Toutes les langues liturgiques

Échangez vos idées librement ici

Modérateur : Auteurs

Claude le Liseur
Messages : 4119
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Toutes les langues liturgiques

Message par Claude le Liseur » sam. 14 avr. 2018 10:59

Un site russe donne la liste de toutes les langues qui ont été en usage pour célébrer la liturgie dans l'Eglise orthodoxe (source: https://drevo-info.ru/articles/13674483.html ).

Il est assez intéressant de constater qu'en Russie, on sait que des dizaines de langues ont été utilisées, alors qu'en Europe occidentale, chacun de nous a fait l'expérience d'entendre des descendants d'émigrés blancs, à passeport français ou suisse, expliquer doctement que Dieu ne comprend que le slavon (ils ne semblent pas savoir que cette langue est un calque pour la traduction du grec...).
Современное состояние
В современном употреблении Православной Церкви - десятки языков, на которых хотя бы изредка совершается главное богослужение Церкви, Божественная литургия. Только семь из них - албанский, английский, арабский, греческий, грузинский, румынский и церковнославянский - можно однозначно назвать основными языками автокефальных Церквей, но общее количество богослужебных языков значительно выросло в последние годы и продолжает увеличиваться. К православным богослужебным языкам ныне принадлежат:

Албанский
Алеутский
Алтайский:
Основной богослужебный язык на приходах Горноалтайской епархии, где среди верующих преобладают алтайцы (ныне - приходы Улаганского района Республики Алтай в России); употребляется и на других приходах епархии.
Был внедрён в богослужение преподобным Макарием (Глухарёвым), его помощниками и учениками, в рамках Алтайской духовной миссии, с середины XIX века. К 1865 году была переведена и напечатана на алтайском Божественная литургия святителя Иоанна Златоуста, получено разрешение Святейшего Синода совершать богослужение на алтайском языке. Богослужения по-алтайски велись до разгрома миссии в начале XX века. Возобновление служб на алтайском для алтайцев стало одним из первых благословений епископа Каллистрата (Романенко) по возведении на вновь учреждённую Горноалтайскую кафедру в 2013 году. По состоянию на 2015 год "полностью на алтайском языке богослужение совершается только в Улаганском районе", частично язык используется также на других приходах [9].
Английский
Арабский:
Основной богослужебный язык Антиохийской Православной Церкви; употребляется в Александрийской и Иерусалимской Православных Церквях - в тех епархиях и приходах, где большинство паствы составляют арабоязычные верующие.
После завоевания арабами в VII-VIII веках почти всей канонической территории Александрийской, Антиохийской и Иерусалимской Православных Церквей здесь стало расширяться употребление арабского языка, который стал вскоре внедряться и в богослужение, наряду с греческим и сирийским. Перевод основных христианских текстов, включая богослужебные, с греческого и сирийского на арабский язык раньше всего начался в таких монастырях Иерусалимской Церкви, как лавра Саввы Освященного, Фаранская лавра и Синайский Екатерининский монастырь, - считается что самые ранние переводы восходят к 770-м годам [10]. В Александрийской Церкви переход большинства православных на арабский язык в быту, литературе и богослужении произошел к концу IX века [11]; в Антиохийской Церкви арабский постепенно стал основным богослужебным языком в X-XIII веках [12]. При этом в Александрийской и Иерусалимской Церквах греческий сохранил доминирующее положение среди духовенства, так что лишь в Антиохийском Патриархате арабский стал основным богослужебным языком.
Арамейский:
Употребляется для окормления местного арамееязычного населения в нескольких храмах и обителях Антиохийской Церкви, а также в отдельных общинах в рассеянии (известен один ассирийский приход с арамейским богослужением в селе Старая Канда (Дзвели Канда) Мцхетского муниципалитета Грузии под омофором Грузинской Церкви).
Арамейский язык, на котором говорил Сам Господь Иисус Христос, являлся одним из вспомогательных богослужебных языков Церкви уже в ветхозаветную эпоху. Новозаветная Церковь унаследовала и расширила его богослужебное употребление, в первую очередь на Ближнем Востоке. Массовое отпадение от Православия местных христиан после осуждения несторианства и монофизитства в V веке, а затем постепенный переход региона на арабский язык после арабского завоевания VII-VIII веков привели к угасанию арамейского богослужения в Православной Церкви. Однако отдельные островки арамейской богослужебной жизни сохранялись в течении последующих веков под омофором Антиохийского православного патриарха. Так, на начало XXI века православное богослужение на арамейском отправлялось в храмах в Маалюле и Сайднае в Сирии. Рассеяние христиан с Ближнего Востока обусловило употребление арамейского богослужения в местах их компактного проживания - в частности, по состоянию на 2015 год, по-арамейски совершались службы для ассирийцев в селе Дзвели Канда (Старая Канда) Мцхетского муниципалитета Грузии под омофором Грузинской Церкви [13].
Болгарский
Гагаузский
Греческий
Грузинский
Еврейский (см. Иврит)
Иврит:
Употребляется в ряде приходов Иерусалимской Православной Церкви для окормления ивритоговорящих верующих.
Язык богослужения Ветхозаветной Церкви, древнееврейский оставался в литургическом употреблении общин христиан-евреев и в первые века новозаветной эпохи, но постепенно ассимиляция с соседними народами привела к угасанию этой традиции. После многовекового перерыва, большой шаг к возрождению православного богослужения на древнееврейском был сделан в Русской Церкви - в 1841 году Василий Левисон перевёл литургию свт. Иоанна Златоуста на на библейский иврит для Русской духовной миссии в Иерусалиме [14]. С возрождением иврита как господствующего языка в Израиле, в Иерусалимской Православной Церкви постепенно назрел вопрос об окормлении ивритоговорящих и с начала 1980-х годов, во многом благодаря усилиям священника-еврея о. Илии Шмаина, иврит стал постепенно возвращаться в православное богослужение [15].
Индонезийский
Испанский
Итальянский
Карельский
Кикуйю
Китайский
Коми-зырянский
Корейский
Кряшенский (см. Татарский)
Латышский
Литовский
Марийский:
Употребляется в ряде приходов Марийской митрополии для окормления марийцев.
Внедрение марийского языка в богослужение произошло в рамках проекта Миссионерского отдела Йошкар-Олинской епархии, получившего поддержку по грантовому конкурсу "Православная инициатива" Русской Православной Церкви. Проект предусматривал осуществление перевода Божественной литургии на марийский язык, издание нотных сборников с песнопениями литургии и совершение миссионерских выездных богослужений в 15 деревнях на северо-востоке республики епархии населённых преимущественно марийцами. Реализация проекта началась 1 мая 2014 года, песнопения Божественной литургии на марийском языке были положены на обиходные распевы. Первая литургия на марийском языке была совершена 5 июня того года в домовом храме Йошкар-Олинского епархиального управления в честь иконы Божией Матери "Троеручица". На этом богослужении присутствовали все участники проекта, а также архиепископ Йошкар-Олинский Иоанн (Тимофеев). Выездные богослужения совершались в три летних месяца. В последующие годы совершение богослужений по-марийски стало распространяться в ряде приходов епархии (с 2017 года - Марийской митрополии) [16].
Немецкий
Нидерландский
Осетинский
Польский
Португальский
Румынский
Сербский
Славянский (см. Церковнославянский)
Словацкий
Суахили
Татарский:
Употребляется на приходах Кряшенского благочиния Татарстанской митрополии и татарской православной общиной при Московском Фоминском храме на Кантемировской.
В 1846 году император Николай I Павлович повелел перевести церковное богослужение на татарский язык. Переводы, первоначально бывшие кабинетной работой, стали быстро пополняться и внедряться в жизнь в 1860-х годах в связи с открытием в Казани крещено-татарской школы Николая Ильминского, а за ней и других школ в разных сёлах. Благодаря деятельности святого Макария (Невского) стало возможным совершение первой Божественной литургии по-татарски (кряшенски) для учеников Казанской крещено-татарской школы в день Торжества Православия 9 марта 1869 года. Впоследствии богослужение на народном языке распространилось на ряд кряшенских приходов и продолжалось вплоть до подавления церковной жизни после революции [17]. Патриарх Московский Алексий I благословил употребление материнского языка кряшен в их приходах [18], но полноценное возобновление церковной жизни стало возможным лишь в конце XX века. Особый кряшенский приход был вновь образован по благословению епископа Казанского Анастасия (Меткина) и начал свою богослужебную жизнь 23 декабря 1989 года, когда была вновь совершена кряшенская литургия в Казанском Покровском храме. Впоследствии к Казанскому приходу присоединились другие, объединённые в Кряшенское благочиние Казанской епархии с центром в Казанской Тихвинской церкви [19]. По мере развития дела перевода Священного Писания и богослужебных текстов встал вопрос о разграничении церковно-кряшенского и современного татарского богослужебных языков. Не позднее 2014 года московская община православных татар предприняла новый перевод молитвослова [20]. По состоянию на 2015 год церковно-кряшенский был основным богослужебным языком на восьми приходах Татарстанской митрополии [21].
Тайский
Тубури
Тувинский
Удмуртский:
Употребляется регулярно на богослужениях Петропавловского удмуртского прихода Никольского храма при Ижевском Александро-Невском соборе и Космодамиановского прихода села Нырья Кукморского района Татарстана; выездные богослужения совершаются в ряде приходов Удмуртской и Татарстанской митрополий для окормления удмуртов.
Перевод богослужебных текстов на удмуртский (в то время известен как "вотский" или "вотяцкий") и их внедрение в жизнь во второй половине XIX века связаны с трудами переводческой комиссии под началом Николая Ильминского, но эти начинания были прерваны революционными потрясениями и разгромом церковной жизни после 1917 года. В советский период сохранялись лишь единичные очаги удмуртского в богослужении Церкви - так, в середине XX века традиции совершения богослужений на удмуртском сохранялись в Ижевском Успенском храме [22]. С падением атеистического строя, в 1990-е годы вновь развернулась публикация богослужебных книг и совершенствование богослужебных переводов на удмуртском. Первая божественная литургия на удмуртском в новый период была совершена 25 декабря 2005 года в Ижевском Крестовоздвиженском храме [22]. С осени 2006 года в Ижевске стали совершаться регулярные богослужения по-удмуртски на вновь образованном удмуртском приходе, который в разное время собирался в разных церквах города [23]. По состоянию на 2006-2007 годы, кроме Ижевского, регулярные богослужения на удмуртском также проводились на одном приходе Казанской епархии - Космодамиановском в селе Нырья Кукморского района [24]. Для окормления удмуртоязычных верующих стали проводиться регулярные выездные богослужения клира и актива Ижевской удмуртской общины на приходы Удмуртской и Татарстанской митрополий по приглашению местных настоятелей [25].
Украинский
Финский
Французский
Церковнославянский
Цыганский:
Употребляется как богослужебный язык в Бачской епархии Сербской Церкви для окормления цыган; также по надобности изредка используется в других приходах Сербской и Румынской Церквей.
Перевод Божественной литургии на цыганский был осуществлён по благословению епископа Бачского Иринея (Буловича) в Новом Саду, Сербия, в 1993 году [26]. С того времени литургия по-цыгански стала изредка совершаться в Бачской епархии и в других частях Сербской Церкви. Впоследствии цыганский язык был также введён в обиход Румынской Церкви - в 2006 году здесь был опубликован молитвенник по-цыгански, а 23 декабря 2008 года епископ Праховский Варсонофий (Годжеску) в Бухарестском монастыре Раду Водэ впервые отслужил цыганскую литургию [27].
Чешский
Чувашский:
Употребляется в ряде приходов Чувашской митрополии, а также в некоторых храмах Самары и Казани, для окормления чувашей.
Всестороннее внедрение чувашского языка в богослужебное употребление началось к концу 1870-х годов, благодаря трудам переводческой комиссии под началом Николая Ильминского [28]. Богослужения по-чувашски были распространены вплоть до разгрома церковной жизни в 1920-х-1930-х годах, и стали снова совершаться в преимущественно чувашских приходах Чебоксарской епархии со второй половины XX века. К концу советского периода в большинстве церквей епархии велось богослужение на чувашском [29].
Шведский
Эстонский
Якутский
Японский

