription : mar. 25 mai 2004 12:03
Localisation : Athènes, Grèce

Message par Yiannis » ven. 19 nov. 2004 0:12

Excusez-moi, je ne suis pas de l'Eglise Russe Hors Frontières, mais je me demande si l'aide à un groupe schismatique est vraiment une "oeuvre d'Eglise"... Je crois que la vraie oeuvre d'Eglise serait d'aider le père Nicolas et ses paroissiens de suivre non le sénile métropolite Vitaly et ceux qui le contrôlent, mais le synode légitime et canonique du métropolite Laure. L'Eglise Orthodoxe n'a pas besoin d'un groupe schismatique de plus.

crevieauxp
Messages : 48
Inscription : sam. 10 juil. 2004 19:46

Message par crevieauxp » ven. 19 nov. 2004 20:30

je crois que la vraie oeuvre d'Eglise serait d'aider le père Nicolas et ses paroissiens de suivre non et ceux qui le contrôlent, mais le synode légitime et canonique du métropolite Laure. L'Eglise Orthodoxe n'a pas besoin d'un groupe schismatique de plus.
Cher Yiannis,

Pour bien comprendre une situation, il faut en connaître un maximum d'éléments.

Il y a de la tartufferie dans votre"Excusez-moi, je ne suis pas de l'Eglise Russe Hors Frontières, mais je me demande si l'aide à un groupe schismatique est vraiment une "oeuvre d'Eglise". En effet, les tenants de l'archevêque Lavre ont tenté de faire passer pour fou "le sénile métropolite Vitaly" en l'enlevant et en le forçant à se soumetre à une expertise médicale qui l'a déclaré parfaitement sain de corps et d'esprit. Je détiens ce document et peux donc le produire le cas échéant.

Quant à ce "groupe schismatique", sachez que c'est le même type d'accusation que l'Eglise hors-frontières endura pendant des décennies de la part du Patriarcat de Moscou jusqu'à ce que celui-ci entame des discussions avec ce "groupe schismatique". Que c'était-il passé? Le synode était passé aux mains des partisans, d'abord discrets puis de plus en plus visibles, du rapprochement avec Moscou.

Le prix fut lourd pour la pureté doctrinale: sans attendre de modifications dans l'attitude du Patriarcat vis-à-vis des points de divergence avec l'Eglise hors-frontières, ceux qui s'étaient donner les moyens de la représenter s'empressèrent de courir, au sens figuré comme au sens littéral du terme, vers Moscou.

Témoin génant et ébahi de toutes ses intrigues, le métropolite Vitaly subit deux tentatives d'enlèvement et une tentative de mainmise sur sa fortune personnelle. Au Canada comme en France ou en Belgique, de nombreux membres du clergé hostiles à la nouvelle orientation afffichée officiellement par la hiérarchie protestèrent, reclamèrent dans certains cas la tenue de procès canoniques qui ne furent JAMAIS convoqués.

En revanche, la majorité du clergé d'Europe occidentale, notamment, se vit interdire de celebration, et pour certains d'entre eux, furent défroqués; le putsch réalisé à la tête de notre hiérarchie, comme la prise de pouvoir de n'importe quelle faction dans un vulgaire parti politique, par les archevêque Mark et Lavre fut le résultat de pressions psychologiques, de mesures coercitiveset d'actions tout simplement illégales aux yeux de la loi civile et non canoniques.

J'évoque également, mais la place me manque ici, les actions entamées par le Patriarcat e Moscou pour s'emparer, parfois avec violence, parfois en jouant de complicités et de duplicité parmi nous, des batiments ecclésiaux: monastères, églises, skytes en Belgique, Suisse, France canada, Australie, Terre Sainte etc.

Il est très simple, dans ces conditions, de se drapper dans le confort officiel de la légitimité alors que celle-ci fut, au comble, baffouée dès le début par ceux qui s'en prévalent.

Ne soyez pas naïf et apprenez de cette situation tragique les éléments que vous ne possédez pas. Tout ce que j'affirme est vérifiable et je suis prêt à le prouver si nécessaire.

Dans l'attente, nous sommes honorés par le courage ecclésial et spirituel du père Nicolas Semenoff dont la simplicité et le courage sont des exemples à méditer et à suivre.

