la dépression — croix spirituelle

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

la dépression — croix spirituelle

Message par Antoine » mer. 30 juil. 2003 14:53

Date : 15.05 22h54
auteur : Catherine


Ce que nous appelons communément une
dépression est une crise
(une croix), une épreuve spirituelle, et c'est pour
cela que la médecine ne
peut la guérir réellement. Il vaut d'ailleurs mieux, si
possible, ne pas
essayer de l'enrayer par un traitement
médicamenteux, des
antidépresseurs si courants en France, car l'issue
peut en devenir, si l'on
sait patienter, des plus heureuses, surtout chez les
croyants.
En revanche, dans presque tous les cas, il est bon
de se faire
accompagner d'un chrétien orthodoxe spirituel qui
sache conseiller au
cas échéant.
C'est un état d'extrême dénuement de l'âme chez
ceux dont Dieu veut
sonder l'inclination profonde (la "proaïresis").
Privée, en effet de ce qui l'attachait à la vie
terrestre et temporelle (car la
dépression nous enlève nos affections
existentielles, parfois notre
supposée raison de vivre) et découvrant ainsi sa
pauvreté essentielle
(nous sommes atrocement démunis, seuls avec
notre néant, et comme
abandonnés de Dieu Lui-même dans cet état),
l'âme aspirera soit à
recouvrer le goût de son bonheur factice et
éphémère d'ici-bas (ce que
les médicaments peuvent l'aider à faire), soit à
chercher sa nourriture
éternelle et incorruptible ("ton arton epiousion") qui
est le Christ, qui sera
sa joie véritable et que seul le repentir peut lui
donner.
Les intelligences les plus lumineuses n'ont pas
besoin de cette épreuve.
Elles adhèrent à l'unique nécessaire par un
mouvement spontané de leur
faculté spirituelle.
D'autres, plus obscures, doivent rester plus ou
moins longtemps ou
plusieurs fois de suite dans cet état avant de
comprendre et d'opter pour
Dieu, si toutefois ils veulent bien faire le pas.
Encore d'autres… mais qui peut énumérer tous les
moyens que Dieu
met en œuvre pour essayer de sauver jusqu'aux
plus insensées de ses
créatures "raisonnables", en toute discrétion et
sans jamais employer la
contrainte, sans jamais violer leur liberté ? Comme
Lui-même le dit par la
bouche du prophète :
" C'est moi qui guidai les pas d'Ephraïm, Le
soutenant par ses bras; Et
ils n'ont pas vu que je les guérissais. Je les tirai
avec des liens
d'humanité, avec des cordages d'amour, Je fus
pour eux comme celui qui
aurait relâché le joug près de leur bouche et je leur
présentai de la
nourrituere. " (Osée 11,4)

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mer. 30 juil. 2003 14:54

Date : 16.05 01h43
auteur : Olia



Je crois que Dieu nous donne parfois des épreuves à
surmonter, mais il voit
aussi nos inclinaisons profondes sans avoir besoin
de nous étudier ou sonder.
Dieu veut que les hommes soient ses collaborateurs,
même guidés par Lui.

(J'ajouterai aussi que ce ne sont pas uniquement les
intelligences plus
lumineuses qui évitent l'abattement ou l'acédie, mais
aussi ce qui sont
relativement "peu sensibles" à certains types de
tentation).

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mer. 30 juil. 2003 14:55

Date : 16.05 11h47
auteur : Antoine


XB!

Il y a parfois sur ce forum des messages magnifiques, qui n'appellent aucun commentaires, aucune réponse, mais dont l'évidence spirituelle est une théophanie.
Il faut savoir la saisir sans la détruire et se laisser
iradier...

Antoine
Messages : 1782
Inscription : mer. 18 juin 2003 22:05

Message par Antoine » mer. 30 juil. 2003 14:59

Date : 16.05 14h45
auteur : Olia



Le fait de mentionner une problématique aussi complexe, à mon avis,
demande
quelques compléments qui pourront peut-être faire éviter à certains d'entre
nous
des conclusions plus ou moins simplistes. Le terme même de "dépression"
est
appliqué à des réalités différentes.