Claude le Liseur
Messages : 4119
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Toutes les langues liturgiques

Message par Claude le Liseur » sam. 14 avr. 2018 12:11

Si l'on reprend cette énumération, on a :

Albanais
Aléoute
Altaïen (utilisé au XIXe siècle; rétabli en 2013 dans quelques paroisses de la république de l'Altaï, sujet de la Fédération de Russie)
Anglais
Arabe
Araméen (rétabli dans l'Orthodoxie à l'usage de quelques communautés d'origine assyrienne dans le patriarcat de Géorgie)
Bulgare
Gagaouze
Grec
Géorgien
Hébreu (première tentative de célébrer la liturgie en hébreu au sein de la mission russe de Terre Sainte en 1841; usage actuel dans une paroisse de Jérusalem dépendant du patriarcat de Jérusalem)
Indonésien
Espagnol
Italien
Carélien
Kikouyou
Chinois
Komi
Coréen
Tatar (usage liturgique rétabli en 1989)
Letton
Lituanien
Mari (usage liturgique rétabli en 2015 dans quelques villages de la république du Mari-El, sujet de la Fédération de Russie)
Allemand
Ossète
Polonais
Portugais
Roumain
Serbe
Slavon
Slovaque
Swahili
Thaï
Tuburi (langue du Cameroun)
Oudmourte (usage liturgique rétabli le 25 décembre 2005 à Ijevsk)
Ukrainien
Finnois
Français
Tzigane / Rromani (patriarcat de Serbie depuis 1993, patriarcat de Roumanie depuis 2006)
Tchèque
Tchouvache
Suédois
Estonien
Iakoute
Japonais

Malgré cette recension très complète, le site oublie qu'en République démocratique du Congo, l'Eglise orthodoxe utilise dans sa liturgie non seulement le français et le swahili, mais aussi le tsiluba et le lingala. De même, l'ourdou et le bengali sont, à ma connaissance, utilisés dans l'unique paroisse orthodoxe du Pakistan et dans les missions orthodoxes du Bengale occidental en Inde.Plus curieux est l'oubli du magyar,qui est quand même bel et bien l'unique langue du culte dans quelques paroisses orthodoxes de Hongrie.
Je sais que le frison est encore utilisé aux Pays-Bas (ou qu'il l'était il y a peu), qu'il y a eu des célébrations en afrikaans en Afrique du Sud et il n'est pas exclu que le basque et le catalan aient une utilisation au moins sporadique.