Le schisme n'est pas dans l'exclusion que subissent les justes et immuables tenants de la doctrine du véritable Patriarcat de Moscou, celui du Saint Patriarche Tikhon et des canoniques et incorrompus successeurs primats de l'Eglise toujours orthodoxe toujours russe mais devenue hors-frontières d'une structure devenue méconnaissable, mais dans le départ de ceux qui partageaient cette fidélité pour la trahir en s'approchant de l'institution stalinienne dite du Patriarcat de Loscou présidée par Alexis II, dit Drozdov par ses collègues du KGB.

Le schisme n'est donc pas dans le maintien dans la Foi et la Vérité mais dans son départ vers le mensonge, à savoir le Patriarcat d'Alexis II

Bonne lecture

crevieauxp
Messages : 48
Inscription : sam. 10 juil. 2004 19:46

Message par crevieauxp » sam. 20 nov. 2004 19:53

Voici d'autres réactions parmi nos paroissiens face à l'incompréhension de Yiannis:

"Cette personne se trompe. Les shismatiques c'est la nouvelle formation du synode de New York, car ils ont trahi la voie sacrée de la Vérité et ainsi, tous les nouveaux martyrs de Russie. Ils se sont sont lancés dans la compromission avec une para synagogue. Ils refusent de voir, par opportunité que le Patriarcat de Moscou (PM) est vicié tant qu'il ne reniera pas publiquement le sergianisme, que le "concept social", nouvellement inventé par le PM n'est pas un reniement spirituel clair et net. Comment considérer Eglise des gens qui kidnappent, font des procès à un Métropolite (d'autant plus s'il est considéré sénile!). Rien ne respire la chrétienneté dans leurs procédés."

"Je ne sais pas de quelle juridiction, extérieure à l'EORHF, vous croyez pouvoir juger celle-ci mieux que nous le faisons de l'intérieur. Toujours est-il que "le synode légitime et canonique du métropolite Laure" n'est qualifié de "légitime et canonique" par les autres juridictions, que depuis
que ce synode a pris la voie des compromissions avec Moscou.

Quant à nous autres qui commémorons le Métropolite Vitaly nous n'avons pas bougé notre position dogmatique/canonique d'un seul iota - par conséquent nous ne saurions être traités de "schismatiques". Nous n'avons pas "quitté" quoi que ce soit ; certains ont cru pourvoir nous chasser, d'une façon qui est tout sauf "légitime et canonique". Qu'on se rappelle seulement que le prétendu "défroquage" de Mgr Barnabé avait été motivé par "le meurtre" et "le mariage avec des diaconesses" !

L'âge avancé du Métropolite Vitaly ne lui a nullement enlevé son discernement, ni même son humour et son humeur. Cet âge ne rend pas plus "légitime et canonique" les exactions commises contre lui par "le synode du Métropolite Laure", tels le kidnapping du 22 novembre 2001, les procès interminables visant à lui couper tout moyen de subsistance, ou l'internement psychiatrique forcé.

Ce dernier a d'ailleurs déclaré le métropolite Vitaly "sain d'esprit et apte à continuer son métier" (voir russia-talk.com et monasterypress.com), ce qui apporte un démenti cinglant à votre insinuation désobligente sur sa prétendue sénilité. Ce type de désinformation résulte d'une "anima nocendi" et s'apparente à l'offense telle qu'évoquée dans le saint évangile de Matthieu, 5 22 :
"Quiconque se met en colère contre son frère sera passible du jugement. Celui qui traitera son frère de RAKA sera passible du sanhédrin. Celui qui le traitera de fou sera passible de la géhenne de feu."

Nous vos conseillons donc de revoir vos informations avant de vous lancer dans des affirmations inutilement insultantes."

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » sam. 20 nov. 2004 21:06

Pour l'instant il n'y aucun argument sérieux d'exposé sur ce qui s'est passé lors de cet éclatement de l'EORHF.