Je citerai donc une page orthodoxe en anglais (de l'Eglise Hors-Frontière, je
crois) concernant la question :

"http://www.fatheralexander.org/booklets ... tephen.htm

« ... Depression, can operate, independently, in both dimensions of human
existence. Consequently, the cure the soul may not necessarily heal the
depression caused by the body. And curing the bodily source of depression
will
not heal that affliction in the soul. It should be kept in mind that the
depression caused by the body will, in most instances, require medical
intervention. The problem facing us as pastors is determining which form of
depression we are dealing with when one of our parishioners comes to us
complaining of this affliction. Is it depression from a physical cause or
depression from a spiritual cause?

There are many real causes of what we call "depression." There are also
erroneous ideas about what causes depression. One such idea is that
depression
is the result of sin. Is there any truth to this? Yes there is; but sin is not
the only cause. Look at Job, for example. God tested him, and he was in a
miserable state. His friends asked him: "Is not thy wickedness great? And
thine
inequities infinite?" (Job 22:5) Job had already responded: "Miserable
comforters are ye all" (16:2) Job had not sinned and God vindicated him in
the
end. He was, no doubt, "depressed" but not as the result of personal sin.
Separating the cause from depression is very important.

The depression is the symptom, the cause is the problem (disease). We
must seek
to remove the cause.
Depression can be seen as one of three things or even a combination of
these:
1. It can be a symptom of something. Influenza
or serious disease may have depression as a side effect.
2. It can be a reaction to life events, as in the death of a loved one, or being
fired, or living a sinful life, or being angry, or experiencing guilt (whether
false guilt or deserved guilt). This is called "reactive depression." It occurs
as a response to a certain life style or event. Cognition also plays a leading
role in reactive depression.
3. It can be a disease in and of itself, such as when the body is suffering
from
some disorder. It may be hormonal, genetic, or physiological.
There are also certain risk factors that may lead to depression:
1. A person's sex. Women have a higher rate of depression than do men.
(2:1).
2. Age. Surveys seem to indicate a higher rate of depression in younger
adults
(18 to 40).
This is a change from earlier in this Century when older adults were
reported to
be more depressed.
3. Marital status. Separated and divorced persons show a higher incidence
of
depression than do those who never married or who are currently married.
Rates
are lower among married persons the among single persons.
4. Social class. Depressive symptoms are more common among those in
the lower
occupational, financial, or educational levels.
5. Genetic factors. There seems to be compelling evidence that heredity
factors
predispose a person to bipolar disorders (Manic-depressives).
6. Biological factors. There is growing acceptance that clinical depression
can
be triggered in a number of different places in the body. Physical illness
almost certainly increases one's risk for depression - so does having a
certain
"high risk" physiology.

Before we leave this section on depression, - its types and possible causes,
and
before we look at the human person and depression from the standpoint of
the
Church and the Fathers, let's trace a resulting depression from a root
cause..."

I say this
because it is not my intention to add to or
change anything having to do with
our Holy Orthodox Faith. It's inevitable,
however, that out of ignorance or lack
of full knowledge, something may be said that
will not be correct, and it is for
this reason I know I may have to do just that -
revise and extend my remarks. I
know there's enough knowledge in this room to
more than make up for any
inadequacies I may demonstrate").

"... Before we leave this section on depression, -
its types and possible causes,
and before we look at the human person and
depression from the standpoint of
the Church and the Fathers, let's trace a
resulting depression from a root cause.


One accepted major cause, mentioned earlier, is
anger. Most anger begins with a
"HURT" (some disappointment, an action or
non-action on the part of someone).
Instead of admitting the hurt the person mulls it
over and becomes "ANGRY."
Anger hides the hurt. The anger is not admitted,
expressed, or dealt with. This
may lead to "REVENGE." The revenge hides
the hurt and the anger. Revenge leads
to disruptive, violent actions that are not
acceptable in our society. The
revenge is then repressed. The repressed
revenge can lead to 1), destructive
action; or 2), Psychosomatic symptoms; or 3),
depression. If the depression
deepens, or is not alleviated, it can lead to
despair and despondency.

This doesn't explain all depression but does
explain some.

We can now understand a little better this
malady called depression. And secular
psychologists consider it a malady. From the
point of view that it was not given
to mankind by God, it is a malady. The Holy
fathers say that all types of
pathology arise as the result of separation from
God. It is a highly complex
disorder that can come from both good and evil
sources."

Autre extrait de cette page : « Among the Holy
Fathers, there is a distinction
made between depression that comes from
living a sinful life, and a depression
that occurs and deepens the closer one gets to
God.