Bien entendu, dans un passé très lointain, l'albanais du Caucase (oudi), l'arménien, le copte et le guèze ont été utilisés (avant la séparation des Eglises monophysites, quoique l'arménien ait été sporadiquement utilisé dans l'Orthodoxie jusqu'au XVIIIe siècle) ainsi que le latin (avant la chute de l'Eglise de Rome, bien que des célébrations en latin aient continué dans l'Eglise orthodoxe au moins jusqu'à la ruine du monastère des Amalfitains au mont Athos au début du XIIIe siècle) et le gotique (dont l'usage liturgique, dans l'Eglise orthodoxe, n'est pas attesté après le Xe siècle). Au moins en théorie, le latin est encore utilisé par des paroisses orthodoxes de rit occidental dans les pays anglo-saxons.

Le site russe que j'ai cité prétend recenser les langues liturgiques actuellement en usage dans l'Eglise orthodoxe. Je me suis pourtant cru autorisé à mentionner qu'il s'agissait de langues qui avaient été utilisées ou qui l'étaient encore. En effet, je ne crois pas qu'il y ait encore, à l'heure actuelle, de lieu de culte orthodoxe qui célèbre en aléoute, en carélien ou en chinois.

On voit qu'il y a sur la liste des absents de taille qui n'ont jamais été utilisés dans la liturgie orthodoxe: le persan, pourtant langue littéraire prestigieuse; le haoussa; le hindi; le tamoul; le vietnamien; le turc; etc. Ma remarque à propos du persan n'est pas aussi ridicule qu'on pourrait le penser: si les chrétiens de l'actuelle République islamique d'Iran appartiennent à des minorités ethniques (Arméniens et Assyriens) et si l'Iran punit de mort le musulman qui change de religion, le persan est pratiquement semblable au tadjik, langue officielle du Tadjikistan, qui lui pratique la tolérance religieuse et où un usage liturgique de cette langue serait envisageable.

Je pense donc, qu'à l'heure actuelle, l'Eglise orthodoxe répandue à travers l'univers célèbre le culte divin dans une bonne cinquantaine de langues.

Même si le slavon, le roumain et le grec réunissent la grande majorité des orthodoxes (encore que d'autres langues comme le géorgien, le serbe, l'ukrainien, l'anglais, l'albanais, l'arabe ou le français soient célébrés dans des dizaines et des dizaines de paroisses et de monastères), il ne faut pas oublier cette grande diversité de langues, ni l'ouverture missionnaire de certaines Eglises locales (comme le patriarcat de Géorgie qui a établi des célébrations en syriaque à l'usage des descendants des Assyriens convertis du nestorianisme à l'Orthodoxie au début du XXe siècle).

Bien que je ne sois pas, loin de là, un adversaire des rites occidentaux, je pense que ce constat doit relativiser la nécessité souvent avancé du recours au rit occidental. Le rit byzantin, célébré à l'heure actuelle dans une cinquantaine de langues d'Eurasie et d'Afrique, est bien un rit universel.

Claude le Liseur
Messages : 4119
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Toutes les langues liturgiques

Message par Claude le Liseur » mar. 24 avr. 2018 0:20

Je reprends les langues indiquées par le site russe, je les rétablis dans l'ordre alphabétique du français, et j'ajoute une poignée de langues qui ont été oubliées par le site russe.

Albanais
Aléoute
Allemand
Altaïen
Anglais
Arabe
Araméen
Bengali (cf. https://rangandatta.wordpress.com/2013/ ... a-kolkata/ )
Bulgare
Carélien
Castillan ou espagnol
Chinois
Coréen
Estonien
Finnois
Français
Gagaouze
Gallois
Grec
Géorgien
Hébreu
Hongrois ou magyar
Iakoute
Indonésien
Italien
Japonais
Kikouyou
Komi
Letton
Lingala
Lituanien
Malgache
Mari
Norvégien
Ossète ou alain
Oudmourte
Ourdou (je confirme: il y a maintenant deux ou trois communautés orthodoxes au Pakistan. Sur le site Internet de l'une d'entre elles, on voit distinctement que le prêtre célèbre avec un Liturgikon en caractères arabes: ça ne peut être que de l'ourdou
http://orthodoxchurchpakistan.blogspot.ch/ )
Polonais
Portugais
Roumain
Serbe
Slavon
Slovaque
Suédois
Swahili
Tatar
Tchèque
Tchouvache
Thaï
Tsiluba
Tuburi (langue du Cameroun)
Tzigane ou rromani
Ukrainien