Pour apprécier la légitimité des uns ou des autres il faut d'abord se référer aux statuts. Le reste n'est que mauvaise littérature bêtement partisanne. Que disent les statuts de l'Eorhf? A quoi vous référez vous pour affirmer:<<certains ont cru pourvoir nous chasser, d'une façon qui est tout sauf "légitime et canonique".>> Quels textes?
Que signifie:<<Qu'on se rappelle seulement que le prétendu "défroquage" de Mgr Barnabé avait été motivé par "le meurtre" et "le mariage avec des diaconesses" ! >>
Le métropolite Vitaly avait-il le droit statutaire de s'opposer à la majorité de son synode?
Nous vos conseillons donc de revoir vos informations avant de vous lancer dans des affirmations inutilement insultantes."
Pourriez dépassionner ce débat en enrichissant le forum d' informations argumentées.
<<"Je ne sais pas de quelle juridiction, extérieure à l'EORHF, vous croyez pouvoir juger celle-ci mieux que nous le faisons de l'intérieur.>>
Dans ce cas je me demande ce que cette affaire vient faire sur le forum. Car s'il faut faire partie de l'Eorhf pour se faire un avis alors pourquoi utilisez vous ce forum pour demander une aide financière? A qui faites vous appel sinon justement à des fidèles qui n'appartiennent pas à votre juridiction et auxquels vous récusez le droit d'avoir un avis? Laissez nous au moins la libre appréciation de vous donner ou non ce financement et aidez nous à y voir plus clair.
Soyez un peu cohérents avec votre démarche, expliquez nous plutôt vos positions et surtout donnez les textes internes qui régissent le synode.

RAKAntoine

Jeanne Saint Gilles
Messages : 154
Inscription : mar. 03 août 2004 18:20
Localisation : Paris 08

Les statuts du commandeur

Message par Jeanne Saint Gilles » lun. 22 nov. 2004 16:48

Je crois Antoine, que même s'il est bon de se fonder sur le sstatuts pour se faire une opinion, la vie de l'Eglise ne se fonde pas uniquement sur le respect de statuts de telle association qui incarne telle Eglise. On entre dans un juridisme qui peut conduire au drame. Imaginez un instant que le Vatican infiltre tel Synode à tel point que ce Synode vote l'union avec l'Eglise catholique : les statuts auront été répétés. Faudra-t-il se taire pour autant? Dans le même ordre d'idée, j'ai lu que le Concile des Brigands à Ephèse semblait respecter d'éventuelles règles pour décider de la validité d'un concile. Mais ces règles n'existent pas car l'Eglise orthodoxe n'a jamais dit que l'infaillibilité résidait dans un corps particulier (évêque ou concile etc) mais dans tout le corps, ce qui fait qu'elle se manifeste de différentes façon.

Dès lors une majorité à un synode ou à un concile ne veut rien dire surtout si on la regarde avec seulement 4 ans de recul.

Par ailleurs votre vue m'a l'air partiale car vous brandissez les statuts (humains) mais ne demandez pas à entendre ce qui a a trait aux questions canoniques (divino-humaines).

Je précise que je ne prends pas partie -je ne relève pas de cette juridiction. En toute honnêteté, j'ai tout de même vue sur internet des photos où on voit bien ce qui s'apparente à une tentative d'enlèvement...
Jérusalem quand pourrai-je te voir?

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » lun. 22 nov. 2004 17:44

Tout d'abord, en ce qui concerne cette rubrique, il me semble difficile de demander de l'argent à des fidèles orthodoxes qui fréquentent les paroisses des patriarcats historiques (dont celui de Moscou) tout en crachant en même temps sur ces mêmes patriarcats.
Il me semble également inconvenant de balayer d'un revers de main toute opinion par un <<"Je ne sais pas de quelle juridiction, extérieure à l'EORHF, vous croyez pouvoir juger celle-ci mieux que nous le faisons de l'intérieur.>> sans apporter d'éclaircissements objectifs permettant au lecteur d'y voir clair. Si on veut vivre seul dans son coin on se débrouille seul dans ce même coin et on ne sollicite pas financièrement le lecteur par l'intermédiaire du forum. Un peu de cohérence!