In the first instance, knowingly living in such a
way that goes counter to the
way God wants us to live, there is set up in the
conscience an element of
conflict and self recrimination. This conflict and
self recrimination causes an
agitation that vibrates through the mind and into
the heart. We then rightly
reproach ourselves for the lack of firm intention
and true repentance, and we
become ashamed at our mode of living. The
sadness that results, causes us to
think, act, and react in a subdued manner in the
presence of men and a Holy God.
We then are called "depressed." Our joy, peace,
holiness etc., are not able to
be expressed. This type of depression moves us
to turn from sin to holiness by
way of purification (which is the first step in a
three-step process of
purification, illumination, and theosis). The
Fathers teach that the Spiritual
Father, the sacraments and the ascetic life
provide the cure. In the meantime,
we continually acquire greater self-knowledge
and a deeper love for a merciful
and long-suffering God.

Some Orthodox Christians, however, fail to
alleviate this conflict,
recrimination, and shame to such a degree, that
they despair of ever being able
to overcome them or to receive God's
forgiveness because of them. They see the
situation as hopeless. Even after repentance
and forgiveness they cannot believe
that God, or their fellow man, can associate with
one so depraved. In other
words, they have lost their trust in God. The
result is despair and despondency.


The cure for these afflictions is the same as for
the depression just described.
However, the Spiritual Father must understand
human nature as did the Holy
Fathers, and he must be a careful and sensitive
counselor.

Yet, in the teachings of the Fathers, one type of
that which we may call
depression will always remain (especially as we
advance in the spiritual life).
Listen to the words of Elder Silouan: (Elder
Silouan, Moscow, 1994, P. 316).
When the soul is full of God's love, it is from
immeasurable joy that it grieves
and tearfully prays that the whole world would
come to know its master and
heavenly Father, neither knowing peace, nor
wanting it, until all enjoy the
grace of His love.

The Fathers make a distinction between
depression, and despair and despondency
that are caused by hopelessness. In the Holy
Fathers, depression (sorrow) comes
from either not living the way we know we
should, or as the result of drawing
closer to God and being confronted with our
unworthiness and the realization
that the majority of mankind is far from Him.

1. Speak about St Peter (denied Christ; Cursed
Him; repented; sorrow for sin -
not hopelessness).
2. St. Paul (Sorrow for sin (Saul); and sorrow at
not being with God; chief
sinner, but knew a heavenly crown awaited him;
- not hopelessness).
Despair and despondency comes from a lack of
trust in God.
4. Speak about Judas (betrayed Christ as did St.
peter, but did not trust in God
- hopelessness (suicide)."

Finally, I should now like to turn to the writings of
St. John Cassian
(Nicene/Post-Nicene Fathers, Book 11, Page
265ff) (read from book). » ...

christianc
Messages : 107
Inscription : lun. 07 juil. 2003 9:21

Message par christianc » mer. 30 juil. 2003 17:15

Date : 16.05 14h45
auteur : Olia


Le fait de mentionner une problématique aussi complexe, à mon avis,
demande quelques compléments qui pourront peut-être faire éviter à certains d'entre nous des conclusions plus ou moins simplistes. Le terme même de "dépression" est appliqué à des réalités différentes.

Je citerai donc une page orthodoxe en anglais (de l'Eglise Hors-Frontière, je crois) concernant la question :

http://www.fatheralexander.org/booklets ... tephen.htm


Traduction Proposée
« ...
" ..La Dépression peut agir, indépendemment dans les deux dimensions de l'existence humaine. En Conséquence la guérison de l'âme peut ne pas nécessairement guérir la dépression causée par le corps et soigner la source corporelle de la dépression de guérira pas l'affiliction de l'âme. Nous devrions garder à l'esprit que la dépression causée par le corps devra, dans la plupart des cas, nécessiter une intervention médicale. Le problème qui se pose à nous en tant que pasteurs est de déterminer à quelle forme de dépression nous sommes en train de faire face quand un de nos paroissiens vient à nous en se plaignant de cette affliction. Cette dépression est elle d'origine physiologique ou d'origine spirituelle ?

Il existe beaucoup de causes réelles de ce que nous appelons "dépression". Il existe aussi beaucoup d'idées fausses de ce qui cause la dépression ..

Une de ces idées est que la dépression est la conséquence du péché. Y a t'il une seule vérité là sur ce point ? Oui, bien sûr; mais le péché n'est pas la seule cause de la dépression.