En revanche, il semble que l'afrikaans et le frison, qui étaient en usage il y a une dizaine d'années dans au moins une paroisse en Afrique du Sud et un monastère aux Pays-Bas, ne soient plus employés.
De même, si je m'étonne que le site russe ait oublié le bengali, le hongrois, le malgache ou le norvégien (j'ai moi-même participé à une liturgie en norvégien à Oslo en 2013, je suis donc un témoin direct de ce que cette langue est bien vivante dans l'Orthodoxie...), je doute fort qu'il y ait encore, de nos jours, des offices en aléoute, en carélien,en chinois, en letton et en lituanien, alors que ces langues étaient bien utilisées avant 1914, et même jusqu'en 1966 dans le cas du chinois.
Pour l'anecdote, en 2012, j'ai rencontré un prêtre orthodoxe de Madagascar qui m'a confirmé que les liturgies étaient célébrées en malgache sur la Grande Île.
Evidemment, dans les faits, avec l'anglais, l'espagnol, le portugais,le français et le néerlandais, on couvre toutes les Amériques (si l'on s'en tient aux langues officielles, encore que le guarani soit co-officiel au Paraguay et le créole à Haïti). Toujours si l'on s'en tient aux langues officielles, on couvre à peu près toute l'Afrique avec l'anglais, l'arabe, le français, le portugais, le malgache et l'espagnol. Mais, s'agissant des langues de l'Asie, on voit bien que les vicissitudes de l'Histoire ont empêché l'Eglise orthodoxe de bien s'implanter sur ce continent (exception faite de la Sibérie).
J'arrive pour ma part à quarante-huit langues actuellement en usage dans le culte orthodoxe, et je constate l'absence d'une bonne dizaine de langues importantes (ahmarique, birman, danois, hindi, islandais, khmer, persan, tamoul, turc, vietnamien...). Les Malankars célèbrent en malayalam, langue dravidienne apparentée au tamoul, et l'Eglise tawahedo d'Ethiopie en guèze, langue sémitique d'Afrique, mais ces Eglises sont séparées de la nôtre depuis bien longtemps.
D'après le site du professeur Jacques Leclerc de l'université Laval de Québec, il y aurait à l'heure actuelle 7'097 langues parlées dans le monde http://www.axl.cefan.ulaval.ca/Langues/ ... tinent.htm . Ce qui est plus intéressant, c'est les langues officielles:
- en Europe, 35 langues sont officielles (en comptant les diverses variantes du serbo-croate pour une seule, les deux variantes du norvégien pour une seule, le moldave et le roumain pour la même langue);
- dans les Amériques, 9 langues sont officielles, mais 6 (anglais, espagnol, portugais, français, néerlandais et danois) sont des langues européennes et seulement 3 des langues autochtones (créole, groenlandais et guarani);
- en Afrique, 16 langues sont officielles, mais on retrouve 4 langues d'Europe (anglais,français, portugais et espagnol), le reste étant représenté par l'arabe et seulement 10 langues autochtones (ahmarique,créole, kinyarwanda, kirundi,malgache, sangho, sesotho, swahili, swati et tigrinya) auquel s'ajoute le cas particulier de l'afrikaans;
- en Océanie, 8 langues sont officielles, mais on retrouve 2 langues d'Europe (anglais et français) pour seulement 6 langues autochtones (bichlamar, kiribati, maori, samoan, tonguien et tuvaluan);
- en Asie, 35 langues sont officielles (en considérant le persan, le dari et le tadjik comme une seule langue, de même que le malais et l'indonésien), mais on retrouve 2 langues d'Europe (anglais et portugais) et l'arabe; le turc est co-officiel dans un pays d'Europe (Chypre); il y a donc 31 langues officielles propres à l'Asie (arménien, azerbaïdjanais, bengali, birman, cantonais, chinois, coréen, dzonghka, filipino, géorgien,hébreu,hindi, indonésien, japonais, kazakh, khmer, kirghiz, lao, maldivien, mongol,népali, ourdou, ouzbek,pachtoune, persan, singhalais, tamoul, tetum, thaï, turkmène et vietnamien).

Nous constatons donc que 87 langues dans le monde (sur 7'097) jouissent du statut envié d'officialité. Or, nous constatons aussi que, si des efforts méritoires ont été faits pour célébrer le culte orthodoxe dans de nombreuses langues minoritaires de la Fédération de Russie, il y a toujours 10 langues officielles d'Europe (biélorusse, catalan, danois, irlandais, islandais, luxembourgeois, macédonien, russe, slovène et turc), 3 langues officielles d'Amérique (créole haïtien, groenlandais et guarani), 10 langues officielles d'Afrique (afrikaans,ahmarique, créole seychellois, kinyarwanda, kirundi, sangho, sesotho, swati et tigrinya), 6 langues officielles d'Océanie (bichlamar, kiribati, maori, samoan, tonguien et tuvaluan) et 23 langues officielles d'Asie (arménien, azerbaïdjanais, birman, cantonais, chinois, dzonghka, filipino, hindi, kazakh, khmer, kirghiz, lao, maldivien, mongol, népali, ouzbek, pachtoune, persan, singhalais, tamoul, tetum, turkmène et vietnamien) dans lesquelles le culte orthodoxe n'est pas, ou plus, célébré à l'heure actuelle. En d'autres termes, il n'y a que 35 langues officielles qui ont trouvé leur chemin dans l'Orthodoxie (auxquelles s'ajoutent donc une douzaine de langues minoritaires ou régionales, ainsi que le slavon) et 52 langues officielles manquent à l'appel. Laissons de côté le biélorusse, le macédonien et le russe, qui semblent se satisfaire de l'usage liturgique du slavon; restent 49 langues officielles qui manquent.
Je me doute bien que, dans l'état actuel des choses, il n'y aurait aucun sens à essayer de traduire les textes liturgiques en bichlamar et autres langues très peu répandues de pays où une langue européenne est en fait plus utilisée que la langue officielle autochtone. Idem pour le maldivien ou le pachtoune, à cause de l'intolérance extrême des théocraties islamiques d'Afghanistan et des Maldives. Très difficile d'envisager une mission orthodoxe slovène (à cause de la haine antiserbe qui devient fatalement une haine anti-orthodoxe).De même, dans la plupart des républiques d'Asie centrale, toute mission orthodoxe serait sans doute assimilée à une entreprise russe. Il y a toujours la barrière du communisme (même plus ou moins habillé de capitalisme, voire de monarchie bouddhiste au Cambodge) au Turkménistan, en Corée du Nord, au Laos, au Vietnam, au Cambodge et en République populaire de Chine (mais ni à Hong Kong, ni à Macao, ni à Singapour, ni à Taïwan).
Mais je pense en revanche qu'il y aurait du sens à célébrer sur une base régulière dans des langues comme le danois, le turc, le chinois, le filipino, le hindi, le tamoul ou le persan (au moins dans sa variante tadjike). Il n'y a rien d'absurde à envisager une mission orthodoxe qui utiliserait le tamoul: une proportion non négligeable des Tamouls sont chrétiens hétérodoxes depuis plusieurs siècles. Quant au persan, si la République islamique d'Iran punit de mort les conversions de musulmans à d'autres religions, il n'en reste pas moins que le Tadjikistan est quant à lui plus tolérant et que des missions chrétiennes persanophones ont rencontré un grand succès chez les Iraniens émigrés en Amérique du Nord. Le turc aurait au moins une forte valeur symbolique.
Oui, à mon humble avis, il n'y aurait rien d'absurde à se lancer dans la traduction des livres liturgiques en birman, en catalan, en danois,en filipino, en hindi, en islandais, en mongol, en persan, en tamoul et en turc.

Claude le Liseur
Messages : 4119
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Toutes les langues liturgiques

Message par Claude le Liseur » sam. 02 juin 2018 9:22

87 langues du monde ont un statut d'officialité, mais seules 17 sont officielles dans plus d'un pays (en comptant le hindi et l'ourdou pour une seule langue, le roumain et le moldave pour une seule langue, le serbe et le croate pour une seule langue,le malais et l'indonésien pour une seule langue, le persan et le tadjik pour une seule langue, le roumain et le moldave pour une seule langue, et en considérant le Danemark et le Groenland comme deux entités séparées).

Parmi ces 19 langues, seulement 12 sont officielles dans au moins trois pays.

Et parmi ces 12 langues, seulement 6 (anglais,allemand, arabe, espagnol, français et portugais) sont officielles dans plus de 5 pays.

Et parmi ces 6 langues, seulement 4 (anglais, arabe, espagnol et français) sont officielles dans plus de 10 pays.