Il est assez difficile de comprendre ce qui s'est passé réellement au sein de l'EORHF. Il semble que ce ne soit pas très joli joli , qu'on ait brutalisé le métropolite Vitaly, puis tenter de le faire interner etc.... Bref une histoire assez énorme au sein d'un synode qui se dit chrétien et orthodoxe. Mais admettons que ce soit de l'histoire humaine, condamnable certes mais humaine, alors restent les canons de l'Eglise et les statuts internes qui se doivent aussi d'être en conformité avec ces canons. Les canons de l'Eglise orthodoxes sont connus. Il n'est pas question de les minimiser et vous avez raison de le rappeler. Mais ils sont connus et chacun peut se faire un jugement en regard de ces canons. En revanche les statuts de l'EORHF ne le sont pas pour nous de langue Française. Et il est important aussi de les connaître pour comprendre le fonctionnement de ce synode et savoir si , déjà, simplement statutairement, le métropolite Vitaly pouvait s'opposer à son synode et réhabiliter l'évêque Barnabé par exemple etc...Et dans la mesure où il n'était plus d'accord avec son synode devait-il statutairement le quitter ou bien est-ce les autres qui devaient s'en aller avec toutes les conséquences que cela entraîne. (Ecclésiologiques,financières, propriété des biens ecclésiastiques etc...)

Nous avons plusieurs fois sur ce forum cité la revue "la voie orthodoxe" et des textes de Trinadtzaty par exemple. Il n'y a donc aucun parti pris.
Un échange d'invectives ne fera pas avancer le débat et n'apportera rien aux lecteurs. Il convient donc d'argumenter et ce en Français. "Yiannis" et "Crévieauxp" sont donc priés de se conformer à cette règle des échanges argumentés. Avant de traiter une communauté de schismatique on y regarde à deux fois et on justifie sa position ou l'on pose les questions adéquates.

Et je répète qu'il me semble complètement absurde de faire financer sa communauté par ceux auxquels justement on dénie l'appellation d'orthodoxes. Cela revient à demander :"Achète moi un flingue pour que je te tire dessus".

Aujourd'hui qui est la véritable Eglise Russe Hors Frontière?

crevieauxp
Messages : 48
Inscription : sam. 10 juil. 2004 19:46

Message par crevieauxp » mar. 23 nov. 2004 8:14

> Que disent les statuts de l'Eorhf?
> Le métropolite Vitaly avait-il le droit de s'opposer à la majorité de son
synode?

L'article 3.38 des Statuts de l'EORHF confère au Primat explicitement le
droit de :

"protester [ce que le Métropolite Vitaly fit, dans son encyclique du 30 juin
2001] dans les cas où les décisions du Synode [l'interdiction en masse du
clergé de France, réfractaire au rapprochement avec le MP] ne conduisent pas au bien être et au bénéfice de l'Eglise [ce qui était le cas]. Il doit motiver sa protestation par écrit et suggérer au Synode qu'il revoie l'affaire [ce qu'il fit admirablement dans son encyclique de juin 2001, mais aussi dans celle de janvier 2001, toutes deux censurées honteusement]. Si le Synode persiste dans sa décision [ce qui est
le cas], le Primat peut suspendre sa prise d'effet et appeler un Concile ...
[ce qu'il fit]".

On voit donc que la suspension de l'interdiction abusive et non canonique du clergé de France est parfaitement conforme avec le statut de l'EORHF.

Pourquoi l'interdiction elle-même était "abusive et non canonique". Cela est encore plus clair. L'interdiction du clergé franco-belge n'a respecté aucune "procédure". Aucun des prêtres n'a été invité à présenter sa défense, en contradiction avec l'Evangile : "Notre Loi condamne-t-elle un
homme sans que d'abord on l'entende ... ?" (Jean 7-51). Seule une parodie de Tribunal fut jouée à Munich, promenade bavaroise sans objet puisque le verdict avait été prononcé antérieurement.

L’invitation à Munich (mai 2001) était d’ailleurs anti-datée. Sa simple
lecture indique qu’elle était conçue pour être refusée (pour aussitôt en
faire le reproche aux invités). Last but not least, au « synode » de Munich
il y avait un absent de marque : le Président, c’est-à-dire le Primat Vitaly!

En outre:

- aucun Tribunal n’avait été désigné.

- ce n’était pas une réunion du Synode : des non-membres y assistaient et
des membres du synode étaient absents, notemment le Métropolite.

- l’invitation n’était pas « au Synode », mais « à rencontrer un membre
particulier du Synode ».

- ce membre particulier avait déjà, précédemment, pris parti contre le
clergé de France, donc il ne pouvait être, à lui seul, juge.