Prenons l'exemple de Job; Dieu l'a éprouvé et il était dans un état misérable. Ses amis lui ont demandé : "Ta méchanceté n'est elle pas grande ? Et ton iniquité infinie ?" (Job 22:5). Job avait déjà répondu "Quels pénibles consolateurs vous êtes" (16:2); Job n'avait pas péché et Dieu l'a restauré à la fin. Il était - sans aucun doute - "déprimé" mais pas comme le résultat d'un péché personnel.

Isoler la cause de la dépression est important.
La dépression est le symptôme, la cause est le problème (maladie), nous devons chercher à soigner la cause.
La Dépression peut être vue comme ayant une des trois causes ou même une combinaison des trois

1. Elle peut être le symptôme de quelque grippe ou quelque maladie maligne peut avoir pour conséquence une dépression.
2. Elle peut être une réaction aux évènements de la vie, comme la mort d'une personne aimée, être licencié, vivre une vie de péché, être en colère, ou expérimenter la culpabilité (qu'elle soit fausse ou méritée). On appelle ceci "dépression réactionnelle". Elle arrive comme une réponse à un certain style de vie ou événement de la vie. La Cognition (les idées , les conceptions) va alors jouer un rôle majeure dans une dépression réactionnelle.
3. Elle peut être une maladie en elle même, commae quand le corps souffre de quelque désordre. Elle peut être hormonale, génetique ou physiologique.

Il y a aussi certains facteurs de risque qui peuvent conduire à la dépression :

1. Le sexe de la personne. Les femmes ont un taux plus élevé de dépression que les hommes (2:1)
2. Age. Les enquêtes semblent indiquet un taux plus élevé de dépression chez les jeunes adultes (18/40). C'est un véritable changement depuis le début du 20 ème siècle quand les adultes plus agés étaient susceptibles d'être plus atteints par la dépression.
3. Le statut marital. Les personnes séparées et divorcées montrent une plus grande incidence de dépression que celles qui ne se sont jamais mariées ou qui sont actuellement mariées.
4. La classe sociale. Les symptomes dépressifs sont plus communs chez ceux qui ont le niveau professionel, financier ou d'éducation le plus bas.
5. Les facteurs génétiques. Il semble y avoir une évidence écrasante que les facteurs héréditaires prédisposent des personnes à des désordres bi-polaires (Maniaco-Dépressif).
6. Les facteurs biologiques. L'idée est de plus en plus acceptée que le dépression clinique peut être déclenchée en un nombre d'endroit différents du corps. La maladie physique augmente certainement le risque de la dépression, ainsi nous observons des physiologies à "hauts risques".

Avant de quitter cette section sur la dépression, ces types et ses causes possibles, avant de regarder à la personne humaine et à la dépression du point de vue de l'Eglise et des Pères, identifions donc la dépression resultante d'une seule cause.

(Je dis ceci car ce n'est pas mon intention d'ajouter ou de changer quoique que ce soit dans notre Sainte Foi Orthodoxe. Il est inévitable, néammoins, qu'à cause de l'ignorance ou d'un manque de connaissance complète, des choses incorrectes puissent être dites et c'est à cause de cette raison que je sais devoir réviser et étendre mes remarques. Je sais qu'il y a assez de connaissance dans cette pièce pour corriger les idées inadéquates que je pourrais exposer")



Avant de quitter cette section sur la dépression, ces types et ses causes possibles, avant de regarder à la personne humaine et à la dépression du point de vue de l'Eglise et des Pères, identifions donc la dépression resultante d'une seule origine..

La première cause, que nous avons mentionné plus tôt est la colère. La plupart des colère commenent par une "BLESSURE" (quelque déception, une action ou une négligence de la part de quelqu'un).

Au lieu d'admettre la blessure, la personne commence à la ruminer et devient "EN COLERE". La colère cache la blessure. On n'admet pas la colère, elle n'est pas admise, ni exprimée et on ne la traite pas. Cela conduit à la "VENGEANCE".

La vengeance cache la blessure et la colère. La vengeance conduit à des actions pertubatrices et violentes qui ne sont pas acceptables dans notre société. La vengeance est alors réprimée.