Claude le Liseur
Messages : 4119
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Toutes les langues liturgiques

Message par Claude le Liseur » lun. 04 févr. 2019 11:58

Claude le Liseur a écrit :
sam. 14 avr. 2018 12:11

(...)
Malgré cette recension très complète, le site oublie qu'en République démocratique du Congo, l'Eglise orthodoxe utilise dans sa liturgie non seulement le français et le swahili, mais aussi le tsiluba et le lingala. De même, l'ourdou et le bengali sont, à ma connaissance, utilisés dans l'unique paroisse orthodoxe du Pakistan et dans les missions orthodoxes du Bengale occidental en Inde.
(...)
Voici ce que le site orthodoxie.com publie aujourd'hui (4 février 2019) à propos de la situation de l'usage liturgique de l'ourdou dans l'Orthodoxie:

Source https://orthodoxie.com/la-divine-liturg ... -pakistan/
Pour la première fois, le texte de la divine liturgie de saint Jean Chrysostome a été traduit en ourdou, la langue officielle du Pakistan et l’une des 22 langues officielles de l’Inde. La liturgie a été traduite du slavon et de l’anglais par le père Paul et la presbytéra Élisabeth Sushil, de l’église Saints-Pierre-et-Paul à Lahore, au Pakistan, qui dépend du Patriarcat de Moscou. Le père Paul est titulaire d’un baccalauréat en théologie du Séminaire de Tomsk en Russie. En tout, deux ans de travail ont été nécessaires pour cette traduction, qui a été relue par un professeur de théologie et des experts en ourdou. Le livre sera imprimé bientôt et disponible au public. D’autres textes ont déjà été traduits en ourdou, dont le catéchisme de saint Nicolas Vélimirovitch, traduit par le père Joseph Farooq, un livre de prières, un recueil de 300 apophtegmes ascétiques, la « Foi du peuple élu » par la presbytéra Rosy Razia et encore beaucoup d’autres livres.
Il ne s'agit en tout cas pas de la première traduction de la divine Liturgie en ourdou - peut-être plutôt de la première traduction de niveau universitaire, ou de la première qui ait été imprimée à de nombreux exemplaires.

La paroisse qui dépend du patriarcat de Moscou à Lahore n'est pas la première ni la seule paroisse orthodoxe pakistanaise, puisque la première mission orthodoxe pakistanaise a été fondée en 2005 dans le cadre du patriarcat de Constantinople par le RP John Tanveer, ordonné prêtre en 2008, qui a naturellement utilisé l'ourdou comme langue liturgique depuis le début:

http://orthodoxpakistan.org/history-of- ... -pakistan/

Claude le Liseur
Messages : 4119
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Toutes les langues liturgiques

Message par Claude le Liseur » jeu. 08 août 2019 2:12

On a aussi autrefois célébré en abkhaze.
Sur le site Internet de la "sainte métropole d'Abkhazie", diocèse sans évêque dont j'ai déjà parlé sur le présent forum, on peut voir la numérisation de quelques pages d'un livre liturgique publié en abkhaze "avant la Révolution" (russe de 1917), que je suppose conservé à la bibliothèque du monastère du Nouvel Athos :

https://anyha.org/ancwaimatzzuraswquy-apsyswala/

Claude le Liseur
Messages : 4119
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Toutes les langues liturgiques

Message par Claude le Liseur » mer. 14 août 2019 0:12

Le site russe que j'avais cité le 14 avril 2018 ( https://drevo-info.ru/articles/13674483.html ) a fait un oubli de taille, d'autant plus qu'il donne lui-même le lien vers un article du prêtre Théodore Lioudogovsky et du diacre Maxime Plikine (lien: http://www.sarpds.ru/images/pdf/Trudy-S ... ovskiy.pdf ), sur la situation actuelle des langues liturgiques dans les Eglises locales slaves. Or, cet article indique bien (pp. 130 s.) que des services en biélorusse seraient régulièrement célébrés à Minsk et à Vitebsk (Exarchat de Biélorussie du patriarcat de Moscou) ainsi qu'en Pologne (Eglise orthodoxe de Pologne). Mais l'article date de 2009 : qu'en est-il aujourd'hui ?

Le biélorusse est aujourd'hui une langue peu prestigieuse, devenue minoritaire sur l'actuel territoire du Bélarus*, mais qui a connu son heure de gloire comme langue de chancellerie... du grand-duché de Lituanie avant son union avec la Pologne.

* Selon Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_e ... A9lorussie , environ 70% de la population a le russe comme langue principale contre 23% pour le biélorusse. Selon le site du professeur Jacques Leclerc de l'université Laval de Québec, il est à peu près impossible d'établir des statistiques, la seule certitude étant que la langue biélorusse est minoritaire http://www.axl.cefan.ulaval.ca/europe/b ... eneral.htm :
Lors du recensement de 1989, quelque 77 % des citoyens s'étaient déclarés des Biélorusses. Ils parlaient, en principe, le biélorusse, une langue qui fait partie des langues slaves de l'Est (ou slaves orientales) au même titre que le russe, l'ukrainien et le ruthène. Par ailleurs, une enquête officielle de 1994 affirme que seulement 12 % de la population du pays maîtriserait parfaitement le biélorusse. Mais une enquête du sociologie Lieviach (cité par jeantheau, 2001), menée en 1992 (sur un échantillonnage de 1300 personnes) et publiée en 1994, révélait que 36,4 % des citoyens interrogées déclarent le russe comme langue maternelle et 60,5 %, le biélorusse. Bref, il ne paraît pas aisé de savoir précisément la proportion des locuteurs du biélorusse.

Toutefois, les derniers résultats du recensement de 1999 révélaient que 81,2 % étaient des Biélorusses, 11,4 % des Russes, 3,9 % des Polonais, 2,4 % des Ukrainiens, 0,3 % des Juifs et 0,1 tous les autres. Selon ce même recensement, seulement 38 % des citoyens biélorusses emploieraient quotidiennement le biélorusse. Une enquête par questionnaire de 1998 révèle qu'à Minsk très peu de familles, soit 1 %, utilisent le biélorusse comme langue de communication intra-familiale, alors que 29 % déclarent recourir à un mélange de biélorusse et de russe. Pourtant, que 81,2 % des Biélorusses considèrent le biélorusse leur langue maternelle, ce qui signifierait que les locuteurs du biélorusse peuvent être considérés comme une minorité fonctionnelle dans la république de Biélorussie.
Cette langue est toujours enseignée - un éditeur de Moscou a même publié une méthode d'apprentissage du biélorusse pour russophones -, mais son recul se poursuit.