- l’invitation n’était pas du tout à une audition, mais « à débattre de leur
avenir » ; autrement-dit, le jugement était déjà prononcé au moment de la convocation.

- la réunion avait lieu dans un autre diocèse, dirigé par un supporter de l’
évêque contesté par le clergé incriminé, le grand artisan de l'union avec
Moscou (Mgr Mark).

- pour une affaire aussi grave, le préavis était de moins d’une semaine.

- précédemment , le clergé avait proposé de venir se faire entendre par le
Concile, à NY, on ne saurait donc lui reprocher de vouloir se soustraire au
jugement de la hiérarchie. Aussi, une procédure canonique était pendante
contre l'évêque Ambroise.

- le clergé avait promis par écrit de se soumettre à la décision du Tribunal
(mais pas à Mgr Mark)


> Que signifie:<<Qu'on se rappelle seulement que le prétendu "défroquage" de Mgr Barnabé avait été motivé par "le meurtre" et "le mariage avec des diaconesses" ! >>

Cela signifie exactement ce que j'ai écrit : parmi les canons qui "motivent"
la condamnation de Mgr Barnabé, il y a celui qui condamne le mariage des
diaconesses (une affaire disciplinaire désuète, remontant aux premiers
siècles de notre ère), ainsi qu'un canon de Saint Basile le Grand qui
exprime la grande culpabilité des meurtriers, même lorsque le meurtre est
involontaire.

> Laissez nous au moins la libre appréciation de vous donner ou non ce
financement et aidez nous à y voir plus clair.

Nous ne l'entendons pas autrement.

Nous avons pensé qu'un clergé qui se fait interdire et défroquer sans jugement, un métropolite qui se fait interner et kidnapper, un prêtre qui se fait "mettre sur le carreau" (l'expression est utilisée au Tribunal), etc, tout cela pour oser garder la tradition longue d'un siècle de résistance opiniâtre au modernisme et à l'oecuménisme, méritaient au moins une bonne pensée de la part de vos lecteurs.


> Pourriez vous vous calmer un peu et dépassionner ce débat en enrichissant le forum d' informations argumentées.

J'espère vous avoir donné satisfaction.

Merci de votre compréhension et que Dieu nous à tous vienne en aide.

Claude le Liseur
Messages : 3909
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Message par Claude le Liseur » mar. 23 nov. 2004 13:08

Merci, Philippe, pour toutes ces précisions, et en particulier pour les extraits du règlement de l'ERHF.

Je voudrais encore vous poser une question: y a-t-il eu, oui ou non, démission du métropolite Vitaly à la fin de l'année 2000? J'entends par là: a-t-il démissionné pour revenir ensuite sur sa décision ou a-t-on annoncé sa démission de manière abusive?

Jeanne Saint Gilles
Messages : 154
Inscription : mar. 03 août 2004 18:20
Localisation : Paris 08

Question

Message par Jeanne Saint Gilles » ven. 26 nov. 2004 0:54

Merci pour ces précisions : mais une question. L'ERHF devait bien être enregistrée en tant qu'association ou une chose de ce genre... Donc si les statuts de l'association n'ont pas été respecté, pourquoi ne pas avoir saisi la justice civile de ce non respect? Est-ce en cours, cela a-t-il été fait? Quelle est la réponse et dans quels pays?
Jérusalem quand pourrai-je te voir?

crevieauxp
Messages : 48
Inscription : sam. 10 juil. 2004 19:46

Message par crevieauxp » lun. 13 déc. 2004 0:36

Pardon pour le temps que j'ai mis à répondre à la dernière intervention dans ce post. Je vous invite à lire la déclaration du Métropolite Vitaly lui-même au post "Déclaration sur l'enlèvement du métropolite Vitaly". Cette déclaration date du 10/23 février 2002.

Claude le Liseur
Messages : 3909
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: DES NOUVELLES DE L'EGLISE-MEMORIAL A BRUXELLES

Message par Claude le Liseur » mer. 06 juin 2012 14:14

crevieauxp a écrit :APPEL DE FONDS
DES PAROISSIENS DE L'EGLISE-MEMORIAL DE BRUXELLES

L'Eglise-Mémorial bien connue du Tsar-Martyr Nicolas à Bruxelles, symbole de la diaspora russe à travers le monde, érigée avec l’amour de son tsar et de la Russie par l'émigration toute entière, a eu durant les 16 dernières années un recteur dévoué en la personne du père Nicolas Semenoff.