La vengeance répriméepeut conduire à

1) des actions destructrices
ou 2) des symptômes psychosomatiques
ou 3) la dépression. Si la dépression s'aggrave ou n'est pas soulagée elle peut conduire au désespoir et au découragement.
Ceci n'explique pas toutes les dépressions mais déjà, nous pouvons en expliquer quelques unes.
Nous pouvons déjà mieux comprendre cette maladie appelée dépression. Et les psychologues considèrent ceci comme une maladier. Et du point de vue que la dépression n'a pas été donnée à l'humanité par Dieu, c'est une maladie. Les Saints Pères disaient toutes les pathologies sont issues de la séparation d'avec Dieu.
C'est un désordre extrèmement complexe qui peut provenir à la fois de sources bonnes et mauvaises".
.
Autre extrait de cette page :
« Chez les Pères, il existe une distinction entre la dépression qui vient du fait de vivre une vie de péché et une dépression qui advient et approfondit la relation avec Dieu.
Dans le premier cas, sachant pertinemment que vivre d'une telle manière va à l'encontre des désirs de Dieu pour nous, il s'active dans la conscience un élément de conflit et de récrimination envers soi même. Ce conflit et ces reproches adressés à soi même causent une agitation qui résonen dans l'esprit et dans le coeur. Nous nous reprochons, à bon droit notre absence de fermes intentions et de vraie repentance et nous somme honteux de notre mode de vie. La tristesse qui en résulte nous fait penser, agir et réagir de manière adoucie-amortie en la présence des hommes et du Dieu Saint.

Nous sommes alors "déprimés". Notre joie, notre paix, notre sainteté etc.. ne peuvent plus être exprimées. Ce type de dépression nous conduit à nous détourner pour aller vers la sainteté par les moyence de la purification ( ce qui est la première étape d'un processus de trois étapes, qui sont la purification, l'illumination et la théosis). Les Pères ont enseigné que le Père Spirituel, les sacrements et la vie ascétique fournissent la guérison. Dans le même temps nous acquéront continuellement une plus grande connaissance de nous même et un plus grand amour pour un Dieu clément à la patience infinie.

Quelques Chrétiens Orthodoxes, néammoins, échouent à apaiser ce conflit, la récrimination; et la honte monte à un degré tel qu'ils désespèrent d'être jamais capable de les vaincre ou de recevoir le pardon de Dieu à cause d'eux. Ils voient la situation comme sans espoir. Même après la repentance et le pardon ils ne peuvent croire que Dieu, ou les hommes , puissent s'associer avec quelqu'un d'aussi dépravé.
En d'autres mors ils ont perdu leur confiance en Dieu. Le résultat en est le désespoir et le découragement.
La cure de ces afflictions est la même que pour la dépression qui vient d'être décrites.
Néammoins le Père Spirituel doit comprendre la nature humaine comme le faisaient les Saints Pères et il doit être un conseiller sensible et attentif
Il y a aussi dans les enseignements des Pères, un type de dépression que nous pouvons appelé la dépression qui dure toujours (spécialement quand nous avançons dans la vie spirituelle).
Ecoutons les paroles de Silouane L'Ancien : (Silouan l'Ancien, Moscou 1994, p.316)

Quand l'âme est pleine de l'amour de Dieu
elle est pleine d'une joie ineffable qui se chagrine
et prie avec larmes que le monde puisse
venir et connaitre son maitre et Père céleste,
Ne connaissant ni la paix, ni la désirant jusqu'à ce que tous
se réjouissent de la grâce de Son amour.

Les Pères font une distinction entre la dépression, le désespoir et le découragement qui sont causés par l'absence d'espoir. Dans les écrits des Saints Pères, la dépression (peine/chagrin) vient du fait de ne pas vivre de la manière dont nous savons que nous devrions , ou comme le résultat d'un rapprochement de Dieu et d'être confronté à notre indignité et de comprendre que la majorité de l'humanité est loin de Lui.
1. Parlons donc de St Pierre (Il a renié Christ, l'a maudit, a pleuré sur ses péchés - pas de désespoirr".
2; St Paul (Tristesse pour le péché (Saul), et tristesse de ne pas être avec Dieu, le plus grand des pécheurs mais il savait qu'une couronne céleste l'attendait - pas de désespoir )

3. Le désespoir et le découragement viennent d'un manque de confiance en Dieu
4. Parlons de Judas (Il a trahi Christ comme l'a fait St Pierre mais n'a pas eu confiance en Dieu - le désespoir l'a conduit au suicide"

Source :
http://www.fatheralexander.org/booklets ... tephen.htm
Finally, I should now like to turn to the writings of
St. John Cassian
(Nicene/Post-Nicene Fathers, Book 11, Page
265ff) (read from book). » ...

Répondre