Claude le Liseur
Messages : 4119
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Toutes les langues liturgiques

Message par Claude le Liseur » mer. 14 août 2019 9:44

Claude le Liseur a écrit :
mer. 14 août 2019 0:12


Cette langue est toujours enseignée - un éditeur de Moscou a même publié une méthode d'apprentissage du biélorusse pour russophones -, mais son recul se poursuit.
Méthode d'apprentissage du biélorusse sur base russe:

A. A. Somine, Белорусский язык, Editions «Живой язык», Moscou 2017 (224 pages)

Un seul ouvrage sur base française à ma connaissance :

Virginie Symaniec et Alexandra Goujon, Parlons biélorussien, L'Harmattan, Paris 1997 (380 pages)

Claude le Liseur
Messages : 4119
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Toutes les langues liturgiques

Message par Claude le Liseur » mer. 14 août 2019 15:52

Claude le Liseur a écrit :
mer. 14 août 2019 0:12


Le site russe que j'avais cité le 14 avril 2018 ( https://drevo-info.ru/articles/13674483.html ) a fait un oubli de taille, d'autant plus qu'il donne lui-même le lien vers un article du prêtre Théodore Lioudogovsky et du diacre Maxime Plikine (lien: http://www.sarpds.ru/images/pdf/Trudy-S ... ovskiy.pdf ), sur la situation actuelle des langues liturgiques dans les Eglises locales slaves. Or, cet article indique bien (pp. 130 s.) que des services en biélorusse seraient régulièrement célébrés à Minsk et à Vitebsk (Exarchat de Biélorussie du patriarcat de Moscou) ainsi qu'en Pologne (Eglise orthodoxe de Pologne). Mais l'article date de 2009 : qu'en est-il aujourd'hui ?
Vérification faite, il est parfaitement exact que des offices aient été traduits en biélorussien, si j'en crois le site d'une paroisse de Minsk de l'Exarchat de Biélorussie du Patriarcat de Moscou :

http://sppsobor.by/bractva/vilna/publish/liturgybook

Existent ainsi :

Праваслаўны малітваслоў livre de prières orthodoxe 144 pages Minsk 2012

МАЛЕБЕН ЗА БЕЛАРУСКІ НАРОД З АКАФІСТАМ І ЖЫЦІЕМ ВІЛЕНСКІХ МУЧАНІКАЎ АНТОНІЯ, ІААНА І ЯЎСТАФІЯ Office d'intercession pour le peuple blanc-russien et acathiste et vies des martyrs de Vilnius Antoine, Jean et Eustathe 32 pages Minsk 2009 NB: Les liens entre la Ruthénie occidentale et la Lituanie sont fort anciens. Ces trois martyrs furent exécutés à la cour de Vilnious en 1347, alors que le grand-duc de Lituanie était encore païen.

Бажэственная Літургія свц. Іаана Залатавуста Divine Liturgie de saint Jean Chrysostome 28 pages Minsk 2007

МАЛЕБЕН ЗА БЕЛАРУСКІ НАРОД З АКАФІСТАМ ПРАПАДОБНАЙ ЕЎФРАСІННІ ПОЛАЦКАЙ Office d'intercession pour le peuple biélorussien et acathiste à sainte Euphrosyne de Polotsk 24 pages Minsk 2007

On en apprend tous les jours. Jusqu'à hier, j'ignorais que la langue blanc-ruthène ait eu un usage liturgique. Force est donc de constater que le champ d'utilisation du slavon se réduit petit à petit et que celui-ci recule devant les langues modernes.

Claude le Liseur
Messages : 4119
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Toutes les langues liturgiques

Message par Claude le Liseur » mer. 14 août 2019 18:58

Albanais
Aléoute
Allemand
Altaïen
Anglais
Arabe
Araméen
Bengali
Biélorussien
Bulgare
Carélien
Castillan ou espagnol
Chinois
Coréen
Estonien
Finnois
Français
Gagaouze
Gallois
Grec
Géorgien
Hébreu
Hongrois ou magyar
Iakoute
Indonésien
Italien
Japonais
Kikouyou
Komi
Letton
Lingala
Lituanien
Malgache
Mari
Norvégien
Ossète ou alain
Oudmourte
Ourdou
Polonais
Portugais
Roumain
Serbe
Slavon
Slovaque
Suédois
Swahili
Tatar
Tchèque
Tchouvache
Thaï
Tsiluba
Tuburi
Tzigane ou rromani
Ukrainien

Total de 54 langues dans lesquelles le culte orthodoxe serait aujourd'hui célébré. Cette liste pourrait encore être complétée - après tout, j'ai découvert hier l'existence liturgique du biélorusse ; je me pose notamment la question de l'éventuel usage du latin dans des paroisses orthodoxes de rit occidental en Amérique du Nord. (Il y eut d'ailleurs une paroisse de ce type à Moscou, voici une vingtaine d'années, dont le recteur était le RP André (Andreas) Jezierski, qui s'adressait à des fidèles d'origine polonaise, mais son statut était douteux https://www.religion.info/2002/05/26/or ... -a-moscou/ . Notons toutefois qu'il y a très longtemps que la divine liturgie de saint Jean Chrysostome a été traduite en latin http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=MAZA11170 et qu'on pourrait tout aussi bien envisager l'utilisation du latin par des communautés de rit byzantin. )

Claude le Liseur
Messages : 4119
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Toutes les langues liturgiques

Message par Claude le Liseur » mer. 14 août 2019 21:05

Pour ma part, je suis résolument pour l'emploi comme langue liturgique, sur leur territoire, des langues littéraires modernes, ce qui vaut aussi bien pour le français ou l'anglais que pour le provençal de Mistral, le roumain, l'arabe ou l'ukrainien. (Curieusement, une telle opinion devient scandaleuse si elle est énoncée à propos du grec moderne ou du russe.) Mais ce que je veux dire, c'est que de même qu'il y a une audience pour le français, il y a aussi une audience pour le latin, et il n'y aurait rien d'idiot à aussi s'adresser à cette audience.

Il y a une audience pour le slavon, aussi en Ukraine ou en Serbie. Mais le politiquement correct qui consiste à dire que tout le monde, dans ces pays, ne veut entendre que du slavon, et pas les langues littéraires modernes, est trompeur : j'ai un jour écouté le témoignage d'une Ukrainienne, qui, dans la confusion postsoviétique, était devenue carmélite, avant de se faire violer (au Carmel ????) et d'y consacrer un livre. Elle expliquait son passage de l'athéisme soviétique au catholicisme romain entre autres du fait qu'elle ne s'était même pas intéressée à l'Orthodoxie puisque les choses se déroulaient en slavon et qu'elle n'y comprenait donc rien. (Pourtant le slavon est moins éloigné du russe ou de l'ukrainien que le latin ne l'est du français.)

Il est donc certain que si nombreux sont ceux qui sont attachés au slavon, il y en aussi qui préfèrent les langues littéraires slaves contemporaines.

Il serait bon, à un moment, de se préoccuper moins d'idéologie et plus de nécessités missionnaires et pastorales.

Claude le Liseur
Messages : 4119
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Toutes les langues liturgiques

Message par Claude le Liseur » mer. 14 août 2019 22:09

Claude le Liseur a écrit :
mer. 14 août 2019 0:12


Le biélorusse est aujourd'hui une langue peu prestigieuse, devenue minoritaire sur l'actuel territoire du Bélarus*, mais qui a connu son heure de gloire comme langue de chancellerie... du grand-duché de Lituanie avant son union avec la Pologne.