Après le schisme au sein de l'Eglise Orthodoxe Russe Hors Frontières en l'an 2000, le père Nicolas est resté fidèle au Métropolite Vitaly, mais il fut écarté de ses fonctions par la hiérarchie de l'Archevêque Laure, engagée vers l'union avec la Patriarcat de Moscou. Nous apprenons aujourd'hui que nous avons perdu l'action en justice menée depuis trois ans, et que l'archiprêtre Nicolas Semenoff doit être expulsé de la maison qu'il occupe avec sa famille et où, ces dernières années, il assurait les offices religieux au rez-de-chaussée, aménagé en chapelle, qui rassemblait en moyenne 50 personnes aux offices.

La situation actuelle est critique car la maison doit être libérée le 5 janvier 2005, deux jours avant la fête de Noël orthodoxe russe.

Nous vous adressons une prière instante de nous aider à acquérir un local dans lequel le père Nicolas pourrait aménager à nouveau une chapelle, en continuant à desservir notre paroisse et y habiter avec sa famille.

Notre banque en Belgique est : FORTIS BANQUE, compte n° 210-0893098-71. Il faut en plus mentionner : IBAN BE 49 2100 8930 9871 BIC GEBABEBB pour les paiements depuis l'étranger, avec le communiqué « maison ». Les chèques bancaires doivent être libellés à : COM.CULT.ORTHODOXE et adressés sous enveloppe au : 30, Rue Henri van Zuylen
1180 Bruxelles - Belgique

Nous vous remercions d'avance pour votre assistance possible à cette œuvre d'Eglise.

Que le Seigneur vous vienne en aide.

Bruxelles, le 10 novembre 2004.

Au nom du Conseil paroissial
Pierre Kotschoubey- Staroste

Tiens, nous apprenons grâce à un article du quotidien marocain L'Opinion, cité par le site www.orthodoxie.com, que le RP Semenoff était prêtre à Bruxelles et à Casablanca:

L’Eglise orthodoxe russe de la rue de Blida à Casablanca menacée de destruction

L’église de la Dormition à Casablanca, construite à la fin des années cinquante grâce aux dons et aux efforts des émigrés russes, se trouve actuellement menacée de destruction.
C’est l’un des deux lieux du culte orthodoxe russe qui subsiste sur le territoire marocain, l’autre, datant de 1931, se trouve à Rabat. A Casablanca existe aussi une église grecque-orthodoxe.
L’ex-prêtre de l’Eglise Orthodoxe Russe à l’Etranger (EORE) et citoyen français Nicolas Semenoff suspendu ad divinis en 2001, a réalisé la vente du patrimoine de la paroisse de la Dormition au profit d’une personne de nationalité marocaine dont le but est de détruire l’église et de réaliser un projet immobilier. Cette église se trouve en effet en plein cœur d’un quartier d’affaires où les terrains ont acquis, ces dernières années, une très haute valeur immobilière.
Le 1er février, une équipe d’ouvriers dirigée par M. Semenoff est entrée dans l’église récemment rénovée par les membres de la communauté, a détruit l’icônostase, arraché des murs les vieilles icônes et tenté d’emporter vers une destination inconnue le mobilier et les objets sacrés de l’église, mais en ont été empêchés par le locataire des bâtiments annexes occupés par les bureaux de l’Association MJID.
Le 16 février, l’archevêque de Genève et de l’Europe Occidentale Mikhaïl, sous la juridiction duquel se trouve l’église de la Dormition, ainsi que le RP Maxime Massalitine, recteur de l’église de Rabat, ont déposé une plainte auprès de la police et du Procureur général du Roi qui a ordonné une enquête.
Fin février, M. Semenoff a été interpellé par les services de police de l’aéroport Mohammed V, son passeport confisqué et les fonds provenant de la vente gelés, et ce, jusqu’au terme de l’enquête engagée et de la décision de justice qui est attendue.
L’église de Casablanca est formellement la propriété de l’Association « COMMUNAUTE et EGLISE ORTHODOXE RUSSE au MAROC», créée en 1948 par l’amiral Roussine, la princesse Ouroussoff et par un grand nombre de membres éminents de l’émigration russe établis à Casablanca.
Le premier recteur de la paroisse de la Dormition a été l’archiprêtre Mitrophane Znosco-Borovsky, par la suite évêque de Boston. A partir de 1970, du fait qu’il ne restait plus que très peu de paroissiens russes, l’EORE a cessé d’envoyer un prêtre permanent à Casablanca et en 1978 le territoire, à l’exclusion de l’église, a été loué d’abord à la famille orthodoxe Gnéditch puis après le départ de celle-ci, en 1986, un bail a été conclu aux mêmes conditions avec M. Mohammed Mjid, représentant du Commissariat aux Réfugiés. En 1990, Nicolas Semenoff, prêtre résident à Bruxelles, était en charge de l’église.
A partir de 2000 et malgré les constantes demandes des habitants de Casablanca –dont le nombre avait considérablement augmenté- N. Semenoff n’était jamais venu officier à Casablanca et opposait une fin de non-recevoir à ceux des paroissiens qui souhaitaient faire partie de l’Association.
Le 30 octobre 2001, par décision du Tribunal Spécial de l’Eglise de l’Etranger, Nicolas Semenoff était interdit de sacerdoce. A partir de 2002, l’église était desservie par le recteur de l’église orthodoxe grecque de Casablanca qui était alors et jusqu’en 2010 le R.P. André Pronine qui y célébrait les offices pour une communauté russe de plus en plus nombreuse.
A partir de 2005, suite à un accord conclus entre l’EORE et le Patriarcat de Moscou, les offices religieux étaient régulièrement célébrés par les prêtres de l’église de la Résurrection à Rabat.
Les pièces officielles existantes montrent que : N. Semenoff utilisant de fausses attestations a modifié les termes du bail de l’annexe de l’église ; qu’en 2004 il a secrètement modifié les statuts de 1948 et que fin 2011/début 2012 et avec l’aide de deux personnes n’ayant aucun lien avec la communauté russe de Casablanca et contre sa volonté, il a concrétisé la vente de l’église.
Le dernier office religieux a été célébré le 15 Janvier 2012 par le prêtre de Rabat.
L’enquête est actuellement terminée et ses résultats transmis au Procureur Général du Roi qui doit statuer. Par ailleurs, le nouveau propriétaire a adressé au locataire de l’annexe une mise en demeure à quitter les lieux. Celui-ci a pratiquement vidé ses bureaux et rien ne pourra désormais faire obstacle à la volonté de l’acquéreur de démolir l’église, sinon les efforts déployés par les défenseurs de la loi et par la communauté pour la protéger.
L’église de la Dormition de Casablanca, symbole éclatant du respect témoigné par l’Etat et le peuple marocains envers les autres religions du Livre, doit continuer à exister.
Extrait de L'Opinion du 4 juin 2012, ici: http://www.lopinion.ma/def.asp?codelang ... info=25738

(J'ai reproduit le texte avec les quelques fautes d'orthographe qu'il contient, comme ad divinis au lieu de a divinis.)

Claude le Liseur
Messages : 3909
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: DES NOUVELLES DE L'EGLISE-MEMORIAL A BRUXELLES

Message par Claude le Liseur » mer. 06 juin 2012 14:28

Une page Fesse-Bouc consacrée aux églises orthodoxes russes de Casablanca et de Tunis:

http://www.facebook.com/eglise.russe.casa

C'est intéressant de parler de temps en temps de cette petite présence orthodoxe qui survit au Maghreb: une église grecque à Casblanca et une à Tunis; une église russe à Rabat et une à Tunis; et cette église russe qui va être détruite à Casablanca.

Il y avait aussi une présence orthodoxe en Algérie avant l'indépendance. Sur la liste des civils européens et juifs massacrés par le FLN entre 1954 et 1963 (pardon! "disparus en Algérie entre 1954 et 1963") que vient de publier Jean-Jacques Jordi dans son livre Un silence d'Etat, j'ai relevé pas mal de noms à consonance grecque ou russe ce qui, vu l'époque (avant la déchristianisation durable de l'Union soviétique), laisse supposer une appartenance confessionnelle orthodoxe.

Répondre