Le vieux-biélorussien a été la langue officielle du Grand-Duché de Lituanie (plus exactement du Grand-Duché de Lituanie, de Rus' et de Samogitie) du XIIIe au XVIIe siècle. D'après l'union de Lublin de 1569 entre la Pologne et la Lituanie (création de la République des Deux-Nations après 183 ans d'union personnelle entre les deux Etats), le Grand-Duché devait conserver son nom, ses institutions, son armée, sa trésorerie, son système judiciaire, ses privilèges et sa langue : le vieux-biélorussien.
Ce n'est que sur la durée qu'il est apparu que les institutions de la Rzeczpospolita ne fonctionnaient qu'en faveur de la partie polonaise :

- en 1596, le pouvoir politique polonais invente l'Eglise uniate, qui sévit jusqu'à ce jour avec la virulence et le fanatisme que l'on sait en Galicie, mais s'est depuis longtemps effondrée, grâce à Dieu, dans le reste de l'Ukraine et en Biélorussie, et met hors-la-loi l'épiscopat orthodoxe (fausse union de Brest) ;

- en 1622, le roi Sigismond III interdit toute polémique publique contre la religion papale ;

- en 1696, la langue vieille-biélorussienne perd son statut de langue officielle et est remplacée par le polonais (cf. Virginie Symianec et Alexandra Goujon, Parlons biélorussien, L'Harmattan, Paris 1996, p. 26)...

... de telle sorte que lorsque la Constitution du 3 mai 1791 transformera la République des Deux-Nations en royaume de Pologne en mettant fin à la fiction d'une union entre la Pologne et la Lituanie, les persécutions sauvages menées par les catholiques romains et les uniates contre les protestants et les orthodoxes de cet Etat auront déjà abouti à son effondrement total, ainsi que l'avait prédit le chancelier du grand-duché de Lituanie Léon Sapiéha à l'évêque uniate de Polotsk, le grand massacreur d'orthodoxes Josaphat Kunciewicz, néanmoins (ou à cause de cela) canonisé par le Vatican...

... ce qui n'empêchera pas les impérialistes polonais de se réclamer abusivement de l'héritage de la Rzeczpospolita pour revendiquer des parties de l'Ukraine, de la Ruthénie blanche et de la Lituanie, occupant Kiev du 7 mai au 13 juin 1920 (sans se heurter à une grande résistance : une occupation polonaise était bien entendu, pour la majorité de la population, infiniment préférable au régime léniniste) et Vilnius du 9 octobre 1920 au 19 septembre 1939, cette fois-ci aux dépens d'une république de Lituanie parfaitement indépendante et légitime qui dut transférer sa capitale à Kaunas.

Claude le Liseur
Messages : 4119
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Toutes les langues liturgiques

Message par Claude le Liseur » jeu. 15 août 2019 10:11

Claude le Liseur a écrit :
mar. 24 avr. 2018 0:20

De même, si je m'étonne que le site russe ait oublié le bengali, le hongrois, le malgache ou le norvégien (j'ai moi-même participé à une liturgie en norvégien à Oslo en 2013, je suis donc un témoin direct de ce que cette langue est bien vivante dans l'Orthodoxie...), je doute fort qu'il y ait encore, de nos jours, des offices en aléoute, en carélien,en chinois, en letton et en lituanien, alors que ces langues étaient bien utilisées avant 1914, et même jusqu'en 1966 dans le cas du chinois.
On n'arrête jamais d'apprendre. Je ne sais pas ce qu'il en est du letton, mais j'ai trouvé des informations sur le lituanien.

Contrairement à ce que je pensais, le lituanien, en tant que langue liturgique dans l'Eglise orthodoxe, a une histoire totalement différente de celle de l'estonien, du tatar, ou de tant d'autres langues qui ont été utilisées pour des besoins missionnaires à l'époque tsariste, puis abandonnées pendant la période soviétique, puis utilisées de nouveau après la fin de l'athéisme officiel.

En effet, alors que la mission orthodoxe a eu un succès considérable auprès des Estoniens au XIXe siècle - au point qu'un président de l'Estonie indépendante, Konstantin Päts, était issu de cette importante minorité estonienne orthodoxe -, il n'y a eu aucune mission en direction des Lituaniens et l'Eglise orthodoxe de Lituanie est restée jusqu'à ce jour exclusivement slave. Par ailleurs, elle est numériquement faible et sur le déclin.

Le paradoxe a d'ailleurs été qu'au moment de la revendication d'indépendance de la Lituanie vis-à-vis de l'URSS en 1990-1991, l'évêque de ce diocèse qui, du point de vue sociologique, pouvait apparaître comme une greffe russe en terre lituanienne, a adopté une attitude de loyauté envers la Lituanie dont le nouvel Etat indépendant a tenu compte, de telle sorte que le diocèse orthodoxe de Lituanie n'a eu aucune difficulté dans ses relations avec les autorités, qui lui ont même rendu des lieux de culte que les Soviétiques avaient confisqués. Il n'en reste pas moins que la démographie est très défavorable dans ce diocèse. Au demeurant, même si l'Etat lituanien a bien fait la distinction entre Eglise orthodoxe et occupant soviétique, beaucoup de gens semblent avoir posé l'équation Eglise orthodoxe = Russie = URSS.

Il semble que, dans ce contexte, il ait été décidé, pour au moins garder les enfants de mariage mixte ou les quelques orthodoxes d'origine slave qui se sont attachés à la langue lituanienne, et puisque toute activité missionnaire semble très difficile, de traduire les offices en langue lituanienne après la fin de l'Union soviétique, alors que cela n'avait jamais été fait au XIXe siècle, contrairement à l'estonien, à l'altaïen, au komi, au tchouvache, etc. Il semble que, depuis 2005, des offices en lituanien aient régulièrement lieu dans une des églises orthodoxes de Vilnious (Sainte-Parascève). Il est très difficile de trouver des informations sur ce sujet. Néanmoins :

http://www.pravoslavie.ru/72840.html

Intéressante interview d'un prêtre orthodoxe d'ethnie lituanienne, l'archiprêtre Vitalijus Mockus (russe Виталий Моцкус), né en 1974, converti à l'Orthodoxie en 1990. Il est le recteur de l'église Sainte-Parascève, à Vilnius, où les célébrations se font en lituanien.
Au passage, je vous assure que, ne connaissant pas le lituanien (si ce n'est que, pour l'avoir entendu chanter une fois, je sais que c'est une très belle langue), il m'a fallu un certain temps pour trouver comment s'écrivait en lituanien et en alphabet latin le nom que je n'avais trouvé que dans sa translittération russe.
En fait, il explique qu'une traduction de la liturgie en lituanien avait été faite en 1880 avec la bénédiction du Saint-Synode, mais elle ne semble pas avoir été réellement utilisée. Elle était par ailleurs considérablement russifiée et écrite en cyrillique avec des notes sur la prononciation de la langue lituanienne. Le RP Motskus pense dès lors qu'elle était destinée à des prêtres qui n'auraient pas vraiment connu le lituanien. Il a donc refait les traductions.

La première liturgie orthodoxe en lituanien a été célébrée à Vilnius le 23 janvier 2005.

Visiblement, d'après ses explications, le travail missionnaire est très difficile, mais en tout cas, l'église est très belle. C'est l'église où avait été baptisé en 1705 Abraham Hannibal, l'arrière-grand-père camerounais de Pouchkine. Fermée au culte par les Soviétiques en 1961, rendue à l'Eglise orthodoxe en 1990, et donc utilisée depuis 2005 pour le culte orthodoxe en langue lituanienne.

Et finalement, de navigation en navigation, j'ai fini par trouver le site Internet de cette unique paroisse orthodoxe de langue lituanienne :

https://www.paraskevi.lt/

On trouve au demeurant beaucoup de références sur la Toile à propos de l'archiprêtre Mockus, en lituanien et en russe, y compris des vidéos où il s'exprime.

Donc, au terme de mon investigation, je conclus que le lituanien est bel et bien une des langues liturgiques de l'Orthodoxie, et ce depuis le 23 janvier 2005.

Claude le Liseur
Messages : 4119
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Toutes les langues liturgiques

Message par Claude le Liseur » jeu. 15 août 2019 19:44

Claude le Liseur a écrit :
jeu. 15 août 2019 10:11


On n'arrête jamais d'apprendre. Je ne sais pas ce qu'il en est du letton, mais j'ai trouvé des informations sur le lituanien.

Contrairement à ce que je pensais, le lituanien, en tant que langue liturgique dans l'Eglise orthodoxe, a une histoire totalement différente de celle de l'estonien, du tatar, ou de tant d'autres langues qui ont été utilisées pour des besoins missionnaires à l'époque tsariste, puis abandonnées pendant la période soviétique, puis utilisées de nouveau après la fin de l'athéisme officiel.

En effet, alors que la mission orthodoxe a eu un succès considérable auprès des Estoniens au XIXe siècle - au point qu'un président de l'Estonie indépendante, Konstantin Päts, était issu de cette importante minorité estonienne orthodoxe -, il n'y a eu aucune mission en direction des Lituaniens et l'Eglise orthodoxe de Lituanie est restée jusqu'à ce jour exclusivement slave. Par ailleurs, elle est numériquement faible et sur le déclin.

Le paradoxe a d'ailleurs été qu'au moment de la revendication d'indépendance de la Lituanie vis-à-vis de l'URSS en 1990-1991, l'évêque de ce diocèse qui, du point de vue sociologique, pouvait apparaître comme une greffe russe en terre lituanienne, a adopté une attitude de loyauté envers la Lituanie dont le nouvel Etat indépendant a tenu compte, de telle sorte que le diocèse orthodoxe de Lituanie n'a eu aucune difficulté dans ses relations avec les autorités, qui lui ont même rendu des lieux de culte que les Soviétiques avaient confisqués. Il n'en reste pas moins que la démographie est très défavorable dans ce diocèse. Au demeurant, même si l'Etat lituanien a bien fait la distinction entre Eglise orthodoxe et occupant soviétique, beaucoup de gens semblent avoir posé l'équation Eglise orthodoxe = Russie = URSS.

Il semble que, dans ce contexte, il ait été décidé, pour au moins garder les enfants de mariage mixte ou les quelques orthodoxes d'origine slave qui se sont attachés à la langue lituanienne, et puisque toute activité missionnaire semble très difficile, de traduire les offices en langue lituanienne après la fin de l'Union soviétique, alors que cela n'avait jamais été fait au XIXe siècle, contrairement à l'estonien, à l'altaïen, au komi, au tchouvache, etc. Il semble que, depuis 2005, des offices en lituanien aient régulièrement lieu dans une des églises orthodoxes de Vilnious (Sainte-Parascève). Il est très difficile de trouver des informations sur ce sujet. Néanmoins :

http://www.pravoslavie.ru/72840.html

Intéressante interview d'un prêtre orthodoxe d'ethnie lituanienne, l'archiprêtre Vitalijus Mockus (russe Виталий Моцкус), né en 1974, converti à l'Orthodoxie en 1990. Il est le recteur de l'église Sainte-Parascève, à Vilnius, où les célébrations se font en lituanien.
Au passage, je vous assure que, ne connaissant pas le lituanien (si ce n'est que, pour l'avoir entendu chanter une fois, je sais que c'est une très belle langue), il m'a fallu un certain temps pour trouver comment s'écrivait en lituanien et en alphabet latin le nom que je n'avais trouvé que dans sa translittération russe.
En fait, il explique qu'une traduction de la liturgie en lituanien avait été faite en 1880 avec la bénédiction du Saint-Synode, mais elle ne semble pas avoir été réellement utilisée. Elle était par ailleurs considérablement russifiée et écrite en cyrillique avec des notes sur la prononciation de la langue lituanienne. Le RP Motskus pense dès lors qu'elle était destinée à des prêtres qui n'auraient pas vraiment connu le lituanien. Il a donc refait les traductions.

La première liturgie orthodoxe en lituanien a été célébrée à Vilnius le 23 janvier 2005.

Visiblement, d'après ses explications, le travail missionnaire est très difficile, mais en tout cas, l'église est très belle. C'est l'église où avait été baptisé en 1705 Abraham Hannibal, l'arrière-grand-père camerounais de Pouchkine. Fermée au culte par les Soviétiques en 1961, rendue à l'Eglise orthodoxe en 1990, et donc utilisée depuis 2005 pour le culte orthodoxe en langue lituanienne.

Et finalement, de navigation en navigation, j'ai fini par trouver le site Internet de cette unique paroisse orthodoxe de langue lituanienne :

https://www.paraskevi.lt/

On trouve au demeurant beaucoup de références sur la Toile à propos de l'archiprêtre Mockus, en lituanien et en russe, y compris des vidéos où il s'exprime.

Donc, au terme de mon investigation, je conclus que le lituanien est bel et bien une des langues liturgiques de l'Orthodoxie, et ce depuis le 23 janvier 2005.
Le sujet de la Lituanie et du lituanien est assez passionnant pour mériter un fil à part : viewtopic.php?f=1&t=2889 .

Claude le Liseur
Messages : 4119
Inscription : mer. 18 juin 2003 15:13

Re: Toutes les langues liturgiques

Message par Claude le Liseur » mer. 09 oct. 2019 22:41

Rarissime : un livre de prières orthodoxe en langue biélorusse, translittérée en alphabet latin, publié à Vilnius en 1918

http://www.belapc.org/litaratura/belaru ... lna-1918-g

A ce moment, la Lituanie était occupée par les troupes du Kaiser, ce qui lui a évité de connaître les hécatombes léninistes. Le lecteur avisé remarquera avec intérêt en couverture le nihil obstat... donné par la censure militaire allemande (Buchprüfungsamt beim Oberbefehlshaber Ost), naturellement en allemand, et en page 2 l' imprimatur donné en 1912 par l'Eglise orthodoxe de Russie en 1912, naturellement en russe. Visiblement, dans la Russie de 1912, cela ne posait pas de problèmes de publier en biélorussien et en caractères latins.

Mon Dieu que j'aime ces peuples polyglottes!

Répondre